Hi,

débardeur noir marcel H&M trend

Au collège, puis au lycée et enfin dans le Supérieur, chaque année, je trouvais toujours parmi mes profs une sorte de mentor et une sorte de “je veux pas vraiment devenir comme ça”. Vous savez ce genre de prof qui vous inspire, qui vous motive. Bon allez savoir pourquoi aucun de mes profs de maths ne m’a jamais inspirée.

Je ne pense pas que ça venait d’eux. C’était juste que j’ai été traumatisée par une prof de maths en 6ème. Autant sans cette professeure, j’aurais adoré les maths, j’aurais gagné de l’intérêt et j’aurais peut-être faire totalement autre chose, choisi une voie différente. J’ai l’impression que nos préférences et les matières dans lesquelles nous excellons sont particulièrement influencées par ces professeurs qui croisent nos chemins malgré nous, malgré eux.

Par exemple, sauf en 5eme, j’ai toujours eu des professeurs de français que j’adorais (moins les fautes). J’adorais écrire, faire des rédactions, lire les livres prescrits, ou plus…. Comme disait ma mère, j’étais plutôt littéraire, moins scientifique. Mais est-ce que je l’étais vraiment ? Car je me souviens avoir adoré la physique chimie, les SVT et la technologie. D’ailleurs en y repensant, on avait beaucoup de matières éhé.

J’étais classée dans les littéraires, donc forcément j’étais vouée à ne pas être matheuse. A posteriori, je me suis enfermée dans cette idée que moi et les maths, c’était un couple qui ne fonctionnait pas. Or, au lycée et plus particulièrement en Terminale, j’ai adoré ma prof de Maths : patiente. J’étais émerveillée de bêtement résoudre des problèmes de maths et trouver les solutions. Car oui, j’étais fâchée avec les maths… je ne dirais pas fâchée en fait mais braquée. Je faisais le minimum pour sauver l’honneur et la moyenne G.E.N.E.R.A.L.E sans plus

C’est finalement stupide de catégoriser : tu as plus de facilités dans ça ou ci. C’est comme conforté les filles dans leur idée que le sport n’est pas fait pour elles, forcément elles ne vont pas plus faire d’efforts pour montrer l’inverse. On s’auto-convainc que oui finalement, si on dit que je suis plutôt littéraire, je dois vraiment l’être. L’est-on plus naturellement ? Je pense avoir juste fait mienne cette caractéristique que l’on m’a attribuée, j’ai confirmé leurs idées.

Aurais-je fait plus de maths et donc fait un cursus totalement différent si on avait  “détecté” chez moi une affinité pour les matières scientifiques ? Je pense que oui. Je souris en repensant à quel point 3 ou 4 professeurs de maths m’avaient littéralement terrorisée… mais je repense aussi à ces professeurs d’EPS, de Technologie, de Musique, d’Art Plastique, de Physique Chimie… Ceux qui t’accompagnaient, ceux qui pariaient contre toi… Mine de rien, ils ont une influence sur notre vie à leur échelle. J’ai gardé tous mes carnets de liaison, mais je reconnais avoir oublié la plupart des noms. Il y a des professeurs, les plus traumatisant et les plus généreux, dont le nom reste pourtant bien ancré dans ma mémoire. J’aimerais parfois les revoir et dire : voilà où j’en suis, sans les maths …enfin sans 20/20.

Avez-vous un prof qui reste dans votre mémoire ?

marcel noir H&M trendmarcel noir H&M trendmarcel noir H&M trend

Blouson – Pull&Bear

Jeans – Zara  (similaire ici ou là)

Débardeur – H&M (similaire ici ou là)

Manchette – H&M

Baskets StanSmith – Adidas (Similaire ici ou là)

Sac – Lancaster (similaire ici ou là

débardeur marcel H&M trend adidas smithdébardeur marcel H&M trend adidas smith

Voici une tenue qui n’est plus vraiment en adéquation avec le coming-back BRILLANT, si ce n’est brûlant de l’été à Paris. Je n’en reviens pas parfois de la chaleur que je retrouve : sandalettes, jupette en ce moment. Donc voilà, j’en viens à cette tenue qui date en fait de l’automne avant l’été indien… vous me suivez ?

