Bien-Être: Ma Force au Quotidien (+ Concours)

CONCOURS TERMINÉ, résultats dans les commentaires

Hi,

Je vous retrouve aujourd’hui pour un article un peu spécial, un peu personnel. Vous le voyez souvent à travers mes photos Instagram ou quelques articles, je ne sais pas si j’ai vraiment un jour abordé la question de l’origine de toute cette énergie que j’aime partager avec vous et avoir pour bouger au quotidien hihi. Aujourd’hui Special K m’a demandé d’ expliquer d’où vient cette force et ça m’a plutôt fait profondément réfléchir à ce que je voulais écrire et partager avec vous.

Elle ne vient pas que de mon petit dej, même si c’est tout de même une bonne manière de participer/d’aider à nourrir en VRAI ma force. J’ai aussi pu tester à cette occasion les nouvelles céréales. Special K nourish et surtout faire mienne leur slogan ? :

Nourrissez votre force

Et vous savez quoi ? Bon, sans surprise, ça correspond totalement à ma vision de la nutrition : se nourrir de manière saine, nourrissante et équilibrée pour être en pleine forme au quotidien, se réaliser et se dépasser, surtout en sport, vous vous en doutez 😉 !

Processed with VSCO with a5 preset

Alors Kellogg’s m’a demandé dans quoi je puisais ma force au quotidien de vous montrer que nous pouvons puiser cette énergie partout… Vous savez celle qui vous électrise lorsque vous partez courir malgré une journée…de merde, celle qui vous fait balayer TOUTES vos inquiétudes et vous pousse à vous inscrire à un semi…voire un marathon.

Oui, cette petite voix…c’est VOTRE FORCE, elle ne s’est pas construite toute seule, voici comment la mienne se construit jour après jour:

  • Faire sourire et plaisir à mes proches :
    Ce sont des détails mais j’adore avoir de petites attentions pour mes proches. Lorsque j’étais plus jeune, j’avais tendance à vite m’emporter et être blessante… pour rien. Maintenant, je me dis que c’est toujours avec une touche d’humour que l’on peut retrouver sa bonne humeur ou encore esquisser un sourire, même lorsque ça va mal. C’est dans ces soutiens et ces échanges que je trouve de l’énergie… et mine de rien j’en ai aussi beaucoup grâce à vous et vos “sourires digitaux”… vos commentaires sur les réseaux sociaux, vos snaps, vos photos via le #Dubndiducrew.
  • En observant le soleil :
    Ouvrir la fenêtre, rester quelques minutes le visage offert aux rayons du soleil… guetter les horaires du coucher ou du lever du soleil pour aller l’observer, ce sont des habitudes que j’ai depuis quelques années (depuis que je cours lol). C’est à chaque fois différent et unique, même si parfois c’est dur de se lever ou de rester dehors alors qu’il fait froid (pourtant les couchers de soleil d’hiver sont souvent plus beaux hihi), on ne regrette jamais. On en revient toujours plein d’énergie et apaisé. Je photographie longuement ces moments dans ma tête pour que, les jours froids, gris, pluvieux (et on en a eu lol), je puisse m’en souvenir et être toute de même pleine d’énergie pour attaquer ma journée.

Processed with VSCO with a5 preset

  • Ne pas avoir de regrets :
    Lorsque j’hésite entre faire ou ne pas faire quelque chose, je me dis toujours : est-ce que je pourrais le regretter plus tard ? Imaginez… la réponse est à 99% OUI. Par exemple en Australie, j’avais tellement hésité à faire ce saut en parachute mais je me suis dit que, malgré la peur, si je ne le faisais pas, je le regretterai ! Alors, même si je me plains souvent d’avoir beaucoup de boulot, d’être littéralement submergée, je ne le regrette pas, je vis à 100% tant que je peux et c’est sans conteste une force qui nous pousse sans cesse à nous dépasser et à dire un grand OUI à la vie.
  • Réaliser et le faire pour moi avant tout :
    On se force souvent à faire beaucoup d’activités et d’efforts pour les autres, mais rien pour nous. Rien d’épanouissement juste pour nous. Pourtant nous avons tous le droit de prendre quelques heures pour nous… pas pour le boulot, pas pour les vacances, pas pour le shopping, pas pour votre copain, votre oncle, votre mère, ni pour le corps dont vous rêvez… juste pour vous, pour votre bien-être. Alors quand je pars courir, je sais que je le fais pour moi, pour mon plaisir égoïste, mais on a le droit.
  • Un papa absent qui ne sait pas ce qu’il perd :
    C’est plus personnel, mais tout ce que je fais c’est pour moi une sorte de revanche. Une revanche contre tout le mal qu’il peut faire. Je n’y pense pas tous les jours, mais lorsque je suis en difficulté, je puise ma force dans ce passé un peu douloureux en me disant : plus jamais je ne pourrai me laisser atteindre, je suis bien plus forte aujourd’hui et je peux réussir ma vie comme je l’entends. Alors, dans les moments de doute, je me fais une piqûre de rappel pour être d’autant plus déterminée. Tout ce négatif, et même au-delà de cette personne, toutes ces relations négatives ou ces déceptions que nous avons tous, qui ont un jour empoisonné notre quotidien, il faut parfois retourner la vapeur et les utiliser pour nous renforcer 😉 !

Mine de rien nos forces peuvent venir des faiblesses d’hier ou des petits riens d’aujourd’hui, tant que nous sommes heureuses et pleine de confiance.

Et vous, qu’est-ce qui fait votre force ? – CONCOURS TERMINÉ:
1. Rédigez un commentaire en partageant ce qui fait et nourrit votre force chaque jour (une ou plusieurs choses comme moi)
2. Vous gagnerez peut-être VOTRE moment pour vous ressourcer d’une valeur de 300 euros…ça peut être une journée SPA, un massage, un nouveau look chez le coiffeur, une manu-pédicure (on en a toutes besoin nous les ‘runneuses’ lol), un nuit d’hôtel à la campagne… Bref, quelque chose qui ajoutera un petit plus à votre force ou boostera votre énergie, on en a bien besoin n’est-ce pas ?

Je choisirai parmi vos commentaires 2 gagnantes qui m’auront touchées donc à vos plumes les filles =) ! >>> Vous pouvez également tenter votre chance sur ma page Facebook ET sur celle de Special K où 2 moment pour vous (selon vos rêves hihi, pas les plus fous mais les plus doux) est également à gagner ! Le concours est ouvert jusqu’à mercredi 29 juin, 23h59 😉

@ très vite et bon weekend 😉

Écrit en collaboration avec Kellogg’s

Ne vous arrêtez pas là !

Bring the Sunshine Back #872

Bring the Sunshine Back #872

Hi, J’espère que vous allez bien ? J’avais envie d’écrire un article alors je prends un peu le prétexte de…
Selections Trail et Running Spéciales Automne sur I-RUN

Selections Trail et Running Spéciales Automne sur I-RUN

Hi J’espère que vous allez bien ? Je profite des réductions d’automne pour vous publier un article sélection sur i-run.fr…
Mes 4 séries Coup de Coeur sur Amazon Prime pour l'Automne

Mes 4 séries Coup de Coeur sur Amazon Prime pour l'Automne

Hi, J’espère que vous allez bien ? J’ai quelques articles de sélections de documentaires, de podcasts et de séries qui…

65 réflexions sur “Bien-Être: Ma Force au Quotidien (+ Concours)”

  1. DUFEUTRELLE bérangère

    Bonjour Anne,
    Mes forces à moi, je les puise dans mon passé aussi, les moments les plus difficiles : divorce, mort de mes parents et mort du père de mes enfants… donc maman à temps plein pendant une dizaine d’années, et c’est ensuite que j’ai commencé à prendre soin de moi, j’avais plus de temps et plus d’envie aussi, maintenant je suis comme toi, j’adore le soleil et rien qu’un beau ciel comme ce matin me met en joie !! un petit jogging dans la forêt aussi, avec au passage un calin à mon arbre fêtiche !! la force est en moi aussi quand je voit mes enfants (et petites filles) heureux et épanouis et mon chéri bien sûr, qui m’encourage et me complimente dès qu’il peut !! voilà où je puise la motivation !! biz

  2. Merci pour ce jolie article, c’est intéressant de savoir d’où tu tiens cette force, même si malheureusement c’est “du” en partie à des personnes qui ont eu un effet négatif sur ta vie alors qu’ils auraient du en être un pillier..
    J’ai commencé la course à pied il y a un peu plus de deux ans, pour le moral, pour arriver à évacuer tout le stress et les idées noires qui me bouffaient… Alors courir ce n’est pas la solution miracle, mais ça aide. Et aujourd’hui encore, même après avoir plus ou moins vaincu mes démons je cours contre le stress, et pour me dire “tu peux le faire!!”. N’ayant jamais été une grande sportive, ça me booste à chaque fois que je fais une bonne sortie et que je me dis que je l’ai fait!!!

