Le Running au Féminin, ça donne quoi ? #177

Hi,

course femme running à pied féminin avis

Aujourd’hui, j’ai envie d’aborder un sujet un peu controversée que ça soit entre hommes et femmes, ou encore entre nous les femmes. Je tiens à dire avant de débuter que je respecte chaque opinion et qu’en fait j’ai surtout hâte de connaître votre position après avoir exposé la mienne.  Ainsi, j’ai récemment lu ce post et vu que je reçois souvent des questions, des réflexions sur mes runs, mes challenges “exclusivement” féminin, je me suis dit qu’il était temps que je m’exprime sur le sujet : Sport… course à pied et les femmes.

C’est vrai que de plus en plus de femmes, de tous âges, de tous horizon se mettent au sport… et c’est génial. Mais forcément, quand quelque chose fonctionne, cela attire les marques et dès que l’on est sur le marché de la “FEMME”, le marketing se lâche sur le rose….sur les stéréotypes bien connu, bien cliché :

T’es une fille donc même si tu fais du sport, tu veux pas te salir, tu veux pas transpirer, tu veux du rose, tu veux être jolie (tenue, make-up), tu es certainement entrain de faire un régime ou tu cherches à rentrer dans ton maillot de bain…Bref, on fait dans le marketing genré

>> Je n’ai rien contre le rose, ni les régimes, ni l’objectif bikini.

Bien entendu, ça plaît, moi aussi j’aime quand même avoir une belle tenue quand je fais du sport car çå me motive mais je n’ai pas peur de transpirer, de me salir. Non je ne fais pas du sport pour le régime et ça me vexe profondément quand des coachs essayent de m’encourager en me disant “Aller encore un effort, c’est pour le bikini cet été”. Parce que tu crois que je veux être en forme que cet été ? Parce que tu crois que je veux transpirer qu’avant les vacances d’été ? (ET je respecte les personnes qui le font, ce n’est juste pas mon but à moi et ça me vexe que l’on accole forcément Femme faisant du sport = Femme au régime)

Ainsi, est aussi né les évènements EXCLUSIVEMENT féminin : entrainement… course officielle avec parfois (souvent) du marketing douteux à base de : princesse, rose…

course femme running à pied féminin avis

Parce que nous avons une perception différente de notre corps, nous avons une approche différente du sport (surtout et particulièrement dans les débuts), c’est pourquoi ces évènements, ces courses ont du succès car elles nous permettent de nous épanouir loin du regard d’un des coupables de cette perception différente et de cet état de subordination: l’homme.

Bien entendu cette logique ne s’applique pas à toutes les femmes, mais chaque femme doit respecter qu’une autre se sente dans cette situation. Bien sur que c’est agaçant tout le côté girly, bien sur que je serai mal à l’aise si je tombais sur une course réservée aux hommes (mais après tout pourquoi pas en fait ?), bien sur que le “viens courir petite princesse” m’énerve car nous avons cette image de “princesse =précieuse = fragile = je ne peux pas vraiment faire du sport si je suis fragile”

Contrairement à ce qu’y est expliqué dans l’article de Green coquelicot, personnellement, je ne me bats pas pour courir avec les hommes, je me bats pour COURIR et faire respecter le fait que OUI les femmes peuvent courir, peuvent faire du sport et peuvent AUTANT s’investir dans une activité sportive que tout homme pour d’autres raisons que la société nous prescrit.

Vous allez me dire que pour le prouver, il vaut donc mieux se mesurer aux hommes ET donc courir avec eux (en course ou en entraînement), de s’assumer comme une grande. Bien sur et je suis bien d’accord avec vous, je cours d’ailleurs 80% du temps avec mon petit ami. Sauf que physiquement, je n’arriverais jamais à le battre mais à chaque run, à chaque course par mes efforts je lui démontre que j’aime et pratique avec autant de ferveur et d’assiduité que n’importe quel homme.

…Mais j’ai envie de vous dire : Qu’avons-nous à prouver aux hommes ? Rien. C’est plutôt à eux de nous montrer ENFIN du respect à chaque instant de notre pratique : de tourner 7 fois leur langue dans leur bouche, de nous considérer ET regarder comme un égal et non nos fesses ou nos seins. Bien sur vous allez me dire que je n’ai qu’à les remettre en place. SAUF que nous passons NOTRE vie de femme à les remettre en place (le harcèlement de rue pour ne pas (re) citer). Pourquoi devrions-nous encore le faire durant une course, au moment où nous sommes là pour reprendre confiance en nous, pour nous épanouir, pour nous accepter ENFIN, pour nous dépasser. Une réflexion peut gâcher TOUT le plaisir que nous trouvons dans cette activité. Pour moi ces arguments ne sont PAS marketing (mais OUI ils sont récupérés par le marketing), ils sont la réalité de beaucoup de femmes, pas toutes, mais beaucoup.  Tant mieux si des femmes arrivent à ne plus y prêter attention, arrivent à dépasser ça. Honnêtement, je crois que c’est devenu mon cas, ça m’agace, ça m’énerve, mais ça ne m’empêche pas de pratiquer.

course femme running à pied féminin avis

Néanmoins, lorsque j’ai débuté c’était le cas et parfois ça revient cette pointe dans le ventre, cette pointe d’angoisse, cette pointe de colère qui nait en moi contre ces hommes qui empiètent sur ma liberté d’être moi, de pratiquer comme je veux ce que j’aime.

Il y a deux ans, je rédigeais cet article sur les difficultés que je rencontrais lorsque je courais seule et malheureusement, il est encore extrêmement d’actualité. Pas plus tard que mardi en allant courir à Montpellier, nous n’avons pas arrêté d’être interpelées par… des hommes, pour nous “encourager à leur manière” et je crois que le pompon a été atteint par un “allez les cochonnes”. Bah voyons et après vous avez envie que MOI j’aille courir à avec des hommes ?

Ah oui, je peux les remettre en place, mais pourquoi ? pourquoi se fatiguer ?

Au final, ces évènements aussi joliment ou/et très maladroitement marketés cachent une réalité beaucoup moins jolie : la femme n’est toujours pas autant considérée que l’homme. Il y a toujours cette barrière entre homme et femme, il y a toujours plus d’obstacles pour nous les femmes pour faire CE QUE NOUS VOULONS.

Et je vais faire une horrible comparaison, une comparaison deux poids deux mesures : un Inde des wagons dans les métro ont été réservés aux femmes pour éviter tout attouchement, potentiel viol. Ici on traite la conséquence, pas la cause : l’éducation des hommes par rapport aux femmes, la place de la femme dans la société et sa considération. C’est pareil dans une dimension bien plus superficielle que le sport et les évènements sportifs. La femme n’est toujours pas aussi bien considérée et l’unique manière de la faire exister ou de l’autoriser à enfin se sentir bien et de pratiquer comme bon lui semble est finalement ces événements exclusivement féminin.

Vous allez me dire que j’exagère ? Honnêtement non.  Bien entendu, je ne veux pas généraliser et mettre tous les hommes dans le même panier, sauf que quand on court et qu’on se prend 3 réflexions, des sifflets, des regards lourds dingues, au bout d’un moment ça suffit et on veut juste pratiquer en PAIX. Dernièrement au Marathon des mecs étaient derrière mes amis et moi, un lance à son pote car il ne devait pas doubler assez vite :”ah bah dit-donc pourquoi tu restes derrière les filles”… Non mais ALLO même durant un marathon tu fais des blagues lourdes-dingues ?

De fait….c’est ponctuellement la solution.

Mais oui, je suis d’accord sur l’exploitation exagérée et maladroite de marques / organisateurs d’évènement qui m’agace mais permet à beaucoup de femmes de se lancer enfin et/ou de se sentir mieux en se disant que ça sera “entre femmes”. Oui on pourrait faire ça aussi pour chaque catégorie de personnes stigmatisées, mais là je me fonde bien sur une opposition de sexe. Ce n’est pas une question de courir avec des hommes, c’est une question de courir en paix et pour beaucoup, la solution est de courir en groupe… et encore souvent en groupe féminin.

course femme running à pied féminin avis

Je vais venir sur une partie plus théorique qui m’a amené à cette approche exclusive et surtout répondre à l’interrogation du “mais c’est pas un recul pour les droits de la femme de faire des évents que féminin” ?

Je crois qu’il y a différentes visions du féminisme et personnellement,  je suis plutôt contre un égalitarisme aveugle car non, sexuellement, physiquement, nous sommes différents des hommes. Attention, les stéréotypes, l’éducation limitante (tu es une fille, tu feras de la danse !), me révulsent. Dans une société idéale, nous, homme et femme, devrions avoir les mêmes opportunités et bénéficier d’une éducation identique qui n’influence pas notre existence ou notre place dans la société.

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Une partie de mon mémoire réalisée durant mon Master 2 sur la pratique du sport par la femme (d’un point de vue sociologique ET marketing) m’a permis d’approfondir la question de l’impact réel qu’avait cette éducation différenciée par le sexe : perception différente du corps, de l’effort, des capacités, du caractère… Bref. Forcément, la théorie que j’exposais tendait à montrer que le sport venait combler, contre-balancer l’impact que notre éducation avait eu sur justement notre corps, notre caractère…

À ce titre, j’aime à voir le sport comme un moyen féministe (oui oui on peut le dire) de sortir de notre “subordination” de TOUTES les normales sociales que l’on s’impose consciemment ou inconsciemment (sur notre corps, sur nos comportements…) De fait, le sport permet de reprendre conscience de son corps, de sa beauté qu’importe les exigences sociales, les canons de beauté mais aussi et mine de rien, de pouvoir s’affirmer, reprendre confiance en soi, d’être plus entrepreneure dans sa vie. Finalement, à devenir des femmes FORTES VS une petite fille faible qui faible et un petit garçon fort qui ne pleure pas (je rentre dans le cliché mais çå me permet de mieux illustrer ma pensée et mon positionnement).

course femme running à pied féminin avis

 “Avoir des muscles ce n’est pas féminin”… Soyez la première à montrer qu’on s’en fiche que ça soit masculin ou féminin !!!

Le sport libère du regard des autres car nous obtenons de nous-même des capacités que nous n’aurions jamais imaginé avoir. Forcément, on gagne en confiance et de fait, le jugement de l’autre…en fin de compte on s’en fiche. Sauf que pour arriver à ce stade de bien-être (limite d’utopie hin!), il faut pouvoir s’investir dans le sport, il faut pouvoir gagner doucement cette confiance en nous qui nous permet de nous détacher du jugement, du regard de l’autre (l’homme notamment).

Et si s’inscrire et participer à des événements en retrouvant des personnes dans la même situation aide POURQUOI PAS ? Ensemble nous sommes plus fortes, ensemble nous sommes plus capables de surmonter ces petites épreuves. Une fois que nous avons la force de le faire seule, et bien nous n’aurons plus besoin de participer à ces événements sportifs trop roses.

Ainsi, je ne crois pas “exclure” les hommes de ma pratique surtout que ces activités sont ponctuelles (!!!), mais il me semble que ce sont eux, une minorité certes, par leur manque de respect et leurs comportements qui nous forcent à les exclure TOUS.   De plus, je n’utilise pas de rose ni de paillettes, encore moins de tutu pour mes runs (mais j’aime porter du rose sur mes tenues cela dit), l’organisation est d’ailleurs la même que n’importe quel run, féminin… masculin (pas de parcours plus GIRLY, pas d’annulation pour cause de météo capricieuse). Sauf que s’ajoute le côté “bulle entre filles”, pas bulle de paillettes, mais plutôt une bulle de TRANQUILLITE.

