Too Much to Ask #575

Hi,

chemise en jeans stan smith

Depuis que j’ai l’âge de ne pas aimer les enfants, (depuis que je suis plus une enfant en fait et que j’ai compris l’histoire de la reproduction, les liens parentaux), “je n’aime pas les enfants”. J’ai très peu fait de baby-sitting quand j’étais ado car j’avais franchement du mal à rester zen face à ces têtes blondes (ou brunes, on est plutôt brun chez mes petits cousins, cousines). J’ai la mal chance d’être LA cousine la plus grande…ou la plus âgée, la plus vieille, alors les demandes de “tiens, tu n’as qu’à garder ta cousine pendant qu’on discute entre adultes qu’on se bourre la gueule entre oncles et tantes”. J’ai souffert !

Je me souviens de ce Noël interminable et de cette phrase prononcée entre la dinde et la bûche. J’ai souffert ! J’ai vu, je crois, 10 fois, le film de BARBAPAPA, qu’un cousin ou cousine avait eu la bonne idée de recevoir et surtout décidé d’user jusqu’à la corde la vidéo le même jour. Ah oui je les avais gardé, je m’étais bien occupée d’eux mais j’étais traumatisée.

Voici venir les Barbapapas… youuhoou On fait les fouuusss 

Des envies de meurtre de Barbapapas, j’en ai eu, surtout que, depuis ce fameux 25 décembre, le générique, je le connais PAR COEUR, même mieux que tous les poèmes appris jusque là. LA référence. De même, je n’ai jamais vraiment aimé jouer aux papas et à la mamans quand j’étais petite. J’étais plus barbies, lego et voitures. Avec mes frères, nous mélangions nos légos pour créer nos villes et inventer des histoires. Mais jouer à la maman, pas franchement exaltant.

Depuis, j’ai grandi et j’arrive toujours à cette conclusion sur les enfants. Je ne m’attendris pas devant les bébés et d’ailleurs, ça m’agace plus qu’autre chose les personnes qui s’égosillent un peu trop bêtement. Oui c’est mignon mais bon, dans mon cas, ce n’est pas le nirvana.

Ma mère me dit souvent qu’un jour je changerai d’avis. Un jour. Honnêtement, ce n’est pas le cas pour le moment et ça va faire plus de 10 ans. Je me dis parfois qu’avec LA bonne personne et LA bonne conjoncture, l’envie viendra d’elle-même. Par contre, je me vois bien grand-mère, ou vivre avec une grande famille, continuer les grandes réunions de famille que j’ai moi-même connu. J’adore ça : cousins, cousines, tantes, oncles… J’aime cette ambiance et il faut bien commencer quelque part si je veux être grand-mère et entourée d’une grande famille. L’idée fera son chemin ou pas. J’ai largement le temps. Je dois encore profiter de beaucoup de choses, seule ou en couple.

Et vous, quel est votre rapport non pas aux enfants mais à la maternité ?

chemise en jeans stan smithchemise en jeans stan smithchemise en jeans stan smith
Jeans – LTB (similaire ici ou là)

Chemise en jeans – C&A (similaire ici ou là)

Trench – Gap (similaire ici ou là)

Gilet – Uniqlo (similaire ici)

Sac – Lancaster (similaire ici ou là

Foulard – Primark (similaire ici ou là)

Baskets – Adidas Stan Smith (Similaire ici )

chemise en jeans stan smithchemise en jeans stan smith

Je suis toujours en trench/veste sans manteau à quelques jours du mois de décembre (yyeeees). Bon en sortant de la piscine mardi, j’ai attrapé un peu froid à cause de mes cheveux mouillés, donc je pense sérieusement à le ressortir du placard d’ici quelques jours… OU investir dans un bonnet en laine tout en poursuivant ma résistance stupide. Car non l’été ne reviendra pas avant quelques mois snif.

Avec l’automne (et l’hiver), je me fais plaisir sur les écharpes et les foulards qui permettent d’éclairer un peu une tenue ou de flatter le teint (blanc/livide/fatigué/blafard) un peu pâle en hiver. D’ailleurs, hormis mon petit foulard, il n’y a pas vraiment de nouveauté. Je remarque juste que ma chemise C&A est bientôt aussi vieille que le blog, mais tient toujours le coup.

N’oubliez pas de participer au concours  pour les 5 ans 🙂 !

Vous portez beaucoup de foulard et d’écharpe ?

à très vite

PS : Bénéficiez en ce moment de -25% sur une sélection 100% hiver chez ASOS 😉 >>

EDIT: (Je trouve ça dommage de devoir le préciser mais…) attention l’article (comme 90% de mes articles) est  à prendre au second degré. Quand je ne dis “ne pas aimer les enfants” je le dis avec humour pour exprimer mon rapport avec la maternité et non méchamment pour m’opposer à tous les enfants de la terre… 😉

Ne vous arrêtez pas là !

Deviled #824

Deviled #824

Hi, J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon weekend ? Ici le soleil est revenu……
Secret Society #764

Secret Society #764

Hi, Parfois, j’ai un peu honte de le dire, mais j’adore me retrouver seule dans mon appartement. J’aime Matthieu mais…
Wait in Line #718

Wait in Line #718

Hi, Me voilà de retour à Paris sous la pluie (ironie quand tu nous tiens :P). Je laisse un petit…

93 réflexions sur “Too Much to Ask #575”

  1. Tu avais les cheveux “fouillés” ? 😉 moi j’aime bien les enfants… disons 2 ou 3 jours max. Au delà, ca me tape sur les nerfs, je suis tellement contente de les rendre à leur parents!! (Bouhhh c’est mal de dire ça) Bon week end!

  2. Moi je suis maitresse … alors forcement je les aime les kikis ! Mes filles encore plus forcément par contre etre enceinte pouah pas pour moi ! 9 mois sans sport et a faire que grossir non j’ai pas aimé ! Par contre la maternité, être mère c’était innée , une envie de toujours , un rêve réalisé dés que la situation professionnelle était assurée ! d’ailleurs des enfants j’en voudrais plein mais la partie raisonnable de notre couple pense que 3 c’est déjà pas mal … et il a surement raison , et puis avec le dossard pris pour le marathon de paris 2015 les 5 mois a venir seront davantage tournés vers ms objectifs sportifs plutôt que mes envies de bébé

    1. De mon côté, je pense que la grossesse me fait aussi pas mal peur pour avoir mes petits enfants.
      Et bravo bel objectif marathon 🙂 tu vas faire lequel ?

      1. Paris ! Je l’ai fait l’an passé et je me suis bien craquée 4h30 au lieu des 3h45 escomptées que j’avais approchées a mes deux premiers marathons a Nantes . Mais cette année j’emmène ma team mes 3 copines de CAP et y a pas moyen je repasserai sous les 4h ! faut juste que je me cale niveau alimentation , depuis un an j’ai arrêté tout ce qui est sucre (lent et rapide ) pour privilégier un régime cétogène et si à l’entrainement ca fonctionne bien sur les 42km y a eu un couac … tu connais peut être du monde sur la blogosphère qui court du long en régime paléo. Quand je dis régime c’est au sens régime alimentaire pas pour maigrir . Impossible de trouver sur le net …
        Bonne continuation et au plaisir de te lire !

  3. Ben, moi, j’ai des enfants. Dans ma tête, plus jeune, je me voyais souvent avec pleiiiiin d’enfants. Je n’ai jamais pensé que je n’en aurais pas, mais je n’étais pas pressée d’en avoir. Je n’ai, comme toi et beaucoup d’autres, pas attirée plus que ça par les enfants, j’ai peu fait de baby-sitting, mais j’ai eu des coups de corps pour certains enfants (neveu… qui me donnait vraiment envie d’avoir les miens , un jour).
    Dans ma tête, un schéma était très clair. Je n’aurai des enfants que lorsque je serai capable de réunir plein d’éléments (la bonne personne, avoir un job qui me plait et en avoir envie vraiment beaucoup). J’ai rencontré la bonne personne assez tôt, mais tout les éléments ont mis presque dix ans à faire leur chemin. Et puis un jour, c’était une évidence, on a eu un chat!!! (nan, je plaisante, je fais référence à ton mignon minou)
    Après, ce n’est pas la grosse révolution. Beaucoup disent qu’avoir des enfants , ça leur avait changer la vie ( genre, on ne peut plus faire ce que l’on a envie..). Moi, je ne trouve pas que cela m’ait changé la vie. Tout se fait naturellement, sans souffrance, ni regret. J’avais déjà fait le tour de ce qui m’intéressait et j’ai continué avec les enfants qui m’ont apporté bien des surprises sur moi et sur les autres.
    Par contre, je pense aussi que l’on peut ne pas avoir d’enfant dans une vie. On est libre d’en avoir envie, pas envie…
    Bonne soirée.

