FAQ et CR: Trail étoilé (et enneigé) d’Orcières – 14km/800m de D+

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Je commence l’année 2022 avec un joli dossard sur un format assez fun : un trail blanc / snow trail ! Comme son nom l’indique c’est un trail se déroulant sur la neige, plutôt de nuit (mais pas forcément). J’en avais déjà fait plusieurs et surtout, j’avais eu une bonne expérience de la neige suite à ma première participation à la Saintelyon en 2017 (souvenez-vous). Ce sont des courses assez magiques à vivre et à faire.

Le week-end dernier, Matthieu et moi avons participé au trail étoilé (et enneigé) d’Orcières (à Orcières-Merlette), sur le 14km et 800m de d+.  Sachez qu’ils existaient aussi 2 autres formats: un 8km avec 400m de d+ et une marche de 5km, de quoi faire plaisir à tous les niveaux et de découvrir l’originalité de courir/marcher dans la neige.

Ah ouiii car je vous le dis,  c’est amusant, mais c’est épuisant mine de rien (mais fun!).  Je vous raconte tout en vidéo ou article juste après 😉

Comme dans la vidéo, je vous propose 2 parties dans l’article :

FAQ spécial trail blanc 

1. Les crampons sont-ils indispensables ?

Ça dépend du format que vous choisissez mais en général oui, courir sur la neige est glissant, surtout quand elle est tassée, damée ou verglacée. Bien sûr vous ne glisserez pas trop dans la poudreuse (quoique), mais vous en aurez aussi besoin dès que vous vous attaquez à de la montée ou de la descente. C’est aussi plus rassurant car, même si ça ne glisse pas à première vue, on ne sait jamais ce qui peut se cacher sous la pellicule neigeuse éhé. Enfin, les crampons sont amovibles, si jamais vous ne voyez pas leur utilité vous pouvez toujours les retirer de vos baskets, les glisser dans votre sac et repartir. Bien entendu, il ne faut JAMAIS courir avec des crampons sur la route/le bitume. S’ils tolèrent quelques passages sur des chemins de terre, ils ne sont pas faits pour ça.

À savoir qu les crampons en running fonctionnent un peu comme des chaînes sur une voiture. Vous les ajoutez à votre paire habituelle et c’est parti. Ils existent différents modèles pour différents usages. J’en possède deux:

  • Les quechuas qui sont plus pour de la randonnée avec peu de dénivelé. C’est vraiment léger mais ça peut rendre service ponctuellement
  • Les Yaktrax qui sont vraiment faits pour courir sur la neige voir sur la glace/verglacée. Vous pouvez les embarquer sur du gros dénivelé, de la bonne descente, ils accrochent vraiment bien 😉

Durant le trail, nous avons utilisé Matthieu et moi nos Yaktrax et nous en étions encore et toujours super contents !

2. Conseilles-tu de prendre des bâtons ?

Non car les trails blancs sont des formats assez courts qui ne nécessitent pas forcément leur utilisation d’une part, et d’autre part, le terrain enneigé, glacé peut clairement les abimer. Peut-être, si vous en ressentez vraiment le besoin, partir sur des bâtons plus résistants. Après, ça reste à l’usage de chacun.e

3. Quel équipement indispensable?

Clairement il vous faudra une tenue assez chaude (surtout si le trail est de nuit). Je portais un leggings Odlo doublé polaire à l’intérieur et j’en étais bien contente. Le trail nous a fait grimper à plus de 2000m d’altitude, de nuit. Je peux vous assurer que ça caille très vite.

La neige c’est fun mais ça fond et quand ça fond ça mouille (merci Anne pour cette remarque physique!) résultat, on se retrouve vite avec nos équipements trempés. C’est pourquoi, je vous conseille d’une part 1 ou 2 couches pour rester au chaud et d’opter pour une veste chaude ET imperméable ainsi que coupe-vent pour la dernière (et 3eme) couche.

Enfin, n’oubliez pas de protéger vos extrémités avec une bonne paire de gants ainsi qu’un bonnet ou bandeau (en fonction de vos préférences, team bandeau par-ici! Matthieu est team casquette, même l’hiver, pourquoi pas 🙂

4. Côté chaussures ?

J’utilise de vieilles paires jamais des neuves. J’opte pour un vieux modèle d’hiver avec une membrane en goretex (comme je l’explique ici) avec un minimum d’imperméabilité. Puisque la neige, ça mouille, l’objectif est d’avoir des baskets qui vous gardent au sec ET au chaud le plus longtemps possible.