Nous pratiquons le même sport avec la même passion, nous voulons juste être respectées à chaque instant pour cela. Ce n’est pas encore le cas. C’est pourquoi nous  utilisons ces évènements exclusifs pour pratiquer en paix. Du moins, c’est comme ça que je les perçois. MAIS…MAIS ! Cela ne veut pas dire que je suis contre la mixité, bien au contraire. Il ne faut pas bêtement segmenter : ah tiens cette fille fait UN run féminin,.. donc bah elle n’aime pas courir avec les hommes. Et non. Je cours majoritairement avec des hommes d’ailleurs et la majorité des hommes sportifs que je connais me respecte sans problème. Il faut juste trouver un juste milieu entre une petite bulle féminine et une pratique mixte.

course femme running à pied féminin avis

Je porte: brassièreshort, débardeur et basket Enigma Mizuno

La perversion de ces événements :

Les événements organisés par ces marques sont bien en théorie: entre filles, tranquillement, mais en pratique ils renvoient tout ce dont le sport nous libère : notre image de filles fragiles, la sexualisation de notre corps (bah oui tu viens à ces évents pour le parfait body, pas juste pour être avec tes copines), pour des filles qui ne font pas du sport pour le sport mais pour le régime, pour le corps parfait… bref on aime pas le sport pour ces événements sauf s’il y a du rose.

Je caricature et c’est l’effet pervers, mais finalement, je relativise car pour moi, l’essentiel est d’accompagner le maximum de femmes à pratiquer du sport et à profiter de ses bienfaits physiques, morales et sociaux. (je dois certainement passer pour une utopique pas vraiment féministe) Alors si ça passe par un tutu à une course des princesses, tant pis… tant mieux, c’est un premier pas. Il faut juste que des marques (la société même) comprennent que les femmes d’aujourd’hui pratiquent pour des raisons de plus en plus variées et que le corps parfait n’est plus une priorité, mais le bien être l’est.

Pour conclure (enfin!!): Il ne faut pas se laisser approprier cette “mini” révolution avec nous-même par le marketing. Il faut néanmoins continuer à pratiquer le sport comme nous l’aimons SANS jugement. C’est ça aussi qui est important. Le sport peut se pratiquer de façon très varié et entre sportives, il faut se soutenir, ne pas juger si c’est bien ou pas bien. À nouveau l’essentiel, est de PRATIQUER.

J’ai fait long aujourd’hui, ce n’est peut-être pas très clair, mais voici en tout cas mon avis (principalement basé sur mon mémoire et mon sondage que j’avais produit pour celui-ci). Bien entendu chacun de mes arguments peuvent être contredis mais c’est mon avis tout simplement et j’accepte les contre arguments, je les entends aussi mais après de nombreuses réflexions j’ai choisi cette position. J’ai hâte de connaître le vôtre : Comment conjuguer le running au féminin ? Que pensez-vous de ces évènements exclusivement féminins ?

à très vite 

Ne vous arrêtez pas là !

Sélections I-Run : Black Friday Running et Trail

Sélections I-Run : Black Friday Running et Trail

Hi, J’espère que vous allez bien ? Après Thanksgiving, voici le fameux Black Friday… même si ça devient un peu…
Une semaine dans notre assiette végétarienne (quelques idées recettes)

Une semaine dans notre assiette végétarienne (quelques idées recettes)

Hi, J’espère que vous allez bien? Aujourd’hui je vous retrouve pour une nouvelle video avec Matthieu. Vous me l’aviez demandé…
3 idées de weekend ou micro-aventures dans le Sud de la France

3 idées de weekend ou micro-aventures dans le Sud de la France

Hi, J’espère que vous allez bien ? Bon cet article ne tombe pas au très bon moment, mais j’avais tout…

69 réflexions sur “Le Running au Féminin, ça donne quoi ? #177”

  1. Pas grand chose à ajouter, on sent bien que tu connais ton sujet 😉 Rien n’est jamais simple, je suis par exemple souvent en contradiction avec moi-même! J’ai commencé le sport il y a 2 ans dans l’espoir de maigrir par exemple… Aujourd’hui j’ai complètement changé d’optique mais il m’arrive encore de penser “tiens je peux manger ce truc gras, puisque j’ai fait 10km ce matin!”. Le sport a un lien très fort avec la santé, l’alimentation, le corps, c’est difficile et encore plus quand on est une femme je crois, de s’extraire complètement de ce genre de pensée. Donc quand le coach nous parle de maillot de bain, oui ça agace profondément et en même temps il n’est pas si éloigné de la réalité pour une majorité… Ah nous les femmes d’être aussi moins exigeantes avec nous-même et de laisser le sport diffuser ses endorphines sans que les pensées “poids, régime, taille fine” ne viennent trop gâcher notre plaisir. Quelques temps après avoir commencer le sport j’ai pris la meilleure décision de ma vie : plus jamais de régime!! Au sujet du respect des hommes envers les femmes je suis 100% d’accord avec toi… encore tellement de travail. J’ai un petit garçon de 7 ans, j’essaye de travailler dans ce sens avec lui. Mais avec l’école, les normes sociales, etc c’est loin d’être gagné. Le combat ne fait que commencer!

  2. Sinon au Japon aussi, il y a des wagons de métro réservés aux femmes, ce qui est autant un souci de sécurité que de pudeur car c’est l’un des pays les plus sûrs au monde (contrairement à l’Inde)…

    Ce qui me donne à conclure que, à condition justement que le marketing ne soit pas ridicule, les courses 100% féminines et autres sont quand même un espace de liberté ou un moyen de se lancer, de se rassurer pour certaines femmes… c’est ce que pense ma Maman en tout cas.

  3. Hello,
    je suis contente de lire ce genre de post car, justement, à chaque fois que je cours, que je participe à un événement, je me positionne toujours (dans ma tête déjà -pas encore en parole) sur ma condition de fille ou de femme faisant du sport… Et j’avoue, à chaque fois, je le fais pour me prouver que je n’ai rien à prouver aux hommes (ce qui est paradoxal, je sais !). Je crois que je n’ai jamais digéré l’humiliation subie à cause d’un prof de sport misogyne au collège et j’ai encore envie de prouver que je peux être forte, disciplinée, investie et capable. Alors oui, je porte parfois du rose (parfois, mais j’ai mis aussi longtemps à assumer cette couleur dite “de fille” qu’un ami à moi qui se fait chambrer au boulot parce qu’il en porte -mais c’est une autre histoire…), oui, j’aime les vêtements de sport stylés (mais quand je vois certaines paires de chaussures de potes qui font du trail, je me trouve bien sage) et oui, je fais parfois des courses féminines. Parce que c’est fun, c’est motivant, c’est sympa. Mais je refuse de me cantonner à cela et à n’être qu’un produit marketing. Et c’est pour cela qu’à mon avis, on ne peut pas rester uniquement dans ce genre de courses et qu’il faut être aussi présentes sur toutes les autres. Parce que le féminisme doit passer par une reprise en main de l’espace public (souvent urbain) dont les filles sont souvent exclues et par une présence plus nombreuses dans les courses : le semi-marathon auquel j’ai participé, nous devions être même pas 10% de filles !!! Avec tout ce monde qui courre, pourquoi si peu ? Même si l’on ne fait pas le même temps, même si nous devons arriver dernière, il faut prendre cette place qui nous revient. Je ne sais pas si c’est excessif ou militant, mais nous n’avons jamais, jamais fini de prendre notre place dans ce monde. Je pensais que nos mères avaient fait tout le travail pour nous, mais c’était bien naïf… Après, je fais aussi du sport parce que j’aime ça, et même surtout pour cela et que toutes les occasions sont bonnes, qu’elles passent par un entraînement entre fille ou mixte. Juste, ne pas s’exclure, ne pas se mettre à part. Ce n’est pas une solution.
    Et encore merci pour ton investissement !

  4. Merci pour cet article juste et sincère. Tu exprimes très simplement ce que bon nombre de filles vivent chaque jour dans la pratique du sport ou au quotidien. De plus, tu n’embarque pas TOUS les hommes dans ces considérations mais tu montres bien qu’il y a encore beaucoup de choses à changer dans les mentalités.
    Je te remercie aussi de t’investir à fond là dedans car des ambassadrices comme toi, on en a bien besoin 😉

  5. Bonjour Anne,
    J’ai lu ton article et celui de Green Coquelicot avec attention! Je crois qu’il ne faut pas stigmatiser les choses non plus! Bien sur qu’on a tendance à dire bleu pour les garçons et rose pour les filles mais dans la course des princesses, il ne s’agit pas du côté princesse bling bling des contes de fée! Nous allons courir (car j’y participe) dans les jardins de VERSAILLES et les bénéfices de la course serviront à restaurer des statuts et replanter des arbres de ce magnifique lieu de culture et d’histoire! Je ne vois là rien de girly ^^
    Surtout que la course n’est pas réservée aux femmes puisque les hommes peuvent aussi y participer (déguisée comme beaucoup de participantes^^)
    Ensuite je trouve que tu as raison concernant l’égalité homme /femme: nous sommes différents et nous devrions plutôt nous battre pour l’équité et non l’égalité (même si parfois les deux se croisent)! Ces combats ont été commencé depuis longtemps par nos arrière grand-mères et continuent d’exister mais je pense qu’il ne faut pas oublier pour quoi on se bat ^^
    Merci encore à toi, pour tes conseils et tes challenges car même si certains sont réservées aux filles, certains sont réservées à ceux qui courent à plus haut niveau (exemple faire un semi par semaine) et celles qui n’avaient pas le niveau n’ont pas râlé! Je n’ai pas le niveau de courir un semi par semaine mais un jour j’y arriverai et ce jour là je penserai à toi en me disant que j’aurai relever ton challenge 🙂 C’est comme ça, ça fait parti du jeu de la vie!!
    Sportivement

  6. Tout à fait d’accord avec toi!

    Pour ma part si j’ai commencé la course à pied, c’est pour mon bien-être avant tout (bon pour le coup perdre du poids en fait partie ^^), mais ça me donne également la possibilité de pratiquer avec mon chéri, donc double intérêt: la forme/le plaisir, et passer un bon moment en couple. C’est vrai que c’est dommage et pénible de ne pas pouvoir être tranquille au quotidien. Bon j’avoue que là où je vis je suis chanceuse, je n’ai jamais subi de réflexions ou quoi que ce soit dans le genre pendant mes runs, mais par contre pour le harcèlement de rue ou les réflexions misogynes les hommes répondent toujours présent, même si ça reste une minorité heureusement.

    C’est clair que ces attitudes masculines nous poussent à avoir moins confiance en eux (et du coup en nous dans certains cas), mais c’est dommage de se sentir parfois surprotégées ou associées à une image de petite chose fragile (personnellement quand je vois une boxeuse ou une lanceuse de marteau je ne la trouve pas franchement fragile^^). Après c’est certain que si ces courses roses sont le moyen de se mettre le pied à l’étrier pour certaines femmes, c’est top! Moi je choisis mes courses parce que la distance me convient, le lieu/l’ambiance aussi, et malgré tout c’est également parce que je peux y prendre part avec mon compagnon (même si on ne reste pas ensemble tout du long).

    L’an dernier j’ai trouvé un bon compromis entre “je cours tranquille” et “on n’est pas trop mises à part des hommes ni considérées comme des fillettes”: Les Foulées du Gois à Noirmoutier → le même parcours pour TOUT le monde, dans les mêmes conditions, un T-shirt BLANC pour tout le monde (^^), mais une course hommes suivie d’une course femmes (d’ailleurs la météo était bien moins clémente pour nous!!). Résultat: pas de pressions ou d’embêtements entre les sexes, on se concentre sur sa course en toute tranquillité mais ça n’empêche pas de passer un bon moment avec la gent masculine si on vient accompagnée (et comme on est les dernières à courir on fini sous les encouragements et les applaudissements des hommes!!)

    Bref, tout ça pour dire que c’est encore et toujours une question de juste milieu et d’éducation, mais il ne faut pas désespérer, et il y a certains sports où les hommes ont bien plus à prouver que nous! 🙂

    Super article en tout cas!
    Bises!

