Compte-Rendu: Mon premier Triathlon en Relais à Genève

30 juillet 2017 - Triathlon - 7 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Depuis le Défi Monte Cristo >>, je n’avais pas partagé de nouveaux comptes rendus de course… C’est pourquoi j’avais vraiment hâte de publier celui-ci et d’enfin vous parler de ce super weekend que j’ai passé à Genève.

Le 14 juillet, après avoir bien emballé mon velo, direction la gare, le train (quelle galère avec un vélo sérieusement), et surtout la Suisse pour participer au Triathlon de Genève. L’organisation propose différents formats de course tout au long du weekend pour faire plaisir…littéralement à toute la famille (triathlon kids) et à tous les niveaux (format super sprint, short et olympique). Le 14 juillet, même si à quelques jours près, j’allais enfin savoir que je pouvais enfin reprendre, j’ai préféré m’aligner sur le triathlon « short » en relais.

J’avais déjà fait des triathlons de ce format là (comme celui de Chantilly >>) mais jamais en relais. J’ai eu la chance de partager cette expérience avec Jessica, la super capitaine du #Dubndiducrew de Genève (à suivre ici et à rejoindre via Facebook là). Honnêtement, je crois que le relais est le format idéal en triathlon pour s’initier, découvrir la discipline tout en s’amusant entre amis. Chaque participant peut choisir le sport dans lequel il est le plus à l’aise tout en suivant les préparatifs et la course de l’intérieur (passage de relais et transition).

J’ai fait un petit Vlog de ce weekend, cela vous permettra de voir comment se déroule un triathlon (organisation tout ça) si jamais vous souhaitez en faire un, un jour 🙂

Après mon arrivée vendredi soir et ma rencontre avec Manon, paratriathlète et fan de Liv comme moi lol, le samedi matin je retrouve donc Jessica pour aller retirer nos dossards et puce. Puisque c’est un relais, nous avons des dossards numérotés en fonction des courses (pas de dossard pour la natation, mais le 2 pour le velo et le 3 pour la course). Le retrait est hyper fluide. Le matin même est donné le départ du super sprint… par curiosité, forcément on y va. Regarder les triathlètes s’élancer en natation me donne toujours des frissons (et un peu d’adrénaline). Ça nous permet aussi de repérer le parcours et le lieu de départ pour l’après-midi même. C’est la deuxième fois que je participe à un triathlon l’après-midi (le premier étant Gerardmer… >>).

Honnêtement, je suis vraiment venue en touriste (j’avais même oublié mon porte-dossard, heureusement que Manon en avait un second à me prêter… non non je n’ai rien oublié d’autre !) … je n’ai même pas stressé côté digestion après le repas de midi et surtout la belle rencontre avec le crew de Genève (encore merci les filles pour ce beau moment avec vous !!)… J’ai pris le temps de faire un petit stock de chocolats suisses :P.

C’est pourquoi quand l’heure fatidique d’aller déposer nos affaires et le vélo, je réalise à peine que je vais faire trempette dans le lac turquoise (oui l’eau…y était juste magnifique). Jessica est déjà prête en tenue de running, après l’inspection de mon vélo/casque/puce, je peux m’installer au bout du bout du bout du parc à vélo/zone de transition. Velo en place, petite serviette… je me chouchoute LOL. Je n’ai pas prévu, comme Manon, de faire une transition de 40sec max

Vers 14h, j’enfile ma combinaison sur ma trifonction. Je suis plutôt frileuse, elle est autorisée, mais de nombreuses personnes (surtout en relais) y vont en maillot de bain. Une fois le briefing fait (je le suis toujours attentivement car j’ai un sens d’orientation dans l’eau digne d’une méduse et que je suis bien capable, malgré les lentilles sous mes lunettes de natation, de ne pas les distinguer). Contrairement au matin, le vent s’est levé et il y a un bon courant (sur le moment je me suis dit mais comment c’était possible d’avoir du courant SUR UN LAC !!), mais tant pis, ce n’est « que » 500m.