  3. Ce qui fait la force au quotidien peut être tout à fait banal car je pense que C est le cas pour beaucoup mais depuis 2 ans que je suis maman C est ma fille qui me donne beaucoup de force , parce que comme on prend plaisir à voir un levé et un couché de soleil , ma vie rayoNne grâce à ma fille , ces éclats de rire le matin quand elle se réveille , son sourire , ses bêtises , So. Autorité d’enfant chaque jour un peu plus me donne une envie de vivre et de la voir grandir . C’est un peu grâce à elle que je me dépasse à la course .. Je n aurai jamais faît un semi… Je fais pour moi mais aussi parce que je sais qu elle sera fiere de moi et elle aime tellement les colliers ( les médailles lol) qu’elle S approprie dès que je les ramene. Ma force C est Ca .. Ma fille mon homme mais également ma famille : ma maman én particuliers qui a toujours tout fait pour moi Èt je me dois de lui rendre pour qu’elle soit fiere de S être battue pour moi (mon frère aussi ) les sacrifices de me payer des études pour que je puisse exercer le métier qui me plait Èt qui me fait vibrer aujourd’hui (oui oui je suis prof Èt j aime Ca 🙂 ) voilà Anne un petit bout de moi (désolee les fautes mais mon iPhone me rajoute des accents un peu n importe ou hihi)

  4. Il y a deux ans j’ai été diagnostiqué SPOK c’est à dire ovaires micro polykistiques qui se traduit par une hausse de la pilosité, de l’acné, l’obésité et surtout une infertilité …
    Mon combat et ma force je la puise tous les jours pour reussir un jour à avoir cet enfant !
    Merci pour tes posts ils m’inspirent beaucoup

  5. Je suis un peu comme toi j’ai besoin de défi, de faire des activités que je n’aurai jamais pensé faire il y a encore 4 ans, le marathon par exemple, je crois que ma force est de nature je ne suis pas quelqu’un qui abandonne, j’ai besoin de me dépasser, de me défouler… Comme toi j’étais trés mechante avec mon entourage pendant l’adolescence et maintenant j’ai envie d’être bienveillante, de changer cette image de moi et de dépenser mon trop plein d’énergie par le sport ! Je crois que j’ai aussi besoin de la reconnaissance de mon papa qui est trés fier de sa fille sportive 😉 Mon chéri est super fort aussi et il aime que je sois sportive !
    Et puis il y a la nature aussi, etre dehors apres une journée de m…. Et relativiser les choses par la course à pied et se laisser le temps de remettre les idées en place lors d’une sortie longue et puis se relaxer, se détendre par le yoga, la natation c’est important ! Voilà d’où me vient la force de faire tout ce sport (1er triathlon demain j’ai peur ahahahah)
    Merci Anne !

  6. Bonjour Anne, merci pour cet article plein de motivation !
    Ma force, je la puise avant tout en elle, Clarisse. Ma cousine adorée, une soeur que la vie m’avait offerte. Même âge, beaucoup de rêves en commun en tête. Et puis, 5 jours après mes 20 ans, qu’on devait fêter en même temps que les siens quelques moins plus tard, un coup de fil change à jamais ma façon de voir la vie. Ma maman est au bout du fil. Je sens que quelque chose ne va pas. “C’est Clarisse”. “Elle est décédée cette nuit”.
    Je ne saurai jamais pourquoi. J’ai d’abord refusé d’y croire, après tout c’était irréel. J’ai passé 1 année à littéralement vivre au ralenti.
    Et puis je me suis reprise en main. Chaque jour je me dis “et si je mourrais demain?”. Je ne veux avoir aucun regret, vivre ma vie à 100%.
    Arrêter de laisser mes études de médecine submerger tout mon temps libre. Profiter au maximum de ceux que j’aime et qui sont encore là. Ce sont eux aussi qui font ma force chaque jour.
    Vivre ma nouvelle passion pour la course à pied qui me rend plus forte chaque jour (là je puise aussi ma force dans tes articles ! Lol)
    Du coup même si c’est un rêve un peu fou je me suis inscrite au marathon de Toulouse cet automne. Je sais qu’elle le courra avec moi d’une certaine façon 🙂

  7. Cette collaboration était vraiment une belle occasion de partager cette petite part de toi avec nous. Quelque part qu’importe le concours, ca donne la possibilité de se connaitre un peu plus aussi entres membres du Dubndidu Crew 😉 Mais il est vrai que souvent ce sont des choses très personnelles qui nous donnent notre force au quotidien. C’est également mon cas. Je peux aujourd’hui en parler sans tabou parce que j’ai fini par accepter mon histoire… Je te préviens c’est pas très gai !

    Disons que ma force vient de ce qui était à l’origine un combat difficile contre moi-même et l’anorexie. Pendant près de 3ans j’ai été maltraitante envers mon corps, par l’hyperactivité et la dénutrition. Il a été le représentant d’un profond mal-être en réaction à un sentiment d’abandon que j’ai ressenti lorsque ma mère a tenté de se suicider en période de dépression… Aujourd’hui elle va mieux, nos relations sont un peu complexes du fait de nos vécus mais on réussit à communiquer.

    Avec un IMC de 16 j’ai heureusement échappé à l’hospitalisation. J’ai repris doucement du poids à la FAC, en m’échappant de mon environnement, en goutant à l’indépendance.. et avec des thérapeutes j’ai appris à écouter de nouveau mon corps, appris à remanger des pates.. J’ai compris que mon corps était un allié pour atteindre des objectifs, et j’ai pris goût au sport. Non seulement pour manger sans culpabiliser, mais surtout pour me prouver à moi-même que j’étais capable, et montrer à mes proches que j’étais plus forte malgré cette épreuve. Mon corps et moi sommes en étroite collaboration depuis bientôt 5ans 🙂 et je mets un point d’honneur à l’écouter lorsqu’il est un peu bousculé par une douleur ou de la fatigue après un entrainement.

    Ma force vient donc d’un combat est devenu véritablement ma force au quotidien. Je n’oublie pas d’où je viens, mais je vise le meilleur pour l’avenir. Comme toi, je ne veux pas regretter.. j’ai accepté, je me construis avec ça.. et alors? La vie continue de plus belle, et mon premier semi est prévu pour Mars 2017. Une belle revanche sur la vie !

  8. Bonjour Anne,
    Merci pour ce bel article qui nous permet de d’encore mieux te connaître.
    Pour la part, je trouve ma force au plus profond de moi meme. Jai depuis de nombreuses années des problèmes de poids. Ce poids m’a toujours mis en difficultés que ce soit dans mes rapports aux autres ou dans des moments sportifs. Je me sentais bien trop grosse pour pouvoir faire comme les autres, bien trop lourde pour me bouger les fesses, bref j’avais peur d’être ridicule.
    Depuis maintenant 3 ans j’ai décidé de me bouger malgré mon excès de poids et de commencer le Running. Au tout début cela a été très difficile puis j’ai réussi à augmenter la distance, le temps … En parallèle cela m’a aidé à perdre du poids. C’était gagnant gagnant.
    Aujourd’hui je suis capable de courir 10km plusieurs fois par semaine et j’en suis fière. Mon poids rend toujours la course plus difficile mais je dépasse cette difficulté en m’encourageant à chaque instant, en me félicitant tout au long de ma course.
    Étant une grande joueuse, je me lance chaque mois des défis et pour le moment jai réussi à tous les relever.
    Les femmes de ma famille se sont aussi mises au Running et me motive chaque jour en participant à mes défis.
    Je suis maintenant fière de repousser mes limites que ce soit dans le sport ou dans ma vie.
    Voilà d’où vient ma motivation.
    Encore merci pour ton blog. 🙂
    Laura

  9. Merci pour ce petit concours ! 😉 Mon énergie je la puise comme toi le matin pour bien démarrer la journée : grâce à mon petit déj’ puis dans des bonheurs simples de la vie comme le ciel bleu et les rayons de soleil mais aussi le chant des oiseaux ! Effectivement, on tire du passé des leçons qui nous poussent à être encore plus fort et déterminé aujourd’hui ! Et la course à pied ça aide aussi, malgré une journée chargée ça booster et donne de l’énergie tout en évacuant le stress…! Merci pour ces articles toujours intéressants et enrichissants, bonne continuation ! 😉

  10. Ce qui me donne la force au quotidien c’est l’amour. Je ne me suis sentie aussi forte depuis que j’ai trouvé LA bonne personne avec qui passer ma vie. Nous évoluons ensemble. Au boulot ce qui me booste aussi c’est le sourire des clients quand ils repartent de ma boutique. C’est pour moi la preuve d’un travail bien accomplie.

    J’ai adoré lire ton article et maintenant je croise les doigts pour gagner 😉

  11. Ma force je me la forge tous les jours grâce à mes enfants et mon obstination. Je relève beaucoup de défi, challenge j’en rate j’en gagne le sport et entré dans ma vie et me fait du bien. Je m’evade de mon travail fatiguant et de ma vie de tous les jours mon petit moment de solitaire.

  12. Bonjour Anne ton article est très touchant et permet de réfléchir sur ce qui nourrit ma forme !
    Depuis quelques mois j’essaie de bannir l’expression “j’ai la flemme” depuis je cours, je vais à la salle, je fais la cuisine et je suis sur booker et surtout heureuse! Et j’ai plus la flemme je cours 2 à 3 fois par semaine, la semaine dernière j’ai courru mon premier 15 km officiel et je suis allée au bout et je me demande si je ne m’inscrirais pas au semi de Toulouse pour le mois d’octobre! Si on m’avait dit y a un an qu’un jour je serais accro à la course à pied je vous aurais pas cru!
    Juste cette petite phrase banni “j’ai la flemme” de mon vocabulaire suffit à nourrir ma forme et me motiver!!
    Bon un roman mais ça fait du bien de l’exprimer! Bon we au mont st Michel ! Et je crois qu’on se voit Mardi

  13. Bonjour,

    Tout d’abord, ce que tu as dit concernant mon père m’a beaucoup touchée, effectivement, il ne sait pas ce qu’il perd, on sent ta gentillesse dans tes billets, mais si tu en tires de la force, c’est déjà très bien et montre une grande volonté de caractère.

