Oceans Apart UPDATE 2021: Pourquoi la marque continue son greenwashing et ethique washing ?

Hi

Je reviens avec une 2nd analyse d’Oceans Apart…un petit suivi car il y a du nouveau. N’hésitez pas à consulter mon premier article à ce sujet >>  La marque a retiré de sa description française la ligne “vegan et sustainable” mais ce n’est pas le cas de tous les autres comptes Instagram, elle maintient cet argument de vente sur ces profils allemands ou italiens par exemple.

Elle a publié une nouvelle page qui “essaie” de répondre en 8 points aux allégations qui ont été émises par plusieurs clients et aussi créateurs de contenus comme moi (Nous sommes quelques unes à les dénoncer!). Sauf qu’au lieu de prendre de véritables actions et changer leur ligne de conduite, Oceans Apart s’enfonce dans un discours marketing qui pue le green washing mais aussi l’éthique washing. Cette page >> est bourrée de poudre aux yeux, de jolis mots clés pour “rassurer” mais qui n’ont littéralement aucune valeur. La marque continue ses campagnes de matraquages publicitaires, continue les codes promo à gogo (BEPOSITIVE en ce moment…eu lol!),  continue de vendre des vêtements de basse qualité à des prix exorbitants sans prendre aucun engagement réel pour l’environnement. Ah si pardon, ils utilisent du coton bio sur quelques produits… mais vous allez voir comme ça, ce n’est pas très “eco-friendly” ou “human-friendly” comme dirait leurs chargés des relations.

Plongeons-nous point par point sur cette page:

1.La marque reconnait enfin qu’effectivement elle est allemande, basée à Berlin et pas du tout en Californie ni à Los Angeles. Ou plus précisément, du bout des lèvres car depuis 1 an elle ne peut plus afficher “designed in California” à cause de la crise COVID … mais avant aussi puisque ses employés n’y allaient que pour “s’en inspirer”. Donc on arrive quand même à nous sortir que le design des vêtements était PENSÉ à LA… mais effectivement, dessiné à Berlin. A quoi bon chipoter là !! Ah… je ne savais pas que marketinguement parlant (lol) “penser” un truc avait valeur d’argument de vente. De même, si on se prétend une marque engagée pour l’environnement et les humains (vous verrez plus tard pourquoi j’écris ça)… quel est l’intérêt de prendre plusieurs fois par an l’avion (12h de vol…24h aller-retour) pour “penser”un produit ? Pourquoi ne pas travailler avec des designers californiens directement non… je sais pas une idée pour s’ancrer dans leurs “good vibes”
Heureusement ils ne le font plus depuis le COVID car vu l’impact de toute la production, on n’est pas sortis de l’auberge. On nous prend pour des morues ou bien ?

Note: ce paragraphe a été pensé du fond de mon lit sous des draps en soie et écrit sur mon bureau IKEA made in moi-même. (sauf les fournitures).. WTF

2.Pas de dropshipping

Personnellement, je n’ai jamais accusé la marque de dropshipping (achats de gros à bas prix auprès d’un fournisseur puis revente…) mais leurs designs n’ont rien d’original. Ok ils font fabriqués eux-mêmes, pas de soucis. Cela dit le style, les couleurs vous pouvez retrouver ça chez de nombreuses autres marques, moins chères et parfois de meilleure qualité. Car, comme je le disais dans mon premier article, la qualité n’est CLAIREMENT pas au rendez-vous si vous avez déjà l’habitude de vêtements de sport. Vous pouvez trouver, au prix d’Oceans Apart, des vêtements de sport de qualité ET éthiques (vraiment éthiques.)

3. Le Respect de l’environnement

Donnons un bon point à Oceans Apart qui a un centre de distribution “ecolo”  (donc pas une usine de fabrication, Oceans Apart reçoit ses produits et les conditionne ensuite avant de vous les envoyer) et utilise des emballages recyclés (ouf!) mais …pardon j’ai les yeux plein de poudres de perlimpimpin…est-ce un argument pour juste ne pas parler de tout le reste ? la composition des vêtements ? la technique de vente ? les prix exorbitant ? l’impact de CO2 de leurs importations ? le lieu de fabrication? l’origine de leurs tissus ?

