Faire du Sport durant ses Règles

6 novembre 2016 - Sports - 45 commentaires

Hi,

img_1814

Bon le titre est assez explicite, on va parler sport ET règles dans l’article du jour. Je n’ai jamais abordé ce sujet pourtant, j’y fais face, comme vous (désolé à mes lecteurs masculins aujourd’hui), chaque mois pendant quelques jours. Je réalise que c’est ridicule de n’en avoir jamais parlé. Pourtant on doit toutes se questionner : « aller au sport ou pas quand elles sont là ?  J’y vais ou j’y vais pas ? Je vais peut-être avoir encore plus mal après ? J’ai trop mal pour faire du sport ? ça va me fatiguer davantage ! »

Il m’est arrivée d’en parler avec d’autres amies, mais c’était vraiment un hasard. Du genre « c’est drôle j’ai battu mon record alors que j’avais mes règles« . Comme si : avoir ses règles = être en incapacité. En 2015, j’ai battu mon record en 10km alors que j’avais mes règles, en 2016, j’ai couru un marathon avec mes règles, j’ai battu mon record en semi-marathon… avec mes règles. Bien sûr que j’espère sincèrement ne pas les avoir un dimanche de course officielle MAIS, je ne choisis pas et je fais avec, et parfois, je suis surprise à quel point mon corps est tout à fait capable de fonctionner malgré ce détail…

Ce n’est pourtant pas un détail, et soyons réalistes, nous sommes chacune unique et nous vivons chacune différemment cette période de notre cycle. Néanmoins, il est essentiel de le dire haut et fort:

Avoir ses règles est NATUREL !

Out les stéréotypes ou « l’excuse » des règles pour ranger ses baskets au placard. Faire du sport est possible et peut même vous aider à mieux gérer cette période. ATTENTION, tout dépend aussi de l’intensité des symptômes pré ET menstruels que vous subissez (nous sommes malheureusement inégales face à eux), mais j’espère que ce post vous fera re considérer la question pour cette période, si c’est bien sûr possible 🙂

img_1871Je porte: Brassière et leggings Roxy, Baskets Nike

Pas besoin de se cacher, vous n’êtes pas la seule dans cette situation et vous savez quoi, même des athlètes qui gagnent des médailles d’Or aux JO, ont peut-être eu leur règle pendant l’épreuve. Ont-elles raccroché les baskets non ? Faire du sport pendant cette période est possible, c’est une question d’habitude mais surtout d’écoute de son corps….

Alors, faire un choix; Sport ou pas sport ?

Depuis que je suis devenue sportive, mes règles ne m’ont jamais retenue de faire du sport. Je ne dis pas que c’est facile, agréable mais, je n’ai jamais cédé malgré les douleurs ou les symptômes. J’apprenais à m’écouter ou à adapter. Ainsi la question n’est pas « oui ou non j’y vais.. ou j’y vais pas » mais plutôt « comment continuer à pratiquer ? » Je crois que l’essentiel est de s’écouter et d’adapter sa pratique sans forcément supprimer vos séances de sport.

Il faut parfois accepter de réduire l’intensité d’une séance, ou de la décaler. Personnellement, je ne vais jamais à la piscine durant le début de mon cycle. Même si je fais confiance à ma protection, je ne me sens juste pas à l’aise. J’évite également de faire des abdos ou des workouts qui tirent trop sur le haut de mes jambes. Mais je tente de conserver au maximum ma routine même si j’accepte totalement le fait de me sentir moins performante, plus « lourde » que d’habitude. Je suis contente avant tout de pratiquer, de me vider la tête…. de me faire du bien malgré cette période peu agréable.
img_1836

3 bonnes raisons de faire du sport malgré ses règles (tout en levant quelques préjugés) :

  1. Contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, l’activité physique, d’intensité douce à modérée permet au contraire de soulager les symptômes liés aux règles (pré et pendant) : crampes, ballonnements,  tensions. On évitera par contre les activités intenses et/ou aux impacts forts. Alors, n’hésitez pas à tout de même continuer la pratique de votre sport, en y allant avec plus de douceurs. Le sport n’est pas contre-indiqué lors des règles, c’est tout le contraire.
  2. Lors de vos règles, votre résistance à la douleur est bien plus élevée que d’ordinaire grâce à l’augmentation de vos hormones. Ainsi, vous pourrez vous sentir plus forte dans l’exécution de certains exercices, notamment en musculation. Alors n’hésitez pas à tenter d’aller un peu plus loin que d’habitude à la salle de sport (un peu plus de poids par exemple si vous faites de la musculation…). Les règles n’affectent pas votre performance.
  3. Le sport rebooste votre énergie et votre humeur. C’est vrai que durant notre cycle on se sent souvent fatiguée, étourdie, irritable. Mais, vous le savez, pratiquer une activité physique libère des endorphines, l’hormone du bonheurs… raison de plus pour aller transpirer un peu et se remonter le moral 😉

