Mes coups de coeur d’Avril 2021 sur Netflix

Hi,

J’espère que vous allez ? Je vous retrouve aujourd’hui pour un petit article coup de coeur télé… enfin Netflix (pas spon lol) Je partage pas mal de mes coups de coeur au fil de l’eau sur Instagram mais moins ici, j’aimerais m’y attacher à le faire régulièrement car ça me permet d’un peu plus détailler mon avis.

C’est parti !

Seaspiracy: La pêche en question

Résumé et Synopsis:
En enquêtant sur les dommages causés par les humains à la vie marine, un cinéaste (Ali Trabizi, du Kent (UK) passionné met à jour une grave corruption à l’échelle mondiale. Bon comme d’habitude, c’est service minimum pour le résumé du côté Netflix, je vais donc me permettre de compléter un peu. 1h30 c’est le temps qu’il faut au documentaire Seaspiracy pour nous exposer l’état actuel des océans et de la faune marine. Ali (aussi réalisateur de Cowspiracy) ignorait totalement ce que son enquête allait dévoiler, notamment sur la pêche industrielle et celle dite “durable” (ahem).

Pire, le documentaire met au jour la manière dont les labels comme Dolphin Safe ne peuvent  être en mesure de fournir les garanties de ces fameuses pêches durables que les consommateurs recherchent et pensent avoir en achetant les produits étiquetés.

Alors vous allez me dire, qu’on apprend rien, on sait… Franchement, je ne crois pas qu’on réalise l’ampleur et ce documentaire, tant par les images, que par les chiffres va être un coup de poing. En voici un petit aperçu:

  • 5 millions de poissons sont pêchés chaque minute, 40% étant de la pêche accidentelle
  • 30000 requins sont tués par minute (même si on ne les aime pas, ils font partie de l’équilibre des Oceans)
  • Chaque minute, l’équivalent d’un camion de plastique est déversé dans les océans
  • Le fameux continent de plastique dans le Pacifique nord est en fait composé à 46 % de filets de pêche abandonnés…pouvant encore causer des morts accidentelles.

Au-delà de la pêche et ses techniques dévastatrices sur la vie marine, le documentaire met aussi en lumière ses dégâts sur l’environnement: la pollution des matériels de pêche, les techniques de pêche causant des destructions des fonds marins… mais sur nous humains : esclavagismes,  meurtres d’observateurs, famine, pêche illégale…

Ce documentaire met les les doigts là où peu d’ONG osent communiquer.. et oui, on nous parle beaucoup du plastique que nous, vilains consommateurs, rejetons, on nous encourage à acheter des poissons issus de pêche durable… mais trop peu de campagnes sont réalisées pour nous expliquer à quel point nos océans sont en train de mourir sans pointer les responsables (les vraies, pas la paille). Même si c’est important de boycotter les pailles et plus largement les plastiques à usage unique, ils ne représentent que 0,03% de la pollution de plastique dans les océans (chiffres du documentaire). Pourtant, les océans observent plus des gaz à effet de serre que n’importe quelle forêt !

Doucement mais sûrement, le documentaire nous fait prendre conscience à quel point, nous oublions que notre planète est surnommée la planète bleue pour la grandeur et la beauté de ses océans. Nous ignorons encore tellement sur la vie sous-marine, nous avons même tendance à la dénigrer… comme si un poisson ne ressentait rien. Même si, apparemment, il y a quelques inexactitudes, après 1h30, on en ressort profondément, choqué.es, les yeux grands ouverts et le coeur en colère.

Mon avis:

La première chose que j’ai dite à la fin de ce documentaire à Matthieu : Je suis heureuse d’être végétarienne, de ne donner aucun financement à l’industrie de la pêche (je généralise volontairement car pour moi les petits pêcheurs ne font pas partie de cette industrie, pire ils en sont aussi victimes mais vu l’obscurité des labels, hormis se rendre à la crié ou auprès d’un pêcheur/producteur que vous connaissez, il n’y a aucune traçabilité fiable)

Je suis mortifiée de l’état de la vie océanique, je m’en doutais déjà. Quand je nage sur les côtes de l’Hérault, la méditerranéen est VIDE, c’est un désert de sable.

Oui, le documentaire joue un peu sur les émotions car personnellement, j’en ai pleuré. Peut-être parce que je perds de plus en plus espoir ? Oui, le documentaire nous explique que cette situation est encore réversible… mais quand on voit la bêtise, l’ignorance, la non-volonté de nos gouvernements, on n’est pas sortis de l’auberge (0,05% des océans sont protégés avec une interdiction totale de pêche, autant dire que ce n’est RIEN).  J’ai pleuré car c’est insupportable d’imaginer la souffrance de ces animaux, ce nombre de morts à la minute, sans que rien ne soit vraiment fait. J’avais déjà vu le reportage d’Hugo Clément : Sur le Front des Dauphins >>, j’avais déjà honte de l’inaction de la France…et là, nous sommes encore cités.

