Heartbeat #841

13 novembre 2018 - Looks 2018 - 24 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien ? Aujourd’hui, j’avais envie de reprendre un sujet que j’ai abordé sur instagram (par-ici >>) : la grossesse. J’en parle de temps en temps, avoir des enfants n’est pas encore au programme. Pourtant, mon âge (27 ans, ça fait 8 ans que je tiens le blog lol au passage), le fait que je sois en couple depuis… 10 ans, encourage beaucoup de personnes à me demander quasiment chaque semaine si je suis enceinte. Heureusement, j’ai été tellement sèche avec mon entourage à ce sujet, que, pour le moment, on m’épargne les « alooooooooors……?

Mais sur les réseaux sociaux, principalement sur Instagram, comme je l’explique (ok avec beaucoup de lassitude je le reconnais), je reçois beaucoup de messages (chaque semaine !) avec des emojis « enceinte ? » ou des sous-entendus, ou des questions plus directes. Je sais bien qu’il ne s’agit pas de comportement malveillant, au contraire, on sent que ces gens se réjouissent pour nous. Sauf, qu’il n’y a rien à se réjouir. Après mon ironman, j’avais posté une photo dans instastory de moi en train de m’entrainer. Hop un t-shirt mal-placé et c’est parti, l’imagination s’emballe. Comment puis-je être enceinte et avoir fait un ironman une semaine plus tôt ? Est-ce que si c’était le cas je répondrai positivement à cette personne comme ça ?

Un t-shirt, un legging, un ventre un peu gonflé…tout ET rien prête à ce genre de commentaire totalement déplacé. Je crois que nous ne réalisons pas à quel point cette curiosité est totalement déplacée. On peut penser, s’imaginer PLEIN de choses lol mais le dire en est une autre. Imaginez je ne peux pas avoir d’enfants ? Imaginez Matthieu et moi essayons en fait depuis longtemps, en vain ? En fait, il y a tellement de situations que de tels mots peuvent finalement être blessant.

Je sais qu’en m’exposant, je dois accepter les critiques, les réflexions, les retours, positifs comme négatifs mais le sujet de la grossesse, venant d’autres femmes en prime, me fait franchement sortir de mes gonds. Non clairement je n’annoncerai pas une grossesse en réponse à un commentaire, de même que ce sujet est tellement intime qu’il ne devrait même pas être abordé en public sans que la personne concernée le veuille.

Il y a une pression sociale tellement grande pour enfanter que l’on se permet des observations déplacés. La grossesse n’est pas quelque chose d’anodine. C’est un choix, c’est une bouleversement. Personnellement, je me sens attaquer sur mon physique. Enfin, je crois que nous avons tellement l’habitude des photos « ventre plat » que nous oublions, que nous femme, avant un cycle menstruel qui fait évoluer nos mensurations, nos corps en quelques jours: bas ventre gonflé d’avant règles, digestion difficile et j’en passe. Résultat, personnellement, je n’ai pas mon ventre, mes abdos saillant 24/24 7/7 et c’est NORMAL. Je mange, je vis, j’ai mes règles, pipi, caca et ça ne me dérangeait pas de poster des photos naturelles.

Puis, ces commentaires ont commencé à juste me fatiguer. J’ai commencé à réfléchir plus longtemps, à me scruter. Je ne suis pas complexée mais le sujet grossesse me fatigue. D’autant plus que je sais que nous en souffrons toutes: petites commentaires de la famille. Le pire, c’est que sur Instagram, vous avez été nombreuses à m’expliquer que dans la rue AUSSI vous avez reçu ce type de réflexion.  Sérieusement 0_O ! Je crois que plus nous parlerons de notre ras-le-bol, moins cela se produira. D’autant plus que c’est bien entre FEMME que nous nous faisons ces observations….

Avez-vous déjà subi ces petits intrusions « ohhhh mais tu nous caches quelque chose toi ;P  » ? (alors que non, le burrito vege de midi était juste trop bon !)

