Hi,

jeans free people echarpe tartan

J’aime bien lire des autres blogs, je ne m’en cache pas et je suis tombée sur cet article de Camille. Le titre m’a surtout interpelé après vous avoir “Tu seras quoi quand tu seras grande ?” Aujourd’hui, j’avais envie de vous emmener dans le petit monde du “et si ?”.  Car moi aussi, j’aimerais avoir 20 ans toute ma vie pour tester plein d’études avant de trouver le bon métier, celui que me convienne et pas celui que j’imaginais me convenir.

Et si j’avais fait un BAC S et préparé médecine ? En seconde, j’avais suivi toutes les options pour rentrer en première S, je voulais être médecin, je voulais être chirurgienne même. Puis finalement, j’ai découvert l’économie avec une amie qui suivait l’option SES et les dissections du lundi après-midi m’ont paru beaucoup moins passionnantes. Idem pour la physique chimie que j’adorais réellement, j’adorais aussi mon prof qui avait discuté avec moi plusieurs fois au 3eme trimestre afin de me convaincre de ne pas aller en Première ES mais de continuer en S. Il était super gentil.

Puis non, je suis partie en ES, je ne l’ai pas regretté… mais si j’étais partie en S, peut-être que je pourrais dire la même chose : je ne l’ai pas regretté. Tout c’est bien enchainé, j’ai eu mon BAC, j’ai réussi le concours d’entrée à Sciences Po … Pour tout vous dire, j’ai choisi Sciences Po car c’était un cursus qui me permettait de répondre à cette question : Que faire plus tard ?… plus tard. Je me donnais encore 2 ou 3 ans en fait. Je pouvais découvrir d’autres matières, sans me fermer de portes.

Mais des portes, j’en avais déjà fermé en fait : la science par exemple. Quand j’étais plus jeune, je me voyais bien professeur d’Histoire. L’histoire a toujours été l’une de mes matières favorites.

Puis la vie vous modèle, vous influence et le sport est rentré dans ma vie. J’ai fini mes études et j’envisage de rajouter ce petit grain de sport, mais et si j’avais suivi STAPS dès le début et que j’étais devenue professeur d’EPS ? Quelle ironie n’est-ce pas ? Moi qui détestais ça.

Je rêvais aussi de voyager. Je pensais naturellement à hôtesse de l’air quand j’étais jeune, jusqu’à ce que mon père me dise que “ce n’était pas assez”… Mais si ça me plaisait ? Bon ça c’était jusqu’à ce que je prenne l’avion ET ne sois pas du tout à l’aise dans les airs. Gloobs.

Je crois que l’on a qu’une vie, la jeunesse n’est pas essentielle si on a l’envie, l’envie de faire autre chose. Je me suis dirigée dans le marketing, la communication… même mes études terminées, mon diplôme m’a préparé à plein de métiers aussi imprécis et indéterminés les uns que les autres. “Et si” c’est une expression qui peut faire rêver ou mettre à notre portée des expériences un peu folles. J’ai eu la chance que mes études me plaisent et de ne pas arrêter en court de route, mais, parfois, j’aimerais avoir eu l’occasion d’en essayer plein.

J’aimerais dire à la jeune fille de 15 ans que j’étais, de ne pas trop penser ce que tu seras plus tard, mais plutôt à tous les potentiels métiers que tu pourrais être tout au long de ta vie. Un titre ce n’est rien. C’est drôle quand on me demande “ce que je fais maintenant”.. alors quel est donc mon titre ? Ce n’est pas précis comme professeur ou médecin, c’est très flou mais ça me plait. Parfois je dis juste “je viens d’être diplômée” au lieu d’expliquer tout ce que je fais car, même si, dans notre société, nous changeons énormément de métiers, les personnes ont besoin de ces étiquettes encore. Ça les rassure ces petites cases.

Et vous, quel serait votre “et si ? “

jeans free people echarpe tartanjeans free people echarpe tartanjeans free people echarpe tartan
Jeans – Freepeople (similaire ici ou là)

Blouse – H&M (similaire ici)

Gilet – Ekyog (similaire ici)

Echarpe – Sheinside (similaire ici ou là)

Sac – Mango (similaire ici ou là)

Bottines – Casual Attitudes (similaire ici ou là)
jeans free people echarpe tartanjeans free people echarpe tartan

J’essaie de re apprivoiser Paris en ce moment et le beau temps m’aide particulièrement dans cette mission. Je ne m’avance pas trop vite mais, je crois que le printemps ne va plus tarder. Tant pis pour le froid, on a  déjà le soleil.