  4. J’aime les enfants (des autres, et à petite dose, et sans gagatiser à fond !), mais je n’ai pas le désir d’en avoir (mais à 18 ans, j’en voulais, va comprendre !). Dans notre société, c’est mal vu … Alors que ça change quoi pour les autres, hein, si on est pas parents ?! Il y en a beaucoup qui auraient mieux fait de ne pas l’être….

  5. Je pense un peu comme toi par rapport à la maternité… j’ai 26 ans, j’ai une amie qui est déjà maman et d’autres qui sont sur le point de s’y mettre. Je suis absolument ravie pour elles, mais de mon côté je ne ressens pas (encore?) ce désir de maternité. Quand je vois des enfants, je les trouve mignons, j’adore jouer avec eux, leur faire des sourires et des grimaces, mais comme toi je ne suis pas non plus fascinée, et je ne me vois pas du tout avoir des enfants pour le moment. Ce n’est même pas le critère financier qui entre en jeu, je ne me sens juste pas encore prête à faire face à toutes les responsabilités que ça implique au quotidien.

    J’ai 26 ans et je me dis que j’ai encore environ 10-15 ans pour mener une grossesse sans risque, ça va j’ai encore le temps, j’espère juste que mon désir d’enfant viendra avant la fin de l’horloge biologique… parce qu’au fond de moi je sais que je serais pas contre en avoir plus tard, j’ai toujours dit “vers 30 ans” mais la trentaine approche et j’ai pas l’impression que dans 4 ans le désir d’enfant sera là. Après, mon amie m’a dit que c’était comme un déclic, qui te vient en quelques mois seulement, je ne sais pas si c’est le cas pour tout le monde, on verra. Le tout c’est de faire des enfants quand on sent qu’on en a réellement et vraiment envie, et qu’on sait qu’on pourra lui donner ce dont il a besoin pour grandir et s’épanouir. On verra bien!

    Héhé pareil quand j’étais enfant, j’aimais pas la poupée, c’était aussi barbies, petits poneys, légo et voitures! J’aimerais aussi être grand-mère, je suis très attachée aux grandes réunions de famille moi aussi! Bonne soirée Anne 🙂

    1. J’aimerais que ça soit aussi un declic dans ce cas éhé, mais par contre j’ai aucune amie encore à ce stade.
      Cela dit je te rejoins, je garde dans ma tête le stade des 30 ans, je me suis qu’il faudrait m’être décidée d’ici-là

      des bises et merci !

  6. Je me retrouve telllllllement dans ce que vous dites ! J’ai 27 ans, je me marie en 2015, et je me suis toujours dit qu’un jour, j’aurai des enfants (genre, trois !)… Mais pas maintenant ! Je suis enseignante, j’aime bien les ados, mais les petits m’agacent, sauf ceux d’une de mes amies que je trouve épatants. Et puis je ne me sens pas prête, mon futur mari n’est pas pressé non plus. On fait du sport l’un comme l’autre, on sort, on n’arrête pas, alors pas de place pour un enfant pour l’instant. Il faut dire aussi qu’il y a pas mal de gens qui te rabâchent que lorsque tu as des enfants, tu peux faire une croix sur ta vie d’avant, du coup ça ne donne pas envie d’en faire ! Je pense après que cela dépend de la manière de concevoir la vie de famille.

    En tout cas Anne j’adore ton blog, qui m’inspire beaucoup en ce moment 🙂
    Bonne soirée !

  7. Aaah les enfants. J’aimais bien les enfants. Mais ça, c’était avant. Oui oui. Avant d’avoir mon BAFA. Avant, je voulais 3 enfants. Tu sais, la discussion entre copines en primaire et/ou collège de “Tu voudras combien d’enfants plus taaaaard?” avec la voix aiguë qui s’éternise sur le aaaaa lol. Eh bien, cela a changé du tout au tout. Animatrice et travaillant majoritairement avec les 3 – 5 ans (au secours), je suis descendu à deux. Puis à un. Et à… zéro. Bon, aujourd’hui, je suis revenu à un. Mais plus tard. Dans quelques années. J’ai 24 ans mais ne suis franchement pas prête ni pressée. Les enfants, je les appelle les mioches, les gosses. Aujourd’hui, par exemple, je me suis sagement arrêtée avec ma voiture au passage piéton pour en laisser passer trois à la sortie du bus. Pas un merci. Niet. QUE DALLE, LES SALLES MERDEUX! O:-)

    Bref bref. Tombe pas malade hein surtout. Avoir la crève, c’est l’enfer 😉

  8. Je suis maman de deux petits monstres! j’ai eu mon premier a 28 et le second a 30.
    MAIS jusqu’à l’age de 18/19 ans environ je clamais sur tous les toits qu’il y avait trop d’enfants sur terre et que la “niaiserie” d’ etre maman c’etait pas pour moi!
    Et puis… j’ai trouvé la bonne personne …
    Je suis heureuse d’avoir mes ptits loulous, mais je me dis que si on pouvait choisir la date exacte, et pouvoir alors profiter de voyager, de sortir etc… avant de les avoir…parce qu’après… 😉
    Ca viendra ou pas en tous cas c’est de se poser la question, rien ne doit être une obligation.
    bonne soirée à toi je vais retourner avec mes montres d’amour

  9. Pour moi, ça n’a jamais été “si j’ai des enfants”, mais “quand j’aurai des enfants”. J’ai toujours su que j’en voulais. J’aimerais beaucoup avant mes 30 ans (je vais avoir 27 dans 1 mois). Il reste quelques petits détails à régler, mais on commence à en parler régulièrement.

    Par contre, j’ai l’impression qu’au Québec, on fait des enfants plus tôt qu’en France. La plupart de mes amis ont eues leurs enfants début vingtaine (je suis un peu l’exception, car ma situation est plus compliqué, mon copain étant français, visas, résidences et tout le tralala… mais le désir est là depuis que je le connais (7 ans) ).

  10. J étais exactement comme toi. Jusqu’à mes 29 ans.. Et puis ça ne s explique pas.. L envie est venue. Et depuis 4 ans , un petit bonhomme fait mon bonheur a un point au on ne peut imaginer avant de le vivre. Pourtant, avant, je ne supportais pas les “nains” comme je les appelait, je les trouvait tous casse bonbons. Mais c est du passé. Et quand je cours, je pense a mon fils, ça me donne des ailes un truc de fou! Bonne soirée

  11. Ah moi, jusque 27/28 ans, je ne voulais absolument pas d’enfants!! Alors je te comprends, pareil, c’était pas trop mon truc, pas d’émerveillement, au contraire, pour moi, c’était juste chiant, beurk! Ma mère est même tombée des nues lorsque je lui ai dit que j’avais trouvé un petit boulot pendant mon Master, à savoir baby sitter! J’étais pourtant mariée, en couple depuis plus de 10 ans.
    Dans mon cas, c’est justement le fait que cela ne soit pas la bonne personne. Quand j’ai rencontré mon amoureux actuel, un an ou deux avant que l’on ne soit ensemble, j’ai su qu’avec lui, je me voyais avoir des enfants, pas avec un autre. C’est étrange parfois! J’ai désormais 32 ans et je suis maman 🙂 et contente de l’être!! 😀

  12. J’ai toujours été comme toi, à ne pas m’attendrir devant les marmots. Comme à toi, on me disait que je changerais d’avis “plus tard”.
    J’ai 26 ans (OMFG), et je vois les gens que je fréquentais au collège et au lycée se marier, et avoir des gosses.
    Pour tout te dire, non, ça ne me fait pas envie aujourd’hui, ça n’éveille rien en moi et n’active pas mon “horloge biologique”, bien que je sois en couple depuis 3 ans.

