Fracture de Fatigue: 8 semaines en Béquilles

14 mai 2017 - Sports - 72 commentaires

Hi,

J’espère que vous allez bien? Aujourd’hui, j’avais envie de publier un article un peu plus personnel. Comme vous le savez (ou pas hihi), je me suis blessée le 12 mars dernier durant le marathon de Barcelone (je l’explique ici >>). Depuis, ma vie s’est un peu compliquée. En effet, je souffre d’une fracture du fatigue au niveau du col du fémur.

Une fracture de fatigue est un os ni cassé ni sain, il est en fait un peu fissuré. Mon médecin aime la décrire ainsi: l’os est comme un toit, la fracture est un toit qui s’est effondré, une fracture de fatigue est un toit abimé, des tuiles se sont envolées, des poutres sont fendues. Il peut s’effondrer si on ne le répare pas rapidement 😉 Vous êtes prévenus… enfin surtout moi.

C’est aussi douloureux qu’une fracture ordinaire, mais plus frustrant car on ne peut rien y faire concrètement hormis du repos. Et le repos doit passer par une  décharge complète du membre abimé. Le col du fémur est de ce fait encore plus difficile à soigner car il se trouve au niveau de la hanche. difficile à décharger car cela implique le port de BEQUILLES H24.

Je vous en parle car une fracture de fatigue affecte plus de sportifs amateurs que l’on se l’imagine, d’autant plus la femme. Contrairement à beaucoup de sites spécialisés, le sur-entrainement n’est pas la cause unique et principale de cette blessure. Nous avons tous le droit de faire des erreurs dans nos entrainements, dans notre rythme mais il est essentiel de ne pas culpabiliser lorsque l’on se blesse en se demandant « ce que nous avons pu faire de mal ». Il faudra plutôt s’inviter à faire différemment lorsque l’on pourra reprendre.

Personnellement, j’ai eu la chance d’être rapidement prise en charge dès le lendemain de mon marathon. La fracture de fatigue d’ordinaire s’installe doucement, on la sent arriver, un peu comme une tendinite mais en plus douloureux. Dans mon cas, elle est arrivée d’un coup.

Aujourd’hui, je n’ai pas envie finalement de parler de la prise en charge, du pourquoi et du comment, j’en parle mieux dans cet article >>> mais plutôt de vous parler des semaines délicates que j’affronte doucement mais sûrement, malgré les réflexions d’autres blogueuses sur les réseaux, malgré les mauvaises nouvelles professionnelles, malgré les petits coups de mou. Une blessure nous renforce, je crois que la fracture de fatigue le sera d’autant plus car, du fait des béquilles, elle a aussi affecté ma vie sociale et professionnelle.

Au départ 6 semaines de béquilles… Dès le lendemain de la course, je ne pouvais plus poser le pied sans hurler de douleurs, j’ai dû adopter les béquilles. Il faut savoir que je ne me suis jamais rien cassée de ma vie, ni rien immobilisée d’ailleurs : pas de fracture, pas d’entorse. Bref, je faisais partie de ces collégiens qui empruntaient les béquilles à ses amis pour s’amuser 2 min dans la cours de récréation.

J’ai moins ri quand je me suis retrouvée flanquer d’une paire car cela signifie une énorme perte d’autonomie. Être blessé est difficile à accepter lorsque l’on est très sportif, mais d’autant plus lorsque même son quotidien est bouleversé.

Se déplacer en béquilles est très fatigant, très dangereux aussi surtout au début, quand on maîtrise mal la bête… et les escaliers. Frustrant aussi car on ne peut plus faire grand chose : on ne peut pas faire les courses, les tâches ménagères. Heureusement, 80% de mon travail se produit derrière mon écran mais…20% c’est aussi du sport, des déplacements. Dommage, interdiction de conduire… et quand bien même, lorsque j’ai à nouveau eu le droit, j’avais toujours mes béquilles.

Imaginez à Paris… je me gare dans un parking: il y a rarement des ascenseurs, le parking n’est pas forcément juste à côté de mon rendez-vous >>> GALÈRE sans nom. Mon pauvre petit ami a dû pas mal jouer au taxi et j’ai également dû abuser d’UBER pour rencontrer des clients heureusement compréhensifs mais qui me regardaient avec tellement de peine et de…pitié dans les yeux.

