SE Green Runners Défi 1: Vers une pratique sportive et un Marathon de Paris plus vert

Hi,

Mardi 3 décembre, j’ai passé la matinée avec les équipes du Marathon de Paris et de Schneider Electric, LE partenaire de la course. Ça fait maintenant plusieurs années que je plonge dans l’organisation de ce légendaire marathon. Après y avoir participé moi-même (souvenez-vous, c’était mon premier !), je vous donne rendez-vous parmi les bénévoles pour vous rencontrer et vous remettre vos médailles (toujours avec beaucoup d’émotion !)

Schneider Electric a impulsé déjà depuis plusieurs années de convertir le marathon de Paris en course “carbon neutral”. En effet, l’organisation d’une telle course (+ de 45 000 participant.es !) a forcément un impact sur notre planète: bouteille d’eau, t-shirts, ravitaillements, signalétiques…mais aussi transport pour s’y rendre. 93% d’ailleurs des émissions carbones du Marathon y sont liées. L’objectif a été donner de compenser les émissions ou, autant que possible, les prévenir en changement les modes de production ou d’organisation de certains postes. En 2019, l’objectif a été atteint puisque le marathon de Paris est devenue LE premier marathon dans le monde avec une empreinte carbone nulle. C’est le résultat d’un effort combiné entre ASO, organisateur de la course, Schneider Electric, ASICS et de nombreux autres partenaires.

Vous allez me dire, c’est cool tout ça, tant mieux…mais en 2020, l’objectif est d’aller encore plus loin afin que chaque futur-marathonien puisse il ou elle aussi diminuer et compenser ses propres émissions carbones avant le grand jour-J.

Le but de la matinée que j’ai passé, était de lancer le premier challenge des SE Green Runners mais aussi de piocher quelques idées pour réussir ces futurs défis.

Je vous emmène avec moi vivre cette matinée … et vous partage les astuces ci-dessous:

  1. Plogging

Je connaissais déjà largement cette initiative qui consiste à combiner une petite séance de running avec le ramassage de déchet. Plogging est la contraction de “picking up trash” et jogging. Vous avez besoin d’un sac poubelle, de gant et c’est parti! Personnellement, je le pratique souvent en cadre de sortie groupée. À Montpellier, chaque année au printemps et à l’automne, on se lance pour nettoyer nos plages.  Ce sont des gestes simples mais qui peuvent rapidement nous faire prendre conscience de l’ampleur de la tâche.

Par exemple, ce matin-là, en 45min, nous avons ramassé 50kg de déchets, les 2/3 étaient recyclables ou à quelques mètres de poubelles. Les ramasser ce jour-là, nous permet de ne pas les voir finir dans la Seine ou pire, dans l’océan ensuite. Il est vrai que l’on peut vite se dire “nan mais ce ne sont pas MES déchets, pourquoi je devrais ramasser ceux des autres ?”. Oui je suis d’accord, mais c’est aussi notre planète à tous. De plus, en le faisant, vous donnez l’exemple. À chaque fois que je réalise une séance “plogging”, j’ai des personnes qui me croisent et qui me remercient, ou se mettent à ramasser et prennent conscience qu’elles peuvent faire “ce petit geste” en promenant leur chien, sur leur itinéraire entre chez eux et leur bureau etc. Pensez-y et organisez une séance avec vos ami.es sportifs/ves dans un cadre que vous appréciez mais qui est parfois dégradé par les déchets.

NOTE: Ne ramassez jamais d’object coupant (type verre, seringue…), munissez vous toujours de gants.

 

Initiative Baba au Run:

J’ai rencontré Jean-Baptiste lors de cette matinée, j’avais très envie de partager son concept: livrer des patisseries en courant. D’où le nom. Mais depuis, son initiative a pas mal évolué et est aussi devenue solidaire. L’objectif : vous courer vous pouvez récupérer les invendus de boulangerie et patisserie et les livrer/donner aux plus démunis lors de votre run du soir. C’est le BABA: la bonne action en baskets 😉

Plus d’info >>

2. Réduire sa production de déchets par quelques petits gestes simples du quotidien

C’est l’un des défis lancés par SE Green Runners notamment en décembre. Chaque mois jusqu’au marathon de Paris, des challenges vous seront proposés afin de réduire votre impact sur la planète. Comme je le disais plus haut, c’est un mois particulier pour se lancer ce défi: achat de cadeau, course de fin d’année.

