Compte-Rendu: les 10km l’Equipe 2015 #194

21 juin 2015 - Sports - 23 commentaires

Hi,

compte rendu avis running 10km l'équipe 2015

Dimanche dernier, le lendemain de la 3eme édition du Run and Yoga (déjà !!! et ça ne fait que commencer hihi on prévoit plein de super belles choses pour l’été et la rentrée), je prenais le départ à 9h10 des 10km l’Equipe, le fameux « plus gros 10km de France » dixit Aso Challenge, l’un des partenaires de la course. Bon.

J’ai déjà participé à pas mal de courses officielles de 10km, mais le seul équivalent en terme de grosseur (plus joliment dit : nombre de participants) était le 10km Paris Centre organisé en octobre. Pour le 10km l’Equipe, nous étions environ 20 000 coureurs à prendre le départ, dont 32% de femmes. L’organisation se targuait de ce pourcentage, mais honnêtement pour 30% de femmes, toutes les courses atteignent (heureusement) ce taux actuellement. On croise les doigts pour que ça soit du 50/50 un jour, n’est-ce pas les filles 😉 !!

Bref, ce n’était donc pour moi que la deuxième fois que je prenais le départ d’un « gros » 10km. Résultat, j’ai été un peu surprise de découvrir qu’il y avait des vagues différentes de départ avec des horaires de convocation différés… un peu comme sur le semi de Paris. C’est là que j’ai réalisé le monde qui allait courir dimanche matin. D’ordinaire, j’adore participer à un 10km officiel car je trouve l’organisation plus « cool », moins stressante ou angoissante que les plus grosses courses de semi-marathon où tout de suite là on ne peut pas se présenter comme une fleur 10min avant le départ. Bon pour le coup, c’était raté, mais tant mieux j’ai pu découvrir ce que c’était un autre « gros » 10km que celui du 10km Paris Centre.

Retrait des dossards :
Pour une fois, ce n’est pas moi qui ai retiré mon dossard (même si j’adore faire ça), j’avoue avoir été bien prise vendredi et samedi pour le Run and Yoga. Résultat, c’est Matthieu qui était de corvée mais qui l’a fait avec plaisir puisque lui aussi prenait le départ de la course (retrouvez son compte-rendu par-ici). Ça me faisait tellement plaisir d’enfin repartager un départ de course avec lui.

En tout les cas, le retrait a été hyper efficace : un petit sac, le t-shirt avec la taille demandée (impossible de changer et tant mieux puisque c’est là qu’arrive les couacs !) et c’est parti.
Je note quand même quelque chose qui commence un peu à m’agacer au niveau des courses de plus grande ampleur : la convocation et le certificat médical. Je ne comprends pas que nous devions fournir à nouveau notre certificat médical au moment du retrait, d’autant plus lorsque nous l’avons déjà envoyé lors de l’inscription. Quant à la convocation, encore un papier en plus à imprimer qui ne sert strictement à rien si ce n’est faire mourir un arbre. Je crois que se présenter avec juste une pièce d’identité et le numéro de dossard suffit largement, mais bon passons, c’est juste dommage de compliquer tant l’organisation pour pas grand chose.

Je portais : t-shirt, short et baskets Puma

Samedi : J’aurais dû bien entendu me reposer, ne pas faire grand chose de ma journée comme je vous le conseille dans cet article sauf que j’ai pas mal couru avec le #dubndiducrew, j’ai enchainé et beaucoup piétiné durant le vide-dressing. Résultat le soir j’étais HS néanmoins, après avoir beaucoup réfléchi sur ma pratique et mon rythme (je vous en parlais dans mon article bilan de mon premier marathon), j’ai décidé de courir ces 10km l’Equipe avec un objectif.

On est loin des objectifs que je pouvais avoir en janvier ou février pour les différents 10km auxquels j’ai participé, mais je suis assez fière de mettre mis un peu la pression. J’en avais besoin même si je reconnais avoir eu du mal à me donner des coups de fouet pour renouer avec mes sensations de vitesse et mon NEIN NEIN NEIN TU BOUGES TON POPOTIN ET TU VAS LE CHERCHER TON RECORD YAAAAA.

