Archives du mot-clé Primark

Stolen Dance #624

Hi,

jeans boyfriend zara espadrille corail primark

La rythme de la vie active..ahalla grand débat dans mon petit couple. J’ai la chance d’avoir un emploi du temps assez flexible car je travaille depuis mon petit chez moi. Le problème de la flexibilité est bien de poser les limites et honnêtement, je n’y arrive pas très bien. J’adore travailler tôt le matin, partir faire mon sport en heure creuse ou entre midi et deux puis reprendre mon travail avec un peu de décalage par rapport à des horaires de bureaux.… LIRE LA SUITE

Tomorrow #622

Hi,

jupe noire sandales corails primark jardin du luxembourg

Ce weekend, nous partons à Athènes ! La dernière fois (et aussi la seule et l’unique) où j’y suis allée, c’était en voyage scolaire lorsque j’étais en 4ème… Ce qui fait environ 10 ans tout de même. Lève la main si toi aussi tu as pris le cours de latin pour les voyages des « latinistes » en Italie et en Grèce (helléniste aussi).… LIRE LA SUITE

Dial Tones #620

Hi,

nike free 5 2015 corail  fashion blog

Je suis en plein déménagement et avoir une connexion Internet stable est quelque chose d’un peu délicat à avoir ces temps-ci. Mais je reste positive car même si j’appréhendais ce nouveau chez nous (l’ancien était tellement bien), je suis pour l’instant plutôt contente (comment ça, ça ne fait que quelques heures que j’y suis !!).

Ce qui me rend aussi plutôt heureuse, c’est toutes les attentions de ma mère, mon beau-père et des parents de Matthieu quand ils ont su que nous partions sur un non-meublé. Tout le monde s’est mobilisé pour nous aider avec ce nouveau chez nous, que l’on voulait vraiment « nous » sans trop passer par la caisse ou Ikea. Nous avons énormément récupéré de meubles, d’électroménager. D’un côté ça débarrassait nos parents, de l’autre ça nous permettait d’économiser. Lire la suite

My Type #617

Hi,

jupe culotte baskets blanches mademoiselle pierre reebok

Je vous avais déjà récemment parlé du harcèlement de rue à Paris dans que quelques uns de mes posts. Non pas que c’était nouveau pour moi, mais bien parce que leur fréquence était devenue choquante. La semaine du marathon, j’ai eu beaucoup de déplacements et de rendez-vous sur Paris et en une journée je suis passée à « espèce de sale conne » dès 9h à « souris sale pute » à 13h « oh la blondasse tu peux me filer ton 06″  vers 19h (heureusement, j’allais au yoga… j’aurais bien voulu le frapper avec mon tapis)

Le sujet est devenu d’actualité, je ne sais pas trop comment, comme un marronnier en fait ?… LIRE LA SUITE