Bon à savoir : Oui, le flux sanguin de vos règles peut augmenter durant votre activité physique MAIS il n’augmentera pas de manière globale durant votre cycle. Vous perdrez toujours autant au final, il faut juste adapter votre protection comme je vous l’explique précédemment.

Mon expérience:

J’ai des règles plutôt douloureuses, j’ai même longtemps été sous « Antadys » (fort anti-douleurs) pour soulager mes douleurs qui pouvaient vraiment m’immobiliser pendant une journée entière au début du cycle. Puis, mes règles sont devenues de moins en moins douloureuses. Je ne sais pas si c’est une pilule que j’ai pris ou ma pratique du sport qui m’ont permis de soulager durablement mes douleurs, mais clairement, je ne suis plus immobilisée, au bord des larmes. Aujourd’hui, j’ai souvent mal au dos et dans le haut des cuisses. Elles ne me gênent pas vraiment dans ma pratique. Néanmoins, si  je m’écoutais, je ne ferai pas de sport, surtout les 2 premiers jours de mon cycle. Mais je me force gentiment à y aller car JE SAIS que je me sentirai mieux après. C’est le cas.

Je crois vraiment que la pratique du sport, même si je me sens plus faible et moins énergique à ce moment-là du mois, a un effet positif sur ces symptômes, sur moi et sur mon flux. Il y a même des cycles durant lesquelles je me sens bien plus performante que d’ordinaire… Ok il y en a d’autres c’est tout le contraire, mais je ne me décourage pas 😉

img_1809

Se « protéger » pendant ses règles 

Vous avez dû le voir passer, certaines marques de protection hygiéniques ont lancé des produits « spécialement » pour la pratique sportive. Honnêtement, ne vous laissez pas berner. Oui le sport peut peut-être provoqué des petite fuites malgré vos protections. C’est pourquoi je vous conseille d’en porter des nouvelles juste avant le début de votre séance afin de prévenir cet incident ET de porter un bas dans lequel vous êtes à l’aise… Porter des bas de couleurs foncés ou noir par exemple, c’est exactement ce que je fais. Au moins, s’il y a un soucis, ça sera ni vu ni connu.

Pour des raisons d’hygiène, veuillez à changer votre protection également après (on transpire aussi à cet endroit…).

Personnellement, j’ai rapidement adopté la coupe mensuelle et je la trouve d’autant plus pratique depuis que je fais du sport. Elle ne fuit pas durant ma pratique sportive. N’hésitez pas à relire mon article à ce sujet si vous souhaitez l’adopter >>

img_1842

Quel sport durant les règles ?

Les sports d’haute intensité et à fort impact ne sont pas vraiment recommandés durant cette période surtout en tout début de cycle… le running en fait partie. Personnellement, j’essaie d’éviter le running le premier jour (mon jour le plus douloureux) et privilégie d’autres activités (fitness, yoga, RPM etc.) à moindre impact.

Certains sports comme le yoga, le stretching, le Pilates et la natation (malgré l’inconfort que l’on pourrait ressentir) sont particulièrement adaptés car ils permettent de vous détendre  (muscle, articulation… esprit hihi) tout en vous renforçant. Personnellement, je ne modifie pas mon programme ni le contenu de mes séances mais  j’adapte le jour des séances pour être la moins gênée possible par mes règles. Donc non pas de fractionnés ni de natation mais, je peux tout à fait réaliser ma séance de fitness ou de HIIT à la salle de sport 🙂 Je ne renonce pas, je prévois en fin de compte.

img_1805

Du côté de la naturopathie avec Camille – Mange Tes Légumes :

Pour compléter cet article, je laisse la parole à Camille pour vous partager quelques conseils :

