Wait in Line #718

Hi,

Me voilà de retour à Paris sous la pluie (ironie quand tu nous tiens :P). Je laisse un petit bout de moi en Ecosse car cette région, si ce n’est ce pays, m’a vraiment touchée. Parfois, j’aimerais avoir plusieurs vies pour faire et découvrir tout ce que j’ai envie.

Je suis heureuse de rentrer, de retrouver mon quotidien, ma salle de sport, mes parcours de running favoris mais, voyager éveille en moi des envies et des souhaits qui n’ont rien à avoir avec ma routine parisienne. Avec le calme prochain de l’été (enfin quelques jours en août lol), je me dis que je vais essayer de me poser et de réfléchir à mes envies.

J’aime à penser que notre génération, encore étudiante ou nouvellement dans la vie active, bref que nous les adultes/grands adolescents nous avons la chance d’avoir “plusieurs vies” dans une vie. Je me dis que nous pouvons changer de job, changer de ville, changer de pays de plus en plus facilement. C’est vrai que le “changement de job” se fait parfois plus de force que de gré, mais je préfère le voir comme une opportunité pour découvrir d’autres horizons.

C’est peut-être difficile à faire comprendre à nos parents… que non nous ne pouvons plus passer 10…20…40 ans dans la même entreprise, dans la même ville. Les choses font que nous DEVONS bouger. Sauf que j’aimerais ne pas voir ce phénomène comme un “devoir” mais plutôt comme une chance, une chance pour avoir …plusieurs vies en une.

Je n’ai pas envie de me retourner sur mon passé et avoir des regrets, des regrets de ne pas avoir osé, de pas avoir essayé, de ne pas avoir pris ce chemin ou celui-ci. Je sais que la précarité fait peur. Dorénavant, je trouve qu’au contraire, c’est hyper stimulant, certes fatigant mais depuis que je suis du côté “précaire” de la force, je ne me suis jamais autant remuée. Je ne dis pas que c’est la solution ni une vie pour tout le monde. Je suis la première embêtée pour louer avec mon statut, pour expliquer ce que je fais dans la vie. À vrai dire, j’ai parfois “honte” d’expliquer exactement l’espèce de nuages de casquettes que je porte, mais voilà.


Jeans – IKKS (similaire ici)
Pull – Uniqlo (Similaire ici)
T-shirt – Pull&Bear (similaire ici)
Baskets – Converse (similaire ici ou là)
Lunettes- Asos (similaire ici)

Second (et dernier) look depuis l’Ecosse où franchement la météo a été juste extra avec nous : soleil, soleil, soleil. Sur 10 jours, nous avons seulement eu 2 après-midi de pluie… soit bien peu par rapport à la réputation Ecossaise.  J’avais prévu tout de même 2 kways, un parapluie… Bref, je m’étais équipée moi !

Seul petit hic : les températures. Il fait frais, mais si je compare au temps actuel à Paris, il fait BON. Si bon, que j’ai pu sortir ce petit t-shirt, laisser mes chaussures de rando (vues ici) et ma veste lors de notre promenade dans Edimbourg ! Le rêve.

Cela étant dit, j’ai hâte de retrouver les shorts et les sandales… je vais m’y donner à coeur joie (comme ça, c’est plutôt bottes de pluie en ce moment 😛 ?)

à très vite et bon début de semaine !

PS: Bon Plan, bénéficiez de -20% sur tout l’eshop Asos avec le code promo YESPLEASE

Ne vous arrêtez pas là !