De la pitié, j’en ai rencontré aussi lorsque j’ai tout de même fait des déplacements, même Rio, en prenant l’avion. Impossible de porter un sac, ni de promener ma valise, il me fallait l’assistance… donc je me suis retrouvée en fauteuil roulant. Si, honnêtement, toutes les équipes avec qui j’ai été ont été adorables… il y a eu plusieurs incidents. Au retour de Rio, une hôtesse nous a expliqué que non il n’y avait pas d’assistance à l’arrivée, je me suis retrouvée à « béquiller » dans tout Roissy pour qu’en fait on nous explique que l’Assistance avait pris du retard et que l’hôtesse nous avait mal informés. Sérieusement.

Après ce n’est pas grand chose, mais aussi le fait que « parce que j’étais dans un fauteuil », on ne m’adresse plus la parole, on parle de moi à la 3ième personne ou en s’adressant à Matthieu. Ahem. Ce n’est pas parce que je suis en fauteuil que je ne suis plus une personne douée de la parole hin.

Même en béquilles, il a fallu que je me déplace et ce qui m’a le plus surprise, par exemple sur la voie publique, c’est à quel point les gens ne faisaient PAS attention, ne se poussaient pas, tapaient dans ma béquille posée. Le pire étant une famille à Rio, une famille française. Forcément, vu que je passais « handicapée », je rentrais en premier dans les attractions et les téléphériques  et pouvais avoir une « bonne place ». Ce qui n’a pas plu à une mère de famille… Française, qui a fait exprès de me bousculer de se coller à moi pour que je me pousse..en béquilles afin qu’elle obtienne ma place et la vue, accessoirement. Matthieu a dû s’énerver pour qu’elle arrête son manège. Alors déjà être dans un téléphérique en béquilles, je ne vous raconte pas l’aventure, mais avec une nana qui te pousse, la joie. Mais c’est fatigant lorsque ces situations n’arrêtent pas de se répéter.

Sans parler en général de l’accessibilité des lieux à Paris, une véritable catastrophe… Donc entre les gens qui sont de véritables CONNARD et l’enchainement de marches, de lieux inaccessibles, de distances bien trop fatigantes à parcourir en béquilles… on a bien fait de vite rester chez soi.  Sauf que chez soi, on voit aussi sur les réseaux sociaux, les insultes passer « bien fait pour elle ». Comment peut-on souhaiter ça à quelqu’un ? Je ne souhaite à personne, passionnée de sport ou pas, de se retrouver en béquilles car en France, fauteuil ou en handicap, rien n’est fait pour vous aider. C’est dommage que j’ai été obligée de me retrouver dans cette situation pour en prendre pleinement conscience. Forcément, je le savais, dès que l’on visite un pays anglo-saxon, on s’aperçoit que la France a juste 20 ans de retard en la matière, je m’en doutais mais pas à ce point.

Je ne généraliste pas, il y a aussi des personnes bien attentionnées, qui font attention, qui vous offrent leur aide. Lorsque j’ai pu retourner à la piscine, 80% du temps quand j’entrais dans une ligne d’eau, les nageurs me demandaient ce que j’avais et ce à quoi ils devaient faire attention si jamais ils me doublaient. Tu as aussi des nageurs qui ne sont pas contents de se faire doubler par quelqu’un en béquilles hors de l’eau ET qui te donnent des coups de pied sous l’eau. Anecdote mise à part, je n’allais pas à la piscine en heure de pointe, j’y allais en heure creuse justement pour rencontrer le moins de nageurs possibles dans ma ligne ET ne gêner personne. Je donnais toujours un coup de fil pour prévenir le maître nageur éhé.

Bref… Cela a été une longue période pour moi mais qui m’a changée car, j’ai fait autre chose, j’ai pris du temps pour penser, re penser et même méditer. J’ai fait le tri dans mes relations pro et perso. Ah oui car tu as toujours des relations pro qui ne comprennent pas que tu ne puisses pas sauter dans un train pour un rdv à Lille. Prendre le train a été impossible jusqu’à récemment lol. On ne s’imagine pas à quel point les « béquilles sont handicapantes » . Heureusement, il y a des personnes bien plus compréhensives et patientes.