  • Sur le plan nutritionnel : Il faut boire beaucoup afin de soutenir l’organisme dans son effort d’évacuation. À savoir : les règles sont un excellent un moyen de libérer son corps de toxines.
    On évitera : les graisses saturées, les laitages, les aliments à IG élevé, laitages, les alcaloïdes (thé, café), la viande rouge… D’une manière générale, on essaie de manger un régime vert, léger et riche en oméga 3 (huiles végétales de bonne qualité et/ou poisson) pour que ce soit une alimentation anti-inflammatoire.
  • au sujet des compléments, quelques pistes :
    • En phytothérapie : Essayez en complément alimentaire l’alchemille>>>, celui-ci participe à l’équilibre hormonal, favorise la circulation et la détente, aide à éliminer toxines et rétention d’eau.
    • En huiles essentielles : Camille recommande en particulier l’estragon (Artemisia Dracunculus) car il a une action anti-inflammatoire, antispasmodique et antalgique. Et si vous souhaitez, réalisez un petit auto-massage en mélangeant 2 à 3 gouttes dans de l’huile d’Argan ou du gel d’aloé vera et masser le ventre au niveau des ovaires.
      En prise orale : Prendre 4 gouttes dans une cuillère à café d’huile d’olive, 3 à 4 fois par jour.
      En huile : faire un massage à l’huile d’onagre, très riche en acides gras polyinsaturés.- En gemmothérapie (bourgeons des fleurs), les jeunes pousses de framboisier (Rubus Idaeus) sont super efficaces. Elles ont des propriétés antispasmodiques, décontracturantes, et régule les sécrétions. À retrouver par-ici >>

Je remercie encore Camille pour son coup de main ! J’espère que ce post vous aura plu. J’ai totalement conscience que nous sommes inégales face à la douleur et  à notre ressenti durant les règles MAIS, j’espère que ce post vous mettre plus à l’aise avec celles-ci ET vous donnera envie d’enfiler vos baskets à cette période bien délicate 😉 Le sport vous donnera certainement un coup de main.

Si vous avez des astuces pour la pratique du sport durant cette période, ou même des questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire 🙂

à très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

45 commentaires

  • Repondre Lili 6 novembre 2016 à 11 h 11 min

    Je me suis souvent interrogée sur les sportives de haut niveau. Comment faire un jour de finale de Roland Garros si l’on souffre vraiment par exemple ?
    Au moment des fortes douleurs (quand Antadys n’a aucun effet par exemple) et du gros pic de fatigue, je ne vais pas faire de sport « violent » avec des impacts comme la zumba. Ado, j’étais terrassée par les douleurs et avais stricte interdiction de manquer la danse. J’ai des souvenirs assez difficiles (pliée en quatre dans les coulisses d’un théâtre…). Certaines fois, je sens que le sport augmente les douleurs, quelques jours avant les règles, mais, tant que c’est tenable, il faut y aller !
    En tout cas, tu soulèves un vrai point 😉

  • Repondre Sarah EtCetera 6 novembre 2016 à 12 h 17 min

    Je trouve ça super que tu fasses ce genre d’article sur un sujet qui peut être tabou pour certains. C’est vrai qu’on en entend rarement parler alors que ça nous touche toutes (ou presque ; l’aménorrhée est plus fréquente chez les athlètes de haut niveau il me semble) Personnellement, je ne me suis jamais trop posé de questions à ce sujet car ma maman (prof d’EPS et nageuse) nous a toujours dit que les règles n’étaient pas une contre-indication à la pratique sportive. Mais comme tu le dis, l’important est d’adapter sa pratique à ses propres sensations, pour en ressortir le plus de positif possible 🙂

  • Repondre Galie 6 novembre 2016 à 13 h 59 min

    Merci à Camille et toi pour cet article original et fort utile! Pour ma part, j’ai du faire le tour de l’arsenal de médicaments préconisés dans les douleurs, mais aucun n’avait vraiment fait preuve d’efficacité, les douleurs étaient très tenaces les 2 premiers jours et j’ai épuisé la panoplie (et la patience!) de ma gynéco… Le pire c’était les abdos pour moi. La seule chose qui a (un peu) fonctionné, bizarrement c’est la bouillotte bien chaude mais ce n’est pas le plus pratique pour le sport! Depuis que je prends la pilule, changement radical, plus de douleurs (ET plus d’acné, enfin, moins….). Maintenant, le seul frein que j’ai à faire du sport pendant les règles, est psychologique, à cause de ce petit état de déprime du 1° jour, où le chocolat a plus d’attrait que les baskets mais comme tu le dis si bien, après s’être un peu forcée, on se sent nettement mieux! Par contre, je souhaiterais, pour diverses raisons, stopper la prise de pilule, et là c’est la MEGA grosse angoisse! Retour à la case départ 🙁 Heureusement cet article tombe à pic! Je mettrai en pratique vos conseils! Merci!