    Marianne

  7. Bonjour 🙂

    J’avais vu l’article de green coquelicot il y a quelques jours et même si ça part d’une bonne intention il y a cette phrase qui m’a choquée : “Et puis si on manque de confiance en soi parce que des gens vont plus vite que nous, mieux vaut arrêter de courir.” Je trouve ça très réducteur, sur certaines course avec un bon niveau je me suis vraiment retrouvée dans les dernières et oui ça m’ennuyait qu’il y ait tant de monde qui aille plus vite et ça ma un peu miné le moral mais ce n’est pas pour ça que je devrais arrêter de courir. Oui ça m’a touché dans ma confiance en moi mais est ce une raison de dire que je n’ai pas le droit de courir.

    Je le trouve très accusatrice dans son article et là c’est elle qui me rabaisse pour avoir osé faire des courses féminines pour être plus dans un niveau homogène.

    C’était mon petit coup de gueule du dimanche 🙂

    Mais sinon je suis vraiment d’accord avec toi, j’aime faire des courses féminines (en particulier des triathlons) mais je fais aussi les courses mixtes (et parfois même le même jour 😉 ) Et si ces courses aident certaines a oser faire des courses officielles c’est vraiment une bonne chose.

    Voila 🙂 Bonne journée

    1. hello Lucile,

      Je suis désolée si je t’ai blessé, il semble que j’ai été maladroite avec cette phrase. Je comprends bien sur que cela puisse toucher des gens, ce qui me gène c’est le positionnement des marques vis à vis de cet argument.
      De plus, même si bien sur il y a des différences physiques qui font que les hommes vont généralement plus vite que les femmes, il y a plein d’hommes qui se font dépasser par des femmes également.
      Aussi je trouverai plus juste d’organiser des courses par niveaux “débutant” par exemple avec que des +1h sur 10km. Ainsi les hommes comme les femmes pourraient y trouver leur compte.
      Je trouve juste dommage de cantonner les femmes ainsi, mais je ne juge pas celles qui y participent 😉 (ayant moi même participé à ce type de courses ça serait malvenu).

  8. Je suis tout à fait d’accord, le plus important c’est de pratiquer, peu importe les raisons.
    Je ne supporte pas les marketing rose paillettes pour les filles. Par contre, j’adore les tenues colorées de sportives avec pleins de couleurs tant que ça ne se limitent pas au rose-paillette-princesse.
    Je cours souvent seule ou en groupe avec plus de garçons que de filles. Les garçons avec qui je cours sont pour certains moins bons que moi car je pratique avec régularité et eux occasionnellement. Ils se prennent le genre de réfléxions que tu as cité et ça me désole, car ça les pousse à se dépasser par orgueil.
    Sinon, la musque à fond dans les oreilles, le regard droit et loin et l’ignorance sont les meilleures des barrières contre les regards lubriques, les réflexions autant abominables qu’absurdes telle que cochonne en mini-short ou “vas-y tu vas avoir un joli corps” ou le fameux “t’infliges pas ça t’es déjà parfaite poupée” parce que j’ai des seins et des fesses. Quelle horreur. Dans ma tête je me répète que je cours pour ma santé, ma force, ma fierté, le dépassement de moi-même, la gestion de mon stress et l’évacuation de mes soucis et ça suffit à passer outre. Par contre quand j’étais fait une “mauvaise” course ( selon moi) ce genre de réflexions me dépriment et me démotivent.
    Je n’ai rien contre les évènements réservés aux femmes, je trouve ça motivant, rassurant et encourageant. Bref, quand ça ne tombe pas dans le cliché on fait du sport pour le bikini avec des licornes roses à paillettes ça me va parfaitement 🙂

  9. Je me considère comme une chienne de garde. Le harcèlement de rue me révulse, ce qui se passe en Inde m’horrifie (le discours des condamnés “la fille se serait laissée violée, on l’aurait pas tabassée, maintenant que le violeurs sont condamnés à mort ben faudra tuer nos proies”…je peux vomir?).
    Oui, mais voilà, je débute le running…et les courses accessibles à mon petit niveau, où je peux me traîner sans complexe, ce sont souvent des féminines…et puis, elles ont un côté fun; La Course des Princesses (Yeaaaah, c’est tout moi, ça!!!) à Versailles, Les Demoiselles du Bugatti sur le circuit des 24h du Mans, La Templière…ouais, là, je me suis emballée…:-D
    J’ai aussi participé à des 5 km “mixtes”, je prépare des course-natures mixtes aussi (le bitume, c’est pas mon truc), je n’y ai jamais entendu de réflexions désobligeantes, au contraire, les encouragements je les ai reçu de la part des mecs, le jour où j’ai été en grande difficulté respiratoire (oubli de la Ventoline), ce sont les hommes qui s’arrêtaient…donc, tout n’est pas perdu, allez, j’y crois, il y a 90% de gentlemens!

  10. quel article bravo pour ta reflexion, ton travail

    Perso je suis hyper emballée à l’idée que les femmes fassent plus de sport, mais je trouve les évènements féminins surfaits et je suis globalement pour la mixité. Cependant si il permet de motiver du monde, pourquoi pas.
    Je trouve dommage de généraliser le comportement de qq machos à une réalité. je cours depuis 8 ans, environ, j’ai fait de nombreuses courses. les intéractions sur les courses, je n’en garde que des bons souvenirs ( jai tendance à zapper les choses négatives). De nombreux encouragements de la part des hommes, “allez les filles je vous suis, ne marchez pas…”, “bravo tu m’as motivé tout le long”.
    j’aime le mélange, la mixité et les courses communautaires je ne trouve pas ça génial. quant aux termes “course de princesses”, c’est encore plus nous enfermer dans des stéréotypes genrés féminins…

    on fait du sport pour ce que l’on veut, être sportive, se defouler, êtredans la nature, s’épanouir, être belle, (toutes les motivations sont respectables)….mais cela ne nous empêche pas de partager, faire les mêmes choses et vivre des expériences collectives avec les hommes. On n’a rien à prouver, alors vivons ensemble et épanouissons nous ensemble…

    Enfin c’est mon point de vue, pas une critique.

    Bravo encore pour ton article

  11. Je partage ton avis à 100%. Ça en est énervant et vexant d’associer course à pieds et régime. Et même si on court pour perdre du poids, qu’est-ce que ça peut faire au gens ! Nous au moins on se bouge et on ne reste pas avachis dans notre canapé ! Quant à l’association running et rose, je ne dis rien car j’ai succombé à une paire de Nike rose ^^
    Bises

  12. Je te rejoins sur pas mal de point. Les courses féminines sont effectivement un moyen d’entraîner les femmes vers le sport et c’est très positif. J’ai commencé par la Parisienne et c’était très sympa. Je continue de participer aux “classiques” féminines. Ce sont pour moi des courses plaisir et comme souvent il y a un côté solidaire, c’est encore mieux.
    Je suis consciente de la lourdeur de certains individus (pour ne pas dire plus) et je comprends que des femmes veuillent avoir la paix. Et j’ai l’impression qu’on n’avance pas. Toutefois, il ne faudrait pas arriver à une sorte de ségrégation de fait ni donner raison aux abrutis.
    C’est dingue qu’on reste sur des clichés bien ancrés. :Running+femmes=rose +régime.
    Pour les régimes, les hommes ne sont pas éloignés des femmes. Tous les magazines de running font régulièrement des articles sur les moyens pour perdre du poids. La différence, pour les hommes c’est que l’objectif ce sont les tablettes de chocolat. Quant aux tenues, les hommes y sont tout autant attentifs. La première phrase des test de chaussures concerne toujours leur look. Et les rayons masculins sont généralement plus importants que ceux pour les femmes et on n’est pas dans le truc noir uniforme.
    Je fais partie d’une association mixte qui regroupe des gens autour de leur passion pour la course. Du coup, je suis tranquille quand on court le soir.
    Dernière chose pour aller contre le clichés de la faible femme, plus les distances s’allongent, plus l’écart hommes-femmes diminuent, voire s’inversent. Dans les ultra trails, des femmes gagnent des courses au classement général (cf Ann Trason, Pam Reed, Alyson Venti) et sont très présentes dans le haut du classement.
    Bravo Anne pour toutes tes initiatives, je pense que tu as convaincu beaucoup de jeunes femmes à se lancer dans le sport. Bonne continuation.

  13. Alors moi je ne vois aucun intérêt à participer à une course féminine. S’il y a bien un truc chouette dans la course à pieds, c’est que les compétitions sont mixtes. Me retrouver dans une foule 100% féminine, cela ne me branche pas du tout.

    Par ailleurs, j’ai deux remarques concernant ton article.

    Tu écris : “Pas plus tard que mardi en allant courir à Montpellier, nous n’avons pas arrêté d’être interpelées par… des hommes, pour nous « encourager à leur manière » et je crois que le pompon a été atteint par un « allez les cochonnes ». Bah voyons et après vous avez envie que MOI j’aille courir à avec des hommes ?”

    Je ne comprends pas trop le rapport. C’est comme si tu disais que parce que tu as entendu des remarques sexistes d’un mec (ou même de plusieurs) tu décidais de travailler uniquement avec des femmes, d’habiter dans un immeuble 100% féminin, ou même de ne plus avoir d’amis ou d’amoureux masculins… Je trouve ça caricatural comme propos.

    D’autre part, tu sembles tenir pour acquis que tu seras toujours moins forte que ton petit ami. Alors d’abord ce n’est pas forcément vrai dans tous les couples (ma soeur met 3 h 18 sur marathon, alors que son mari met 3 h 37). Ensuite c’est le cas pour vous deux sur un 10 km ou un semi, mais les différences entre les performances masculines et féminines s’atténuent avec la distance. Et puis plus la distance s’allong, plus le mental joue un rôle important. Donc si ça se trouve, sur un 100 km tu le bats.

    En tout cas je te souhaite de trouver une relation plus apaisée et pacifique avec l’autre sexe en vieillissant, notamment via la pratique sportive.

    1. Comme je l’explique dans l’article, je ne vois pas de mal à s’accorder de temps en temps des sorties féminines pour se sentir forte en groupe et moins touchée par ce genre de remarque.
      Tu généralises des exemples que je prends pour illustrer quelques situations et caricature aussi ma position.
      Justement cet article vise à montrer que ce n’est pas parce que ponctuellement on décide de courir entre filles qu’on est fermé à la mixité, bien au contraire. Et c’est bien de comprendre pourquoi des filles le font, notamment le sexe opposé pour améliorer notre place dans ce sport.