La course :

Le départ est donné, j’ai eu la bonne idée de me placer devant en plein milieu. Vu ma vitesse de tortue de mer, ça ne me ressemble pas. Plonger non plus, mais que voulez-vous l’eau turquoise ça me booste. Donc c’est parti, vas-y que je crawl qu’on m’agrippe, que je m’agrippe, que l’on se donne des petits coups, que je bois la tasse…. Et que je me fais la réflexion « mais c’est de l’eau douce ! » Et oui, moi ma natation en eau libre c’est en méditerranée avec une eau salée, biirk.

J’admire le fond de l’eau… c’est la première fois (Sauf en Croatie) que je nage et que je suis capable de voir le fond. C’est magnifique. Mieux qu’aux Seychelles (oui bon non faut pas déconner quand même). Ça me déconcentre un peu puisque je me retrouve à faire 100m de plus. Je sors de l’eau en 11min. Tellement obnubilée par le souvenir de ma vision sous-marine que je n’arrive pas à dézipper ma combinaison…. De toute manière je suis là pour le plaisir, je prends le temps de le faire correctement arriver au velo.

Transition bien looonguuuuue car finalement je mets des chaussettes dans mes chaussures de vélo. Mais zou c’est parti et là, je vais essayer de tout donner puisqu’après…bah après c’est à Jessica. 20km, 3 boucles…Comme je l’explique dans la video, je n’aime pas regarder les parcours de course, j’aime garder la surprise (bon dans certains cas, j’aimerais être plus futée et mieux me renseigner afin de me préparer lol). Là, on m’avait prévenue qu’il y avait une belle côte d’un peu plus d’un km…des virages serrés. Ok ok j’avoue c’est Manon qui avait le repérage et qui m’a partagé ses conseils.

Donc je n’ai pas été surprise lorsque je me suis retrouvée à mouliner dans cette côte… 3fois. En réalité, je dois l’avouer (on a bien le droit), que j’étais plutôt contente de moi. Les cuisses n’ont tant couiné que ça, le cardio ne s’est pas affolé et je réussissais à bien relancer. Bon, j’ai flippé dans les descentes, j’ai dû mal avec les virages rapides mais, globalement et pour une fois, le velo n’a pas été une épreuve, un enfer. J’ai même pris un peu de plaisir !

Je finis les 20km en 49min17 (j’inclus même les 900m de transition dans le compte lol) et passe le relais à Jessica en running pour 5km. Je file l’encourager car mine de rien, il fait très chaud à Genève et elle a déjà dû attendre 1h au soleil son tour. Elle finit les doigts dans le nez et me rend encore plus fière hihi. Nous finissons en 1h28 notre triathlon short (pour rappel : 500m de natation, 20km de velo, 5km de course à pied)

On est forcément hyper contentes. J’ai adoré le format, il y avait foule pour nous encourager. Malgré la micro difficulté vélo, le parcours était au top. Je re signe sans hésiter et honnêtement, si vous vivez dans la région et que vous cherchez un triathlon « Débutant », ce format est parfait. Encore bravo ! et merci à Jessica

Bon et vous croyez que mon weekend triathlon s’est arrêté là ? Que j’ai fait du tourisme le lendemain (car il y en a des choses à voir à Genève et pas qu’au fond du lac !). Non, on s’est motivés avec Manon et Pierre, journaliste pour Triathlète le mag, pour s’inscrire au format olympique le lendemain. Je ferai la natation, Manon le vélo et Pierre la course à pied. Quelle idée lol !

Donc le lendemain j’enfile à nouveau ma combi encore un peu humide de la veille pour m’élancer cette fois sur 1500m. J’écoute le briefing… qui m’embrouille un peu… mais comme hier, je plonge, je prends un bon départ. Franchement, je pense avoir un peu progressé en natation car je rattrape des personnes de la première et deuxième vagues (les relais partant en dernier, team bonnet argenté) ça me fait ma matinée lol. Sauf qu’à force de boire l’eau du lac, je fais n’importe quoi au moment du demi-tour en natation. Si bien que je parcours… 150m de trop faut le faire quoi !! Je finis en 34min et là, qu’importe le zip ou pas, je dois juste courir comme une folle pour vite donner la puce à Manon sur le vélo. Courir, je sais presque faire 😉 !