    Au quotidien, je tire clairement ma force de plein de petits bonheurs. Je profite de beaux petits instants au lieu de chercher quelque chose d’extraordinaire: prendre le temps de prendre un bon petit-déjeuner que j’aime varier (céréales un jour, pancakes le lendemain, puis un pain au chocolat le surlendemain etc.) pour être de bonne humeur, donner et recevoir beaucoup d’amour de mes proches, offrir des petits cadeaux, sourire à longueurs de journée, se précipiter vers la boîte aux lettres en arrivant, lire un joli livre, profiter du début du mois pour acheter les nouveaux magazines qui viennent de paraître, et bien sûr, faire du sport, presque tous les jours, un instant rien que pour moi, en ajoutant parfois du yoga qui clairement me permet de me donner de la force, de l’assurance et du calme. Et puis un bonheur quasi-quotidien est de consulter de jolis blogs comme le tien pour m’inspirer et me donner envie de me dépenser dans la bonne humeur. Ces jours où il pleut, il fait gris, tu te démotives mais que hop! Tu vois sur Instagram des photos de sport, ou que tu lis un article sur une course à pied, un nouvel entraînement… La motivation revient à grands pas!

  14. Ma force aujourd’hui vient du souvenir de la petite fille que j’étais. A chaque fois que je pense à elle, je me rend compte du chemin parcouru et je me sens capable de continuer à avancer. Je pense à cette petite fille timide, très seule et avec très peu d’estime d’elle-même. Avec un manque de confiance en elle qui devient très tôt un profond mal-être. Qui essaye en vain de devenir ce que les gens veulent qu’elle soit et qui oublie totalement ses rêves. Qui ne répond rien quand on se moque d’elle, qui se dit même que c’est justifié…
    Plus tard l’adolescente qui ne trouve pas sa place, et qui se laisse dangereusement aller. Qui sourit à tout le monde, mais qui pleure dès qu’elle ferme la porte de chez elle. Qui s’isole, qui s’enferme au point d’interdire les autres de rentrer dans sa bulle. Et qui attend. Qui attend désespéramment que quelqu’un l’aide. Qui reste pendant des mois, même des années à attendre qu’une personne vienne l’aider.
    Et puis un jour elle comprend que personne ne viendra. Et tout simplement qu’elle n’a besoin de personne. Parce que la seule personne qui la sortira de sa tristesse est là depuis le début, à l’intérieur d’elle. Ma force c’est d’imaginer pouvoir rencontrer ma petite moi et lui dire: “Aujourd’hui tout va mal, mais les choses vont s’arranger. Tu es suffisamment forte pour t’en sortir, tu ne le sais juste pas encore. Tiens le coup et ne laisse plus jamais personne te dire que tu n’es rien”.
    Ce combat avec moi-même, je le poursuis encore aujourd’hui. C’est très dur, et il y a encore des jours où je perds confiance. Mais j’ai suffisamment attendu avant de commencer à vivre, de profiter de ceux que j’aime et de devenir le personne que j’ai envie d’être. Je ne lâcherai plus rien.

    Je te remercie pour toute l’énergie positive que tu partages via les réseaux sociaux. Passe une très bonne journée Anne.

  15. Gwendoline Rotrou

    Si je devais resumer, je te dirai que je puise mz force dans le sourire de ma petite soeur. Tout est arrivé très vite dans notre vie. L’abandon d’un père, les divorces, les déménagements. Et puis a 18 ans, cette épreuve que je pensais insurmontable : être orpheline. Je n’ai pas eu le temps de pleurer. Il a fallut reussir les concours d’ecole, passer le bac, aller dans cette école d’informatique, trouver un travail étudiant pour pouvoir vivre comme les autres et puis être finalement diplômée. Pendant tout ce temps, il me fallait être présente pour ma petite soeur qui était bien trop jeune quand son monde a basculé . Ne jamais faiblir pour elle, reussir , et devenir chaque jour meilleure.

  16. Coucou Anne,

    Je suis rentrée en France pour quelques semaines et recharger mes batteries. Depuis que je suis là, je vais courir chaque fois un peu plus longtemps. J’ai la chance d’avoir mon papa qui court à mes côtés, qui m’encourage et qui est fier de moi. Même lorsque je suis seule en Allemagne, je tire profondément ma force d’avancer de mes parents.

    D’un côté parce qu’ils me soutiennent dans tout sans conditions, même lorsqu’ils ont leurs réserves. Ce soutien sans faille, cette confiance sans concession me redonne force quand je n’en ai plus et me pousse encore plus quand j’ai la banane.

    De l’autre tout simplement parce que je suis leur fille. Je suis taillée dans le même bois, j’ai eu les meilleurs exemples. Mon père a eu une opération cardiaque il y a quelques années et l’année dernière un AVC. Et malgré tout, il s’est remis au sport au quotidien. La course à pied, le vélo, le rameur, le renforcement musculaire. C’est mon exemple mais c’est aussi mon espoir. Il me rappelle chaque jour que quelques soient les difficultés, les problèmes de santé, on peut se dépasser. Et chacune de ses remises au sport m’a montré combien c’est bénéfique. Pour le corps et pour l’esprit.

    “Deviens la meilleure personne que tu puisses devenir chaque jour” – mon Papa

  17. Bonjour Anne,
    merci pour ce bel article (encore un! 🙂 )

    Ce qui me donne de la force au quotidien c’est tout un ensemble de choses, toutes simples mais essentielles :
    tout d’abord il y a mon chat, qui depuis onze ans maintenant m’accompagne dans mes joies, mes peines, mes peurs. Des câlins, des ronrons et de la chaleur quand je broie du noir.
    Ensuite il y a mes collègues de travail, une équipe soudée, aux petits soins et qui me donne le sourire tous les matins.
    Enfin il y a notre chère Mère Nature : les étoiles, la lune, le vent dans les arbres… Le chant des oiseaux, la couleur des fleurs…

  18. Ma force au quotidien.
    J’aime beaucoup lorsque tu nous lances des petits défis d’écriture parce que le résultat des échanges est très riche. Merci à toi d’avoir partager les ingrédients de ta force, parce que tu es impressionnante.
    Mon héritage
    Mes grands-parents ont beaucoup compté. Il ne se passe pas une journée sans que je n’ai une pensée pour eux, ils ont été des modèles, quand mon canapé m’appelle, ils m’interpellent, « tu crois qu’on aurait fait ça jeune fille ? Quand je me demande ce qu’ils auraient fait à ma place, et la réponse est toujours : plus. 
    Ma descendance 
    Une fois parent, on devient aussi le modèle. Je me retrouve à faire des choses que je ne pensais pas faire un jour(dormir 3 heures par nuit, inviter 40 enfants et proposer un milliards d’activités pour les occuper), rencontrer des parents avec qui je ne pensais pas avoir d’affinité…mais les enfants emportent avec eux un nouvel univers et on se retrouve à être plus ouvert. Mon énergie est puisée dans ces découvertes, dans mon envie de faire mieux et plus pour mon fils et ma fille.
    Mon couple
    Quand je me couche et que je prends ma main de mon chéri pour m’endormir, je pense toujours à la chance d’avoir trouver un partenaire dans la vie, cette chance qui nous aide à aller plus loin en toute tranquillité, à deux, nous sommes plus forts.
    Mon cher orgueil.
    Les autres sont aussi un moyen de s’évaluer et l’orgueil fait le reste… Je peux faire plus, mieux… Je le retrouve dans mon mode professionnel, amical, sportif… Un petit défi journalier pour m’améliorer, être fière de moi. Et dans la course, je suis parfois peu motivée, j’ai envie de marcher mais mon orgueil veille à se que je ne rentre pas déçue, alors je pousse encore un peu la machine.
    La nature
    L’odeur de la terre, de la pluie, des fleurs au lever du jour, au coucher, des pins quand je cours dans la forêt, l’eau qui glisse sur moi quand je nage calmement dans la rivière … Mes sensations préférées qui me ressourcent…Je réalise que j’ai beaucoup de chance d’habiter dans la nature et pas dans du béton. (Chacun ses goûts)
    bises.

  19. Coucou,
    Merci beaucoup pour ce joli partage d’expérience et ce chouette concours !
    Je tente ma chance avec grand plaisir !

    Ce qui fait et nourrit ma force chaque jour c’est le sentiment de m’accomplir au quotidien.
    J’ai lu récemment un vieux livre “l’Alchimiste” de Paulo Coelho qui résume très bien cet état d’esprit.
    Nous avons tous une histoire à écrire, à réaliser c’est ce qu’il appelle réaliser sa “légende personnelle”.
    – Pour cela, je prends le temps d’observer et de profiter de chaque moment : ce rayon de soleil qui me réchauffe, ce joli ciel rose, ces instants de plaisir et de rire…
    – J’apprends à m’écouter, à faire ce dont j’ai envie, ce que me souffle mon coeur et à suivre mes intuitions et mon instinct.
    – Je suis prudente, mais prendre des risques parfois ça fait un bien fou et ça permet d’avancer
    – Je suis positive et optimiste, chaque expérience est bonne à prendre car j’en ressort chaque fois grandi et plus forte.