  14. C’est tellement jouissif de doubler un homme dans une course pourquoi se priver de ce bonheur haha. Quand j’ai commencé à courir mon entourage me disait systématiquement “pourquoi faire t’as pas besoin de maigrir”… Qu’est-ce que ça m’énervait. Et maintenant j’entends des “ah oui toi aussi c’est la mode de courir”. Non je ne cours pas parce que je veux maigrir ou parce que c’est la mode, parce que j’aime ça point. Quand j’en parle à des amis hommes ils pensent qu’une fille fait rarement ça sérieusement, aller courir plusieurs fois par semaine, faire des fractionnées… Pas juste le petit jogging du dimanche et faire une course pour avoir une jolie médaille.
    Le seul point positif c’est que pour s’habiller ça devient plus simple. Quand j’ai commencé c’était super dur de trouver une tenue assez féminine. Au moins maintenant les couleurs et les motifs sont permis 🙂

  15. Merci pour ce superbe article!
    je me retrouve quasi à 100% dans ce que tu dis (malheureusement parfois). Il est vrai que les marques nous stigmatisent avec le côté “joli princesse à paillette toute fragile”… Perso, je suis féminine mais je souhaiterai qu’on arrête de me parler “girly” mais comme à un homme (par exemple: débutante, experte, performance…). J’ai vu qu’ils mettaient même des coeurs sur les protèges slips nana.. Pfff…
    Comme tu dis nous sommes biologiquement différentes des hommes mais je ne veux pas être “enfermée” dans un stéréotype de poupée sportive, la version athlète des spice girl. Je vois par exemple pour nombres de sports on a 2 à 4 fois moins de choix que pour un homme et ça me fait de la peine (ex. chaussures de ski de randonnée, velo de course…).
    En tant que femme aussi, je trouve triste de ne pas pouvoir courir seule. Je l’ai fait à plusieurs reprises mais j’ai eu 2 fois très peur (une fois dans la guardiole quand j’habitais Montpellier avec un exhibitioniste, et une autre fois à la campagne chez des amis où une camionnette s’est arrêtée et ils se sont amusés à me faire peur au loin…). Sans compter les klaxons en campagnes ou les sifflements en ville… On court pour se vider la tête, se faire du bien et on rentre énervée, attristée de se faire traiter comme un bout de viande.
    Maintenant j’habite en Suisse et je cours en club (Footing club lausanne). On est 50-50 et l’ambiance est hyper saine.
    Pour les courses de femmes, je n’en ai jamais fait. et je ne sais pas trop si ça me tenterai. J’aurai l’impression de courir dans une sous-catégorie un peu comme le foot féminin. Je préfère les courses mixtes où on est tous ensemble même si évidemment nous avons un classement homme-femme. Mais je reste ouverte donc si une amie me propose je l’accompagnerai avec plaisir 🙂
    Voilou!
    Ps. je me suis mise à l’appli Nike depuis que j’ai fait un petit plein de joujous (tapis, haltères…) et je vois que je gagne en tonus musculaire et donc en course à pied! merci pour tous tes posts!

  16. Juste une remarque : stop à tous ces clichés, trop c’est trop !! je rentre juste d’un trail de 47 kms, 7 heures de course, avec un chrono qui fait que j’ai vu peu de femmes durant la course, essentiellement des hommes, et c’est souvent le cas, la plupart du temps je cours entourée d’hommes. Je dois en être à mon 50ème trail, 8ème marathon, jamais un homme ne m’a manqué de respect, au contraire, on plaisante, on court ensemble, ils me laissent passer sans problème et sans remarque désobligeante sur la longueur de mon short. j’ai fait énormément de belles rencontres durant toutes ces courses.
    et perso je déteste les courses réservées aux femmes pour une seule raison : je ne supporterais pas qu’un course ne soit réservée qu’aux hommes.

    1. et juste une petite anecdote, 10 kms avant l’arrivée on s’est fait doublé par la gagnante du 80 kms (une italienne 5ème à l’UTMB), un vrai canon, dans tous les sens du terme ! tous les hommes autour de moi, et moi aussi bien sur, ont applaudi et se sont écartés pour la laisser passer. Et aucun n’a fait de commentaires désobligeant sur sa silhouette sublime une fois qu’elle était passée. C’était juste une sportive, la meilleure.
      Bon évidemment elle n’avait rien de girly, elle était là pour faire du sport rien d’autre.

  17. Coucou Anne!
    Je partage entièrement ton point de vue! Je fais du taekwondo (art martial, très peu de filles ) et le sexisme est malheureusement encore bien présent ( prof qui fait le groupe des filles, les remarques du genre ” tu tapes bien pour une fille enfaite t’es pas une fille en vrai t’es un mec ” )… Je suis agacée de ce côté “petite chose fragile qu’il faut protéger” même si je pense qu’ils ne pensent pas à mal.. ( c’est tellement ancré dans la société que ça leur semble normal.. ) Je cours très peu car je n’aime pas courir seule ( je n’aime pas courir sur du béton et j’ai peur dans les parcs ) bien que j’aimerais tenter le semi marathon disney qui aura lieu eu 2016 😀

  18. J’ai fait ma thèse de master aux US sur la perception des femmes sportives par les médias. C’etait super intéressant mais ça fait vraiment peur! Je pensais pourtant qu’aux US il y avait moins de différences, il y a moins d’aggression verbale dans la rue, et les sportives aux US sont souvent bien au dessus des hommes et sont reconnues, mais les médias entretiennent cette différence entre les hommes et les femmes et ca ne va pas en s’arrangeant avec les années. Il y a quelques bouquins sur ce sujet, je les conseille à tout le monde, même si ça m’a un peu choqué j’ai trouvé ça super intéressant et enrichissant! Maintenant je vois les campagnes des marques et les reportages sur les femmes complètement différemment et malheureusement les marques aussi permettent de garder des différences même si ils veulent prouver le contraire… Mais on va y arriver un jour 🙂

  19. Je n’ai encore jamais commenté ici mais je lis ton blog depuis quelques mois et j’aime vraiment beaucoup te suivre ici et sur les réseaux sociaux 🙂
    Cet article me pousse à commenter car j’ai lu l’article de coquelicot que tu mets en lien et il m’a pas mal hérissé les poils… Alors j’ai peu d’expérience en ce qui concerne le running grande débutante que je suis (j’ai commencé il y a un mois et demi), je n’ai jamais participé à une course donc je ne peux pas témoigner là-dessus, par contre j’ai pas mal d’expérience en tant que féministe donc je vais parler de ça (j’apprécie d’ailleurs que tu emploies le mot, surtout que je comprends bien que ce n’est pas toujours évident de se déclarer féministe tellement le mot est mal vu, et le nombre d’emmerdes que ça peut causer).

    En fait je pense que ce que pas mal de gens n’ont pas intégré, et je ne les blâme pas, moi-même ça ne doit faire que 2 ans que j’ai vraiment commencé à m’intéresser au sujet, à lire dessus et à être mieux renseignée, c’est que ça ne fait aucun sens de dire “moi je serais choquée s’il y avait des courses réservées aux hommes alors je ne suis pas pour les courses pour les femmes”. Pourquoi ? Parce que nous sommes dans une société patriarcale (attention je viens de prononcer un 2e gros mot après le mot féministe :)), façonnée par les hommes, privilégiant les hommes. Alors oui une course réservée aux hommes serait choquante, parce qu’ils ont déjà “accès” à tout, ils n’ont pas besoin que des espaces leur soient réservés, de base ils peuvent les occuper comme ils le veulent. On le constate bien avec le harcèlement de rue: les femmes ne sont pas à l’aise, voire se sentent régulièrement en danger dans la rue, les transports. On en vient en effet à des solutions comme les wagons réservés aux femmes, et je le comprends parfaitement, et c’est franchement reposant et rassurant. Alors ça ne traite pas le problème à la racine, c’est un “sparadrap”, mais si ça permet aux femmes de se sentir plus tranquilles lorsqu’elles se déplacent, je suis pour. Bien sûr ce qu’il faut c’est revoir l’éducation des enfants, en particulier des garçons (mais aussi des filles, notamment arrêter de leur répéter que la rue c’est hyper dangereux et qu’elles risquent de se faire violer (ce qui est décrit comme la pire chose qu’il puisse leur arriver) par un inconnu à un coin de rue la nuit, surtout si en plus elles portent une jupe et ont bu -_- Sachant que plus de 80% des viols sont commis par une personne connue de la victime, c’est quand même pas le truc le plus probable). Mais ce n’est pas évident car même si les parents tentent d’inculquer certaines valeurs, l’école, les enseignants, les autres enfants, les médias, tout ça influence les enfants. Et puis on a tous grandi dans cette société, avec ces stéréotypes, et c’est très dur de les déconstruire, ça demande un travail quotidien (moi la 1ère, le nombre de réflexions sexistes que j’ai faites toute ma vie et encore aujourd’hui ça m’arrive, il faut en avoir conscience).
    Je pense que pas mal de gens se contentent de la définition du sexisme (ça marche aussi avec le racisme) donnée par le dictionnaire : discrimination en fonction du sexe ; et se disent donc que quelque chose de réservé aux femmes est sexiste, c’est du “””sexisme anti-hommes””” (j’ai mis plein de guillemets car ça n’existe pas, tout comme le racisme anti-blanc btw.). Mais il y a la notion de pouvoir qui est oubliée : on est dans une société où le pouvoir est globalement détenu par les hommes (et les blancs), et ils ont des privilèges inhérents à leur sexe. Tout comme moi, en tant que blanche, cisgenre, hétérosexuelle, valide, de classe supérieure, j’ai des privilèges : je ne subis pas le racisme, la transphobie, l’homophobie, etc.
    Tu es un homme, tu bénéficieras du sexisme (même sans le vouloir hein) : tu seras généralement considéré comme meilleur, plus expert qu’un homologue féminin avec la même expérience, et tu seras mieux payé, tu ne te verras pas refuser un boulot, une promotion car tu “risques” de devenir père, tu seras moins jugé sur ton physique et la façon dont tu t’habilles, etc… Sans oublier le sexisme ordinaire. Bien sûr les hommes subissent aussi des injonctions dues au patriarcat : il faut être fort, ne pas pleurer, ne pas montrer ses émotions (on remarque d’ailleurs que beaucoup d’insultes homophobes découlent du sexisme : un homme qui pleure = “c’est une tapette !” = c’est un homosexuel = pas vraiment un homme mais un peu une femme vu qu’il aime les hommes = quelqu’un d’inférieur) etc. C’est pourquoi le féminisme bénéficie aux femmes ET aux hommes. Mais bien sûr plus aux femmes, vu que les hommes ont des privilèges à perdre.
    Je ne sais pas si je suis hyper claire, en plus j’ai vraiment énormément digressé :’) Mais je vous conseille de lire ce texte qui est très clair et explique ça très bien (écrit par un homme pour info) : http://uneheuredepeine.tumblr.com/post/53693897240/moi-ca-va . D’ailleurs je précise que c’est un homme parce que si une femme avait écrit ce texte je pense qu’elle aurait été beaucoup moins écoutée : “c’est une femme alors elle peut pas être objective sur le sexisme, elle est trop concernée” …

    Bref je sais pas si quelqu’un va avoir lu tout mon blabla qui en plus ne doit pas être toujours hyper clair… Pour revenir au sujet des courses réservées aux femmes, moi je suis pour. Je pense que ça encourage beaucoup de femmes à s’inscrire à des courses, ça les rassure. Par contre j’ai du mal avec la communication autour de ces événements (là je rejoins un peu coquelicot) : qu’on arrête d’utiliser sans cesse les termes girly, les paillettes, le rose, les princesses… Le but c’est de courir, de se dépasser, c’est là-dessus qu’il faut mettre l’accent (du coup la course Nike Women a l’air bien cool).
    Et puis sincèrement sur les centaines de courses qui ont lieu chaque année, combien sont réservées aux femmes ? Je pense que les hommes arrivent toujours à trouver leur compte hein.
    J’ai une amie qui a vécu quelques mois en Inde, et dans son université il y avait une salle de sport réservée aux femmes. Elle m’a dit qu’elle n’était jamais autant allée dans une salle de sport car elle pouvait enfin faire du sport sans avoir droit à des remarques de la part d’hommes. Revenue à Paris elle s’est inscrite dans une salle et là quasiment à chaque fois des hommes lui font des remarques alors qu’elle a rien demandé : “tu devrais pas utiliser cette machine, après tu vas être trop musclée et c’est pas joli une fille musclée”, “tu veux que je te coach ?”, “si tu veux perdre du poids il faudrait plutôt que tu fasse ça” etc.
    Alors oui, tant qu’on vivra dans une société sexiste je serai pour les événements non-mixtes.

