Compte-Rendu: Mon Premier Ironman 70.3 Miami

30 octobre 2016 - Sports - 46 commentaires

Hi,

10_m-300506746-digital_highres-1593_015021-4868824

Déjà une semaine que j’ai participé à mon premier Ironman 70.3. J’ai encore dû mal à réaliser que « OUI OUI ANNE TU L’AS FAIT » (c’est bien connu, on se parle tous à la 3ième personne :P) mais, le défi a bien été relevé. Il est vrai que je n’en avais pas parlé en détails sur le blog, car pour une fois, c’est sur l’élan de Matthieu que j’ai décidé de participer à ce triathlon. Bien que j’adore ce sport (que je trouve hyper fun, même sous la pluie, clin d’œil à Gerardmer), la sphère du « triathlon » long me faisait peur.

Pour info, un Ironman 70.3 (half ironman) c’est un triathlon « long » de : 1,9km de nage, 90,1km de vélo et pour finir « juste » un semi-marathon (21,1km). Si on parle d’un « Ironman 70.3 », c’est tout simplement l’addition des miles des 3 sports : 1,2miles de natation, 56 miles de velo et 13,1miles.
Un full Ironman c’est, le double : 3,8km de nage, 180km de vélo et un marathon. Ce qui donne en miles un Ironman de 140.6 miles.

Déjà que participé à un semi-marathon peut être éprouvant, imaginez la combinaison de « tout ça », sans repos. Cependant, Matthieu m’a sorti l’argument imparable : « tu es doublement marathonienne, ce n’est pas un half ironman qui va te faire peur… non ? ». NOOON. Alors début août, je vous l’annonçais ICI, on entamait notre préparation sur environ 3 mois.

J-2 et J-1 avant le triathlon :
Belle aventure ! D’autant plus vers Miami. Nous sommes partis d’ailleurs jeudi pour arriver 2 jours avant la course prévu dimanche à 7h. Dans l’avion, nous avons pu croiser d’autres participants et même une athlète professionnelle. Comme quoi, nous étions une bonne communauté de français à se lancer ce défi. D’ailleurs, lors du retrait du pack vendredi matin (nous sommes allés dès l’ouverture du village à 10h, décalage horaire aidant, nous étions réveillés assez tôt), on en a croisé davantage, mais aussi de toutes les nationalités. Le village était hyper bien organisé. J’ai forcément fait ma photo souvenir à côté du logo Ironman 70.3. Ce n’est pas tous les jours que l’on participe à ce genre de course (Surtout une première fois). On signe plein de décharges (du genre si tu te noies, ce n’est pas la faute de l’organisation, si tu tombes en vélo, encore moins MAIS on te portera assistance quand même).


Le retrait du pack est plus long que sur une course à pied, puisque l’on retire le triple : dossard, autocollants avec notre numéro de dossard pour le vélo et le casque, bracelet puce pour votre jambe, bonnet de bain avec votre numéro ET couleurs de SAS (j’ai de la chance, je tombe sur Silver ☺ !!), et bien sûr le t-shirt de la course, le dossard running et la petite cerise sur le gâteau un beau sac de sport « ironman »

Après forcément, on a décidé de faire un petit tour dans la boutique officielle Ironman et c’est là où j’ai reperé mon fameux t-shirt de souvenirs « ananas/ironman ». On visite d’autres stands et on craque pour quelques équipements au design originaux autant pour la natation que pour le vélo. Je vous montrerai tout ça en vidéo mais vous avez déjà pu avoir un aperçu sur Snapchat : AnneDubndidu.

On évite quand même de trop piétiner. On récupère les vélos loués pour la course. Non, nous n’avons pas emporté nos vélos français : trop couteux et un peu risqué (casse, perte…) Je récupère un joli vélo Trek exactement comme le mien en France en terme de design et il est parfaitement bien règlé pour moi. Le loueur visse mes pédales. Je suis prête à retourner à l’hôtel avec (en vélo !!). Matthieu a plus de mal avec son vélo (trop petit, mal réglé). Finalement, on rentre déposer nos vélos à l’hôtel, on en profite pour faire un petit tour dans Downtown Miami et par revenir à Miami Beach via les nombreux ponts entre petites îles aux noms bien sympathique : Hibiscus Island !

Le samedi, nous passons rapidement sur le village Ironman pour déposer nos vélos dans le parc à vélo. C’était obligatoire de le faire la veille. Je suis un peu inquiète de laisser le vélo en plein soleil : et si mes pneus se dégonflaient à cause de la chaleur… ? Mais pas le choix. Le matin-même nous les avons testés, je suis vraiment bien dessus et même si le vélo n’est pas ma partie favorite, je le sens bien ☺. En terme d’alimentation, il faut savoir que Matthieu et moi faisons très attention depuis jeudi… on mange beaucoup de féculents et on essaie au maximum de se reposer tout en s’habituant au climat : chaud et humide. Malheureusement, ce n’est pas évident lorsque l’on quitte Paris sous 10-15 petit degrés et la pluie (ok un autre type d’humidité LOL).

img_3852

Le soir-même, je prépare ma coiffure de guerrière ☺ mais surtout mon sac et les ravitaillements que je vais utiliser durant le velo et la course à pied. L’organisation, sur le vélo, ne donnera que des bouteilles d’eau et du Gatorade (boisson énergisante), sur la course, elle prévoit en plus des glaçons, des gels et quelques fruits (banane, orange…) Comme je l’explique dans ce post, je fonctionne qu’au bio et au naturel, donc il a fallu que j’importe mes ravitaillements de France lol. J’avais peur à la douane, mais c’est passé. On file au dodo très tôt car dimanche, le réveil sonne à 5h !