  • Durant la matinée de notre rencontre, nous avons pu suivre un atelier afin de créer sa propre lessive ! Personnellement, je le fais déjà à base de cendres (les joies d’avoir enfin installé notre poêle lol!). Mais ici, la recette est tout aussi simple: de l’eau, du savon de marseille et un peu d’huile essentielle de son choix. Je vous donne rendez-vous sur l‘instagram de Charlotte pour découvrir toutes ses astuces >>. 

Il est évident que le fait-maison crée moins de déchets et moins cher, mais prend plus de temps. C’est des choix que nous faisons et c’est pourquoi, c’est à vous de choisir doucement quel geste vous allez progressivement changer. Personnellement, je me suis lancée sur TOUS mes produits ménagers (lessive, vaisselle…). Je finis ceux que j’ai, au lieu de racheter je fais maison car ça ne me prend pas tant de temps que ça, c’est une fois dans le mois que je dois me bloquer 10-20min 😉 Le résultat: tout est impeccable, naturel et je suis fière de l’avoir fait moi-même.

Des petits changements pour un grand impact:

Enfin, je sais qu’on vous le répète souvent mais par des choix quotidiens, on peut drastiquement réduire ses emballages: arrêter d’acheter des bouteilles plastiques par exemple y compris pour votre jus d’orange pressé favori. Nous n’utilisons plus que des bouteilles en verre. Je suis fan d’eau pétillante. Nous avons la machine Sodastream pour se faire (avec des bouteilles en verre). Le reste, on amène notre bouteille en verre pour nos jus pressés. Enfin, Matthieu et moi avons nos gourdes pour éviter les achats de petites bouteilles plastiques en déplacement. Si l’eau n’est pas potable, nous utilisons un petit filtre à charbon supplémentaire. J’ai même une gourde qui l’intègre déjà. On ne passe plus acheter nos cafés en emporter, ou si Matthieu le fait ou pas, on s’est équipé de jolis thermos en bambou (le jour de l’achat, café ou thé offert en prime).

Je suis doucement en train de passer au vrac. Nous le faisons déjà pas mal sur des produits type lentilles, pâtes… mais depuis que j’ai une superette bio ET vrac juste à côté de chez moi. C’est bien plus simple car je dois l’avouer que transporter tous ses bocaux en verre c’est compliqué et souvent, il m’en manque. Par niveau cosmétique, je suis loin du compte. À une époque, j’avais tenté le shampoing solide… une catastrophe… Donc oui pour ma routine beauté, on repassera.

En parlant de contenant, le sac plastique à usage unique pour amener ses fruits de chez le marchand jusqu’à sa maison est facile à supprimer en investissant dans des sacs en tissu. ça fait 1 an 1/2 qu’on s’est lancés avec Matthieu, hormis les oublis ponctuels ou les “y’en a pas assez”, c’est génial. Peut-être une idée de cadeau pour Noël ? Ce qui nous reste à faire ? Avoir le reflexe “tote bag” ou sac à pain quand on va à la boulangerie pour éviter le sac en papier OU en plastique si on le demande trancher. C’est tout bête mais vu notre consommation de pain, ça peut faire un grand geste sur le long terme pour notre famille.

J’aimerais m’attaquer aux emballages de notre nourriture pour animaux (chien et chat), mais ils n’aiment pas ceux que j’ai acheté en vrac et Pippa est encore trop jeune pour manger du “fait-maison. Mais je ne lâche pas l’affaire 😉

Je me fixe différents objectifs au fil de mes semaines, des mois. Il est clair qu’en décembre, le papier cadeau est OUT, j’ai trouvé de jolies solutions que j’ai adoré trouver pour mes proches. Ne culpabilisez pas et prenez votre temps malgré tout ce qu’on peut lire ou voir ailleurs. Faites un petit bilan sur une journée de votre consommation “de plastique” et réfléchissez à ce que vous pouvez changer. Clairement, je parle beaucoup de moi et je sais que ça porte toujours à critiquer “bah tu pourrais faire ça, tu pourrais faire ci”. On a toujours quelqu’un qui fera mieux, c’est pour cela que je vous écris avec bienveillance et en ayant conscience de mes lacunes. Ce n’est pas grave. Vous aussi vous pouvez changer grâce à de petits gestes. Parfois on va oublier sa gourde et acheter une bouteille en plastique, ça arrive, mais petit à petit, ces nouveautés vont devenir de vraies habitudes.

Participez aux défis Schneider Electric et partagez vos actions avec #SEgreenrunners. Pour chaque hashtag partagé, un arbre sera planté par Schneider Electric Pensez-y et dites-moi en commentaire si vous avez réussi à faire ces changements dans votre quotidien ?

@ très vite et je vous donnerai rdv en janvier pour le prochain défi.

Ne vous arrêtez pas là !