    Mais comme toi, je me vois bien, plus tard, avec des petits enfants et des enfants adultes. Si seulement on pouvait sauter la case “enfance” et passer direct à l’adolescence ! (parce que je me vois bien avec des enfants ado ahah)

  13. Moi j’aime bien les enfants mais ça dépend lesquels ^^, j’ai 24 ans et je suis déjà 3 fois “tata/tatie” (c’est un peu moche ces mots ^^) bientôt 4 fois, en décembre, j’ai hâte !
    Mes frères ont 10 et 13 ans de plus que moi, du coup leurs enfants, c’est un peu comme mes petits frères et soeurs 🙂
    Loin de moi l’idée d’en avoir tout de suite, pour l’instant, je profite de mon neveu et de mes nièces, ça me suffit. Cependant, je me vois très bien avoir plusieurs enfants, pour avoir plein de petits enfants et être comme ma mamie qui était très fière d’avoir 14 arrières petits-enfants (je me souviens encore qu’elle était heureuse de nous présenter à ses amies en détaillant l’arbre généalogique et en énumérant tous les prénoms).
    Comme tu dis, on a le temps mais en tout cas j’espère que je serai comme ma mamie, très heureuse et bien entourée.

  14. Glévarcoz (Marie)

    Je suis institutrice (CP), je passe donc ma journée entourée d’enfants !
    Mais surtout, j’ai deux merveilles bien à moi, 2 enfants qui éclairent ma vie et me font avancer tous les jours.
    J’ai aimé être enceinte, j’ai aimé accoucher, j’ai aimé allaiter et j’aime les voir grandir, découvrir, devenir de belles personnes …
    Je ne me suis jamais projetée, j’ai fait de longues études ( doctorat de droit !!!) je me suis mariée et j’ai eu mon premier enfant … Ça s’est fait simplement … Et puis j’ai abandonné le droit et j’ai passé le concours de PE … Et j’ai eu la 2ème …

    Sinon je suis une ” écharpe-foulard” addict … 😉

  15. J étais comme toi (tout tout pareil ..) et puis c est arrivé (ha ben oui un oubli de pilule et pouf !) alors on pleure, on pleure, on réfléchit, on re-pleure, on re réfléchit et puis finalement j ai aimé être enceinte, et ma fille est la plus belle chose qui me soit arrivée … Parce que quand c est le tien : ca n a strictement rien à voir …( oui on te le dis souvent ca hein…mais c est absolument VRAI). On devient responsable plus que jamais de ce petit être et sa petite personne et tout ce qui tourne autour en devient futile…
    Ce n est jamais le bon moment d avoir un enfant mais le temps des regret lui ne pardonne pas.
    Ps : c est malin j ai la chanson des barbapapas dans la tête !
    Des bisous !

  16. Eh eh, un peu pareil! J’ai 25 ans, et je n’ai jamais été fan des enfants. Pourtant je rigole bien avec eux, enfin à petite dose. Par contre je n’ai jamais été comme mes copines de collège qui décidaient combien elles auraient d’enfants, les prénoms…
    Dernièrement j’y ai un peu plus réfléchi (le cap des 25 ans et un chéri depuis 6 ans^^) et je me suis demandée si un jour j’en voudrais, et j’ai réalisé que oui. J’ai la chance que mes parents soient toujours ensemble. J’ai grandi avec les 2 et j’ai des souvenirs d’enfance extraordinaires. Je me suis mise à leur place et du coup j’ai compris ce que pouvaient apporter les enfants dans une vie. Maintenant je sais que j’en veux, je sais que mon chéri aussi ( car d’après lui, “quand on aura un garçon, je jouerai au foot avec lui!”), mais je sais que je ne suis pas prête. On verra plus tard, je ne me mets pas la pression. Ma mere disait ne pas vouloir d’enfants à 24 ans, elle a eu le declic à 25 et m’a eue à 26, le declic viendra pour moi aussi un jour.Ça ne m’empêche pas de ne toujours pas être fan des enfants des autres ^^

  17. Libération ! Je croyais être la seule à ne pas aimer les enfants (à part ceux de mon entourage, j’avoue… Bon ça dépend de leur âge, passé 2 ans ce n’est plus possible !)
    Quand un bébé pleure, les gens se disent “pauvre petit il a du chagrin”, je pense “ta gu****, tu me casses les oreilles” Je n’ai absolument aucune patience avec eux :/

  18. Je comprends parfaitement que l’on ne veuille pas avoir d’enfant. La maternité est un désir qui ne se contrôle pas je pense et qu’il ne faut surtout pas juger. C’est très intime, et propre à notre histoire.
    Par contre je suis un peu choqué que l’on dise “je n’aime pas les enfants” tout comme je le serais si c’était “je n’aime pas les personnes âgés”, ou “je n’aime pas les femmes ou les hommes”. C’est un peu fort je trouve de parler comme çà.

  19. Grand sujet de discussion !
    47 ans dans un mois et “childfree” assumée. J’aime bien la distinction que font les Anglais entre les “childfree”, sans enfant par choix, et les “childless”, sans enfant contre leur désir.
    Je n’ai jamais eu envie d’avoir des enfants. Le baby-sitting et une expérience de prof n’ont activé la fibre maternelle. C’est comme ça.
    Dans notre société familialiste, on tend à présenter ce désir comme une évidence, peut-être suis-je a-normale mais pour moi il n’en est rien.
    Peut-être vas-tu évoluer… ou pas. Cela ne t’empêchera pas d’avoir une belle vie bien remplie

  20. Ah les enfants vaste sujet! A 27 ans , avec l’amoureux depuis,9 ans, les etudes terminées , un boulot chacun ( bon cdd pour moi seulement) , les amies autour presque tous parents… On se sentirait presque pas normaux avec mon copain de pas être pressés!
    J’aime beaucoup passer du temps avec les bébés de mes copines mais ça me suffit pour le moment! J’aime pouvoir sortir quand je veux, faire du sport quand je veux,… Alors oui je veux des enfants, mon copain aussi mais on se laisse encore le temps! La,société finira pas nous faire croire qu’à 30 ans on est déjà biiiien en retard pour avoir des enfants!

  21. Tu as encore le temps. Si l’envie doit venir, elle viendra naturellement au moment où tu seras prête. Et ce sera différent quand ce sera ton enfant. Il t’énervera moins et t’attendriras plus.
    Moi je ne suis pas en adoration devant les enfants mais ils ne m’agacent pas non plus. J’ai fais du baby-sitting quand j’étais étudiante et je suis tombée sur des enfants adorables et aussi sur des petits monstres. Et quand à la maternité, c’est mon rêve. je n’attends que ça.
    Biz
    Adeline

  22. Aaah, je suis tellement contente que tu aies abordé ce sujet 🙂 Pareil pour moi, les gamins ne m’émeuvent mais alors PAS DU TOUT. Quand on nous demande “alors le vôtre, c’est pour quand?”, c’est direct “euh, comment dire, jamais?!”. Les gosses, ça ne me fait ni chaud, ni froid, le désir d’en avoir ne m’a jamais effleuré ne serait-ce qu’un court instant. Mais ce qui me gonfle au plus au point, ce sont les remarques du style “mais t’inquiètes pas, un jour tu en auras un” ou “l’envie viendra dans quelques années”. Comme si être mère était d”office inscrit dans les gènes féminins, l’enfant est le graal suprême, t’as raté ta vie si t’en as pas un (minimum!). Et quoi ? La féminité doit automatiquement passer par la maternité ? Une femme ne peut pas, dans notre société, ne pas avoir envie d’enfants ? C’est mal vu parce que je place ma carrière, mes rêves, mes aspirations, avant tout, avant un bébé ? On me dit que je suis égoïste mais à mon sens, même si il y a une part de vérité là-dedans, je trouve que vouloir un enfant, c’est l’acte le plus égoïste qu’il soit. Donc, mine de rien, il y a encore du boulot pour que les “childfree” ne soient plus vus comme en marge d’une société familialiste.
    Merci beaucoup pour cet article en tout cas ! 🙂

  23. Quand j’avais 18 ans je pensais que je ne rencontrerais personne qui me convienne et que je n’arriverais pas à avoir d’enfant, j’ étais plutôt désespérée ! Et puis je l’ai enfin rencontré et nous avons eu 1 puis 2 garçons et j’avoue avoir fait un peu de lobbying pour le troisième et ce fut une charmante petite fille.
    Cette dernière grossesse a été formidable, je l’ai vécu pleinement en profitant de chaque instant car je me sentais bien et en forme avec une libido au top, c’était comme un accomplissement. J’ai pris plaisir à allaiter c’est un moment magique une osmose unique avec le bébé. La maternité n’a été ni une épreuve ni une contrainte pour moi, le plus difficile je trouve c’ est d’essayer de concilier sa vie de femme, de mère et son parcours professionnel !
    Mais aujourd’hui quand nous somme tous les 5 très complices en train de plaisanter de se chambrer et de passer un bon moment alors je me dis que la vie et chouette et je ne regrette pas mes choix .
    Il y a un temps pour tout il faut s’écouter et suivre ses envies même si cela passe par une non maternité l’ important c’est de se sentir bien.