  • Repondre Watsonaire 6 novembre 2016 à 14 h 13 min

    Plus jeune, j’ai découvert la pilule progestative et actuellement j’ai un DIU avec de la progestérone, ce qui fait que je n’ai quasiment plus de règles. Pour moi, c’est le bonheur!
    Avant cela, je n’avais pas de douleurs mais des règles hémorragiques qui empêchaient toute activité sportive, entraînaient une anémie chronique et compliquaient clairement mon quotidien.
    Certes, ce sont des hormones mais dans mon cas, aucun regret!

  • Repondre Kat 6 novembre 2016 à 15 h 51 min

    Merci pour cet article qui fait efficacement le tour de la question.
    Je valide tes remarques : pendant mes règles, l’activité améliore effectivement le ressenti physique et psychologique. J’ai comme toi adopté la cup depuis plusieurs années et je fais seulement attention à ne pas faire de postures inversées en yoga.
    Au passage, j’ignore si tu as des enfants, mais pour ma part, les douleurs que tu décris, et que j’ai bien connues, ont disparu sans retour à mon premier accouchement. Depuis, je suis tout de même beaucoup plus zen sur la question…
    Bon dimanche !

  • Repondre Audrey 6 novembre 2016 à 19 h 14 min

    J’aime ce blog car il n’y a aucun tabou!
    Personnellement j’ai un souci car j’ai changé de contraception et j’ai régulièrement des fuites plus ou moins abondantes. Difficile de trouver la protection adaptée (toute petite c’est confortable, mais parfois ça fuit et trop grande je transpire et ce n’est pas du tout confortable… Pour ce qui est des tampons, ils sont trop absorbants pour ces quantités. Bref…)

    Quand tu as fait le marathon, ça ne t’a pas angoissée? La cup résout vraiment tous les problèmes de « peur d’une fuite »? ou est-ce que ça te trotte toujours en tête?

  • Repondre Nao 6 novembre 2016 à 19 h 17 min

    Hello,
    Merci pour cet article grandement utile et génial! Je me reconnais beaucoup dans tes dires (notamment les douleurs handicapantes et la cup ;).
    Paradoxalement, cette semaine rouge j’ai réalisé de très bonnes performances sportives. Malgré l’indisposition j’étais bien plus motivée que d’habitude et ça m’a réellement aidée pour gérer la douleur.
    A ce propos, je conseille la sauge officinale en tisane, qui permet de réduire considérablement les douleurs, mais qui régule aussi l’afflux de sang (donc ça évite aussi de prendre de l’Antadys). Deux tasses dans la journée et c’est plié !

  • Repondre Sophmrtl 6 novembre 2016 à 19 h 28 min

    C’est important que tu en parles car au final on se pose toute la question !!!

  • Repondre Pascaline 6 novembre 2016 à 20 h 11 min

    Personnellement je n’ai pas de règles douloureuses donc cela ne m’empêche pas de faire du sport durant cette période, sauf quand j’ai de grosses migraines, qui m’handicapent complètement…

  • Repondre Capric0rne 6 novembre 2016 à 21 h 38 min

    Super article !
    Cependant comme tu le dis tout dépends des flux de chaque personnes et me concernant j’en suis à 1 tampon maxi toutes les deux heures. Pas évident durant une course entre le temps d’attente entre le départ, le temps de la course et l’arrivée. Même avec un flux moins important comment se changer, ou déverser sa cup, durant une course notamment un semi ou un marathon ? As tu déjà vu des toilettes tous les X km ?

    • Repondre Kat 6 novembre 2016 à 22 h 17 min

      Hello Capricorn,
      Je me permets de te répondre car je me suis posé la question avant de passer à la cup, puisque j’avais pendant deux jours un flux également très important (1 tampon super plus toutes les 3 heures max, avec fuites parfois). En fait, un tampon absorbe vraiment beaucoup moins que ne contient la cup. Maintenant, je dois vider la cup matin, midi et soir au début de mes règles (elle est donc presque pleine en sept heures environ) et seulement matin et soir les jours suivants…
      Pour tout sport d’endurance -moi, c’est la rando – c’est donc idéal.