Jour-J : Ironman 70.3 Miami
Le réveil n’est pas vraiment difficile, merci au décalage horaire, mais le stress me noue l’estomac. J’ai dû mal à déjeuner (riz salé et banane, exactement ce que je fais pour un marathon), je me force. Je m’habille, il fait bon dehors, ça me rassure, car je sais que la journée va être longue ET chaude. J’embarque mon sac de triathlon préparé la veille. Matthieu et moi passons par la case toilette (super détail glamour mais quand tu vas faire du sport non stop pendant une demi-journée, il faut prévoir).

On arrive au parc à vélo, qui est LA zone de transition (natation > vélo, vélo > course) pour installer le reste de notre équipement. Je fais vérifier mes pneus et je scotch sur le cadre de mon vélo les 3 ravitaillements que je prévois de consommer durant…90km : une compote, deux barres de céréales. J’insère mes 2 gourdes dans le porte-bidon, dans une d’entre elle, je me suis préparée une mélange riche en minéraux… car il faut savoir qu’aux USA ils s’amusent à retirer TOUS les minéraux des eaux, même pétillante. On perd énormément de minéraux par la transpiration (d’autant plus à Miami). J’installe mes chaussettes, ma serviette, mes chaussures de vélo, mes baskets. Dans mes baskets je cache une compote, 2 pâtes de fruit à nouveau et aussi une paire de booster. Je les cache car avec la chaleur et le soleil, ils risquent de fondre durant le vélo.

Tout est prêt en moins de 10min. Je vérifie tout pendant 20min ahaha. Le stress monte. J’abandonne mes effets personnels et récupère uniquement ce dont j’ai besoin pour la natation (bonnet, lunette). J’ai bien accroché ma puce à ma cheville. On quitte la zone et il fait encore nuit. L’ambiance est vraiment étrange. On est tous hyper excités, mais un peu anxieux à la fois.

Je repasse par les toilettes …. Sans m’évanouir par l’odeur LOL. Et on file direction le ponton là où les athlètes pro s’élancent dès 7h25. L’attente va être longue car mon SAS ne part qu’à 8h11. Bon, il ne fait pas froid comme à Disney et on assiste à un lever de soleil magnifique sur la baie de Miami.

NATATION :
Le soleil commence déjà à chauffer et on constate que l’eau de la baie est plutôt agitée. Contrairement à tous les triathlons que j’ai pu faire auparavant, c’est la première fois que je nage SANS combinaison. Vous allez me dire, c’est un détail, bah tant mieux tu seras plus à l’aise. Bah non en fait, la combinaison permet une meilleure flottabilité et glisse dans l’eau. C’est un plus. Sauf qu’impossible de la porter à Miami, l’eau est à 28 degrés, c’est interdit et honnêtement, il ne valait mieux pas. Seuls les locaux possèdent des combinaisons « légères » : sans manche qui doivent un peu aider, plus que la trifonction que je porte lol.
Je précise cela car, c’est un petit stress que j’avais, bien que j’adore nager dans la mer, en eau libre, ça, ça ne me faisait pas peur du tout, au contraire. OK j’avoue, j’ai pensé que des alligators pourraient venir me faire coucou de temps en temps pendant la nage.

En parlant de nage, je rejoins mon SAS, nous sommes des femmes de 18 à 29 ans, toutes en bonnets silver. L’ambiance est sympa, totalement différente de la France où j’ai l’impression parfois d’être jugée « coucou elle c’est pas une pro du tri…et alors ? ». Là c’est sympa. On rentre sur le ponton 8 min avant, puis 4min avant le départ de notre vague, nous sommes invitées à rentrer dans l’eau : enfin à plonger littéralement lol. Je ne prends donc pas le départ avec Matthieu. Je positionne bien mes lunettes, je porte mes lentilles en-dessous et je me mets au milieu de mon groupe, pour laisser passer les plus rapides. 8h11 pile, c’est parti pour 1,9km de nage. Je prends dès le début mon rythme mais il y a pas mal de courant et comme d’habitude, on se nage un peu toutes dessus, d’autant plus lorsqu’avec d’autres nageuses, on rattrape les nageurs de la vague précédentes. Beaucoup ne font pas de crawl mais de la brasse, donc comme quoi vous pouvez tout à faire participer à un ironman sans savoir nager le crawl.