  24. Coucou anne
    Je comprend la relation que tu as avec les enfants. Pour ma part, elle n’est pas vraiment la même… Du tout en fait ^^
    Je me suis toujour vue maman, et ce depuis toute petite. De plus j’aime les enfants et je suis particulièrement patiente avec eux. Ça m’est plutot utile etant donné que je vais enseigner les svt au lycee ou au collège l’année prochaine 😉
    Sinon j’adore ton look ! Et je porte TOUJOURS un foulard ou une écharpe. Jen achète sans arrêt ^^
    Bisous

  25. “Je n’aime pas les enfants” peut être qu’avec des propos comme ceux là c’est toi l’enfant, franchement j’ai l’impression d’entendre une ado de 14 ans qui s’exprime. Je pense juste que ton mec n’a aucune envie de faire sa vie avec toi, tu le sais ou tu le sens, tu es frustrée ou tu te protèges, je ne sais pas. En tous cas pense un peu à tes lectrices “mamans” ou nuance tes propos car certaines femmes rêvent de devenir mère et ne peuvent pas!!!!!
    Sur ce je ne viendrais plus jamais lire tes histoires qui relèvent trop souvent d’une cour de collège.

    1. Je vous très dure Léa, immature et injuste!! je pense que chaque femme est différente, personnellement je suis plus âgée que Anne, je ne peux dire que je n’aime pas les enfants ( je le pensais jusqu’à l’arrivée de ma petite nièce) mais je n’ai pour l’instant pas de désir de maternité….pas le moment, un travail trop prenant, des projets de voyage, et surtout pas le compagnon idéal en qui je pourrais voir le père de “mes futurs enfants” . Il existait mais est décédé il y a 5 ans.
      Le fait de ne pas désirer d’enfants est très mal vu par la société française qui a tendance à stigmatiser de façon négative ces femmes contrairement aux pays anglo-saxons ou les US qui acceptent qu’une femme puisse être Childfree.
      Certaines mamans ont répondu, des non mamans également et tu sais toutes les femmes qui souhaitent avoir des enfants mais ne le peuvent pas n’en veulent pas aux femmes qui elles n’en désirent pas!!! Ma soeur est passée par tous ces stades ( endométriose, FIV etc…..) La petite puce est arrivée spontanément , un petit miracle et cependant durant ces années de galère ma soeur ne m’en a jamais voulu pour cette absence de désir de maternité…..

      Quand à la vie privée de notre chère bloggeuse, elle ne regarde qu’elle, non?? et ce n’est pas le peu qu’elle partage qui peut te permettre d’exercer une psychologie de bas étage ou de gare et d’analyser une relation..

      Vivre et laisser vivre “jeune Léa”, tu as encore beaucoup à appendre!!!

      1. Chères groupies,
        Sachez qu’il y a une grande différence entre ne pas ressentir de désir de maternité et dire “je n’aime pas les enfants”. Alors Anne est peu être maladroite mais pour moi sa phrase est aussi choquante que “je n’aime pas les gros” ou “je n’aime pas les roux” . Ma réponse a certes été violente, mais de mon point de vue pas autant que les propos très durs de Anne vis-à-vis des enfants. Peut être devrait t-elle se contenter de parler de sujet qu’elle maîtrise, à savoir le running, et laisser les discussions d’adultes aux adultes justement!

        1. Je trouve ça bien d’être conscient et d’assumer son choix. Il y a même des “adultes” qui font des enfants et les battent en clamant devant tout le monde “mes enfants sont merveilleux”. Je caricature mais c’est juste pour schématiser la bêtise de dire “discussion d’adultes” à propos des enfants (les filles-mères qui vous liront en sont certainement flattées).

          Certains enfants ont plus d’instinct de maternité que des adultes. J’espère juste que si vous avez des enfants, vous les élevez avec un peu plus d’ouverture d’esprit et si la frustration dans vos paroles vient du fait que vous n’arriviez pas à en avoir, j’en suis sincèrement désolée.

          C’est très blessant de juger de la maturité d’une personne sur un ou plusieurs articles, vous ne la connaissez pas (moi non plus d’ailleurs).

        2. Chère madame,

          Je tombe de ma chaise (ne pouvant pas tomber plus bas) en lisant votre commentaire. La simplicité de votre raisonnement et la bassesse de votre remarque sont, je l’espère, le fruit de votre incompréhension et non celui de votre intelligence. A la lecture de votre, enfin devrais-je dire, vos commentaire(s) l’on ne peut que s’étonner. Qu’est-ce qui vous pousse, madame, à émettre un tel jugement ? Tant sur la relation d’Anne que son rapport aux enfants. Si elle fait (hypothétiquement) le choix de ne pas avoir enfants cela la concerne et ne mérite en aucune façon votre réaction plus que primaire.
          En ce qui me concerne je ne trouve pas votre réaction violente, elle se pose à mon sens comme un reflet de votre simplicité de jugement (pour ne pas dire d’esprit). Madame, vous ne savez ni lire entre ligne, ni n’êtes capable de prendre du recul quand à ce que vous lisez. Il ne faut pas être une groupie pour réagir à votre commentaire qui m’aurait fait dresser les cheveux sur la tête qu’importe le lieu où il eut été posté.
          Anne propose une discussion autour d’un sujet d’actualité, une question que se pose beaucoup de femmes (de plus en plus aujourd’hui). On a le droit de ne pas aimer les enfants (ne me faite pas croire que vous aimer toutes les choses/êtres qui vous entoure, je ne vous croirez pas). Si le terme “aimer” vous dérange, remplacez le par un mot qui vous conviendra mieux et apprenait à reconnaître un procédé d’exagération employé pour traduire la pensée d’Anne (le fameux second degré).
          Sur ce, je vous souhaite une bonne continuation.

  26. Hello !
    J’étais comme toi concernant les enfants, jamais fait de babysitting ado, très peu joué aux poupées… Et puis on approche de la trentaine, ma meilleure amie m’annonce sa grossesse, ça ma fait comme un choc ! Et l’envie est née. Et avec mon fils j’ai découvert une autre facette de moi même, je suis très maman poule, je l’adore et mon rapport aux enfants a complètement changé ! Je pense qu’il fait juste attendre the right time… 🙂

  27. Mon rapport à la maternité ? Et bien j’ai 2 enfants que j’aime plus que tout. Une grande Salomé de 6 ans, ma fierté. Elle est belle douce gentille calme intelligente. J’en voulais 10 des comme elles.
    Et j’ai un petit garçon Eliott de 3 ans 1/2. Un garçon donc beaucoup plus turbulent, mais aussi mignon que sa soeur. Et puis c’est mon fils. Et une mère et son fils c’est…. love love love !

    Je n’ai pas eu je pense le déclic de la maternité tout de suite. Surtout après un 1er accouchement violent par césarienne… Il m’a fallu du temps pour m’habituer à ce petit être et à ma nouvelle vie qui ne tournait qu’autour de lui…
    Je pense que c’est le plus difficile en ce qui me concerne. Je suis assez indépendante et j’ai besoin de trouver le temps de faire des trucs pour moi seule.

    Mais j’ai aussi besoin de me retrouver avec mes enfants. La maternité c’est un paradoxe continu…

  28. J’ai lu quelques commentaires et je pense que tu te sens moins seule ! Et beaucoup de commentaires sont dans le même sens que moi et ça me rassure aussi. Mon chéri avec qui je suis depuis presque 6 ans veut des enfants, bientôt, genre l’année prochaine il aura 28 ans et se sent prêt. Moi pas encore mais je suis qui pour lui refusé ça ? je l’aime plus que tout ! J’ai envie d’en avoir mais le fait de ne pas avoir de job me bloque, le fait de devoir grossir alors que j’essaie (plus ou moins) de ne pas pas aller dans ce sens me fait peur.
    Cette aventure me fait peur mais pourquoi ne pas la tenter. Le fait d’être loin de la famille n’aide pas vraiment, on est à 700km de tout le monde est ma mère m’a dit “nooon mais tu ne vas pas avoir un enfant alors qu’on ne sera pas là, il ne nous connaîtra pas”. Je suis fille unique et j’ai toujours fait de mon mieux pour ne pas les décevoir … alors cette phrase me fait mal et je culpabilise. Mais es-ce que je dois me freiner pour autant, es-ce que j n’ai pas le droit de connaître ça ?!