Je peux enfin mettre de côté les béquilles, j’ai encore des examens à faire pour savoir si mon toit..mon os va mieux lol mais, je prends un plaisir fou à retrouver mon autonomie, même si ce n’est pas encore 100% gagné. C’est une aventure ces béquilles, je ne les ai jamais détestées, je n’ai jamais craqué, j’ai juste été en colère, beaucoup de colère que j’espère pouvoir user à bon escient maintenant que cet épisode avance dans le bon sens.

Alors ce post est un peu long, mais j’avais envie de vous raconter cette période que j’ai peu laissé transparaître sur les réseaux sociaux par fierté : pas de photos en béquilles, pas d’image de moi en béquilles car c’était difficile d’accepter cette période, d’accepter ce que cela impliquait au quotidien. Au final, c’était dur voilà tout. Heureusement que j’ai été bien entourée personnellement comme professionnellement. Si je souhaitais publier aussi ce post, c’est pour permettre de prendre plus conscience des personnes souffrant de handicaps, que ça soit provisoire comme moi, ou …plus permanent. Un geste, une porte tenue, une place dans le metro, dans le bus, une parole dans un lieu public, ça ne coûte rien, il suffit juste d’avoir plus conscience des inconnus avec qui nous partageons cet espace public 🙂

Des bises et @ très vite

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

72 commentaires

  • Repondre Marion L 14 mai 2017 à 12 h 18 min

    Une nouvelle expérience enrichissante pour toi, même si elle n’est pas des plus agréables, tu en sors toujours grandie. Bon courage pour la suite !

  • Repondre NAWAL 14 mai 2017 à 12 h 35 min

    Grosses Bises Ma Annette et maintenant on va de l’avant Go Go go, vers la nouvelle vie, les nouveaux jolis projets 🙂
    Je te fais de gros bisous et surtout take care espèce de Championne et je parle aussi et surtout du mental de fer jeune fille !

  • Repondre Emeline 14 mai 2017 à 12 h 55 min

    Je ne lis qu’aujourd’hui ton post et cela me marque . Tu es « l’instagrameuse » Que j’admire le plus, je te trouve tellement plus naturelle et normale Que d’autres ! Tu es une réelle source d’inspiration et tu ne nous caches pas tes peines . Je te souhaite beaucoup de courage pour les semaines qui arrivent entre déménagement et bouleversement .

  • Repondre Charlie 14 mai 2017 à 13 h 09 min

    Ton post est émouvant et fait réfléchir. Ces personnes qui se comportent mal, c’est révoltant :(((
    Courage et bon rétablissement Anne!

  • Repondre Djahann 14 mai 2017 à 13 h 16 min

    C’est dingue, tout ça ! Je sais bien que beaucoup d’endroits sont inaccessibles aux personnes à mobilité réduite, mais de là à ce qu’il y ait de la jalousie ou de la malveillance…..
    Heureusement que dans ton cas, c’est temporaire. Imaginons ce que vivent les personnes en situation de handicap permanent.
    Je te souhaite d’être rapidement complètement rétablie.

  • Repondre Mathilde 14 mai 2017 à 13 h 58 min

    Je suis choquée par le manque de civilité de certains… Cela dit ça m’arrive aussi d’être agacée quand quelqu’un va lentement, je vais faire plus attention à ma façon d’être avec les autres
    Moi aussi je suis blessée en ce moment, un muscle du mollet « strained » et c’est frustrant de faire de la kiné, du repos, alors que j’ai envie de bouger, courir et sauter.
    Bon rétablissement !

  • Repondre Julie 14 mai 2017 à 14 h 17 min

    Bonjour Anne,

    Quel plaisir de lire ce post !
    « mieux vaut tard que jamais ». Par cette citation je parle de la découverte des difficultés, des regards et comportements malveillants que peuvent rencontrer les personnes en situation de handicap.
    J’espère que ton récit fera réfléchir de nombreuses personnes car clairement, pour que les choses évoluent, il faut que les gens évoluent !
    Je travaille dans le milieu du handicap (pour favoriser l’insertion et le maintien dans l’emploi), et si quelque chose doit aussi être signalé, c’est que 80% des situations de handicap ne se voient pas. Et je pense qu’il n’est pas nécessaire d’illustrer le comportement que les gens peuvent avoir face aux personnes dont le handicap ne se voit pas (incompréhension, jalousie, négligence, harcèlement…).
    Dans tous les cas je te souhaite bon courage pour la suite de ta convalescence !

