Tout savoir: Voyager en Van de location aux USA (Coût, location, camper..)

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Début mai, nous sommes partis 3 semaines visiter l’Utah (USA) et nous avons choisi la solution du van aménagé pour notre roadtrip. Ça fait plusieurs années qu’on rêvait de retourner dans l’Utah afin de visiter, randonner, faire du vélo dans cet Etat magnifique dont j’avais eu un petit… tout petit aperçu lorsque je vivais aux Etats-Unis. Le hasard a fait finalement bien les choses puisque c’est exactement 10 ans plus tard que nous avons pu réaliser ce projet. Je vous glisse le lien vers mon article de l’époque >> ainsi que celui-ci >>

J’en avais gardé un souvenir très vif de ces paysages et spoiler, je n’ai pas été déçue d’en revoir quelques uns. Tout est toujours aussi beau, grandiose… à vous couper le souffle ou vous émouvoir.

Dans cet article, je ne vais pas tout de suite plonger dans notre itinéraire mais plutôt mettre en lumière “le moyen” de ce road-trip: notre VAN “indivana johns” de location.  C’était une première fois pour nous. Je vais ainsi répondre à toutes vos questions tout en partageant en peu notre expérience.

DISCLAIMER: Notre voyage a eu lieu en Utah quasi uniquement donc n’oubliez pas que les lois, les pratiques, la sécurité et les règlements peuvent varier en fonction des Etats. Cette expérience est donc particulière et ne peut peut-être pas refléter la réalité dans d’autres Etats américains ou même au Canada.

Je vous ai préparé une vidéo… si vous n’aimez pas ce format, la suite est juste après:

Pourquoi le van ? Quel modèle ?

Nous avons choisi le van après un calcul économique assez simple. Nous n’avions pas prévu de faire “beaucoup” de route car nous sommes restés quasiment uniquement dans l’Utah (sauf pour Grand Canyon et le retour par Denver). Nous voyagions avec des vélos, il nous aurait donc fallu en tous les cas une grosse voiture pour les transporter. Notre roadtrip durait + de 2 semaines, avec un coût en moyen de $130 hors taxe en hôtel ou airbnb. Le calcul a été vite fait.

Résultat le van s’est présenté comme une opportunité de transporter facilement nos vélos, d’avoir un lieu pour dormir, de la souplesse en terme d’itinéraire, d’être au plus proche de la nature, de pouvoir campé souvent gratuitement et donc de ne pas dépenser. Mais aussi d’économiser du temps, de l’essence ET de l’argent. En effet, il y a de grandes zones vides parfois entre les parcs nationaux qui nous auraient forcé à faire plus de route si nous étions en hôtel. Sans parler du temps gagné (pas de check-in/check-out, pas de parking payant…de taxes, de tips…) Avec le van, nous pouvions facilement camper gratuitement très proches des parcs, des lieux de randonnée ou de départ pour le vélo.

Nous avons choisi un modèle “milieu de gamme”  (The Squad) qui permettait de ranger facilement nos vélos (leurs housses) nos bagages tout en gardant un espace de vie suffisant pour être à l’aise. Il n’était ni trop petit ni trop grand, il avait vraiment la taille parfaite pour nous.

Le modèle était vraiment hyper optimisé. Tout l’espace intérieur au centre était libre pour y mettre nos vélos (juste derrière les sièges conducteurs/passagers). Nous avons placé la housse sur les 2 sièges passagers car notre van était équipé aussi d’une tente de toit, il peut donc accueillir jusqu’à 4 personnes (pour quasiment le même prix donc ;). Nous pouvions ranger nos valises sous le lit ainsi que le petit matériel (sièges pliables, sacs de couchage etc.)

L’arrière du Van était consacré plus à la cuisine: les plaques de cuisson (au propane), la glacière, le stockage de la nourriture, un gros bidon d’eau avec une bassine rétractable, les boites avec les couverts, la vaisselle, les casseroles. Il faut savoir que tout était fourni, jusqu’au chiffon pour essuyer la vaisselle ainsi que les draps, les coussins, les sacs de couchage.  Vous arrivez, vous posez vos valises, vous faites le tour avec le loueur, vous posez vos questions (fonctionnement de la batterie, de la lumière, des plaques lol) et c’est parti ! C’est aussi facile que chez un loueur de voiture. La seule différence est bien sûr à l’aéroport, il faudra prendre un Uber/taxi pour aller à leur bureau (proche de l’aéroport pas d’inquiétudes).

