Roadtrip en Italie 2018: Des lacets du Stelvio aux Dolomites

17 septembre 2018 - Road-Trip, Voyages - 7 commentaires

Hi,

 J’espère que vous allez bien? En ce joli dimanche d’été (oui oui j’y tiens, encore 7 jours avant l’automne lol), j’avais envie de commencer une série d’articles « voyages ». J’ai, en effet, quelques récits entre Japon, Philippines et Italie à partager par-ici. J’ai souvent dû mal à me replonger dans toutes mes photos, mes souvenirs car elles me rendent vite nostalgique. Mais, maintenant que j’ai organisé d’autres expéditions à l’automne (Yeeees). Je peux sécher mes larmes et vous parler de notre road-trip en amoureux fin juillet.

L’an dernier, Matthieu et moi n’étions pas partis en vacances (notre budget s’était envolé dans notre déménagement lol). Cette année, nous nous sommes rattrapés. En été, j’aime rester et  profiter de l’Europe. Il y a 2 ans, nous avions déjà fait un road-trip en Italie. Cette année nous avions des impératifs liés à l’Ironman de Matthieu (dont je vous parle ici>>): entrainement à respecter pour lui, impossible de partir trop loin, mais aussi nous avions l’envie d’emporter nos vélos de route pour continuer à découvrir les régions que nous traversions « autrement » (un peu comme en Corse >>). C’est ainsi que petit à petit, est né notre roadtrip italien entre les Alpes italiennes et la côte en passant par Vérone, Florence et les Cinq Terre ;).

Aujourd’hui, nous allons mettre de côté notre bikini pour enfiler nos chaussures de randonnées direction le Stelvio et les Dolomites. Mais avant de vous raconter cette première partie de notre road-trip, je vous invite à lire mon autre série d’articles italienne:

Enfin, je vous invite aussi à lire mon article sur « comment bien préparer un road-trip » 😉 ! J’espère qu’il vous aidera si vous avez prévu de voyager ainsi prochainement. J’ajouterai un dernier conseil à celui-ci… juste ci-dessous malheureusement. Une mésaventure que je ne souhaite à personne !

Petit aparté: Notre voyage débutait le weekend du 21 juillet à Marseille où nous devions participer au Triathlon avant de filer vers l’Italie et de finir notre weekend dans la fameuse région des Cinq Terre. Malheureusement, le dimanche matin (je l’expliquais dans cet article), nous avons retrouvé notre voiture vandalisée, nos affaires volées. Résultat, après une matinée au commissariat, nous avons dû rentrer à Montpellier, mettre en sécurité ma voiture aux vitres cassées puis s’organiser: partir ou ne pas partir ? Après avoir joint mon assurance, nous avons pu avoir un véhicule de remplacement et faire réparer l’autre durant notre absence. Mais nous avons perdu 24h. Nous passons donc le lundi à rouler, en sautant l’étape des Cinq Terres, direction Bormio, au pied du célèbre Stelvio, à la frontière italienne et Suisse.

Vous vous doutez donc du conseil que je souhaitais ajouter lors d’un road-trip ? Ne rien laisser dans votre voiture, même si vous pensez que cela n’a pas de valeur, que ce n’est pas visible de l’extérieur. Je vous laisse imaginer notre état d’esprit en reprenant la route: nous prenions énormément nos précautions, un peu écoeurés et craintifs :S. Mais voilà. UNE fois, pas deux ! Et même si vous pensez vous garer dans un « bon » quartier, faites tout de même attention. Maintenant, nous nous garons dans des parkings souterrains gardés, même si c’est plus cher… tant pis.

Bon, j’espère ne pas avoir ruiné l’ambiance éhé, maintenant je peux commencer ce petit récit de voyage dans les Alpes italiennes.