    • Repondre Anne 6 novembre 2016 à 22 h 47 min

      Coucou Capricorne
      Je ne peux que confirmer ce que dit Kat 😉
      La cup permet d’ailleurs de s’apercevoir que finalement on perd bien moins que les tampons ne laissent penser 😉

    • Repondre Triton 7 novembre 2016 à 3 h 00 min

      Je me permet aussi de partager mon expérience de la cup.
      Je trouve ça tellement confortable pour courir! J’ai de la chance d’avoir un flux moyen, je la mets le matin, je la vide le soir. Je l’ai d’ailleurs porté pour le grand trail que j’ai fais, 37Km, 1900m D+, pendant 9H40, en passant dans les rivières, aucun souci de fuite! Pareil quand je fais du kite, du surf ou de la plongée. Elle fonctionne très bien! Je ne peux que conseiller cette protection aux sportives!

    • Repondre L'hernault 21 février 2017 à 20 h 55 min

      La cup fonctionne effectivement super bien!! J’avais des règles mega abondantes du même type que toi et je suis maman de deux enfants… la grande question était est-ce que la cup me suffira pour au moins la matinée est-ce que je trouverais ma taille?? Et bien oui alors fonce tu ne seras pas déçue et bien soulagée de cette période il faut le dire un peu pénible!!

  • Repondre Coraline 6 novembre 2016 à 21 h 59 min

    Article intéressant ! C’est un sujet rarement abordé sur les blogs. Personnellement je ne prends aucun moyen de contraception donc mes règles arrivent quand elles arrivent. Mais avec la pilule tu ne peux pas enchaîner les plaquettes pour éviter de les avoir pendant une course sachant que sous pilule se sont des fausses règles ?

    • Repondre Anne 6 novembre 2016 à 22 h 35 min

      Coucou Coraline,
      Je ne prends pas non plus la pilule mais oui tu peux enchainer plusieurs plaquettes pour l’éviter mais:
      ce n’est pas recommandé
      et cela peut entrainer du spotting (perte sanguine durant la plaquette)

      • Repondre Charlotte 7 novembre 2016 à 21 h 42 min

        L’histoire de « ce n’est pas recommandé » c’est un vieux mythe qui traîne ! On peut tout à fait enchaîner plusieurs plaquettes sans danger, ça dépend de la tolérance de chacune …

        Les règles sous pilule sont de « fausses règles », c’est une hémorragie de privation.

        Pour la petite histoire les premières pilules étaient conçues pour se prendre en continu ! Mais c’était perturbant pour les premières utilisatrices donc ils ont formulé des pilules avec une « pause » pour induire des « règles » (qui n’en sont pas)

        • Repondre Anne 7 novembre 2016 à 23 h 43 min

          La pause n’est pas que pour induire des « fausses » règles. Je ne pense pas que ça soit sain en tous les cas d’encourager à enchainer des plaquettes de pilules (un traitement médical) sur un blog grand public. Chacun doit voir cela avec son gyneco.

          • Charlotte 8 novembre 2016 à 19 h 39 min

            La pilule met ton axe hormonal au repos, il n’y a pas d’ovulation.
            Même principe avec un implant ou un DIU hormonal !

            Prendre la pilule en continu n’est pas « déconseillé », il y a plein de femmes à qui on conseille même de la prendre en continu pour diminuer les symptômes prémenstruels et menstruels (migraines invalidantes, endométriose), ou diminuer le risque de se planter à la reprise …

            Il y a plein de sportives qui enchaînent pour éviter les désagréments des règles en compétition (cf. les JO…)

            Bref à chacune de voir ce qui lui convient de le mieux, mais c’est loin d’être « contre indiqué »…

          • Anne 8 novembre 2016 à 19 h 46 min

            Je comprends bien Charlotte.
            mais ça reste un traitement hormonal avec des effets secondaires.
            Chaque femme est différente, enchainer les plaquettes peut aussi avoir d’autres effets qu’on peut ignorer.
            C’est pourquoi, je préfère le déconseiller et rediriger vers son médecin qui sera bien plus apte qu’un blog et des inconnues à conseiller ce genre de pratique.
            C’est bien meilleur pour notre santé il me semble et bien plus sain tout court.

