Mon #DefiVeggie: 1 an après, le Bilan

13 septembre 2017 - Recettes - 14 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien? Je suis heureuse d’enfin retrouver pour un petit bilan sur mon défi veggie ! Il y a un peu plus d’un an, je me lançais le fameux défi veggie (vous pouvez relire le post ici): devenir végétarienne (non vegan). Je fête donc ma première année sans viandes, ni poisson, ni crustacés dans mon assiette. Zero, nada, pouet, pouet.

Je crois qu’il était temps que je fasse un petit bilan. J’avoue, j’avais prévu plus de vidéo mais j’ai été un peu refroidie parfois par les commentaires agressifs ou critiques que je recevais sur mon végétarisme. C’est fou que ce sujet (juste de la nourriture au final) puisse être si controversé. Mais, avec la rentrée, j’espère pouvoir m’y attaquer à nouveau. Si d’ailleurs, vous avez des idées OU des questions, je suis toujours preneuse.

Comme pour chaque article DefiVeggie, je vous ai préparé une petite vidéo (retranscrit juste après pour celles et ceux qui n’aiment pas trop ;)):

Les premiers mois:

En fait, je n’ai pas trouvé cela trop compliquer les premières semaines. Comme je l’explique dans ce post à M+1, le choix de devenir végétarien est tombé sous le sens après plusieurs mois et années à avoir doucement mais sûrement diminué ma consommation de viandes, des poissons et de fruits de mer. Ça faisait même plusieurs mois que je ne mangeais plus de viandes. J’avais lu depuis plusieurs années de nombreux livres au sujet de la protection animale et du végétarisme (j’avais rassemblé dans ce post mes références favorites >>). J’ai juste laissé la reflexion progresser dans ma petite tête pour arriver à ma bonne résolution en septembre dernier.

C’est pourquoi, les premiers mois n’ont pas été difficiles. Il ne restait que le « poisson » à retirer de mon alimentation mais à apprendre aussi à bien équilibrer mon alimentation. J’ai adoré cela, d’autant plus que j’ai eu la chance à l’époque d’écrire un nouveau livre spécial Nutrition et running (je vous le présente ici). C’était l’occasion de relever un défi dans ma vie quotidienne ET de le partager sur ces pages.

En fait, le plus délicat a été de le faire doucement accepter à ma famille, à mon entourage et parfois de répondre à quelques interrogations ou inquiétudes. Notamment sur les protéines. Je ne vais pas y revenir dessus aujourd’hui, car j’ai écrit CET ARTICLE afin de casser les préjugés et vous expliquer comment subvenir à vos besoins en protéine même en étant végétarienne.

Il faut savoir qu’en tous les cas, tout a été plutôt bien accueilli dans mon entourage. Je n’ai pas eu de réactions… ridicules, agressives ni d’humour un peu lourdes. En fait, je n’ai eu que du positifs et j’ai trouvé ça génial contrairement à ce que j’imaginais.

La difficulté des voyages:

À la maison, ça allait (heureusement), au restaurant aussi (forcément je choisissais en m’assurant qu’un plat était proposé, en France, ça reste parfois compliqué), c’est bien en voyage que les choses étaient plus complexes. Dans certains pays, notamment anglosaxons ou nordiques, pas de soucis, au contraire, j’avais souvent des plats bien meilleurs que mes amis m’enviaient lol. Même au fin fond de l’Irlande, j’avais de super menu…

Mais ce n’était pas toujours comme ça, parfois c’était même difficile de se faire comprendre: « ah mais tu peux manger du poisson alors? » « Mais le poulet, ce n’est pas vraiment de la viande non? » Bon bon, végétarien c’est NON.  Au final, je crois, malheureusement, qu’il n’y a qu’en France, dans des restaurants que je ne choisissais pas, que c’était compliqué voire… désagréable: yeux au ciel, air agacé. Bah excusez-moi monsieur lol. Parfois, c’était même désespérant car je ne mangeais pas à ma faim et ne me nourrissais que de pain. Bof. Je trouve cela dommage cette « intolérance » de certains restaurateurs français. Certains étaient hyper enthousiaste et se creusaient la tête pour proposer une réelle alternative et pas juste « une assiette de légumes ? » (bon ça c’était déjà pas mal !).