Je porte une unique et petite nouveauté sur laquelle j’ai craqué au hasard, en poussant la porte d’un H&M. J’aime bien sa coupe, sa matière fluide et légère, mais qui te garde au chaud cela dit. J’aime bien, ça fait un peu masculin mais pas trop. Alors bien sur j’ai joué à fond la carte masculine avec le boyfriend, mais j’espère avoir réussi à garder le côté féminin. J’ai conscience de faire un peu moins attention au côté “féminin/mignon” de mes tenues qu’auparavant, mais ce n’est pas par flemmardise, j’ai juste des envies différentes.

Vous aimez ce genre de t-shirt un peu masculin ?

à très vite

PS: Bénéficiez de -40% sur une sélection d’articles de la nouvelle collection Pimkie >>

Ne vous arrêtez pas là !

Don't Start Now #868

Don't Start Now #868

Hi, J’espère que vous allez bien ? Pour une fois, je dois dire de mon côté que je suis dans…
Switch #867

Switch #867

Hi, J’espère que vous allez bien ? Vous le voyez bien, enfin un article look blabla. Même si je n’étais…
Proudly Influencer #860

Proudly Influencer #860

Hi, J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon weekend 🙂 ! Ici c’était encore sous…

33 réflexions sur “I See Fire #557”

  1. Haha des profs qui m’ont inspirée j’en ai eu pas mal et essentiellement des profs de français. Du coup je suis moi-même prof de français depuis cette année et j’espère, moi aussi inspirer mes élèves. Mais j’étais plutôt bonne en svt et en 1ère on voulait que je fasse un bac s ^^

  2. J’ai 2 profs qui m’ont marqué dont une que je n’oublierais jamais : Mme MILAN, prof de français, lettres, grec et latin, je l’ai eu de la 2nde à la terminale en Français, lettres et latin, de la terminale à la 2ème année de BTS elle a fait partie de ma troupe de théatre… j’ai même du lui crier dessus lors d’une pièce, libération garantie! !
    C’était une prof engagée, passionnée et passionnante… Sa manière de parler des livres (en cours de lettres) à créer ma façon d’écrire aujourd’hui et parfois, je l’entends encore dans ma tête (non je suis pas folle)… Au delà de ses matières, elle m’a conseillé sur ma “vie” durant ma période “crise d’ado”… Presque comme une maman, une mamie ( elle aurait du prendre sa retraite il y a une décénnie au moins) elle prennait soin de nous et restait très actuelle, au fait des dernières nouveautés… Une exemple…. Désolé, j’ai écrit un pavé mais je pourrais continuer longtemps, tellement elle m’a changé…

  3. Moi c’était l’inverse j’avais des profs de maths plutôt biens alors que mes profs de français l’étaient beaucoup moins, surtout en première, pourtant une année cruciale ! J’avais une prof complètement timbrée. je suis sûre qu’avec “de bons profs” le français aurait été une matière que j’aurais bien plus appréciée.
    Mes meilleurs profs restent ceux de la terminale, j’avais une brochette de profs très pédagogiques, sympa et intéressant, qui faisaient beaucoup pour qu’on trouve notre voie après le lycée 🙂

  4. Je me suis posée aussi récemment la question “est-ce que l’image que les gens ont de nos capacités ne nous enferme pas dans telle ou telle case” que je trouve très intéressante…
    Pour la question des profs, je suis totalement d’accord avec toi que les profs qu’on rencontre dans notre scolarité conditionnent un peu la vision que l’on a de leur matière ! J’ai toujours été classée dans les littéraires et il est vrai que j’ai eu une majorité de profs de français intéressants, mais si j’en avais eu de moins bons, aurais-je été autant intéressée pendant tout le secondaire ?
    A l’inverse, j’ai toujours eu d’excellents profs de maths, et pourtant, je suis depuis toujours fâchée avec les maths : j’ai étonnamment toujours eu de bonnes notes, mais j’ai totalement détesté cette matière, et souvent les choses les plus simples me sont les plus difficiles (le calcul mental par exemple !). C’est quelque chose que je ne m’explique pas, tous mes profs ayant été patients et encourageants,et mes résultats très corrects, je devrais, à défaut d’aimer, à peu près tolérer cette matière, et pourtant…! Je suppose que la conclusion qui s’impose est que nos goûts sont autant conditionnés par nos profs que notre personnalité !