Sport: Sélections des marques inclusives,  pour toutes les tailles

Sport: Sélections des marques inclusives, pour toutes les tailles

Hi, Suite à mes articles sélections, j’ai eu quelques retours de déception pour des vêtements qui n’allaient pas au-delà du…
FAQ Trail/ Running: Courir de nuit l'hiver (seule !)

FAQ Trail/ Running: Courir de nuit l'hiver (seule !)

Hi, J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, je vous propose une petite FAQ que vous m’aviez pas mal demandé…
J'ai testé: La Gamme de Nutrition Sportive Naturelle et bio de Meltonic

J'ai testé: La Gamme de Nutrition Sportive Naturelle et bio de Meltonic

Hi, Je vous parle très peu de nutrition sur le blog (heureusement plus sur le Dubndidu Atelier) pourtant, je le…

11 réflexions sur “SE Green Runners Défi 1: Vers une pratique sportive et un Marathon de Paris plus vert”

  1. c’est vraiment du greenwashing ! “En effet, l’organisation d’une telle course (+ de 45 000 participant.es !) a forcément un impact sur notre planète: bouteille d’eau, t-shirts, ravitaillements, signalétiques… ”
    c’est 1000 fois rien comparé à l’énergie utilisée par tous les gens qui viennent en dehors de Paris pour participer au marathon. et pourtant il y aurait des alternatives : faire par ex payer les gens plus cher s’ils viennent de plus loin

    1. Excuse-moi Liso mais faire payer plus cher les gens qui viennent en avion, c’est aussi du green washing ou du marketing d’empreinte carbone…alors que vraiment recycler des produits, changer le choix des ravitaillements, des bouteilles ce sont des gestes concrets et non un marché.

  2. Salut Anne !

    Super article sur l’écologie et je suis tout à fait d’accord avec toi, ça ne sert à rien de culpabiliser il faut juste faire au mieux 😉 Pour ce qui est du shampoing solide je te conseille ceux de chez lush que j’aime bien. Si tu n’aimes pas il propose aussi des shampoings en pot et tu peux retourner les pots une fois finis. (5 pots retournés = 1 masque pour le visage en plus) Ce n’est peut-être pas idéal mais c’est une bonne alternative aux shampoings solides !

    Bisous

    1. Coucou Clara,
      en fait, j’ai le cuir chevelu hyper sensible, c’est surtout le format “solide” qui m’irrite et avec mon épaisseur de cheveux, je n’arrive jamais à les laver correctement. J’ai essayé plein de marques différentes et même déception à chaque fois (y compris lush dont j’utilise pas mal les savons par contre:P)

  3. Pour ma part, j’ai conscience que nous devons diminuer notre part de plastique. Je vais en magasin bio avec mes sacs en tissus et j’achète le maximum en vrac mais nous allons aussi au supermarché “classique” et la, je reconnais qu’il y a encore beaucoup trop de plastique dans notre chariot.
    Nous utilisons un filtre à eau à la maison depuis des années et chacun a sa gourde pour l’école ou le travail.
    il n’y a pas de petit geste ! Merci Anne pour cet article.

  4. Je n’ai encore jamais fait de marathon mais je fais l’ecotrail de Bruxelles … et là pas de t-shirt de courses, ni de médailles. Pas de gobelets au ravitaillements (les coureurs doivent venir avec le leur). Personne ne jette rien par terre ! À la fin de la course pas de distribution de bouteilles d’eau ou autre boisson énergisante mais de grandes fontaines à eau où les participants se servent à l’aide de gobelets réutilisables que chacun empile à un endroit dédié (pour qu’il soit lavé). Et bien sûr pas de sacs de goodies (magazines, échantillons divers et variés, objets promotionnels….) Ce serait bien que ce soit le cas sur toutes les courses

    1. Hello. Je pensais que ce serait une réflexion sur les ravitaillements, les prix, les boissons, les sanitaires etc.. et pas une fois encore, des défis pour chacun des participants.
      Dommage.

      1. Bonjour Isabelle
        Parce que l’organisation du marathon a déjà modifié toute son organisation et a totalement limité son impact depuis 2019
        L’impact restant est généré par les participants eux-mêmes (ne pas jeter sa bouteille au bon endroit, venir en avion au lieu du TGV, ne pas recycler ses vieux vêtements etc. etc.) c’est bien expliqué.

  5. Bravo pour ta démarche écologique ! Je suis dans le même mouvement ! Si tu as une recette de liquide vaisselle mains qui fonctionne donne nous la recette …je n’y arrive pas (au contraire du shampooing solide qui me convient ). Helene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les actus

Retour haut de page