Ainsi le soir, je prépare ma tenue (la fameuse photo sacrée d’avant course), je réfléchis un peu à mes sensations, mon état de fatigue et l’objectif se fixe naturellement : Moins de 50 min, certainement dans les 49min. Mes jambes sont fatiguées mais ça fait déjà 2 semaines que j’entraine à nouveau mon petit cœur et mes muscles à la vitesse et à lâcher ma posture « d’économie d’énergie » (je me mets en mode halogène si vous voulez rester dans les images d’ampoule ahah) C’est tout à fait possible, ce n’est pas ambitieux mais au moins, je suis réaliste et j’essaie d’être en phase avec « moi-même ». Je crois que c’est essentiel lorsque l’on va participer à une course, oui il faut se dépasser pour atteindre son objectif, mais fixer un objectif trop ambitieux peut être contre-productif, pas physiquement mais sans aucun doute moralement.

compte rendu avis running 10km l'équipe 2015

Dimanche : D-Day

7h20 : réveil en sursaut ! On est super en retard, nous n’avons pas entendu notre réveil. Résultat on se prépare à la va-vite et on saute dans Uber en catastrophe. On souhaitait prendre le métro comme tout le monde mais je crois que nous serions jamais arrivés à l’heure pour intégrer nos SAS

8h20 : On arrive pile poil pour le petit rendez-vous #Dubndiducrew et les derniers encouragements avant d’intégrer nos SAS aux horaires de convocation (8h45 pour celui que j’avais ambitieusement choisi à 45min). Sur le chemin menant au SAS, on file nous soulager dans un petit bar (encore merci au barman de nous avoir accueilli) avec d’autres participantes. Bonne décision, car parfois le stress peut nous donner l’illusion de l’envie mais pas là loool. Bref. On intègre nos SAS, malheureusement l’organisation est inflexible et ne laisse pas passer Pauline, une coureuse aussi du #Dubndiducrew dans notre SAS car elle ne s’est pas inscrite dans celui-ci. Bon. Ce n’est pas grave mais ce premier contact avec l’organisation me déçoit un peu, néanmoins pour le moment tout est assez clair et net. Le seul bémol, l’itinéraire entre République et la ligne de départ est encore ouvert aux voitures, résultat on manque de se faire écraser par un scooter fou furieux (ou tout simplement un fêtard qui veut rentrer chez lui)

8h50 je crois que les premiers SAS partent, on commence doucement à remonter vers la ligne de départ. L’ambiance est au rendez-vous, elle est très différente de la course Nike Women de la semaine dernière, forcément il y a plus d’hommes, c’est autre chose… Je crois que je suis entourée de beaucoup d’hommes participants pour la première fois à une course. Je sens leur stress et leur envie d’y aller. Résultat, je trouve que cette course plutôt mignonne. C’est mignon des hommes qui se lancent pour la première fois. Des femmes aussi, mais là pour le coup avec cette atmosphère plus mixte, plus débutante, il n’y avait pas de machos que l’on croise dans les SAS au chrono rapide.

9h10, le départ est lancé, je pars à mon allure objectif pour faire -50min. J’essaie de m’écarter un peu des autres coureurs en me disant que je suis dans un SAS trop rapide pour mon objectif et je ne souhaite surtout pas gêner les autres coureurs. Mais finalement, il n’en est rien, au contraire je double pas mal de monde sur les premiers kilomètres. Certes, je double mais ça ne me gêne pas autant que sur d’autres courses auxquelles j’ai pu participer.

Les routes sont larges, les vagues de départ ont été bien menées, résultat pas de ralentissement ni de bouchon durant la course. Par contre, je suis un peu plus dubitative niveau parcours. J’avoue ne pas du tout avoir regardé l’itinéraire avant le matin de la course. J’ai forcément reconnu quelques endroits eux aussi empruntés par le semi ou le marathon de Paris et me suis préparée aux montées et faux-plats que je connaissais.