Je n’ai pas de difficulté non plus pour m’orienter entre toutes les bouées (il y en a pas mal). Les jaunes nous invitent à continuer tout droit et les rouges à prendre le virage vers la droite. On forme une sorte de cercle dans la baie. Il y a du courant mais, la première partie de nage se passe bien. J’utilise à peine mes jambes que je veux préserver pour le vélo. Mais arrivée à mi-parcours lorsque nous retraversons la baie, ça commence à bien s’agiter et on croise même quelques algues. Je dois un peu plus forcer et je sens que je ralentis à cause du courant. Jusqu’à l’arrivée, ça va vraiment être difficile, l’eau n’est pas DU TOUT calme, et la cerise sur le gâteau, je commence à avoir des frottements piles sous les aisselles. Heureusement, c’est la fin, mais jusqu’au bout le courant n’est pas facile à gérer. On m’aide pour sortir de l’eau, car l’escalier est glissant et le retour à la position verticale n’est pas non plus agréable. Je reprends vite mes esprits et je suis déçue quand je vois le temps que j’ai mis à ma montre 54min. Ce n’est pas ce qu’on avait prévu à l’entrainement, mais tant pis, j’aurais dû mieux calculer l’impact de l’absence de combi et le courant en mer (comparé à Gerardmer).

Transition 1 :
En courant vers le parc à vélo, je retire mon bonnet, mes lunettes et j’essaie d’inspecter mes dessous de bras qui couinent. Rien de grave… pour l’instant. Je me sèche j’enfile rapidement mon équipement tout en mangeant ma première compote : chaussettes, chaussures, casque, lunette de soleil, porte-dossard, je le glisse dans le dos. Puis, j’hésite… remettre de la crème sous mes aisselles pour éviter que les frottements s’aggravent ? Finalement, je cherche dans le fond de mon sac… pas préparé, ma crème, je me sèche bien et j’en mets, tant que j’y suis à perdre du temps, je me remets de la crème solaire. ET je m’en vais enfin au bout de 5min… !

Vélo
Je grimpe sur le vélo en sortant de la zone. Je ne suis pas très en confiance, j’ai terriblement peur de crever. Même si j’ai tout l’équipement ET que je crois savoir à peu près comment faire, je ne veux surtout pas que ça arrive LOL. J’ai dû mal à déclencher ma montre qui décide de ne pas afficher le bon programme (vitesse, km parcouru, temps) mais un joli camembert en % (90km =100%). Super… J’ai la flem de la remettre à zero, surtout que je m’en aperçois lorsque nous passons le 10ième miles. Il y a un panneau tous les 5 miles. Honnêtement, je ne vois pas vraiment le temps passé pour les 15 premiers miles. On se dirige vers l’extérieur de Miami sur la route des Everglades. Il y a un petit vent de ¾ par hyper agréable mais je profite du paysage car je ne connais pas du tout cette partie de Miami. Tout est hyper bien organisé et balisé. À chaque croisement, les sherifs ou la police locale est là. Il y a finalement pas mal de monde pour nous encourager ponctuellement et, même si on perturbe LARGEMENT la circulation, tous les conducteurs nous encouragent… Il faut préciser qu’ils ont fermé une bretelle entière de l’autoroute que nous prenons avant de sortir sur une 2×2 voies, dont 2 voies (les plus centrales) fermés avec des plots tous les 2-3m (imaginez le nombre de plot sur 90km).


Dès que nous sommes sur la route vers les Everglades, le vent est en plein de face, c’est la GALÈRE totale. Mais je suis bien contente que ma montre ne m’affiche pas ma vitesse moyenne, je suis intimement persuadée que ça doit être une catastrophe.

Honnêtement, je ne m’ennuie pas, c’est un vrai cirque pour moi avec le vent de pouvoir boire et de manger enfin dé scotcher puis ouvrir pour enfin MANGER mes ravitaillements. J’essaie de boire très souvent, même si je n’ai pas hyper chaud et ce grâce au vent. Mais je préfère anticiper, j’ai la trouille d’attraper une crampe à cause du manque d’hydratation. J’ai d’ailleurs bouche et les lèvres hyper pâteuses, pleines de sel de la natation. Je pensais m’être bien rincée avec le gobelet d’eau que l’on m’a donné à la sortie mais non. Mes lèvres me brûlent malgré l’eau que je bois.

J’espère croiser Matthieu prochainement, enfin… qu’il me dépasse bientôt, mais non. Je passe le premier ravitaillement en eau (yes j’arrache comme il faut la bouteille sans tuer le bénévole ni un autre cycliste). Je bois et je jette la bouteille dans la zone demandée. Oui car, il est strictement INTERDIT de jeter nos emballages hors de ces zones sinon on risque une pénalité de temps. Donc je me suis trimballée avec mon emballage de compote pendant 20miles avant de pouvoir le jeter dans la zone suivante. Bon, je trouve ça bien et très conscient de l’environnement, mais sur le moment, ce n’était pas le plus pratique.

À quoi je pense pendant cette première moitié de course ? À convertir les miles qui défilent en kilomètre et à faire des calculs « positifs ». Ok donc à 10 miles en fait il me reste 16 miles avant de faire demi-tour… c’est RIEN. Lol Enfin rien, les 6-8 derniers miles sont particulièrement difficiles avant de faire demi-tour dans les Everglades car le vent est EN PLEINE face, moi qui avait déjà la sensation d’être un escargot, j’ai l’impression de ne pas voir le bout. MAIS enfin la station de ravitaillement de mi-parcours est là et la zone de pénalité ahaha, j’attrape ma bouteille, largue mes emballages, bois et c’est reparti.

