Vlog en Martinique🌺: On participe au Raid des Alizés

7 janvier 2018 - Sports, Voyages - 7 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien en ce dimanche bien gris et pluvieux. Normalement, avec l’article et la vidéo du jour, je devrais faire venir un peu de chaleur et de soleil par le biais de cet écran. En novembre dernier, Christelle, Maider et moi avons eu la chance de participer au Raid des Alizés. C’est une compétition solidaire uniquement féminine qui s’organise en Martinique, sur 6 jours dont 4 de courses, mixant VTT, course à pied, trail, canoë…autres grosses surprises. Je vous invite à aller visiter leur site si jamais vous souhaitez un peu plus d’info, voire même former votre équipe pour les rejoindre l’an prochain.

Comme je vous l’avais expliqué dans cet article, nous soutenions l’association Solidarité Femme tout au long de la compétition (encore merci pour vos aides !!). J’ai formé l’équipe sous le Dubndiducrew pour partir relever ce défi puis découvrir la Martinique !

J’ai essayé de capturer en vidéo les épreuves, la vie sur le camps… nos rires, nos efforts,  nos crises de nerf looool.  J’espère que ce vlog vous plaira car, je crois qu’il retransmet bien l’ambiance, la fatigue et l’énergie des épreuves. Sinon, il y a comme toujours mon petit compte-rendu écrit 😉

Mardi 14 novembre

Nous nous retrouvons toutes les 3 avant de filer à Orly pour rejoindre les autres participantes, récupérer nos dossards et embarquer avec Air Caraïbes direction Fort de France. Le vol est d’un peu plus de 8h, sans problème. Nous quittons Paris sous le soleil et quelques degrés pour atterrir sous 30 degrés à Fort de France. L’accueil qui nous est réservé est génial.

On file ensuite sur le campement pour nous installer, aménager notre tente qui se trouve bien enfoncer dans la boue. Apparemment, il y a bien moins de boue que l’an dernier. Même si il fait chaud, beau en Martinique, il pleut aussi pas mal, surtout la nuit. On  participe aussi à notre premier brief pour nous annoncer ET expliquer la première journée du Raid.

Avec le décalage horaire, on se couche relativement tôt sans penser aux premières douches froides, aux toilettes dans la nature lol.


Mercredi 15 novembre Journée d’acclimatation

Premier réveil au camps. Grâce au décalage horaire, le lever à 5h (départ 7h), ne pique pas trop trop. La première nuit en tente se passe relativement bien. On crève juste de chaud looool. On petit-dej, on récupère nos dossards pour la journée, on prépare nos sacs et zou, on monte dans les bus.

Cette première journée ne compte pas dans la course, elle vise à nous acclimater à la Martinique, un peu comme un échauffement. Ainsi nous arrivons au bord de la plage, tous les canoës sont alignés. Gloobs. Comme l’an dernier sur le Raid Amazones, nous détestons cette épreuve. On s’est un peu plus entrainées cette fois, mais ce n’est toujours pas ça.

On part pour 4km aller pour se rendre sur un camps militaire où nous passons la journée à enchainer des petites épreuves dont: course dans la mangrove (de véritables sable-mouvant comme dans les films nous y attendaient LOL), course d’obstacles nautiques (assez fun, mais dur de nager avec nos baskets lol)… Et bien sûr le bizutage continue avec les douches habillées et froide. Bon je vous avoue qu’avec les températures on est plutôt contentes.

On repart ensuite le soir à nouveau en canoë. Cette fois le vent s’est levé. il est encore plus difficile de revenir sur nos pas :S Mais on y parvient. Dans le bus retour, petit bilan de la journée : on pue, on a déjà de bons coups de soleil, nos affaires sont trempées mais on est prêtes pour demain!

Jeudi 16 novembre Triathlon local

Première vraie épreuve du raid, et nous partons pour une journée entière sur l’Anse d’Arlet à enchainer un triathlon local. Au programme: trail sur une groooossse montée, VTT, trail avec une magnifique vue, canoë et sprint final sur la plage. De prime abord, ce ne sont pas des épreuves infaisables mais c’est plus le dénivelé, les conditions locales (chaleur, humidité) qui rend le raid hyper compliqué à mon goût.