  • Repondre Leabaela 7 novembre 2016 à 9 h 00 min

    Hello Anne,
    Je profite de l’occasion pour te remercier de nous faire rêver avec tes superbes photos de voyage! Merci pour cet article. Une fois de plus, c’est agréable de se sentir moins seule. Je me permets un complément d’info pour les éventuelles intéressées. Je suis atteinte d’endométriose, donc le règle c’est la galère. Souhaitant éviter au max le chimique, je me suis tournée vers les médecines alternatives (un vrai paradoxe pour le médecin que je suis). J’ai trouvé beaucoup d’aide dans la naturopathie et la phytothérapie comme tu le décris dans ton article. J’y ai ajouté de l’homéopathie et de l’acupuncture ce qui a permis une disparition quasi complète des douleurs sans aucune chimie! N’hésitez donc pas à voir un homéopathe qui pourra vous prescrire un traitement plus ciblé suivant le caractère des douleurs et je vous encourage ++++ à tenter l’acupuncture.
    Des bises

    • Repondre Anne 7 novembre 2016 à 12 h 32 min

      Merci beaucoup Delphine pour ton commentaire car on parle de plus en plus d’endométriose et je suis super contente que tu aies pu partager ta propre expérience concernant cette maladie (je ne sais pas si on peut la qualifier ainsi)
      En tout cas courage, c’est top si tu as pu éviter la chirurgie <3 !

    • Repondre Julie VDB 2 décembre 2016 à 10 h 49 min

      Bonjour Anne, je suis médecin généraliste, en cours de diplôme inter-universitaire de gynécologie pour les médecins généralistes, et membre du comité de rédaction de la revue « Le Généraliste ».

      Attention, Anne, à ne pas diffuser de fausses infos, sciemment ou non. Il n’est aucunement « mauvais » d’enchaîner plusieurs plaquettes de contraception oestroprogestative, il existe même une nouvelle marque qui correspond à 84 jours d’affilée puis pause de 1 semaine (= comme si on enchaînait 4 plaquettes sans pause). Les pilules ne sont ni des ennemis ni du poison. Elles peuvent avoir des effets indésirables comme tout médicament, mais ne doivent pas être diabolisées. Les études montrent qu’elle diminuent l’incidence de plusieurs cancer: ovaires, endomètre, colon notamment. Quant aux études qui laissent le doute sur un sur-risque modéré de cancer du sein, ce sont des études anciennes qui datent des époques où les pilules étaient beaucoup plus dosées que maintenant (au moins 50 microgrammes d’ethinylestradiol alors que les pilules actuelles en contiennent le plus souvent 20).

      Vous êtes influente et très lue, et devez d’autant plus être prudente. La contraception est un sujet sensible. Une jeune femme qui doute de sa contraception, c’est un risque de grossesse non désirée.

      Amicalement,
      Julie

      PS: quand vous écrivez « Chacun doit voir cela avec son gynéco »: les gynécos ne sont pas les seuls médecins compétents pour ces problématiques!

      • Repondre Anne 2 décembre 2016 à 13 h 20 min

        Bonjour Julie
        Je comprends bien mais comme vous le soulignez, c’est bien parce que j’ai de l’influence et que la pilule est un sujet MEDICAL que je préfère tout simplement renvoyer chacune à son médecin. Internet n’est pas selon moi le meilleur endroit pour parler de la contraception de chacune, je pense que vous serrez d’accord avec moi 🙂
        D’où ma prudence.

  • Repondre Marion 7 novembre 2016 à 10 h 33 min

    Cet article est vraiment très intéressant, merci beaucoup Anne, ça fait du bien de voir quelqu’un oser en parler car c’est en effet un sujet souvent tabou malheureusement, et qui pourtant nous atteint toute.
    Bon début de semaine :),
    Marion

  • Repondre Lili 7 novembre 2016 à 10 h 58 min

    Bonjour à toutes,
    D’abord je remercie Anne et la félicite pour ce blog, pour sa capacité à parler de tout sans tabou.
    Dans ma jeunesse je pratiquais la natation synchronisée, une discipline exigeante qui impliquait 5 entraînements par semaine et pas question d’en louper 1 pour des « petits problèmes de fille ». Sauf que moi, j’ai toujours eu des règles extrêmement douloureuses : malaises le premier jour, accompagnés de nausées-vomissements, diarrhées… Un jour mon médecin m’a prescrit le remède miracle dont Anne a parlé dans son article, l’Antadys! J’en ai pris des années pendant toute la durée de mes règles et en effet c’est très efficace, je ne loupais plus les cours (lycée puis fac), je pouvais suivre sans problème mes entraînements de natation… Sauf qu’un jour je suis tombée très malade, le médecin croyait à une gastro mais connaissant un peu mon corps j’ai insisté pour qu’il fasse des examens complémentaires et là le diagnostic est tombé, ulcère à l’estomac et insuffisance rénale, plusieurs semaines d’hospitalisation. Cause plus que soupçonnée : prise excessive d’Antadys… Aujourd’hui je vais très bien, je ne peux plus prendre d’anti-inflammatoire mais c’est très bien comme ça, les huiles essentielles combinées à une pilule adaptée m’aide à combattre les douleurs. Je tenais juste à vous mettre en garde et vous encourage à privilégier les méthodes naturelles comme celles évoquées en fin d’article pour combattre la douleur…
    Belle journée à toutes.