Enfin, j’ai choisi aussi ce loueur ET ce van précisément car il avait très peu de fenêtre (juste une sur la porte de côté). C’était important pour nous puisque nous avions nos vélos, nos ordinateurs, nos appareils photos et on voulait vraiment le MOINS de surface vitrée cassable / tentatrice pour un potentiel voleur.

Aviez-vous emmené vos vélos ? comment ça se passe pour le transport ?

Oui pour +2 de semaines de voyages, c’est bien moins cher d’emporter son vélo. D’autant plus que nous ne retournions pas au même aéroport (aller par Salt Lake City retour par Denver)

Le loueur (Native Campervan) peut vous fournir un porte-vélo. Nous avons préféré les mettre à l’intérieur pour des questions de sécurité. Cela étant dit, nous avons vu plein d’américains se trimballer avec des vélos HORS de prix sur des porte-vélos, certes attachés, sécurisés, et partir randonner “comme ça”. Mais on a pas voulu prendre le risque… et puis ça ajoutait un coût supplémentaire.

Quel budget ? Comment avez-vous trouvé le loueur ?

Alors pour quasiment 3 semaines, avec toutes les assurances (y compris l’assurance des biens à l’intérieur donc des assurances très optionnelles), 200miles/jour inclus (le km n’était pas illimité mais 200miles/jour c’est beaucoup!), 2 conducteurs, un lieu de retour différent (départ à Salt Lake City retour à Denver) et le modèle (milieu de gamme):

4000 euros (avec le taux de change euro/dollar de mai 2022 !)

Sachant que la compagnie m’a remboursé car nous avons fait moins de miles que celles payées, donc la facture finale s’élève à 3700 euros. Le van, mais comme toutes les voitures aux USA, n’avait pas une consommation hyper écologique côté essence. Pour un plein (50-60 $) on avait vraiment 450/500 miles. On faisait donc le plein tous les 3…4-5 jours.

Il faut savoir que notre loueur n’était pas le moins cher, mais il avait le modèle que je souhaitais (le plus “sûr” je trouvais), il était discret (vous avez un loueur hyper connu avec des vans HYPER colorés, c’était un gros NON). Notre van pouvait facilement passé pour un van “professionnel” d’artisan et pas forcément de touriste. C’était ce que l’on souhaitait. Il était robuste. TOUT était fourni. Bref, on a été super contents.

Comment ça se passe pour la douche en van ? Quelles solutions ?

Alors non, contrairement à un camping-car ou des vans un peu plus aménagés, vous n’avez pas de douche ni de wc. Je dois avouer que ça me stressait un peu. C’est pourquoi, I CAME PREPARED lol et j’avais plein de solutions pour nous doucher chaque soir !