    J’ai liké les 2 pages Facebook : Nilow N

    Encore Merci !
    Belle journée
    Nilow
    niloweh@gmail.com

  20. Coucou Anne 🙂
    Ma force, je la puise dans différentes choses :
    – le fait de rendre mes proches fières de la personne que je suis
    – le bonheur d’aller courir dans des lieux magnifiques
    – cette revanche contre tous ceux qui ont pu se moquer de mon physique et de moi durant mes plus jeunes années
    – les moments difficiles que j’ai pu vivre et qui me donnent envie de rien lâcher (divorce de mes parents, cancer de ma maman…)
    En tout cas merci pour cet article et ce concours ! 🙂

  21. Bonjour Anne, je suppose que tu ne publiera pas ce commentaire, et je ne t’en voudrai pas. Je voulais te demander (peut etre meme que tu me répondras qui c’est) comment, en prônant justement un mode de vie sain, et l’importance de la nutrition, tu peux faire de la publicité pour Special K. Ces céréales sont extrêmement sucrées, chères et peu nutritives. Tu te plaignais récemment qu’on te reprochais plein de choses, des choses que je te trouvais fondées (comme l’importance de l’orthographe) et des choses que je trouvais injustifiées et sans sens commun (comme te reprocher de parler de politique), moi ce que je trouve un peu dommage c’est les publicités non stop, les partenariats que tu fais sont souvent géniaux, je ne participe jamais mais je trouve ça chouette, mais là je reste perplexe. C’est formidable d’avoir l’opportunité de gâter sont lectorat, de partager avec lui, de se livrer un peu mais là, je me demande si c’est justifier. Est ce que tu en manges vraiment souvent ? Est ce que ce sont des céréales à intégrer à un mode de vie sain ? Si tu pouvais m’expliquer ton choix, ce serait vraiment cool de ta part 🙂

    1. Bonjour Marion,
      Mes partenariats sont choisis avec attention et je ne m’associerai jamais avec une marque que je ne consomme pas ni n’apprécie personnellement.
      Ce sont des céréales tout à fait saines, à intégrer à son quotidien et je mange régulièrement, d’autant plus car il n’y a pas de fruits secs dans la variété que j’apprécie mais des graines de courge (pour l’anecdote)
      Ce n’est pas parce que special k = kellogg’s = forcément des céréales bourrées de sucre et mal saine.
      Il suffit se faire son propre opinion et de lire la composition qui, tu le verras pas toi-même est franchement saine, surtout comparée à d’autres “muesli” et granola. Elles sont bien moins chères qu’eux d’ailleurs.
      Peu nutritives ? pareil, elles sont au contraire très nutritives 😉
      Je ne dis pas que Kellogg’s est tout blanc, mais la marque n’est pas toute noire non plus et lorsqu’elle fait un effort comme ça, de changer ses produits et faire évoluer sa ligne de conduite, j’aime l’encourager, d’autant plus que pas tout le monde a le temps de se faire son granola maison ou l’acheter en magasin bio… hors de prix !

  22. Bonjour Anne,

    Moi ma force vient peut être du fait que je suis têtue comme une mule ! Quand je me fixe un objectif, je ne renonce jamais ! Mes prochains objectifs sont de trouver un job à l’étranger et de faire le semi de behobie san seb, qu’il pleuve qu’il vente ou qu’il neige (oui bon ça ne risque pas d’arriver…) je sais que je finirais cette course, même si je dois marcher ou ramper pour atteindre la ligne d’arrivée.

    Ensuite je dirais que je puise ma force dans le bonheur des autres. Je suis « madame surprise » j’adore organiser des anniversaires, des soirées, des trucs dans le plus grand secret juste pour faire plaisir. Voir la réaction de mes ami(e)s me booste, me donne de la force et l’envie de recommencer.

    Enfin, ma mère… Je l’admire depuis toujours, autant d’énergie et de force dans ce petit corps. Prête à tout donner et sacrifier pour ma sœur et moi. Elle m’inspire jour après jour.
    Voilà pour moi.
    A bientôt pour de nouvelles aventures.

  23. Bonjour Anne

    Ma force vient d’un moment très difficile de ma vie où j’ai fait le choix d avorter à 6 mois de grossesse lorsqu’on m a appris la trisomie du bébé. Un moment très spécial où tu sens ton bébé bouger ds ton ventre mais que tu sais que tu vas le “tuer” ds qq heures, et que des personnes qui t entourent te culpabilisent….eux qui ne vivent pas cette situation. Tellement de rage, de colère, d impuissance, de culpabilité, de chagrin. Alors pr mon fils, je cours. Pr qu’il soit fier de moi. Pr moi je cours. Pr être capable de faire qqc de positif.
    Aujourd’hui un an après je trouve ma force ds mes petits bonheurs. Mais parfois je me rappelle de ce mélange d émotions et la, je retrouve toute ma motivation.

  24. Pour moi :
    – c’est vivre à 100% , pour profiter de la vie, ne pas avoir de regrets mais que des souvenirs qui seront enrichissants
    – c’est apprécier des moments simples de la vie, les petits moments de bonheur, de satisfactions personnelles ou de bien être…
    – c’est se lancer des défis que l’on aurait jamais cru pourvoir relever un jour et se rendre compte qu’avec l’envie on en est capable ….
    – c’est partager des moments avec les gens qui m’entourent car on sait qu’un jour ce ne sera plus le cas , alors tant qu’ils sont là profitons en !
    Tout cela me permet même dans les coups de moins bien de me dire que la vie est belle et qu’il faut la vivre au jour le jour et croire en ses rêves car ils sont tout à fait realisables même les plus grands !!!

  25. Bonjour,
    Je suis quelqu’un de positive et plein d’énergie au quotidien, et c’est la première fois que je me pose la question d’où me vient cette force:
    -De mon couple: mon ami est un homme à la force tranquille, qui prend les choses au fur et à mesure qu’elles arrivent, il ne se prend jamais la tête, “il n’y a pas de problème il n’y a que des solutions”,son rire est très communicatif, je me sens en sécurité avec lui, je peux tout affronter.
    -D’une collègue qui est devenue une amie malgré notre différence d’âge ( presque 30ans, ) : elle est pétillante, rigolote,partage son expérience de la vie, jamais moralisatrice, toujours de bon conseil. Elle m’apprend à profiter de l’instant présent, elle me donne des outils concrets, elle me forme à la communication bienveillante et à l’approche de la communication non violente, elle m’a fait connaître le livre “on est foutu, on pense trop ; comment se libérer de Pensouillard le hamster” du Dr Serge Marquis, un livre que j’ai offert à plusieurs proches autour de moi tellement il fait du bien!
    -Du sport: j’étais une anti sportive à la base et un jour je suis rentrée dans une salle de sport car j’avais beaucoup d’énergie à revendre. A l’époque, cette énergie je la transformais en choses négatives, je râlais beaucoup, je m’énervais beaucoup (surtout contre mes parents, je me suis excusée depuis, nous vivons en paix maintenant). Depuis, je me suis mise à la course à pied et au vélo, j’adore çà, c’est devenu une drogue. Je me lance des défis sportifs : saut à l’élastique dernièrement, descente en rafting, canoë, chaque année je vais en randonnée de plusieurs jours dans les Pyrénées en totale autonomie.
    -De la nature: elle me permet de me ressourcer. Les couleurs, les bruits, les odeurs qu’elle nous offre. Je vis près d’une forêt, mon plaisir est d’ouvrir les fenêtres, m’installer sur le canapé et lire un bon bouquin en écoutant le bruit du vent sur les feuilles,les oiseaux ( je suis encore très nul pour reconnaître l’oiseau lol). Dame nature nous offre des plaisirs simples, sans aller très loin, juste autour de nous et c’est gratuit; il suffit de s’arrêter et prendre le temps de l’apprécier.
    -De l’art: j’adore la danse, la musique, la photographie. L’émotion qu’elle me donne qu’elle crée dans mon corps, que çà soit un sourire, des frissons, de la chaleur, une larme qui s’échappe.

    J’espère que ce n’est pas trop long, mais c’est dans tout çà que naît ma force au quotidien, se sont mes pilliers . Cette force j’essaie de la partager, la transmettre, la communiquer autour de moi. Très souvent je remercie là-haut de la chance que j’ai.
    Et voilà, cela fait quelques mois que je suis ton blog, c’est la première fois que je laisse un commentaire, c’est la première fois que je parle de moi sur internet, cela me fait tout bizarre.

    Merci pour tout, ne change rien!

  26. Coucou Anne!
    Je dirais que mon bonheur au quotidien est composé de plein de petits moments :
    – aller courir sur un nouveau chemin
    – regarder lentement le soleil se coucher
    – savourer lire un livre
    – me faire des pancakes pour le petit déjeuner (mention spéciale pour tes pancakes sans lactose!! :p)
    – passer du temps en famille
    – me faire masser par mon copain (c’est le top hihi)
    Des choses simples, mais essentielles. Merci beaucoup pour ton article! 🙂
    Gaëlle-Anne

  27. Bonjour Anne,
    Tout d’abord, joli choix de sujet pour un concours !
    et j’ai bien aimé l’idée d’y réfléchir :
    En ce moment c’est pas facile tous les jours alors ce qui fait ma force c’est :
    – les bras de mon homme, mon roc
    – écouter mes garçons
    – caresser mon chat toujours là, toujours dispo
    – les sourires de mes élèves et leur attachement à moi
    – sentir les fleurs de mon jardin et écouter les oiseaux
    – prendre un malin plaisir à sourire à ceux qui pensent que je ne sais pas ce qu’ils pensent de moi
    – penser à mes vacances prochaines en Bretagne comme tous les ans, lieu de ressource pour repartir du bon pied pour une année
    Merci !!!!

  28. Coucou,
    Je découvre ton blog via ce concours et j’aime beaucoup ta philosophie de vie.
    Il n’est pas simple, malgré l’adversité, la fatigue, le quotidien, les difficultés de la vie de chaque jour se relever, chaque jour avancer encore un peu, atteindre ses objectifs.
    Je puise ma force dans mon envie de faire plaisir aux autres. J’aime aider et embellir la vie des personnes qui m’entourent. On s’amuse souvent de choses surréalistes comme me lever du canapé à 22h30 pour faire des croques monsieur pour le lendemain, ou faire les invitations d’une personne que je ne connais que de nom sur twitter. Chaque jour, on me demande des coups de main, parfois difficile parfois plus simple mais, bien que fatiguant, j’adore. J’ai besoin de me ressourcer un peu en ce moment pour encore mieux revenir et j’utilise mon second booster de force. Mon second élan, vient de mon petit Benjamin, 2 ans. Il me donne la force de ne pas baisser les bras pour embellir sa vie. J’ai perdu 30 kilos pour jouer avec lui.
    Au plaisir de te lire
    Julie-Anne

  29. Tout d’abord merci Anne pour ton blog et ses articles passionnés et riches de bons conseils ou coup de boost.
    Je te suis depuis quelques temps et cet article plein de sincérité m’a donné envie de sortir de l’ombre et de partager ce qui fait qu’à chaque défi relevé je pense a fixer le suivant.
    J’aime beaucoup la citation de Confucius “On a deux vies, la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une” et cette citation a pris tout son sens lorsque j’ai perdu mon grand-père l’année dernière. Courir m’est devenu essentiel pour évacuer ma peine et faire face, cela m’a mené d’une poignée de kilomètres à une inscription dans un club d’athlétisme puis à 6 courses officielles et à de très belles rencontres. Bref, ma force je la puise dans la conscience d’avoir la chance d’être en bonne santé et de pouvoir profiter de la vie et de ses bonheurs simples.
    Sportivement!

