FAQ Couple: Je suis végétarienne mais pas mon copain, voici comment nous faisons!

27 janvier 2019 - Bien-Être - 5 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Je vous retrouve aujourd’hui avec un invité particulier, Matthieu, mon petit ami. Comme vous le savez (ou peut-être pas d’ailleurs) je suis végétarienne depuis plus de  2 ans (je vous l’annonçais ici >>) sauf que ce n’est pas le cas de ma moitié. J’avais souvent reçu des petites questions sur justement comment on s’organisait pour les repas, si un jour Matthieu envisageait de devenir végétarien.

Et bien dans la vidéo et l’article du jour, nous nous essayons de vous expliquer justement comment nous faisons que ce soit pour les courses, nos repas, nos choix au quotidien. En tout cas c’est plutôt interessant aussi de mieux comprendre l’avis de Matthieu sur mon végétarisme et où lui, il se trouve dans sa propre réflexion sur la consommation de viande/poisson 🙂 !

N’hésitez pas aussi à (re) découvrir l’autre article/video FAQ que nous avions fait tous les deux autour du sport en couple, qui était assez drôle je crois 🙂 >>

Avant de répondre aux questions  que vous m’aviez posé sur Instagram, j’avais envie de vous partager un peu le contexte et nos habitudes alimentaires de chacun « avant » que nous soyons ensembles, ou que nous vivions ensemble même. Personnellement, j’ai toujours été quelqu’un qui mangeait peu de viande, de poisson. Matthieu par contre était quelqu’un qui mangeait plutôt pas mal de viandes, de poisson, de recettes du terroir 😛 Pour l’anecdote, sur un petit mal-entendu, je me suis retrouvée à manger de…l’andouillette (si vous ne savez pas ce que c’est, jetez un petit coup d’oeil là) lors du premier repas avec sa famille.

C’est une belle blague entre nous maintenant, mais voilà, on était loin à ce moment-là de végétarisme, flexitarisme, réduction de consommation de viande. Mais c’est pour vous montrer que tout vient progressivement. Je n’ai pas décidé de devenir végétarienne en claquant des doigts, c’est finalement quelque chose qui est venu naturellement après avoir réduit…puis réduit et finalemnet choisi mais ça j’en parle plus en détail dans cet article.

Enfin, Matthieu (je mets mes mots sur nos échanges dans la video et il est à côté de moi pour le dire) a lui aussi commencé à être sensible à sa propre consommation, que ce soit par moi, mais surtout par tous les reportages que nous regardons, lectures que nous avons. Je crois que personne ne peut rester sourd face à toutes ces informations, ces incitations à moins ET mieux consommer des protéines animales.

Forcément, je vais laisser Matthieu répondre à une question que vous nous/lui posiez souvent: Pourquoi n’est-il pas végétarien ? Va-t-il le devenir ?

Pour le moment, non il n’est pas végétarien et ce n’est pas un régime qu’il adaptera à court ou moyen terme. Par contre, le fait que je sois végétarienne l’a aidé à progressivement réduire sa propre consommation. Après, et nous le reconnaissons sans problème, contrairement à nos familles qui sourcent leurs viandes par exemple auprès de petits producteurs, pour Matthieu, nous n’avons plus trop fait l’effort d’aller acheter la viande chez le boucher. Cet été, durant sa préparation Ironman, sa consommation était importante et ce n’était pas les produits les plus « respectueux »: poulet roti peu cher, paquet de jambons industriels.. Bah oui je mets des guillemets car pour moi, le plus respectueux n’est de pas manger de produits d’origine animal lol mais je fais la différence entre un jambon industriel et un jambon bio d’un producteur local. Il vaudra toujours mieux choisir ce dernier. Ce n’est malheureusement ce que nous ne faisions pas. J’ai souvent dit à Matthieu « qu’il le faudrait » mais ce n’était pas à moi de faire cet effort puisque ce n’était pas vraiment moi qui consommais ces produits. Je ne me voyais pas parcourir Internet et me rendre chez le boucher pour lui.