Là, c’est la fiesta : j’avance vite (enfin j’ai la sensation), plus de vent, je n’ai pas encore vu Matthieu. Que du positif ! Je ne suis pas si à la ramasse que ça, même si on me double, je double AUSSI. Je mets 5miles à dé scotcher/ouvrir ma dernière barre de céréales. Je finis ma première gourde (1L) pleine de minéraux. Je me sens encore bien. OK je m’inquiète un peu car je n’ai pas vu Matthieu. Je peux tout à fait être lente ET qu’il ait eu des soucis.

Le vent dans le bon sens me fait sentir la chaleur, mes bras commencent à cuire et passé le 40ième miles, je commence aussi à avoir des fourmis dans les pieds. Zéro news des frottements aux aisselles, tout va pour le mieux. Je passe le dernier ravitaillement et MIRACLE Matthieu me dépasse enfin en m’encourageant. YES je ne suis pas si à la ramasse que ça en vélo.

On commence à revenir doucement vers Miami, j’avais oublié qu’il y avait quelques montées pour accéder à l’autoroute (totalement fou de rouler 1/ aux USA 2/ sur l’autoroute fermée pour nous). Je vois au loin les buildings de la baie où on doit retourner, tellement LOIN. Les 10 derniers miles me paraissent un peu longs, alors j’appuie sur le champignon et retrouve les repères que je m’étais fixée à l’aller :

– Tiens quand tu reverras cette affiche tu sauras qu’il ne reste plus tant que ça.
– Quand tu passeras devant cette maison, pense à donner du mou aux jambes, c’est la fin

C’est avec ces petits objectifs que j’arrive à positiver et finalement à ne pas voir que je suis sur un parcours de 90km de vélo. Petits objectifs, gros défi. Les rues et les blocks s’enchainent, on arrive dans Miami, je fais tourner les jambes, je réveille mes pieds, mes bras. Et enfin, la zone de transition se présente, le public est de plus en plus nombreux, tant mieux car depuis 30min, c’est littéralement la vague de chaleur brûlante depuis que nous sommes dans Miami…

Transition 2 :
Je décroche mes pédales en un peu en avance, j’avais peur d’avoir tellement les pieds endoloris de ne pas en être capable. Finalement, tout va bien, mes jambes sont là, un peu tendues, mais j’arrive à courir à ma place, je pose le vélo. Je boucle en 3h23 les 90km. Là, je sens la brûlure sous mes bras…. Je remets de la crème tout en mangeant ma compote, en enfilant mes boosters, mes baskets en jetant en vrac mon équipement vélo. Je repars aussi vite qu’on peut le faire après avoir faire 90km de vélo avec des aisselles en feu= pire qu’une mamie. Je croise les doigts pour que la crème fasse son effet rapidement.

Course à pied :
Mes mollets sont en béton, dès que je commence à courir, je me sens très lourde, comme si je sortais de table. Il fait très chaud, la chaleur me tombe dessus, comme si j’avais mis la tête sous un énorme sèche cheveux. C’est dur, ma montre affiche une vitesse… j’irai plus vite en marchant LOL. Je décide de manger ma pâte de fruit dès le 2ième kilomètre.
Ce qui me rassure, c’est que tout le monde souffre et affiche une petite grimace. Je me sentais tellement mieux sur le vélo.

Comme pour le vélo, je me lance dans des calcules savants pour me motiver. Ça m’occupe l’esprit, mais la chaleur tape énormément. J’ai les épaules qui cuisent littéralement et les lèvres… déjà brûlées. J’ai oublié de remettre de la crème solaire… Le parcours de running se révèle plutôt compliqué. Heureusement le public nous encourage avec les fameuses phrases d’encouragement à l’américain : « Va plus vite, j’en ai marre de rester debout » « Tape sur l’affiche si tu as fait pipi dans l’eau ce matin ! » (non j’ai pas eu le temps)
En parlant de pipi, je me rends compte que si je me sens mal c’est bien parce que j’ai envie d’aller aux toilettes. Je passe le stand où il y a 3 cabines en me disant que ça va le faire, j’en ai pas besoin. Ça, c’est avant de voir le PONT que l’on doit traverser. Une montée juste énorme 0_0 en plein soleil, sans une pointe de vent. Il fait plus de 30 degrés, sans parler l’humidité, je regarde mes pieds et croise une première fois Matthieu.
ALLEZ
ALLEZ quoi, je n’ai pas fait tout ça pour ne pas finir en course à pied, MON SPORT.


Je gère ma montée, j’accélère sur la descente et me dépêche de rejoindre le ravitaillement passé le 5ième kilomètre et là, je vais aux toilettes. J’ai tenu ma respiration dans cette cabine/serre et effectivement, j’ai dû trop boire sur le vélo. Je ressors, soulagée mais à un point. Je me sens tellement légère, je repars, je refais le pont, je retourne vers le village. La chaleur tape si fort, au début je refusais les glaçons que l’on me proposait, j’avais peur d’un choc thermique et/ou d’avoir mal au ventre (l’eau glacée, malgré la chaleur n’est vraiment pas conseillée).