    Enfin bref ton article tombe un peu à pic parce que c’est mes grandes questions du moment ….

    1. Bonjour Elodie.
      Je réagis rapidement à ton message, car il m’a interpellé. Je crois qu’il faut faire des enfants pour soi, et non pour les autres : ni pour donner un petit-enfant à ses parents adorés, ni pour donner une sœur ou un frère au premier qui le réclame, ni pour son mari qui insiste. Je ne sais pas si ce petit mot peut t’aider.
      Difficile décision, bon courage !

      1. Merci de ta réaction ! Je sais que la décision finale me revient mais j’ai peut-être aussi peur de l’inconnu et de ce changement de situation. Je ne suis pas une aventurière et je pense que c’est une des plus grande aventure de la vie. 😉

        1. Hello ! C’est vrai que c’est un bouleversement dans la vie, son quotidien, ses responsabilités, etc. Et que l’on a envie d’être accompagnée par nos proches dans cette aventure. Il y a des familles qui vivent à 50km sans se voir et d’autres à 700km qui se voient souvent, en vrai ou pas Skype. Je suis certaine que quelque soit ta décision, tes proches seront là pour toi.

  29. Et pour la partie mode, pour le peu que je sors, je n’ai toujours pas de manteau ! Veste ou trench ça tient tant qu’il fait 12° ! Et l’écharpe ou le foulard j’adoooooore ça ! j’en ai plein et ne résiste pas à une nouvelle, j’ai même eu une période où je ne supportais pas ne pas en avoir autour du cou (comme quand on porte une montre) mais j’habitais dans le nord alors c’est pas grave !

  30. Hello !
    Je me retrouve dans ce que tu dis. J’ai un peu plus de 30 ans, et je n’ai aucune envie d’avoir des enfants un jour. Mes amies en ont, les unes après les autres ; j’aime leurs enfants, je suis ravie de leur bonheur.
    Mais pour moi, dans ma vie, je n’imagine pas en avoir. C’est donc un peu différent de toi, car je n’ai pas d’aversion pour les mômes… 😉
    Les gens me disent “tu vas voir, ça va venir” depuis 10 ans ; maintenant c’est plus “n’attends pas trop”. Curieusement, le fait de ne pas vouloir d’enfant est très mal perçu lorsqu’on est une femme, et beaucoup moins lorsqu’on est un homme. Mais tout être humain doit avoir la possibilité de choisir, sans pression sociale, ce qu’il souhaite de la vie. Je ne pense pas que l’absence d’enfant fera de moi une femme non accomplie ou non épanouie. J’ai plein d’autres projets qui enrichiront ma vie.
    Je conclus sur le fait que tout dépend aussi de la personne avec laquelle tu partages ta vie. Si c’est un choix commun, tant mieux. C’est beaucoup plus difficile lorsqu’un des deux éléments du couple souhaite un enfant et pas l’autre. Et le fait de ne pas vouloir d’enfant, à deux, ne veut pas dire qu’il n’y a aucun avenir à deux.
    Bon courage vis à vis des critiques !

  31. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis ! Je n’ai jamais eu envie d’avoir d’enfants ! Comme toi je n’ai jamais joué à la maman. Ma mère m’a raconté que petite elle m’avait offert un poupon et que je lui avais dit c’est nul et que je l’avais jeté à la poubelle !
    Je pensais que cela changerais- c’est ce qu’on m’avait dit, que j’aurais envie vers 28-30 ans, mais aujourd’hui je vais avoir 29 ans et je me dis que non toujours pas…
    J’aime bien jouer avec les enfants de mes amies mais je me sens pas l’envie d’en avoir à moi. Pourtant j’ai réuni tous les “critères” : la bonne personne, un appart assez grand, un travail stable et bien payé, la famille qui habite pas loin… Bref aucune raison de ne pas en vouloir, hormis que je n’en veux pas…
    Au début j’expliquais que je n’avais pas envie mais rapidement j’ai vu que c’était mal perçu et mal compris. On m’a traité d’égoiste (je vois pas en quoi je suis égoiste, mais bon…), de sans coeur …
    Mais bon ces personnes, ce ne seront pas eux qui viendront donner les biberons au milieu de la nuit et changer les couches donc je les laisse parler. Mais franchement, j’ai envie que l’on arrête de me demander “Alors c’est pour quand??” toutes les 5 minutes!!!
    Seules mes amies proches (toutes mères du coup) me comprennent et je réserve ce sujet à elles. Elles pensaient que les voir avec leurs enfants me donnerais envie. Bien que j’adore leurs boutchous, cela me confirme dans mon choix… tout ça ce n’est pas pour moi !
    Les gens pensent aussi que si j’ai pas d’enfants tout de suite c’est pour privilégier ma carrière, alors que c’est bcp plus basique que ça : j’ai juste envie d’avoir du temps pour moi, de pouvoir sortir, aller au cinéma, voyager, ne pas avoir de contraintes (on en a suffisamment comme ça avec le travail pas besoin d’en rajouter), …
    Plus le temps avance, plus je me dis que l’important c’est de faire ce que l’on sent bien pour soi, pour être heureux. Je pense qu’avoir des enfants n’est pas “obligatoire” comme on veut nous le faire croire, cela dépend vraiment de chacun de nous.
    En plus j’ai la chance que pour le moment en tout cas mon chéri est sur la même longueur d’onde ! Je pense que j’aurais vraiment peur le jour où il se sentira près…

  32. Coucou, on dirait que c’est moi qui ai écrit cet article….. Il y a 5 ans ! A ton âge ! Moi aussi j’étais la plus grande des cousines (on est 16 !) et moi aussi je détestais les enfants et trouvaient les bébé moches (bon ça c’est toujours un peu le cas). Et j’ai grandi, avec LA bonne personne et ma première nièce est née et c’est devenu plus concret parce que ELLE j’avais envie de la garder !! Et je me suis demandée ce qui m’arrivait et en fait je crois que je suis touchée non pas par les enfants mais par l’entité ENFANT: celle qui apprend, découvre, grandi…. C’est merveilleux à observer et d’être témoin de ses évolutions. Alors maintenant, je sais que je voudrais des enfants pour transmettre et aimer, et dans pas trop longtemps… Je crois….
    Bref mon approche peut paraître un peu “scientifique” mais c’est la mienne, et je pense que tu te feras ton propre chemin et trouveras ton propre “intérêt” aux Enfants…

  33. Anne,

    D’habitude, je prends rarement le temps de laisser des commentaires sur ton blog, mais là, le sujet m’a inspirée, alors je me lance…

    À l’inverse de toi, je suis la benjamine de ma famille, le “bébé”. À bientôt 24 ans, je reste aux yeux de mes sœurs, de mes parents et de mes grand-parents la “petite”, même si j’ai un travail depuis un an et demi et que je suis financièrement indépendante. À l’inverse de toi encore, je crois que j’ai toujours su que je voudrais un jour des enfants. Même si, exception faite de mes neveux, les enfants des autres ont parfois tendance à me courir sur le haricot (il n’y a qu’à voir les mômes qui piquent des crises au milieu des supermarchés), j’ai quand même envie, un jour, de devenir mère. Pour l’instant, j’ai encore envie de profiter de ma jeunesse, de sortir, de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux pays, avant de “faire le grand saut”. Mais, même si ce souhait est le mien, je comprends parfaitement celles et ceux qui n’ont pas ce désir. Pour beaucoup, réussir sa vie consiste à se marier, avoir une grande maison, un chien, un monospace et de beaux enfants. Je trouve cette conception du bonheur un peu trop restrictive. Voyager. Se découvrir. Faire la fête. Profiter de la gastronomie et des bons vins. Faire un métier qui nous plaît. Voir ses amis. Aller au cinéma. Regarder encore et encore les épisodes de F.R.I.E.N.D.S… On a tous des choses différentes qui nous rendent heureux, voilà les miennes. Ce qui est essentiel, c’est d’être honnête avec soi-même. Ne jamais faire quelque chose parce que la société (ou la personne avec laquelle on est) nous l’impose. Je suis restée pendant plus de deux ans avec quelqu’un qui ne voyait pas l’avenir comme je le voyais, j’étais prête à mettre de côté tout ce à quoi j’avais toujours aspiré juste pour qu’on reste ensemble, et ce n’était absolument pas une bonne idée. En amour, comme dans la vie, il ne faut jamais s’oublier. C’est assez courageux d’oser écrire ce genre d’article, car beaucoup de filles (et de garçons, peut-être) te diront que “ce n’est pas normal de ne pas vouloir d’enfant”. Tu le dis toi-même, peut-être qu’un jour cette envie viendra, peut-être pas – on a la possibilité de pouvoir se reproduire, mais on a aussi le droit de décider si on veut le faire ou pas. Dans cette société qui nous juge de plus en plus, c’est toujours difficile d’avoir des choix qui vont à contre-courant des choix de la majorité. Comme je te l’ai déjà dit, on vit pour soi, pas pour les autres.