  • Repondre Julie MNL 7 novembre 2016 à 15 h 05 min

    très précis ! Merci pour tes conseils !

  • Repondre Fifou l'hirondelle 7 novembre 2016 à 16 h 23 min

    Comme toi j’ai une cup depuis maintenant 6 ans et j’en suis plus que ravie et encore plus pour le sport ! Par contre quand j’ai une course officielle (surtout longue) je prends ma pilule en continue pour ne pas avoir mes règles… Ce n’est surement pas « la » solution mais en tout cas c’est plus simple à gérer je trouve comme cela…
    Et super pour les conseils de Camille, je vais essayer ça dès le mois prochain !

  • Repondre Sophie F. 7 novembre 2016 à 18 h 34 min

    Super article qui a le mérite d’être très complet sur un sujet peu abordé. Personnellement, cette période se passe plutôt bien si je pratique alors un minimum d’activité physique, avec un bon équilibre à trouver : si je bouge alors un peu trop, j’ai des douleurs ; mais si je ne fais strictement aucun effort physique, cet écoulement peut devenir obsédant, comme s’il mobilisait tout mon organisme, d’où encore une douleur, mais cette fois-ci plus psychologique que réellement physique.
    J’ai une question : sais-tu comment les grandes sportives gèrent ce cycle ?
    J’aurais également une autre question, mais comme elle est très personnelle et concerne également ton compagnon, tu es tout à fait libre de ne pas y répondre. Voilà, je viens de lire dans une réponse à une lectrice que tu ne prenais pas la pilule, d’où ma, ou plutôt, mes questions : ne supportes-tu pas cette contraception, utilises-tu un autre contraceptif comme le stérilet, et si non, obliges-tu alors ton compagnon à tout le temps prendre ses précautions ?

  • Repondre Lexia 7 novembre 2016 à 20 h 30 min

    Coucou

    Comme le dit Anne surtout faire attention à notre alimentation
    Et oui les douleurs fatiguent beaucoup et qui dit pertes dit perte de fer donc doublement fatiguée …
    Enfin bref se chouchouter
    Quand au sport et bien … Pour ma part ça ne m a jamais arrête entre la Nat synchro où pas question de lâcher les copines et le saut à la perche au contraire ça faisait vraiment du bien au moral de me bouger

  • Repondre Nadege 9 novembre 2016 à 12 h 15 min

    J’ai beaucoup aimé ton article ! Personnellement je ne peux pas du tout faire de sport pendant mes règles du à une perte en fer importante 🙁 Ce ne sont pas les douleurs qui me retiennent mais les vertiges, la faiblesse et tremblements. Je ne sais pas si d’autres personnes souffrent de la même chose..? mais je vais essayer le stretching ou yoga ça devrait faire du bien.

    • Repondre Anne 9 novembre 2016 à 15 h 04 min

      Il faut dans ce cas-là que tu essaies de compenser un peu par ton alimentation en amont et pendant tes règles en mangeant des aliments riches en fer
      C’est normal que tu te sentes mal en faisant du sport, le fer permet de transporter l’oxygène vers tes muscles notamment, si tu manques de fer, des muscles manqueront d’oxygène = faiblesse etc 😉 !

  • Repondre @candice.magda 9 novembre 2016 à 20 h 53 min

    Merci Anne pour ce super article, pour ma.part j ai des minis règles sans douleurs je n ai donc jamais été empêché de faire du sport.
    Je connaissais mal la cup, tu viens de me convaincre! Surtout si ca.ne pose pas de problèmes pour la natation.
    Merci, je vais en paler autour de moi!