  5. Je crois, personnellement, que j’aurai toute ma vie beaucoup de mal à oublier mon prof de morale. je crois que de ma vie, jamais je n’aurai vu un prof aussi humain, aussi à l’écoute de ses élèves au niveau personnel, qui encourage autant et donne autant de conseils.

  6. Je vois tout à fait ce que tu veux dire.
    Franchement, j’ai bien eu une professeure en Terminale qui m’a réconcilié avec une matière avec lequel jamais toujours eu du mal. C’était l’anglais. Je ne sais pas pourquoi, mais jusqu’en terminale c’était une matière où je n’y arrivais pas du tout! Et puis, en terminale il y a eu cette professeure. Et la ce fut le gros déclic… 3 ans plus tard, je parle couramment l’anglais. Comme quoi, les professeurs jouent vraiment un rôle important dans l’apprentissage d’une matière.

  7. Ouiiii ! Les profs ont une énorme influence sur le travail de leurs élèves, c’est ce que je pense. Un professeur passionné par sa matière qui souhaite partager son savoir avec ses élèves ça se ressent vraiment. Ce fut le cas de mon prof de spécialité en Bac Pro, vraiment génial. Quelqu’un avec qui on pouvait discuter de tout et de rien, je pense qu’il doit y avoir un partage commun du point de vu élève mais également prof.

  8. merci pour ce blog, je te connaissais du forum féminin ou tu étais avant .J’ ai bien été contente de te retrouver quand j’ai voulu me mettre a la course a pied , même si je galère a cause de ma motivation fluctuante 🙂

    alors oui moi il y a un prof qui a changé ma vie par le négatif . il passait son temps a me rabaisser a me mettre des barrière . Mais j’avais un projet. Alors en seconde je lui ai dis que si c’était sa matière le problème je redoublais malgré ma moyenne correcte. donc j’ai refais une seconde et il m’a a nouveau empêché de faire la série S . Ainsi donc je me suis retrouvée en ES , forcement c’était pas pour moi malgré ce que l’on me disait sans arrêt (tu es faites pour ça blablabla tu sera super la dedans) j’ai fini dernière de classe et en dépression avec 10 kilos de plus pris en quelque mois ! . L’autre jubilait et m’a dit “je ne pense pas que vous aurez le bac un jour , vous devriez allez travailler”. ces mots résonnent encore dans ma tete 6 ans plus tard . De ce jour la je me suis dis ” ok c****ard , je vais te prouver le contraire”. j’ai fait une serie secondaire qui se rapprochait de mon projet .j’ai refait une première et une term, j’ai eu mon bac mention tres bien , j’ai eu mon concours du premier coup sans prépa , j’ai eu mon diplôme d’infirmière en trois ans sans grosses embûches .

    Et je l’ai croisé de nouveau un jour. avec son rictus il m’a dit “alors vous avez bien fait quitter le lycée ? les études ce n’est pas pour vous de toute façon ” je lui ai expliqué que non je n’ai rien quitté . je lui ai étalé mon parcours . lui ai dis que ma plus grande satisfaction c’était d’avoir ce métier que j’aime plus que tout. Que je ne me laisserai plus jamais faire par un con comme lui et que j’espérai ne jamais en recroiser des cognés comme lui .je lui ai dit qu’il est suffisamment intelligent pour avoir un tas de diplôme , mais en tant qu’humain ne vaut rien . Moi j’ai le diplôme et j’ai l’humain c’est ma satisfaction de lui avoir prouvé qu’il a eu tord.

    il m’a juste dit “bas c’est bien,” souhaité une bonne journée et est parti comme ça. je saurais jamais ce qu’il a pensé en tout cas il a bien eu le fond de la mienne ^^

  9. Oui je me souviens de mon prof de maths de 4è et 3è qui nous apprenait les formules de maths en chanson pour les retenir plus facilement. Et franchement ça fonctionnait plutôt bien !!
    ET c’est tout car je ne garde pas un bon souvenir des mes profs en général.

