Running: Comment s’inscrire à une course à l’étranger ?

13 novembre 2016 - Sports - 14 commentaires

Hi,

Processed with VSCO with a5 preset

Comme vous l’avez remarqué, je participe de plus en plus à des courses (autant running que triathlon) à l’étranger. En fait, j’adore combiner voyages ET sport, et si je peux ramener en plus un souvenir un peu différent comme une médaille, je n’hésite pas.

Cependant, s’inscrire à une course à l’étranger peut parfois être compliqué, sans parler de toute l’organisation et le stress qu’il existe en amont. Aujourd’hui, j’avais envie de vous partager mes astuces et conseils, si comme moi, vous avez envie de conjuguer un séjour avec une belle course officielle. Malgré, l’organisation et le stress supplément, sachez que c’est une très belle expérience  !

Comment trouver et choisir une course à l’étranger ?
Tout comme en France, il existe des calendriers sportifs, mais google demeure votre meilleur ami pour trouver une course car je suis bien incapable de vous citer tous les sites webs correspondant à chaque pays mais en utilisant les mots clés du type « race calendar 2016 XXX (pour le pays) » vous devriez vite tomber sur un site qui recense les courses. N’hésitez pas aussi à en discuter autour de vous, Matthieu et moi participons et organisons parfois nos destinations en fonction de recommandations de nos amis, et nous n’avons jamais été déçus (sauf pour Berlin lol)

Mes petites astuces pour trouver sa course, en tenant compte de :

– Date
– Le type de course (10km ? Semi-Marathon, Marathon ? Triathlon ??)
– La destination

Souvent c’est la date et/ou la destination qui vous aideront le plus facilement à trouver la course. En 2015, Je souhaitais visiter l’Ecosse au environ du mois de mai, durant ce voyage je voulais participer à une course. Je suis donc allée sur un calendrier sportif recensant les courses d’Ecosse dans cette période et j’ai trouvé, par chance, le semi-marathon d’Edimbourg (d’ailleurs ce même weekend il existe le 10km et le marathon !). J’ai ainsi ensuite organisé mon voyage en fonction de sa date.

Vous avez une date en tête, une destination, croisez ces deux informations pour y trouver une course. Dans 95% des cas, vous serez chanceux, vous trouverez une jolie course. Parfois, il faudra adapter la date, essayez d’être flexible ☺. Attention, pour les toutes petites courses, le paiement en ligne peut parfois être difficile. C’est pourquoi, même si c’est hyper cool d’y participer, je vous conseillerais de privilégier les courses un peu plus populaires. Les organisateurs sont plus habitués à la présence de coureurs internationaux et prévoient même des informations/brochures en anglais pour vous aider et vous orienter le jour-j.

>>> Note: n’hésitez pas à relire mon article pour trouver des courses en France, car vous pouvez tout à fait conjuguer un petit weekend dans une région de France que vous ne connaissez pas ET course. On le fait aussi avec Matthieu 😉

Processed with VSCO with a5 preset

L’exception à la règle >>> les courses TRES populaires :
En France, il existe de nombreuses courses pour lesquelles les dossards sont vendus DANS L’HEURE de l’ouverture des inscriptions (le Marseille-Cassis par exemple), c’est pareil à l’étranger. Si une course de ce type vous fait envie, mettez vous une alarme pour être dans starting block dès que les inscriptions débutent. Certaines courses ENCORE plus populaires comme les fameux « World Major Marathons » >> dont Londres, Tokyo, New-York… Pour y participer, il faudra passer par la case tirage au sort OU agence de voyage spécialisée ou qualification obligatoire. Le rêve d’y participer est donc d’autant plus dur.

Processed with VSCO with a5 preset

Le choix cornélien course VS tourisme :
Je vous recommanderai toujours d’arriver au moins 2 jours avant la course. Si vous partez sur un weekend, choisissez un départ le vendredi soir afin de pouvoir retirer votre dossard tranquillement sans vous presser le samedi

Et oui, une fois le dossard retiré la veille, forcément vous allez visiter la ville qui l’accueille, vous allez piétiner, vous allez vous fatiguer et le lendemain la course ne se passera pas forcément comme vous l’avez souhaiter. Faites y attention et préférez des activités touristiques avec le minimum de déplacement possible.
C’est dur de résister, moi la première. C’est pourquoi, je vous conseille de partir sur un long weekend afin de profiter un peu le samedi et un peu le lundi pour jouer les touristes sans stress et d’optimiser votre choix : course + tourisme. Par exemple si vous participez à un marathon OU un semi-marathon, en fonction de l’horaire, la course va littéralement MANGER tout votre dimanche. Pensez-y et n’oubliez pas non plus que votre course du lendemain vous permettra aussi d’avoir un bel aperçu de la ville 😉

Processed with VSCO with a5 preset

Mes conseils:

– Prévoir : il est préférable de vraiment vous organiser en avance (jusqu’à 1 an même pour certaines courses très populaires) une fois que vous avez trouvé la course à laquelle vous souhaitez vous inscrire. Dès lors que votre inscription est validée (à faire le plus tôt possible), n’attendez pas pour réserver votre hôtel et vos transports. Pensez que vous allez être plusieurs milliers à affluer au même endroit au même moment, les prix vont rapidement augmenter et les places d’avion ou de train s’envoler. Pour le semi-marathon de Copenhague, nous nous y sommes pris 8 mois en avance par exemple.

