5 jours à Tenerife (Rando, Cyclisme…): L’île pleine de surprises naturels

Hi,

J’espère que vous allez bien ?  Aujourd’hui, je vous emmène en voyages 😉  Nous sommes partis fin mars pour 5-6 jours à Tenerife ! Comme vous, peut-être, nous avions le cliché d’une île bétonnée où seul le tourisme balnéaire dominait… Rien qui devrait nous attirer, nous qui préférons les lieux plutôt calmes, naturels et préservés. 

En réalité, la partie très touristique avec beaucoup d’immeubles et de petites stations balnéaires n’occupe que la partie sud et est bien loin de représenter toute l’île. C’est un peu comme si, on résumait l’Hérault (le département où je vis) à Palavas-les-Flots ou la Grande-Motte.   Tenerife est un île pleine de surprises: micro climats, paysages volcaniques, luxuriants, routes vertigineuses, rando à couper le souffle (littéralement), falaises noires, océans turquoises. On en a pris plein les yeux et plein les jambes. J’avais hâte de vous partager cette parenthèse. Nous rêvons déjà très envie d’y retourner car Tenerife a beaucoup à offrir, bien loin de ce cliché qui permet… au final préserve ces parcs nationaux du tourisme de masse 😉

Comme d’habitude, je vous propose une jolie video… et l’équivalent en article juste après :

  1. Comment se rendre et se déplacer à Tenerife ?

Comme pour Lanzarote,  nous avons emprunté la compagnie Vueling, c’est un peu l’équivalent de Transavia. Il me semble que de Paris, vous avez des vols direct pour Tenerife mais ils ne sont pas quotidiens et vous arrivez à l’aéroport sud (l’île a 2 aéroports). Nous sommes partis depuis Barcelone. Honnêtement, il y a peu de compagnies qui desservent l’île. Heureusement, notre expérience avec Vueling fut meilleure que la dernière fois: pas de retard, pas de bagages perdus. Nous avons atterri à l’aéroport nord qui est parfaitement bien placé puisque nous avons passé le plus clair de notre temps au Nord-Est et Ouest de Tenerife.

L’île est bien couverte par les transports en commun mais il vaut mieux louer une voiture. On a loué via Sixt mais globalement, tous les loueurs se valent. Cela étant dit, faites bien attention à ne jamais rien laisser de valeurs dans la voiture, même juste le temps d’aller faire des photos à un mirador.

Côté conduite sur place, il faut savoir manoeuvrer votre boite de vitesse car vous êtes quasi systématiquement sur des routes de montagne avec pas mal de trafic, principalement des voitures de location. Les routes sont assez larges et très bien entretenues, sauf vers Masca et dans le parc de l’Anaga où il faudra redoubler d’attention et ne pas avoir trop le vertige. Les touristiques à Tenerife sont majoritairement anglais… résultat, une fois dans la voiture, ils roulent souvent au milieu… donc faites bien attention.

Enfin, n’oubliez pas : il y a aussi beaucoup de cyclistes. Le dépassement est toujours de 1m50, même en ville et contrairement à la France, il y a une vraie culture du respect des cyclistes (je suis cycliste, c’est un bonheur de rouler en territoire espagnol). Ne confirmez pas la mauvaise réputation des français au volant. Respectez le code et les cyclistes. Car oui, nous n’avons subi que très peu de mises en danger lorsque nous étions à vélo… et la seule frayeur a été provoquée par un couple de français >_<

2. Où se loger / nos logements

Si comme nous, vous visitez Tenerife pour la nature, vous passerez beaucoup de temps sur la côte Nord, à l’Est et un peu à l’Ouest. C’est pourquoi nous avons choisi nos logements sur cette partie-là. Vous ne trouverez quasiment aucun gros complexes hôteliers all-inclusive polluant. Tous les hôtels ou gîtes sont à taille humaine. Vous pouvez même trouver des gîtes “ruraux” très proches de la nature.

À savoir par contre que le climat est vraiment particulier à Tenerife et les nuages ainsi que l’humidité s’accrochent souvent entre 700 et 1200m d’altitude. Ce qui peut être un peu gênant si vous avez envie de profiter du soleil, de la terrasse en séjournant à cette altitude. De notre côté, nous avons choisi 2 logements typiques qui étaient… magnifiques et pittoresques.

Je vous conseille de vous y prendre en avance côté réservations:

  • La première partie du séjour nous étions à l’Hôtel San Roques à Garachico, hyper bien situé, très beau, un service un or…
  • Puis la 2nd partie nous avions loué un Airbnb à Los Realejos >>   qui était juste un vrai paradis sur terre. 