Etape 1 : Bormio-Stelvio

Direction la frontière italienne des Alpes, à un cheveu de la Suisse et pas si loin que ça du Liechtenstein. Nous arrivons tard le lundi mais la ville de Bormio et notre hôtel sont si mignons que l’angoisse et la fatigue s’envolent. La météo annoncée est parfaite pour le programme sportif du lendemain: l’ascension du Passo del Stelvio.

Côté sport:

Nous n’étions pas vraiment là pour les randonnées bien que la région en regorge. Nos vélos attendaient dans la voiture. Vous vous doutez, nous avions fait de notre deuxième étape, l’étape du vélo de route à la montagne avec un col que je rêvais de gravir. C’est à force de voir des cyclistes poster des photos de cette quarantaine de lacets, de cette vue splendide mais aussi de cette difficulté que l’envie m’a pris.

Le Stelvio est parmi les cols les plus hauts d’Europe « routiers » (le plus haut des Alpes italiennes, 2nd plus haut des Alpes après celui de l’Iseran, suivant sur ma liste lol), c’est-à-dire que vous pouvez accéder à l’altitude de 2758m en voiture, en moto sans effort OU à vélo en y laissant pas mal d’heures et de transpi. C’est donc le « parfait » terrain de jeu pour de nombreux cyclistes. On en croise des dizaines, des centaines, chacun à son rythme vers le sommet. C’est une route très connue ;).

Que dis-je, une route ? Il y a en fait 3 faces pour accéder au Stelvio: par la Suisse, par Bormio et par le village de Stelvio (au pied du col). Vous vous doutez, nous avons fait les 3 ! Je vous invite à visiter mon Strava pour le détail du parcours si cela vous intéresse >>. Vous y trouverez les 3 faces, mais aussi les randonnées, parcours de TOUT notre séjour en Italie. Je vous glisse ci-dessous le dernier ride, de la face la plus mythique (la plus prise en photo/instagrammable) au départ de Stelvio (ou Prato). Le parcours comportait plus d’une quarantaine (48 précisément) de lacets jusqu’au sommet 0_O !!

Sachez qu’en moyenne les montées sont de 7%, avec des passages à 10%. RDV sur ce site pour le profil exact 😉 >>Nous avons fait le mardi la face 1 de notre hôtel à Bormio à Stelvio en enchainant ensuite par un côté moins connu en Suisse par le col de Umbrail (Umbrail Pass). Je l’ai trouvé plus difficile ce jour-là que le Stelvio loool, mais le petit village en bas en Suisse était trooop mignon (ça m’a distrait avant la remontée pour revenir à Bormio). Finalement, j’adore les montées mais j’angoisse beaucoup en descente… Imaginez ces lacets, ces pourcentages mais dans l’autre sens, la vitesse grimpe rapidement.

Vous avez été nombreux à me dire : « mais quelle idée pour ses vacances de gravir des cols à vélo ! ». Avec Matthieu, dans notre vidéo « FAQ couple », nous vous avions répondu >>. Nous ça nous a fait kiffer de le faire. Vraiment. C’était dans ma « must ride » list (je viens de l’inventer). Je rêvais vraiment de gravir chaque lacet de ce col (enfin chaque lacet des 3 accès possibles du col, oui on l’a donc fait 3 fois LOL). De voir sur mon strava cette route, d’admirer, de transpirer sur mon vélo et d’atteindre le sommet, j’étais hyper fière malgré la fatigue.

NOTE: Attention, les routes pour ces cols ne sont ouvertes que de juin à septembre !

Côté bien-être:

Juste à la sortie de Bormio, Matthieu m’avait réservé une belle surprise: une fin d’après-midi SPA (il aurait dû me le dire quand je râlais sur le vélo, je me serais bougé plus les fesses en descente, mais passons). Direction les Termes Bagni di Bormio (pas les Nuovi même si celui-ci fait rêver aussi) où vous pouvez accéder pour moitié prix à partir de 16h ! C’était LE pied: spa, hamman, ice-bain dans une grotte, infinity pool avec vue sur la montagne. Bref. Je vous le recommande chaudement après une journée de vélo ou de rando dans la région 😉 !