Tant pis, je bois entre 2 et 3 gobelets par ravitaillement, je m’en verse 2 sur le corps, le cou, les jambes. Je n’ai jamais eu aussi chaud et autant transpirée. Le parcours de running fait 10,5km, il faut le faire 2 fois. Donc ce pont et sa montée, je vais me le faire 4 fois. L’enfer.

Je glisse des glaçons dans ma trifonction, dans mes boosters, partout où je peux tellement j’ai chaud (dans ma brassière aussi). Il y a des ravitaillements tous les 1,5miles et malgré ça, j’ai soif avant. Heureusement, avec ma coiffure, j’attire les encouragements et les compliments. Oui je trouve la force de dire merci en anglais comme en espagnol. Une autre participante m’encourage « VAMOS ». Du fait de la communauté hispanique, on parle autant espagnol qu’anglais, mais tant mieux. Les bénévoles sont des lycéens hyper motivées. J’ai une lycéenne qui m’a gentiment versée de l’eau glacée dans le dos.. Le nirvana. Ahaha Ils mettent une petite ambiance. La musique manque vraiment. Il y en a au niveau du village, mais c’est loin.

Plus je cours, plus mes mollets se détendent mais plus le mental prend le dessus. 21,1km c’est long quand on court doucement. Ils sont loin les 1h45 de Copenhague. Puis, passé le 18ième km à force de faire mes calculs savants, je me rends compte que si je me dépêche je peux largement finir en -7h. Alors là, j’attrape une orange, un gobelet plein de glace et j’accélère, JE VEUX ARRIVER. J’ai chaud, j’ai mal à la tête et finalement je vois le petit rond point avant d’atteindre la ligne.

Je croise Matthieu qui a fini et qui me hurle un truc que je comprends pas. Allezz on y va, tapis rouge, je passe la ligne et j’entends mon nom par le commentateur qui a toujours la pêche depuis ce matin 5h LOL.

Arrivée et fin =D !
On m’attrape vite à l’arrivée pour me donner mon ENORME médaille et une bouteille d’eau bien bien fraîche. Il n’y a que de beaux sourires. Je retrouve rapidement Matthieu alors que je suis entrain de piquer des glaçons dans le bac des bouteilles pour le glisser dans mes booster. J’ai les jambes lourdes, mais pas de grimpe comme à l’arrivée d’un marathon. Je me traine jusqu’à la pelouse proche où je me laisse gentiment tomber à l’ombre, j’ai très mal à la tête, aux lèvres, sous les bras mais je suis heureuse. Je pleure et rigole…Matthieu et moi retournons doucement vers le parc à vélo. On essaie de faire tant bien que mal nos photos de finishers

COUCOU Je tiens debout juste pour la photo.

Je pleurniche pour aller récupérer mes affaires. Je ne réalise pas en fait que c’est fini, ni mon corps d’ailleurs vu comme mes mollets sont bétonnés. Je balance gentiment à Matthieu : Non mais plus jamais une fois, mais pas deux, JAMAIS. J’envoie un texto à ma maman qui a suivi mon live et m’a déjà félicitée. Là je commence à pleurer, je rassure mes réseaux sociaux, referme le tout et savoure affalée contre mon vélo, sur un sol brûlant, mais cette médaille valait tellement le coup. Quelle journée !

Je range mes affaires en vrac, marche en canard avec le vélo pour le rendre au loueur que je remercie mille fois pour la qualité de la préparation. J’ai pas crevé !! On rentre à l’hôtel, douche et là j’enfile enfin mon t-shirt ANANAS-IRONMAN et je réalise que c’est fait. Résultat : 6h49 pour boucler mon premier ironman 70.3

Mon Premier ? car oui il y en aura d’autres c’est évident, j’ai adoré. Comme pour le marathon, c’est indescriptible ce que l’on ressent à la ligne d’arrivée. Notre corps et notre mental sont vraiment capables de belles choses lorsque l’on se lance des challenges. Il y a un 5 ans, je disais que jamais je ne courais de Marathon. Ne vous mettez pas de limites, sortez de voter zone de confort, comme moi, je suis sûre que vous allez vivre des expériences uniques qui vous changeront.

Merci à tous pour vos encouragements et pour votre soutien. Je rélève ces challenges pour moi, mais au final aussi un peu pour vous, pour vous montrer que vous aussi, vous pouvez le faire. Tout est possible 😉

A très vite

PS: Bon-Plan, C’est les running weeks sur I-run, bénéficiez jusqu’à -50% sur les nouvelles collections >>

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 commentaires

  • Repondre melanie_moua 30 octobre 2016 à 11 h 33 min

    c’est vraiment trop génial, si tu décide de refaire un half ironman il y a celui à Vichy qui est sympathique. Et j’habite juste à coté. Donc si vous décider de le faire ça sera avec grand plaisir de t’encourager et de te faire découvrir la ville.
    Encore félicitations pour celui de miami

  • Repondre Zoé 30 octobre 2016 à 11 h 35 min

    Bravo Anne, félicitations! C’est un beau compte-rendu, on a l’impression d’y être!
    Et surtout merci de nous motiver!