– S’organiser : Participer à une course chez soi est déjà stressant, imaginez à l’étranger dans une ville inconnue dans une langue peut-être mal comprise. Lisez bien TOUS les mails que l’organisation de la course vous communique. Par exemple, au semi-marathon d’Edimbourg, je me suis faite avoir, je n’avais pas bien lu (j’avoue) ces fameux mails et j’ignorais totalement que je devais payer ma navette retour. À Berlin, je n’avais pas compris qu’il n’y aurai pas de ravitaillements solides…Leçon bien apprise depuis 😛 Choisissez également un hôtel vous permettant de vous rendre facilement sur la ligne de départ. Vérifiez le parcours et la zone d’arrivée pour savoir également comme vous rentrerez.

– Anticiper : conserver tout votre équipement sportif AVEC VOUS, ne mettez jamais votre tenue et baskets en soute par exemple. Ça serait bête de vous ruiner pour nouvel équipement en veille de course ou de ne pas pouvoir participer à la course parce qu’Airfrance a perdu vos bagages…

Processed with VSCO with a5 preset

Particularité des courses à l’étranger :

– Les ravitaillements solides : après avoir participé à plusieurs courses à l’étranger, il faut le reconnaître, il n’y a quasiment qu’en France où nous bénéficions d’une si grande variété de ravitaillements (eau, sucre, fruits etc.). À l’étranger, c’est NIET. Vous avez de l’eau, parfois des boissons énergisantes ou des gels (en fonction du sponsor) ET C’EST TOUT. Bien sûr il existe quelques exceptions, mais globalement, il faudra prévoir vos propres ravitos. J’inclus les morceaux de SUCRE ! Exception faites des Etats-Unis où c’est litteerallement l’orgie alimentaire et vous avez droit à tout, pas forcément très recommandable : Coca, chocolat, bonbon.
– Les heures de départ : varient énormément. Aux Etats-Unis elles sont globalement…très très tôt (6…7h). Faites-y attention, 9 ou 10h ne sont pas la règle.
– Les procédures de retrait de dossard : Globalement, c’est comme en France : carte d’identité/passeport, mini expo autour de la course à pied, dossard, petit t-shirt (ou pas, échantillons etc.…à quelques exceptions près. Par exemple, au Royaume-Uni on vous propose de le recevoir par courrier. C’est ce qui m’est arrivé, un peu malgré moi, pour le semi-marathon d’Edimbourg. J’ai eu la surprise de le recevoir quelques jours avant le départ. Tant mieux, c’était hyper pratique car je n’ai pas eu le stress de me rendre sur le village de course, nous avons pu visiter la ville sans interruption. Mais, j’aurais très bien pu le savoir avant si j’avais lu les mails que l’organisation m’envoyait..Ahaha. D’autres fois, le retrait du dossard s’effectue juste avant la course. Cela arrive relativement souvent pour les courses de plus petites envergures mais il me semble qu’en France, cela peut être également le cas.
Le certificat médical : hormis en France et en Italie, vous n’en avez pas besoin 😉 Donc, ne forcez pas votre médecin à vous rédiger un certificat en anglais.

Si jamais il n’existe pas de courses officielles durant votre séjour, emmenez tout de même vos baskets pour courir sur place. Je vous explique dans ce post >>> comment conjuguer tourisme ET running (sans médaille à la clé certes mais de beaux paysages !)

J’espère que ce post vous aidera à réaliser vos envies de voyages ET de course à pied. N’hésitez pas à poster vos questions en commentaire et je suis très curieuse de connaître vos courses favorites hors de France ?

à très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 commentaires

  • Repondre Fanny 13 novembre 2016 à 12 h 34 min

    J’ai vraiment envie de faire de plus en plus de course à l’étranger. C’est une belle façon de découvrir un pays. J’aimerais vraiment faire un jour le marathon de Chicago. Là j’hésite si je fais celui de Paris ou Barcelone… On verra bien.
    Il y a beaucoup d’agence de voyage qui se charge de tout maintenant, le dossard, l’hôtel proche du départ, les visites… C’est vrai que c’est quand même pratique quand on ne connait pas trop la ville.
    D’ailleurs il ne faut pas hésiter à se renseigner à la dernière minute. Parfois les agences n’ont pas vendu toutes leurs places. C’était le cas de Thomas Cook pour le marathon de NY. À 2 semaines de la course il y avait un belle promo sur les dernières places 😉