Résultat, je porte de nouveau des pièces un peu printanière, qui correspondent bien à mon humeur du matin : “noooon tiens il fait de nouveau beau ! C’est fou” C’est fou n’est-ce pas ? Alors revoilà mon jeans favori plein de fleurs accompagné de mon gilet tout doux Ekyog, qui est bien chaud mine de rien. Je porte également une jolie blouse H&M.. et non un maillot de corps type mamie comme la dernière fois lol. Je fais des efforts dès que le soleil pointe le bout de son nez.

Je tenais à vous présenter mes excuses, j’ai de gros retards dans mes mails et les commentaires, mais je dois boucler mon fameux projet que je pourrai vous présenter en mars avant demain soir… J’y passe mes nuits entières, mais promis je reviens vite.

à très vite

PS: Le #Dubndiducrew se réunit à Strasbourg samedi matin ! Venez courir entre filles >>

PS : Bon Plan : Bénéficiez de la livraison à 1euro OU -10% sur tout le site avec le code HEART chez Urban Outfitters >> 

Ne vous arrêtez pas là !

Watching the Ceiling #873

Watching the Ceiling #873

Hi, J’espère que vous allez bien ? Bon je vais vous parler confinement, sans surprise. On le savait sans vraiment…
Lights Us Up #859

Lights Us Up #859

Hi, J’espère que vous allez bien ? Pas de jour férié cette semaine. Je ne sais pas vous mais j’ai…
Tilted Towers #852

Tilted Towers #852

Hi, J’espère que vous allez bien ? Je vous écris cet article depuis Tokyo, en plein jetlag… il est 2h…

50 réflexions sur “Sugar #598”

  1. Quand j’étais petite, à l’âge où on apprend à écrire, (même si sur ce point il parait que j’ai été précoce), je voulais être écrivain, j’avais cette passion pour les mots. Mais ma mère m’a dit que ce n’étais pas un métier… Alors j’ai voulu être bibliothécaire : parce que je me disais que je pourrais lire tout le temps. Et j’ai évolué et au collège je voulais être Journaliste (Presse), les mots, toujours les mots… Mais mon destin a dérivé vers les choses plus “commerciales” (je suis issue d’une famille de commerçant) et j’ai enchainé les formations : BTS assistante trilingue, Licence de langues et Licence de communication. Toujours cette passion des mots mais mots” & maux” d’entreprises. Aujourd’hui, après plusieurs boulots, plusieurs options s’offrent à moi et beaucoup trop de “Et si”justement … Et pas mal de doutes… A 27 ans, il serait temps que je prenne la bonne décision et garde un boulot plus de 2 ans !

    Sinon, t’es toujours aussi canon, les cheveux détachés mais j’ai les mêmes et je sais que c’est pas toujours évident au quotidien !

    PS : Je serai très intéréssé par un article ou plus d’infos sur tes” maillots de corps de mamie”. Ma moitié et moi on se caille !

    Bisous !

    1. Pour les maillots de corps, ce sont des uniqlo tout simplement
      Ils appellent ça des “seconde peau” et ils sont encore mieux que les maillots de corps de mon enfance lol

  2. Et si… j’avais cultivé ma créativité, je pense que j’aurais fait des études d’art.
    Et si… j’avais découvert ma passion pour la gastronomie (et tout particulièrement pour la pâtisserie) plus tôt, j’aurais fait un CAP dans le domaine.
    Même si ce que je fais me passionne, parfois je me prends à rêver de recommencer une formation… Qui sait. Comme tu dis, il ne faut jamais se fermer de portes 🙂
    Bises,
    M.