Total look – Ekyog :
T-shirt (Dont les bénéfices sont reversés à Medecin sans frontière),
Gilet >>> ,
Bomber (n’existe plus dans cette couleur, mais celle-ci >>)
et Jupe (date d’une autre collection)
Sandales – Asos

Suis-je vraiment en train de vous poster en novembre une tenue en sandales et jambes nues ? Oui car je pense que je pourrais aussi la porter actuellement avec une paire de bottines et de collants. A dire vrai, les saisons changent tellement subitement que j’ai été prise au dépourvu niveau look à vous partager. J’en ai encore quelques uns de mi-saison/été indien hyper prolongé :P.

Il ne fait d’ailleurs pas si froid que ça pour un mois de novembre je trouve. Le combo t-shirt/gilet fonctionne encore parfaitement ;). (Je le reprécise, ce n’est pas un partenariat !) Je porte un total look Ekyog, un peu par hasard. J’avais très envie de porter ce t-shirt, puis je cherchais une jupe épaisse. J’ai fait un gros ménage d’automne (j’ai réactivé mon vide-dressing vinted ici d’ailleurs >>) et elle est réapparue (avouez, vous aussi vos vêtements se cachent, puis reviennent comme ça lol).

Puis je me suis dit que toutes ces couleurs allaient très bien ensemble, d’où ce total look. Oui oui, j’évite  le  sujet un peu mais c’est encore un t-shirt à message que j’affiche >_< . J’en profite tant que je peux encore porter de jolis t-shirts, surtout avec de si belle citation.  Je vous remets par-ici mon article pour réaliser cette tresse si vous êtes motivées 😉 >>

Vous savez ce qui me motive quand je me tresse les cheveux ? Le fait de ne pas faire un shampoing ce jour-là ! Vous savez tout !

@ très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

24 commentaires

  • Repondre Djahann 13 novembre 2018 à 9 h 38 min

    Si même toi qui a pourtant un ventre plat et des beaux abdos (d’une manière générale, pas en période de règles) tu reçois ce genre de remarque, imagine ce que c’est pour celle qui ont un petit ventre rond permanent !
    J’avoue que ce genre de remarque me dépasse. Et moi aussi on m’a tellement posé la question des enfants. Eh ben non, je n’en ai pas. Et personne ne s’est jamais posé la question de si c’était un choix ou une difficulté à en avoir, ou tout simplement ne pas avoir rencontré le futur papa. Et on me répondait systématiquement « ah mais tu verras, ça viendra » ! Euh… mais de quoi je mêle ! Alors à l’approche de la quarantaine, on me la sort beaucoup moins cette réplique. mais je l’ai tellement tellement entendue entre 25 et 35 ans ! Et pourtant, c’est bel et bien un sujet intime. Je mourrais d’envie de répliquer « non mais je te demande, moi, si tu pratiques la sodomie » !
    J’espère que les mentalités vont changer et que les personnes qui se permettent ce genre de remarques/questions vont se rendre compte à quel point c’est intrusif et malvenu.

  • Repondre clemence 13 novembre 2018 à 10 h 16 min

    Les remarques déplacées, les mots parfois difficile. Je ne me suis jamais posée la question en regardant tes photos sur le fait que tu attendes ou pas un enfant. Chacun vie sa vie à son rythme.

    J’ai 31 ans et une fille de 6 ans, et cela serait « normal » que j’ai un deuxième enfant, pourtant ce n’est pas notre choix, la pression sociale est présente quotidiennement.

    Vie ta vie comme tu le sens sans faire attention à ce genre d’ânerie!
    Merci pour ton partage

