Breaking Me #870

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Oui vous n’en croyez pas vos yeux un article look blabla. Ce n’est pas que je n’avais rien à dire ou écrire sous cette forme ces derniers 3 mois mais, je crois que j’étais dans une sorte de brouillard mental. Je n’ai pas vu le temps passer et à la fois cette période s’est écoulée très lentement. Pas de look non plus à vous partager, j’alternais entre tenue de sport et de joggings pour sortir Pippa.

Depuis le 11 mai, j’ai pas mal enchainé pour la reprise du travail. Je n’ai pas pu travailler… je n’ai quasiment pas “travaillé” depuis mi-mars. Pas de travail pas de revenu en tant qu’indépendant. Tout s’est arrêté. Heureusement, j’avais les lives sportifs avec vous et le Dubndidu Atelier sur lequel j’ai pu produire beaucoup de contenu. C’est très compliqué de faire face à cette situation. Cela m’a permis de pas mal réfléchir. Je me suis sentie à la fois très privilégiée d’être chez moi dans un espace grand et en sécurité, mais aussi très angoissée pour l’après. Clairement, ma situation n’est pas à plaindre et dès que j’avais des coups de moins de bien, j’ai évité de le partager en ayant totalement conscience qu’il y avait des personnes bien moins loties que moi. C’est bien ça qui m’a le plus explosé au visage.

Quand nous sommes dans notre quotidien, notre travail, nous portons des oeillères. Je dis nous, mais peut-être n’est-ce pas votre cas ? Lors de mes études, j’avais cette sensation d’être beaucoup plus en phase avec la diversité des réalités de tous. Mais depuis que je bosse, dans un milieu privilégiée, je ne retrouve pas cette diversité, je suis dans une bulle. Honnêtement, c’est confortable, même très confortable. Mais ce n’est pas la réalité. Je dois me tenir au courant,  je dois la chercher sur Twitter.

J’avais laissé un temps ce réseau social… A présent, j’y suis à nouveau très active. Je me prends quotidiennement des claques. Je ne sais pas tout, je n’ai pas raison sur tout et j’aime ce débat, j’aime lire, j’aime découvrir, j’aime cette émulation, j’aime suivre des gens dont les opinions me dérangent, me dérangeaient ?, me forcent à me remettre en question. Ce n’est pas facile comme position. J’ai l’impression d’être souvent en colère, agressive, frustrée mais ces sentiments sont bien différents de ceux que je ressens sur Instagram où je vois ce réseau comme des respirations, des parenthèses qui font du bien au moral.

J’imagine que nous utilisons tous nos réseaux sociaux de manière différente. Cependant, je n’aurais jamais cru avoir une telle opposition entre mes réseaux sociaux. Je souhaite que mes contenus soient le reflet de mes engagements, même si ces engagements sont encore brouillon et partent un peu dans tous les sens: les déplacements doux comme le vélo, la protection animale, l’environnement, le féminisme… Je ne veux pas militer sans être moi-même bien éduquer sur le sujet. S’éduquer prend du temps mais vaut le coup. Même si moralement, j’ai envie de baisser les bras tant la tâche me semble immense.

En tant qu’influenceur, je n’ai pas le droit à l’erreur. Je n’ai pas le droit de me tromper, encore moins sur des sujets graves, politiques et sociaux. Je n’ai pas le droit d’évoluer, de changer d’avis. C’est bien triste de ne plus avoir cette liberté. Mais bon, ce n’est pas le sujet.

Si je vous écris tout ça, c’est bien pour vous encourager à continuer de vous “auto-éduquer” pour garder les oreilles et les yeux grands ouverts, pour vous créer votre propre opinion, votre propre socle de savoir afin d’agir et d’éduquer à votre tour vos entourages, quelques soient les engagements que vous prenez 🙂 !

Veste – Roxy
Debardeur – Uniqlo
Pantalon – H&M
Sandales – Birkenstock


Premier look de ce déconfinement. Le printemps est toujours là. On le savoure d’autant plus. J’ai pris cette tenue lors d’une promenade avec Pippa. Je me suis rendue compte qu’on était assorties. Tel maître, tel chien ?! Je commence à y croire un peu.

2 petites nouveautés : absence total de soutien gorge. J’avais déjà commencé à lâcher cette chose. Je n’en ai pas réellement besoin. J’ai la chance d’avoir une petite poitrine. Avec le confinement, je n’en ai plus DU TOUT porté et je n’en ai plus du tout l’envie depuis. J’essaie d’assumer mes seins, leur forme et leur liberté. J’ai écoute d’ailleurs un super podcast à ce sujet de la part de Quoi de meuf: Deconfinénés (drôle en prime ;P). Je vous le recommande pour être plus à l’aise avec vos seins et lacher le soutien gorge (si la taille vous le permet bien sûr)

L’autre nouveauté ? une paire de Birkenstock ! Encore une. Je le tweet justement. Je trouve ces sandales increvables. J’en ai depuis plusieurs années et elles ne bougent pas. Cette année, je cherchais des sandales avec fines lanières qui s’enfilent rapidement (contrairement à une autre paire que j’ai, que j’adore mais… relou à mettre). Tadaaa c’est trouvé et je crois qu’elle va devenir un bon basique des années qui arrivent 😉

@ très vite

Ne vous arrêtez pas là !