  3. Bonsoir, très printanière ta tenue ! Tu vas nous faire venir le printemps et ca te va bien.
    Et si..mon avis est un peu different, je suis de ceux qui ne se posent pas trop de questions. Mon avenir, je veux le vivre et surtout avancer ( mais je n ai rien contre ceux qui preferent tatoner ou juste prendre leur temps!)..parceque ma vraie vie, c est ma vie personnelle, la profession me permet juste de vivre avec ce qu il faut en niveau de vie.
    J ai donc choisi un metier qui me laisse beaucoup de temps libre! Il ne me passionne pas du tout, est a l oppose de ce que je voulais faire avant, mais il se trouve que je me debrouille bien, et ça me rapporte ce qu il faut.
    Je ne voudrais pas travailler dans ce qui me passionne, car je connais trop de gens qui ont perdu la passion, une fois la pratiquant en pro. Il y en a qui la garde mais ils sont si rares! Je te le souhaite en tout cas.
    Je garde mes loisirs et passions intacts avec le temps qu il faut, et je pense qu il ne faut rien regretter d avenirs differents sur d autres voies qu on aurait pu prendre, tout simplement parceque ces regrets ne servent à rien. Bonne soirée

  4. Je pense que tu es ce que tu es par ton parcours. Tu aurais été différente si tu avais médecine, et peut-être n’aurais-tu jamais faire de course et tous ces sports!
    Donc pas de regrets. Tout ce qu’on peut faire encore, c’est continuer à faire des choix, à en ignorer d’autres. Je suis convaincue qu’on est fait de nos choix, mais que rien n’est perdu et qu’on peut changer ce que l’on veut.
    Et bravo pour ta perf’ aux foulées de Vincennes. Je crois y avoir entraperçu ton shirt rose 😉

  5. Je suis ton blog principalement pour les conseils sportifs mais je me reconnais très bien dans tout les “à côté”, dans tout ce que tu prends le temps de nous confier, en dehors de ta passion pour le sport.
    C’est drôle, car je suis un peu plus âgée que toi, 29 ans, mais il y a quelques années, je pensais exactement la même chose.
    Diplômée de Science Po aussi, plusieurs années de mon cursus à étudier à l’étranger, le retour à Paris fut plein de doutes…
    La grisaille, la recherche d’emploi… le manque de cette énergie, de cette facilité que l’on a à l’étranger, les rencontres, parler anglais….tout cela me manquait. Ne pas savoir précisément non plus quoi marquer sur le CV ne m’aidait pas. Ne pas savoir quel était mon titre ne m’aidait pas à m’ancrer dans quelque chose de précis…je ne savais pas vers quoi chercher. Je ne savais même plus si mes études, pourtant passionnantes, était ce que je voulais faire de ma vie. Dans un bureau, en France, des collègues, la routine.
    J’avais des envies de voyages, de tout plaquer, de changer de domaine, de tout recommencer….
    Et puis à chaque fois, le retour chez mes parents en Bretagne, qui me ressourçait et où je me disais “et si je rentrais faire ma vie en Bretagne? On y est bien finalement”. Mais une seconde après, je me disais que c’était ridicule de retourner vivre la bas, entourée de gens qui ne sont jamais partis. Le monde est grand, pourquoi retourner vivre dans un endroit que je connaissais par cœur? J’avais envie d’autre chose, j’avais le temps. Pourtant ,je sentais un décalage énorme.
    Ce ne sont pas des années si facile, la vingtaine.
    Plein de portes nous sont ouvertes, mais on est remplies d’interrogations….
    Tu es une fille intelligente, tu es déterminée, je suis sure que tu trouveras. Cela peut parfois prendre du temps, mais je crois sincèrement que “everything happens for a reason”.
    Aujourd’hui je suis de retour aux États-Unis, je savais que je devais faire ma vie ici. Ça aura pris du temps mais il existe toujours une voie qui mène à ce que l’on aime vraiment, et à qui l’on est vraiment 🙂

  6. Il m’aurai fallu une dizaines de vies pour accomplir toutes les professions dont j’ai rêvé, mais j’ai choisi Médecine aucun regret mise à part le temps qu’il me manque pour me plonger dans bien d’autres passions. Mais en parti grâce à toi je me suis mise à courir ! ça à sauver plusieurs de mes sessions de révisions. Qui sait je serai peut-être Medecin du Sport finalement …

  7. J’adore, super article ! Moi mon grand rêve c’était d’être écrivain… J’écris toujours, mais l’an prochain je commence le droit… “Ca ouvre plus de porte”… et ça me rassure aussi vachement de ne pas devoir m’enfermer dans des études précises, pour être honnêtes !
    bisous, Romane