  • Repondre Marine 13 novembre 2018 à 11 h 09 min

    Bonjour Anne,
    Merci pour cet article car effectivement la pression sociale quotidienne devient pensante… Nos proches ne s’imaginent pas à quel point ça peut être énervant, voir blessant, oppressant, de toujours devoir se justifier sur ses propres choix. Mon chéri et moi avons 27 ans comme toi, cela fait 10 ans que nous nous connaissons, Bientôt 8 ans que nous sommes ensembles, et presque 4 ans que nous VIVONS ensemble. et depuis que nous vivons ensemble, il n’y a pas un mois sans que l’on nous demande « et alors, ce mariage ? et le bébé c’est pour quand? ». Je n’en peux PLUS! au début ça passe. Tu dis gentiment que ce n’est pas dans nos projets. Mais au bout de 4 ans à répéter sans cesse, sincèrement, parfois j’en arrive à douter ! tu te rends compte? A douter de moi ! à cause de leurs envies à EUX! leur envie d’être grands parents, leur nostalgie, je sais pas trop quoi ! Nous, tout ce qu’on veut, c’est aller à notre rythme, profiter de la vie à deux (à trois avec notre petit berger allemand LOL, oui, c’est ce que je dis à mes proches, et c’est la vérité, je préfère les chiens que les enfants x) ), et on a absolument pas prévu d’avoir d’enfant. Alors maintenant j’envois chi** tout le monde, que ça plaise ou non. Clairement « FOUTEZ NOUS LA PAIX AVEC VOS ENVIES DE GOSSES » c’est ce que j’ai sorti à la dernière réunion de famille… tout le monde nous a regardé avec des yeux énormes, genre incompréhension totale. Ils nous voient comme des parias LOL! Comme si on était IMMATURES! tu te rends compte x) Et depuis, ils évitent le sujet. c’est quand même DOMMAGE de devoir s’énerver pour avoir la paix. (et encore… y a encore des sous entendus qui se perdent). Je n’accepte pas du tout cet espèce de chemin tout tracé qu’on essaie de nous faire prendre à toutes. Le truc « études/studio – indépendance – couple – maison – mariage – gosses – scénic 8 places » MDR très peu pour moi ! Ca me branche carrément pas bien au contraire LOL ! Quand je vois ça, ça me conforte encore plus dans mon idée!

    Jamais en voyant tes photos je n’ai ne serait ce qu’une milliseconde pensé à te demander si tu étais enceinte, ni que tu l’étais Oo alors là sincèrement je ne comprends pas les gens qui te disent ça ! ou alors ils n’ont pas cerné ta personnalité. Comme tu le dis si bien, une grossesse c’est intime. Je ne te vois absolument pas l’annoncer de cette façon hahaha. Bref, les gens quoi. Ils m’épatent. Je comprends que ça t’épuise en tous cas. Courage. La société n’est pas facile à vivre quand on ne se sent pas de rentrer « dans les rangs ». Quand on se pose des questions, quand on veut vivre librement comme on l’entends, ça déplait, et on nous le fait bien sentir. C’est triste. Continue à vivre ta vie, avec ton chéri, a votre rythme, avec vos envies, vos objectifs perso et communs. C’est la seule bonne réponse aux critiques 🙂 L reste, clairement, on s’en tape 🙂 c’est notre vie, notre chemin.

    Bonne journée à toi, j’espère que le soleil est revenu à Montpellier 😉
    Marine

  • Repondre Agathe Oie 13 novembre 2018 à 13 h 53 min

    Mais c’est tellement tout le temps !

    Tu manges pas de viande, t’es au regime ou enceinte
    Tu manges de la viande, t’es au regime ou enceinte (serieux je cherche la logique)
    Tu prends du dessert t’as tes regles ou enceinte.
    Tu vas pas au sport t’es enceinte
    Tu vas au sport t’es au regime
    Tu prends 1/2 journee t’etais chez l’echographe t’es enceinte (fun fact, j’ai un jour pose une 1/2 journee pour echographie … du MOLLET, suite a gros bleu, vive le rugby).
    etc etc etc

    La derniere en date, on part en expatriation 2 ans. Malaisie. C’est moi (madame) qui ait le job et le salaire. Tout le monde nous annonce qu’on reviendra a 3.

    27 ans, en couple depuis 7 ans. Scrutee depuis tout autant.

  • Repondre Eléonore 13 novembre 2018 à 16 h 28 min

    Fatiguant, usant, exaspérant, lassant pour être finalement énervant…

    J’ai 28 ans, en couple depuis 7 ans, j’ai fait un master en droit (ce qui indique que je ne suis pas entrée dans la vie professionnelle à 18-20 ans), j’aime ma tranquillité, profiter de mon temps comme je le souhaite, en bref je m’aime et suis un brin égoïste avec mon bien être. Alors oui c’est extrêment agaçant quand on souffle sa 25ème bougie et que la question qui suit est « alors à quand le mariage et bébé' », de quel droit la sacro-sainte horloge biologique d’une femme est un prétexte pour s’immiscer dans sa vie privée et ses choix.