  1. La douche solaire (dispo ici >>): On a acheté une douche solaire de 20L (ça suffit largement pour 2 personnes/2 douches, Matthieu pouvait même se laver les cheveux). Elle chauffe grâce au soleil, jusqu’à 45 degrés. Je peux vous assurer que ça fonctionne vraiment bien. Il faut juste le soir/la fin d’après-midi ne pas trop tarder pour se doucher. Elle chauffe lentement mais se refroidit très vite (Matthieu s’est fait avoir une fois… pas 2). On a un petit pommeau de douche qui fonctionnait super bien. On plaçait la douche en hauteur (souvent sur le toit du van.) et hop. Quand on était seuls sur notre lieu de camping on se cachait à l’arrière ou derrière la porte passager en plaçant les part-soleils pour obstruer la vue au cas où. Si c’était difficile d’assurer notre intimité, j’avais emporté une sorte de cabine portative qui se plie comme une tente Quechua (on la transportait dans nos housses de vélo, elle ajoutait une protection aux roues). Elle permettait aussi de s’isoler un peu de l’air extérieur et du vent qui peuvent clairement rendre une douche (même avec de l’eau chaude) désagréable. On rigolait bien quand on la sortait 😛
  2. Les douches des Visitors Centers: dans les parcs nationaux, les centres pour les visiteurs proposent parfois des douches (c’est le cas à Zion, Bryce ou Grand Canyon), mais il faudra s’adapter aux horaires qui ne sont pas à chaque fois très pratique (genre 8-5pm). Le prix reste imbattable (2dollars50 pour 5-8min d’eau). Après il faudra juste accepter la propreté très variable des lieux. Globalement, ça passe sauf à Grand Canyon où s’était vraiment cracra. C’est pourquoi, n’oubliez JAMAIS vos tongs pour vous doucher !
  3. Les douches des campings: Nous avons campé quelques fois dans des campings payants et forcément on a profité de la douche mais attention, tous les campings n’ont pas de douche ou de wc. Renseignez-vous bien avant de réserver car nous, on préfère largement notre douche solaire et notre emplacement gratuit qu’un camping payant sans accès aux douches/WC.
  4. Les douches privées des Stations Services/Trading posts: Dans les zones un peu isolées, il faut savoir que des douches sont dispo dans ces types de magasin mais le prix fait un peu mal entre 10 et 15$ LA douche. On ne l’a jamais fait car … je préfère une douche tiédasse derrière notre van que lâcher autant d’argent pour une douche. Mais si vous êtes au bout du rouleau, que vous rêvez après plusieurs jours d’une douche ou de vous laver vos cheveux longs, vous pouvez craquer. A savoir qu’en fonction des villes, vous pouvez aussi avoir des prix plus accessibles dans les magasins de randonnée, les loueurs de vélos (5….6$) c’était le cas à Moab. Il faut se renseigner, oser demander 😉
  5. Les douches dans les Park&Recreation, les salles de fitness ou les piscines : Bon dans l’Utah je dois vous avouer que cette solution reste rare car vous êtes plus souvent pommés avec zero réseau que dans des villes avec des salles de fitness ou des piscines. Cela dit on a pu en profiter à 3 reprises dans des villes de taille moyenne. Le prix pour juste la douche est entre 3 et 6$, après si comme nous vous êtes des nageurs, l’accès à la piscine est souvent pas beaucoup plus chers. C’est pourquoi on allait l’utile à l’agréable. Attention de bien vous renseigner sur les horaires car les piscines (du moins dans l’Utah) ont des fonctionnements particuliers. Sur des horaires d’ouverture type 10-14h, vous pouvez avoir que 12-14h consacrés au “LAP SWIM”… à la natation en ligne. Et n’arrivez pas trop tard ou armez-vous de patience, car les maîtres nageurs limitent à 2 personnes/lignes (oui oui). C’est à la fois super cool pour nager… super chiant si vous devez attendre. En tout cas pour nous, c’était hyper pratique 🙂 !

NOTE IMPORTANTE SUR LA DOUCHE EN NATURE: Il est OBLIGATOIRE d’utiliser du savon biodégradable et de s’éloigner des cours d’eau d’au moins 6m.

Et pour les toilettes / WC ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’aux Etats-Unis, en particulier dans l’Utah, vous avez des toilettes publics quasi partout: dans les parcs nationaux, sur les parkings des départs de randonnée…, les visitors centers, les offices de tourisme…les airs de repos, les supermarchés. Alors parfois ce sera des “vault toilettes”, des toilettes sèches mais c’est à chaque fois très propre avec plein de papiers toilettes et de gel hydroalcoolique. Donc globalement, on en profitait dès qu’on en voyait et qu’on avait besoin.

Le soir/le matin si on avait pas de WC proches…

Pour le pipi: une buisson, on ne laisse pas son PQ, on le ramène et on le jette dans SA poubelle du van
Pour le caca: on creuse un trou, on enterre et hop, pareil pour le pipi, on ne laisse pas son PQ dans la nature, on le prend, on le jette dans sa poubelle du van.

Pour finir le lavage de dents, on avait une petite gourde qu’on mettait de côté uniquement pour ça (mouiller la brosse à dent, se rincer, rafraichir le visage etc.) L’accès à l’eau est relativement facile, vous avez des points d’eau au Visitor Center, dans les stations services.. globalement gratuitement 😉 !