J’ai été donc un peu surprise lorsque le speaker a parlé d’ « une unique » montée au km 7-8 et d’un parcours « super roulant ». Pour moi un parcours super roulant, c’est celui de la Prom’Classic tout plat, tout droit (tout ensoleillé avec vue sur la plage) et grâce auquel forcément tu peux battre ton record. Ainsi, j’ai trouvé le surnom du 10km l’Equipe un peu usurpé « les 10km les plus plats de Paris »… « le 10km !! pour battre vos records ». Mouaiiiis non. On a dû grimper facilement 3 longues montées, pour une unique bonne descente et de nombreux faux plats. Le parcours n’était pas dur en soi, au contraire, je l’ai adoré celui-ci, mais il vaut mieux annoncer la couleur !

Je passe donc la première montée vers Daumesnil gentiment. J’atteints mon rythme de croisière autour du 4eme kilomètre et je le tiendrai comme un petit métronome jusqu’à l’arrivée. J’étais tellement contente de me forcer à courir à cette allure et d’arriver à la maintenir. J’ai les jambes un peu lourdes du à la fatigue d’hier, mais lorsque j’atteints le 5eme kilomètre, je zappe le ravitaillement. Je me sens bien, je ne veux pas casser mon rythme pour un petit coup d’eau dont je n’ai pas besoin sur le moment. Le seul truc dont j’aurais pu avoir envie était du sucre afin d’avoir un autre bon coup de fouet et le boucler en 48min mais ce n’était pas l’objectif. Chaque chose en son temps.

J’apprécié énormément le parcours dès le 5eme kilomètre car je ne connais aucune des rues que l’on emprunte. Par contre, à chaque montée, je me dis que l’organisation n’a même pas dû tester son propre parcours. À chaque montée, je me dis que ça doit être la fameuse « seule et unique montée » mais non… il y en a toujours une après lol.

Rien de bien méchant puisque mon cœur ne s’emballe pas et que le rythme reste stable. Je repère enfin un petit lièvre (j’adore suivre une personne qui a un rythme similaire au mien mais un peu plus élevé pour forcément me pousser à aller plus vite), c’est un monsieur noir, très mince, très souriant, je le suis de quelques mètres. Je n’aime pas être trop proche, mais je le suiiiiiiiiis.

compte rendu avis running 10km l'équipe 2015

 

Vous voyez que moi aussi je suis moche sur les photos officielles des courses 😉

La course est très bien banalisée, ça n’empêche pas aux parisiens de couper le passage et de traverser n’importe comment entre les coureurs. En parlant de balise, bon vous allez me dire que je suis lourde mais peut-on parler des panneaux au 6eme km et au 9km ??

« Allez les filles, il y a des beaux mecs devant » (ou un truc similaire)

Je m’énerve toute seule dans ma tête (on se distrait facilement finalement lorsque l’on court !) Question 1 : Ah parce que les mecs (beaux ou pas) ne peuvent pas être derrière moi plutôt ? Question 2 : Je ne cours pas après les mecs… quand je cours ! Question 3 :Non en fait c’est un constat : TOUJOURS AUSSI misogyne ce magazine l’Equipe !!! Bon je continue ma course et enfin arrive la fameuse grosse montée auquel faisait allusion l’organisation. Arrivée en haut, nous atteignons le père Lachaise et découvrons un nouveau panneau qui apparaît :

« Allez les mecs, belles filles juste devant »

Reflexion 1 : admettons que cette bannière « pardonne » la première, l’équilibre des forces et des réflexions débiles, je tacle le sexe féminin, puis je tacle le sexe masculin = tout va bien, les 2 blagues s’annulent. Reflexion 2 : les mecs non plus ne courent pas forcément que pour les filles Reflexion 3 : L’Equipe a franchement besoin de sortir de cette logique Reflexion 4 : On s’en fiche en fait non ? Reflexion 5 : Bon mon petit lièvre ne redémarre pas après la montée, je double, je le lâche… je lâche vraiment mon lièvre ?

Grand drame de la course, j’ai mal parié sur mon lièvre qui a un petit coup de mou au 8eme km, je décide donc de partir….Snif… abandon mais faut bien garder le rythme !! 9eme km et la fameuse petite descente vers République. Je décide d’accélérer car forcément, les jambes fatiguées ça va 5min, mais je peux encore les faire bouger. Je cours donc mon km le plus rapide entre 9 et 10 km et passe la ligne d’arrivée en 49min 33, heureuse mais un peu énervée : pourquoi je me suis réveillée qu’au 9eme kilomètre ?

