#WDubndidu 4 Livres pour en Apprendre plus sur le Féminisme

7 octobre 2018 - Féminisme, Lecture - 19 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Ça faisait tellement longtemps que je voulais vous publier cet article sur mes 4 petits livres favoris pour « découvrir » si ce n’est s’initier au féminisme. Féminisme n’est pas un gros mot. Ces ouvrages nous prouvent à quel point cet engagement est d’actualité à toutes les échelles de nos sociétés: politique, économique, sociale… Sans pour autant se lancer dans des analystes anthropologiques, politiques etc. ils vous permettront de vous questionner facilement, de mettre en lumière des situations qui vous paraissent normales… mais qui ne le sont pas.

Ils sont courts, ils sont à glisser dans les mains d’homme comme de femme de tout âge, ils sont à dévorer, à relire mais surtout à découvrir par tous pour mieux comprendre pourquoi le chemin est encore long 😉 !

J’ai fait une version pour Youtube et pour le blog !

1. Comprendre le féminisme – Marie-Hélène Bourcher / Alice Moliner >>

Résumé de l’éditeur: La dichotomie homme/femme n’est pas évidente et le ‘nous’ féministe est loin d’aller de soi; sa définition change en fonction des courants et des idéologies. Lutte contre la domination masculine, le féminisme peut aussi défendre les différentes expressions de genres et de sexualités. En s’interrogeant sur les idées défendues par les différents courants et comment ils s’inscrivent dans le paysage social, cet essai précise la direction vers laquelle ils doivent s’unir si le féminisme veut rester un mouvement historique fécond.

Mon avis: « Ne me libère pas, je m’en charge »

C’est le premier petit livre autour du Féminisme que je me suis offert. Je cherchai un livre qui couvre toutes les idéologies politiques et sociales du féminisme avec un traitement « science politique ».  L’intérêt est vraiment dans la compréhension du courant: pourquoi, comment, quand ? Alors comme ça, ça sonne sérieux, prise de tête. Il n’en est rien. Chaque chapitre aborde un angle différent des luttes du féminisme, avec une analyse historique, politique et sociale. Forcément, les deux premières parties sont consacrées à « pourquoi le féminisme ? (l’histoire) » (féminisme, première vague… deuxième vague)… et enfin les luttes.

Il est essentiel de voir que derrière le « NOUS sommes féministes », il existe enfin PLEIN de courants et donc d’engagements différents : en fonction des époques, en fonction des conjonctions économiques, politiques mais aussi religieuses. Promis, ce livre ne va pas vous assommer (il y a même de belles illustrations), au contraire, je trouve que l’on apprend énormément sur l’histoire du féminisme sans que cela soit barbant. Il donne envie d’aller lire les autrices classiques du féminisme (un peu plus sérieux là pour le coup), de vraiment s’engager ET de trouver sa propre voie dans « ces » féminismes.

Enfin, au fil des pages, BOURGIER et MOLINER intègrnte le féminisme à nos jours dans notre société française: quelle place dans la sphère politique ? Economique ? Culturelle ? Sociale ? Et médiatique ? (Coucou les pubs sexistes !) aucune situation n’est épargnée. Ce livre nous ouvre bien grand les yeux sur la place actuelle des femmes tout en nous donnant « les armes » idéologiques pour prendre en charge à notre tour cette cause ;).

Je le recommande donc à 100%. Son prix peut surprendre pour le format, mais c’est un véritable ouvrage de recherches 😉 !

2. King Kong Théorie – Virginie Despentes >>

Résumé de l’éditeurJ’écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n’ont pas envie d’être protecteurs, ceux qui voudraient l’être mais ne savent pas s’y prendre, ceux qui ne sont pas ambitieux, ni compétitifs, ni bien membrés.
Parce que l’idéal de la femme blanche séduisante qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu’il n’existe pas.
V.D. / En racontant pour la première fois comment elle est devenue Virginie Despentes, l’auteur de Baise-moi conteste les discours bien-pensants sur le viol, la prostitution, la pornographie. Manifeste pour un nouveau féminisme

Mon avis: 
Bon. Accrochez-vous bien. J’adore Virginie Despentes parce qu’elle n’y va pas par 4 chemins. Son écriture est très franche mais dans un style très fin. Les sujets ne sont pas faciles: viol, prostitution, pornographie. Ils ont tous en commun le sexe mais aussi les corps, de la femme mais aussi de l’homme. Il souligne à quel point le corps de la femme est devenu une marchandise pour les médias, un objet public pour le sexe opposé.