Si j’en parle c’est bien parce que ça m’est arrivée assez de fois pour en venir au point que vraiment, il y a des efforts à faire là-dessus. Comme toujours, je ne généralise pas à tous les restaurateurs, mais je sais que c’est un sujet sensible éhé 😉

Le regard et les interrogations des autres:

En fait, je n’ai pas eu temps de regard ou de critiques négatives. Je n’ai pas eu la phrase « mais elle souffre aussi la salade ». Le peu d’interrogations que j’ai rencontrées étaient plus fondées sur de la curiosité pour savoir comment je faisais, qu’est-ce que je me préparais. C’est là où j’ai réalisé qu’en France (pareil je ne généraliste pas à toutes les familles), le plat tournait beaucoup autour de la viande. On me disait souvent ‘mais je ne saurais pas quoi manger sans mon bout de viande ? » juste des pâtes, des haricots verts ?

Et il est vrai qu’au départ ça peut paraitre compliqué, d’où les questions. En terme de regard, pareil, que du positif (sauf les restaurateurs forcément éhé). Il m’arrivait de « m’excuser » car « j’étais compliquée », mais au final, on trouvait toujours une solution. Alors pas de stress si jamais vous imaginez que votre vie sociale en sera « amputée », ce ne sera vraiment pas le cas !

Végétarienne et le sport:

N’hésitez pas à relire et voir mon article justement sur les besoins en protéines ET où les trouver quand on est végétarien ;) >> 

Donc oui, on peut tout à fait conjuguer sport ET végétarisme. Lorsque je me suis blessée en mars, beaucoup de medecins ont mis en cause ce régime (fracture). Au final, après plusieurs analyses, j’étais en pleine forme (pas de carence et os solides). Il y a de fait encore de nombreux stéréotypes sur ce régime et la pratique d’un sport. Pourtant, en adoptant quelques bonnes astuces, il n’y a vraiment aucun problème. PROMIS 🙂

Politiser son végétarisme ? Quid de la défense des animaux? 

Je l’avoue sans honte, au début de mon végétarisme, il n’y avait pas un véritable « engagement ». J’avais juste totalement conscience de l’importance de diminuer ma consommation viande/poisson etc. La suppression totale était tombée sous le sens car « c’était juste un petit effort supplémentaire » que je pouvais faire pour la planète et pour moi. Donc je dirais qu’il y avait un petit engagement « environnemental » et de protection, mais rien en lien finalement avec la défense des animaux.

J’avais aussi conscience des méfaits de cette industrie (ET ENCORE, je ne généralise pas bien sûr, je ne porte aucune accusation sur les élèveurs ou quoique ce soit). Pour moi, ne plus acheter ces produits, c’était voté contre eux, montrer que je m’opposais à leur politique, à leur lobbying. Puis, petit à petit, j’ai réalisé, via des lectures, des reportages, à quel point aussi il était important de me positionner et de mieux appréhender la défense animale. Auparavant, je trouvais parfois certains arguments de végétarien ridicules, puis je les ai fait miens.

Et le veganisme?
Je me répète, je ne suis pas VEGAN et je crois qu’après cette première année, je ne le serai JAMAIS. J’ai même été lourdement écoeuré par de nombreuses personnes « Vegan » face à leur « extrémisme » et leur irrespect. Attention, je ne généralise pas. D’ailleurs je suis beaucoup de Youtubeuses americaines Vegan que j’adore. J’aime leur bienveillance et leur pédagogie. Elles ne sont pas là pour te faire culpabiliser, elles ont juste leur mode de vie, tu peux l’adopter OU l’adapter mais il n’y a pas de jugement ni d’accusation de meurtre. Mais, je tenais à le préciser, je ne le suis pas et ce n’est pas un chemin vers lequel je m’oriente. Cela dit, j’ai fait évoluer mon mode de consommation, notamment les produits cosmétiques en privilégiant autant que possibles des produits « Cruelty free » (non testés sur les animaux) et vegan (sans trace de produits d’origine animal). Je ne peux pas tout faire, mais il est clair que j’y fais plus attention 😉

Je porte dans la video T-shirt Stradivarius (Similaire ici ou là) et short en jeans Levis

Le bilan:

Je ne regrette pas du tout. Il m’arrive parfois de commenter le plat d’un ami en disant « oh la saucisse a l’air délicieuse » (Non voir de la viande de m’écoeure pas encore looool, je suis restée bien ouverte). Ma famille et mes amis lorsque j’émets un commentaire positif sur du poisson, sur un plat « carné » m’invitent parfois à en manger en précisant que « personne ne saura ». Là n’est pas la question en fait, je n’ai pas l’envie, je ne salive pas. Les peu de fois, et je souhaite être honnête, à l’occasion desquelles j’ai eu « envie », je me suis vite souvenue de ce qui cache parfois derrière un morceau de viande ou de poissons. Attention, je prends encore des pincettes là-dessus, je ne dis pas que TOUTE l’industrie viande/poisson est « pourrie », on peut tout à fait trouver et manger de la viande « locale » qui aurait suivi un parcours respectueux. J’étais « flexitarienne » avant, c’est-à-dire que je choisissais avec précaution ma consommation viande/poisson. Je trouve à ce titre que c’est déjà un très bel effort et qu’il vaut mieux faire cela, que rien du tout 😉

Rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir. Je suis heureuse et épanouie en tant que végétarienne. Contrairement à ce que je pensais, c’est plutôt du côté « extrême », donc vegan, que j’ai trouvé le plus d’intolérance et d’irrespect. Comme si ce n’était pas assez ce que je faisais ou ce que pourrait faire un « flexitarien ». Beaucoup de reproches fondés parfois sur des théories alambiquées.. C’est tellement DOMMAGE car avec un peu de gentillesse, de patience et d’explications, on peut tout à fait se faire comprendre et respecter nos choix. C’est juste un peu de pédagogie. À aucun moment, je me suis lancée dans des tirades culpabilisantes auprès de mes proches car devenir végétarien ne signifie pas que je sois devenue une apôtre prête à convertir la terre entière. Nous faisons chacun nos choix, si jamais mes amis, ma famille a envie d’en apprendre plus sur mon mode d’alimentation, je suis là pour assouvir leur curiosité, répondre à leurs questions ou inquiétudes, les aider s’ils veulent se lancer, sinon, je n’ai pas à les juger ou à les faire culpabiliser. Voilà tout 🙂 !

Avez-vous tenté le #DefiVeggie de votre côté ? Que pensez-vous du végétarisme?

À très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires

  • Repondre Dubroca 13 septembre 2017 à 21 h 52 min

    Bravo à toi! Défi gagné!De mon côté j’en suis loin car je suis d’une famille de grands consommateurs de viande mais depuis un an environ j’ai beaucoup réduit ma consommation sur la semaine et depuis plus récemment j’arrive même à ne pas en manger durant plusieurs jours; je mange maintenant beaucoup plus de légumes!!!

  • Repondre Charlotte 14 septembre 2017 à 10 h 39 min

    Je partage totalement ton avis sur le retard de la France vis à vis des régimes alimentaires qui sortent « de la norme » ! Impossible de toucher à la sacrosainte idée de la gastronomie française, je suis pour ma part intolérante au gluten, je ne compte pas le nombre de fois où l’on ma regardé avec dédain en pensant très fort que ce n’était qu’une question de mode.
    Félicitation pour ton engagement et ta détermination.

  • Repondre Marine 14 septembre 2017 à 11 h 18 min

    Bonjour Anne,

    Quel BONHEUR de lire ton article, tout ce que tu écris je le pense également.

    J’ai commencé le végétarisme en même temps que toi, et oui ! Je te suis depuis un bout de temps maintenant, et je me suis dit, allez, je me lance en même temps qu’Anne 😀
    Pour moi, la voie du végétarisme m’est aussi apparue comme presque « naturelle ». Je m’explique, je n’ai jamais été une grande consommatrice de viande. Je n’ai jamais aimé la viande rouge, c’était toujours une corvée pour moi étant petite. Pareil pour le porc (jambon, charcuteries et autres Erkk je n’en ai jamais raffolé). Je mangeais principalement de la viande blanche. Et surtout, j’adore le bon poisson et les crustacées.
    Cela fait des années que je ne mangeais plus de viande quotidiennement, juste tous les deux ou trois jours. Donc, après avoir beaucoup lu, m’être beaucoup renseignée, je me suis dit, pourquoi pas ? C’est un mode de vie qui me conviendrait je pense, alors j’essaie. Et je me suis lancée. La seule inquiétude que j’avais (et que j’ai encore parfois car oui, on apprend continuellement), c’est « est ce que je vais savoir compenser ? Associer les bons aliments pour ne manquer de rien? » Surtout quand on pratique beaucoup de sport (pour ma part course à pied, boxe thaïlandaise, yoga/pilates).
    J’ai eu quelques périodes un peu plus dures (manque de fer et fatigue intense). J’ai couru voir mon médecin et une nutritionniste, qui m’ont vite rassuré et m’ont apporté les éléments nécessaires 😀 Donc super !