C’est extrêmement important de NE RIEN LAISSER. Et hormis à 2 endroits de campings sauvages, on a toujours trouvé des lieux propres sans déchets ni caca. À savoir que dans certains lieux, vous n’avez même pas le droit de creuser, vous devez ramasser votre caca et en disposer dans des poubelles particulières (bah là j’avoue je me suis un peu retenue pour aller dans une toilette sèche, même si, ayant un chien, je sais ramasser les cacas loool) Mais sur quasi 3 semaines de voyages, j’ai dû faire la grosse commission dans la nature 3 ou 4 fois, et Matthieu une fois.

Bien sûr comme pour la douche, on s’éloigne des cours d’eau pour son affaire, on ne laisse pas de PQ.

Parenthèse LESSIVE durant un vantrip avec des sportifs :

Randonner le matin, vélo l’après-midi = beaucoup de linges sales. Globalement, nous avions emmené assez de linges pour une GROSSE semaine et avions décidé de faire 2 ou 3 lessives si besoin. Il y a des “laundrymats” un peu partout, y compris dans les parcs nationaux ou dans les campings privés. Le coût et le fonctionnement sont quasiment identiques partout: le lavage ou le séchage (oui c’est pas super écolo mais en Van, c’est compliqué de faire sécher sa lessive): 2 dollars 50.

Souvent les machines à laver ou sécher fonctionnent uniquement avec des QUARTERS (25 cts) donc mettez-les bien de côté car il y a rarement une machine qui fait de la monnaie. Mais il y a de plus en plus de laundrymat avec des terminales CB sans contact. On a fait une lessive près de Bryce, et 2 dans un camping privé. On l’a choisi pour la douche ET les machines à laver. Ça permet vraiment d’économiser un peu de temps car l’accès est 24/24, comme c’est sur le camping, vous n’êtes pas obligés de rester devant pendant 1h30 (1 cycle de lavage c’est environ 30-40min, 1 cycle de séchage 40-50min, donc vous avez 1h30 bloqué). Résultat, on lançait notre cycle entre le dîner et la douche (20-22h, sachant que les américains sur les campings sont souvent déjà couchés à ces horaires par rapport à nous lol)

Enfin, les capacités de ces machines sont assez énormes (genre limite le double de ma machine en France lol) Pour éviter d’acheter de la lessive ou des doses à 1$ lol, j’avais emporté des doses individuelles de France.

Comment réduire son impact sur la nature lors du camping ?

Dans l’Utah, vous avez vraiment un accès à la nature pour le camping sauvage plutôt très libre comparé à d’autres Etats. C’est un air de vivre ici. Mais pour garder cet accès, il faut protéger et conserver ces lieux. Vous avez des listes complètes de conseils sur les visitors centers avec les principes des “LEAVE NO TRACE”:

  • Plan Ahead and Prepare: S’organiser, bien se préparer (par exemple avoir une poubelle pour ramener tous ses dechets…)
  • Be Considerate of Others: respecter les autres campeurs (pas de musique ni de bruit après 22h, rien avant 6h du matin)
  • Respect Farm Animals and Wildlife: faites attention aux animaux, agricoles ou sauvages. Ne pas nourrir, ne pas toucher, s’éloigner, laisser en paix quoi..mais protégez-vous aussi si vous êtes dans une zone avec des ours ou des coyotes (on ne laisse RIEN dehors la nuit, on s’enferme etc.)
  • Travel and Camp on Durable Ground: dans l’Utah, le BLM (bureau of land management) aménage les zones de campings, y compris les zones de camping sauvages. Si les emplacements existent déjà, stationnez dessus et n’abimez pas d’autres zones.
  • Leave What You Find: les jolis cailloux, on laisse, on ne ramène pas
  • Dispose of Waste Properly: On ne laisse AUCUN déchets derrière soi… voire on ramasse si les précédents campeurs étaient des GROS COCHONS leurs déchets. On l’a fait 2 fois (canettes…)
  • Minimise the Effects of Fire: Attention aux feux sauvages. Je sais que ça fait rêver d’avoir son joli feu. Mais renseignez-vous bien sur les “fires restrictions” en place dans votre zone de campement. Vous avez aussi des panneaux qui indiquent le niveau de risque. En forêt, sachez qu’entre mai et octobre, il est souvent TOUT le temps interdit de faire du feu, y compris dans des zones aménagés. Il y a du vent ? on ne fait pas de feu, même dans des zones “désertiques”.  Si vous avez le droit, faites toujours un feu dans un coin déjà aménagé (des cailloux en cercle, des barbecue dans les campings). Vous pouvez trouver des bûches en vente un peu partout pour 3-4 $.