Bon après, je me sens un peu désoeuvrée j’avoue, j’encourage Manon… et malheureusement, je ne pourrai pas voir la course à pied de Pierre car je dois filer attraper mon train pour Montpellier…Mais il va courir le 10km en…38min, normal 😛

Encore une belle expérience ! Et quelle honneur m’a fait Manon de pouvoir courir avec elle. C’est un bout de femme plein d’énergie et de volonté. Je vous invite, vraiment à la suivre  >>>

Bon le seul bémol dans ces courses parfaites….c’est l’absence de médaille (oui je suis hyper attachée au breloque de ce genre) et l’impossibilité pour les relayeurs de passer ensemble la ligne d’arrivée. Bon on pouvait truander, Manon l’a fait le dimanche matin, mais je n’ai pas pu samedi (et tchuss le ravito de fin en plus éhé). C’est honnêtement un détail car franchement, samedi comme dimanche, l’organisation était irréprochable. De même, j’ai adoré l’ambiance accessible de ce tri. Pas de grosses têtes de nœuds qui te prenaient de haut et te coulaient dans le lac. Qu’un beau esprit sportif.

Une bonne chose à savoir également, 60% des participants étaient débutants (yeeees donc si vous hésitez, lancez vous sans honte !) et +30% étaient des femmes YOLO.

Pour conclure : sans hésiter, je renouvellerai l’expérience des courses en relais, tri ou autre. J’ai adoré cette notion d’esprit d’équipe. Je me suis mis la pression dimanche matin pour Manon (attendez, on ne fait pas attendre la championne du monde paratriathlon quoi !) mais c’était que du plaisir et beaucoup…beaucoup de fierté à la fin, ensemble 😉

Êtes-vous tentés par un triathlon… et pourquoi pas en relais ? Quel serait votre sport de prédilection ?

@ très vite

PS : Je prépare un article natation, n’hésitez pas à aussi poster vos questions en commentaire 😉

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires

  • Repondre Audrey 30 juillet 2017 à 12 h 59 min

    Ca donne envie! Je fais de la course à pied, de la natation et dernièrement je me suis mise au vélo. Ce qui me freine c’est vraiment le prix des trifonctions (et encore… Dans certaines courses il faut une combinaison EN PLUS).

    Pour la natation, j’aimerais savoir comment progresser en vitesse ET en endurance. Je me fatigue vite en crawl (enfin, avant je ne savais même pas aller jusqu’à 50m sans cracher un poumon).
    J’aime bien nager le crawl, mais c’est vrai que si je veux faire une séance de crawl c’est max 500m et j’y vais en me disant que je vais en chier.
    Je me suis frottée aux fractionnés dans l’eau mais j’ai du mal à voir les résultats. J’ai toujours autant de mal… Je dois nager bien lentement si je veux être « à l’aise ».

  • Repondre Nicolas 30 juillet 2017 à 21 h 21 min

    Bonjour
    Es tu chaussettes ou non en triathlon
    Ou chaussures spéciales en course et velo
    Pour éviter les ampoules

  • Repondre anne 31 juillet 2017 à 7 h 58 min

    Je confirme, les vélos dans les trains, la galère, surtout dans les TGV. NOus avons fait une rando vélo avec nos enfants, mon mari et moi, donc 5 vélos à mettre en housse puis dans le TGV.. un grand moment !

  • Repondre L.C. 31 juillet 2017 à 10 h 35 min

    Ton récit donne effectivement envie de passer au triathlon, en relais dans un premier temps.
    Et bravo pour cette belle performance !

  • Repondre Bénédicte 31 juillet 2017 à 17 h 28 min

    Bien joué! J’ai finalement été ravie de voir que les bonnets bleus n’étaient pas les enfants mais la deuxième vague natation xD
    A bientôt à Genève!

    • Repondre Anne 31 juillet 2017 à 18 h 00 min

      Hihi merci Bénédicte 😉 !

  • Repondre Miska 14 août 2017 à 14 h 29 min

    Je cours bien et je ne m’en sors pas trop mal en vélo. Je souhaiterais apprendre à bien nager le crawl car pour l’instant ce n’est pas trop ça. En réalité je ne souhaite pas participer à un triathlon pour l’instant, mais l’envie pourrait venir 😉
    Du coup, je voulais savoir comment tu avais appris à nager le crawl de façon efficace en piscine avant de te mettre à l’eau vive. Merci pour ta réponse.