Le départ le matin est plus compliqué: deuxième nuit = araignée, encore douche froide, encore toilettes de chantier, boue partout, humidité, chaleur… Bon vous allez me dire « ça va c’est la vie en bivouac ». Ah oui clairement et ça peut paraitre futile de « se plaindre ». En fait, c’est juste un enchainement de fatigue de la journée et l’impossibilité de récupérer au final le soir. Nous sommes aussi très nombreuses. On arrive à faire connaissance le soir et le matin surtout au fil des repas, et heureusement car les anciennes (les participantes qui en ont déjà fait) nous donnent quelques petites astuces pour mieux s’accommoder des conditions. Comme tout simplement, déplacer notre tente pour la mettre dans un endroit sec du bivouac sans boue. Pourquoi n’y avait-on pas pensé ? ni osé? lol Bref. le soir-même c’est ce que nous faisons.

Là pour le moment, on se prépare une nouvelle fois en musique: Réveil en musique…. réveil tonic. Heureusement que le matin il y  a ça … plus les bruits de la nature, le soleil qui se lève doucement avec ses couleurs <3. C’est beau, mais zou on file se préparer pour être à peu près fraiches et dispo.

Le départ se fait sur la plage. C’est parti pour plusieurs heures d’épreuve. Je ne suis toujours pas une grande fan de VTT, surtout que nous enchainons de BELLLEEES montées, mais le paysage est tellement beau ! C’est ce qui va nous booster tout au long de la course, même la partie trail pour aller au sommet de Morne Larcher >> est sublime. C’est dur, ça monte, çå glisse, il y a beaucoup de boue mais on voit le bout lorsque l’on arrive sur la 3eme plage pour récupérer les canoës et faire… 8km en pleine mer. Une mer HYPER agitée. L’organisation devra d’ailleurs demander à plusieurs équipes d’abandonner car passer une certaine heure, ça devenait trop dangereux.

On passe la ligne d’arrivée après 45min à pagayer et s’engueuler (mais dans la bonne humeur LOL). Quand on pose les canoës, on espère toutes les 3 que l’on n’en refera pas jusqu’à samedi. On sprint et on passe enfin la ligne d’arrivée. Christelle fait valider notre puce. On peut enfin se doucher, se mettre en maillot ET profiter du reste de la journée. Je crois que l’on ne peut pas faire meilleur enchainement: effort-réconfort.

Pour une première épreuve, on a adoré !! L’organisation était au top: point de passage, ravito, accueil des bénévoles, encouragement des locaux. On est hyper touchés car on sent vraiment la Martinique derrière le Raid des Alizés pour nous soutenir, nous booster sur les courses. Puis les ravitos sont tops : on a même de l’eau FRAICHE au beau milieu de la jungle LOL.  Les encouragements aussi entre équipe sont géniaux, on se donne tous un petit conseil pour aller au bout, chacun vérifie que tout le monde va bien ou n’est pas laissé derrière. L’ambiance est vraiment top, chose qui n’est parfois pas garantie entre femmes malheureusement.

Bon on profite de la plage pour essayer de faire sécher nos affaires, nous remettre avant de retourner au bivouac terminer notre déménagement.

Vendredi 17 novembre Trail du Pêcheur / Montagne Pelée

J’avais peur que nous ne le fassions pas. Lorsque le parcours est annoncé au briefing du soir, je crois que nous sommes toutes hyper heureuses de se lancer là-dessus. On file d’ailleurs se coucher tôt car le matin même, il faut vider le camps, on change de bivouac pour notre dernière nuit en tente.

Le matin, nos valises ET sacs de course sont prêts. On part très tôt pour rejoindre le départ du trail au pied de la montagne. Le temps est exceptionnellement hyper dégagé. Cela n’arrive que quelques jours par an. LA chance. Le départ est donné, il fait déjà HYPER chaud, le l’ascension s’annonce compliquée… mais la vue sublime. Je n’ai jamais fait un trail avec une telle vue en fait. On passe beaucoup de temps à se retourner pour admirer tellement c’est beau (et dégagé loool).