    Bonne journée Anne,

    Claire

  34. Bonjour Anne,

    De mon côté, je ne peux pas dire que je n’aime pas les enfants, juste que je ne suis pas “gaga” devant eux. Il y a quelques années, je pense même que j’avais un peu “peur” d’eux (ce qui me faisait dire que je ne les aimais pas -alors que je sais maintenant que ça n’était pas ça-) Il n’y a pas du tout d’enfant dans ma famille donc pendant longtemps ils représentait “l’inconnu” et les quelques personnes que je connaissais qui avait des enfants ne parlait plus d’elles, de leurs envies, de leurs loisirs mais de leur enfant en long en large et en travers!!
    Je me disais que la maternité ne serait JAMAIS pour moi parce qu je ne voulais pas devenir comme ça! Et puis une de mes meilleures amies à eu des enfants , elle n’a pas changé, elle continue à faire ses trucs, ils font pleins d’activités avec leurs enfants et s’organise (facilement) pour avoir leurs loisirs respectifs. En plus, leurs petits sont vraiment cool, ils sont curieux, drôles et polis et je les aime beaucoup 😉
    Grâce à mon amie ma vision des choses a changé. Pour autant je ne suis pas pressée d’en avoir, ça viendra un jour peut-être.
    Pour revenir sur le sujet de la maternité, je trouve aussi franchement “dégueulasse” (pardon d’employer ce terme ) de porter des jugements débiles sur celles qui ne veulent pas d’enfant. Combien de fois j’ai entendu “égoïste”, “comment elle va faire quand elle va être vieille?” (Ah bon, on fait des enfants pour qu’ils deviennent notre auxiliaire de vie/infirmière/aide soignante/chauffeur… ???), “elle est pas normale”. Toute les personnes qui ont des gamins ne sont pas forcément des bonnes personnes, ça se saurait! Enfin bref, je vais m’arrêter là parce que sinon je vais te raconter des pages et des pages d’anecdotes divers et variées.

    Bises
    Delphine

    ps: oui j’aadoooore les écharpes (j’en ai beaucoup … trop 😉 Celle que tu portes est très jolie

  35. Salut Anne,

    Je trouve cet article très intéressant. A 25 ans, je ne ressens moi-même pas (encore ?) l’envie d’être maman. J’ai rencontré mon copain il y a 10 ans et nous habitons ensemble depuis quelques années maintenant, mais je pense que nous avons encore chacun du parcours (professionnel et peut-être aussi personnel) à faire. De mon côté je travaille à temps partiel et tente de développer mes compétences en graphisme pour peut-être un jour en vivre. Mon copain essaie de vivre de sa passion également.

    Par-contre je suis interpellée par cette tendance qu’on a tous à parler d’aimer ou ne pas aimer les enfants. C’est un peu catégorique je trouve 🙂 C’est comme dire j’aime les gens ou je les aime pas. Chaque personne et donc chaque enfant est unique et ne me fera pas la même impression lorsque je le rencontre. Je pourrais jamais dire que j’aime ou pas les enfants en général.

    Après je comprends bien où tu veux en venir avec cette expression. Comme toi pour l’instant je ne ressens pas cette soit-disant fibre maternelle que la société nous impose presque d’avoir.

  36. Bonjour Anne,
    Comme d’habitude, ce genre de sujet soulève des réactions… violentes!!! Là où chacun devrait pouvoir s’exprimer, partager, débattre, amener une lueur d’espoir, certain(es) s’énerve, j’avoue que j’ai du mal à comprendre… Bref, sans vouloir me mêler de ta vie privée, j’ai moi aussi mis du temps à avoir ce désir d’enfant. Je crois que j’ai eu le déclic à la naissance du 2ème enfant de ma soeur, alors que j’étais déjà mariée, avec une maison, un job, bref une vie plutôt stable… J’ai finalement eu mon fils à 34 ans, rapidement suivie par ma fille 2 ans après et pas un jour je ne l’ai regretté, même si oui, les enfants c’est fatigant, souvent ingrats mais finalement, quel bonheur!!! Je crois que si j’ai tardé aussi longtemps, c’est parce que je suis moi même restée une enfant… Ne culpabilise pas, pose toi les bonnes questions et sois patiente, peut-être qu’un jour le désir d’enfant viendra tout seul… ou pas! L’important c’est d’être heureux! Bisous

  37. Quoi te dire, avec ma meilleure amie, on a souvent discuté pendant nos années de fac des enfants. Elle, elle en voulait. Elle rêvais rester un peu à la maison pour s’occuper d’elle. Pas de suite bien sûr, un peu plus tard. Moi je me voyais faire la carrière, travailler et j’ai étais persuadée que je ne resterais pas à la maison pour mes enfants. Avec quelques années d’écarts, ma copine en a deux, et elle a même écourté ses congés maternité (un peu plus long qu’en France) car elle ne supportait pas être à la maison. Pour le deuxième je crois même qu’elle a fait le minimum et c’est son mari qui a pris la suite. Moi j’ai changé de boulot, car la carrière finalement ça va un moment et puis quelque chose manquait. Ca fait 10 ans que j’essaie d’en avoir sans succès. Et on vous fait bien comprendre qu’on a beau dire qu’on a le temps à partir de la 30aine les chances baissent. Bref, on ne peut pas savoir aujourd’hui ce que la vie nous réserve. Peut être le déclic viendra et peut être non. Peut être que la vie te donnera des enfants et peut être pas. L’important c’est d’avoir quelqu’un avec qui tu peux partager tout ça. Peu importe ce qui arrive

  38. Haha pareil que toi je perds vite patience devant un petit ou alors s’il parle pas et qu’il dort c’est choupi lol mais je ne me dis que ça changera peut être un jour ! Pour le moment ( attention le ridicule je tue pas ) on a une peluche avec mon homme qu’on aime bien appeler notre bébé de temps en temps … ( j’ai honte !!! )

    Et choquée par les propos de Lea aussi …
    Bises anne !

  39. A ton age, j’avais les mêmes réflexions que toi. Sauf que contrairement à toi, j’aime les enfants, mais ceux des autres !! (du coup, les gens ne comprenaient pas pourquoi je n’en voulais pas à moi…)
    On me disait que j’allais changer d’avis, que je “murirais”. 15 ans plus tard, l’envie ne s’est toujours pas fait sentir (pourtant j’ai une vie stable, un bon job, un bel appart, un homme dans ma vie – mais qui n’en veut pas non, ça aide !!). Je le vis très bien, et je ne ressens aucun manque.
    Et on a enfin arrêté de me faire des remarques 🙂

  40. Coucou Anne!
    Vaste sujet… Je pense que je suis diamétralement opposée à toi 😀
    Sans être gaga, j’ai toujours su que je voulais des enfants, et je suis la deuxième maman de mes petits frères et soeur, je l’ai toujours “imposé” à ma mère… C’est drôle/intéressant de lire ton point de vue, je pense que je ne le comprendrais jamais (vu que je suis tout le contraire), mais je respecte totalement ton opinion, et je trouve ça bien que tu écrives librement et “crûment” sur ce sujet assez tabou en France!
    Des bisous !

  41. Coucou Anne =)

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, dans ce post mais pas seulement, on a le même âge, une “situation amoureuse” très comparable, des projets pros plein la tête et pas d’envie d’enfant. La grossesse, le bébé, l’enfant, l’éducation, être mère… tout ça me parait tellement loin de moi et de ce dans quoi je me projète. Pour être honnête quand j’essaie de me projeter dans une vie avec enfant je ne ressens que du dégout. Ce n’est absolument pas un jugement de la vie des autres, soyons clairs, c’est juste trop éloigné de moi. J’ai bossé trois ans avec des enfants du CP au CE2 en boulot d’appoint, j’ai été ravie de cette expérience, certains étaient infects, mais d’autres m’ont beaucoup touchés et m’ont permis de voir les personnes au-delà du statut d’enfant que je leur donnais.