    Bien à toi,

    Julie (@moililiju)

    • Repondre Anne 14 mai 2017 à 14 h 38 min

      Merci Julie, c’est justement pour ça que je voulais le rédiger en espérant aider un peu à cette prise de conscience 😉
      des bises

  • Repondre Fanny 14 mai 2017 à 14 h 28 min

    Je suis un peu choquée par la réaction de certaines personnes. Pas forcément surprise, c’est la société dans laquelle on vit, mais choquée de voir le culot de ces personnes. Ils n’ont probablement jamais été à ta place (moi non plus ceci dit) et tant mieux pour eux mais ça ne leur donne pas le droit d’être cons.
    La méchanceté gratuite sur internet est dingue, comment on peut en arriver là ?! Ah la bêtise humaine a encore de beaux jours devant elle. Je te souhaite vraiment un bon rétablissement, que tu puisses mettre cette blessure derrière toi et revenir en meilleure forme et plus épanouie que jamais dans ta nouvelle vie.

  • Repondre Camomille 14 mai 2017 à 14 h 33 min

    C’est vrai que tant qu’on ne souffre pas d’un handicap ou d’une blessure, on ne se rend pas compte à quel point l’accessibilité est en retard en France. C’est désolant. Ce que j’ignorais un peu plus c’était le côté social de la chose, c’est hallucinant les comportements auxquels tu as dû faire face. Et alors sur les réseaux sociaux, comme tu dis comment peut-on se réjouir de la souffrance de quelqu’un? Peut être des idiots jaloux de tout ce que tu entreprends via ton blog et ta vie pro. Bravo pour ta patience et bonne continuation de rétablissement, prends soin de toi!

  • Repondre Ocilia 14 mai 2017 à 14 h 40 min

    Les gens qui te disent « bien fait pour toi » sur les réseaux sociaux, ça me fait halluciner ! Comment peut-on être aussi aigri et souhaiter du mal aux autres comme ça ? Surtout aux gens qu’on ne connait pas…

    Pour le reste, malheureusement, je ne suis pas surprise. Dès que tu as le moindre « handicap », le quotidien devient super dur. Rien n’est fait pour les gens en béquille, en fauteuil, ou encore pour les aveugles !

    Bon courage à toi, tu arrives au bout de l’épreuve !

  • Repondre jacq emilie 14 mai 2017 à 14 h 54 min

    oui en effet pas simple !
    moi aussi j’ai connu ça l’été dernier aprés avoir attrapé une infection nosocomiale articulaire à la cheville…
    je suis danseuse ,prof de danse et de pilates et maman ….comment te dire que ça a été super compliqué (en plus à mon compte),parfois on a pas de chance ,j’ai aussi fait de l’algodystrophie pendant dix mois….mais j’ai serré les dents pour mon fils et mes élèves et dans une semaine je remonte sur scène aprés deux ponctions articulaires sans anesthésie ,une opé et 80 séances de kiné…..

  • Repondre Najet 14 mai 2017 à 15 h 03 min

    C’est vrai que les gens ne se rendent pas compte de la difficulté d’avoir des béquilles ou d’être en fauteuil roulant. Personnellement je n’ai jamais connu ça. Par contre j’ai pris conscience de la difficulté des personnes en fauteuil roulant de se déplacer dans une grande ville lorsque j’avais mes enfants dans la poussette. Rien n’est fait pour faciliter leur déplacement et les gens pensent qu’il devrait rester chez eux. C désolant de voir autant d’intolérance. Bon courage reste toi même et ne fait pas attention à ce que les autres disent.