Mais finalement, l’essentiel c’est que je retourne à ma vitesse doucement mais surement, peut-être que si j’avais tout donné, en tout les cas je ne serai pas redescendu à mon record de 47min20. J’en ai encore sous la semelle, un peu d’entrainement supplémentaire et ça va revenir. En somme, je ne suis pas épuisée de ma course, je n’ai pas tout donné, mais j’ai donné ce qu’il fallait pour cet objectif et j’en suis très mais alors TRES satisfaite.

J’attends Matthieu qui a couru à son rythme, de retour de blessure, il n’avait que l’objectif de finir les 10km l’Equipe. J’avance, je recupère ma médaille et en voyant le monde qui est déjà réuni à République, je préfère attendre dans un coin près d’une barrière. Et c’est là que les ennuis commencent. Je me suis littéralement fait agresser à 3 reprises par des bénévoles pour me virer de cet endroit alors que je ne gênais personne, ni la circulation des coureurs, ni la distribution de médaille. J’ai dû rester même pas 5min mais j’ai eu le temps de me faire insulter et pousser physiquement dehors alors que j’expliquais 30 fois que j’attendais juste quelqu’un pour le retrouver. En fait j’étais surtout super inquiète que Matthieu, injoignable, se soit à nouveau blesser et que je ne le trouve pas.

Résultat, l’arrivée de la course est franchement gâchée par des bénévoles zélés (et irrespectueux). Je comprends qu’ils obéissent à des consignes mais un peu d’humanité que ça soit au départ avec les SAS ou à l’arrivée, ça ne tue pas.
Dommage… dommage !

Petit bilan :
Je suis super fière de Matthieu qui a bouclé cette course, HE’S BACK !! Je crois que j’étais plus contente pour lui, pour nous que pour moi. Mais globalement, j’ai plutôt apprécié cette course, le nombre de participants est très bien géré, l’ambiance très agréable, même si tout au long du parcours, c’était un peu moins le cas. Heureusement, il y avait le soleil pour nous accompagner ni trop chaud, ni trop froid.
Les seuls hics sont sur le prétendu « plat » de ce 10km qui ne l’est pas du tout, le côté sexiste et sévère de l’organisation.

Concernant mon résultat, je suis aussi hyper contente, ce n’est pas un record, mais c’est un bon début de retour à la vitesse que je souhaitais. Prochain rendez-vous ? en septembre puis octobre, j’aurais certainement l’ambition de descendre à 46min !!

Avez-vous participé au 10km l’Equipe… ou à une autre course ? Partagez votre petit compte-rendu de course 😉

A bientôt

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 commentaires

  • Repondre Carosauvagine 21 juin 2015 à 13 h 22 min

    Salut Anne,

    comme toujours, super compte rendu et bien détaillé ! Je n’ai pas participé à cette course mais ton article me donne envie de m’y frotter l’année prochaine (en espérant les panneaux sexistes en moins lol mais je crois que c’est pas près de changer…).
    Bravo d’avoir tenu ton objectif et bravo à Matthieu pour son retour au top ! 😉 Et c’est toujours agréable de pouvoir faire une course avec son copain. J’espère pouvoir faire les 10km Paris Centre avec mon amoureux en octobre. Se fixer des objectifs ambitieux mais réalistes, c’est un conseil que je vais retenir car on veut toujours faire mieux mais savoir s’écouter et être en phase avec soi-même c’est primordial 🙂
    Sinon la prochaine course pour le fun et sans objectif pour moi ce sera la Noctambule en septembre.

    Bonne journée 😉

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 42 min

      Coucou
      Super pour octobre ça va être sympa 😉 !
      Ensuite c’est certain qu’il faut se fixer des objectifs réalisables quand même, sinon ça en devient frustrant ;P

  • Repondre Ma fine bouche 21 juin 2015 à 15 h 56 min

    J’ai participé à cette course même si je pense que ce sera ma première et dernière fois. L’organisation était bonne, mais sans plus selon moi. Par ailleurs, moi-aussi j’ai noté les panneaux « sexués » qui n’avaient rien à faire dans une course selon moi ! La côte de Daumesnil m’a semblé beaucoup plus rude que celle avant le Père Lachaise ! Mais une course se vit différemment ! Je suis très contente d’avoir battu mon record sur cette course, mais je suis également ravie de courir à nouveau sans objectif autre que le plaisir.