  • Repondre Cécile 30 octobre 2016 à 11 h 46 min

    Bravo Anne ! Felicitations ! Tu es vraiment inspirante !
    Le compte rendu de ton premier marathon avait fini de me motiver à faire le mien, alors j’attendais celui ci depuis longtemps pour m’inscrire à mon premier half aussi 😉
    Bonne continuation 🙂

  • Repondre ïcon 30 octobre 2016 à 11 h 57 min

    Salut!
    Félicitation !!!
    Il y a une petite faute de frappe dans la transition 1 ( chausstes -> chaussettes) 😉
    J’essaierais pour ma part de faire un half ironman dans deux ans ^^.
    Merci pour les articles que tu fait, c’est toujours intéressant à lire et bien quand on souhaite préparer ce genre d’épreuve.

  • Repondre Fanny 30 octobre 2016 à 12 h 14 min

    Bravo !!!! Quelle magnifique aventure 🙂

  • Repondre Anne-Laure 30 octobre 2016 à 13 h 20 min

    Waouh ! Je suis super impressionnée par ta performance qui me paraît complètement irréalisable ! BRAVO et merci d’être toujours là pour nous motiver encore plus…

  • Repondre Olivia 30 octobre 2016 à 14 h 29 min

    Wow… Juste wow… Je ne peux rien dire d’autre que ça

  • Repondre CHARLENE HAMDI 30 octobre 2016 à 18 h 26 min

    oh là là quelle intensité! Bravo! C’es extraordinaire ce que tu as réussi à faire. Profite de tes derniers moments de vacances, j’ai hâte de lire tes prochaines aventures! Tu nous motives, merci 😉

  • Repondre pauline 30 octobre 2016 à 18 h 45 min

    Whaouu quelle compte rendu on a limpression d’être avec toi tous le long delà course, sa donne vraiment envie de se surpasser et un jour pouvoir réaliser des défis comme ça. Tu peut être très très fière de toi et continue à nous faire rêver 🙂

  • Repondre Pauline 30 octobre 2016 à 19 h 33 min

    Bravo!!! en tout cas moi qui me met tout juste au triathlon ça donne envie.
    Encore félicitations et continue comme ça!! T’es au top!!!

  • Repondre Brun Toi Perrine 30 octobre 2016 à 20 h 15 min

    Encore bravo miss

  • Repondre Lilie 30 octobre 2016 à 20 h 46 min

    Me dit pas que tu fais ta coiffure TOI MÊME ???

  • Repondre Maria 30 octobre 2016 à 20 h 49 min

    Magnifique article ! moi qui ne commente jamais mais te lis toujours, comment de ne pas dire whaou ! quelle performance, l’article transmet toutes ces émotions, bravo bravo bravo, continue ainsi

  • Repondre ...Patouiller... 30 octobre 2016 à 20 h 52 min

    MERCI pour ce formidable récit qui me rebooste pour mon premier semi marathon, une blessure est venue dérégler mon Entrainement et le mental en a pris un gros coup, alors ce récit c’est tellement beau, ça fait tellement envie, j’espère profiter de ma,course comme toi tu as su profiter de la tienne, ton récit on s’y croirait…
    Felicitations

  • Repondre Bibi_run78 (nadia salgado) 30 octobre 2016 à 21 h 31 min

    J’ai vécu ton iron man à travers ton récit, même si je te suivait en life j’était angoissé pendant que toi tu le vivais , j’était persuadé que tu allais le finir car tu es une battante
    En tout cas encore bravo tu es une championne et je t’admire beaucoup pour ce que tu fais
    Bravo jolie Anne tu es une ironwowan

  • Repondre Watsonaire 30 octobre 2016 à 21 h 35 min

    J’ai adoré lire ton compte-rendu. On vibre avec toi et ça donnerait presque envie de le tenter. Puis après, on relit bien les distances et le temps qu’il faut et on redevient raisonnable…
    Félicitations et merci pour ce partage riche en émotions.

  • Repondre Caro 30 octobre 2016 à 22 h 06 min

    Bravo Anne! Pour tout! Pour tes sourires, pour tes performances, pour ta gentillesse, pour ta motivation et par dessus tout pour ta générosité! Continue d’être toi et de nous faire rêver et voyager! :-*

  • Repondre Raffin Aurelie 30 octobre 2016 à 23 h 10 min

    Ouahah super article qui nous pousse forcément au delà de nos limites!!! Tu es une Winner…

  • Repondre Emilie P 31 octobre 2016 à 0 h 20 min

    Bonjour
    Félicitations
    J’ai une question: c’est quoi les boosters?
    Continues de nous faire rêver moi mon défi est de faire un 10km aux printemps

  • Repondre Vignau 31 octobre 2016 à 7 h 25 min

    Bravo
    Merci pour votre récit, j’avais l’impression d’y être
    Cela m’a fait rever. On aurait presque envie de la faire cette course mais non non je n’en suis pas capable Mais je me suis inscrite au Semi de Paris ou lala je flippe
    As tu des conseils d’entraînement à me donner.
    A bientot pour de nouveaux recits

  • Repondre Diablotinus 31 octobre 2016 à 9 h 42 min

    Admiration !