    Pourquoi ne devrait-on se réaliser pleinement qu’en ayant en plus de nos études, conjoints, jobs, chiens, chats, fringues, sports, etc. un BEBE. Enfanter c’est vraiment la finalité, la pierre angulaire de la vie d’une femme… eh bien pour l’instant non merci.

    Je trouve triste de lire dans le commentaire précédent d’attendre la quarantaine pour avoir la paix, c’est un choix de vie imminent intime et qui ne devrait pas nous résumer. Un peu d’éducation et de bon sens, on le rabâche en ce XXI siècle mais apparemment comme les bébés cela ne vient pas tout seul.

    Belle soirée Anne.

  • Repondre Mylene 13 novembre 2018 à 21 h 53 min

    Totalement d’accord avec toi . Nous ne sommes pas des mannequins de cire ! Je me contenterai d’un « Félicitations  » non pas pour une potentielle grossesse ou un maxi wrap double frites mais pour la réussite de tes défis personnels sportifs. À partager avec toutes et tous !

  • Repondre Mymy 14 novembre 2018 à 7 h 08 min

    Tellement vrai, mais aussi pour plein d’autres sujets. Il faut toujours que les gens commentent. Pour l’anecdote, quand je travaillais dans la vente une cliente m’avait demandé « c’est pour quand » en regardant mon ventre, ce à quoi j’avais répondu que j’avais du ventre !

  • Repondre Lamissaurore 14 novembre 2018 à 8 h 55 min

    Moi c’était quelques semaines après avoir accouché de mon 2è, j’essayais des manteaux dans une grande enseigne et là, la vendeuse : « oh mais vous attendez un heureux événement, félicitations !  »
    Moi : « Euuuh non, je viens d’accoucher »
    Alors oui je n’avais pas perdu mes kilos de grossesse (ce qui est tout à fait normal), mais b**** de quoi je me mêle ?!?

  • Repondre Audrey 14 novembre 2018 à 9 h 39 min

    J’ai 40 ans et deux garçons. Combien de fois ai-je entendu « et la fille, c’est pour quand ? » ou « vous allez bien essayer la fille ? »…
    Euh… J’ai voulu deux enfants et j’ai eu deux garçons en bonne santé, donc tout va bien pour moi, merci, et : de quoi je me mêle ?!…
    Et avant d’avoir des enfants, quand j’étais plus ronde, vers 20-25 ans, j’avais eu des remarques « C’est pour quand ?… ». J’avais du ventre, c’était juste blessant -_-
    Bref, on en sort jamais véritablement… Maintenant, l’âge avançant, on arrête de me demander de faire le 3e (merci !) et je fais bien comprendre aux gens que ce n’est pas au programme.
    Les gens sont intrusifs, effectivement… Ce n’est pas méchant, mais c’est lassant. Surtout que, je suis bien d’accord, les gens ne tiennent pas compte que l’on peut rencontrer d’éventuels problèmes ou que la décision ne leur revient pas.
    Bon courage ! 🙂

  • Repondre Greekita 14 novembre 2018 à 11 h 05 min

    Bonjour à toutes et tous,
    Les gens font constamment des déductions, des interprétations, sur tous les sujets, et ça ne changera jamais!
    Il y a toutes celles qu’ils gardent pour eux, heureusement, mais parfois cela leur échappe. Le mieux c’est d’avoir la répartie pour leur sortir une réponse qui les met bien mal à l’aise mais souvent ont est tellement « scotché » que ça ne sort pas sur le coup. Et quand cela touche l’intime c’est encore pire…
    Personnellement les 2 seules remarques sur ce sujet que j’ai pu avoir venaient d’hommes:
    – la 1ere c’était des « félicitations » furtives au croisement d’un couloir de la part d’un collègue franchement maladroit (c vrai que j’avais un peu forci mais tout de même…) j’ai été vexée bien sûr mais surtout mal à l’aise pour lui. Il s’est excusé le lendemain après avoir vérifié auprès de mon copain et et je pense sincèrement que cela partait d’un bon sentiment . Je pense qu’il ne recommencera jamais tellement il était mal 🙂
    – la 2eme c’était après mon accouchement un soin massage bien-être du corps et là franchement le masseur a abusé sur les commentaires sur ma poitrine toute flasque… là c’était juste un c*****d, il n’y a pas à chercher plus loin 😀

    Personnellement je te suis Anne pour les partages que tu fais de ta passion du sport et de tes voyages au travers tous ces articles et magnifiques photos, je n’ai pas besoin d’en savoir plus 🙂

    Bonne journée!