    1. Hello, merci pour ton intervention très intéressante !
      Pour la société patriarcale qui dote les hommes de privilèges à la racine, je partage ton avis, mais je trouve que justement dans le running ça ne s’applique pas, dans le sens où les hommes (sur course, pas les connards dans la rue qui te siffle quand tu t’entraines seule), sont contents de partager la route avec les femmes et sont par ailleurs un bon soutien (la solidarité du runner ne connaît pas de sexe !).
      OUI les courses féminines peuvent être une solution pour les femmes qui ne se sentent pas à l’aise sur course mixte, mais OUI il s’agit d’un sparadrap comme tu dis et à mon sens c’est là que le bas blesse.
      Il ne s’agit pas ici de viol comme dans le train indien mais de simples remarques (aucune critique ici, je suis aussi choquée que les autres quand ça m’arrive) qu’il nous incombe de combattre. par l’éducation oui, mais aussi par nous mêmes ! Enfin merde, les femmes n’ont pas eu le droit de vote en espérant que leurs maris changent subitement d’avis et en apprenant à leur bébé que les femmes devraient voter. Bien sur l’éducation joue une role primordial et notamment sur le problème du harcèlement de rue. mais je trouve que sur notre place dans le sport, c’est à nous de nous la faire, plus on sera nombreuses, plus on fera passer le message.
      Ta copine dans la salle de sport 100% féminine, je trouve ça dommage qu’il faille en arriver là pour se sentir à l’aise (mais je comprends). Après la question est de savoir si s’auto cloisonner est la solution ? Pour moi la solution c’est d’être toujours plus nombreuses dans les courses, les salles de sport, pour que ces messieurs comprennent que maintenant c’est comme ça et qu’ils n’ont rien à dire.
      Dans ma salle de sport, nous sommes beaucoup de femmes, et à ma connaissance aucun homme ne se permet une remarque déplacée.
      Bref je pense que dans le fond nous avons le même avis mais pas la même approche 😉

    1. Hello! La vidéo parle d’elle-même? Euh non…car pour moi le message n’est pas très clair. Est-ce qu’il s’agit de prouver que les femmes n’ont qu’à sortir voilées pour ne pas être embêtées par des lourdauds??!! J’ESPÈRE BIEN QUE NON!!! ‘(Et que c’est juste moi qui voit le mal partout!)
      A côté de ça je suis d’accord avec ton point de vue Anne et les filles qui n’ont jamais eu à subir de réflexions masculines désagréables pendant une course ou un entrainement ont vraiment BIEN DE LA CHANCE! Car je n’habite pas une grande ville et entre les klaxons, les sifflets et même une fois le “tu peux courir encore, t’as un gros cul!”, il y a de quoi me gâcher mon plaisir…
      C’est pourquoi je ne condamne pas les courses/events 100% féminins même si je participe le plus souvent à des courses mixtes!

  20. Article super intéressant ! C’est assez culturel ces réflexions dans la rue et ces sifflets, je vis en Allemagne, j’y cours tout le temps dans des villes plus ou moins grandes (Ulm, Munich,..) et je n’ai JAMAIS reçu un seul commentaire désobligeant… C’est un peu triste ce constat et je fais le même quand je compare une ballade à Paris et à Berlin, ici aucun “eh mademoiselle” alors qu’à Paris c’est toutes les 15 minutes… ça fait peur !

  21. J’ai fait du sport collectif très jeune (7 ans / basket) et je me rends compte que le rapport sexué au sport peut également venir du moment où l’on fait du sport et de son contexte.
    Evidement ce que je vais dire est une hypothèse et qu’elle est également spécifique à mon cas (et à celui de mon équipe de l’époque).

    J’ai grandi avec le sport, il m’a constitué tant physiquement que dans mon identité (de 7 à 22 ans intensément). Depuis les choses ont changé et ne suis plus cette sportive là.
    je n’ai jamais senti de distinction profonde dans le rapport que j’avais avec mon sport que celui de mes copains garçons pratiquant (tant dans mes coéquipiers que mes coachs). Le seul élément distinctif que j’ai senti, était les capacités physiques qui s’amplifiaient pour les garçons vers 12/13 ans. Les garçons devenaient physiquement plus fort, ça me crevait le coeur mais je voyais bien que c’était comme ça et que tout l’entrainement du monde n’y changerait rien.
    Mais les garçons pratiquant (en tous cas face à moi) n’avait pas de rapport méprisant avec les équipes féminines, même si, c’est vrai, leurs équipes étaient considérées comme plus “importantes” ne serait-ce que pour les horaires de matchs… Mais on faisait ce sport ensemble.
    Il y a, également, je pense un caractère spécifique à la course qui doit jouer dans ce que tu décris.
    Le running se pratique dehors, à côté de gens qui ne pratiquent pas, et c’est tout à fait singulier.
    Le rapport au corps dans le sport est assez particulier, assez impudique (on se ballade régulièrement moitié à poil même devant ses coachs sans que ça n’émeuve quiconque). Je m’entrainais au basket avec des gens qui pratiquaient et mes shorts très courts ou mes crachats par terre n’émouvaient personne et ne me faisaient jamais récolter la moindre réflexion. Une pratique sportive avec que des gens qui pratiquent changent pas mal de chose. je cours un peu et pas au même niveau que toi mais je dois avouer que je ne suis pas fan de pratiquer un sport à côté de ceux qui sont pas dans le truc. C’est pas que ça me gêne, mais je préférais faire du sports avec des sportifs autour de moi. je n’ai pas le souvenir dans ma pratique sportive (basket pas la course) d’avoir pris de réflexions misogynes. J’te jure je cherche mais je trouve pas. Donc ne penses-tu qu’il pourrait y avoir un contexte?

    L’âge auquel on commence le sport, dans mon cas post puberté donc aucun rapport au corps comme chose à embellir, influe sûrement rapport et au corps et au sport. Mais peut-être aussi le fait de pratiquer dehors face au monde qui, dans une grande majorité, ne pratique pas…
    C’est des pistes mais je me disais que pourquoi pas…

  22. Je plussoie ce que tu dis dans ton article.
    Je subis des réflexions à chaque fois que je cours seule … Sans compter les innombrables réflexions sexistes dès que je parle de sport avec des hommes . “non toutes les filles ne font pas de danse, et ne sont pas vêtues que de rose.”
    D’ailleurs, petit coup de gu**** contre certaines grandes chaînes de magasins de sport qui ne sont pas très innovantes dans les coloris pour fringues féminines ..

    J’ai par bonheur trouvé un sport où on évite de nous rabâcher que l’on ne sera jamais aussi musclée/endurante/douée que les gars , le crossfit . Et fiou ça fait du bien !!

  23. Complètement d’accord sur la quasi-totalité des points abordés.
    En ce qui concerne, les mecs qui se permettent des remarques déplacées lorsque je fais du sport, ce sont toujours des “spectateurs” on va dire, et non pas d’autres sportifs. Je n’ai jamais eu de réflexion durant une course par exemple, du coup pour moi, course mixte ou pas, ça ne change pas grand chose car ce qui me gène est extérieur. J’ai probablement de la chance de ne pas être tombée sur ces sportifs lourdingues 😉 Donc une course féminine ne sera pas pour moi une course de tranquillité comme tu le dis, mais plus une course sympa, à faire avec mes copines, une occasion aussi de montrer que nous les filles on est tout aussi légitimes.

    1. Pareil! C’est toujours les gens dans la rue qui viennent parfois gâcher mes entraînements par leurs réflexions, klaxons etc… ça ne m’est jamais arrivée sur une course officielle, ou les coureurs se sont toujours montrés très sympas et respectueux. Alors moi aussi j’ai eu de la chance peut-être…ou c’est qu’entre sportifs, on serait enfin égaux?

  24. Je suis bien d’accord avec toi. Lors d’une participation à un de ses événements “au féminin” j’ai été de voir qu’on nous parlait comme à des filles qui veulent perdre du poids et pas comme à des sportives tout court.
    Ce ne pas seulement les marques que s’y mettent mais aussi les magazines, à chaque fois qu’un article ou une magazine parle du sport des femmes, les régimes et les complexes sont tout nous présents.
    Nous les femmes aimons faire du sport que pour l’amour au sport aussi !!

  25. Comme souvent je suis fan de l’article, pour ma part j’ai toujours trouvé réducteur que l’on considère TOUJOURS que pour une femme faire du sport = vouloir mincir ou encore moi qui ne suis pas fan de rose ai du mal à trouver des fois des vêtements / chaussures sans roses (du coup d’ailleurs maintenant j’en ai et suis devenue plus habituée au côté girly des fringues de sport alors que plus jeune je n’aurai jamais supporté de mettre certaines vêtements !).

  26. Bonjour Anne,

    Je dois dire que je suis plutôt de l’avis du post que tu mentionnes. C’est vrai qu’avant d’avoir participé à une course 100% féminine je trouvais l’idée assez bonne, jusqu’au jour où j’ai fait la parisienne (première course à Paris) et où mon grand frère et mon copain ont voulu m’accompagner, première fois que j’avais l’occasion de courir avec mon grand frère donc trop contente! Enfin jusqu’au moment où une fille de la course lui a demandé de “dégager parce qu’il n’avait rien à faire ici” et là j’ai compris que ces courses ne correspondaient pas à ma vision du sport puisque c’est pour moi un moment de partage notamment avec mon copain, mes frères, mon père (je précise que je n’ai pas de soeur et que ma mère fait beaucoup de sport mais pas de course à pieds) . En effet j’ai fait la plupart de mes courses officielles accompagné d’un des hommes de ma vie et mon copain et moi particpont toujours aux mêmes courses (bon ok sauf le marathon de Paris où je me suis dégonflée!), tout ça pour dire que je ne me verrais plus participer à une course qu’il ne fait pas et donc ne pas partager avec lui la préparation, l’ambiance et la récup (=gros dej, repos et chouchoutage!).
    Néanmoins je pense que nous avons toutes / tous un rapport différent au sport et le principal c’est d’en tirer un maximum de plaisir!

  27. Pas du tout attirée par les courses féminines, je préfère la mixité et puis le marquetting autour de certaines ne me plait pas du tout.
    En entrainement je préfère courir seule, mais être entre filles çà peut être sympa aussi de temps en temps par contre je choisis mes courses pour le challenge, le parcours, le lieu. Je n’ai jamais eu de soucis d’être parmis des hommes.
    Par contre il faut quand même resté vigilantes les femmes ont trop galéré à se faire accepter dans le milieu de la course à pieds hors piste pour revenir en arrière de façon détournée avec des courses uniquement féminines. C’est un peu comme les horaires de piscine réservés aux femmes, çà me fait tiquer… La solution pour que les femmes s’émancipent se serait de les séparer des hommes?!

  28. Beaucoup de choses très intéressantes on été dites dans ton articles et les commentaires.
    Je ne rajouterai que peu de choses. : je pense que commencer les courses par des féminines permet de se mettre et de sedonner confiance, pour aborder plus sereinement les courses mixtes. La deuxième chose, c’est que plusieurs études ont montrés que les filles réussissaient moins bien leurs examens lorsque le contexte était mixte… C’est dingue quand même ?!! Ça m’a scié, je n’en reviens d’ailleurs encore pas : on se fait nous-même de la discremination psychologique quand on se retrouve en “compétition” avec des hommes… Je trouve ça vraiment triste, mais en y réfléchissant bien, pas si étonnant (éducation discriminante, société patriarcale, etc) Le résultat de cette étude est peut-être également vrai pour le sport, de l’intérêt des courses féminines pour se mette en confiance au début.
    Et enfin, je cours quasiment toujours seule (on se relaie avec mon mari, avec 3 jeunes enfants difficile de courir en même temps) et je ne me suis jamais fais emmerdee, il est vrai que je cours surtout sur des pistes exclusivement cyclables ou des sentiers.
    Voili, voilà

  29. j’aime bien ces événements féminins. Même si je dois dire me donner plus a fond sur les courses mixtes.

    Sinon dans mes runs réguliers je n’ai pas encore eu de réflexions sexistes. Mais je suis jamais en short. Le short je le sors quand je cours avec mon mari, ou l’été au bord de la mer 😉
    Mais j’ai eu droit à des remarques de la part de cyclistes. Et c’est agaçant. Après bon je mets ma musique et j’essaye de faire abstraction de leurs conneries.