Côté dodo/miam-miam:

C’est tellement drôle car cette région est la rencontre de la culture suisse, allemande, autrichienne et italienne. Ça se ressent dans l’assiette. Matthieu a pu manger en haut du Stelvio une choucroute mais en dessert vous trouviez plein de pâtisseries autrichiennes. D’ailleurs, les habitants parlaient ni vraiment italien ni allemand mais on se faisait comprendre. On s’est fait plaisir, j’ai plutôt mangé une bonne pizza. Je n’ai pas UN restau à vous recommander car nous n’avons pas eu le temps d’en tester beaucoup (on pique-niquait beaucoup durant les deux journées à vélo).

Cela dit je ne peux QUE vous recommander notre hôtel que nous avons réservé via Booking.com:

 Hotel Meublè Sertorelli Reit
Via Monte Braulio 4,
23032 Bormio, Italie

(à retrouver par-ici >>)

Petit-déj au top, garage pour nos vélos, garage pour la voiture, au coeur du village MAIS pas trop loin de la route principale, une vue magnifique sur la vallée, des hôtes au petit soin, des fleurs, des fleurs encore des fleurs… Ah et oui une chambre hyper confortable et mignonne comme tout !

Après avoir bien transpiré autour du Stelvio, nous reprenons la route le mercredi après-midi. Nous laissons ce côté-ci des Alpes pour partir plus à l’Est vers les Dolomites :). Le programme s’annonce aussi chargé mais avec moins de vélo, plus de rando !

Tres Cimes

Col de Sainte Lucie

Etape 2 : Les Dolomites (du mercredi au vendredi)

Bon vous vous en doutez 2 jours 1/2 dans les Dolomites c’est BIEN trop court. D’une part, pour aller d’un point à un autre, vous empruntez des routes de montagne qui allongent pas mal le temps de trajet (chose que je n’avais pas vraiment considéré dans mon programme: oh 30km ça va vite… OU PAS) et d’autre part, parce que vous passez votre temps à mitrailler de photos, à vous arrêter pour admirer le paysage, à profiter en fait.

Je savais qu’il fallait faire des choix et que nous n’allions pas pouvoir faire de longues randonnées comme je le souhaitais. Alors pour une « première » (ouiiiii on y retournera), on s’est concentrés sur les « MUST SEE », les vrais incontournables aux Dolomites. Je vous rassure, la route est sublime au-delà des randonnées entre chaque point, c’est pour ça que je vous en ai ajouté une dans la liste ci-après. Sur 1h30-2h, nous avons mis finalement 4h à force d’arrêt de « ohhhhh vite arrête-toi c’est trop beau ».

Côté Sport/Visites: 

Randonnée, trail… franchement c’est LE paradis ici pour cela mais attention de bien s’équiper on reste en montagne. La météo change très rapidement, en passant du 35 degrés en plein soleil à 20, de la pluie et du brouillard. N’oubliez pas aussi que le soleil se couche plus tôt que l’horaire réel affiché sur l’appli météo (testé et  approuvé, on a raté le coucher de soleil qu’on souhaitait lol). Nous n’avons pas fait de vélo, même si les routes s’y prêtaient bien. Nous avons préféré privilégier le trail, la rando, la marche 😉 ! Il y en a pour tous les goûts ET tous les niveaux !

Mes must-see pour une visite : « il faut choisir » avec mes petites conseils (ce sont des randos hyper courtes, très faciles, pas de trek ni de bivouac) :

  • Lago di Braies: à faire très tôt le matin avant l’ouverture du petit kiosque à barque. Faites le tour en courant (ou en marchant).
  • Tres Cimes: à faire en fin de matinée début d’après-midi et emprunter la petite randonnée de 1-2h. La marche est facile et la vue sur la vallée à couper le souffle ainsi que sur les fameux tres (moi je dirais plutôt 4) Cimes.
  • Lago di Sorapis: Rando plus compliquée, mais beaucoup plus tranquille en terme de touristes 😉 le lac turquoise est le graal!
  • « Great Dolomites Road »  entre Bolzano et Cortina d’Ampezzo (nous l’avons prise le mercredi en arrivant… le soleil descendait… bref) (avec un crochet Selva di Val Gardena, Canazei Ski Resort puis Corvara in Badia, Colle Santa Lucia, Auronzo di Cadore).