Ce livre montre de manière très crue la place de la femme dans notre société notamment « à cause » du sexe et de nos corps. C’est parfois dur à lire mais il ouvre les yeux. Il est vrai que pour le moment les avancées féministes n’ont pas encore pu/ne ce sont pas attaquées à ces sujets hyper intimes. Pourquoi ? Une nouvelle fois car nous sommes dans une société patriarcale : « C’est étonnant qu’en 2006 alors que le monde se promène avec des miniscules ordinateurs, cellulaires en poche, appareils photo, téléphones… il n’existe pas le moindre objet qu’on puisse se glisser dans la chatte quand on sort faire un tour dehors et qui déchiquetterait la queue du premier connard qui s’y glisse. Peut-être que rendre le sexe féminin inaccessible par la force n’est pas souhaitable. Il faut que ça reste ouvert et craintif une femme. Sinon, qu’est ce qui définirait la masculinité ? ».

En outre d’être aussi un roman autobiographique, Despentes y partage une vision féministe et engagée. Moi, ce livre m’a bousculée, m’a révoltée… Il est à lire en étant bien accrochée mais parfois il faut se faire bousculer pour prendre conscience de certaines réalités encore trop actuelles.

3. Beyoncé est-elle féministe? … (et autres questions pour comprendre le féminisme) Margaux Collet / Raphaëlle Remy-Leleu >>

Résumé de l’éditeur: « Une femme sans homme, c’est comme un poisson sans bicyclette !  » Slogan du Mouvement de libération des femmes
Pourquoi y a-t-il des femmes nues partout ? Que faire si j’ai été harcelé.e en ligne ? Où sont les
femmes dans les livres d’histoire ? C’est quoi des trucs de meufs, c’est quoi des trucs de mecs ?
Amour, désir, sexe, tout pareil ? Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de femme présidente
de la République en France ? L’association Osez le Féminisme ! répond dans ce livre engagé et
sans tabou, à 10 questions autour de l’égalité entre les femmes et les hommes pour lutter contre
le sexisme, permettre à chacun.e de se réaliser sans injonction, et encourager la réussite des filles et des femmes. Et montre qu’il est possible de construire un monde juste et libre pour toutes et tous.

Mon avis: « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. »

Comparé à « comprendre le féminisme », ce livre ne s’intéresse pas du tout à l’historique du féminisme, il est plus ancré dans l’actualité avec les mouvements politiques, associatifs. Avons-nous besoin de connaître toute l’histoire du féminisme pour s’engager en 2018 ? Bien sûr que non 😉 même s’il demeure essentiel de comprendre pourquoi il existe parfois certains courants féministes en désaccord sur une même cause (la religion est un sujet épineux), il est bien plus pertinent de se poser les bonnes questions afin de réagir, de s’engager.

Ce livre est hyper frais et se fonde sur notre vie quotidienne pour répondre à 10 grands axes: Histoire du féminisme, le genre, le sexisme dans notre quotidien (HÉ MADEMOISELLLLLEEEE), l’héritage effacé des femmes, la place des femmes dans le Politique, dans les Médias, au Lit, sur Internet, au sein du foyer et dans le monde du sport. Plein de thématiques qui raisonnent forcément en nous, dans notre quotidien. Les autrices analysent ET déconstruisent vraiment ces situations avec l’actualité, en nous donnant les armes pour sortir de ce sexisme: associations, quelles réactions adopter ? A qui s’adresser ? Comment s’engager ? Comment changer cet état de fait ? C’est simple et factuel.

En outre des illustrations hyper cool de Diglee, j’ai dévoré cette ouvrage de quasiment 200 pages car justement, il me parle, il parle à des situations que je rencontre, auxquelles je ne sais pas trop comment faire face sans m’énerver bêtement… Il éclaire même des faits que j’ignorais totalement :S Le petit plus ? Chaque chapitre est lié à une « grande » femme engagée. C’est important aussi de se sentir inspirée par d’autres femmes engagées 😉

Il vient à peine de sortir, mais je le conseille vraiment pour tous les âges. Je vais me faire un plaisir de le prêter à ma petite soeur 😉 car beaucoup de questionnements (le sexe, l’harcèlement en ligne) concernent les ados aussi.