  30. Je suis complètement en ligne avec ce qui te dit.
    C’est dingue comment la course à pied est associée au régime pour les nanas ! Une fois je disais à un copain que j’était partie courir, il me regarde interloqué “t’as un os à perdre ??” rapport au fait que j’étais très mince, ça l’a pas percuté que je pouvais courir pour une autre raison (en l’occurence évacuer mon stress).
    Il y a encore du chemin à faire mais je pense qu’on est en bonne voie quand même, déjà le jogging/running s’est vraiment démocratisé depuis plusieurs années (i faut voir le nombre de paires de baskets vendues chaque année), et je vois vraiment beaucoup de filles courir.
    Sinon pour la course des princesses, je pense que c’est parce que ça se passe au chateau de Versailles, ce n’est pas exclusivement féminin, d’ailleurs j’avais vu des photos de mecs déguisés en princesses 🙂 Voilà la mentalité et la bonne ambiance que j’aime !

  31. Bonjour Anne,
    Article très intéressant ! C’est vrai qu’on est amenées à se poser la question vu qu’il y a pas mal de courses 100% féminines assez médiatisées. Pour l’instant je n’ai fait que des courses féminines, mais c’était par hasard ! La date, le lieu et la distance me convenaient alors je me suis inscrite sans me poser de questions et sans faire gaffe au marketing. Mais j’ai hâte de faire une course mixte (je commence à avoir le niveau pour du 10km donc je vais bientôt pouvoir :)) pour voir la différence d’ambiance. Les courses féminines ne me dérangent pas vraiment, mais ce serait bien que ce ne soient pas uniquement des 6 ou 7km parce que ça encourage l’idée que les filles sont plus faibles ou moins sportives ou je ne sais quoi. C’est pour ça que j’approuve assez la course Nike Women’s de 10 ou 15km, c’est une bonne distance quand même, ça ne ressemble pas à de la course “régime”, et leur marketing non plus.
    Pour le côté “sport = régime” c’est vrai qu’il est omniprésent, malheureusement il est autant encouragé par les médias que par les femmes elles-mêmes … une fois j’ai fait une session de running en groupe et à la fin la coach nous dit “aller on va faire des squats, c’est pour avoir des jolies fesses !” et la quasi totalité du groupe a répondu “oh oui oui trop bien !! ” et j’étais sidérée parce que je croyais être en entrainement, pas en session “préparation bikini”. Les médias et les organisateurs ne sont malheureusement pas les seuls à entretenir cette image.
    Quand à la vision des hommes sur le sujet, il ne faut pas oublier qu’il y aussi plein d’hommes qui font de la musculation pour la “glonflette”, pour avoir l’air plus virils ! 😉 Ils ne sont pas non plus exempts de préjugés et de pression sur l’apparence physique, même si c’est beaucoup plus limité.

    Bref tant qu’il y aura des filles comme toi qui pratiquent parce qu’elles aiment le sport, pas pour le fameux bikini, et qui font des belles performances, l’image des filles dans le sport progressera. On n’est pas au bout mais je suis sûre que ça avance ! Il faut continuer de faire des courses mixtes et de montrer qu’on est pas là juste pour muscler ses petites fesses.

    PS : Bravo pour ton marathon !

  32. ça fait du bien de lire ce genre d’articles ! On en parlait avec une copine, les courses féminines c’est bien mais les t-shirts girly, rose, ils sont vraiment obligé ?
    Je me sens pas mal vu par rapport au sport, j’ai l’impression que ça plait même à certains hommes “t’es motivée !” “tu cours bien” “franchement t’es rapide” j’ai pas eu l’impression de sentir une différence vis à vis des hommes. Je dirais qu’entre femme parfois c’est pire “tu fais ça pour rentrer dans ton maillot ! “, “tu en as pas besoin, il faut que t’arrête, tout les jours c’est trop !” MERDE ! le sport c’est un plaisir ! ^^
    En tout cas je te rejoins, je suis contente de découvrir ton point de vue.

  33. Je suis toute à fait d’accord avec toi. J’apprécie les courses féminines car il n’y a pas le jugement, la comparaison avec les hommes mais je refuse les courses type “courses des princesses” comme si notre seule souhait en tant que femme sportive c’est de mettre des paillettes et un tutu pour courir.
    J’aime toutefois les efforts de certaines marques pour les tenues plus “féminines” c’est toujours plus sympa qu’un vieux t-shirt et joggings.
    Merci d’avoir partagé ton opinion !

  34. Ton article résonne bien avec tout ce qu’une fille peut penser lorsqu’elle court. Pour ma part, je cours toujours avec de la musique ce qui me permet de rester dans mon monde, et de ne pas me tracasser de ce que pense les autres. Pourtant, quelques fois, entre deux chansons j’entends des commentaires qui ont l’art de bien m’énerver. Lors d’un entrainement je dépasse deux jeunes garçons qui marchent, et là je les entends “mais pour qui elle se prend celle-là!”, une autre fois des commentaires sur mes fesses, etc. Je n’ose pas imaginer tout ce que j’entendrais si je n’avais pas ma musique. Tout ça te fait réfléchir notamment quant à ton itinéraire – ah non je vais pas passer par là, c’est une rue un peu plus louche -, -ah non en hiver je fais des boucles barbantes près de chez moi, plutot que de partir loin comme le fait mon copain, parce que je suis une fille et que c’est moins sur pour moi que pour lui. Alors que la course à pied c’est la liberté normalement. C’est quelque chose de très pesant.
    Par contre, dans les quelques courses que j’ai fait j’ai rencontré une toute autre ambiance. Je ne suis pas très rapide mais je tiens la distance, et je n’ai jamais eu de commentaires négatifs, au contraire des encouragements de parfaits inconnus (participants ou spectateurs). Je pense que les coureurs sont en général solidaires entre eux. Le plus beau c’est après les courses, des coureurs de niveau bien supérieur me reconnaissent et me saluent. Super encourageant!
    Concernant les courses entièrement féminines, elles ne me dérangent pas, j’ai déjà tenté mais je ne recommencerai pas. Peu importe la bonne cause qu’elles défendent. Tout simplement pcq l’ambiance est différente, à part les premières que je ne pourrais absolument pas suivre, les autres sont là pour une papotte. Je n’ai rien contre mais je participe à une course pour me dépasser, si j’ai envie de papoter je fais ça avant/au café/en entrainement.
    Sans vouloir paraitre présomptueuse, quand je cours, je ne pense pas que je suis une princesse, je pense que je suis une guerrière, et que il y a 15 mois je ne savais pas tenir la course à pied plus de 10 minutes d’affilé. Alors si un mec, une fille, me regarde de haut je ne baisse pas la tête. C’est là que je te rejoins entièrement Anne, pcq on n’a rien à prouver aux hommes, mais il faut arriver à trouver la force de pas se laisser atteindre. Ce qui me désole par dessus tout c’est que pour pas mal d’hommes le “harcèlement de rue” c’est pas grave, faut le prendre comme un compliment (et là je réponds, et si tu disais ça à ta mère, elle le prendrait comme un compliment?). Et tant que cette vision là changera pas, je continuerai à garder mes écouteurs et courir près de chez moi.

  35. Hello Anne !
    Tiens je ne pensais pas que mon article était arrivé jusqu’ici…
    Tout d’abord je suis vraiment choquée par le “allez les cochonnes” que tu as entendu pendant ta sortie… c’est scandaleux.
    Je suis d’accord avec ce que tu dis, d’ailleurs je n’ai rien en soi contre “le running au féminin” (comme les sessions que tu organises par exemple), j’ai l’impression de m’être peut-être mal exprimée.
    Je suis de ton avis sur la situation “de faiblesse” dans laquelle on est vis à vis des hommes qui pour certains d’entre eux nous considèrent comme un morceau de viande auquel il peut dire toutes les cochonneries qu’il veut. Je comprends pourquoi, après avoir subi des remarques, des filles veulent courir seulement entre elles et être tranquille. Je comprends à 1000% et c’est pour ça que je ne juge pas celles qui participent à ce genre de courses puisque j’y ai moi même participé.
    Je trouve en revanche, que comme pour le wagon en Inde, il s’agit là de “mettre un pansement” et non d’éradiquer le mal. Je trouve ça dommage de devoir en arriver là, même si c’est l’attitude de certains hommes qui nous force à adopter cette attitude. A mon avis les moeurs ne changeront pas si on décide de courir seulement entre nous tout le temps (même si je sais qu’on peut courir à la fois féminin et mixte. Comme tu le disais d’ailleurs dans un précédent article où tu étais contente de voir le pourcentage de femmes augmenter (sur le semi de Paris il me semble?), je pense que c’est à nous de nous imposer dans le paysage sportif et non aux hommes de nous faire une place.
    On a rien à prouver aux hommes comme tu dis, mais je trouve qu’en courant comme leur égal, on se prouve quelque chose à nous même.
    Enfin, je sais que participer à des courses féminines permet, au début de la pratique, de se sentir à l’aise et d’oser participer à plus de courses et je trouve ça bien ! Mais comme beaucoup l’ont suggéré dans les commentaires de mon article, pourquoi pas des courses pour débutant ? ça ça serait chouette ! (et équitable car beaucoup d’hommes ont un niveau égal à beaucoup de filles mais n’ont pas de courses réservée eux).
    Les hommes et les femmes sont des êtres différents certes, mais je trouve dommage de forcément partitionner. perso quand je dépasse un mec je me dis pas “oh j’ai dépassé un mec” je m’en fou un peu, mais j’imagine que ça dépend de la personnalité de chacun. Mais je sais que beaucoup de mecs lisent ton blog, ce qui est bien la preuve que d’un côté comme de l’autre, on a des choses à s’apporter indépendamment du sexe (sauf pour les gros cons, mais ça malheureusement, il y en aura toujours).

    1. Oups, quand je dis “je pense que c’est à nous de nous imposer dans le paysage sportif et non aux hommes de nous faire une place.” c’est dans le sens où les hommes dont tu parles dans ton article ne vont pas changer d’avis tout seul malheureusement. A nous de leur faire ravaler leurs opinions merdiques (même si je sais que ce n’est pas forcément évident, c’est là qu’une forte présence féminine sur course mixte joue beaucoup !), exactement le même principe que le harcèlement de rue où plus ont agit, plus on change les mentalités.

  36. Bonjour,
    J ai du mal à me reconnaitre dans cet article, car il oppose un peu hommes et femmes. Peut etre parceque je n ai jamais été confrontée par la minorité dont tu parles. Et je pense sincèrement que les moqueries existent des 2 côtés (même si c est plus discret d un côté que de l autre certes).
    La seule chose qui me dérange sur running hommes/femmes, ce sont les course où la coupe 1er scratch homme est carrément mieux que 1er scratch femme ( je l ai vu et vécu sur le podium, donc oui ça existe).
    Je ne participe pas aux courses exclusivement féminines car j ai plaisir à courir en groupe, et pour moi le groupe c est hommes et femmes. Même si ya des malpolis dans le lot, ils me font plus pitité qu autre chose si ils n ont pas eu la chance d etre éduqués…
    Je suis tres fiere d etre parmi les hommes quand je cours. Ils ont peut etre 20% de masse musculaire de plus, mais je cours plus vite qu une bonne part d entre eux et j en suis fière.
    Mais ta reflexion est néanmoins intéressante.
    Bonne journée

  37. Woaw ! Merci à nouveau pour ce post… je suis assez d’accord avec ton positionnement mais pas à 100% ! Effectivement, dans ma région (entre Vaucluse et bouches du Rhône), beaucoup de courses apparaissent (notamment avec les beaux jours) 100% féminines. Sauf qu’elles ne dépassent pas les 6km… alors je trouve ça super pour les “débutantes”, car ce cocon féminin permet d’être peut-être davantage en confiance, moins stressée, plus à l’aise… Mais alors quoi, la pratique féminine s’arrête à ça ? On est pas capable de faire des 10, 21km ou même Marathon? J’en parlais il n’y a pas longtemps avec des Hommes (pratiquant la course à pied) et ils ne comprennent pas non plus pourquoi c’est courses sont mises en place (le 100% féminin) et pourquoi cela n’est compris qu’entre 4 à 6km…
    De plus, dans un tout autre registre: je me faisait une joie, car enfin près de chez moi un grand magasin de sport à ouvert (le plus grand intersport de France!) Je me rue donc dès le jour d’ouverture auX rayonS Running. Ces Hommes sont gâtés… Moi je repars presque bredouille. Deux paires de chaussures qui se courent après, deux tee shirt (…) Bref, et c’est comme ça partout ! Notre seule vrai possibilité c’est Internet… Je trouve ça tout autant stigmatisant !
    Bref, je trouve qu’il y a beaucoup de chose comme ça qui me saute aux yeux et qui me prouve que la Femme n’est pas vraiment accepté comme pouvant être sportive ! En espérant que tout ça change vite !!!