    J’avoue manger encore de temps en temps du poisson ou des crustacés. Cet été je suis allée un peu en Bretagne ainsi que dans le Sud de la France (Agde, près de chez toi je crois ;D) et voir les pêcheurs à 6h du matin ramener le fruit de leur travail m’a impressionné et donné envie. Mais j’ai acheté local, et de si bonne qualité ! mais cela reste très occasionnel. Vraiment car j’adore ça, mais je le fais en toute conscience.
    Comme toi, au niveau de ma famille/amis/entourage, je n’ai pas été ennuyée plus que ça. Certains n’ont pas compris (ou plutôt, s’acharnent à ne pas vouloir comprendre ;)), j’ai eu quelques « blagues » (pas drôles, du genre  » ah cool, j’ai plus besoin de tondre ma pelouse alors maintenant, tu vas t’en charger? » ….bref !). Mais à part ça, ça va, et puis je part du principe, que je n’ai pas à me justifier. C’est MA vie, MES choix. Et ils respectent ça autant que je respecte les leurs 🙂 A partir de là, tout va bien.

    Je ne suis également pas à l’aise quand des personnes « VEGAN » me font des reproches.. j’ai eu affaire également à quelques spécimens assez extrémistes, et je n’aime pas ça. Je trouve ces personnes tout autant intolérantes que certains omnivores en fait… Je ne compte pas suivre la voie du Véganisme non plus. même si quotidiennement je fais tout comme toi tout mon possible pour respecter l’environnement, notre planète et biensure tous les êtres vivants. Je fais attention à ce que j’achète (cosmétique cruelty free etc), je m’informe beaucoup, et je suis une grande protectrice des animaux. Je suis engagée, en tous cas, je me sens engagée dans ce que je fais, à mon échelle, avec mes moyens. ET je trouve que c’est déjà pas mal, de prendre conscience, de s’informer, et d’agir comme on le peut. C’est déjà un grand pas 🙂

    Je vais peut être arrêter mon roman lol !

    J’ai hâte de te lire 🙂 En tous cas bravo pour ton engagement, ton défi réussi ! Et merci pour tes conseils quotidiens, tes articles passionnants et tes photos qui font rêver chaque jour.. 🙂

    Marine

    • Repondre Anne 15 septembre 2017 à 15 h 52 min

      Oh merci beaucoup Marine ET merci aussi pour ton partage d’expérience <3
      je te fais plein de bisous

  • Repondre Cécile 14 septembre 2017 à 12 h 59 min

    Merci Anne pour ton bilan (et la retranscription, quand on est au boulot, c’est plus facile 🙂 )
    Depuis que j’ai mon appartement, j’ai réduit ma consommation de viande et de poisson. C’est un budget conséquent.
    Depuis peu, je me sens plus concernée aussi par la cause animale. Plusieurs reportages ont été fait sur des abattoirs belge et français. Et j’ai des connaissances ex-étudiantes en vétérinaires qui m’ont raconté des choses atroces. Il est difficile de lâcher certain plat traditionnel que j’affectionne. Mon père n’image pas un Noël sans homard, foie-gras, etc. Mais il faut prendre du recul et comme tu le dis se souvenir de  » ce qui cache parfois derrière un morceau de viande ou de poissons ».
    Je fais mon petit bout de chemin vers le végétarisme et tes articles m’aident beaucoup!
    A mon tour je te félicite pour ton engagement et ta détermination !