  • Repondre Caro Duhduh 14 novembre 2018 à 13 h 27 min

    Instagram est fortement plébiscité par des jeunes souvent immatures, qui zappent continuellement d’un compte à un autre et se permettent de poster des commentaires définitifs sur une personne, juste à partir d’une seule photo et sans chercher le moins du monde à en savoir plus sur cette personne. Franchement, comment trouver que tu « as du bide », alors que la seule « rotondité » récurrente de ton ventre réellement notable est celle de tes abdos saillants de grande sportive !?

    Pour ce qui est de la grossesse, la pression sociale reste malheureusement très forte, tous milieux confondus. Cela peut se comprendre dans les milieux populaires (dont ceux issus de l’immigration) où la maternité apparaît très souvent comme la première étape incontournable dans la vie de couple, bien avant la stabilisation de la situation professionnelle et bien avant hélas la confirmation de la solidité de cette union. Mais dans les milieux sociaux supérieurs où la venue d’un enfant est davantage mûrement réfléchie, il me semble ahurissant que tant de personnes extérieures estiment encore avoir leur mot à dire !

  • Repondre Lanco 14 novembre 2018 à 14 h 11 min

    Bonjour !
    Je suis bien sûr d’accord qu’il existe une forte pression sociale sur les femmes (et également les hommes) qui ne souhaitent pas avoir d’enfant.
    Et je suis bien sûr d’accord avec le fait que chaque corps est unique, et qu’il ne devrait pas exister de norme en la matière.
    Cela dit, je trouve les commentaires ici et sur Instagram assez durs… Parce que ce que je lis en filigrane, c’est que pour ne pas risquer de blesser, il ne faudrait rien dire. Donc ne pas proposer de place dans les transports en commun ou dans une file d’attente parce que la femme peut être enceinte de 4/5 mois ou avoir un peu de bide… Ne pas poser la question à une amie alors qu’on a l’impression que…
    Je pense que le problème est surtout le manque de tact ! Une personne qui insiste alors que le message est clair, c’est une personne lourdingue. Qu’elle insiste parce que vous n’avez toujours pas trouvé de boulot ou parce que vous ne voulez pas d’enfant.
    Et pour les personnes qui vivent mal qu’on leur pose la question d’une grossesse alors que ce n’est pas le cas (et ça m’est arrivé, je ne jette pas la pierre !), est ce que ce n’est pas plutôt un manque de bienveillance envers nous même ? Après tout, on peut avoir objectivement un peu de ventre… et ne pas prendre mal que quelqu’un se méprenne ! Que ce soit une collègue ravie pour nous ou une personne qui nous cède sa place dans le métro qui s’excusera certainement (à moins qu’on profite de l’aubaine pour s’asseoir !).
    Bien sûr, ce n’est pas la situation de tous les témoignages lus ici et là, mais quand je vois qu’on se demande pour qui se prend une caissière qui propose de faire passer une femme devant… Et ben elle est juste aimable et elle fait son boulot ! Je comprends que ça puisse être douloureux pour une femme qui n’est pas enceinte et qui n’arrive pas à le devenir, mais il ne faut quand même pas tout mélanger, au risque de ne plus échanger les uns les autres parce que « on ne sait jamais »… À chacun / chacune d’être vigilant dans ses propos, mais également de faire un travail sur soi, parce que si nous sommes très touchés par ce genre de remarques sur notre aspect physique, c’est peut-être parce que nous ne sommes pas très à l’aise avec notre corps, et il n’y a que nous qui pouvons faire ce travail d’acceptation / détachement.
    Après Anne, ce n’est pas le cas pour ton physique qui ne laisse pas tellement de place au doute, mais certainement que certaines personnes qui te suivent croient voir quelque chose / le fantasment parce qu’elles sont contentes pour toi. C’est la difficulté je pense de ce statut hybride d’une personne à la fois éloignée (que l’on ne connaît pas directement) mais qui livre des choses parfois personnelles, ce qui fait qu’on se sent parfois en proximité. Et il y a aussi les personnes pénibles, comme partout, sur tous les sujets. Et je ne suis pas sûre qu’il faille plus s’agacer de remarques sur un non-désir d’enfant que sur un régime alimentaire par exemple. Ce sont nos valeurs, notre vécu, nos envies et besoins, nos choix…
    Bref, pas sûr que j’ai été claire, mais je souhaitais apporter un tout petit peu de modération parce que toutes les situations ne sont pas identiques, et que même les difficultés peuvent se parler, si chacun respecte l’autre 🙂