D’ordinaire, on ne voit pas à plus de 100m, il pleut.. mais nous avons eu une chance inouïe. Mais pour cela on enchaine: 18km avec 1290m de dénivelé positif. C’est dur, Maïder a mal au ventre, Christelle et moi souffrons de la chaleur. Il n’y a pas de ravito. On s’accroche alors avant d’atteindre l’arrivée dans une plantation de canne à sucre, le décor est digne d’Autant emporte le vent ! Encore un bel endroit choisi par l’organisation pour la partie: RECUPERATION!

On arrive, on tape dans les mains des bénévoles toujours au petit soin avec nous… puis on file se doucher avec un petit tuyau, mais bien heureuse de retrouver un peu de fraîcheur afin de faire la sieste et encourager les autres participantes.  Honnêtement, c’est de loin mon épreuve favorite !! La vue, le parcours, le difficulté… le top ! On file ensuite en bus direction Sainte-Anne pour s’installer une dernière fois en bivouac, avec notre tente.

Samedi 18 novembre VTT d’orientation

Et quelle épreuve! Nous récupérons notre tente sans boue cette fois. On prend avec beaucoup plus de philosophie notre état physique LOL, on est là pour ça après tout aussi. Dernier réveil en musique pour la dernière épreuve…en VTT. Je ne suis pas fan, mais je dois avouer prendre de plus en plus de plaisir à pratique : descente, glissade. J’avais pris déjà beaucoup de plaisir lors du triathlon, je me suis dit que ça allait être pareil ici.

Bon… dès le départ, enfin avant: on n’a pas de boussole (oops) çå va être compliqué pour une course d’orientation. Heureusement, les « anciennes » des autres années nous en prêtent une. Mais… le VTT, enfin le mien en l’occurence, n’y met pas du sien: freins cassés, roue à plat.

Lorsque c’est à notre tour de partir, j’ai mes roues mais pas de freins « totalement » en fonction. Et dès la première balise, je déraille, les freins avant ne fonctionnent plus du tout. En fait, je vais enchainer les petites merdouilles sur le vélo jusqu’à la moitié du parcours où cette fois… le dérailleur casse littéralement. Je vais devoir le pousser C’est drôle car les VTT de Christelle et de Maïder sont impeccables et moi, en vélo, je n’ai JAMAIS eu de pannes.  Là c’est l’enchainement. Je dois pousser le vélo durant 1/3 du parcours jusqu’à croiser miraculeusement le réparateur qui m’échange mon vélo, enfin je garde mes roues, il met un autre cadre. Il est à cours de roue ou de chambre à air, trop de crevaisons :S. En terme d’orientation, car c’était aussi une autre difficulté de la course: vue que nous nous suivons quasi toutes, à part quelques doutes, nous n’avons pas eu besoin de la boussole. On jète quand même de bons coups d’oeil à la carte je vous rassure.

On arrive à finir l’épreuve en VTT, tout en admirant le paysage quand même…les eaux sont turquoises. On passe la ligne d’arrivée en courant, heureuses d’avoir délaissé nos VTT et de finir le Raid au bord de l’eau à nouveau. On est récompensés par l’accueil des autres teams ET des coconuts fraîches, le PIED !! On file se doucher, on encourage les dernières arrivantes avant nous même de finir en maillot de bain, à l’eau.

Honnêtement c’est peut-être la seule épreuve qui m’a frustrée… mais on ne peut rien faire contre la mécanique hihi. Le soir-même direction la résidence de Pierre et Vacances St Luce pour la soirée de Gala, de récompenses… tout cela en blanc OF COURSE. On retrouuve enfin des cheveux en état, une douche pas froide looool, un peu de clim pour bien dormir.

Bilan:

On finit 47eme du classement. Bon pour tout vous dire, on n’a pas vraiment suivi notre évolution, ni n’avons cherché à gagner des places. Personnellement, ce que nous souhaitions c’était vivre les épreuves à notre rythme, découvrir les paysages… quitte à faire une pause tranquillou pour faire des photos et rigoler. C’est pour ça que parfois, nous avons été assez surprises de l’agressivité de certaines équipes qui souhaitaient doubler sur des portions… impossibles, qui abandonnaient une camarade derrière qui ne suivaient pas OU étaient physiquement dans le rouge pour gagner…quoi 3 places dans un classement sur 70 ? Je conçois et comprends l’esprit de compétition mais avec certaines limites de fair-play. C’est ce dont nous manquons souvent entre femmes… enfin, ça ne gâche pas l’ambiance générale, c’était des comportements ponctuels.