A ces principes de “LEAVE NO TRACE” s’ajoute celui du “leave it better than you found it” : nettoyer son campement même si ce n’est pas vous qui avez laissé ces déchets. C’est en étant hyper respectueux que nous conserverons cette liberté de campings GRATUITS.

Campings Payants aux USA (privés ou parcs nationaux) VS Campings “primitifs”, Comment ça se passe ?

Aux USA, l’accès à la nature et le camping sauvage varie en fonction de chaque ETAT. Dans l’Utah c’est… sacré lol. Le campings primitifs (sauvage = gratuit) est une institution. Vous pourrez croiser des 4×4, des pick-ups ou des camping-cars en faire. C’est pourquoi il y a PLEIN de zones pour camper gratuitement, des zones parfois bien aménagés (chemin forestiers…) Mais c’est du campings primitifs = zero aménagement comme des toilettes ou des douches. Vous êtes en total autonomie.

C’est plus des 3/4 des nuits que nous avons passé et c’était GENIAL. Vous êtes au plus proche de la nature, dans des cadres parfois…FOU rien que pour vous (ou avec 1 ou 2 voisins discrets ou très bavards et curieux, c’est tant mieux). Vous pouvez admirer les étoiles, écouter la nature. C’est une expérience unique qu’on a adoré vivre. Lorsque je vivais aux Etats-Unis, nous avions déjà fait du camping mais uniquement sur des “camp sites” de parcs nationaux ou privés (donc payant). J’avais déjà adoré. Là c’est “next level” en terme de magie. Je sais que beaucoup d’images font rêver sur Instagram, certaines sont plutôt vraies. On a vraiment vécu ce rêve du van, de l’aventure, des beaux paysages… sans sortir 1 centime.

Pour les autres nuits, nous avons eu 2 nuits dans des campings de parcs nationaux (Snow Canyon et Red Canyon). Mais n’espérez pas trop car les réservations sont souvent pleines des mois à l’avance. Ces campings sont très bien aménagés, les emplacements très espacés (contrairement aux campings privés où vous êtes à 1m du voisin lol) et vous avez des super toilettes, des douches, de l’eau (attention PAS dans tous les campings des parcs !). La nuit est entre 20 et 25$, donc très accessible.

Certains campings de parcs nationaux fonctionnent sans réservation mais au principe du “FCFS”: premier arrivé premier servi. Il faut arriver vers 14-15h, faire le TOUR du camping pour trouver un emplacement libre. Notez le numéro, retournez à l’entrée du camping prendre une enveloppe, mettre le CASH dedans, notez le numéro sur l’enveloppe avec vos infos, postez l’enveloppe dans la boite prévue, retournez à son emplacement et mettre le reçu sur le petit panneau. Voilà. Génial comme fonctionnement si vous avez de la chance d’avoir une place. Nous c’était le cas, avec une vue superbe en prime.

Il existe aussi des campings 100% privés. Pour un emplacement van (eau + hook up, une prise électrique) vous payez entre 40-80$ (voire plus en fonction de la saison). Avec des accès à l’eau, salle de bains, piscine, WiFi, barbecue, lavomatic, table de pique-nique… Voilà c’est tout de suite plus luxueux 😛 On l’a fait 3 fois. C’est pratique, ça fait une petite pause, on se reconnecte aux gens (les américains sont vraiment adorables, hyper bavards, curieux, on a fait de très belles rencontres !)

Et pour mes longs cheveux, ça me permet de me les laver !!

Comment trouver les lieux de campings gratuits aux USA ?

Tout d’abord, il est strictement INTERDIT de camper hors des campings dans les parcs nationaux. Vous risquez de grosses amendes. Soyez vraiment attentifs aux panneaux : Not overnight parking (= pas de camping), No campsites for X miles, une tente ou un feu de camps barré = pas de campings. Vigilance car personne n’a envie d’être réveillé à 2h du matin par un shérif avec une amende et le besoin d’aller trouver un autre endroit.