    • Repondre Anne 14 novembre 2018 à 20 h 22 min

      Coucou
      Si si tu es claire et je suis d’accord avec toi 😉
      J’ai un jour voulu céder ma place à une femme dans le metro car je croyais qu’elle était enceinte, elle a rigolé. On s’est comprises
      Mais je crois que le sujet, c’est plus les réflexions qui imposent, pressent ou justement rentrent dans l’intimité alors qu’on ne demande rien à personne.
      Personnellement, je suis très à l’aise avec mon corps (sinon je ne m’exposerais pas non plus) mais au-delà du côté physique, c’est tout ce qu’une grossesse projete: choix de vie, de couple, responsabilité. Tu vois, j’insiste plus sur l’impact social que ce genre de commentaire produit: la pression. Honnêtement, je me dis que si je n’étais pas en couple, 27 ans, jamais on ne pourrait s’imaginer ça (justement de par mes photos). C’est pour ça que j’essaie de comprendre pourquoi projeter ces commentaires surtout sur Internet. Après, effectivement dans la vraie vie, il y a des situations différentes 😉 !

      • Repondre Lanco 14 novembre 2018 à 21 h 29 min

        Je comprends ce que tu veux dire.
        Effectivement en t’exposant j’imagine que tu subis énormément de pressions sociales… Que ce soit concernant tes entraînements trop ceci ou cela, ton régime alimentaire, ton parcours pro, ton image… Les « gens » se réfèrent toujours à la/leur norme, et donc quand ils commentent, c’est forcément en opposant ta façon de faire/vivre avec une norme, souvent admise, qui du coup créé une pression sociale. Ce que j’essaie de comprendre moi ;), c’est pourquoi ce choix assumé de ne pas avoir d’enfants te coûte. C’est comme si, et j’espère ne blesser personne avec cette remarque qui bien sûr ne s’adresse à personne en particulier, cette pression sociale renvoyait à une peur de se tromper, à un manque de confiance dans cette décision. Parce que après tout, qu’on nous bassine « quand est-ce que tu remanges de la viande » ou « quand est-ce que tu fais un môme », il me semble que ça ne change pas grand chose : c’est un choix personnel, on peut échanger dessus, on peut changer d’avis, mais c’est comme ça. Le choix d’avoir ou non un enfant implique bien sûr beaucoup plus de choses, et c’est peut-être pour cela qu’il est plus difficile de rester de marbre face aux pressions car on doit douter plus facilement de ce choix que de celui de courir en brassière… 😉
        Je suis peut-être complètement à côté de la plaque, mais pour moi assumer ce choix n’est pas très différent d’assumer un autre choix. Avoir un statut libéral avec peu de protection sociale, vider son compte en banque pour faire un tour du monde, tout plaquer pour refaire sa vie ailleurs, ne pas avoir d’enfants, entrer dans l’armée, que sais-je… Ce sont des choix de vie qui ne peuvent pas plaire à tout le monde, ni à la famille, l’entourage proche… alors encore moins tout internet 🙂 On doute aussi forcément à un moment donné, ce n’est pas simple, mais quand on a fait le tour de la question, qu’on sait… on ne devrait plus (trop) être atteint par ce genre de remarque ?