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 39 min

      Idem c’était bien mais pas plus 😉
      Bravo pour ton record !

  • Repondre Noush 21 juin 2015 à 19 h 09 min

    Je me suis dit la même chose pour la pancarte, je préfère quand les mecs sont derrières moi haha. Surtout quand ce sont de grands gaillards, ça fait toujours du bien au moral 🙂
    J’ai voulu vous rejoindre avant la course mais je suis arrivée à 8h19 pile et plus personnes au point de rdv 🙁

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 37 min

      Oh c’est bizarre car nous sommes arrivés vers 8h20 pile 🙁 !

  • Repondre Mimii 21 juin 2015 à 20 h 21 min

    Bravo de ta course et de ton objectif, mission accomplie! moi j aime bien les panneaux rigolos, même un peu sexistes, car je le prends au second degré, sur les courses. ça distrait, un peu comme ceux qui ont un petit mot gentil et plein d humour quand tu es au ravito! ça te fait oublier tes efforts ou ta fatigue un instant. En tout cas, ça marche pour moi.
    Aujourdhui, j ai fait ma 10eme course ( un challenge national montagne D+1170m), et j ai fait mon 9eme podium, ce qui etait mon objectif ( finir au podium scratch F), je suis contente de moi, même si pour y arriver à moins de 10 mois que j ai commencé courir, j ai enchainé pas mal de petites blessures.Bonne continuation et bonne soirée

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 48 min

      Toutes mes félicitations !

  • Repondre Uty 21 juin 2015 à 22 h 05 min

    Je n’ai pas beaucoup aimée les panneaux non plus. À 5 Km il y avait « ne t’arrête pas, de toute façon tu auras mal »… so what ? ^^ »

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 44 min

      Oui les pancartes étaient vraiment « hors sujet » lol

  • Repondre Amanda 21 juin 2015 à 22 h 17 min

    Merci pour ce compte-rendu !
    J’étais ce jour-là également sur un 10k, plus confidentiel (1400 participants), à St Germain en Laye (78) ; rien que pour le décor je me le réserve pour l’année prochaine ! Mon résumé ici : http://wp.me/p69vyh-95
    Les grosses courses type ASO ont plutôt tendance à me décevoir, j’en suis à ma 9e cette année et je me rends compte que j’apprécie plus les courses un peu moins populaires (moins « marketing »). Pour 2016 je vais donc sûrement zapper le semi de Paris par exemple, pour privilégier les courses au côté sympa et bien organisées. Les 10k de l’Equipe j’hésite du coup, je verrais d’ici là si mon copain a vraiment envie de la faire ou pas ! mais sinon je me rabattrai plutôt sur une course plus originale.

    Je viens de courir ma dernière épreuve avant la reprise en septembre (course royale de Versailles ce matin), je suis un peu nostalgique ! vivement la reprise, et au plaisir de te recroiser sur de belles courses parisiennes cet automne !
    Bizz

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 48 min

      Ahhh mais je suis tout à fait d’accord avec toi.
      Finalement les courses « plus petites » sont souvent bien mieux organisées et sympa que les soi-disant « grand rendez-vous »
      (bon à quelques exceptions près forcément lol)