  • Repondre Lizzieg 14 septembre 2017 à 13 h 22 min

    Super article comme toujours. Tu partage ton expérience tout en demeurant très objective. Tu ne t’ériges pas en donneuse de leçons, tu ne critiques pas les habitudes alimentaires des autres, non, tu es végétarienne et c’est tout. J’ai suivi un peu le même parcours, je n’ai jamais été emballé par la viande et ai toujours été flexitarienne. Manger comme ça me convenait. Et puis il y a quelques temps des vidéos sur internet m’ont donné envie de passer à l’étape supérieure.
    Je suis végétarienne depuis 2 mois. Mon mari ne l’a même pas remarqué! J’ai encore des difficultés pour équilibrer correctement mes repas mais ça vient petit à petit. Dans mon entourage, il y a quelques regards en coin pour le reste je pense que les mentalités changent progressivement. Je vis dans une région rurale ou l’élevage est omniprésent et pour certains ne pas manger de viande est une anomalie. Mais beaucoup sont plus larges d’esprit du moment qu’on ne leur impose rien. Travaillant dans un supermarché, un éleveur que je connais est venu me trouver car il recevait une personne végétarienne à déjeuner et il voulait lui préparer un plat qui lui convienne. J’ai trouvé ça touchant de la part de ce monsieur d’un certain âge.
    Je pense qu’il faut juste laisser les choses se faire. Et surtout faire ce qu’on a envie, ce qui nous convient, que ce soit manger de la viande ou pas.

  • Repondre Laura 14 septembre 2017 à 15 h 30 min

    Merci Anne pour ton article et tes updates sur ce défi, j’ai moi aussi tenté de réduire ma consommation de viande et poisson (1 à 2 fois par semaine max), mais faisant beaucoup de sport, je n’ai pas réussi à tenir ce rythme plus de quelques mois. Je me demande également comment font les végétariens/vegans pour ne pas être trop carencés en fer. En effet, on sait que certains légumes et légumineuses contiennent du fer mais celui-ci est beaucoup moins bien absorbé par le corps que le fer que l’on trouve dans la viande rouge.

  • Repondre Maxallileo 14 septembre 2017 à 20 h 59 min

    Bravo Anne!!! Je suis moi même végétarienne depuis avril 2016 et je ne retournerais pas en arrière! C’était avant tout la cause animale qui m’a motivée mais depuis je me rends compte à quel point je mange mieux et plus sain depuis!

  • Repondre Audrey 15 septembre 2017 à 12 h 26 min

    Coucou,
    Bon anniversaire à ton défi Veggie!

    Personnellement, si je réduis ma consommation de viande c’est uniquement dans un souci de santé. Je ne suis pas fan de viande au point d’en manger tous les jours et j’aime aussi les aliments végétariens.
    Je suis plus sensible au problème écologique de la consommation de viande qu’au problème de souffrance animale, je m’explique : pour moi, il est normal de consommer de la viande car on le fait depuis bien longtemps et ça fait partie de la chaine alimentaire (le chat qui tue et joue avec une souris avant de la manger ne se pose pas de question). Toutefois, on sait que nous n’avons pas besoin de manger de la viande/poisson tous les jours et qu’une trop grosse quantité de viande rouge est mauvaise pour la santé par exemple. On sait aussi que la production de viande est mauvaise pour l’environnement.
    Du coup, je réduis l’impact que ma consommation peut avoir en la réduisant tout simplement. Mais attention, quand je dis que je ne suis pas sensible à la souffrance, je veux dire par là que je trouve normal de tuer une bête pour qu’on puisse la manger, mais pas que ses conditions de vie pré-mortem soient difficiles! Donc quand c’est possible, j’essaie de privilégier une provenance de qualité.

  • Repondre Lucie 15 septembre 2017 à 13 h 52 min

    Bonjour Anne,
    J’étais curieuse de lire ton article, c’est un sujet que je trouve « sensible » souvent car chacun reste campé sur ses positions sans vouloir écouter l’autre. Mais je suis ravie de voir qu’au contraire tu es ouverte & que tu ne fais pas partie des donneurs de leçons qui essayent de nous culpabiliser. Pour ma part, je ne partage pas du tout tes aspirations végétariennes mais je peux les comprendre. Je suis fille d’agriculteur/éleveur, mes parents ont une petite exploitation en bio dans la Drôme, je suis née dans ce milieu, j’ai connu cela de l’intérieur, j’adore les animaux. Pour autant je ne mange pas beaucoup de viande, quelques fois (2/3) par semaine mais je ne pourrais m’en passer (idem pour le poisson d’ailleurs). Je pense qu’il faut manger un peu de tout, sans abus. Après je suis plutôt dans une démarche de consommation locale et bio, qui me semble plus importante, en faisant confiance aux petits agriculteurs près de chez moi. J’achète mes produits (fruits, légumes, viande) dans un magasin de producteurs locaux et j’essaye de « fuir » de plus en plus les grandes surfaces mais surtout les industriels & tout ce qui va avec !!!
    Voilà en tout cas je respecte tes choix à ce niveau là & ton parcours, même si les miens sont différents.
    Effectivement je pense qu’en France culturellement on mange de la viande alors ça doit pas être évident, mais je trouve que de plus en plus les restaurants font des efforts en proposant des plats végétariens … ma foi il en faut pour tous les goûts ! 😉
    Bonne continuation à toi.