  30. Bonsoir, merci pour ce post qui nous fait faire un peu d introspection…
    Je n’ai jamais été sportive, mais j aime bouger. J ai commencé en 2001, en courant la parisienne, pas loin de 50 minutes pour 6 km, malgré ça je me sentais invincible!
    L année d après, le GR20, la fleur au fusil en plein mois d’août…juste de l’inconscience…(et toujours zéro préparation)
    En fait, ça fait 1 an que je cours sérieusement, premier semi en mars, 2h16, trop contente de l’avoir fait!
    Ma motivation première, ça a été, comme pour beaucoup, pour perdre du poids… conclusion, j’ai pas perdu 1 gramme, mais j aime mon corps, j’ai confiance dans ses capacités,c est dur à expliquer, mais je sais que je peux compter sur moi…
    Ensuite, il y a mon inconscience, le gr20 à froid, abattre un arbre enceinte jusqu’aux yeux, même pas peur! Je me voyais déjà faire un marathon après la Parisienne… inconsciente…
    Et bon, je suis têtue comme une mule et je marche aux challenge, le coeur de ma motivation est là. Si je me fixe un objectif, je m’y tiens.
    Bon, et il faut bien avouer que l entrée à l’école de mes enfants m a bien aidé à instaurer une routine…

  31. Morgane Jouenne

    Bonjour Anne et merci pour cet article inspirant.
    De mon côté chaque jour je souris à la vie et à la chance que j’ai d’être en bonne en santé, ou en tout cas en suffisamment bonne santé pour faire presque tout ce que je veux. Quand j’ai un coup de moins bien je pense justement à mes problèmes de santé et ca le donne envie de me donner encore plus à fond dans ce que je fais, dans ce que je vis pour que ma maladie ne soit qu’un tout petit aspect de ma vie, jamais une excuse. Tous les jours j’écris trois “bonheurs” de la journée (des touts petits riens ou alors de grands moments qui m’ont fait vibrer) et ça me permet de réaliser jour après jour que la vie est vraiment chouette, qu’il faut juste oser se dire qu’on est heureux.

  32. Salut Anne,

    Je trouve ton article très fort et je me reconnais beaucoup dedans.

    Je vis un période pas super fun pour le moment, entre le deuil de ma grand mère que j’aimais beaucoup et qui forcément me manque beaucoup et un papa qui s’éloigne de moi, d’une manière lente mais qui est assez violente à la fois. La partie de ton article sur ton papa m’a fait réaliser assez brutalement que ça me ronge.
    J’essaie de tenir le cap, je m’autorise à craquer de temps en temps bien sûr, mais maintenant je veux être forte, affirmée et faire profiter mes proches. Je veux arreter de trop réflechir, angoisser pour le moindre petit caillou sur mon chemin et profiter à 100%.

    Je te remercie pour ton article et pour tous les commentaires qu’il a déclanchés, c’est très émouvant tout ça 🙂 !
    (Et merci pour ton blog, qui me motive pour la course à pied, qui elle même me motive à dépasser mes limites xD)

  33. Bonjour,
    Ma force a moi elle vient des ces petits pepins de santé que j ai accumulé en quelques mois. Mon endometriose diagnosticée comme pour beaucoup de femmes après des problèmes de fertilité et ensuite ma thyroïde qui s est mise a déconner a fond et la une certaine baisse de regime. Et puis j ai décidé que c etait pas moi tout ca que c etait pas ces petits problèmes qui devaient diriger ma vie alors j ai chaussé mes baskets et je me suis dit que j allais devoir courir le plus possible pour prouver a ce corps que c est bien moi qui le commande! Au bout de 3km j ai craché mes poumons mais qu est ce que je me sentais bien!

  34. Bonjour Anne,

    Je suis une lectrice de l’ombre, et tu fais partie des quelques personnes que j’aime encore lire (comme le blog de Victoria ou de Coline,par exemple), car vous avez une approche “différente” des choses, vous parlez de choses qui m’intéressent. Bref, j’ai aimé cet article et le fait que ça pouvait amener des échanges sympas, alors voilà, petite introspection de ma part (c’est toujours cool d’en connaître un peu plus de ses lecteurs), même si j’ai pas forcément l’habitude de me ” confier ” et qu’en écrivant cette phrase, je ne sais pas encore de quoi je vais parler…

    Premièrement, je crois que je puise ma force dans mon histoire. On a tous des problèmes et des histoires plus ou moins difficile. Des membres de ma famille plus ou moins proche (dont mon père) ont été victimes de la shoah… J’ai perdu mon père quand j’étais petite (je ne l’ai pas vu à partir de l’âge de trois ans et il est mort quand j’en avais sept … il était à l’hopital et on avait pas le droit de lui rendre visite…) et ma mere a perdu un enfant avant moi et s’il avait était là, je ne serai sûrement pas née… Bref, quand je pense à tout ça, je me dis que je dois me battre pour eux à qui ont a oté la vie … pour mon père, je me demande souvent ce qu’il penserait de ce que je fais, j’ai envie qu’il soit fier de moi là où il est …. pour mon frère qui n’a pas eu la chance de vivre et qui m’a donné ” sa place”…

    Je suis encore jeune et je n’ai pas d’enfants mais mes deux neveux sont mes trésors et quand je suis triste et que je les vois, ça va tout de suite mieux. J’ai envie de me battre pour eux, j’ai envie de les faire sourire, j’ai envie qu’ils soient les plus heureux possibles et ils sont vraiment un rayon de soleil dans mon quotidien.

    Je puise ma force dans l’envie de me dépasser, d’être contente de moi, et de faire taire des haters, aussi, même si avec le recul, les remarques que l’on a pu me faire me touche beaucoup moins.

    Je pense à mon Amoureux, aussi. J’ai eu une deception amoureuse et j’ai eu du mal à m’en remettre et sans que je m’y attende, j’ai rencontré un homme que j’aime vraiment…. le pire,c’est que je l’ai fais miroité pendant tres longtemps car même si dans le fond, il me plaisait beaucoup, je voulais me ” protéger” et j’avais peur de ce qu’il allait se passer. Bref, sa présence dans ma vie me fait beaucoup de bien, il m’apaise, et je me rappelle chaque jour quelle chance j’ai de l’avoir même si tout n’est pas toujours tout rose et j’essaie de faire en sorte qu’il et qu’on soit heureux.

    Sinon, c’est tout bête. Je ne suis pas toujours tout sourire mais par contre, un rien peut m’enchanter. J’aime manger de bonnes choses… passer du temps avec les gens qui me sont chers….admirer de beaux immeubles, de beaux endroits, de belles personnes… lire des bouquins… faire plaisir à mes proches…voyager partout dans le monde… Je pars dailleurs bientôt rejoindre mon meilleur ami qui vit à Los Angeles cet été pendant deux semaines et lui aussi, c’est une grande FORCE au quotidien … c’est mon frère/mon meilleur ami/ ma moitié/ mon alter ego et certaines personnes ne comprennent pas le lien qui nous unissent mais je ferai tout pour lui…

    Je me bats pour avoir la vie que j’ai envie de mener selon mes souhaits et mes idéaux … je me bats parce que même si parfois le monde me fait horreur , je me rappelle que tout n’est pas noir et qu’il faut qu’on se batte pour, à notre échelle , faire bouger les choses … je me bats parce que même s’il nous arrive des choses tristes, il faut relativiser parce qu’on fait parfois des montagnes de pas grand chose et que lorsqu’on y pense, le bonheur est dans des choses simples et qu’il a beau y avoir des catastrophes graves qui nous arrivent , on peut trouver un but et faut se relever pour nous, pour les gens qui nous aiment et qui valent le coup…

    Bon, je crois que je pourrai trouver bien des choses, encore, mais il paraît que mon commentaire est déjà assez long donc, je me tais. Et je croise les doigts pour le concours car une petite escapade bien être me ferait le plus grand bien mais dans tous les cas, je serai contente pour les deux personnes qui gagneront après s’être dévoilées car je suis sûre que ce sera bien mérité ! Et sinon, vive Granville ! (ça m’a fait rire de voir que tu étais là bas aujourd’hui, ma grand mère habitait un village juste à coté, Saint Jean des Champs, et ça m’a rappelé toute mon enfance… :)) .