      • Repondre Audrey 23 novembre 2018 à 17 h 28 min

        J’imagine qu’on projette ces commentaires sur internet parce qu’il n’y a pas le filtre de la vraie vie. L’accès à l’autre est beaucoup plus rapide. Dans la réalité on se pose la question « enceinte ou pas? » mais on ne la connait pas, la fille qu’on a en face de nous, donc on n’ose pas l’aborder. En plus imaginez le moment de gêne si justement elle ne l’est pas. Par contre derrière son ordi, c’est tellement plus facile, on se sent beaucoup plus proches des autres puisqu’ils nous partagent leur quotidien (ce qu’on imagine de leur quotidien en tout cas), on n’a pas peur du moment de gêne parce que derrière son ordi il est beaucoup moins présent (voire totalement absent!), on est comme anonyme. L’un dans l’autre on se permet des réflexions (que ce soit sur le physique, la maternité mais aussi sur plein d’autres thèmes : beaucoup d’influenceuses s’en plaignent et je le comprends très bien!).

        En ce qui concerne les questions qui fâchent (« alors c’est pour quand? »), j’ai l’impression qu’on n’est jamais vraiment content, et qu’on attend que les autres soient dans notre tête pour nous dire exactement ce qu’on veut entendre. Je m’explique : j’étais avec un compagnon depuis un certain temps, on vivait ensemble. Je n’étais pas prête pour avoir un enfant, je n’avais pas envie du tout. On me demandait tout le temps « et vous pensez à un bébé »? Ca m’exaspérait, pourquoi devait-ce être l’étape suivante?
        Plus tard j’ai rencontré mon compagnon actuel qui a déjà plusieurs enfants. Du coup, comme il en a déjà 3, la question ne se pose plus du tout mais les discours changent, on parle des autres qui sont susceptibles d’avoir des enfants et on ne nous inclut pas dedans (pourtant on remplit tous les critères : couple stable, vivant ensemble, la prochaine étape devrait être d’avoir un enfant!), dernièrement chez des amis on nous dit, en parlant d’enfants : « oui, enfin pour vous aussi c’est fini les enfants ».
        Je suis dans une période où je voudrais qu’on ait un enfant. Et du coup, entendre ce genre de discours m’énerve! Et en même temps, les gens ne sont pas dans ma tête et ont le droit de penser et de dire ce qu’ils imaginent. A nous de rectifier. Là j’ai clairement dit que moi, qui n’ai pas encore d’enfant, j’aimerais en avoir même s’il y en a déjà 3 à la maison.

        Alors c’est vrai que ça doit être usant de recevoir sans cesse les mêmes commentaires, mais je ne pense pas qu’on puisse empêcher les gens de dire ce qu’ils pensent même si c’est déplacé et que ça ne nous plait pas. C’est à nous de réagir et de modifier la façon dont ça nous affecte (un peu comme tu le fais ici ou sur instagram, tu en parles clairement 🙂 )

  • Repondre Anne 14 novembre 2018 à 15 h 37 min

    La question revient aussi quand tu en as déjà un. Et pourquoi pas un 2ème, et c’est pour quand le petit frère? Sauf que, bien souvent, après une grossesse, tu as beau faire plein de sport ( ce qui n’est pas mon cas, mais quand même), il reste un peu de peau flasque qui ne te fait plus le ventre plat d’avant. Et hop, un complexe de plus…

  • Repondre Gui 14 novembre 2018 à 17 h 57 min

    Bonjour Anne,

    J’aime beaucoup ce que tu fais.

    Je comprend également ton agacement. Par contre et j’espère que tu ne le prendra pas mal mais quelque part c’est un peu de ta faute. Tu as ouvert la porte à cet intimité. Quand tu montres tes fesses, ta poitrine et que tu parles de tes règles, choses très intimes, comment veux tu que t’es internautes ne s’engoufrent pas dans la brèche ? Ca ne se fait pas je suis d’accord et je n’excuse rien mais tu as oublié de mettre certaines barrières. C’est mon simple avis.

    Bonne continuation.

    • Repondre Anne 14 novembre 2018 à 20 h 13 min

      Cher Gui,
      Je ne pense que tu saisis le sens de l’article. Je ne vois pas le rapport avec ce que tu décris d’une part, d’autre part, les règles sont quelque chose de naturel, cela n’implique pas la responsabilité d’un enfant, le bouleversement d’une vie.
      Enfin je ne crois pas montrer mes fesses et ma poitrine. Je crois que c’est plutôt toi qui te méprend. Parce que j’expose mon physique cela n’implique pas d’accepter tous les commentaires. D’ailleurs je suis assez outrée de lire ton commentaire

      • Repondre Gui 14 novembre 2018 à 22 h 32 min

        Certes mais c’est sincèrement ce que je pense. Je confirme ne pas accepter que de telles remarques te soient faites mais je pense aussi que trop s’exposer laisse la place aux dérives… je ne vois rien d’outrant dans cet avis.