  • Repondre Sheenaa 14 mai 2017 à 15 h 39 min

    Merci Anne pour ce post intéressant. Je n’ai jamais eu de béquilles mais comme je travaille dans le domaine de l’urbanisme, la question de l’accessibilité PMR fait partie de mon job. Deformation professionnelle oblige, je pense toujours à cela dans les lieux publics. Rien que dans les supermarchés : normalement les allées doivent avoir une certaine largeur, mais les stands de promotions ne permettent pas de les respecter. Et sans parler de bequilles ou de fauteuil, se balader avec une poussette est très compliqué.
    Je me suis toujours dis que si je devais avoir des béquilles, je serais obligée d’être en arrêt maladie pendant plusieurs semaines car impossible de me rendre au boulot (alors que tout va bien et que j’aime être au travail)! Et avec des enfants ça doit etre pire…
    Ce qui me choque dans ton témoignage, c’est le changement d’attitude des gens. Je trouve ça terrible…Honteux même.

    Allez courage, tu tiens le bon bout !

  • Repondre Joëlle 14 mai 2017 à 15 h 50 min

    Courage Anne !
    Je comprends tout à fait, j’ai également eu une fracture de fatigue…des bequilles et tout et tout,
    Prend le temps de bien te reposer, de bien suivre ce que les médecins te disent et, d’ici peu, tout redeviendra normal… C’est long, je sais, surtout lorsqu’on est addict de sport comme toi…
    Plein de courage,
    Bises !
    Joëlle

  • Repondre Lunachacha 14 mai 2017 à 17 h 02 min

    Comme je te comprends! Presque 6 mois de béquilles après mon opération du genou en 2015! Ah oui ca endurcit ! Tout ce que tu racontes dans ton article je l’ai vécu, c’était pas des rendez vous mais des allers retours à l’école et des activités à gérer, le quotidien d’une maman! Bref, courage Anne bientôt cela be sera qu’un mauvais souvenir!

  • Repondre Anadiplose 14 mai 2017 à 17 h 07 min

    Merci Anne de te livrer d’autant que ce ne doit pas être facile. J’admire ton courage, le recul que tu prends face à ces situations. Bon rétablissement, bon courage !

  • Repondre Laura HANTZ 14 mai 2017 à 19 h 15 min

    Coucou,

    Merci de te livrer dans cet article. Je ne comprendrai jamais le changement de comportement de certaines personnes dès qu’ils voient des béquilles, un handicap. Tu n’en restes pas moins la même personne, avec en l’occurrence, quelque chose en plus, tes béquilles. Tu as bien fait de faire un tri dans tes contacts, c’est dans ces moments-là qu’on voit véritablement ses vrais amis et les relations pros « humaines ».

    J’ai fait un bon tri quand je suis devenu maman, car bizarrement, avoir un enfant, te rend aux yeux de tes amis bonne à mettre « au placard » « ennuyeuse » pire, « une maman » comme s’ils n’avaient pas de mère ceux-là !

    Pour en revenir à toi, j’espère que ton os se remettra bien et que tu pourras dire au revoir à tes béquilles ! Je dois faire des examens, j’ai un mal de genou depuis quelques jours, j’ai dû faire un faux mouvement lors de mes entraînements !

    Quant aux personnes sur les réseaux, pourquoi tant de haine ? Qu’ont-ils donc contre toi ? (bien que même avec une raison, ça n’excuse en rien cette méchanceté) !

    Belle soirée,

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  • Repondre Amandine 14 mai 2017 à 19 h 21 min

    Bonjour Anne,
    Suite à une opération des deux pieds je suis en béquille depuis 3 semaines et je vis à Paris et je te rejoins simplement sur l’ensemble des points que tu évoques. Je reste cloîtrée chez moi car les métros ont bien trop de marches, les gens ne sont pas bienveillants sauf quelques cas que je ne manque pas de remercier. Mais le plus dur reste le fait de devoir rester immobile et inactive pour moi, et ça atteins énormément mon moral, je me sens faiblir et je sens mes muscles devenir mou, mou, mou… forcément et j’imagine que tes coups de mou doivent être les mêmes que les miens. Alors courage à toi et reste la personne simple et positive que tu es, j’imagine à quel point cela doit être dur pour toi et ton quotidien de blogueuse sportive et passionnée, mais il me semble qu’après ce genre d’épreuve, nous en sortons plus fort et plus motivé que jamais.
    Courage et toi.
    Amandine