Cela dit, comme il l’explique dans la video, les choses ont évolué. Il a décidé de réduire drastiquement sa consommation de viande. Nous sommes fin janvier, il n’a pris que 5 repas avec de la viande et sourcée durablement. Et je tiens à dire que je n’y suis pour rien. Il a pris cette résolution seul, sans m’en parler et surtout après un mois, il n’a vu aucune différence. Pas de coup de mou, pas de coup de boost. Personnellement, connaissant la consommation habituelle de Matthieu de viandes et poisson, c’est plutôt hyper positif. ça veut dire qu’il sait bien substituer les protéines animales aux végétales sans carence 😉 Mais, après discussion, non il aime bien ce mode d’alimentation plus flexitarienne ou végétarien à temps partiel. Je trouve ça aussi bien, il vaut mieux choisir ce type de régime que de ne rien faire du tout 😉

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Anne&Dubndidu 🍍 #DubndiduCrew (@annedubndidu) on

Forcément, avec 2 régimes alimentaires LA question que je recevais souvent était: Comment organisez-vous vos repas et vos courses ?

Côté repas, quand vous faites autant de sport que nous, les protéines sont super importantes. Sauf que vous le savez (j’en parle en détail aussi), nous avons appris à équilibrer notre alimentation pour n’avoir aucune carence surtout en protéines. Nous créeons des recettes mélangeant céréales, légumes, légumineuses qui n’ont naturellement pas besoin de protéines « animales » puisque ces plats sont déjà équilibrés en terme de nutriments. C’est pourquoi, si Matthieu avait envie de manger de la viande sans que moi je me retrouve avec un repas déséquilibré ou un repas différent, ces protéines animales étaient « en  accompagnement » et non plus centrales. Je sais que c’est inhabituel, on construit souvent un plat « autour » de la viande, mais étant végétarienne, je crois que Matthieu comme moi, avons adapté notre manière de cuisiner à mon régime. Après, même quand je n’étais pas végé, ni Matthieu ni moi, ne réalisions de plats de viande hyper évolués type roti, civet.. La transition a été facile. Cela nous pousse aussi à être inventif pour éviter toujours de cuisiner « doublement »

Côté course, on les fait autant l’un l’autre. Bon certes, je me vois difficilement aller chez le boucher, mais j’achète TOUT ce dont nous avons besoin. Si Matthieu voulait du jambon, du poulet, des steaks, des saucisses, j’en prenais et en prendrai s’il le souhaitait. Je n’ai pas trop de problème avec ça, y compris quand je le vois dans mon frigo. Je crois que c’est une question de respect tout simplement. Matthieu respecte mon végétarisme, je respecte aussi son mode de vie 😉 Cela ne me gêne pas dans le frigo. Bon j’avoue je me plains parfois des odeurs de cuisson en hiver, mais sans plus. Je n’ai pas mon mot à dire sur son assiette, tout comme lui sur la mienne. C’est important dans un couple de respecter les choix de l’autre.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Anne&Dubndidu 🍍 #DubndiduCrew (@annedubndidu) on

Justement vous me demandez aussi souvent si j’essaie d’influencer Matthieu sur le végétarisme:

Majoritairement NON. Je ne vais pas venir lui montrer un reportage sur les abattoirs quand il mange, ni lui partager le fond de ma pensée. On débat sans problème mais je ne lui envoie pas de lien, je ne le force pas à prendre partie ET regarder. Il m’arrive cependant ..5% du temps allez, de lui partager des articles, des vidéos pour qu’il réagisse. J’ai mis du temps côté « ne plus acheter de la viande de mauvaise qualité  » aux courses comme il me le me demandait.  Vous me demandez justement souvent si en tant que végétarienne je pourrais cuisiner de la viande. La réponse est oui, je le fais de temps en temps pour Matthieu, pas avec le plus grand plaisir sur monde lol, de même s’il fallait organiser des repas avec des personnes non végétariennes, nous incorporons toujours ces types de plat (on le fait sans soucis.) Je ne suis pas butée à ce niveau-là. Cela étant dit, mon choix végétarien m’a permis de m’ouvrir à de nombreuses saveurs et je trouve qu’en allant chez des personnes végétariennes, on y va pas pour manger comme chez soi 😉 !Pour finir je crois qu’on a trouvé un bon équilibre qui lui convient pour le moment  et c’est l’essentiel.