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 31 min

      Ah tu as raison de le faire remarquer surtout pour le Marathon de NYC car parfois ça représente juste un ENORME budget 😉 !!
      Après si on peut se le permettre, clairement les agences de voyage aident pas mal 🙂

  • Repondre Méchaussie Chloé 13 novembre 2016 à 14 h 14 min

    Hello Anne!
    Merci pour ce post très instructif.
    J’ai testé une fois le week-end vacances + running dans le cadre de l’ecotrail de Bruxelles et c’était très sympa !
    Je te recommande de venir faire une course en Suisse, l’organisation est toujours au top et l’ambiance au rdv!!!
    Notamment les 20km de Lausanne fin avril, le marathon de Genève début mai, ou la course de l’escalade très populaire en vieille ville de Genève.
    Bonne continuation à toi et ton amoureux !
    Chloé, de Genève

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 32 min

      Ahah je note pour Genève 😉 mais j’ai de la famille à LAusanne il faut juste que je trouve la bonne date !

  • Repondre Audrey 13 novembre 2016 à 14 h 56 min

    J’attends encore un peu pour être sûr qu’une blessure ne se réveille pas, mais si tout va bien j’irai visiter Madrid au printemps ET participer au semi-marathon!
    Ce sera la première fois que je ferai une course officielle à l’étranger (mais sinon, quand je pars en voyage je prends toujours mes baskets).

    En Belgique aussi on a de beaux rativitos. J’ai couru le semi-marathon de Bruxelles en octobre dernier (ils proposent également le marathon à la même date) et là c’était HYPER bien organisé : à partir du 6ème km, il y avait très régulièrement des ravitaillement (parfois après 3km) et c’était varié : une fois de l’eau, la fois suivante de l’eau et une boisson énergétique/avec des minéraux (en bouteille, très pratique pour boire sur la longueur) et toujours des bananes ou autre ravitaillement sucré (moi j’avais prévu mes abricots secs donc je ne buvais que de l’eau).
    Par contre, sur les trails ce n’est pas le cas, il y a peu de ravitaillements et parfois ce n’est que de l’eau (j’ai eu la mauvaise surprise l’année dernière sur un trail de 13km, je n’avais mangé qu’un frugal petit déjeuné et la ravitaillement à mi-parcours ne contenait que de l’eau… Heureusement qu’un coureur a entendu mon désespoir et m’a donné un sucre).

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 33 min

      Ah c’est bon à savoir pour la BElgique alors
      Je ne suis jamais encore allée à Madrid, mais je croise les doigts pour que ça se fasse alors 😉 !

  • Repondre Olivia 13 novembre 2016 à 17 h 20 min

    Un chouette article avec plein de conseils ! 🙂 Ça donne envie… Pour ma part j’ai voulu participer à une course au Cap en Afrique du Sud, mais ils demandaient un certificat médical ou un truc dans le genre :/ Du coup je n’ai pas pu participer alors que ça promettait d’être un 10km super (qui longeait l’océan et tout ^^)
    Mais j’adorerais faire à une course à l’étranger ! Ce n’est qu’une question de temps je suppose 🙂

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 38 min

      Oh mince 🙁

  • Repondre olympiabydiane 13 novembre 2016 à 18 h 47 min

    Coucou Anne, merci pour cet article détaillé, j’aimerais beaucoup tenter l’expérience, je trouve que les courses sont une super opportunité pour découvrir un pays, une ville…!

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 39 min

      Oh oui, je te le souhaite de pouvoir le faire 😉 !

  • Repondre Olivia 13 novembre 2016 à 22 h 32 min

    J’aime vraiment ce concept et je pense que je vais l’utiliser pas mal de fois !! J’en parlais justement il y a quelques semaines sur mon blog, les américains ont même un terme dédié pour ce genre d’escapades : les « racecation » (http://www.yoppappop.com/2016/10/vacourses.html), même si je ne l’ai pas encore fait en pratique, j’ai un projet bien concret pour février (le Princess Half Marathon à Disney World, départ à 5h du matin… YOUPI) et d’autres en vue pour les années à venir… Et maintenant, je me surprends à regarder s’il y a des courses officielles quand je prépare un voyage !! Et quand on me connaît depuis plusieurs années, c’est un revirement de situation BIEN SURPRENANT

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 39 min

      Joli terme pour une jolie expérience de coureuse 😉 !

  • Repondre Aude 16 novembre 2016 à 8 h 05 min

    Merci pour cet article Anne !
    J’envisage justement de faire une course à l’étranger l’automne prochain, et je me posais justement la question du certificat médical lol
    Je n’arrivais pas à trouver des infos sur les sites des courses mais s’il n’est pas obligatoire à l’étranger c’est encore mieux…
    Raison de plus pour me lancer ! 😀

    • Repondre Anne 29 novembre 2016 à 11 h 41 min

      Exactement 🙂
      Et fonce car c’est une super expérience !