  • Repondre marion 10 novembre 2016 à 17 h 20 min

    j’ai beaucoup aime ton article car moi mes réglés me plie en 2 littéralement les 3 premières jour et du coup je vais pas au sport du tous mes je vais essaye la prochaine fois voir si après une séance j’aurai moins mal.
    merci bcp

    • Repondre Anne 5 décembre 2016 à 23 h 54 min

      Merci @ toi Marion
      Je suis contente qu’il ait pu t’aider 😉 !

  • Repondre Alice 23 novembre 2016 à 10 h 17 min

    Vraiment top cet article ! Je suis d’accord avec toi les règles ne doivent pas nous empêcher de faire notre sport, après bien sur il faut adapter, on a toutes des douleurs différentes etc. Mais perso je cours lorsque j’ai mes règles même si je me sens beaucoup plus fatiguée, et que j’ai parfois des douleurs, je me refuse à ce que ce soit un handicape ! Par contre sur le plan nutritionnel personnellement c’est affreux, 4/5 jours avant mes règles je suis presque « boulimique », je mangerai à tout heure de la journée et n’importe quoi … Je ne sais pas si je suis la seule dans ce cas là mais c’est vraiment pénible lol. Sinon pour ce qui a calmé les douleurs chez moi, c’est tout simplement grâce à la pilule contraceptive qui a réglé mes cycles et donc à rendu mes règles un peu moins douloureuses.

    • Repondre aurely 18 décembre 2016 à 21 h 06 min

      Je suis dans le même cas que toi Alice (pour les fringales)… J’essaie de boire beaucoup pour manger un peu moins dans ces moments.
      La pilule avait pas mal limité tous ces effets … Mais suite à se gros soucis de santé, j’ai du l’arrêter…

      Merci Anne pour ton article !
      J’ai enfin franchi le pas 😉

  • Repondre Dedel49 21 février 2017 à 21 h 15 min

    Je mélange dans le creux de ma main quelques gouttes d’huile essentielle de petit grain de bigaradier avec une huile végétale type jojoba puis je me masse le bas du ventre quand je commence à avoir mal et franchement j’ai découvert ça il y a un an et maintenant je ne prends plus du tout de médicaments pour me soulager.
    Ça ne coûte pas cher et ça dure très longtemps (j’ai toujours la même fiole depuis le début).

    • Repondre Anne 23 février 2017 à 9 h 44 min

      Merci pour ton partage 🙂 !

  • Repondre lamia 16 mars 2017 à 23 h 52 min

    bonjour Anne,
    génial que tu en parles!
    par contre j’ai testé le running même le 1er ou le 2e jour et ça a l’avantage chez moi de me raccourcir le cycle, même si douleur un peu plus soutenue.
    merci d’avoir abordé le sujet.

  • Repondre Alizée 18 avril 2017 à 12 h 51 min

    Hey !
    Merci pour ton article ! Si je l’avais lu plus tôt, j’aurai probablement moins flippé pour samedi dernier… j’ai couru mon premier semi à Bordeaux, et je n’avais qu’une crainte c’était de les avoir pile à ce moment….! Finalement même pas, mais j’ai quand même du courir avec une protection, et c’est pas la chose la plus agréable au monde… enfin bref! merci pour ton article, aussi génial que les autres !

  • Repondre Julie 15 mai 2017 à 9 h 05 min

    J’ai découvert ton blog au bon moment ! super article

  • Repondre Maman dessine 4 octobre 2018 à 16 h 21 min

    Merci pour cet article! En effet je vais courir un semi officiel ce dimanche et ça sera mon premier ou deuxième jour des règles , à 95% … Alors je suis un peu (beaucoup) anxieuse à ce sujet !!!!

    • Repondre Anne 5 octobre 2018 à 12 h 30 min

      ça va le faire 🙂 ! on le fait toutes au moins une fois 😉 !

  • Repondre Mélanie 23 octobre 2018 à 14 h 31 min

    Coucou Anne
    Apparement, les règles douloureuses, qui m’ont personnellement fait stopper des sessions de run tellement c’était douloureux, peuvent être ligamentaires. Cela donne des douleurs en bas du dos assez insoutenables en plus de celles du bas ventre.
    En me documentant un peu, j’ai appris qu’il est possible de diminuer sa sensibilité en « décoinçant des noeuds » et cela se traite chez un osthéopathe. J’ai regardé dans le cabinet de mon étiopathe et effectivement cela fait partie des problèmes qu’ils peuvent traiter.
    Merci pour ce contenu ☀️