  • Repondre Hélène Lerat 31 octobre 2016 à 11 h 09 min

    Je n’ai qu’un mot BRAVO à toi mais aussi à Mathieu.
    Merci de nous faire vivre ces moments et de nous montrer que tout est possible. Il suffit d’y roide.
    Encore bravo

  • Repondre Lizzieg 31 octobre 2016 à 11 h 20 min

    Incroyable!!! Tu as vraiment réalisé un truc de dingue!!! Respect!!!
    En te lisant, j’avais vraiment l’impression d’y être, c’est hyper motivant. Bravo!

  • Repondre Mentalo 31 octobre 2016 à 12 h 26 min

    Bravo Anne! Même si je sais que je ne courrai jamais d’ironman (j’ai le double de ton âge et 4 enfants, ce qui m’handicape surtout au niveau du temps à trouver pour l’entraînement), tes challenges sont très inspirants et motivants pour nous: oui, on peut faire des trucs qui nous apparaissent fous, et c’est ça qui est fun. Paradoxalement, j’apprécie de voir ces photos et lire ce récit où tu sembles souffrir bien plus que sur tes photos habituelles: non tu n’es pas une superwoman, et tu en baves comme nous toutes, c’est plutôt rassurant et encourageant! 🙂

  • Repondre Dalaidenne 31 octobre 2016 à 12 h 50 min

    L’article est super bien écrit, j’ai limite eu envie de pleurer à la fin ^^
    Les photos son vraiment magnifiques, tu es super belle, et super courageuse !
    J’espère réussir à faire ça un jour mais bon avec mon maximum de 15 km en course à pieds, on va un peu attendre mais je ne désespère pas ahaha.
    Bisous, Hannah <3

  • Repondre Anne-Cha 31 octobre 2016 à 13 h 05 min

    Encore une fois félicitations Anne ! C’est dingue ce que tu peux réaliser.
    J’imagine même pas l’émotion que tu dois ressentir.
    Il y a un mois, j’ai été courir avec une copine. Pas spécialement d’objectifs (nous ne sommes pas de grandes coureuses et surtout pas assez régulières) mais nous avons couru 10km ! Je n’en revenais pas 😀 Le souffle était au top, pas un seul problème de respiration. J’étais tellement fière de moi !
    Encore bravo Anne ainsi qu’à Matthieu

  • Repondre Sarah EtCetera 31 octobre 2016 à 14 h 45 min

    Félicitations Anne ! Ça a du être une aventure vraiment extraordinaire, tu peux être hyper fière ! J’ai beaucoup aimé ton compte rendu, plusieurs de tes phrases m’ont fait rire ; par contre je ne sais pas trop s’il m’a donné envie ou au contraire « jamais ça » ^^

  • Repondre Laura 31 octobre 2016 à 17 h 18 min

    Mille bravo !!! Il y a 5 ans tu débutais et là un Ironman mais wouah ! Quel bel exemple 🙂

  • Repondre Sophie 31 octobre 2016 à 17 h 24 min

    Bravo Anne, tu forces le respect ! Tu arrives à retranscrire ce que tu as ressenti sur ce triathlon, j’avais l’impression d’y être, j’en ai encore des frissons !

  • Repondre Julie 1 novembre 2016 à 8 h 48 min

    Infiniment bravo Anne ! J’admire ton courage et ta détermination ! 🙂

  • Repondre Perrine 1 novembre 2016 à 10 h 51 min

    Super compte rendu de ce beau thriathlon . Tu donnes l’envie de realiser la même chose, alors merci !! Je me mets au thriathlon après mon marathon en novembre … Je me dis depuis le début que je ferai que des petits thriathlons mais en fin de compte, étant sportive comme toi, je me dis que tout est possible alors pourquoi pas un jour un Olympique et même un XL…le tout est d’aller au bout de ses objectifs. Merci pour ta motivation !! Et très sympas le reportage sur 7 à 8.

  • Repondre Justine 1 novembre 2016 à 15 h 53 min

    Félicitations Anne, tu l’a fait 😀
    Tu m’a impressionné merci à toi pour la motivation que tu nous donnes tous les jours. c’est grâce à toi que je me suis remise à la course à pied, et j’ai aussi essayé de Yoga depuis 2 mois donc je suis accro maintenant 🙂
    Encore Merci pour tout ce que tu fais

  • Repondre Audrey 1 novembre 2016 à 19 h 05 min

    Bravo ! quel beau challenge !