J’espère que cette FAQ « Végétarisme » vous aura plu. Comme toujours, Matthieu et moi, nous nous sommes bien amusés à la réaliser. N’hésitez pas si vous souhaitez que nous abordons d’autres sujets en couple… ou autour du végétarisme à partager vos envies en commentaire :). Enfin, je suis curieuse de savoir, comment vous vous organisez si vous êtes le/la seul.e végétarien.ne de votre famille/couple ?

@ très vite

PS: Mon t-shirt est dispo ici >>

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires

  • Repondre Millet 27 janvier 2019 à 20 h 55 min

    Très bon article qui est en phase avec ma façon de m m alimenter depuis 1 an j ai changé , moins de viande et de poisson mais aussi plus de lactose . et quand je consomme de la viande je vais chez un petit producteur pour m assurer de la bonne qualité de la viande .
    Mais on en consomme de moins en moins et elle ne manque pas dans nos assiettes .
    C est un choix de vie qui est parfois mal perçu par l entourage , ils ne comprennent pas l intérêt ou alors disent qu on s alimente que de graines . Ce qui me fais sourir .
    C est une consommation qui est bonne pour soi et son environnement . Aujourd’hui je peux donc dire que je suis sensible à mon alimentation et à ce qu il se trouve dans mon assiette
    Merci beaucoup .
    Excellente soirée
    Angélique

  • Repondre Knit Spirit 28 janvier 2019 à 11 h 21 min

    Ton article est très intéressant car avec mon homme, nous ne fonctionnons pas du tout pareil. En fait, nous ne mangions déjà plus (ou presque plus) de viande / poisson avant que je devienne complètement végétarienne (je n’ai jamais tellement apprécié cuisiner ce type de produit et lui non plus). Du coup, chez nous, il ne mange que végétarien (nous n’avons plus de viande / poisson dans les placards / frigo / congélo) et à l’extérieur, il mange ce qui lui fait plaisir sur le moment (parfois végé, parfois non). Merci pour ton partage d’expérience !

    • Repondre Anne 28 janvier 2019 à 19 h 04 min

      Merci pour ton retour Gaëlle 🙂 Je pense que MAtthieu va progressivement faire pareil s’il suit ses résolutions lol 😛 !

  • Repondre Caro Duhduh 28 janvier 2019 à 13 h 57 min

    Je suis devenue végétarienne « du quotidien » (je reviendrai sur cette précision plus loin) au contact d’une amie aînée sportive dont j’admirais la forme « olympique » permanente (végétarienne depuis plus de vingt ans + très active = un corps de jeune femme sportive à plus de cinquante ans !). La question de la « cohabitation » culinaire avec mon compagnon, alors toujours omnivore, ne s’est pas posée, car il a concomitamment suivi le même chemin au contact lui aussi d’un ami sportif végétarien. J’ai parlé de végétarisme « du quotidien », car chez des proches et surtout au moment des grands rassemblements familiaux, comme à Noël, nous mangeons toujours occasionnellement de la viande ; nous plaçons tous les deux la convivialité culinaire au-dessus de nos (relativement) nouvelles habitudes alimentaires (et nous ne sommes pas dégoûtés de la – bonne – nourriture carnée). Ton couple culinairement plus « bancal » semble bien fonctionner lui aussi, sûrement du fait que Matthieu n’est pas (ou plus) un « viandard » invétéré… et que vous êtes sur la même longueur d’onde pour (presque ?) tout le reste.
    Je pense qu’il n’y a pas de règle absolue en matière de cohabitation culinaire, tant que les différences de régime ne sont pas source de conflit permanent, auquel cas la séparation me semble inévitable. La table reste quand même dans la tradition française le lieu d’intimité le plus important… après le lit ! (Et parfois même avant !)

  • Repondre Lea 6 février 2019 à 17 h 55 min

    Ma sœur est végétarienne et son mari ne l’est pas. Pour eux, il n’y a aucun problème en ce qui concerne la nourriture. Très souvent, son époux l’accompagne dans ce mode de vie.