4,We Should All Be Feminists – Chimamanda Ngozi Adichie >> 

Résumé de l’éditeur: A personal and powerful essay from Chimamanda Ngozi Adichie, the bestselling author of ‘Americanah’ and ‘Half of a Yellow Sun’, based on her 2013 TEDx Talk of the same name. What does « feminism » mean today? That is the question at the heart of We Should All Be Feminists, a personal, eloquently-argued essay – adapted from her much-viewed Tedx talk of the same name – by Chimamanda Ngozi Adichie, the award-winning author of ‘Americanah’ and ‘Half of a Yellow Sun’. With humour and levity, here Adichie offers readers a unique definition of feminism for the twenty-first century – one rooted in inclusion and awareness. She shines a light not only on blatant discrimination, but also the more insidious, institutional behaviours that marginalise women around the world, in order to help readers of all walks of life better understand the often masked realities of sexual politics. Throughout, she draws extensively on her own experiences – in the U.S., in her native Nigeria – offering an artfully nuanced explanation of why the gender divide is harmful for women and men, alike.Argued in the same observant, witty and clever prose that has made Adichie a best-selling novelist, here is one remarkable author’s exploration of what it means to be a woman today – and an of-the-moment rallying cry for why we should all be feminists.

Mon avis: Bon tout d’abord, je vais essayer de vous faire un petit résumé. C’est un mélange d’essai féministe ET d’analyse de société nigérienne mais aussi américaine à l’aide d’anecdotes du quotidien de ADICHIE. On se reconnait d’ailleurs toutes dans ces petits faits « sexistes » du quotidien: le serveur qui tend l’addition à notre ami, uniquement des femmes à la sortie de l’école, le regard des autres parce qu’une femme continue de travailler même mariée…
Elle met aussi en lumière comment quasiment toutes nos sociétés sont à présent construites autour du patriarcat. Qui n’est pas un gros mot, je cite le Larousse; patriarcat est une forme d’organisation sociale dans laquelle l’homme exerce le pouvoir dans le domaine politique, économique, religieux / ou détient le rôle dominant au sein de la famille par rapport à la femme. Nous sommes dans une société patriarcale qui est certes en changement mais ses fondements les plus profonds comme l’éducation de nos enfants dès le plus jeune âge, sont si ancrés en nous que parfois nous ne voyons plus les traitements sexistes que nous nous imposons. L’autrice le met littéralement en lumière dans plusieurs situations de son quotidien. C’est aberrant de réalité. Nous pouvons TOUTES nous reconnaître dans ces situations.

Après avoir montré que oui c’est vrai biologiquement nous sommes un peu différents des hommes, socialement, nous ne devrions plus l’être à notre époque où la FORCE n’est plus une capacité « utile » pour évoluer en société. Le plus fou est comment ADICHIE déconstruit l’éducation différentielle que nous donnons entre une fille et un garçon qui produit, reproduit finalement cette société. On enseigne aux filles à être sensible, peureuse, soumise aux garçons, à plaire, à avoir peur de sortir… On enseigne aux garçons à être fort, à cacher leurs émotions, à s’exprimer haut et fort. Ce ne sont pas des stéréotypes. L’éducation actuelle se concentre énormément sur les genres ET non les intérêts, les capacités des enfants. OUI cela change, mais c’est une minorité. OR, c’est la conclusion de ADICHIE « I would like to ask that we begin to dream about and plan for a different world. A fairer world. A world of happier men and happier women who are truer to themselves. And this is how to start: we must raise our daughters differently. We must also raise our sons differently… » .  Le sexisme commence par l’éducation de futurs citoyens, d’homme, de femme et oui, c’est certainement par là que nous devrions débuter pour avoir demain une société où homme et femme (j’ajoute aussi transgenre) évoluent en toute égalité.

On lit ce petit livre (50 pages) dans un souffle, en tenant sa respiration, tellement on en ressort juste… frustrée, énervée. Comment en 2018 pouvons ENCORE en être là ? J’ai adoré et quelque soit votre niveau d’anglais, il est tout à fait compréhensible car malheureusement je ne crois pas qu’il existe une version française. Je déplore d’ailleurs à quel point de nombreux ouvrages féministes anglophones ne sont pas traduits en français MALGRÉ leur succès… Mais c’est une autre histoire. Si vous ne parlez pas anglais, sachez que, comme précisé dans le résumé, ce petit livre est un essai adapté de la conférence qu’elle a tenue (Ted Talk) que vous pouvez retrouver sur Youtube  >> ET les sous-titres sont disponibles en français (cliquez sur CC puis la petite roue et sélectionnez français)

Dans un prochain article, je vous proposerai mes « 4 classiques » féministes à lire. Cela dit, n’hésitez pas à partager en commentaire vos suggestions de lecture 🙂 !  Je suis preneuse. Ou même d’ailleurs de sujets « féministes » que vous me souhaiteriez voir aborder.