Je préfère donc aussi vous avertir que si moralement vous n’allez pas trop bien en ce moment, voir le documentaire n’aidera peut-être pas mais gardez-le de côté pour vous éduquer sur cette cause.

Note: 5/5 un documentaire bien mené, bien rythmé, beau, une déconstruction méthodique, une information claire… de l’émotion et un peu d’espoir quand même.J’en profite également pour vous conseiller (je ne sais plus si je vous en avais déjà parlé, pardon si je me répète) : La Sagesse de la pièvre... qui, si vous n’êtes pas encore convaincu.e, vous prouvera de part cette folle amitié, que même si la vie marine fonctionne différemment que la vie terrestre, elle n’en est pas moins intelligente, sensible et belle.

2 .Vol au musée : Le plus grand cambriolage de l’histoire de l’art

Résumé et Synopsis:

Le résumé de Netflix (nazeeeeee au possible comme d’hab): Découvrez toute l’histoire de ce braquage de 1990, où deux hommes déguisés en policiers volèrent, dans un musée de Boston, des œuvres valant plusieurs millions de dollars.

Alors, hop je reviens un peu dessus pour vous donner plus envie: il s’agit d’un docu-série (documentaire en plusieurs épisodes) sur le plus grand cambriolage de l’histoire de l’art qui a eu lieu au musée Isabella Stewart Garden à Boston dans la nuit du 17 au 18 mars 1990 (J’ai visité ce musée en 2012 quand je vivais aux USA, c’était l’un de mes préférés !). Deux hommes déguisés en policier expliquent qu’ils sont en intervention et rentrent dans le musée… sans trop vous en dévoiler (retenez-vous d’ouvrir wikipedia pendant que vous regardez lol), le résultat c’est treize œuvres d’art volées dont des tableaux de Degas et de Rembrandt. Le butin total est estimé à plus de 500 millions de dollars et le musée fait valoir une récompense de dix millions de dollars pour toute information qui pourraient mener à la localisation des œuvres volées.

On est dans les années 90, l’ADN, la vidéo surveillance sont encore à leurs débuts. Résultat l’enquête va très rapidement piétiner. Pire, quasiment toutes les personnes impliquées de près ou de loin vont trouver la mort dans des conditions mystérieuses (globalement violentes hin voilà). Je ne vous spoile rien de plus si vous ne connaissez pas l’histoire et ne vous spoilez pas non plus 😉

Le documentaire va vous demander 100% de votre attention car l’enquête part dans tous les sens car elle s’étale sur plusieurs années…de nombreux rebondissements, des meurtres, des récompenses. Chaque épisode on se demande ce qui va bien se passer, c’est mieux que le Cluedo ou les romans d’Agatha Christie !

Mon avis: Wahouuu j’ignorais totalement que le musée que j’avais visité en 2012 … avait été cambriolé. Les photos y sont interdites… ça m’avait marqué car… qu’est-ce qu’il est beau ! On ne s’attend pas à découvrir une telle architecture avant d’y pénétrer. Bref, ce n’est pas le sujet, on est rapidement absorbé par l’enquête, on la suit avec beaucoup de frustration mais aussi d’excitation. il FAUT suivre car elle est très dense, on redécouvre le Boston des années 90 mais aussi le marché obscur de l’Art. Franchement, c’est un documentaire, mais c’est un excellent divertissement.

Note: 4/5 car… même si c’est super bien expliqué, j’avoue que parfois je n’arrivais plus à suivre les tenants et les aboutissants de certaines pistes suivies par le FBI. Il fallait que je revienne un peu en arrière pour comprendre comment les enquêteurs sont allés là etc. Mais…je vous le recommande à 100% (en lâchant votre smartphone lol). Malgré les meurtres, la mafia, c’est divertissant ! Sans oublier les 10 millions 😉

3. Le serpent

Résumé et Synopsis: Dans les années 1970, l’impitoyable tueur Charles Sobhraj traque les touristes occidentaux qui font la route en Asie du Sud. Inspiré de terrifiants faits réels. (merci netflix beaucoup d’info ici). En vrai, heureusement que le résumé s’arrête là car c’est vraiment une série très sombre et angoissante. Nous en avons entendu parler lors de l’interview de l’acteur principal: Tahar Rahim qui est juste brillant dans ce rôle : glaçant, séduisant, effrayant. Je n’ai plus les mots mais bref, la série suit sa “carrière” de serial bikini killer  de routards/hippie / revendeur de diamants au cours des années 1970 (d’où le style et l’esthétisme de la serie, juste magnifique alors que je ne suis pas une grande fan de cette période)