Calm Down #871

Calm Down #871

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je n’ai pas vu la rentrée, le mois de septembre passé. Je me…
Mon 1er Voyage à vélo: 600km en 5 jours en Alsace

Mon 1er Voyage à vélo: 600km en 5 jours en Alsace

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je reviens de 5 jours assez intenses sur mon vélo. J’ai enfin pu…
Je vous présente ma Birchbox Edition Limitée spéciale Sport

Je vous présente ma Birchbox Edition Limitée spéciale Sport

Hi, J’espère que vous allez bien et que votre rentrée s’est bien déroulé ! Après un été plutôt studieux (comme…

13 réflexions sur “Breaking Me #870”

  1. Bonjour Anne,
    tu as écrit “J’ai l’impression d’être souvent en colère, agressive, frustrée mais ces sentiments sont bien différents de ceux que je ressens sur Instagram où je vois ce réseau comme des respirations, des parenthèses qui font du bien au moral.” En fait c’est tout à fait ça que je ressens sur ton twitter et ton instagram. Sur twitter, j’ai l’impression que tu fais beaucoup de tweets “rageurs”, en “attaquant” et en interpellant, sans de véritable construction. Et le soir on a une photo de toi et un post sur instagram où tu es hyper souriante. J’avoue que j’ai un peu de mal à comprendre et j’ai l’impression que ton vrai caractère est sur twitter et que sur instagram, c’est “faux”. En tous les cas, cet article tombe à point pour expliquer la situation. Après tu gères tes réseaux sociaux comme tu veux.
    Bonne continuation.

    1. Coucou Delphine,
      Non je ne pense pas être fausse sur Instagram, je trouve justement que c’est là-bas où je renoue avec mon calme et ma paix. C’est pour ça que j’explique dans mon article qu’instagram est pour moi un réseau social de “respiration” et de good vibes. Tu ne peux pas être souriante H24 tout comme tu ne peux pas être en colère H24. Nous avons chacun des personnalités avec différentes facettes, c’est peut-être dérangeant pour toi de voir qu’effectivement j’ai plusieurs facettes qui ne sont pas toutes à base de tweet rageur ou de photos de fleurs.
      Donc il n’y a pas de “vrai” caractère sur tel ou tel réseau social, il a juste UNE personne avec un caractère complexe, comme dans la vraie vie 🙂 et dans la vraie vie, je suis sûre que tu as des amis avec des personnalités avec des jours avec ou des jours sans. Je ne suis pas en colère h24 en train d’hurler contre le gouvernement pour plus de pistes cyclables.
      Enfin, il n’y a rien de gratuit et sans construction sur mon Twitter, je suis engagée sur les problématiques je partage depuis plusieurs années et j’ai, notamment dans le féminisme et les déplacements doux comme le cyclisme, maintenant un bon socle de connaissance.
      De même, je ne crois pas qu’il faut forcément des années de formation et d’éducation pour s’exprimer ou s’engager.
      C’est exactement ce genre de commentaire que je trouve decevant, comme si ma personnalité se limitait à des tweets ou des photos, c’est bien triste et pauvre de me limiter à ça.

      1. Dans mon commentaire j’ai bien écrit que ‘j’ai limpression’ et que ton article tombait à point pour expliquer la situation. Plus le petit commentaire que j’ai rajouté à la fin sur les articles look blabla que j’apprécie vraiment. Donc ta personnalité ne se résume pas à des tweets ou des photos pour ma pensée qui n’est ni triste ni pauvre. Merci.