En effet la marque se targue de recycler ses emballages et de les re utiliser.. sauf qu’en fait elle respecte juste la loi !

Petit rappel :
Le décret n° 92-377 du 1er avril 1992 confie au conditionneur, à l’importateur ou au premier responsable de la mise sur le marché, la responsabilité de contribuer ou pourvoir à l’élimination des déchets d’emballages qui résultent de la consommation de ses produits par les ménages. Ces entreprises peuvent, soit organiser leur propre système de reprise, soit contribuer à un système collectif qui favorise la mise en place de la collecte sélective d’emballages ménagers par les collectivités territoriales, en adhérant à une société agréée par les pouvoirs publics (actuellement Eco-Emballages ou Adelphe).

Même si Oceans Apart est une entreprise allemande, ce décret français découle d’une directive européenne qui s’applique aussi en Allemagne. Donc on applaudit Oceans Apart… pour juste respecter la loi?

4. Les matières.

Les vêtements de sport doivent répondre à certaines exigences, certes, mais cela n’empêche pas d’utiliser des matières plus respectueuses de l’environnement pour se faire comme de nombreuses autres marques le font déjà. L’excuse de la résistance ou de l’exigence est bien trop facile à utiliser. J’ai fait à nouveau le TOUR des nouveautés et des produits, il n’y a AUCUN vêtement avec des matières recyclées. Ce choix ne serait pas rentable dans leur modèle économique choisi, c’est-à-dire offrir des tenues à tour de bras.

Quant à leurs arguments sur les vêtements sans couture… comment vous dire ? ça fait des années que je travaille avec des marques de sports qui font des vêtements sans couture. Ils sont plus confortables mais pas plus respectueux de l’environnement qu’un autre. Les vêtements de sport sans couture génèrent aussi des déchets. Si Oceans Apart était vraiment engagé dans la protection de l’environnement et créait ses propres tissus, la marque nous dirait qu’elle récupère justement ses chutes de vêtement et les recycle…pour produire des vêtements ou accessoires. Mais ce n’est pas le cas 😉

Attaquons-nous au coton bio. C’est mignon le coton bio, c’est une matière naturelle et “bio” en plus. Bon ça s’arrête là car ça reste une matière extrêmement exigeante en ressource en eau. Il existe bien d’autres alternatives plus respectueuses de l’environnement.  Si vous souhaitez un savoir plus sur l’industrie FLOUE du coton bio, je vous donne rendez-vous sur cet article >

Une marque de sport qui respecte l’environnement ou du moins essaie de s’engager, utiliserait des matières telles que le Tencel, de polyester recyclé, de l’élasthanne recyclé ou encore du polyamide recyclé. C’est zéro du côté d’Oceans Apart qui ose dire qu’elle le fait… sauf que si vous vous plongez dans les étiquettes des produits, ce n’est pas le cas.

5. Une production Responsable

Alors là… juste peut-on rester sérieux 2min ? La marque vous offre une tenue pour tout achat d’une tenue. A quel moment est-ce responsable? A quel moment est-ce un prix équitable ? Si la marque peut faire ce genre d’offre et proposer de manière permanente des codes promos, je vous assure qu’il n’y a aucun approche “éthique” et équitable du prix auprès des fournisseurs.

Ah et puis le coup du “on ne peut vous dire où on produit car le marché est hyper concurrentiel” c’est très transparent vous ne trouvez pas ?  Oceans Apart a publié toute une page pour se targuer de ses engagements “humains” et éthiques avec de jolies images “Who made my clothes” sauf que la marque ne vous dit JAMAIS où elle produit. Pourquoi ? Si c’était un lieu comme l’Allemagne ou l’Europe (ou Los Angeles lol), bien sûr qu’elle l’afficherait fièrement. Mais là, vu qu’on se doute que c’est en Chine, elle ne préfère pas car ce n’est clairement pas assez “good vibes”.