Cela étant dit quand la neige est très poudreuse, comme le sable, elle peut se faufiler à l’intérieur et mouiller vos chaussettes puis vos pieds. Et là, c’est le drame! Beaucoup de personnes portent aussi des guêtres  >>qui permettent d’éviter ça. Personnellement, je n’en ai pas et je me dis que le trail ne fait que “14km”, je peux supporter d’avoir un peu de neige qui rentre. Par contre j’opte pour des chaussettes plutôt légères (car j’ai des baskets “hiver”) qui n’absorbent pas l’eau et sèchent rapidement (donc le pied ne reste pas dans la neige fondue des heures).

En tous les cas, essayez de privilégier une vieille paire de baskets, plutôt hivernales pour supporter la neige et le froid.

5. Les vêtements Kari Traa sont-ils vraiment bien ?

Il est vrai que vous me voyez pas mal porter cette marque, surtout une fois venu l’hiver. À dire vrai Kari Traa et Odlo sont mes 2 marques préférées pour affronter le froid, la neige, l’humidité. J’ai testé et approuvé quasiment toute leur gamme et je ne peux que vous les recommandez les yeux fermés, je n’ai JAMAIS été déçue. Odlo et Kari Traa proposent autant des vêtements d’hiver running… mais qui s’adaptent aussi à des activités comme le ski de rando, le ski de fond.. Donc ouiiiii

6. Est-ce dur de courir dans la neige ?

Tout dépend quel type de neige. Si la neige est bien damée et compacte, c’est plutôt facile même très agréable. Par contre si c’est dans de la poudreuse, clairement oui c’est dur. WELCOME IN WINTER HELL ! C’est pire que si vous essayez de courir dans du sable: ça glisse, ça mouille, on s’enfonce. Les chevilles, les genoux travaillent à fond pour vous sortir de là. Ces portions sont intenses et exigeantes, mais c’est clairement ça qui rend ces trails blancs drôles !

>> N’hésitez pas à regarder la vidéo youtube car j’ai mis des images qui sont vraiment explicites afin d’illustrer à quel point ça peut être galère.

7. Faut-il un entrainement spécifique ?

Sauf si vous préparez un trail blanc de plus de 20km (les formats oscillent entre 6 et 20km), honnêtement non. Il faut juste avoir l’habitude de faire un peu de dénivelé (pas forcément beaucoup comme en plein été), avoir l’habitude de courir la distance choisie et ne pas avoir peur de glisser le jour-J lol. Mais promis les chutes sur le popotin et la neige font bien moins mal que sur des racines ou des graviers l’été.

8. Pourquoi faire le trail de nuit ?

Alors ce n’est pas une généralité mais les trails blancs organisés sur les stations de ski ont lieu la nuit pour des raisons pratiques: vous allez passer et traverser des pistes de ski où la journée il est interdit de se rendre comme ça. L’organisation lance le trail qu’une fois les remontées mécaniques et les pistes fermées au public. Enfin, la station, la nuit de la course, décale les machines de damage qui peuvent être très dangereuses.

Bien sûr il existe des trails blancs qui n’ont pas lieu en station ET de jour. Après, c’est vraiment magique de courir de nuit en montagne car l’observation des étoiles est unique. C’est, personnellement, ce que j’aime le plus.

Normalement j’ai répondu à toutes les questions sur ce format, mais n’hésitez pas si vous en avez d’autres à les partager en commentaire. Maintenant, place au trail !

Nous avons retiré notre dossard 1h avant le départ, qui était donné à 17h15, soit 15-20min avant le coucher de soleil. Un horaire parfait et un itinéraire bien tracé puisque nous avons pu admirer sur les 2 premiers kilomètres celui-ci progressivement aller se cacher derrière les montagnes.  Mais je m’égare lol.

Au moment du retrait, vous avez la surprise d’avoir un petit cadeau supplémentaire, au choix chaussettes ou ceinture type flipbelt (j’adoooore et use, abuse  de ces ceintures à l’entrainement car elles ont PLEIN de poches pour mes shorts/leggings qui en manquent cruellement, on en parlait ici>>) Franchement, le prix du dossard oscille entre 8 et 17euros. On était vraiment gâtés.

L’organisation est petite, je crois que nous devons être 150-200 participants, mais c’est largement assez pour bien s’amuser. On se prépare et on se met en place en bas des pistes à 17h. Il fait encore jour mais les frontales sont déjà prêtes. Le départ est donné et zou, on attaque direct par une petite remontée de pistes bleues avant de bifurquer vers la forêt et ce fameux spectacle du coucher de soleil. Vu que nous sommes pas hyper nombreux, pas de bouchons, chacun adapte son rythme, d’autant plus qu’on attaque vite des grosses portions de poudreuse lol.