  • Repondre Katie 21 juin 2015 à 22 h 29 min

    Bonsoir Anne, et petit coucou à toutes celles qui viennent sur ton blog
    J’ai moi aussi fait la course, avec beaucoup de fatigue car je ne dors presque plus depuis 3 ans et je fais des sorties longues presque tous les jours (j’alterne avec de l’elliptique et je vais peut être me remettre au VTT et roller avec les beaux jours)
    Première course pour moi, dossard offert par la TEAM ANITA avec en prime un beau soutien gorge
    Aucun objectif si ce n’est finir ma course sans savoir ce que je vaux en sortie courte (je fais plutôt 15 kms d’habitude)
    Je pars dans le SAS des 51 minutes, je cours tranquillement en doublant pas mal de monde y compris le meneur d’allure
    Au KM 5 ravitaillement que je ne prends pas, je ne mange jamais et je ne bois pas quand je cours, déjà car je cours juste après le petit déjeuner (je sais j’ai vraiment tout faux), bien copieux et avec plusieurs tasses de café ou thé dans le bide, donc c’était une grande première de courir 3h après
    J’ai moi aussi repéré un lièvre, un géant que j’ai accroché car ses grandes pattes faisaient un pas quand moi j’en faisais 2
    J’ai repéré les panneaux et ça m’a fait grincer des dents
    par contre j’ai détesté la douche imposée par les pompiers horrible
    mon lièvre m’a lâché aussi au km 8 je l’ai attendu à l’arrivée
    j’ai bouclé le tout en 45.43 min, super fière de moi car 1ère course et ce sans forcer du tout
    par contre sûrement la dernière course car n’habitant pas sur Paris j’ai dû dormir chez ma grand mère, et prendre le bus et le RER à 6h00 du matin c’était pas rassurant pour la campagnarde que je suis
    et passer le samedi et le dimanche dans les bouchons après plus d’1h de route ça fatigue
    bonne continuation à toutes

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 49 min

      Felicitations mais regarde, si tu bats ton record avec un bon petit dej’, je ne crois pas que tu aies tout faux, au contraire 😉 !!

  • Repondre Lena 22 juin 2015 à 10 h 08 min

    Je me suis fait exactement la même remarque pour le panneau sexiste.

    Avec une copine, on a lancé une autre phrase « courrez les filles pour échapper au sexisme! »

    Bravo pour ton chrono, moi ça me fait rêver!

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 50 min

      Merci Lena 😉

  • Repondre evasion2000.org 22 juin 2015 à 20 h 09 min

    Bravo et une médaille de plus! Navré de ce qui t’est arrivée avec les bénévoles mais bon… ils sont généralement pas formés et certains ont loupé le plus important dans la vie sociale : la politesse! Bravo également à Mathieu qui n’a pas abandonné malgré l’effort intense après sa blessure.

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 50 min

      Oui mais c’est bien dommage, ça laisse vraiment une mauvaise impression.

  • Repondre Julie / Hors du temps 22 juin 2015 à 23 h 07 min

    Cette course avait l’air sympa (mais je pense que je suis incapable d’enchaîner deux 10k coup sur coup …).
    J’ai un peu l’impression que c’est le pendant masculin de la course Nike Women Paris (ex we own the night).
    En tout cas, c’est toujours une belle performance d’être sous la barre des 50min !

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 51 min

      Oui j’ai la même impression, c’est un peu La course pour les mecs VS la course de Nike une semaine avant pour les femmes.

  • Repondre Jane 23 juin 2015 à 14 h 00 min

    Bonjour,
    J’ai participé l’an dernier et c’est, je crois, le 10km que j’ai préféré niveau ambiance et organisation. J’en garde vraiment un excellent souvenir et je regrette beaucoup de ne pas avoir pu participer cette année. Le parcours m’avait semblé plutôt facile et j’avais bien apprécié l’arrivée en décente mais peut être a-t-il changé !
    Bravo pour ta course !

    • Repondre Anne 23 juin 2015 à 15 h 52 min

      L’an prochain peut-être 😉 !

  • Repondre Lina 14 août 2015 à 11 h 20 min

    Bonjour Anne,
    Je lis tout juste ton article avec 2 mois de retard (pas bien!!!!). Je réagis parce que j’étais bénévole aux 10 km et je comprends ta réaction face aux bénévoles pas très commodes, mais comme tu l’as dit nous avions des consignes et une grande majorité de coureurs ne coopérent pas toujours. Pour avoir été bénévole au Marathon également, je peux te dire que les consignes sont différentes et même s’il y a plus de monde au marathon on est plus cool au vu de la difficulté de la course et de la population qui y participe.
    Anyway j’espère te croiser à la prochaine saison ou aux 20 km si tu y participes !