Pour rappel de la loi: Le marquage de l’origine est effectué sous la seule responsabilité du fabricant ou de l’importateur, ce n’est pas obligatoire. Cependant, toute indication d’une mention fausse ou de nature à induire le consommateur en erreur quant à la provenance d’un produit constitue une infraction. Donc le “designed in California” est une infraction 🙂

Vous faites confiance à une marque qui refuse de vous dire OU sont produits les vêtements qu’elle vous vend ?

La marque se targue de faire respecter des codes de conduite BSCI… Mais qu’est-ce que c’est ? Elle travaille avec des fournisseurs dans un pays qu’on ne connait pas, qu’elle ne souhaite divulguer, on ne sait pas quel cabinet extérieur fait respecter ce code de conduite ? quels sont les contrôles ? On ne saura pas, vous comprenez, c’est un marché trop concurrencé.

6. Pas de greenwashing

Malheureusement SI.  Oceans Apart, quand on se dit “respectueux de l’environnement” et vegan en italien, en allemand, en français… alors que vous êtes ni l’un et que l’autre, on a vu que ce n’était pas un argument dans votre industrie, vous faites dans le greenwashing.  Enfin, j’insiste sur les mensonges de la marque: je vous ai montré sur ma video des produits étiquetés “respectueux de l’environnement blabla matières recyclés”… alors que la composition ne l’était pas. Ce qu’il faut expliquer à Oceans Apart c’est qu’effectivement, c’est PIRE que du greenwashing, c’est de l’arnaque.

Quant au “Une production de qualité et durable” comment vous dire: la marque sort des nouveautés chaque semaine, brade ses produits de mauvaise qualité donc… pas durable… Ses mots clés sont jolis, mais ne serait-ce pas là du green washing ?

7. Eco Responsabilité.

Comment peut-on se dire éco-responsable ET travailler avec plusieurs fournisseurs dans le monde ? ça veut dire que leur production se promène aux 4 coins de la planète avant d’arriver chez vous. Ils osent écrire ça et se dire “engagés”. J’aimerais bien rencontrer cette personne qu’ils ont nommé pour organiser leur éco-responsabilité car à part écrire de beaux discours, dans les faits, rien ne change.

Puis le coup du “nous nous efforçons d’être transparent, nous ne sommes pas parfaits”… Eu est-ce que la marque pourrait, pour la transparence, divulguer les lieux de fabrication…comme toutes les autres ?

“Améliorer leurs performances en matière de durabilité”: peuvent-ils commencer à être durable avant de vouloir s’améliorer ?
La marque valorise les retours de sa communauté. Faux, la marque a modéré et n’a jamais répondu à tous les contenus qui ont été produits pour dévoiler son green washing (et éthique washing). Je n’ai jamais reçu de messages de leurs parts. J’ai déposé un avis sur leur site qui ne leur a pas plu.

Au lieu de rédiger cette page pour “se défendre”, pourquoi ne pas faire de réels changements ?

8.Que se passe-t-il ensuite ?

Bah rien. On attend qu’il se passe quelque chose justement 🙂 Tout ça pour ça.

Oceans Apart a aussi enfin traduit une des pages dont je parlais déjà dans la video, je vous mets le lien ici >; Je ne vais pas reprendre chaque point, mais il y aurait encore pas mal d’analyse à faire afin de vous (dé)montrer qu’Oceans Apart sont surtout très bons pour ne pas s’engager à respecter l’environnement, leurs ouvriers ou produire de manière durable avec des produits de qualité et engagés. Ils sont doués en usage de mots clés, sans valeur légal ni engagement.

A chaque question sur cette page, ils ne vous répondent pas : qui coud ? qui fabrique ? qui tisse? La marque n’utilise pas les tissus dont elle se targue d’avoir les certifications. Personnellement, je trouve que ces pages mettent en lumière à quel point Oceans Apart ment. C’est juste se tirer une balle dans le pied au lieu de corriger le tir.