  • Repondre Olivia 14 mai 2017 à 19 h 21 min

    Ça ne doit vraiment pas être facile… je trouve aussi qu’en France tout est mal fait. En plus de mes études, je travaille à leroy merlin à la caisse. Comme dans tous les magasins il y a une caisse notée « prioritaire pour les handicapés ». Sauf qu’à cet caisse, rien n’est aménagé pour ! Le lecteur de carte est super haut pour des personnes en fauteuil, et ça me met tellement mal à l’aise pour eux 🙁 Souvent je tire le câble pour descendre le lecteur de carte plus bas, je me dis que c’est juste horrible à vivre au quotidien, avec toutes ces petites choses qui te rappellent ta « différence ».
    En tout cas, pour ma part j’essaye de faire de mon mieux pour que les personnes en fauteuil soient traitées comme tout le monde. Je me doute que ce n’est pas grand chose, mais j’espère qu’un jour les consciences s’eveilleront un peu plus.
    En tout cas, ton article et ta compassion font du bien à lire. J’espère sincèrement que les mentalités changeront un jour !
    Bon rétablissement, et bon (ré)emménagement dans le sud ☺️
    Bisous, Olivia

  • Repondre Celia_nae 14 mai 2017 à 19 h 37 min

    Tres touchant et tres bel article Anne.. c’est affligeant de voir la bêtise de certaines personnes et je ne parle même pas de la méchanceté … comment peut on souhaiter la blessure à quelqu’un ! Les gens sont tellement malsains ca me dépasse ! Bref, contente d’apprendre que ça s’arrange petit à petit et que tu es bien entouré ! Ne fais pas attention aux parasites même si je sais que ça n’est pas évident. Tu es une belle personne 🙂 Courage !! <3

  • Repondre Marie 14 mai 2017 à 19 h 54 min

    Merci pour ce post humble et courageux !
    Merci pour ce témoignage qui aidera sûrement les gens qui te suivent à changer de regard sur les personnes en béquilles ou en fauteuil ! Ma maman s’est retrouvé en fauteuil puis en béquilles pendant un long moment et comme tu le décrit si bien l’attitude des gens est parfois blessante, le manque de compréhension.. Etc.
    Et merci de nous montrer que même une super sportive peut avoir des blessures et qu’il faut s’en servir comme d’un temps de réflexion pour toujours avancer !
    Bravo Anne et merci pour ton enthousiasme

  • Repondre pauline 14 mai 2017 à 20 h 02 min

    Bien dit! Je n’ai jamais été en béquilles non plus, mais qu’elle galère cela doit être…

  • Repondre Aude (ode.comnal) 14 mai 2017 à 20 h 07 min

    Comment peut-on souhaiter ça à quelqu’un ? C’est fou comme la jalousie peut rendre les gens jaloux 🙁
    Je connais la galère des béquilles… je faisais partie de ceux à qui on prenait les béquilles à l’école pour s’amuser, mais c’est bien à moi qu’elles étaient destinées…
    Avec le hand je me suis fait plusieurs grosses entorses à la cheville, avec à chaque fois 1 mois de béquille… sacré aventure au collège pour trouver quelqu’un qui porte ton sac, ton plateau.. c’est horrible cette sensation de perdre toute autonomie !
    Tu as l’air sur la bonne voie en tout cas, j’espère que les nouveaux examens seront bons !
    bisous Anne 🙂

  • Repondre Audrey 14 mai 2017 à 20 h 12 min

    Et oui… ces « handicapés » qui ont droit à toutes ces compensations! (clin d’oeil ironique à la Française de Rio).
    Comme le dit si bien un slogan en Belgique (à propos des places de parking pour personnes invalides), « si tu veux ma place, prends mon handicap! »

  • Repondre Hélène 14 mai 2017 à 20 h 17 min

    Bonjour Anne,
    Il y a vraiment des gens stupides et egoistes, c’est incroyable ! Entre cette femme qui te pousse et les frustré(e)s des reseaux sociaux…
    Je profite de ce post pour une petite suggestion. Pendant cette période difficile tu a du reduire et adapter tes entrainements pour t’adapter a cet handicap provisoire. Dans ton activité professionnelle a tu deja rencontré des personnes qui presentent des handicaps et qui fréquentent les salles de sport, ou qui font de la course a pied ? Une petite interview pour leurs rendre hommages et faire connaître les difficultés au quotidien et comment ils s’adaptent pour faire du sport serait possible ?
    Soigne toi bien !