Je vous mets juste ici la rando du Lago di Sorapis si vous souhaitez l’effectuer. Elle est assez accessible mais pas « simple » quand même:

 Attention, on a essayé de faire le tour du lac mais impossible de trouver le chemin :S la rando totale fait 9km sans les 90% du tour du lac lol.

Côté Bien-être/Dodo:

Cette fois notre hôtel ÉTAIT le spa et le vendredi après-midi après une bonne matinée de randonnées, on a prolongé un peu notre séjour pour profiter de la piscine avec vue sur les montagnes, le sauna…. Sachez que vous pouvez totalement y accéder en étant extérieur à l’hôtel, il existe des consignes, des douches mises à disposition contre quelques euros pour l’entrée. Donc si vous avez envie de faire une pause durant un trek, un séjour randonnée, on vous le conseille vivement.

Hotel La Maison Wellness & Spa
Via Masarè 58,
32022 Alleghe, Italie

à retrouver par-ici >>

Bon, il n’était pas HYPER bien placé pour accéder au « coeur » des dolomites mais cela nous a permis de découvrir d’autres spots moins connus, moins sur la « route des touristes » dont le col de Santa Lucia qui, au lever du soleil, était juste… magnifique 😉 ! Le petit dej est top, l’équipe aux petits soins, nous avons pu stocker nos vélos sans soucis 😉

Du côté restau, nous avons à chaque fois mangé à Cortina qui est « le coeur » des Dolomites. C’est une ville de montagne hyper mignonne qui m’a fait beaucoup penser à Chamonix. Forcément, nous nous sommes lâchés sur les pizzas mais pareil, je n’ai pas d’adresses « wahou » à vous recommander.

Lago di Sorapis

Lago di Braies

Vue depuis les Tres Cimes

Petit aparté touristique:

Les dolomites constituent une région extrêmement connue ET reconnue. Elle est donc très touristique. Le Lago di Braies dont je vous parle un peu plus tôt est bondé dès 9-10h en été = des bus entiers déversent des touristes parfois pas très délicats. Hop une photo, zou pour Instagram.

Il est vrai que je fouine moi aussi beaucoup ce réseau social à la recherche de lieu, d’hôtel, de randonnées. Il est donc vrai aussi que beaucoup de photos omettent de montrer l’autre vérité = la horde de touristes qui fait la même photo que nous. Les lieux demeurent d’une beauté à couper le souffle (ce lac !! cette refléxion, la couleur de l’eau !). Ce n’est pas parce qu’un « spot » devient hyper touristique qu’il faut l’éviter car « trop vu ». Au contraire, il faut y passer mais aussi, redoubler d’efforts pour découvrir d’autres lieux moins connus, peut-être moins photogéniques, moins accessibles mais dont la beauté restera toujours aussi belle.

De même, il faut aussi ruser: pour le Lago di Braies et les Tres Cime, nous avons essayé de les visiter à des horaires moins populaires: très très tôt le matin ou entre midi-deux ou en fin d’après-midi pour plus de tranquilité. C’est comme en France, à Paris, dans chaque « haut » lieu du tourisme. Visiter Versailles en fin d’après-midi, au printemps ou en août et vous aurez la Galerie des Glaces pour vous. 😉 Je préfère vous le dire, vous prévenir car peut-être qu’on ne s’attendrait pas à croiser AUTANT de monde dans le « trou du cul » des Dolomites à 9h du matin 😉 Mais c’est comme ça, il faut faire avec durant les vacances d’été.