  8. Et oui, et si ? Tu as toute la vie pour étudier de nouveaux domaines et élargir tes horizons, si si je te promet. Voici ma petite histoire. En 2de tous mes profs voulaient que je fasse un bac L, moi je n’en voyais pas l’intérêt et voulais faire STT (oui y en a qui veulent vraiment faire ce bac lol). Pourquoi ? pour les cours de Droit, d’Éco et son côté pratique (je suis trés pragmatique). Bac en poche, étant boursiére et n’ayant pas les moyens de faire de longues études, direction un IUT de Droit et une 3éme année en alternance. Pendant tout ce temps je voulais partir étudier à l’étranger, j’ai été admise dans 2 universités au Canada et 2 autres en Angleterre. Mais faute d’argent (boursiére échelon maximum et pas accés aux prêts étudiants), je suis restée en France et suis rentrée dans la vie active. Mon choix ? le secteur bancaire. Pourquoi ? parce que c’est un secteur qu comporte tellement de métiers variés qu’on n’a pas assez d’une carriére pour tous les essayer. J’ai fait mon bon petit soldat : CDI, promotions, 2 diplômes passés en formation continu, mutations, Paris, métro-boulot-dodo, achat d’un appart en région parisienne(=endettée pour 25 ans). Et en tête : et si j’avais pu partir à l’étranger ? et si j’avais pu faire vraiment les études dont je révais ? Aujourd’hui ? Je vais avoir 37 ans, je vis depuis bientôt 6 ans à Montréal au Canada, j’occupe un poste de Direction dans une grande banque au Canada à temps plein et …. je prépare un Bachelor en Gestion aux HEC Montréal en cours du soir et fins de semaine. Je suis arrivée ici sans emploi, pas de logement, avec juste mes valises et mon visa de résidente permanente mais j’avais une confiance absolument dans ma décision de tout plaquer pour enfin … VIVRE.
    Tu as seulement 20 ans, tu es brillante, motivée, tu es trés travaillante, tu as un mental en béton armé. Tu n’as aucune limite, aucune barriére, tu peux tout faire tant que tu en auras la volonté. L’âge n’est qu’un chiffre, peut être feras tu médecine dans 15 ans, ou alors tu auras ton réseau de club de sport, ou ton chéri et toi serez à l’autre bout du monde à voyager à l’année longue. So what ?
    La mentalité en France veut que l’on nous colle une étiquette et nous range dans une case en fonction d’une filiére d’études qu’on a fait à 20 ans. Tu exploses ces clichés en refusant de faire le bon petit soldat, en prenant le temps pour toi de tester tes options et vivre tes expériences. Et tu as 100 000 fois raisons.
    Je te souhaite une bonne continuation dans ton cheminement personnel et professionnel, profites de chaque expérience, chaque rencontre, reprends des études si tu le souhaites, bref … vis 😉
    Bises
    Christelle

  9. Je lis tous les articles de ton blog , j aime ta fraîcheur , ta façon de transmettre ta passion etc … Mais la c est un peu le monde des bisounours .. Il y a aussi l environnement familial qu il faut prendre en compte sur ce point .. ET SI j avais eu des parents responsables ? Peut être que je serais allé à l Ecole ? Ou peut être j aurai découvert des sports ou loisirs passionnant dans lesquels je me serais découverte ? Je pense qu il faut prendre en compte le côté environnemental de la question … Parcequ effectivement ET SI j avais eu des ” vrais ” parents je serais peut être pas a 33 ans , a ne pas savoir ce que j aimerais faire dans la vie … En ayant quand même repris des études a 21 ans enceinte de mon première fils …

  10. Je partage tes réflexions, je me pose moi même souvent la question du “et si” pour la vie professionnelle! Mais pas que, je suis plutôt heureuse de ma vie actuelle mais des fois je me pose souvent la question de comment ma vie aurait pu être si ça s’était passé autrement. Car les études qu’on fait déterminent le métier qu’on va faire (dans l’idéal, la plupart du temps, encore faut-il trouver un boulot qui correspond) et donc par extension, où on va vivre, qui on va rencontrer, qui on va voir au quotidien… C’est passionnant en un sens! Je pense qu’on a plusieurs vies dans une vie, à chacun d’essayer de trouver ce qui lui convient et le rend heureux, avoir une juste dose d’égoïsme tout en pensant aux autres et en faisant des compromis pour avancer! 😉 Et rien n’empêche de changer en cours de route si ça ne nous plaît plus, ou du moins d’essayer, même si la vie peut parfois nous mettre des bâtons dans les roues et malheureusement empêcher ou retarder nos projets!