La série est plutôt omnisciente puisque les réalisateurs s’attachent à partager les points de vue Marie-Andrée ‘l’épouse” de Charles, des victimes, de son homme de main Ajay Chowdhury mais aussi et surtout d’un jeune diplomate de l’ambassade des Pays-Bas, Herman Knippenberg, qui va s’improviser enquêteur et lancer la traque du Serpent, quitte à en perdre un peu sa raison, carrément son poste puis au final son épouse. Jamais le point de vue d’Alain Gautier/Charles Sobhraj/Le Serpent n’est adopté ce qui retranscrit encore plus cette atmosphère glaçante et angoissante.

Si Charles Sobhraj est surnommé le Serpent, c’est en raison de sa capacité à se faufiller entre les mailles du filet des polices internationales grâce à l’utilisation de passeports de ses victimes dont iels (Marie-Andrée rebaptisée Monique, Ajay) usurpent l’identité pour voyager. La serie s’attache à montrer le business du Serpent (je vais pas spoiler), le fonctionnement de ses crimes puis… l’enquête et sa trac par Interpol.

Mon avis: Bon… j’ai eu du mal à accrocher au premier épisode de par l’époque (années 70), les clichés sur l’accent français… On va dire que le démarrage est compliqué mais une fois que l’on est dedans, on ne peut plus s’arrêter de regarder. Avec Matthieu, on se limitait à 2 épisodes max par soi pour savourer la série. Il y a quand même des petits incohérences (si vous regardez en V.O.) car Marie-Andrée est sensée être une québécoise…son accent français est horrible, parfois difficilement compréhensible. C’est dommage alors que l’on sait qu’en face Tahar Rahim lui, a bossé son accent anglais. Je pense que c’est pour des questions “business” de faire dominer l’anglais dans la série, mais bon. La gymnastique se fait finalement.

De même on essaie de comprendre la justification de cette violence par Charles Sobhraj, ça parait un peu tiré par les cheveux mais pourquoi pas. J’ai été quand même un peu perturbée de voir s’enchainer les meurtres. On se dit que tout ça ne serait plus possible en 2020 mais c’est effrayant, surtout si comme moi vous avez déjà effectué des voyages solo…  On ressort avec ce sentiment poisseux d’avoir suivi une aventure folle mais qui…bon je ne peux pas spoiler mais la fin est à l’image de la vie de ce Serpent.

Note 4/5 une série à voir, peut-être pas en solo chez vous, non pas que ça fasse peur. Il n’y a pas de scènes “gores”, c’est plus suggéré, furtif, on comprend ce qui est en train d’arriver aux victimes. Néanmoins, l’ambiance lourde, angoissante tient vraiment au corps. On ressort moite comme si nous aussi nous étions en chemise et en jeans par 90% d’humidité à Bangkok !

J’espère que cette petite sélection saura alimenter vos soirées en attendant les apéros en terrasse ou sur la plage 😉 Je prépare aussi un article spécial BRIDGERTON à venir. Et vous, quels sont vos coups de coeur récents ?

@ très vite

Ne vous arrêtez pas là !

6 Séries, Films, Documentaires pour les fêtes de fin d'année (Promis sans niaiserie ou presque)

6 Séries, Films, Documentaires pour les fêtes de fin d'année (Promis sans niaiserie ou presque)

Hi, J’espère que vous allez bien ? Dernière ligne droite avant Noël. Avec cette année particulière, peut-être allez-vous passer moins…
Mes 4 séries Coup de Coeur sur Amazon Prime pour l'Automne

Mes 4 séries Coup de Coeur sur Amazon Prime pour l'Automne

Hi, J’espère que vous allez bien ? J’ai quelques articles de sélections de documentaires, de podcasts et de séries qui…
Ma sélection Netflix de 5 séries ou documentaires sportifs (Ou comment faire du sport sans quitter son canapé)

Ma sélection Netflix de 5 séries ou documentaires sportifs (Ou comment faire du sport sans quitter son canapé)

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je ne fais pas que chauffer mon tapis de yoga, mon home-trainer (ou…

2 réflexions sur “Mes coups de coeur d’Avril 2021 sur Netflix”

  1. Je vais éviter le doc parce que j’ai déjà trop de chiffre désastreux en tête et que je suis végé mais je le conseillerai grâce à ton avis.
    J’ai adoré Le Serpent, Tahar Rahim est excellent. Il fait peur alors qu’il joue tout en retenue. Et Vol au musée, ça me tente bien ! Bref j’adore ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page