    (Bon, cette fois ci, je me tais pour de vrai ! Et désolé d’avance pour les fautes et le côté brouillon :s)

    1. RESULTAT CONCOURS >>> Coucou
      Tu as gagné ton moment de bien-être grâce à Kellogg’s 🙂
      Envoie-moi vite un mail avec tes coordonnées pour que nous puissions réaliser cela
      @ très vite
      Anne

  35. Lorsque je regarde en arrière, j’essaie de voir le chemin parcouru et d’en être fière. Avouons: ce n’est pas toujours facile, je suis rarement satisfaite de ce que je fais/ai fait. Alors je me force à adopter un regard sobre sur les choses.
    Ma force, je la tire particulièrement du bien que je peux faire autour de moi. Quand j’étais enfant, j’avais l’impression d’être un poids pour ma mère, jamais contente de moi, pour mon père, parce qu’il devait se battre avec ma mère pour me voir. Et de ma hauteur d’enfant, j’avais honte de tout ça et j’en ai gardé des séquelles.
    Aujourd’hui, j’ai grandi, avec ces mêmes fragilités. J’essaie de compenser en faisant plaisir aux autres: sourire toujours, écouter, entendre les mots et les silences et entourer mes proches d’amour et de confort. Je regarde mes Zouzous grandir et je les trouve beaux. Et j’essaie de colmater les fragilités qui naissent parfois, pour les aider à devenir plus forts que moi. Et quand ça ne va pas, je fais ce que jamais personne, et encore moins moi-même, n’aurait cru me voir faire: je prends mes baskets et je vais courir. Et quand ça va bien, je mets le réveil et je prends mes baskets et je vais courir. Là encore, je suis rarement satisfaite de ce que je fais: je ne cours pas assez, pas assez longtemps, pas assez vite. Mais je suis “celle qui court” 🙂 et j’en suis fière. C’est devenu une de mes forces aussi, pouvoir réussir qqch: mon 1er 10km (le fameux!, mon 1er semi puis mon 2ème et mon 3ème et on se réveille: je serai bientôt celle qui court un marathon 😀 Et je transmets ça à mes enfants aussi, on prend nos baskets tous les trois et on va faire des petits kilomètres.
    Ma force est là: dans les valeurs que je transmets, à eux et aux autres (je suis professeur, des enfants, j’en ai presque plein durant l’année ^^), le plaisir que je prends dans chaque chose et voir le flambeau passer, aider à faire grandir, et grandir encore bien en apprenant à être fière de moi.

  36. Hello ! Une très belle idée ce concours, le cadeau est superbe bien sûr et je me régale à lire les commentaires des autres participantes, tous très touchants… Je me suis posée la question moi aussi, et elle n’est pas si simple… Qu’est-ce qui fait ma force aujourd’hui ??

    Je dirais que c’est avant toute chose l’enfant que j’ai été, confrontée à des choses pas toujours gaies mais qui a su se construire des fondations solides, et des refuges (les livres, l’imaginaire…)
    C’est aussi l’amour de certaines personnes de ma famille, encourageant, bienveillant, qui m’a permis, entre autres, de me lancer dans une installation à l’autre bout de la France, comme j’en rêvais !
    C’est de vivre dans le lieu que j’ai choisi, au bord de la mer, sous le soleil, là où je me sens enfin à ma place.
    C’est d’y avoir rencontré mon amoureux,et la famille que nous avons fondée, nos deux adorables chipies <3 Ce sentiment de plénitude quand je les retrouve le soir… Toutes les amitiés qui jalonnent ma vie et les rencontres merveilleuses que je continue à faire ici.
    Il y a aussi mon travail d'infirmière, source de grandes joies même si je t'avoue que depuis quelques années les conditions dans lesquelles on me permet de l'exercer sont de plus en plus difficiles.
    Et les innombrables petits bonheurs quotidiens, quand le reste est lourd, qui me rappellent que je suis vivante,et incroyablement chanceuse 🙂

    Je ne suis pas une grande sportive comme toi, je reviens ici régulièrement pour m' "inspirer" et relancer ma motivation. J'ai beaucoup apprécié l'article dans lequel tu décrivais comment tu étais arrivée vraiment au running de manière assidue, ça m'a décomplexée et je me dis toujours que j'aurai peut-être un jour un vrai déclic moi aussi ! Bon dimanche Anne, et merci encore !

  37. Hello,

    Je tente ma chance avec plaisir car avec ma maman, on est jamais parties en vacances où quoi que ce soit.
    J’aimerais lui faire plaisir à elle et ma sœur de 19 ans.

    Me concernant :

    J’adore me réveiller avec les rayons de soleil traversant mon vélux. Ça me met de bonne humeur et je sais que la journée sera bonne.

    Faire des petites balades. Dans la joie et dans la bonne humeur. Entendre les oiseaux chantés… Ce sont ces petites choses qui font que la vie devient plus belle.

    Toujours garder espoir. TOUJOURS. Ne jamais baisser les bras ! C’est ma devise…

    Et, ce que j’aime par-dessus tout voir ma maman heureuse. J’crois que c’est ça le plus important. Son sourire.
    Je le préserverais autant que possible !

    Merci à vous.

  38. Coucou Anne.
    Cet article m’a beaucoup touché. On m’a toujours reproché d’être quelqu’un de faible dans ma tête. C’est vrai qu’avant je n’ai pas été très assidue, très courageuse. Et puis l’anorexie est arrivée et s’est déclarée. J’ai réalisé tellement de choses, j’ai vécu des moments difficiles… Aujourd’hui ce qui fait ma force, toute relative soit-elle, c’est ma famille, le regard de ma mamie, les calins de mon Papy qui me dit “ça va aller”, les encouragements de ma mère quand je me sens perdue. Sans eux, je ne crois pas que j’aurais émergé, que j’aurais relevé la tête à un moment où je ne faisais que regarder que par terre. Alors si aujourd’hui je me bats, je fais des efforts, je me dis que oui, c’est pour moi, mais c’est GRACE à eux. Les membres de ma famille sont les seuls qui ne m’ont jamais laché.
    Je pense que ce qui me pousse aussi, c’est un fort appétit de vivre, et de vouloir prendre une certaine revanche. A cause de la maladie, j’ai mis 5 ans de ma vie entre parenthèse, toutes mes années d’université, celles qu’on dit les plus belles, et que je considère gachées: pas d’amis, pas de voyage, pas d’amoureux… Je veux rattraper ce temps perdu et vivre ma vie à 100% désormais, ne lus être bridée par mes peurs stupides. Quand je bloque, quand j’hésite, j’essaie de me dire que ce passage à vide ne doit pas durer une année de plus: je dois aller de l’avant.
    Enfin, ce qui fait ma force, c’est mon corps, que j’essaie d’écouter, de bien traîter, de bichonner. Je suis née avec 2 pieds, 2 mains, pas d’handicap, alors ce corps, je dois l’aimer, je dois le porter et il doit me porter. C’est cette confiance que je mise désormais en lui qui me permet de ne pas reculer.

    Voilà voilà. Je vois de très jolis témoignages également, et mesdames, soyez fières de vous, et de ce que vous êtes capables de faire! ♥
    Des bisous!

  39. Bonjour Anne,
    Ma force à moi, ou plutôt mes forces à moi c’est : les gens, tout simplement,ceux marchant dans la rue, assis aux abord d’une terrasse, ceux sirotant un jus de fruits frais, ou bien allongé dans un parc, chantonnant sur les quais, s’enlacant tendrement, se détachant furieusement.
    J’aime voir leur visage, on y voit le doute, la tristesse, les souffrances, le malheur mais aussi la joie, les rires, la fougue, l’amour, le bonheur .
    Les visages des vieilles dames sages qui ont vu passés les années et qui n’ont plus le temps de regretter, le visage des enfants insouciant croyant aux belles choses, ignorant la cruauté du monde, ignorant les guerres, les attentats, les crimes, la pauvreté et les injustice; et le visage de ces parents qui essayent de préserver leurs enfants le plus longtemps possible de cette cruauté, pour qu’il soit encore un instant un peu plus insouciant.
    Un visage parle tellement, plus que des mots, c’est tellement beau.
    Ces gens-là, vous, à mes yeux vous représentez la vie, et tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.
    L’espoir que tous les humains du monde se tiennent la main.

  40. Quel concours!!!

    Pour moi la force c’est de pouvoir affronter des situations difficiles et tenir bon. Actuellement, je suis dans une situation familiale difficile à vivre pour moi (vivre du jour au lendemain avec des ados, quelle aventure!). Parfois, je me demande pourquoi je m’inflige ça. Comment je tiens bon malgré la difficulté.
    J’ai récemment fait le parallèle avec le sport. C’est vrai que quand je cours, quand je fais du renforcement, c’est difficile, mais malgré tout je tiens à terminer ma séance sans m’arrêter car je sais qu’après je serai satisfaite, qu’à long terme il y aura des effets positifs sur moi, sur mon corps, sur mon esprit. Et l’un de ces effets positifs est que cette résistance est transposable au quotidien, j’ai appris à tenir bon dans des situations compliquées comme je tiens bon lors d’une côte ou d’un fractionné. Quand je me vois avant, sans le sport, je me dis que je n’aurais sans doute jamais pu affronter tout ça.

    Au-delà de ça, je pense à mon bien-être. Je pars courir pour me vider la tête, je vais passer une après-midi dans un café cosy pour lire un bouquin,…
    Aussi, je pense toujours au positif qui va suivre “je vais nettoyer maintenant comme ça j’aurai le temps de faire ça” “on va faire la vaisselle maintenant pour avoir du temps en amoureux”,…

    Enfin, j’aime manger et cuisiner, et lorsqu’il fait moche et que je me prépare un bon petit-déjeuner vitaminé et coloré, ça me prépare à passer une bonne journée 🙂

  41. Méryl B.........n

    Merci Anne pour cet article très inspirant, et touchant.

    Pour ma part, ma force au quotidien c’est de repenser au défis relevés et m’en fixer de nouveaux, c’est aussi pour ça que j’aiime le sport. Il me permet de me dépasser au quotidien, de donner le meilleur de moi même et ça me fait du bien.
    Et bien sur, mes proches, qui sont là, quoi qu’il arrive, ça aide 🙂

    Bises

  42. Ma force, c’est aussi ma plus grande faiblesse. Cette maladie qui me ronge la vie petit à petit depuis bientôt 5 ans, j’ai nommé l’anorexie.
    Et l’alimentation, puisqu’on en parle ici… Depuis 5 ans, ma vie, mes journée, ne sont qu’alternance de crises.. Je passe d’une journée à 0 calorie (ou plutôt -1500 si on prend en compte le métabolisme de base) à une journée à 5000 (qui finissent dans les toilettes la plupart du temps.
    Mais de cette maladie destructrice, j’ai su tirer une force inimaginable, un volonté féroce de m’en sortir, pour moi avant tout mais aussi pour ma famille, pour mes amis.
    Je me bats tous les jours et chaque jour qui passe représente une nouvelle victoire pour moi, chaque repas, chaque séance de sport (avant je me complaisais à manger et vomir, je ne bougeais pas)
    La maladie à essayé de me détruire mais elle m’a rendu plus forte que jamais, motivée, en force et en forme.
    L’échec, la rechute, me tiens en terreur, je garde très loin de moi cette idée et je me dis “vis chaque instant” (c’est MA phrase, que je me suis faite tatouer) profite de ce moment, profite de ce run, profite de cette séance de sport, tu ne sais pas de quoi demain et fait alors VIS, comme si c’était ton dernier jour sur terre.
    Merci Anne pour tout ce que tu as fais pour moi, sans même le savoir.