Deviled #824

Deviled #824

Hi, J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon weekend ? Ici le soleil est revenu……
Secret Society #764

Secret Society #764

Hi, Parfois, j’ai un peu honte de le dire, mais j’adore me retrouver seule dans mon appartement. J’aime Matthieu mais…
I wanna Know #706

I wanna Know #706

Hi, Tenez-vous bien… j’ai conduit sur la place de l’Étoile à Paris. Genre YOLO ce rond-point qui donnerait de l’eczéma…

9 réflexions sur “Wait in Line #718”

  1. Je me disais bien reconnaitre Edimbourg 🙂 J’aime bien tes chaussures en tous cas. Et c’est ce qui m’etait rester dans mes souvenirs de vie en Ecosse, la fraicheur, meme en plein ete…
    Tant mieux si vous avez eu plein de soleil en tous cas 🙂

  2. Tu n’as pas à avoir honte d’expliquer ce que tu fais, tu fais ce que tu aimes et c’est génial je trouve ! Moi j’hésite à tout plaquer pour faire un CAP c’est te dire mais c’est dur de se lancer… j’arrête pas de poser le pour et le contre, peur de la précarité aussi comme tu dis mais bon on a qu’une vie, faut en profiter pour faire ce qu’on aime !

  3. Qu’est ce que j’aimerai avoir plusieurs vie en une moi aussi ! En attendant que j’y arrive, je lis et je voyage dès que je peu, ça fait un peu illusion 😉
    En attendant je viens te voir Samedi à Paris ! J’y suis pour les 10 km pour Elles et je vais être ravie de pouvoir faire dédicacer mon livre!

    1. Coucou Elodie, Je me permets de rebondir sur ton poste, mais n’hésite pas pour ton changement de cap. Pour ma part j’ai fais une reconversion pro à 28 ans pour repartir dans 3 ans d’études. Oui c’est galère quelques temps, mais il y a toujours des petits boulots et parfois des aides de l’état pour les finances. On est bien lotis en France pour ça. Et pour ce qui est du moral (parce que oui des fois tu penseras t’être planté dans ton choix), les proches sauront te rappeler le courage que tu as eu de tout plaquer et de faire quelques choses qui te tient à coeur. Alors franchement go go girl !! Au pire donne toi la 1ere année pour te tester et si ça ne te plait pas, arrête ton CAP.

      C.

  4. Coucou !!

    Juste pour rebondir sur un terme que tu as utilisé un peu plus haut dans ton article et qui a raisonné en moi : tu es du côté” précaire”. Je ne cherche pas à râler contre ça, ni à faire une polémique, mais attention aux maladresses comme celle-ci, car une personne étant dans une réelle situation de précarité ne pourrait certainement pas s’offrir ton train de vie. La simulation que te procure cette “précarité”, ne peut en stimuler d’autres qui concrètement ne savent pas comment boucler leur fin de mois. Il n’y a pas de mauvaise langue dans ce que je te rapporte là, mais travaillant moi même dans le social, je pense qu’il faut se rendre compte de ce qu’on a et ne pas utiliser certains mots dans des contextes où ils n’ont pas leur place.

    Pour le reste, bravo pour ton parcours et tous les beaux projets que tu mets en place. Et si effectivement tu as envie de t’envoler vers d’autres horizons et que tu en as la possibilité, vas-y vole et profite. La vie est bien trop courte mais tellement stimulante.

    C.

    1. Coucou Corinne,

      Oui c’est pour ça que j’ai utilisé des guillemets “précaire” car je sais que je ne suis pas du tout dans la situation de précarité que l’on associe à ce terme, mais au sens strict et pour le monde du travail, j’en fais partie.
      Mais je suis bien d’accord avec toi pas de soucis 😉

  5. C’est vrai qu’on a de la chance de pouvoir plus facilement bouger, se reconvertir ! Et c’est souvent par les études que ça commence et qu’on prend goût à changer (pour ma part, sur 2ans, j’ai changé tous les 6mois de ville et/ou pays..!).
    Je comprends que ce soit compliqué de se trouver sans CDI, de lâcher son confort et de se lancer à l’aventure! Autour de moi, j’ai des amis qui repartent à la fac après une très bonne école de commerce. Ma soeur démissionne de son poste de consultante (après avoir fait une des plus grandes écoles d’ingénieur en France 😉 ) pour se consacrer au théâtre. Pas toujours facile de l’expliquer… Mais j’admire les personnes qui le font et ça me rassure de me dire que cela est de plus en plus courant et que j’aurai toujours la possibilité de me réorienter après plusieurs années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les actus

Retour haut de page