  • Repondre Béné 1 novembre 2016 à 20 h 24 min

    Whaouh !!! Bravo, milles fois bravo Anne pour cet IronMan !! Quel exploit ! Et merci de nous faire vivre un peu (beaucoup) ton parcours à travers ce post. C’est vraiment très chouette de pouvoir te suivre dans cette épreuve, de voir comment tu ressens les choses, etc. Non pas que je me réjouisse de te voir souffrir sur certaines parties (au contraire bien sur !), mais c’est hyper encourageant de voir que tu passes par un peu les mêmes étapes que nous quand tu relèves une épreuve (j’en ai marre, jeux que ça s’arrête, aller tiens bon, encore un peu, tu peux pas t’arrêter maintenant !! ;D ). En tout cas quel modèle tu fais de nous montrer une telle détermination, un tel mental en…iron ! 😉
    Bravo bravo bravo !
    Béné

  • Repondre Marionm 1 novembre 2016 à 20 h 49 min

    Waouh en te lisant j’avais l’impression d’y être. Un grand bravo et un grand respect pour ton exploit

  • Repondre Aurélie 2 novembre 2016 à 9 h 13 min

    Un article magnifique et tellement motivant, ça donne envie de franchir le cap ! Félicitations pour ta performance, belle continuation dans l’eau et sur les routes 😉

  • Repondre Kakou 2 novembre 2016 à 9 h 52 min

    Bravo pour ton premier Ironman . Un super compte rendu qui m a fait vivre tes émotions! Bravo encore anne.

  • Repondre Mlle Colibri 2 novembre 2016 à 11 h 45 min

    J’ai adoré lire ton compte-rendu ! J’étais captivée du début jusqu’à la fin ^^
    Un énorme bravo à toi pour ta performance. Tu repousses toujours tes limites et ça encourage à faire de même !
    J’aime aussi que tu sois vraie et que tu partages réellement ce qui se passe pendant tes courses (même les détails pas glamour parce que on se pose forcément la question quand on prépare une course. Cela rassure de connaître l’expérience des autres).

  • Repondre Myriam 2 novembre 2016 à 13 h 06 min

    Superbe compte rendu, j’en ai des frissons!

    Un enooooorme bravo pour ta performance et ton Courage. Tu es vraiment une source d’inspiration.. Chapeau bas!

    Bises

  • Repondre elise 2 novembre 2016 à 15 h 53 min

    bonjour Anne
    j’avais suivi sur snapchat tes exploits US et j’avais hâte de lire le compte rendu de ton 1er ironman!! je suis très fière de toi et de tes exploits, c’est vraiment impressionnant!! quel parcours entre tes début de course et maintenant, t’es une warrior!!
    après 2 ans de course, je me dis que le semi marathon peut être envisagé de mon coté??!!
    continue comme ça, ne change pas!!
    j’en profite aussi pour te dire que le reportage 7 à 8 est très sympa!
    a bientôt pour te lire!

  • Repondre kazou 2 novembre 2016 à 18 h 18 min

    Wahou, bravo, bravo, BRAVO! J’ai chaud et je suis fatiguée rien qu’à te lire. Merci pour l’excellente qualité de ce compte-rendu qui nous fait vraiment vivre ton Iron Man, un peu comme si on l’avait fait. Mathieu et toi êtes de vraies machines, un mental d’acier, une détermination de fou, vous êtes un superbe exemple! Encore félicitations 🙂

  • Repondre Audrey 2 novembre 2016 à 19 h 22 min

    Un grand bravo!!! Quelle expérience, quel challenge! C’est fou de se dire que toi et tous les autres avez fait 3 sport d’affilée pendant au moins 6h! (Et là je me dis que l’ironman complet ca doit être HYPER exigeant!)

    En tout cas, de lire tes comptes-rendu WAHOU (de marathon et de triathlon) ça donne envie, ça me motive à continuer malgré les blessures qui se succèdent… A cause d’elles je n’ai pu faire qu’un semi-marathon en presque 5 ans de running mais je persévère et j’espère vraiment réussir à courir un marathon un jour pour vivre des émotions aussi intenses.

    J’aurais aimé savoir si tu comptais faire un article plus précis sur ta préparation triathlon. Ca reste très flou pour moi. Je nage, je cours et je me dis qu’un jour pourquoi pas ajouter le vélo. En fait est-ce que à un moment tu as fait les 3 dans la même journée? Ou est-ce que c’était l’inconnu ?

  • Repondre Heymeuwine 3 novembre 2016 à 14 h 11 min

    Génial ce compte rendu! Félicitations pour cette incroyable performence!!!!
    Tu es une sacrée warrior!

  • Repondre Swallon 3 novembre 2016 à 16 h 10 min

    Woaw ! Je ne pouvais que commencer par ce mot. Ton combat m’a filé les larmes aux yeux, remué le bide et montré que tout est possible. Je pourrais soulever des montagnes. J’ai envie de tout donner et de continuer à me lancer des défis. Faire les choses pour moi et être fière de ce que je peux accomplir.

    Merci pour la source de motivation au quotidien. Les photos sont magnifiques. Ton sourire et ta simplicité aussi ! 😀 Keep going & well done !

  • Repondre Laurent 5 novembre 2016 à 10 h 16 min

    Ca force l’admiration ! Bravo ! You did it ! 🙂

  • Repondre Claire 28 octobre 2017 à 11 h 24 min

    Merci pour cette retransmission d’émotions! Il y a encore quelques temps je m’étais dis jamais de marathon et je viens d’en minscrire à mon premier pour Paris avril 2018! Là je lis ton article et je me dis pourquoi pas tenter un triathlon prochainement ^^
    Bravo à toi pour cette énergie !!