  11. Ce n était ni une critique , ni un jugement ! Donc et si j avais eu des parents 😉 après je suis devenue éducatrice et j en suis fière … Mais dans ma ” pensée ” je voulais juste qu il fallait prendre aussi l environnement familial en compte 😉

  12. C’est drôle que tu parles de ça maintenant.. Je suis dans une licence très généraliste, et en plein choix de master.. J’ai beaucoup de portes ouvertes, aussi différentes les unes que les autres, sans aucun fil conducteur, et j’ai bien envie de faire des demandes partout.. On me parle de science-po, de communication, de nutrition sportive aussi ! Et tout ça me fait rêver..
    J’ai toujours cru savoir ce que je voulais faire mais maintenant que je me retrouve devant autant de chemins différents.. J’ai envie d’imaginer de nouvelles choses, et si c’était possible ?

  13. Très bon article ! C’est vrai qu’on passe toute sa jeunesse à se demander ce qu’on deviendra plus tard, ou plutôt non, on y pense pas vraiment en fait, ce sont les autres qui nous rappellent qu’il faudra choisir ses matières et ses études suivant son futur cursus, c’est ça qui est flippant je trouve !
    Bisous

  14. Et si… je voulais être pilote, vétérinaire, journaliste, écrivain, peintre, tennis-woman, actrice, éditorialiste, bibliothécaire, éducatrice, psychologue, psychiatre, policier…

    Finalement après des études de droit, des rencontres, des découvertes : je suis devenue avocat.

    Je ne cours qu’après mes clients !

  15. C’est toujours rassurant de lire ce genre de post sur ton blog et aussi sur d’autres ! On se sent moins seule à avoir été ou être actuellement totalement paumée car ne sachant pas quoi faire. Je pense qu’une grande partie de ce problème vient du système français qui nous pousse à avoir un chemin d’études sans aucune erreur, sinon on nous les reproche et même une réorientation est mal vue…c’est épuisant et décourageant d’avance ! Actuellement en échange erasmus, je me rends compte que tous mes amis erasmus n’ont pas autant cette pression car ils peuvent faire un métier totalement différent au regard des études qu’ils ont faites et même au cours de leur cursus ils peuvent choisir les matières qu’ils ont envie d’étudier. Et c’est ça qui permet de trouver sa voie (enfin je crois).
    Je suis en M1 et maintenant je dois faire un choix pour l’an prochain et à plus long terme, décider quel métier je veux faire : l’angoisse totale car cette question je la repousse depuis des années. Mais en lisant des articles comme les tiens et en parlant à des gens autour de moi, je réalise que l’essentiel c’est de faire quelque chose qui nous intéresse (sérieux ?! sans blague ! oui parce qu’on nous pousse parfois dans les filières où il y’a des débouchés). Donc certes ce n’est pas du tout rassurant de faire des choix a priori risqués car ce sont des secteurs bouchés mais c’est tellement plus motivant de savoir qu’on peut essayer de faire quelque chose qui nous passionne! J’espère que le risque en vaut la chandelle mais au moins il n’y aura pas de regrets de ne pas avoir essayé 🙂

    Tout ce long texte pour dire que je te remercie de faire partager tes ressentis que nous sommes nombreuses à partager ! C’est peut être même un élan pour oser aussi sortir des sentiers battus !

  16. Alors pour le beau temps nous on va devoir attendre ce matin l appli meteo annoncait -30 … bref 🙂
    Meme 5 ans après la fin de mes etudes je cherche encore ce que je vais faire de ma vie, pourtant j ai passé 3 ans au sein de la meme societe. C’est difficile de trouver qui on veut etre.