    Merci de nous partager ta vision du monde, toutes ensemble on arrivera à changer le monde #togethermotivated

    #mariiiiiiiii0n

  38. Coucou Anne, j’ai beaucoup aimé ton article du jour. Pour ma part, je ne me retrouve pas non plus dans certains stéréotypes de faire du sport pour être jolie en maillot de bain. Je fais du sport depuis toute petite, et ça n’as jamais été en préparatif de l’été… C’est aussi pour ça que j’ai du mal avec les comptes instagram ou les blogs trop orientés nutrition ou j’ai l’impression que les filles culpabilisent dès qu’elles mangent une part de pizza. On fait toutes du sport pour une ou des raisons différentes mais pour moi la raison number one doit rester le plaisir et ça, homme ou femme, quand on aime le sport pour cela on est à égalité ! Je ne pensais pas être une fan de mode sportive et pourtant oui je découvre adorer avoir plein de tenues de sport différentes et de pleins de jolies couleurs…Alors oui le marketing joue sur nous mais c’est leur métier alors laissons les faire, ils auraient tort de s’en priver !
    Je suis plutôt contre les courses spécialement féminines car je pense que justement cela risque de créer cette barrière homme femme qui n’as pas raison d’être… Je suis plutôt axée trail et pour le moment il y a, dans le trail, beaucoup plus d’entraide homme femme que dans les courses sur route. C’est dommage…(même si mon homme est toujours content s’il arrive avant la première féminine mais comme j’ “aime ” savoir qu’il y a pleins de mecs derrière moi lol)

    J’aimerais qu’effectivement un jour, on puisse, nous les femmes, courir en short sans être reluquée…Il y a des machos qui le resteront. Je fais du foot, dans mon entourage, cela plait à certains hommes qui aiment me voir sportive et compétitrice mais d’autres dénigrent ça “quoi tu fais du foot mais c’est pour les mecs”. Et je partage ton avis qu’effectivement je ne battrais jamais mon homme sur un 10 km un semi ou même plus long, mais tous les deux on s’en fiche, l’essentiel est qu’il soit fière de moi et lui une femme très sportive, il adore, et non ce n’est pas parce que je pense à comment je serais dans mon maillot de bain !

    Ps : j’aime beaucoup ta tenue ! bonne journée Anne

  39. Coucou Anne, je vois que ton article déchaine les foules et c’est toujours passionnant de voir ce que les gens pensent. En ce qui me concerne, j’étais (je pense l’être encore) très sportive avant de devenir maman. Avec mon emploi du temps, le sport est maintenant parfois difficile à caser dans mes journées, mais j’y arrive toujours même si ça dure pas longtemps, tous les jours je fais ma gym et/ou mon yoga que j’ai découvert très récemment et en suis complètement fan. La grossesse a transformé mon corps, du coup le sport est pour moi un moyen de le rendre plus tonique, et de retrouver un corps plus mince. Je dois reconnaitre que quand je cours, pour le moment je cours en me disant que ça me permet de maigrir et d’affiner ma silhouette. Je ne suis pas encore au stade à me dire que je cours pour le plaisir de courir ! j’avoue, même si j’éprouve un réel plaisir à me challenger, je le fais aussi dans l’optique avant tout d’être mince et musclée et ce pour toute l’année !!! 😉 Quant à courir avec des filles exclusivement je ne suis pas contre, j’avoue que les gens se prennent véritablement trop la tête. Et je suis entièrement d’accord avec toi. Je comprends tout à fait que le marketing en fait des caisses, nous renvoie une image cruchonne de la”fille girly vernis à ongle et crème pour mincir”. Mais il faut aussi avoir un peu d’autodérision. Si tu vas aux courses exclusivement féminines c’est pour t’amuser entre copines, ou c’est pour de multiples raisons qui te permettent de commencer peut être ta 1ère course dans ta vie etc… Remettons les valeurs où elles doivent être, ne cherchons pas constamment à nous battre pour tout et n’importe quoi. L’essentiel c’est le sport et le challenge qu’on se met ! peu importe avec qui on court !!! On court (on fait du sport) d’abord pour soi et pour se faire plaisir ! Bisous. Mathilde

  40. Je suis abasourdi !!!!!

    ” Non mais ALLO même durant un marathon tu fais des blagues lourdes-dingues ?”

    L’énergie du lourdingue XDDDDDD

    Pour le côté positif, comme tu le soulignes, si cela permet à des femmes de s’y mettre en toute sécurité, c’est génial.
    Et les filles sont assez fortes et intelligentes pour bien comprendre qu’elles sont bien plus riches que le rose qu’un débile du marketing a mis sur son affiche ! L’article de Coquelicot est réducteur pour les femmes, qui sont bien plus riches et profondes qu’une affiche marketing ! Personne n’est assez débile pour s’y identifier xD

  41. C’est triste d’être arrivée à un point où lorsqu’on va courir nous les filles, il y ait 80% de chance qu’on se fasse emmerder durant notre run: insultes, coup de klaxon, mecs qui te reluquent de haut en bas… Insupportable.

  42. Rien à rajouter. Mon expérience depuis 2 mois en running (donc très courte) : même en courant dans une forêt dans un trou pommé et avec mon copain (bon bien devant), je me fais reluquer par les hommes et même si ils ne disent rien, leur regard veut tout dire… Et là j’ai l’impression d’être “la-fille-qui-cours-pour-rentrer-dans-son-maillot-de-bain-cet-été et ça me gonfle ! Mais bon, j’en ai assez du tapis de course et je veux m’affirmer. Et même je rajouterai que ça me motive à y aller tous les jours, même quand il fait froid pour recroiser ces hommes et leurs montrer que mes baskets roses (je n’ai pas trouvé d’autres couleurs et moi je n’aime pas le rose) JE N’AI PAS PEUR DE LES SALIR !!!

  43. C’est vrai que ces courses 100% féminines ne sont pas toujours au top niveau communication à vouloir nous faire passer pour des princesses! Bon pour autant je vais participer le 7 juin à celle de Nike donc pour certaines j’aime aussi me retrouver avec les copines et courir ensemble, comme on peut le faire en organisant les sessions du dubndiducrew lyonnais
    Mais à côté de ca j’aime courir avec les garçons et je cours la majorité du temps avec mon copain
    Lorsque je vaisnà la boxe et au TRX le prof je parle pas de préparation au bikini ou autre et j’apprécie! Il veut juste que l’on se dépasse et que l’on soit fière d’atteindre nos objectifs et que l’on oublie pas pourquoi on est venu, filles et garçons confondus et c’est bien!
    Et je confirme que c’est très désagréable ces remarques et regards insistants de mecs lorsque l’on court ( dimanche en finissant de me taper une montée et des marchés horribles j’ai senti que des mecs me regardaient sur leur banc affalé et ils se disaient que c’est parce que j’étais une fille que j’arrivais en haut aussi fatiguée… Bouge tes fesses du banc , tapes toi mon parcours et on en reparle!)

    Bref y a encore du boulot, mais je sais pourquoi je fais du sport, pourquoi je cours et j’espère qu’un jour les mentalités évolueront!

  44. Pour ma part je partage à 100% l’avis de greencoquelicot, mais au final ce qui me déplait le plus dans ces courses c’est ce marketing girly à outrance, cette obsession du “bikini body”. Et il faut ajouter à ça tout ces magazines et ces journaux qui nous vendent cette image de la femme. Je prends l’exemple de Vital, les premiers numéros étaient excellents, super motivant, je me sentais concernée par cet amour du sport qu’il essayait de véhiculer. Maintenant Vital c’est comme tous les autres : un corps de rêve pour la plage, la détox après les fêtes et surtout les pages régimes.
    J’ai aussi envie de revenir sur la partie des réflexions désobligeantes. La toute première fois que je suis allée courir, j’ai sorti le seul short que j’avais dans mon placard, un vieux short en jogging très très laid. Je n’avais pas commencé à courir depuis 5 minutes que j’entendais une fille derrière moi dire “non mais t’as vu la gueule de son short à celle là”. Tout ça pour dire que les hommes n’ont pas le monopole de la petite réflexion lourdingue, celle qui te met mal à l’aise et je ne suis pas persuadé qu’il n’y ai pas de brimades de ce genre dans une course 100% féminines. Pour cette raison je ne suis pas convaincue que je me sentirais plus à l’aise si j’étais entourée uniquement de filles pendant un course, au contraire je trouve ça sympa, le mec qui te tape dans le dos 200mètres avant l’arrivé “allez accroche toi on fini ensemble” c’est agréable.
    En revanche pour ce qui est de l’entrainement j’avoue c’est bien de le faire sans mec de temps en temps, j’ai préparé un 10km avec mes collègues et j’en avais marre de la stratégie du “à fond à fond” (bien sur ils ne sont pas tous comme ça mais il en faut du temps pour accepter de courir doucement pour progresser). Comme Elise j’aime beaucoup qu’on se retrouve entre copine et qu’on profite de la sortie tranquillement, mais la présence de mecs ne me gêne absolument pas.

  45. Bonjour Anne,

    Je comprends ton point de vue mais ne le partage pas tout à fait. Je cours seule et ai pas mal subi de remarques plus que désobligeantes sur la longueur de mon short, le fait de courir quand on est une femme ou juste me faire insulter mais jamais d’un homme qui pratiquaient, bien au contraire. Plusieurs fois des hommes se sont arrêtés de courir pour me « défendre » face à ça. Les meilleurs courses auxquelles j’ai participé étaient mixtes, elles sont bien moins marketing et l’ambiance y est à mon sens plus conviviale, plus dans l’entraide. J’y ai fait de très belles rencontres… Je crois que c’est important de partager avec ceux qui ont la même passion que nous ; hommes ou femmes. Se fermer à ça pour quelques gros lourds c’est dommage ! En plus, je ne suis pas convaincue que les filles soient plus tendres entre elles …

  46. je ne sais pas comment je suis arrivé sur ce site, ni encore moins sur ce sujet….mais je suis un homme, sportif (trail) et j’ai tout lu !
    je suis assez d’accord avec vous car j’entends régulièrement ce genre de propos autour de moi, enfin, autour de vous mesdames.
    j’aimerais toutefois essayer de vous convaincre de relativiser ! (je ne parlerai que des regards contemplateurs ou des compliments non offusquants, les autres signes (regards salaces, commentaires méprisants et vulgaires…) étant je trouve totalement déplacés et à proscrire !
    d’une part, tous les hommes ne sont pas comme ca, et les filles qui courent dans mon groupe ( 10 filles pour 8-9 mecs on va dire) ne sont absolument pas gênées,
    d’autre part, je pense que c’est l’excès de ce genre de commentaires qui vous saoulent…. un compliment est souvent agréable à entendre, 50 a la suite, je comprends que c’est énervant.
    Pour finir, les hommes mattent et parlent ouvertement de “cul” en blaguant, je pense que certains n’ont pas conscience qu’ils peuvent blesser des femmes avec leurs propos.
    mais le fond du problème, c’est l’éducation. Vous n’empêcherez malheureusement jamais un homme de vous regarder, car c’est notre cerveau “reptilien/reproduction/atouts sexuels….)qui fonctionne de manière quasi génétique/hormonale !, en revanche, un homme éduqué ne vous le fera pas sentir….et ne devrait jamais vous mettre en situation de mal-être.
    Concernant les courses “exclusivement” féminines, en tant que sportif et côtoyant des sportives, je trouve que ce n’est pas une bonne idée. Ca ne résoudera en rien le problème d’éducation/courtoisie de certains hommes, mais surtout c’est empêcher certaines femmes de se mesurer aux hommes ! Je n’ai aucun problème à me faire battre par une fille, elles ont leur classement mais peuvent en même temps se comparer à la gente masculine !