J’utilisais les 3 sites et applis pour les lieux de campings: The Dyrt, Park4Night et Freecampsites.net. Ma préférence allait à freecampsites même si c’est un site un peu old school. On trouvait des lieux vraiment calmes, propres, accessibles. Lisez toujours bien les commentaires, notamment sur l’accès à l’emplacement car parfois c’est des chemins uniquement passables en 4×4.

Park4Night est hyper populaire et souvent les zones peuvent être prises d’assaut en période “haute” (en mai, on était plutôt tranquille). J’ai quand même bien aimé l’appli pour d’autres raisons: trouver les points d’eau 😛

J’utilisais aussi le site officiel du BLM en fonction de la région. Je vous conseille aussi de le consulter pour la législation/trouver les lieux autorisés voire semi-aménagés car c’est le BLM qui s’en charge.

Une fois que j’avais repéré le lieu, je vérifiais un peu l’accès, la configuration sur google earth. Si vous arrivez de nuit, soyez très prudents, surtout si vous êtes proches de falaises, de canyons ou dans le sable. C’est pourquoi, on essayait toujours d’arriver 1h avant le coucher de soleil sur la zone pour se placer tranquillement et profiter un peu.

Dormir dans un van, vous dormiez bien ? Confort/température ?

On a dormi vraiment bien. C’était un vrai matelas. Matthieu était un peu gêné au début car la longueur du matelas était pile poil à sa taille. Il ne faut pas faire 2m. Personnellement pour mon 1m65, c’était niquel. Le loueur fournissait oreillers, draps, sacs de couchage. On a jamais eu froid (même à Bryce Canyon à +2000m d’altitude), on a ajouté un 2nd sac de couchage au cas où.

On a juste eu un peu chaud 2 nuits (mais c’est rien comparé aux nuits chaudes de Montpellier en plein été), dans ce cas, vous pouvez ouvrir une trape sur le toit équipée d’un ventilateur (c’est un peu comme une climatisation, mais pas vraiment). Puis on a ouvert la petite fenêtre de la porte passager (équipée d’une moustiquaire) pour faire un courant d’air et c’était impeccable. Il faut savoir que dans l’Utah, même s’il fait très chaud en journée, les températures redescendent bien la nuit (le côté un peu désert).

Par contre, il ne faut juste pas oublier de bien s’enfermer la nuit dans le van 😉

Niveau bruit on est plutôt bien isolé. La seule fois où ça a été compliqué c’est lorsque nous avons subi une grosse tempête de vent. Là ça fait du bruit, ça secoue mais si vous arrivez à trouver un emplacement où vous êtes à l’abris ça ira (c’est souvent précisé dans les commentaires des emplacements éhé car il y a souvent du vent dans l’Utah !)

Quel équipement faut-il apporter absolument? (qu’est-ce qui est fourni ou pas?) 

Alors je vous ai créé une petite liste à télécharger qui reprend les équipements que l’on a apporté ou acheté sur place (PQ, sac de poubelles) :

TELECHARGEZ MA LISTE DE MUST HAVE POUR CAMPER EN VAN 

Est-ce facile de conduire le van ?

Alors c’est surtout Matthieu qui a conduit car je m’occupais pendant ce temps-là de l’organisation du road-trip (les randos, le lieu pour dormir, se ravitailler etc.) Chacun son job lol MAIS c’était hyper facile. Le van n’était pas si gros comparé à d’autres véhicules domestiques aux USA. Les routes, les places, les parkings sont super grands et larges. La boite de vitesse est automatique, vous avez une caméra de recul et le rayon de braquage était ENORME (si je compare avec ma voiture en France lol). Il y a un régulateur de vitesse… bref pas d’inquiétudes ça se fait, c’est comme un monospace.

Pourquoi pas un camping car ?

D’une part, la solution camping-car ne présente aucun avantage financier car c’est aussi cher voir plus que la solution voiture+hôtel. D’autre part, même si c’est plus luxueux (WC/Douche), cela implique plus de contraintes (vider les eaux sales, remplir etc.) donc moins de souplesse pour le camping sauvage… sans parler la consommation d’essence, les manoeuvres, le prix dans un camping privé ou public plus important.

Comment ça se passe pour cuisiner ? stocker les aliments ? 