3. Météo / Vent à Tenerife

Ne vous fiez pas à UNE unique météo. Tenerife est une île aux nombreux micro-climats et à une météo très changeante en quelques minutes … ou quelques centaines de mètre de dénivelé. Vous quittez la côte Ouest sous le soleil pour le parc rural du Teno sous la pluie et les bourrasques de vent. Nous savions que la météo était donc assez… surprenante, mais le vent aussi.

Les prévisions météo ET vent les plus fiables étaient disponible sur l’appli “Windy” que je vous conseille vraiment d’utiliser, surtout si vous prévoyez de faire du vélo. Le vent peut être très…très violent et vous surprendre si vous n’avez pas l’habitude.

Une chose est sûre: il fait quasiment tout le temps beau dans le parc du Teide… et au sud aride là où se cache les stations balnéaires 😉

NOTE: Windy est aussi l’application que j’utilise à Montpellier pour le vent. Il est bon de savoir que vous pouvez aussi surfer ou faire du kite-surf à Tenerife ;). Contrairement à Madère, nous n’avons pas surfé (manque de temps et on avait pas prévu) mais il faut en profiter si ça vous dit 😉

4. Faire du vélo de route à Tenerife: Location (ou pas) et itinéraires 

Comme pour Lanzarote ou La Réunion … et contrairement à la Finlande, nous avons décidé de ne pas prendre nos vélos et d’en louer sur place. Pour moins de 7 jours, on préfère cette solution qui nous permet d’économiser sur notre budget (bagages supplémentaires…) ne pas louer une grosse voiture (pour transporter nos vélos, nos housses et nos affaires) et de ne pas prendre le risque de perte/de casse des vélos par la compagnie aérienne.

Honnêtement, nous n’avons JAMAIS eu de soucis à chaque fois que nous avions choisi cette option de location… jusqu’à Tenerife. On a pas eu de chances… certes mais nous sommes tombés aussi sur un loueur pas très consciencieux. Nous avons enchainé les problèmes techniques et les crevaisons sur des vélos assez hauts de gamme, clairement très mal entretenus. Résultat nous avons perdu du temps précieux sur nos vacances à faire des aller-retours entre le loueur et notre hôtel pour les faire réparer. Oui LES car mon vélo a eu des soucis puis celui de Matthieu.  Nous avons récupéré les vélos le samedi soir, dimanche : pannES on peut même pas rouler et quitter notre hôtel.. nous sommes obligés de retourner au magasin (heureusement ouvert le dimanche) et lundi, c’est au tour du vélo de Matthieu après 15km à l’autre bout de l’île. Cette fois, nous sommes allés faire réparer le vélo dans un autre magasin.

C’est pourquoi je vous DECONSEILLE vivement de louer chez “FREE MOTION Bikecenter”. Fuyez-les. C’était vraiment du foutage de gueule pour le prix qu’on a payé. Je n’ai pas trop envie de replonger dans les détails tellement c’était frustrant et honteux.

Cela étant dit, maintenant on redoublera d’attention au moment de la location, et voici mes petits conseils

  • Vérifiez les kits de réparation fournis…ayez toujours le vôtre. Demandez s’il s’agit de tubeless ou de chambres à air… ayez des chambres à air d’avance et une bombe anti-crevaison.
  • Vérifiez l’état du vélo (chaine, dérailleurs..,) faites des photos
  • Vérifiez l’état des pneumatiques et demandez que la pression soit mise (qui emporte sa pompe à pied dans l’avion ?)

Bref…nous avons finalement pu réaliser 2 itinéraires sur les 3 que nous avions prévu le mardi et le mercredi. Heureusement car Tenerife est vraiment une île qui se prête au cyclisme. Les routes sont larges, bien aménagés. Il y a un réel respect de la sécurité des cyclistes. Les paysages se savourent davantage en pédalant. Bon. Par contre c’est une île où vous ne faites pas quelques kilomètres sans prendre beaucoup de dénivelé. Il faut donc aimer ça.

>> Si vous envisagez de faire un voyage complet à vélo, retrouvez ma FAQ à ce sujet par-ici >>

Nos parcours vélos (effectués ou prêt à être suivi):

  • Ascension du Teide par Santiago del Teide: je vous conseille vraiment dans le sens que nous avons fait vous en prendrez plein la vue et le retour est plus “rapide” quand vous aurez passé une grande partie de la journée sur votre vélo 😉 Pour moi cette sortie était difficile de part de la “longueur” de l’ascension (on atteint le sommet après 70km de quasi montée non stop). On monte beaucoup mais les pourcentages restent raisonnables. Il faut juste y aller à son rythme 😉 Clairement : une de mes plus belles sorties à vélo. Les paysages, les nuages, la route… tout était extraordinaire. 