Nous étions là pour nos associations ET pour vivre une belle expérience entre nous, entre femmes, tout en découvrant la Martinique. C’était juste dommage parfois cette ambiance tendue et cet esprit de compétition souvent mal venu ici. Heureusement, nous avons fait de très très belles rencontres. Et ça fait plaisir de discuter et échanger avec d’autres passionnées de sports de tous âges et de tous horizons. D’ailleurs sans certaines personnes, nous n’aurions pas vécu le raid de la même manière.

(Je profite pour répondre à cette question). Cela dit, j’ai adoré ET de loin préféré le Raid Alizés au Raid Amazones (fait l’an dernier) où littéralement c’était compétition, organisation, starisation de certaines personnes de l’orga et ambiance pas aussi sympathique ET motivante qu’ici. C’est ça en fait qui m’a le plus marquée : les bénévoles, le soutien de l’organisation, le suivi… Tout était top, et s’il y avait des couacs, il y avait des explications derrière (par exemple le manque de ravito durant le trail ou les VTT.) On sentait que l’organisation écoutait, prenait en compte nos retours s’il y en avait et surtout était là pour nous faire vivre une expérience sportive, solidaire et unique.

Enfin, le PRIX. Oui c’est CHER de participer à ces raids, mais l’objectif souvent est de faire sponsoriser sa participation par des sociétés (c’était le cas pour nous) et non de payer soi-même. Donc OUI cela demande de l’organisation bien en amont de la course et pas mal de stress même. Est-ce que ça « les vaut » ? Pour le raid Amazones, j’avais de gros doutes mais pour le Raid Alizés, pas du tout ! On sent l’organisation présente, le soutien… et ces aménagements ont des coûts. (un ravito au beau milieu de la jungle imaginez lol)

Le seul bémol: et la médaille ? Seules les trois premières repartent avec des récompenses. J’ai trouvé cela un peu dommage de « ne rien avoir » comme souvenirs de notre participation. Ok on a nos t-shirts, nos photos…mais éhé, j’aurais voulu un petit quelque chose.  Mais c’est un détail par rapport à l’expérience TOTALE que nous avons vécu (oui bivouac + épreuve.) Hihi. J’ai été très heureuse de vivre cela avec Maïder et Christelle, c’est ce genre de courses qui soudent de belles amitiés (personne n’a été blessée sur les canoës LOL)


Nos quelques jours en plus en Martinique

Grâce à l’Office du Tourisme et Air Caraïbes, nous prolongeons de 3 jours notre séjour pour mieux découvrir l’île.  et je vous conseille d’en faire autant, tant qu’à payer l’aller-retour pour le raid. Bien que les épreuves permettent déjà d’en voir pas mal (Surtout la Montagne pelée) lol. La Martinique a plus à offrir.

Le cadre du Pierre et Vacances St Luce était vraiment à tomber. J’ai adoré courir tôt le matin avant de filer profiter de la plage et de la piscine. Je pouvais courir tout au long du littoral (je n’étais pas la seule à le faire). La vue de notre appartement était à tomber et la cuisine extérieure… le rêve loool. Nous avons bien pu en profiter, surtout le dimanche, nous étions crevées et méritions certainement de baver un peu sur nos transats.

Le soir, nous avons récupéré notre petite voiture avant de manger un repas local mais vegan à Sainte-Anne à l’Otantik. C’était hyper bon et pile ce qui nous fallait pour nous retrouver hors de la compétition. Le lundi, malgré les bouchons, nous arrivons à temps pour notre croisière en catamaran sur le Robert afin de visiter les petits îlets bordant la Martinique. Une magnifique journée au fil de l’eau, des ploufs, de snorkeling pour découvrir les fonds marin et de bronzette sur l’avant du bâteau. Sur le retour, nous décidons de faire quelques courses afin de cuisiner nous-mêmes des produits locaux. Christelle s’y connait pas mal 😉 !