    Bref, c’est compliqué tout ça

  42. Moi j adore 🙂
    J ai eu mes enfants jeunes, et je ne le regrette pas
    Je bosse avec des enfants handicapes, et j adore mon metier
    Je suis la seconde de 21 petits enfants, autant te dire que j en ai change des couches !

    Je fonds les baby 🙂

    Mais maintenant a 40 ans, je n en ai plus du tout envie!! J ai passe mon tour et franchement je suis contente d avoir du temps pour moi 😉 et des enfants de 20 ans autonomes et super sympas !!

    On n est pas oblige d avoir envie, on n est pas oblige d avoir des enfants, il faut juste etre bien avec sa vie , et realiser que ses choix du présent auront des conséquences sur sa futur vie d adulte vieux ! 😉

    Mais tu es encore jeune!! Pas de pression 😉
    Profite de ta nouvelle vie pro, chaque choix en son temps 🙂

  43. Et puis pour les enfants, c est très personnel! Avant d’en avoir j’ai profité de voyager durant 9 ans avec mon chéri, nous avons fais des trucs incroyables, nous sommes allés dans des endroits magnifiques….et puis l’envie d’avoir des petits Loulous est arrivée, comme cela, petit à petit . Même si j’ai toujours su que j’en aurai, je ne voulais pas en avoir avant d’avoir assouvi notre grosse envie de voyages, d’emplois stable etc.
    En tous les cas c’est extraordinaire de partager ses voyages avec ses enfants! Je trouve ça magique! Et puis il y a tant de choses merveilleuses à partager avec eux, même si je te cache pas que parfois c’est rock n roll! J ai adoré être enceinte? mais j ai eu 2 grossesses merveilleuses! et j’ai même parfois la nostalgie de mon ventre rond!
    Bref, chaque choses en son temps et puis si l’envie ne vient pas, il n y a pas de drame à celà! Personne à le droit de te juger! Chacun est libre de faire ce qu’il veut!!
    Et ton chéri quel est son avis sur la question?
    Bonne soirée!

  44. Pour moi, il y a un temps pour chaque chose et les enfants, de toute façon, on n’aime assez rarement… ceux des autres ! Personnellement, sans avoir rien contre eux, je n’ai jamais été une grande fan. Actuellement, j’aimerais bien en avoir moi-même (j’ai 30 ans, l’homme et le métier) mais ils viendront quand ils viendront. On s’apprivoisera dans les deux sens, les enfants et moi !

  45. J’aime les enfants seulement s’ils sont bien éduqués, pas trop bruyants et intéressants. J’aime les enfants sur mesure, donc. Pour avoir beaucoup d’enfants dans mon cercle d’amis trentenaires, j’ai fait la distinction entre les enfants que j’apprécie et ceux que je n’apprécie pas. Et je n’ai pas honte de parler d’appréciation, je pense qu’on peut aimer ou ne pas aimer un enfant au même titre qu’un adulte. Après, me concernant, je pense que j’en veux, mais pas tout de suite et je ne supporte pas qu’on me saoule avec ça. Heureusement, mes proches me connaissent bien et me laissent relativement tranquille.

    Les réflexions du type “tu changeras d’avis” sont complètement idiotes (je respecte toutefois ta maman ^^) parce que je pense qu’on peut très bien savoir au fond de soi si on veut devenir mère ou pas et ce peu importe l’âge qu’on a. Ce n’est pas forcément une question de jeunesse et d’envie de liberté. Il y a des gens qui savent au plus profond d’eux-mêmes qu’ils n’ont pas envie de devenir parents et c’est tout à leur honneur. On doit les respecter pour cela et on ne doit pas essayer de les faire changer d’avis !

  46. Intéressant ce topic… Je me demandais si tu allais l’aborder et je ne suis pas surprise que tu te sois lançée, ça fait echo à ce que j’ai pu lire entre les lignes de tes précédents posts sur l’accomplissement professionnel notamment. J’ai le sentiment que nous sommes comme une partie d’une nouvelle génération. On a beau avec le “bon copain” depuis des années (bientôt 7 ans pour moi), être à la fin de nos études, on est d’abord et avant tout en recherche d’un accomplissement personnel avant de voir plus loin. J’ai tout juste 27 ans. J’ai vécu plusieurs années à Paris avec mon copain, et puis l’opportunité de travailler provisoirement à l’étranger est venue, il est allé travailler dans un autre pays, moi en Angleterre, chose que j’avais toujours voulu faire. Pour la première fois de ma vie, je commence à envisager avoir un bébé. Pourtant, alors que nos parents faisaient des enfants, et ensuite voyaient venir, moi je pose des conditions. Un travail qui me plaît d’abord, à l’étranger de préférence. Et puis, une envie forte de leur permettre de parler parfaitement deux langues. Avoir un enfant me fait moins peur qu’avant, car je ne vois pas ça comme une fin, je compte faire tout mon possible pour continuer à avoir ma vie sociale à moi, voyager avec eux, partager avec eux des expériences. Mon copain pense exactement la même chose, et c’est très important pour envisager ça sereinement. Je sens vraiment une différence forte avec mes parents qui se sont beaucoup consacrés à nous jeunes, et j’en suis reconnaissante. Mais je voudrais juste faire les choses à ma manière. J’ai un jour fait du babysitting, la maman avait la trentaine et était célibataire, c’était une super maman très présente, malgré cela, elle arrivait à s’organiser pour se libérer du temps pour elle, voir ses amis, aller à des concerts, au cinéma. Parfois avec sa fille, parfois non. Il faut juste arriver à trouver le bon équilibre. Je me suis dit que si elle y arrivait seule, on peut facilement y arriver en étant un couple soudé. On verra. Quoiqu’il en soit je suis sûre de vouloir avoir un enfant, mais pas à tout prix. ça peut très bien attendre un peu, il n’y a pas d’urgence à notre âge. Et si finalement tu n’as pas de désir d’enfant même dans les années qui viennent, et bien tant pis, la vie ne s’arrête pas à avoir des enfants ou non, c’est bien plus complexe et riche 🙂

  47. Le 2nd degré ne faisait pas de doute 😉
    Et puis on peut ne pas être attirée par certains enfants ( ça m’arrive avec certains de mes élèves, il m’arrive même d’avoir du mal à supporter les miens après une journée bruyante au milieu des CP 😉 )
    Ou les enfants en général 😉

  48. Pour ma part j’adore les enfants, je m’occupe de deux filles tous les soirs depuis 5 ans et je les aime ces petites. Par contre, la maternité ce n’est pas pour tout de suite. Je n’ai que 21 ans, j’attend d’aller jusqu’au doctorat, puis d’avoir un emploi stable, de m’installer avec mon ami, etc. Donc disons, pas avant au moins 10 ans :).

  49. Quand j’avais huit ans j’ai dit a ma mère que, à mon avis, avoir un enfant c’est le plus égoïste qu’on peut faire en tant qu’être humain. J’aime bien tous mes nièces et neveux. J’aimais bien travailler avec les enfants quand j’étais pédagogue muséal. Mais je n’ai pas vraiment changé l’avis.

    J’ai fêté mes trente ans cette année et je suis stérile depuis cinq ans. Ça me plaît beaucoup. Je n’ai plus des soucis, même si le jour arrivera que je n’aie pas d’argent pour un avortement ou que je travaille dans un endroit où on ne peut pas faire ça. Mais quand j’ai dit ça à mon gynécologue, quand elle me l’a demandé parce que je voulais me stériliser, elle a grogné. Quelle petite idiote, moi, qui ne voulait pas attendre dix ans encore quand tout le monde pourrait toujours avoir un avortement, n’importe qui et n’importe quand, parce que… je ne sais pas, parce que la Suède, je crois. Je suis suédoise et j’ai vécu là-bas au moment-là. Elle m’a aussi dit que le jour que mon mari (j’étais déjà mariée) me quittera je regrettera être stérile, parce que les femmes n’ont pas les idées comme ça, elles-mêmes, vous savez. Elle m’a passé à un psychologue qui a décidé que j’étais saine et qu’on ne peut pas me soigner contre ce maladie de n’avoir pas le désir d’avoir un enfant. Après, je suis stérilisé. Mon médecin m’a fait mal en refusant attendre jusqu’à l’anesthésie est vraiment active. Mon infirmière d’anesthésie a dû lui crier, au dessus mon corps éveillé, pour lui faire attendre encore trente ou soixante secondes. Après, mon médecin a me dit que le jour que je le regretterai, ça me va coûter cher et c’est tout ma faute.