  17. “Et si” ces choix précoces n’étaient que le début d’une longue route pavée d’innatendu? Sortir des études, commencer à travailler, c’est découvrir tous ces métiers dont on ne soupçonnait pas l’existence, se découvrir des attraits pour des activités qu’on pensait détester parce qu’elles n’étaient que théorie. Autant de nouvelles voies qui s’ouvrent à nous, et la beauté des années qui passent et qui font qu’un projet qui semblait innaccessible paraît tout à coup réalisable. Plus que jamais, nous sommes destinés à vivre 1000 vies professionnelles en une, et c’est même ce qui fera notre force pour faire face à l’avenir. Nous n’aurons plus d’étiquette mais bel et bien un ensemble de compétences et de connaissances adaptables à chaque situation.
    Finalement, tu es en avance pour le monde de demain 🙂

  18. Hello,

    Je me reconnais beaucoup dans ton parcours, enfin… jusque l’année dernière car j’avoue que je n’ai jamais eu le courage (et je ne sais pas si je l’aurai un jour) de tout lâcher pour faire autre chose. Il faut dire aussi que je n’ai pas trouvé cette autre chose. Mais tout comme toi, j’ai fait les études les plus généralistes possibles mais en version scientifique : ingénieure généraliste : on peut travailler dans un peu tous les domaines mais on n’est spécialisé dans rien. Ce n’est pas vraiment un choix que je regrette mais j’ai beaucoup de “et si” dans ma vie! J’aurais adoré faire médecine mais malheureusement je suis hyper sensible et je ne supporte pas de voir les gens souffrir et je sais que je n’aurais jamais réussi à m’endurcir.
    En tout cas, même si cela semble très prenant, tu as l’air de t’épanouir dans tes nouveaux projets, et c’est vraiment bien!

  19. Et si…je n’avais pas loupé mon BTS diététique en septembre dernier….je n’aurais pas signé un CDI et finalement je n’aurais pas tous ces beaux projets…je repasse mon bts en septembre prochain et il faut absolument que je l’ai pour développer ma future activité la ou j’ai signé (j’ai une super responsable qui croit en moi)! Je pense aussi que la vie regorge de personne bienveillante qui peuvent porter tout tes projets il suffit de tourner dans la bonne direction..celle que te donnes ta vie parfois elle est dure mais souvent elle est juste ! Parce qu’il n’y pas d’hasard en fait 🙂
    Super post en tout cas!!
    Et si j’avais continué mes études de psycho…je pense que je me serais ennuyée mais finalement ces deux années faites me servent beaucoup !! bonne continuation tu vas réussir ce que tu entreprendras je suis sûres ! Et tu es jeune (on a le même âge et tout est possible même changer de vie dans 15 ans on pourra le faire!!) j’ai hâte de découvrir tous les beaux projets dont tu nous parles 🙂

  20. Merci pour le lien ! 🙂
    En fait, il faudrait qu’on ait comme Hermione un retourneur de temps, histoire de pouvoir faire plein plein d’études différentes et de choisir les trucs chouettes, mais avoir encore 23 ans après.

  21. Salut Anne,
    Si j’avais du répondre à la question “tu seras quoi quand tu seras grande” il y a quelques années, j’aurais forcément été à côté de la plaque, j’ai eu un parcours peu commun: un DEUG STAPS, une maîtrise d’ethnologie, un CAP d’esthétique et maintenant un diplôme d’état d’infirmière… La route a été un peu longue mais je n’ai aucun regret, je crois juste que j’aurais aimé être étudiante “professionnelle”, mais à un moment y’a pas faut bosser. Je pense que je vais rester dans cette dernière branche mais je pense déjà à ajouter d’autres cordes à mon arc (comme la sophrologie par exemple…). Tout ça pour dire que je t’encourage à 3000 % en ce qui concerne la suite, suis tes envies!!
    Des bises :-*
    Delphine

  22. J’ai eu plein d’envies différentes et plus farfelues les unes que les autres, étant petite… Et puis finalement je suis partie dans une direction pas farfelue du tout, mais qui continue à étonner les amis qui me connaissent depuis le lycée. Aujourd’hui j’ai une grosse envie d’autre chose dans ma vie, alors que j’aurais pu avoir une carrière toute tracée ça ne me suffit/convient plus. J’ai 29 ans et je ne sais pas vraiment ce que je voudrais faire “quand je serai grande”! Parfois ça m’inquiète un peu, mais la plupart du temps je le vis bien. J’ai un projet qui me tient très à cœur, mais je manque de la confiance en moi nécessaire pour le réaliser, je crois. Alors je te souhaite le meilleur pour tes projets à toi, et de t’y épanouir pleinement!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

No feed

Les actus

Retour haut de page