Le mardi, dernier jour avant de prendre l’avion de le soir-même, nous quittons notre résidence et nous roulons pour découvrir doucement les Anses les plus réputées de l’île. Ma favorite: Dufour et anse Noire… qui comme son nom l’indique est pourvu d’un sable noir. C’est une plage plutôt reculée, très calme où évolue de magnifiques tortues de mer. Mon coup de coeur à vrai dire, puisque nous en avons vu PLEIN. J’étais très émue :S :S On se douche sur une plage, grâce à des conseils avisés d’un martiniquais et on file à l’aéroport, déjà ;(

C’est un séjour qui m’a profondément marquée..les martiniquais sont des gens adorables, accueillant, l’île est si belle, si préservée. On peut enchainer des trails… puis finir les pieds dans l’eau dans des plages paradisiaques. On y mange tellement bien. Franchement, ce fût un coup de coeur. Je rêve d’y retourner pour visiter davantage et de préférence avec Maïder et Christelle. Je vous remercie les filles d’avoir vécu avec moi cette aventure, elle n’aurait pas été si fantastique sans vous. On se refait ça quand vous voulez !! De mon côté, je vous conseille vraiment, d’autant plus que vous pouvez y partir seulement avec votre carte d’identité hihi et à des prix très accessibles !

Tentée par l’expérience du Raid ? Avez-vous déjà visité la Martinique ?

@ très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires

  • Repondre Olivia 8 janvier 2018 à 17 h 03 min

    Ton récit donne tellement envie ! Je rêverai d’y participer ! 🙂 Dommage que ça ne tombe pas durant les vacances scolaires moi qui suit professeur des écoles

    • Repondre Camille 9 janvier 2018 à 18 h 01 min

      Exactement ce que j’allais dire en tant que professeure des écoles… On ne sait jamais on peut peut-être demander une autorisation d’absence pour le Raid des Alizés, on sera peut-être soutenue dans notre projet lol. Un peu de sérieux…
      En tout cas, tu m’as donné une folle envie d’aller découvrir la Martinique mais qui me paraît assez chez pendant les vacances scolaires (à moins de partir pendant la saison humide mais…comment dire… lol)
      Encore bravo à vous trois les filles!

  • Repondre Audrey 14 janvier 2018 à 10 h 08 min

    En tout cas, ça donne envie de SOLEIL! <3

  • Repondre Juliii 25 janvier 2018 à 9 h 28 min

    Coucou Anne,

    Tout d’abord, cet article est génial, j’avais déjà entendu parler de ce raid avant que tu y participe mais depuis l’article et la vidéo que tu as fait dessus, j’y pense tout les jours LOL. J’ai donc décidé d’embarquer mes collègues dans l’aventure et de nous inscrire pour 2018. Dans l’espoir d’être retenues, est ce que tu aurais des conseils de préparations physique pour ce Raid ?

    Continues comme ça, tu es motivante et pleine de bonne humeur

    • Repondre Anne 13 février 2018 à 15 h 59 min

      Coucou Julie,
      Merci beaucoup pour ton commentaire.
      C’est génial que tu te lances dans l’aventure cette année.
      Pour la prépa physique, il faudra vraiment mettre l’accent sur le canoë, le trail et le VTT
      Tu vas souffrir pas mal de la chaleur et de l’humidité. Je n’aurais pas vraiment de conseils pour ce dernier point, mais si tu pouvais profiter de l’été pour faire quelques entrainements avec la chaleur, n’hésite pas 😉 !
      En tout cas bonne chance et amuse-toi bien, c’est une magnifique expérience !

  • Repondre ludmilla 26 janvier 2018 à 10 h 24 min

    Merci Anne, pour ce récit qui m’a beaucoup émue, car si le rais des alizées est un course que j’admire, la Martinique est mon île, mon cocon, l’endroit où j’ai grandi et la manière dont tu l’a décrite me va droit au coeur…

    • Repondre Anne 26 janvier 2018 à 16 h 54 min

      OH ça me fait plaisir <3 j'espère y retourner !!!