@ très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 commentaires

  • Repondre liloumei 7 octobre 2018 à 11 h 24 min

    Merci pour ce chouette article ! Pour info l’essai de Ngozi Adichie existe en français !
    On le trouve là par exemple en livre ou version numérique :
    https://livre.fnac.com/a10277119/Chimamanda-Ngozi-Adichie-Chere-Ijeawele-ou-un-manifeste-feministe-en-quinze-points

    • Repondre Anne 8 octobre 2018 à 13 h 11 min

      Merci Elise pour le partage, je ne l’avais pas trouvé (en même temps j’ignorais le titre « traduit » qui perd un peu de sa saveur en françåis lol)

      • Repondre Amandine 8 octobre 2018 à 20 h 47 min

        Attention, le livre de Chimamanda Ngozi Adichie existe bel et bien en français, mais ce n’est pas celui dont parle Liloumei (qui est encore un autre livre), c’est celui-ci : https://www.amazon.fr/Nous-sommes-tous-féministes-marieuses/dp/207046458X (titre et couverture affreux soit dit en passant, vraiment à la ramasse parfois les éditeurs français…). Merci pour cet article ! Bises !

  • Repondre Margaux Lifestyle 7 octobre 2018 à 22 h 22 min

    Merci pour ce petit partage de tes livres féministes… Je crois bien que je vais les lire d’urgence !!

  • Repondre Clemzoo 8 octobre 2018 à 9 h 32 min

    Hello!
    Article très intéressant 🙂
    Je signale juste que le livre « Nous sommes tous des féministes » de Adichie est traduit en français chez Gallimard (en Folio 2€, donc pas d’excuse pour ne pas le lire!!)

    • Repondre Anne 8 octobre 2018 à 13 h 10 min

      Oh merci ! Je ne l’avais pas trouvé !

  • Repondre Caro Duhduh 8 octobre 2018 à 12 h 57 min

    Rayon bande dessinée, ou plutôt « récit graphique », je te conseille vivement Pénélope Bagieu et ses « Culottées » en 2 tomes, soit les portraits de femmes remarquables plus ou moins connues (plutôt moins que plus) dans tous les domaines. La force de ces « Culottées » est de bien plus mettre en avant les accomplissements de ces personnes que leur sexe lui-même, au point qu’après plusieurs portraits, on en oublie presque qu’aucun homme ne figure parmi les protagonistes. Mon compagnon, donc un homme, partage cette opinion, preuve que je ne suis pas aveuglée par un féminisme délirant ! Notons que Pénélope a eu l’intelligence de dresser les portraits de femmes certes « remarquables », mais pas toutes « excellentes » dans leur domaine, comme lorsqu’elle évoque les « Shaggs », un éphémère groupe de rock 100 % féminin des années 60 que l’on ne peut vraiment apprécier qu’au cinquantième degré !
    Toujours quasi littérature, car remarquablement bien écrit, gros coup de cœur pour la révélation « seule en scène » de l’année, à savoir Blanche Gardin et son spectacle « Je parle toute seule ». Et puis, mention spéciale à l’ex-hardeuse Ovidie, militante d’un « féminisme pro-sexe », en particulier pour son très instructif documentaire « A quoi rêvent les jeunes filles » qui montre l’impact redoutable du porno sur ces femmes en devenir. Je trouve Ovidie absolument fascinante… même si je ne me reconnais pas du tout dans sa façon froide et quasi chirurgicale de décortiquer la vie intime ! (On peut d’ailleurs la rapprocher de Virginie Despentes.)

    • Repondre Anne 8 octobre 2018 à 13 h 14 min

      Oh merci pour toutes ces suggestions, je vais commencer par les « culottées » car j’espère que Matthieu puisse le lire un peu aussi 😉 !

      • Repondre Caro Duhduh 8 octobre 2018 à 13 h 37 min

        C’est pas gentil pour Matthieu… Ceci dit, mon compagnon s’y est aussi intéressé parce qu’il y avait des images. Ah les garces que nous sommes !

  • Repondre Marine 8 octobre 2018 à 21 h 19 min

    Hello,

    Merci pour ces conseils. Cela fait un bon moment que j’ai envie de lire King King Théorie et je ne vais pas tarder à me l’acheter mais tu m’as également donne envie de lire Beyoncé est-elle féministe. J’ai lu et beaucoup aimé We should all be feminists et par la même auteure et dans le même genre Dear Ijeawele… Sinon comme certaines de tes lectrices au-dessus, je te conseille Culottées. Les deux tomes sont géniaux. Un autre roman graphique, Le féminisme, est plutôt sympa et instructif. De mon côté, j’aimerais beaucoup lire Bad feminist de Roxane Gay qui me tente pas mal.
    Bonne soirée!