Moi je suis en extase devant ce soleil qui se couche à une vitesse vertigineuse, tu me vois…c’est trop beau, tu me vois plus tchao!

Puis on enchaine, on en chie dans la poudreuse mais c’est drôle (parce que tu sais que tu n’as “que” 14km hin! sinon je ne l’aurais pas aussi bien pris). Le ciel devient rose, les montagnes aussi. Mais la nuit se couche très vite car il est à peine 17h45-50, que la nuit nous rattrape rapidement. Je sors ma frontale pour commencer à m’éclairer, nous sommes environ au 5eme kilomètre.

Nous suivons la bifurcation pour le parcours de 14km et là, les choses sérieuses débutent. On s’attaque à une looongue montée qui se transforme en mur lol pour atteindre Rocherousse (le point culminant du trail). C’est clairement vertical et ça me rappelle les montées de la PDA (souvenez-vous) sur lesquelles tu es plié.e en deux en montant droit, comme sur un escalier. On voit au sommet une petite maisonnette éclairée. C’est notre phare car on sait que là-haut, on aura avalé quasiment tout le dénivelé du parcours, soit 800m ! en moins de 3km on se prend 300m de D+.

En arrivant en haut, on retrouve quelques bénévoles avec des ravitos (on ne dit jamais non à des ravitos!) il y a tout ce qu’il faut pour se revigorer avant les 7km de descente. je consulte ma montre, je vois qu’il nous manque 80-100m de d+. Vous savez ce que çå veut dire ? des petits coups de cul, des petites remontées avant l’arrivée.

La descente est hyper agréable, pas du tout tape-cul, traumatisante ou plutôt : j’y laisse mes genoux. On voit les étoiles, c’est vraiment féérique. Le silence est total, on entend que nos pas sur la neige. Magique ! Le ciel est encore bien éclairé par une demi-lune et on arrive encore à deviner les montagnes enneigées face à nous. Magique je vous dis.

NOTE: Vous pouvez retrouver le parcours du trail par-ici >> mais à ne pas faire durant la saison de ski car il est strictement interdit de se promener sur les psites de ski la nuit quand les machines dament la neige (cela peut être très dangeureux

Le dernier kilomètre nous refait passer par un peu de poudreuse et quelques montées avant de revenir sur la ligne d’arrivée/de départ. On arrive le sourire aux lèvres, sourire qui s’agrandit au vue des ravitos. Ce sont des petites barquettes en carton remplies de produits locaux : fromage, feuilletés faits maisons, brownie… saucisson mais vous pouviez prendre des versions “végétariennes”.  Que du bonheur pour finir.

Matthieu et moi nous nous sommes régalés. Oui vous avez remarqué, je dis nous car Matthieu a (vraiment) couru avec moi ( beaucoup devant moi lol) du début jusqu’à la fin (il a lâché le chrono pour profiter des étoiles en amoureux ahah). Plus sérieusement, si vous avez l’occasion de prendre un dossard, n’hésitez pas car c’est vraiment très fun et assez unique comme expérience. L’ambiance était au top, tout était parfaitement organisé: tracé, balisage, ravito. Bravo.

L’organisation propose aussi une version en août plus traditionnelle: le trail de 5 lacs, avec différents formats >>

En tout cas, nous en referons avec plaisir dès que possible 😉 Avez-vous déjà fait un trail blanc ? N’hésitez pas à partager les dates et parcours car vous êtes pas mal à m’en avoir demandé sur Instagram 😉

@ très vite

Ne vous arrêtez pas là !

CR: Marathon de la Toureille dans les Cévennes (42km/2200m de d+)

CR: Marathon de la Toureille dans les Cévennes (42km/2200m de d+)

  Hi, J’espère que vous allez bien ? Samedi dernier (et oui même pas un dimanche éhé) j’ai pris le…
Discordance avec Cécile Bertin: Quelle place pour les femmes en trail et ultra trail?

Discordance avec Cécile Bertin: Quelle place pour les femmes en trail et ultra trail?

Hi, J’espère que vous allez bien ? Mardi dernier j’ai eu la chance d’accueillir, en live sur mon Instagram, Cécile…
6 Conseils pour bien choisir son premier trail

6 Conseils pour bien choisir son premier trail

Hi J’espère que vous allez bien ? Comme je sais que vous êtes de plus en plus nombreuses.x à vouloir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

No feed

Les actus

Retour haut de page