  47. Je suis inscrite à la course Nike de début juin avec une copine, pour le défi que ça représente pour moi, et très franchement ça m’est complètement égal que la course soit uniquement féminine! De façon assez étonnante, c’est mon mari que ces événements exclusivement féminins agace le plus 🙂 Maintenant, si ça peut aider certaines participantes à être plus à l’aise sans les hommes, tant mieux pour elles.
    À l’époque où je courais beaucoup (et plutôt mal), j’ai plus été encouragée par des hommes que par les autres femmes avec qui je m’entrainais. Pourquoi, je l’ignore, peut-être une question de compétition, ou le fait qu’elles étaient plus concentrées pour garder la tête hors de l’eau et du coup ne faisaient pas vraiment attention aux autres.
    Aujourd’hui je cours, disons je fais du sport en général pour me sentir bien (dans mon corps et, pour être honnête, dans mes vêtements aussi), et pour me dépasser. Et quand je m’entraîne en groupe, c’est toujours mixte et on se tire tous vers le haut! Cela dit, j’ai peut-être de la chance, je ne me suis encore jamais faite embêter pendant mes entraînements en solitaire.

  48. Yvernault Agathe

    Un article certes long mais très intéressant qui fait réfléchir… Comme tu le disais même si nous pratiquons chacune des sports que nous avons choisis (que ce soit le running ou d’autres d’ailleurs…!) pour des raisons qui nous sont personnelles et souvent bien différentes… je constate que nous avons finalement souvent les mêmes ressentis face à notre pratique… C’est précisément ce dont je me rends compte en lisant ton article, je partage le même avis que toi sur la question. Je cours régulièrement (aussi souvent que mon emploi du temps me le permets…!) et les regards qui glissent sur nous, nos tenues, notre façon de courir sont très déstabilisants. Je ne parle pas des réflexions des hommes, en entrainement ou en course d’ailleurs… Le comportement qui m’a le plus marqué était à l’occasion d’un trail, un homme placé derrière moi sur un sentier a quand même lancé à son pote qu’il ne voulait pas accélérer car “la vue était belle”. Naïve comme je suis, je n’ai pas compris qu’il parlait de mes fesses. Bref, et m’en suis rendue compte au fil de leur conversation. Tout ça pour dire que nous sommes toutes confrontées un jour ou l’autre à ce genre de comportements, parfois machos souvent déplacés… En fonction de nos personnalités et à mesure du temps, certains commentaires glissent et ne nous atteignent plus. Je pense personnellement que c’est ce qu’il faut. Point positif sur le tableau, je pense profondément que les mentalités changent… Les comportements des hommes aussi… Mes entrainements et les courses que je pratique sont pour la plupart mixtes. Je pense qu’être présente (NOUS les femmes..!) est le meilleur moyen pour qu’EUX (les hommes) nous intègrent dans le paysage sportif, qu’il s’agisse du running ou du reste…

  49. J’ai une opinion assez proche de la tienne.

    Je ne participe plus trop à ces courses pour les femmes surtout lorsque le marketing rose est à l’honneur. CEPENDANT, je garde à l’esprit que sans ces événements, je n’aurais jamais commencé à courir (c’est la we own the night de Nike qui m’a motivé à enfin enfiler mes baskets). Je continue donc à les percevoir d’un regard bienveillant.

    D’un autre côté, lors des courses mixtes, les hommes peuvent vraiment se comporter comme des imbéciles… Lorsque je me fais bousculer, il s’agit d’un homme 9 fois sur 10, et très souvent celui-ci ralentit juste après m’avoir dépassé (genre je te double pour la gloire…). Même si l’ambiance est plus boostante avec les hommes (je souffre d’un complexe d’infériorité face à eux et j’ai tout le temps envie d’être meilleure qu’eux), me retrouver avec des femmes qui en veulent et ne sortent pas leurs baskets uniquement plus pour faire des photos Insta que pour s’entraîner, ne me déplairait pas pour m’entraîner. 🙂

  50. Ha ça… ça se retrouve dans pas mal de disciplines. Autant quand je faisais de l’athlétisme que quand j’étais coach sportif. Sur le de plateau de musculation, je n’étais pas respectée, d’une parce que j’étais une femme et la seconde, parce que mon gabarit n’imposait pas. Au final, j’ai fait un concours de séries/rep de squats avec eux en soulevant 100 kg, et ils n’ont pas réussi. De là ils ont fait profil bas mais je trouve ça dingue de devoir en arriver là :/

    Quant à la nourriture, le sport et les remarques sur la ligne, c’est exaspérant ..

  51. Je trouve ton article très intéressant et j’ai ressenti comme un malaise pendant toute ma lecture…
    Je m’explique… Cela doit faire environ 3 ans que je cours régulièrement. J’ai commencé le run pendant mes études à Paris. Dans ce cadre, je suis allée faire un stage de 6 mois en Thaïlande; pendant lequel j’ai continué de courir. Aujourd’hui, j’habite au Havre avec mon copain, et nous courrons tous les 2 (parfois chacun de notre côté, parfois ensemble). Tout ça pour dire que j’ai eu l’opportunité de courir (sur des périodes longues = plusieurs mois) dans 3 lieux différents. Et JAMAIS, personne, ne m’a témoigné un signe d’irrespect quel qu’il soit ! Jamais je n’ai entendu une réflexion irrespectueuse ou vu quelqu’un faire quelque chose de déplacé à mon égard. Peut être que cela s’est produit et que je ne l’ai pas vu ou entendu mais le résultat est le même: aujourd’hui, je ne peux pas dire qu’à un moment donné, depuis que j’ai commencé à courir, quelqu’un (et plus exactement un homme, puisque c’est de cela dont on parle) ait fait quelque chose qui aurait pu me déranger ou me gêner dans ma pratique sportive.
    J’ai peut être de la chance, j’en conviens. Mais lorsque je te lisais je sentais ton agacement et cela me paraissait totalement étranger, même si, finalement, je le comprends.
    Ce qui m’amène à un deuxième point: mon anniversaire approche et lors d’un “moment en famille” mes parents m’ont demandé ce que souhaitais comme cadeau. Je leur ai dit que je voulais une montre gps pour courir. Ils m’ont demandé le prix de celle que je souhaitais et ont été un peu “choqués” du montant. Mon frère était présent et a clairement décrété que, oui, ce prix était excessif. Pour être claire sur le sujet, le problème n’était pas de dépenser 300€ mais de dépenser 300€ dans une montre GPS, pour courir. CETTE RÉACTION M’A CLAIREMENT ESTOMAQUÉE ! Mon frère joue au football depuis tout petit et est aujourd’hui à un niveau National. Bien sûr, il demande régulièrement du matériel lié à sa pratique et cela parait “normal” pour tout le monde. (Même s’il faut acheter 2 à 3 paires de crampons tous les 6 mois…, des sous pulls, des shorts, des serviettes de toilettes, des stages d’été et j’en passe !) Ce que j’ai ressenti au moment même ou ils ont tous “décidé” que 300€ pour une monter “c’était de la connerie”? De la colère, oui, de la déception, aussi, mais surtout je me suis sentie loin d’eux tout à coup. J’ai eu l’impression que le foot c’était un VRAI sport, mais que courir c’était un passe temps. J’ai eu l’impression que comme j’étais une fille, j’avais pas besoin des mêmes équipements sportifs – ou tout du moins pas autant – qu’un garçon.
    J’ai eu l’impression DE NE PAS ÊTRE PRISE AU SÉRIEUX !
    Et elle est la ma conclusion: une femme qui fait du sport, peu importe lequel, elle doit se battre pour paraître CRÉDIBLE et CAPABLE. Dans la société actuelle, un mec nait sportif, une femme le devient. Et ça, C’est PAS JUSTE !

  52. Je partage ton point de vue et trouve ton article intéressant et bien construit.
    Les courses féminines m’ont permis de me mettre au running donc je trouve ca bien 😉 Je trouve que ça permet de donner confiance aux femmes qui veulent se lancer dans la course mais qui n’osent pas. Ça ouvre cette pratique au plus grand nombre et rien que pour cela c’est très bien. Depuis 5 ans je participe à la Marseillaise des Femmes, c’est devenu mon rendez-vous sportif, et on y ressent beaucoup de solidarité, d’entraide et d’encouragement. Des femmes de tout age et conditions physique y participent donc oui j’apprécie ces évènements même si cela ne m’empêche pas de participer à des courses mixtes.

  53. J adhère à la plupart des propos, je voulais juste dire:
    Dans les événements sportifs je suis toujours tombée sur des gentlemen
    Je rage parfois à voir tous ces messieurs me doubler
    J’adore le rose. Et courir en tutu et diadème me plairait.
    Je m agace quand je réussi qqch qui semble plutôt adapté aux hommes et que qd je réussi ces messieurs me félicitent un peu trop
    Parce que j’aime le rose mais je n’ai pas peur de me salir.
    Et je serai vexée de trouver un événement sportif réservé aux hommes qui me plaise et auquel je ne puisse participer
    Et j’adore ces challenge de fille où je peux être la fille que je suis avec mes soucis et mes réflexions de fille!

    Je ne veux juste pas me prendre la tête et transpirer avec plaisir!

  54. Avec un peu de retard, mais pour raconter une anecdote sur le marketing appliqué au féminin :
    C’est en cherchant une nouvelle veste de ski cet hiver que je me suis vraiment rendue compte de l’ampleur du phénomène … Alors que je cherchais une veste colorée (skiant le plus souvent en groupe, on essaye d’avoir des tenues qui flash pour se retrouver facilement), j’ai adoré les vestes hommes : bleu roi, vert pétant, jaune flash. Des couleurs primaires (ou presque), belles, franches et un style sportif incroyable. Au rayon femme ? Du mauve, du vert d’eau, du bleu ciel et du rose, bcp de rose ! … Non pas que je n’aime pas ces couleurs, mais ce n’ai pas ce que je cherchais.
    Au bord de la crise de nerf après plusieurs tentatives, je pousse la porte d’un énième magasin spécialisé en équipement de ski. Je me dirige vers un vendeur et lui demande conseil, lui indiquant que je ne veux SURTOUT PAS de rose ( à ce stade, c’était devenue une sorte de quête). Il revient avec 5 vestes, je lui fait remarquer que toutes ont au moins un détail rose (fermetures éclaires, coutures, logo, …). Réponse : ” mais enfin mademoiselle, c’est des vestes femmes !” … “et alors ?” … “…”
    D’habitude, ça ne me dérange pas d’avoir un petit détail rose sur un équipement, mais ce qui est triste, c’est de ne pas pouvoir en trouver sans 🙁 Surtout quand tu fous 400 balles dedans !
    J’ai finalement réussi à trouver une veste colorée et sympa, sans rose au Vieux Campeur. Pas de couleurs primaires, mais tant pis ! Prochain Graal, le pantalon orange pétard qu’on voit partout au rayon homme, mais aucun au rayon femme 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page