Alors tout ça se passait à l’arrière du van. Nous n’avions pas de frigos (certains vans en ont cela) mais une grosse glacière (BEAR PROOF lol) où il fallait mettre un sac de glaces (2-3$) tous les 2-3 jours environs (l’isolation et la conservation étaient impressionnants !) On pouvait largement y stocker nos aliments pour plusieurs jours.

On avait aussi des plaques au propane, toute la vaisselle nécessaire pour cuisiner, manger. On avait aussi de la place supplémentaire pour facilement stocker d’autres produits secs. Matthieu, qui est le chef cuisto (il a dû mal à reconnaitre mes talents de cuisinière lol), a totalement validé “notre cuisine”. On disposait même d’un petit emplacement pour faire la vaisselle avec notre gros bidon d’eau (20-30L)

Attention à la faune sauvage…

Après avoir cuisiné, on rangeait bien tout et on conservait notre poubelle à l’intérieur pour ne pas attirer les animaux. Il est strictement interdit de les nourrir. On ne doit vraiment RIEN laisser. C’est aussi pour votre propre sécurité. Même si dans l’Utah, il n’y a pas  ou peu d’ours… il peut y avoir des coyotes.

Comment on s’organisait durant notre road-trip ? 

Il faut savoir qu’on avait une GROSSE idée de notre voyage (quelle étape dans quel ordre, quel parc après ou avant lequel). On s’était déjà renseigné sur les randonnées et les parcours vélo mais rien n’était ferme. On s’adaptait à nos envies, à la météo (spoiler il fait quasiment tout le temps beau dans l’Utah, le seul soucis est le vent lol). On essayait juste de savoir à peu près exactement ce que l’on faisait sur 2 jours pour anticiper un peu nos besoins, les réservations si besoin (comme à Zion ou Arches National Park).

Mais globalement, si on voulait rester plus longtemps dans un endroit ou changer de programme, vu qu’on avait pas de réservations d’hôtel ni quoique ce soit, cela nous apportait vraiment beaucoup de flexibilité. Heureusement car on devait passer 3-4 jours dans le Colorado, on a tout changé à cause de la neige et d’une tempête. C’est vraiment ce que j’ai apprécié. Après, la période (début et mi-mai) permettait cette souplesse car, quand on a souhaité aller dans des campings privés, on arrivait toujours à trouver un emplacement la veille ou le matin pour le soir-même. Peut-être qu’en plein été ce n’est pas la même histoire lol.

Le budget / le cout de la vie aux USA ?

Je fais une petite parenthèse à ce sujet car ça nous a vraiment sauté aux yeux (et aux porte-monnaies) par rapport à il y a 10 ans quand on y vivait. Le niveau / le coût de la vie a BCP augmenté aux USA. Donc soyez prêts à ce niveau-là.

Envie de refaire ce type de voyage en Europe ?

Je serai totalement partante… mais ça dépend vraiment du pays, des législations. Dans l’Utah c’était vraiment simple et souple, je sais que ce n’est pas le cas en France lol

J’espère que cet article vous aidera. N’hésitez pas à ajouter vos précisions si vous avez déjà fait un vantrip en location aux USA (avec le contexte de l’Etat) ou à me poser vos questions en commentaire.

@ très vite

Ne vous arrêtez pas là !

Vlog et Road-trip en Californie: Los Angeles, Yosemite, San Francisco, Big Sur... 2018

Vlog et Road-trip en Californie: Los Angeles, Yosemite, San Francisco, Big Sur... 2018

Hi, J’espère que vous allez bien ?! Je m’excuse par avance pour ce titre à rallonge mais c’était pour vous…
Shopping: Mon Haul Spécial USA

Shopping: Mon Haul Spécial USA

Hi, Je n’ai pas pour habitude de faire ces vidéos mais, comme vous avez été nombreuses à me questionner sur…
Carnet de Bord: Raid Amazones, Californie 2016 (upd 6)

Carnet de Bord: Raid Amazones, Californie 2016 (upd 6)

Hi, Je suis super contente d’entamer mon carnet de bord pour partager avec vous l’aventure du raid Amazones 2016 en…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tout lire

Retrouvez-moi sur Instagram

No feed

Les actus

Retour haut de page