  • Parc del Teno / Masca par Santiago Del Teide: un itinéraire court mais exigeant car les pourcentages de certaines portions s’envolent (des passages à 18%!) mais encore une fois nous en avons pris plein les yeux. La route est vertigineuse. Il y a quelques années je crois que j’aurais fait une crise de panique rien qu’à l’idée de devoir descendre et serpenter à vélo aussi proche des falaises. Mais là, c’était juste un rêve. La maladresse de certains conducteurs sur cette route n’a rien gâché mais je vous conseille de faire TRES attention. 

Petite note que je développerai un peu plus loin: Vous l’avez remarqué la météo est très changeante à Tenerife à cause du vent, du relief mais aussi de l’altitude (pour aller au Teide vous allez rouler à + de 2000m d’altitude). Equipez-vous vraiment bien pour la descente et la pluie, même si la météo annonce du soleil et 25 degrés, vous pouvez être surpris.e

Dans la descente du Teide (qui fait +30km), j’étais frigorifiée alors que j’avais des gants, une veste coupe-vent et un cache-cou. Le ressenti était d’à peine 8 degrés alors qu’en montée, il flirtait avec les 25 degrés. Je ne mentionne même pas les petites averses, les nuages ou l’humidité que l’on traverse entre 700-1200m d’altitude qui vous refroidissent ou vous rafraichissent… c’est selon. Soyez prêt.e 😉

5. Randonner à Tenerife (idées, itinéraires…)

Bien entendu, si vous n’êtes pas trop vélo, Tenerife est également le paradis de la rando. La variété des climats et des paysages permet de vraiment se faire plaisir, quelque soit son niveau !

L’île a 3 parcs nationaux complètement différents mais incontournables. Nous avons eu un aperçu des 3 mais avons réellement pu explorer à fond que celui du Teide… et un tout petit peu l’Anaga. Forcément, j’ai été très marqué.e par celui du Teide à cause de son ambiance volcanique, rouge, noir… mais aussi mystique avec le passage au-dessus et à travers les nuages.

> À savoir sur le parc National du Teide: le Teide est le volcan de Tenerife et son point culminant (+3700m d’altitude) mais vous ne pouvez pas accéder à son sommet “comme ça”. Il vous faudra un pass qui se réserve des mois à l’avance, idem pour s’en approcher par le biais du téléphérique (pas toujours ouvert à cause du vent). L’option la plus réalisable est faire son ascension de nuit (ou une partie et dormir au refuge, avant de finir le lendemain matin) et d’atteindre son sommet avant 9h. En effet, le pass n’est demandé qu’après 9h. Attention toutefois: vous montez en haute altitude, en hiver (ou fin du printemps/début de l’automne) il peut y avoir de la neige et de la glace. Vérifiez l’état d’ouverture des itinéraires et demandez conseils aux gardiens du parc avant de vous lancer.

  • Le samedi (notre première journée sur place): nous avons passé une grosse demi-journée à aller s’approcher du Teide en suivant la randonnée de Pico Viejo >>

Même si ces 16km et les quasi 1300m d’altitude ne vous paraissent pas énormes, cette rando est vraiment difficile. Vous évoluez sur un terrain volcanique particulièrement abrasif (mettez de vieilles chaussures) ou glissants…en plein soleil sans ombre.

:

Je me répète mais même pour cette randonnée, renseignez-vous bien sur l’état des sentiers. Nous n’avons eu aucun soucis lors de notre passage le samedi. Il y avait un peu de neige au sommet mais beaucoup de vent qui vous glaçait sur place au sommet. Le lendemain (il avait plu toute la nuit), le parcours était devenu dangereux et à nouveau enneigé. Si vous venez en demi-saison, vraiment, renseignez-vous pour ne pas vous mettre en danger inutilement. Enfin, ne sous-estimez pas les effets de l’altitude sur vous. La randonnée débute à 2000m et se termine à 3100m, vous le sentirez très vite :S

Bon j’ai l’air alarmiste comme ça mais ce fût une randonnée magnifique. Je peux vous rassurer, la descente dans le sable volcanique est super fun à faire en courant. Mais n’allez pas trop vite pour ne pas perdre la trace du sentier (toutes les roches se ressemblent).

  • Marche de Roques de Garcia: ce n’est pas à proprement parler une randonnée, c’est une “bonne marche” que je vous conseille de faire tranquillement en fin de journée lorsque tous les bus des touristes sont partis. La lumière y sera parfaite. Elle est peu fréquentée, puisque la majorité des gens qui occupent le parking prennent juste une photo de la fameuse roche de Garcia et s’en vont. Ils ratent cette marche qui vous plonge dans une sorte de canyon en direct de Mars avec vue imprenable sur le Teide. C’est magique. Les roches sont de couleurs rouges, oranges.. c’est quasi irréel. On se rend davantage compte de l’impact du volcan sur le paysage… mais aussi de toutes les autres randonnées qu’on aurait envie de faire pour explorer le parc 😉

Suggestions d’autres randonnées à faire dans le parc du Teide:

  • Samara
  • Montagne Guajara

Au passage, je vous recommande vivement ce blog pour préparer votre voyage>>

Parc National d’Anaga:

Situé à l’Est c’est une pépite encore bien préservée et tranquille. Le climat y est beaucoup plus humide que sur l’autre partie de l’île. Les sommets sont un peu moins vertigineux mais bien plus luxuriants. L’atmosphère peut vite y être mystique lorsque les nuages y restent coincés. 