  43. Bonjour Anne,

    J’ai été très touché par ce post, qui m’a poussé à faire le point de mon côté.
    Le sport a réellement changé ma vie. Pas seulement d’un point de vue physique, mais aussi mental et émotionnel. Comme tu le dis si bien, nous avons tous vécu des moments difficiles. Pour moi, ce fut le décès de ma meilleure amie, atteinte d’une mucovisidose. Après sa mort, je me suis mise au running, comme une évidence. Je voulais courir pour elle, me dépenser, mettre mes poumons à rudes épreuves, moi qui en avait qui marchait si bien ! Je me dépassais pour qu’elle soit fière de moi. Puis petit à petit, j’ai compris que je ne devais plus courir que pour elle, mais aussi pour moi. Profiter de la chance d’avoir un corps qui marche si bien, en bonne santé. Je profite de la vie chaque jour, bien consciente par cette épreuve que nous n’en avons qu’une. Alors les jours où je n’ai pas envie, je mets quand même mes baskets, je regarde dehors, et je vois le beau soleil, ou la douce pluie (un peu plus réaliste en ce moment lol), et je mesure la chance que j’ai de pouvoir être là…
    La vie, malgré c’est épreuves, est tellement belle… 🙂

  44. Les yeux si bleu de mon amoureux; un thé bien chaud; courir par tous les temps; penser très très fort à mes neveux et à tous ceux que j’aime (et je sais qu’ils pensent à moi aussi); regarder mes médailles (elles sont accrochées près de mon lit pour que je n’oublie pas que je suis forte); rire aux éclats; les tomates-cerises; faire des petites blagues; m’offrir des fleurs; faire des compliments; regarder des photos de vacances; préparer un voyage; collectionner les beaux souvenirs; écouter les conversations des gens; écrire, écrire, écrire; partager ce qui me plaît sur mon blog; aller au théâtre ou à l’opéra; faire du yoga; retrouver “mon espace” en méditation; essayer de faire une liste des choses positives; lire un livre; cuisiner; et rêver, rêver… à deux c’est mieux. “Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve”.

  45. Coucou Anne

    Merci pour ton article! Je l’ai trouvé très émouvant.
    J’ai commencé la course il y a une dizaine d’année maintenant. Des hauts, des bas dans ma pratique et tu me donnes envie de retrouver le niveau!
    Ma force je la puise dans mon passage dans l’armée où être une fille etait un combat quotidien. Le sport m’a permis de tenir bon et de me dire que je valais quelque chose. Oui nous aussi les filles on peut faire de grandes choses. Merci Anne.

  46. Bonjour Anne,

    C’est fou comme cet article résonne en moi, et surement en beaucoup d’autres personnes. C’est une question que l’on se pose peu et parfois ce sont plutôt les autres à nous aider à prendre conscience de là où on tire notre, nos forces.
    Je suis une personne (presque) toujours de bonne humeur, super motivée, fonceuse du coup je ne me suis jamais vraiment posé cette question car je pensais que c’était tout simplement mon caractère.

    En Janvier dernier j’ai perdu un bébé, j’étais enceinte de six mois tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes et en un instant mon monde s’est écroulé. J’ai du accoucher d’une petite fille magnifique qui était déjà partie rejoindre les anges. Cette semaine de Janvier j’ai du rassembler toute ma force, la puiser dans les moindres recoins de mon corps et de mon esprit, car dans ce genre de situation même si on est bien entourée on est au final complètement seule. Et alors là j’ai trouvé la réponse à ta question, d’où me vient ma force pour les moments durs comme pour les joyeux ou tout simplement au quotidien: c’est l’Amour.

    L’Amour avec un grand, gigantesque A et sous toutes ces formes.

    Dans un moment terrible c’est l’Amour pour ma fille qui m’a guidé, qui m’a aider à faire passer cette épreuve le mieux possible. C’est l’Amour de mon chéri qui ne m’a pas lâché la main une seconde alors qu’il est phobique des hôpitaux. L’Amour des médecins autours qui ont tout fait pour la sauver, et qui ont tous été très touchés par tout ça, par nous, par la force avec laquelle je me suis battue pour elle.
    Maintenant c’est son Amour à elle qui me guide chaque jour, c’est elle qui m’a donné la force d’aller de l’avant et de ne pas tout laisser tomber. C’est elle qui me fait avoir des fous rire avec mon chéri ou mes amis, car elle m’entendait tout le temps rigoler quand j’étais enceinte. C’est elle qui me donne la force de vouloir le mieux de ma vie, de mon corps, de courir un km en plus! C’est elle aussi qui me donne la force de savoir dire non quand il le faut, de penser à moi.

    Ce sont les éclats de rire que je provoque mon amoureux, qui est pour moi le roi de la blague, qui me remplissent et me donne tant d’énergie. Ce sont les succès de ma petite soeur à l’école qui me donne la force de continuer à persévérer dans ce qui est ma voie. C’est l’Amour de mes ami(e)s qui me donne la force d’essayer d’être une meilleure personne chaque jour. C’est l’Amour de certaines personnes qui transmettent leur passion (et tu en fait partie) et pour qui le partage est primordial. C’est l’Amour tout simplement entre deux personnes qui je croise dans la rue.
    Avec ma grossesse j’ai fait l’expérience de l’Amour le plus animal qu’il soit, celui sans raisons, inconditionnel c’est une sacrée expérience, magnifique expérience. J’ai maintenant retrouvé la force d’avoir envie de recommencer et de donner moi aussi de la force aux autres.
    Ma force, mon moteur c’est l’Amour.

    Je voulais aussi te remercier Anne pour ton partage, ta générosité dans tes mots. Je pense que tu es une source d’inspiration pour beaucoup de personnes. Tout ne peut pas plaire à tout le monde et c’est pour cela que tu rencontre des mécontentes dernièrement mais ne t’y arrête pas s’il te plait. Continue ta belle route!

    1. RESULTAT CONCOURS >>> Coucou Angèle
      Tu as gagné ton moment de bien-être grâce à Kellogg’s 🙂
      Envoie-moi vite un mail avec tes coordonnées pour que nous puissions réaliser cela
      @ très vite
      Anne

  47. Quoi dire sans rentrer dans les clichés …car la mort d’être cher me fait forcément avancer, surtout quand ils partent jeunes.
    Quand la maladie atteint notre entourage et que la personne rêverait ne serait ce qu’aller travailler mais qu’il ne peut pas, quand même, la routine lui manque alors qu’elle nous déprime tous …ça aide à relativiser énormément.
    Les soucis m’ont fait m’inscrire à un club d’athlétisme c’est mieux que les antidépresseurs, je le conseille vivement !
    C’est grâce à ça que je me lance sur des courses qui me font peur et envie à la fois.
    Courir pour ceux qui ne peuvent plus, surmonter la routine qui des fois pollue nos vies en pensant que la vie est belle, que nos petits tracas ne sont rien. Nous sommes chanceux au final.
    J’ai trouvé la course à pieds salvateur de beaucoup de choses dans ma vie ces dernières années.
    Ce sport dit individuel m’a fait vivre de belles choses en partageant de beaux parcours, de belles villes, des entrainements durs mais à plusieurs.
    La communauté du running ouvre bien des portes, crée du social et noue des amitiés inattendues.
    Quand tu sors d’une course ou d’un entrainement avec la banane c’est que t’as trouvé ton remède.

    anamarunslowly.over-blog.com

  48. Hello Anne
    Comme beaucoup je tiens ma force de moments difficiles: je me dis que j’ai réussi à passer ces moments, que j’ai réussi à puiser en moi des ressources inconnues et que l’on est capable de bien plus que ce que l’on croit. Et justement, quand on vit des deuils, des maladies, on n’a pas assez de force pour tout, on se recentre donc sur l’essentiel 🙂 Dans mes moments difficiles, j’ai fait appel à des ressources extérieures mais surtout intérieures, que je réutilise dès que j’ai besoin: écrire dans un journal (j’en ai deux en fait: un pour des phrases poétiques qui me plaisent et des récits de moments heureux, et l’autre où je me défoule et dans lequel j’écris tout ce qui me passe par la tête), mettre des post-it positifs dans ma salle de bain…et quand j’allais un peu mieux, j’avais un peu le même système que toi: dès qu’une proposition d’activité se présentait et que j’hésitais à y aller, je m’obligeais systématiquement à dire oui (soirée, sortie à la piscine, week end etc) et ça a changé beaucoup de choses car l’énergie appelle l’énergie et aujourd’hui, plus je fais d’activités, et plus j’ai de l’énergie! Un bisou à toi et à toutes les lectrices dont les commentaires sont touchants 🙂

  49. Coucou Anne, merci beaucoup pour ce bel article plein de vie écrit avec le coeur, et aussi pour ce super concours auquel tu nous proposes de participer 🙂
    Alors moi ce qui fait ma force c’est surtout la relation avec mon amoureux: il a perdu son papa l’année dernière et j’ai remarqué qu’en plus de lui apporter mon soutien au quotidien, cette perte est devenue une “forcée pour moi. À chaque fois que j’ai un coup de mou, un manque de confiance, un doute, je me dis que la vie est tellement belle tant que l’on a encore la chance de la vivre alors il faut la vivre à fond 😀
    Avant je me plaignais beaucoup, et je suis une personne qui n’a pas du tout confiance en soi, alors des fois je m’en veux, je culpabilise de me servir de ce tragique évènement pour être forte au quotidien et profiter à 100% de la vie, et puis je me dis que c’est comme ça et qu’il faut puiser sa force dans n’importe quel moment, qu’il soit bon ou mauvais!