Nous reprenons la route direction la petite ville de Bassano del Grappa, mais c’est une autre histoire. J’espère que cette première partie vous aura plu. La suite sera dans un deuxième article. Je vous prépare également une jolie vidéo récap ;). Nous prévoyons de retourner aux Dolomites au printemps prochain, j’ai déjà hâte. Je suis donc preneuse pour explorer mieux cette région de vos conseils et suggestions !

Bonne semaine et @ très vite

PS BON PLAN: Rappel sur Booking.com en passant par MON LIEN, obtenez -15% sur votre prochaine réservation >>>

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires

  • Repondre Margaux Lifestyle 17 septembre 2018 à 21 h 09 min

    Ah ces photos… Juste magnifiques !!!! Vraiment pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour tomber sur des paysages époustouflants !

  • Repondre Lucille 18 septembre 2018 à 6 h 55 min

    Ah les vacances ride, avec un papa cycliste également on faisait les montagnes en vélo tous les étés toute mon enfance et adolescence et j’en garde de très bons souvenirs
    Ça permet de voit plus de choses, vitesse oblige, qu’en rando et c’est bien plus sympa qu’en voiture 🙂

    As tu changé d’appareil ou de traitement photo? Je trouve les photos de cet article magnifiques, encore plus que d’habitude

    Toujours autant un plaisir de te lire, je ne laisse pas souvent de commentaire mais je suis fan de ton blog et de tes articles

  • Repondre jérémy BERANGER 18 septembre 2018 à 14 h 09 min

    Merci pour ce super récit et les photos magnifiques

  • Repondre Chloé 18 septembre 2018 à 15 h 41 min

    Bonjour Anne,

    superbe article comme toujours !!

    Si tu as le temps de me répondre entre tes coachings, ta vie perso, ton entraienment pour Barcelone (tu vas tout déchirer et tu peux être fière de tout ce que tu fais!!), j’ai une question « technique/organisation » : comment transportes-tu ton/tes vélos lors des tes déplacements ou vacances ? A te lire, j’ai l’impression que tu le/les mets dans ta voiture? As-tu un van ou alors démontes-tu tes roues à chaque fois ? Les 2 vélos (le tien et celui de Matthieu) tiennent dans l’habitacle en plsu de vos bagages ?

    Merci d’avance,

    Chloé

  • Repondre Wombat 18 septembre 2018 à 16 h 30 min

    Juste un truc en passant : ça fait maintenant 3 ans que je te suis et je vois que depuis quelques temps tu fais de sacrés progrès… côté orthographe ! Tes posts sont beaucoup plus faciles à lire, c’est super agréable.
    Désolée si jamais ça te semble un peu extrême, je suis simplement dans la com éditoriale et l’orthographe est LA base de mon métier donc j’ai souvent cette déformation professionnelle d’y accorder beaucoup d’importance. Mon intention n’est pas du tout de critiquer, mais de te féliciter au contraire ! Peu de gens sur Internet font l’effort de travailler ce point et j’apprécie vraiment quand certains le font, dont toi ! Merci beaucoup 🙂
    Et merci beaucoup aussi pour ton blog qui m’a aidée à continuer la course à pied et à m’accrocher pour progresser. Je reste carrément admirative devant ton niveau dans ce sport et dans tous les autres que tu pratiques 🙂

  • Repondre Chloé 19 septembre 2018 à 17 h 38 min

    Bonjour ! Comme d’habitude, de superbes photos ! J’en avais déjà aperçu un morceau sur IG ;)) Et cette robe blanche, on en parle?? WAOUHHHHHHHHHH. A bientot

  • Repondre AnneClaireBCN 22 septembre 2018 à 18 h 54 min

    J’ai pris du temps pour moi, du temps pour lire cet article de ton blog que j’avais laissé ouvert depuis sa publication et j’ai bien fait de prendre ce temps de lecture 🙂 Merci pour ton article Anne, il est très complet, tu as du y passer du temps. C’est une autre région que j’aimerais découvrir, tes photos sont superbes et donnent vraiment envie.