  • Repondre Anais C.H 9 octobre 2018 à 21 h 03 min

    Honnêtement je ne suis pas très blog, mais je dévore littéralement tes articles, et posts ig, pour ce genre de sujets quasi absents afin d’éviter les controverses je présume. Bref, encore un super article, très instructif.
    Bisous d’une marathonienne, végétarienne, étudiante à scpo (on a pas mal de points commun haha), fashionista mais surtout une femme se reconnaissant dans les valeurs que tu transmets! 🙂

  • Repondre Marie 10 octobre 2018 à 14 h 26 min

    Super!
    Je te conseille la lecture de « En finir avec la culture du viol » de Noémie Renard.
    Très complet et un vrai outil d’émancipation!
    On peut le trouver là, aux editions les petits matins:
    https://www.google.com/url?q=http://www.lespetitsmatins.fr/collections/en-finir-avec-la-culture-du-viol/&sa=U&ved=2ahUKEwiHgq7S7vvdAhXJY1AKHb8FDL4QFjAAegQIARAB&usg=AOvVaw3_DHGIdW_1jmBjik0Dd8yr

  • Repondre Myriam 11 octobre 2018 à 7 h 35 min

    Merci Anne pour cette sélection, que je rajoute direct dans ma pile à lire pour cet automne 🙂

    Des bisous!

    PS: et encore une fois un Grand bravo pour ton Iron(wo)man de dimanche, tu es vraiment une warrior! Quel exemple !!!

  • Repondre Zélia1882 27 octobre 2018 à 9 h 52 min

    Je découvre ton blog, j’ai vite regardé les titres : sport, féminisme, nutrition, mode,….tout ce que j’aime ! Virginie Despentes est mon autrice préférée avec Annie Erniaux, Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, George Sand…en fait il y en a beaucoup. J’adore tous les bouquins de Virgines Despentes, elle a une capacité à sentir le point de vue de personnes tellement différentes d’elle même ( très frappant dans Vernon Subutex). J’ai adoré King kong théorie, la violence extrême qu’elle décrit m’a choquée Pourtant ce qui me rassure et me conforte dans le bien fondé du combat féministe, c’est que malgré des siècles de violences physiques et morales coordonnées, de dénigrement, de déni des droits, de chosification des femmes, nous sommes encore persuadées de notre valeur. Nous sommes fortes. Je vais regarde les livres que je ne connais pas. J’ai adoré Christine Delphy ( la reine Christine, elle déménage) ou Monica Wittig, les autrices françaises sont à la pointe des théories féministes.

    • Repondre Anne 27 octobre 2018 à 23 h 26 min

      Oh merci Véronique et bienvenue 🙂
      je vais jeter un oeil à tes références
      des bises !

      • Repondre Zélia1882 28 octobre 2018 à 8 h 32 min

        J’ai commandé hier le livre de Chimamanda Ngozi Adichie, en français, et ton article m’a poussé à commander deux livres sur le féminisme dont je retardais l’achat, l’un de Christine Delphy l’autre d’Andrea Dworkin. Les livres des grandes théoriciennes du féminisme sont souvent très chers, il faut les acheter lorsqu’ils sortent. Pour celui d’Andrea Dworkin j’ai tardé et il n’était plus dispo neuf, seulement d’occasion mais 4 fois plus cher, j’ai changé d’enseigne, il en restait deux neufs au prix éditeurs. Je trouve très bien que les prix des livres neufs soient régulés, quand on voit le prix des livres d’occasion qui peuvent atteindre des sommets !

  • Repondre Camille 30 octobre 2018 à 11 h 04 min

    Du coup c’est un peu dommage de voir que tu écris des choses qui participent justement de ce sexisme intégré ambiant, du genre «faites un sprint comme si c’était pour choper la dernière fringue soldée à votre taille»(article sur les fractionnés) ou autres clichés pas du tout féministes que l’on retrouve sur plusieurs blogs ‘mode’…

    • Repondre Anne 31 octobre 2018 à 13 h 51 min

      Camille, ce sont de vieux articles, on change tous (quasiment 6 sur celui-ci lol)

  • Repondre Charlotte 5 novembre 2018 à 19 h 48 min

    Hello ! Merci Anne pour ces belles découvertes ! C’est un sujet qui me passionne depuis quelques années mais que j’aie découvert et approfondi plutôt sur internet, alors j’ai hâte d’en découvrir encore plus à travers ces livres ! Commande en cours !