    Peu de temps après, j’ai été interviewé dans le journal local. J’ai parlé d’un vie sans enfants, d’avoir plein des possibilités, de vouloir créer des belles choses avec mon mari, mes pas les enfants. Cet article a reçu plus que 100 commentaires sur le site web et le plupart des gens ont eu l’avis que j’étais une sotte et que les jeunes femmes ne peuvent pas prendre des décisions. Nous ne savons pas… nous ne comprenons pas… notre biologie va nous faire voir, etc. Mais j’ai été joint par téléphone par une femme qui était très émue par l’article.

    Mais je suis vraiment heureuse que je l’ai fait. Ne plus d’hormones ajoutées.Ne plus s’inquiéter.

  50. Salut Anne, me concernant j’ai un petit bout que j’ai eu jeune. Je suis comblée et heureuse même s’il faut bien le reconnaitre cela demande beaucoup d’implications. Je suis étudiante en double cursus (avec de très bons résultats, j’ai l’intention d’aller jusqu’au doctorat), j’allaite encore (bientôt 3 ans) et j’ai l’intention de créer un blog dans peu de temps… Je ne voie pas la maternité comme une contrainte bien au contraire. Ceci dit j’ai un petit bout qui me facilite largement la vie au quotidien pas de pleur, mange quasi tout, etc … J’arrive à concilier mes études, ma vie de famille et mes loisirs. Je voyage sans problème avec lui (nous avons la chance d’avoir des origines très diverses), je continue à cuisiner régulièrement (mon ancien métier), je lui apprends ses 2 langues maternelles l’anglais et le français, je regarde des séries, je suis en contact avec mes amies, etc …. Cela fait beaucoup mais je le vis très bien. Avoir un enfant ne relève pas nécessairement de la contrainte. Cependant, je suis tout à fait d’accord qu’il vaut mieux prendre son temps, trouver la bonne personne, avoir un travail , etc … même si je n’ai vraiment pas du tout respecter ses étapes imposées par la société. Je n’ai jamais été autant heureuse qu’aujourd’hui. Pour rien au monde je changerais de mode de vie car je m’y sens bien. Bien de chose pour ton nouveau départ d’entrepreneur et ton cheminement vers la maternité qui n’est pas une obligation, par ailleurs.

  51. petit oubli: j’avoue que j’ai énormément de patience avec mon enfant (voir trop) , mais que je risque surement d’en avoir moins avec ceux des autres …. aimer son enfant (le sien) ce n’est pas pareil qu’aimer les enfants en général (ceux des autres)

  52. Je n’ai jamais été attendrie par les nourrissons, et m’occuper du mien a été vraiment difficile. Maintenant qu’il est assez grand pour discuter/ échanger, c’est génial, mais les débuts, aie aie aie!

  53. Je ne vois pas la maternité comme une obligation… j’ai 32 ans, en couple depuis presque 12 ans, un bon job, pas de problème financier… mais voilà l’envie n’est pas là, meme si des fois l’idée me traverse l’esprit. Mon mari n’en veut pas alors il faut dire que ça risque pas de me convaincre !
    Longtemps j’ai dit que je n’aimais pas les enfants, parce que la seule vision des enfants que j’ai c’est ceux qui chouinent et qui font n’importe quoi dans les magasins… je n’ai jamais fait de baby sitting et dans ma famille je n’ai jamais été entourée d’enfants (pas de nièces ou de neveux, pas de petits cousins…) et puis il y a quelques mois j’ai gardé le fils d’une amie (mon premier baby sitting a 32 ans…! Haha) et il est vraiment mignon ! Mais bon de là en avoir un, en fait ca ne m’intéresse pas plus que ça…. car un enfant c’est tellement d’investissement que c’est faire une croix sur beaucoup de choses, les voyages a l’autre bout du monde, les ciné, les resto, les sorties, les loisirs en général. .. et ça oh non ! Je ne peux pas ! Mais bon il me “reste” encore quelques années pour en faire, je ne m’interdis pas de changer d’avis. .. j’aurais peut etre envie d’autre chose d’ici 2 ou 3 ans max… en attendant on a 2 chats depuis plusieurs années, dont un petit noirot comme le tien 🙂
    En tout cas tu es jeune, tu as laaaaargement le temps d’y penser sans te stresser !

  54. Bonjour Anne,

    Vu le nombre de réponses que tu as eu….tu as touché un sujet sensible qui ne laisse aucune femme indifférente qu’elle soit de ton avis…ou pas! 🙂

    J’étais pour ma part comme toi. J’aimais pas les enfants, dans le sens où je me sentais “gauche” à côté d’eux, je savais jamais quoi dire quoi faire, ils m’intéressaient pas et c’était hors de question d’en avoir. J’aimais ma vie avec mon homme, mes animaux, ma liberté et ma spontanéité….

    Mais voilà, ca, c’était avant. Me demande pas le pourquoi du comment mais après 15 ans convaincue que c’était pas pour moi….ben j’en ai voulu un. Tellement fort que ca me faisait mal d’attendre, et j’ai perdu un bébé….des émotions qui te changent. Aujourd’hui, je suis maman d’un petit garcon de 14 mois. Mon caractère fait que je ne suis pas une mère fusionnelle mais c’est malgré tout la plus belle part dema vie. Certes, je mesure ce que “j’ai perdu”: moins de soirées spontanées, le fait d’avoir pris 17, kg et les reperdre, de recommencer son running à 0 (courir 10′ et avoir les poumons en feu)….mais au final, quel bonheur!!

    Tout ca pour dire que chacune ressent des émotions différentes, il n’y a pas de bon moment, et les enfants ne sont pas une réalisation en soi. Bcp sont heureux sans. Faut juste pas regretter ses choix…..

    Bien à toi!

  55. Je trouve ça bizarre de mélanger le fait “d’aimer” les enfants et le désir de maternité. Pour moi ce sont deux choses très différentes.
    Personnellement, je n’ai pas d’amour particulier des enfants en général, dans le sens où je ne me suis jamais imaginé choisir un métier en lien avec les enfants (et je voue une admiration sans bornes aux instituteurs et institutrices qui supportent 30 enfants à longueur de journée, moi j’en serais incapable). Je ne suis pas gaga devant un bébé, et je considère que les enfants doivent savoir rester à leur place.
    Mais je pense que le désir de maternité n’a rien à voir avec ça. Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas faire de baby sitting qu’on n’a pas envie de construire une famille et d’élever des enfants (biologiques ou adoptés d’ailleurs).
    Concernant ton non désir de maternité, tu es jeune, Anne, et c’est tout-à-fait compréhensible que tu ne te sentes pas concernée par ce type de projets. Peut-être aussi que ce désir viendra quand ton couple sera plus mature, plus stable ou que vous aurez l’impression d’avoir atteint d’autres objectifs. Et si, par ailleurs, tu n’aimes pas spécialement les enfants, cela n’a rien de choquant ni de problématique. Cela ne t’empêchera pas, le temps voulu, de ressentir l’envie de devenir mère. Tu n’es pas la première, ni la dernière, qui aimeras ses enfants plus que tout alors qu’elle ne supporte pas ceux des autres.

  56. Ce post n’est pas Tres etonnant… J’avais déjà parlé de ton “égoïsme” ou égotisme! C’est finalement logique pour avoir des enfants il faut pouvoir aimer quelqu’un d’autre que sa propre personne. Je suis maman de 2 enfants j’ai eu ma fille a 24 ans et mon fils a 28. Les enfants cela construit, fait grandir et ca n’empêche absolument de rien faire. Voyager, faire du sport, sortir. On le fait différemment mais on le fait. Il y a des gens chez qui le déclic ne vient pas peut être en feras tu partie… Ou pas!

    1. + 1
      Les enfants, cela n’empêche pas de vivre, bien au contraire. On peut continuer à faire du sport, à voyager, à sortir, à s’épanouir professionnellement, à rencontrer des gens, à aimer son partenaire… La vie continue, elle est juste plus intense !

    2. Je trouve ça fou de continuer à me juger sur mon “soi-disant” égoïsme par le biais d’articles.
      De même, je ne vois pas le rapport avec l’amour, heureusement que je suis capable d’aimer quelqu’un d’autre que ma propre personne, sans forcément avoir des enfants. Mais forcément à travers un blog, difficile de juger de ma capacité d’amour au quotidien :S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page