        1. Delphine, je n’ai pas écrit que c’était ta pensée mais bien “ce genre de commentaire”. Mets-toi à ma place 😉

  2. Salut,
    Je ne comprends pas trop pourquoi garder un compte “bouffée d’oxygène” et un autre “je dis ce que je pense”. Enfin si, je peux comprendre. Et en même temps j’en ai marre qu’Instagram ne soit qu’une image positive tout le temps. Alors oui ça fait du bien, et en même temps ça donne l’impression que la vie est toujours belle.
    Cette remarque ne te concerne pas uniquement, c’est plutôt une réflexion tournée vers l’ensemble des comptes instagram. D’un côté le “Goodvibes” c’est bien. Mais à la longue c’est usant. J’ai l’impression que tous les comptes se ressemblent. On voit les influenceurs vanter les mêmes produits, acheter les mêmes marques, faire des voyages de OUF aux 4 coins du monde, faire du sport et avoir un corps de rêve tout en menant une vie professionnelle et en élevant des enfants, aimer manger Healthy et se réjouir de manger une salade de fruit en dessert au restaurant plutôt qu’un gâteau au chocolat ou une petite glace…
    Je caricature un peu, mais il faut pouvoir prendre du recul par rapport à tout ça pour trouver la paix avec soi-même et ce n’est pas donné à tout le monde.
    On demande aussi aux influenceurs d’être différents les uns des autres, mais on veut qu’ils s’expriment sur les mêmes sujets (c’est surtout flagrant les derniers temps). On veut qu’ils en disent plus sur leur vie privée mais on leur reproche alors de ne pas être assez comme on le voudrait. On veut qu’ils disent quand ça ne va pas, mais on leur demande d’arrêter de se plaindre.
    Je trouve que c’est vraiment un réseau bourré de contradictions.
    Je continue de préférer les blogs. Il y a beaucoup plus de nuances dans un article que dans un post instagram. Et si on recherche une photo esthétique, c’est tout à faire possible.

    1. Coucou Audrey,
      JE pense qu’il faut faire un tri, après je ne pense pas compartimenter à ce point mais je comprends/entends ta lassitude

  3. Encore une fois, merci beaucoup pour cet article pas si long mais plein de bon sens et de beaux messages qui font réfléchir !

    Oui, s’auto-éduquer est essentiel, cela n’a jamais été aussi accessible, mais, en même temps, il n’a jamais été aussi facile de se laisser enfermer dans une bulle pleine de biais de confirmation qui nous laisse tranquilles dans notre zone de confort… Je ne peux que soutenir ta démarche, et te souhaiter bon courage, car ta position d’influenceuse ne doit en effet pas être facile à gérer.

    Heureusement, les réseaux sociaux, les podcasts, les livres, les magazines regorgent d’informations à notre portée – le plus dur est de s’y repérer et de prendre le temps d’absorber toutes ces nouvelles connaissances et informations. Mais quelle joie lorsque l’on arrive enfin à y voir plus clair sur un sujet, à développer une connaissance plus poussée d’un domaine !

    Et le tout, dans ton cas, avec un look d’enfer !

    Merci, et au plaisir de te lire…

    1. Bonjour Anne, je suis aussi contente de te lire sur un article blabla. J’ai arrêté Instagram depuis 2 mois et même si j’ai parfois des frénésies de FOMO ou j’ai juste envie daller voir…j’arrive à me raisonner. Et je ne m’en porte que mieux,franchement. Je sais que tu n’as pas le luxe de pouvoir faire cela, mais je en comprends que trop ta lassitude.
      Mais du coup je n’ai plus accès à tes petits plats,ton blabla quotidien et ton franc parler que j’affectionne. Donc vive le blog!! Et continue à nous poster des petits blabla ,moi je suis toujours là et je viens lire (depuis 2014 quand même !!)

  4. J’adore ton look, ton pantalon est dément. Je comprend tout à fait que tu compartimente les réseaux sociaux, je trouve cela bien que tu réserves Instagram pour les belles choses de la vie. 🙂 Instagram pour moi c’est le beau dans les petits riens, c’est les jolis paysages et les photos qui nous font du bien. Si on veut des choses moins ” bisounours” ( je ne trouvais pas de terme pour m’exprimer ), il suffit d’aller sur le web ou d’autres réseaux sociaux. Je n’utilise pas Twitter donc je ne peux pas papoter sur le sujet.
    Continue à faire comme tu le sens, c’est ton blog, tes comptes sur les réseaux sociaux, tu fais ce que tu veux 😀 Bon weekend

  5. Pendant longtemps j’ai résisté a créer un compte Insta car j’avais peur justement de cette avalanche de « vies parfaites » et de superficialité. Mais quand écrire m’a manqué et que j’ai eu envie de me connecter a nouveau avec une communauté en ligne j’ai sauté le pas car mon blog ne me disait plus rien. Juste a temps pour voir l’explosion du mouvement BlackLivesMatter sur Insta.
    Finalement je me retrouve plutôt bien dans les comptes que je suis avec du beau mais aussi du politique et de la vraie vie ?
    J’aime beaucoup tes articles et le fait que tu partages tes réflexions sur pas mal de sujet (je te suis depuis ton premier article sport !). C’est ca aussi la vie, grandir et apprendre.

  6. Je pense que les gens vont sur Instagram pour se détendre et avoir des ondes positives, et que ton utilisation est donc juste, ce n’est pas un défouloir
    Tandis que Twitter est plutôt un pamphlet ambulant

    Alors je dirai que tu as plutôt raison, bien que cela soit critiquée par certains, tu as le droit d’avoir des personnalités et une facon de t’exprimer divergente sur les réseaux, cela reste tes comptes et tu en fais ce que tu veux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

This endpoint has been retired

Les actus

Retour haut de page