  10. Oui, j’adore ce type de tshirt, j’en ai justement un du même style que celui-là. Sur un jean slim, ça stylise le côté féminin avec une touche sporty, sans être dans le trop “mignon” dont tu parles (qui n’est pas trop mon genre, mais que tu portes très bien dans tes tenues). Très sympa 🙂
    Eh oui…chacun a eu ses bons et ses mauvais profs. Pour moi c’est une prof d’anglais en terminale qui m’a rebutée à en faire mon métier, une vraie garce qui pétait plus haut que …bref…alors que j’étais douée et passionnée depuis la 6ème. Maintenant je fais du droit que je n’ai découvert que par moi-même, et je suis très bien là où je suis. En fait, même si j’est toujours été bonne élève (mais pas scientifique, comme toi, même si j’aurais pu m’en sortir en me poussant), tout ce qui me passionne aujourd’hui je ne l’ai découvert et développé que par moi-même et grâce aux pratiquants et non pas aux profs…le droit, le dessin, la course…et grâce à mes proches qui ont toujours soutenu mes choix.

    See you peut-être à la Noctambule 😉

  11. Je suis bien d’accord, le fait qu’on accroche avec tel ou tel prof nous fait apprécier sa matière. Perso je me souviens de beaucoup de mes profs, ils m’ont globalement pas mal marqué. Je me souviens d’un prof de maths qui m’avait dit après m’avoir rendu un bulletin avec 20/20 de moyenne: “de ttes façons Florence une fois qu’elle a réussi elle se repose sur ses lauriers et après sa baisse”. Ni une ni deux, j’ai eu 20/20 tte l’année à tous les contrôles! Contrairement à toi j’étais plutôt scientifique que littéraire, mais j’ai quand même eu une prof de français qui m’a bien marquée, parce qu’elle ne présentait plus les cours de français comme quelque chose de barbant mais c’était de la culture générale et ça rendais les choses bien plus intéressantes!!!

  12. Aaaah les profs! Oui j’ai été traumatisée par mes profs de maths du collège, surtout une Bunieski (Ah rien que d’écrire son nom ‘en ai encore des frissons…) qui nous rendait les copies de la plus mauvaise note à la meilleure! Non mais quelle humiliation!
    Et bien sûr, n’ayant pas confiance en moi et traumatisée par ce genre de personne, j’avais beaucoup de mal à obtenir la moyenne en maths. Heureusement j’ai persévéré et j’ai finalement obtenu 17/20 au bac ES spécialités Mathématiques, ma revanche était prise!! Donc les filles ne désespérez pas tout est possible! Même si je n’ai pas suivi cette voie, puisque j’ai continué en faisant Hypokhâgne et Master de Droit que j’ai aussi abandonné pour devenir actrice…
    Comme quoi tout est possible et le principal est de ne pas se faire influencer par d’autres et trouver sa propre voie.

  13. L’école, c’est comme la vie, c’est une histoire de rencontres… qui fonctionnent ou pas…
    On peut juste au mieux minimiser les dégâts quand ça ne passe pas…lourde responsabilité!

  14. Maths, ou français, je n’ai jamais su choisir. Ou plutot si, j’ai choisi une terminale scientifique qui, a priori, ouvrait plus de portes. Mais j’adorais les matières littéraires pour autant, malgré une prof de lycée psychorigide.

  15. Ah!!!! J’en ai plein des profs qui ont marqué ma scolarité ! Entre l’enseignant de CM2 qui nous a fait faire plein d’activités différentes pour financer notre voyage scolaire à qq profs de maths que j’ai adoré mais je n’oublie pas mes profs d’anglais que j’ai rarement apprécié d’où une maitrise de la langue…..comment dire…. limitée? personnelle?…. bref, beaucoup me laissent un souvenir et sont souvent liés à mes résultats 🙂

    Nadège
    PS : pas de footing à Paris la semaine dernière… reprise des réunions trop tôt. Et je confirme qu’il faisait extrêmement lourd et moite. J’étais très heureuse de retrouver Nantes où nous sentons l’air agréable de la mer

  16. Moi j’ai toujours adoré les maths… je trouve les maths merveilleuses
    ce n’est pas pour autant que j’ai pris cette voie, mais les chiffres énigmatiques mais simples à la fois me passionnent toujours. Sans doute parce que les Maths ont toujours fait partie de ma vie, parce que je suis tombée sur une prof qui elle même était passionnée et a su nous transmettre sa passion sans pour autant nous l’imposer. Je suis aussi douée en langues, j’en parle plusieurs d’ailleurs et franchement? J’ai apprécié vivre dans un pays où on ne nous catalogue pas et on ne nous impose pas de choisir… entre scientifique et littéraire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page