        Ceci étant si tu en es d’accord je continuerais de suivre avec beaucoup d’interet tes articles sportifs, le reste m’interesse moins.

  • Repondre Lolli 14 novembre 2018 à 18 h 29 min

    MERCI pour ce coup de gueule, j’en ai ras le bol qu’on me demande depuis 2/3 ans alors c’est pour quand, j’ai hâte d’être grand mère/oncle/tatie… Non, c’est quand on le souhaite et pas parce que l’entourage aimerait que l’on ai un enfant. Puis c’est relou à la longue ce genre de remarques

  • Repondre Celine 14 novembre 2018 à 22 h 00 min

    Bonjour Anne.

    Je te rejoins, ainsi que la plupart des filles en commentaire. J’ai 28 ans et franchement entre la famille, les amis et les collègues, la question « alors c’est pour quand ? » revient chaque inlassablement semaine. Je trouve juste dingue cette pression sociale, cette « obligation » à faire des enfants sous prétexte qu’on a un certain âge. J’en suis même arrivée à me demander si ce n’est pas moi qui était bizarre de ne pas en vouloir ! Donc merci de « remettre les pendules à l’heure » avec ton article! Bisous

  • Repondre Julie VDB 15 novembre 2018 à 0 h 25 min

    Moi qui suis colopathe (= syndrome de l’intestin irritable, avec des ballonnements infernaux), je peux te dire qu’il n’y a pas une semaine sans que quelqu’un me laisse sa place dans le métro, avec un sourire attendri sur mon ventre (qui me fait atrocement mal). Eh bien maintenant… je prends la place offerte … je ne suis pas enceinte mais après tout je souffre! (Je souffre physiquement et je souffre de tous ces gens qui s’imaginent que je suis enceinte alors que justement, c’est un sujet touchy)
    Merci pour cet article.

  • Repondre Verveine 16 novembre 2018 à 12 h 26 min

    Comme de nombreuses lectrices, je suis également gênée par ces remarques car nous avons choisi (j’ai 34 ans) de ne pas avoir d’enfant, tant que nous n’en aurions pas envie… Et pour le moment nous n’en avons pas envie. J’ai dû apprendre à ne pas dire que nous n’en VOULIONS pas, mais plutôt que nous n’en AVIONS pas. Si la personne me pose la question, je répond systématiquement :
    « C’est une question très intime non ? »
    Et, généralement, la personne en face reste muette et devient toute rouge.

    Petite anecdote personnelle : je posais moi-même cette question de temps en temps à mes amies. Un soir de nouvel an, je discute avec l’une d’entre elle et je pose cette question. J’ai appris 2 ans plus tard (à l’annonce de la naissance de leur fils) qu’ils essayaient depuis de longues années et en étaient à leur 2e viv…
    Depuis, je ne pose plus jamais cette question, même à des proches. On ne peut jamais savoir. Sauf si la personne nous en parle directement.

  • Repondre Mathilde 16 novembre 2018 à 19 h 20 min

    Moi non plus je ne souhaite pas d’enfant, à 32 ans j’ai l’impression que mon entourage commence à avoir compris ! Par contre, le truc que je ne comprends pas et vraiment j’aimerais comprendre, c’est pourquoi cela continue de choquer autant, pourquoi les gens n’arrivent pas à comprendre le non désir d’enfants et pourquoi cela semble faire peur à certaines personnes… Pourtant la non envie d’enfant n’est a priori pas une maladie contagieuse et n’impacte que sa vie (et celle de son conjoint) en tout cas aucunement celle de la plupart des gens qui nous questionnent à ce sujet. Parfois, j’ai l’impression de percevoir de la jalousie, presque comme des regrets de leurs vies d’avant (c’est encore plus tabou que le non désir d’enfant finalement). Ce n’est qu’une supposition, je n’en sais rien, mais je cherche à comprendre !