Malheureusement, nous n’avons pu y faire qu’une petite randonnée alors que ce parc appelle à y passer bien plus de temps ;):

  • Randonnée de Benijo: très courte mais qui pique un peu.. elle vous offre des vues magnifiques sur la côte d’Anaga avec la sensation d’être au bout du monde (et seul.e !)

Mais vous aviez été très nombreuses à me recommander la boucle Afur Taganana Afur (toutes les infos >>) que je vous conseille et que je me note précieusement pour “la prochaine fois”

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de faire des randonnées dans le parc national du Teno ou près des falaises de Los Gigantes… mais il y en a et de très belles. Comme pour le Teide, il faut vérifier l’état d’ouvertures des sentiers (éboulement, souffres…)

2 randonnées bonus :

  • Punta del Teno: Ce n’est pas à proprement parler une randonnée (vous pouvez le faire en marchant cela dit). Le phare situé au bout de cette route de 7km à la sortie de Buena Vista Del Norte (où se trouve une superbe plage et une piscine découverte de 25m magnifique) n’est accessible qu’à pied, à vélo ou en navette. Lors de notre séjour, la route était fermée et les navettes suspendues car l’un des tunnels étaient en réparation. Nous étions dimanche et l’accès était ouverte pour les vélos et les piétons. J’ai donc fait le parcours en courant au coucher du soleil (le phare se situe plein ouest) et c’était vraiment… vraiment très beau. Je n’ai croisé personne en 1h30. Les couleurs sur les falaises, la plage, le phare…il faut vraiment y aller 😉

  • Rando côtière au mirador de San Pedro: on avait un peu de temps à tuer entre 2 réparations de vélo (ahem, je remue le couteau dans la plaie), nous avons décidé de faire cette jolie marche afin d’aller admirer le vieil ascenseur à eau. Même si c’est une marche plutôt urbaine, elle vaut le détour et est parfaitement accessible en famille ;). J’ai adoré m’arrêter pour faire le plein de photos de fleurs. Nous sommes tombés sur un coquelicot au dégradé blanc/violet juste exceptionnel. Je n’avais encore jamais vu ça.

6. Bonus: Visitez les petits villages de la côte Nord et les piscines naturelles

Nous avons pris beaucoup de temps pour visiter Garachico et ses piscines naturelles. Mais il faut savoir que vous pouvez en trouver plein le long de la côte nord.

Garachico est vraiment la ville typique… sortie d’une faille spacio-temporelle. Le coeur animé du village, ses petits restaus, sa vue, les falaises, l’océan turquoise, les bâtiments colorés. On a adoré y sejourner. Les habitants sont hyper sympa, on y mange bien… On a adoré aussi Buena Vista Del Norte, los Silos 😉

7: Note sur l’équipement

Je l’ai un peu précisé auparavant mais emmenez vraiment avec vous des vêtements de montagne si vous prevoyez de randonner ou de faire du vélo en altitude 🙂

Il me semble avoir fait le tour. En tout cas, nous, c’est sur nous reviendrons. C’est un séjour très marquant et très beau. L’île m’a beaucoup rappelé Madère (n’hésitez pas à lire mes articles à ce sujet >>)  qui avait aussi été un voyage unique. Les îles des Canaries sont vraiment des trésors préservés et proches de nous pour un dépaysement garanti 😉

N’hésitez pas si vous avez d’autres questions à les poster en commentaire.

Je vous y souhaite un bon séjour si vous y allez !

Ne vous arrêtez pas là !

Randonnée: Tour des Aiguilles de Bavella : 11,5km / 780m de D+ (Corse)

Randonnée: Tour des Aiguilles de Bavella : 11,5km / 780m de D+ (Corse)

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je suis contente de vous retrouver après mes vacances en Corse (bon ça…
8 jours en Finlande: À la Découverte de la région des (grands) lacs

8 jours en Finlande: À la Découverte de la région des (grands) lacs

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je vous retrouve pour la suite (et fin) de mes article sur notre…
FAQ: Voyager en Finlande (Budget, Vélo, Moustique, Incontournables...)

FAQ: Voyager en Finlande (Budget, Vélo, Moustique, Incontournables...)

Hi, J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bel été ? De notre côté, nous avons…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

No feed

Les actus

Retour haut de page