  • Repondre Caro Duhduh 15 septembre 2017 à 18 h 57 min

    Evidemment, je me réjouis de cet article… que je t’avais réclamé il y a peu sur ton compte Instagram. Hi, hi, hi !

    Je partage complètement ton point de vue sur la « secte » végane et sur le mélange d’ignorance et de condescendance qui caractérise les restaurateurs français à l’égard des végétariens.

    Seul petit reproche, mais ce pourrait faire l’objet d’un prochain post, tu ne t’étends pas beaucoup sur les bienfaits personnellement ressentis de cette alimentation. Et c’est là que je voudrais apporter mon témoignage de néo-végétarienne (depuis 5 ans), principalement pour une raison égocentrique… de bien-être (et de bien-paraître). Je me suis mise au végétarisme en interrogeant une autre abonnée de ma piscine, Sophie, dont j’admirais l’énergie inépuisable et la ligne parfaite. A l’époque, j’entrais dans la quarantaine et malgré une pratique sportive toujours très régulière, je commençais à perdre de l’énergie et à prendre du bas-ventre (ce qui ne m’était jamais arrivé). Je pensais que c’était dans l’ordre des choses, que c’était le début de la fin et que ça n’allait qu’empirer avec la ménopause. Pfff… Et c’est là qu’intervient ma copine Sophie, qui malgré une bonne dizaine d’années de plus que moi (donc ménopausée), continuait à enchaîner les longueurs avec une énergie peu commune et surtout à afficher tout au long de l’année un splendide « six-pack » (le une-pièce, même en hiver, très peu pour elle !). Lorsque je l’interrogeai sur son secret (j’étais loin d’être la seule !), elle me répondit qu’elle n’en avait pas vraiment, à part peut-être son alimentation sans viande ni laitages depuis plus de trente ans. Je me suis donc mise à faire de même et les résultats ne se sont pas faits attendre : j’ai rapidement retrouvé mon plein d’énergie et mon ventre bien plat… Ce à quoi le végétarisme contribue effectivement parfaitement : une alimentation plus énergisante sans éléments difficilement assimilables (les protéines animales), qui élimine la graisse et facilite le transit intestinal, d’où un double effet sur le ventre, plus galbé (perte de graisse superficielle) et plus rentré (finis les ballonnements). Et te concernant, je pense aussi que ton ventre qui suscite tant d’admiration (et de jalousie, hi, hi, hi !) est en grande partie le résultat de ce choix alimentaire. Alors, pour cela et pour tout le reste (les questions éthiques), ne change(ons) rien ma belle !

    • Repondre Anne 16 septembre 2017 à 8 h 54 min

      Oh merci beaucoup et merci pour ton retour aussi
      C’est vrai que je n’ai pas approfondi ce point, peut-être l’objet d’un autre article ;)!!
      des bises et bon weekend

  • Repondre Delphine 17 septembre 2017 à 17 h 42 min

    Bonjour Anne, depuis juin je suis carencée en fer (anémiée serait le bon mot…). Je ne suis pas végétarienne mais je mangeais peu de viande rouge… Depuis juin, j’ai dû augmenter ma ration de viande rouge (1 à 2 fois par semaine) pour faire augmenter mon taux de fer!!! Bien sûr, je mange aussi des lentilles, des haricots rouges, du persil… riches en fer! Mais ce fer « végétal » est moins bien assimilé par l’organisme. Boire un thé pendant un repas est exclu; il faut respecter un délai de 2 heures.
    Comment faites-vous pour ne pas être carencée en fer en étant végétarienne? Voici ma question!
    Merci!

  • Repondre sonia 20 septembre 2017 à 13 h 04 min

    Hello : ) Merci beaucoup pour ta vidéo !

    J’ai fait une formation de coach en nutrition (en Suisse) et il est vrai que je me pose beaucoup de question sur le calcium. Comment fais-tu vu que tu ne consommes pas de produits laitiers pour t’apporter tes besoins nécessaires ?

    Bravo pour tout ce que tu apportes comme conseils. Je pense effectivement que la viande et le poisson ne sont pas une source de protéines nécessaire mais pour moi ça reste un plaisir mais bravo.