    Aha, je me rends compte en me relisant qu’il n’y a rien de gai dans ce commentaire oups… Et sinon je puisse ma force aussi tout simplement en moi-même, parce-que je suis heureuse, amoureuse, je réussis dans mes études, je suis en bonne santé, et j’ai une famille et des amis en or, alors je me dis que n’importe quel moment peut rendre ma vie encore plus belle qu’elle ne l’est déjà!
    Alors MERDE au bourdon, au mauvais temps, aux disputes, à toutes ses choses négatives qui nous entourent ou nous rongent, VIVE LA VIE 😀

    Bise,
    Marine

  50. Ma force réside dans l’évolution de mon passé car il y a 10 ans j’étais en obésité morbide et je n’étais pas heureuse, n’avait aucune confiance en moi …
    J’ai alors décidé de me prendre en main et j’ai perdu 40 kilos, j’étais déjà plus heureuse mais la confiance en moi n’était pas au rendez-vous …
    Il y a bientôt 2 ans j’ai découvert ton site et ai décidé de me lancer dans quelque chose qui m’avait toujours attiré mais me semblait “pour les autres” : la course à pied … Grâce à tes conseils j’ai très vite repoussé mes limites et gagné à chaque fois un peu de confiance en moi.

    Je puise également ma force dans les petits moments du quotidien : un rayon de soleil, un sourire, etc.

  51. Moi je puise ma force au quotidien mais avant tout ma passion de la vie et ma façon positive de voir les choses de ma prise de conscience de la vie et de comment j’ai décidé, à ma façon, de l’interpréter. Une fois qu’on a eu cette “révélation”, tout paraît si simple que l’on se demande comment on a pu voir les choses différemment avant. J’ai traversé une période un peu difficile l’année dernière, la mort de mon papi, de façon indirecte, m’a amené à revoir la vie d’une façon différente et à me demander ce que je faisais ici. Pourquoi on est ici? Je crois qu’à force de me torturer sur cette question le cheminement c’est fait naturellement sans que je m’en rende compte et aujourd’hui, même si je n’ai pas la réponse, j’ai une vision des choses plus approfondie mais aussi plus simple. Pourquoi on est ici? Je ne sais pas et d’ailleurs qui le sait! Quelles que soient les théories, elles se rejoignent tous sur le fait que l’on ait ici pour vivre une expérience extraordinaire et que l’on ne doit pas la gâcher! Pour moi, cela veut dire vivre chaque jour comme si c’était le dernier, rendre les gens heureux, faire le bien autour de moi dès que je le peux, faire toutes ces choses qui me fait envie, apprendre, découvrir, ressentir. Je veux me nourrir et m’enrichir de tous ces sentiments que la vie nous offre. Nous avons une chance infinie de pouvoir vivre toutes ces choses et à partir du moment où l’on s’en rend compte, on voit la vie d’une façon différente et c’est ça notre force au quotidien! Est-ce que ça vaut la peine d’être mal pour le travail, de se stresser pour une situation pénible, d’avoir peur ou de ne pas oser parler à quelqu’un, faire quelque chose qui nous fait envie? Non! Au final, nous allons tous mourir donc autant en profiter au maximum et arrêter de nous mettre des barrières là où il n’y en a pas! Le monde est notre limite!

    Des bisous

    Marie

  52. Coucou Anne,

    Alors moi ma force me vient sans hésitation de ma petite famille : mon mari et mon petit bonhomme de 6 ans. Chaque matin au réveil c’est dans leurs visages que je puise l’énergie pour affronter la journée, leurs rires, notre complicité me donnent des ailes, ils croient en moi et me le font savoir, un petit “t’es belle maman”, “ne lâche rien ma chérie” et je deviens Wonderwoman ! Ce lien on l’a construit petit à petit sur 18 ans avec mon mari (on s’est rencontrés au lycée…. eh oui, highschool sweethearts <3 et pourtant ce n'était pas gagné d'avance, ado sur la défensive qui ne croyait plus beaucoup en l'amour après le divorce douloureux de mes parents, il a su me rendre la confiance nécéssaire pour construire une relation stable. Puis il y a eu mon petit bonhomme, un rayon de soleil dans nos vies, même quand ça va mal, son sourire, sa façon de s'exprimer, ses petites mains qui bougent sans cesse me rendent le sourire et j'oublie tout le reste. Voilà, c'est une histoire comme beaucoup d'autres mais c'est la mienne et en ce sens elle est exceptionnelle. Ma famille, ma force <3
    Bisous

  53. Bonjour Anne,

    Je pense que la force tout le monde l’a sans vraiment le savoir, elle doit se déclencher. J’ai 18 ans et il y a un an et demi j’ai eu une opération de la colonne vertébrale, une correction de scoliose par une barre en titane remettant la colonne droite. J’en parle pas pour me lamenter ou pour me plaindre, cette opération est ma force. Quand j’ai du réapprendre à marcher je me suis promis que je réapprendrais à courir, je ne pouvais pas m’arrêter là! Depuis janvier, je peux refaire du sport, et j’ai repris le footing, j’ai réussis a atteindre les 12km, puis j’arrivais plus trop a progresser et j’ai acheter la magie du running, les planning m’aident à progresser et depuis je cours 4 fois par semaines, je fais du fitness 3 fois par semaine, je vais à la piscine 1 fois par semaine. Je revis! On peut penser qu’on arrivera pas à quelque chose, mais la motivation puis la détermination est au fond de nous!
    Mon histoire fait ma force 🙂

    Une seconde chose qui fait ma force c’est certainement mes proches, mes amis surtout ceux que j’ai réussis à motiver pour courir, je n’ai pas envie de lâcher pour eux et je veux prouver que je suis plus forte qu’avant, que je me suis battue et que je continue pour mon plaisir.

    Bisous!

  54. Bonjour Anne,
    Lorsque l´on a pas les moyens financiers, on est obligé de se rattacher aux petits plaisirs de la vie. Alors, voir le soleil est déjà une grande joie et une motivation certaine. je dois bien t´avouer que ton instagram me donne au quotidien un joyeux plaisir.Comme ce matin, par exemple, sachant que tu t´envolais pour une nouvelle destination. En effet, j´ai tout de suite pensé que ces prochains jours j´allais voir de belles vues,grâce à toi, qui allaient me motiver. Je fais du sport et repousse toujours mes limites afin d´être fière de moi. Je crois que cette force dont tu parles, c´est à nous d´aller la chercher. C´est notre force de caractère, c´est ce qui permet d´avancer.
    Alors, oui, la vie n´est pas toujours facile, mais voir en positif est, je pense, la meilleure option.

  55. Bonjour Anne,

    Merci pour ce concours. Personnellement je puise ma force dans mon mental d’acier crée tout au long de ma vie (bon ok, je parle un peu comme si j’avais 60 ans, mais non j’en ai 25 haha).
    Etant plus jeune, j’étais bien enrobée (pour ne pas dire grosse) et j’ai subi la moquerie de mes petits camarades. Et Dieu sait que les enfants entres eux sont méchants. J’ai encaissé, encaissé jusqu’au jour où LE garçon me traita de “grosse baleine” devant tous ses copains. Autant dire que je l’ai assez mal vécu et je pense que ça a été LE déclic qui a fait que j’ai perdu du poids et que je suis celle que je suis aujourd’hui.
    Ironie du sort, j’ai croisé ce garçon en question lors d’une soirée qui n’a pas arreté de me draguer, mais peine perdue ! Belle revanche, je n’étais pas mécontente de moi HAHAH. Plus qu’à croiser les doigts et te souhaiter de belles vacances.

    Jessica Smnt

  56. Bonjour Anne

    Ma force:indéniablement mes deux enfants. L envie d aller plus loin, de me dépasser pour leur montrer que l on a rien sans rien. Et maintenant c est presque mon fils qui me donne la leçon. Plusieurs heures d entraînement de natation par semaine à 10 ans pour gagner des dixièmes de seconde aux prochaines compétition mais en gardant son âme d enfant. Maintenant on se partage cette force mutuelle par des petits runs mère Fils, des petites séances renforcement musculaire et surtout pleins de câlins. Et puis il faut profiter de tout les moments de bonheur en famille. C est ma façon d avancer et se ressourcer.

  57. D’abord bravo et merci pour cette artie si touchant et en meme temps si motivateur… moi j’ai commencé le sport un peu comme toi à 20 ans, a la sortie d’annees de concours, repliée sur moi meme, literallement… Je me rends compte que je ne peux pas courir 10 min non stop ! Gloups ! Alors je me.suis remise a courir un petit peu par petit peu.. jusqu’a finiron 1er 15km à Versailles il y a quelques semaines.(mais bon en 1h50 et des brouettes…lol
    Ma force, comme beucoup, elle vient de ma famille, on a eu des moments difficiles, on s’est resséré, mais surtout je garde une franche envie de profiter des toutes les opportunités que l’on me présente. Et pjis pour la motivation, merci à toi Anne, ta fraicheur, ton enthousiasme me motivent plus que tout!! Alors merciiii !
    Ps: Dis, est ce que bientot on pourrait te solliciter de façon professionnelle pour nous motiver…nous coacher ??
    En tout cas encore merci pour ce que tu apportes, et log live the Reine of Running !! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

Les actus

Retour haut de page