Ce qui m’attriste le plus est de voir que certaines créatrices de contenu reprennent point par point cet argumentaire défensif de la marque pour “la laver de tout soupçon”. Oceans Apart n’a pas changé. Il faut continuer de les pointer du doigt. En 2021, alors que des minorités en Chine sont exploitées contre leur gré pour produire des baskets, des vêtements, alors que le plastique pollue de plus en plus, il n’est plus possible de développer des marques qui fondent leur business modèle sur des promotions à gogo, des produits de mauvaise qualité, vendus à des prix bien trop élevés.

Direction le Feminisme Washing maintenant:

Non content d’avoir échoué en tant que marque “eco-responsable”, ils se sont dit qu’ils allaient jouer la carte du féminisme à grand usage de slogans type “Women Support Women”. La marque se lance ainsi dans “femi-washing” (féminisme washing) avec de nouveaux mots clés que vous trouverez dans leurs stories Instagram à base de : body positive (tout en montrant que des corps uniformisés sur leur site, ok admettons ça commence à évoluer sur leur instagram, voyons le côté positif) inclusivité (ne propose  des vêtements que jusqu’au XL…). On marche vraiment sur la tête.

Pire Oceans Apart se dit engagé et souhaite aider les femmes en difficulté en offrant des vêtements de sport… sauf que pour se faire, il faut, utiliser un code promo et dépenser 79euros puis choisir soit de garder le leggings offert pour vous soit de l’offrir à l’association choisie. Sérieusement ? Je suis excédée de voir des marques manipuler le malheur et la détresse des femmes à leur bénéfice, littéralement ! Quand on sait que les produits sont volontairement sur-évalués pour se permettre ses promotions (3 pour le prix d’un, non mais je suis hallucinée, vous imaginez acheter 1 produit on vous en offre 2 en plus ? Limite on vous paie pour acheter) Pourquoi forcer la consommation pour réaliser un don ? Pourquoi ne pas donner tout court une partie des bénéfices sur telle journée comme le font d’autres marques sans en faire une campagne d’auto-promotion ?

Franchement… je ne pensais pas devoir écrire un 2nd article à leur sujet, je ne croyais pas que ça pouvait être pire, mais le 8 mars m’a prouvé le contraire.

J’espère que cet article vous a plu, la prochaine fois, je m’attaque à Nike et ça promet 🙂

Bon weekend

 

 

Ne vous arrêtez pas là !

Tout savoir pour bien débuter le Gravel: FAQ avec Camille Pic

Tout savoir pour bien débuter le Gravel: FAQ avec Camille Pic

Hi, J’espère que vous allez bien ? On se retrouve aujourd’hui pour parler cyclisme mais on va quitter la route,…
Mes coups de coeur d'Avril 2021 sur Netflix

Mes coups de coeur d'Avril 2021 sur Netflix

Hi, J’espère que vous allez ? Je vous retrouve aujourd’hui pour un petit article coup de coeur télé… enfin Netflix…
Comment comprendre et mieux vivre son cycle menstruel grâce au Sport

Comment comprendre et mieux vivre son cycle menstruel grâce au Sport

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je vous retrouve aujourd’hui pour un article qui vous aidera à un peu…

4 réflexions sur “Oceans Apart UPDATE 2021: Pourquoi la marque continue son greenwashing et ethique washing ?”

  1. Merci pour cette suite, c’est de pire en pire.
    Vêtements probablement fabriqués par les Ouïghours… et pour avoir succombé à leurs sirènes et passé 2 commandes chez eux, je confirme que c’est de la daube! Au bout de quelques séances de yoga et lavages, les leggings sont devenus transparents, boulochés, immettable (même en pyjama!). Ma prof de yoga avait passé une commande aussi, au premier cours, la couture de son legging avait cédé juste là où il ne faut pas!

  2. Maïwenn LE CACHEUX

    Article super complet et intéressant merci ! Si je peux me permettre cela serait vraiment super de rajouter une fonction pour pouvoir partager facilement les articles sur Facebook, Twitter, etc, ça permettrait d’informer plus de personnes !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page