  • Repondre Marion 14 mai 2017 à 20 h 19 min

    Merci pour cet article Anne, tellement sincère et vrai. C’est incroyable de voir à quel point les gens peuvent être…
    Pour avoir testé les béquilles pour de simples entorses, je sais à quel point ce n’est pas confortable ! Ton mental de sportive à dû t’aider à trouver le positif dans cette épreuve 🙂 Bravo à toi et surtout je te souhaite de retrouver la totalité de tes capacités rapidement 🙂

  • Repondre Virginie 14 mai 2017 à 20 h 26 min

    Coucou Anne!
    je lis ton article avec intérêt car je travaille dans un bureau d’études spécialisé en accessibilité handicapé du bâtiment et je confirme, il y a un problème en France! Déjà, faire comprendre aux gens que le handicap ce n’est pas uniquement l’usager en fauteuil, mais aussi les gens en béquilles, les personnes âgées, femmes enceintes, parents avec des poussettes (essayez le métro avec une poussette!), ce n’est pas simple. Mais en plus, on a des réactions de gestionnaires de sites qui sont ahurissantes: « on ne va pas faire de travaux pour 1% des gens qui viennent », « il y a toujours des gens pour aider « (et l’autonomie, on en parle?), « s’ils n’arrivent pas à venir dans mon hôtel, ils iront ailleurs »… désespérant.
    En tout cas je te souhaite bon rétablissement, tu tiens le bon bout!

    • Repondre Sheenaa 16 mai 2017 à 9 h 03 min

      Surtout que l’accessibilité concerne pas que les PMR mais aussi tous les autres handicaps (visuels, auditifs…) et là c’est encore pire !

  • Repondre Maud 14 mai 2017 à 20 h 36 min

    Bonjour Anne,
    Dans ton post tu touches un point sensible : le handicap. Être en fauteuil et plus généralement en situation d’handicap temporaire comme toi ou définitif, est difficile à vivre au quotidien. Avant d’y être confronté réellement il est difficile d’en prendre conscience. J’ai un ami qui cours ou plutôt qui roule puisqu’il est en fauteuil, un jour son fauteuil s’est renversé, des gars se sont arretés en voiture et au lieu de le relever ils se sont moqués de lui. Apres on tombe sur des gens adorable. Je me souviens d’une nénette toute frêle qui nous a aidé un jour à le remonter de la plage. Des dizaines d’hommes étaient présent mais nous l’avons remonté à 3 : mon mari, le petit bout de femme et moi qui ne suis pas non plus trop charpentée.
    Quand on parle de situation d’handicap, c’est la mere de famille avec ses 3 enfants et sa poussette, la mamie et ses sacs de courses ou toi en béquilles… la societé est individualiste et elle le sera de plus en plus. C’est à nous parents et futurs parents de rectifier le tire. Mais effectivement le regard sue le handicap change une fois qu’on y a été confronté.
    Côté sportif je tique toujours quand une fois les Jeux olympics passé on remballe toute les cameras alors que les athlètes handi n’ont pas encore concourus…

    Bref désolé d’ecrire aussi longuement mais tu as totalement raison de denoncer ce que tu as vécu.

    Repose toi encore un peu

    Bises

  • Repondre Tiffany 14 mai 2017 à 20 h 40 min

    Hello ! J’ai aussi eu une fracture de fatigue il y a de cela déjà plusieurs années. J’ai été très stupide et j’ai refusé de prendre les béquilles, ce qui m’a valu de ne pas réussir à bien guérir. Encore aujourdhui j’ai une douleur qui ae réveille souvent si mes chaussures sont trop dures ou si j’ai un choc. Je compatis donc entièrement, tout en t’encourageant à ne pas trop vite tout recommencer pour éviter des rechutes incessantes 🙂
    Des becs !!!

  • Repondre Laure 14 mai 2017 à 20 h 45 min

    Bonjour Anne,
    Suis vraiment de tout cœur avec toi !! Moi j’ai eu droit à une periostite tibia péroné !! Pas de béquille mais des douleurs de fou quand même !!
    En lisant ton post je me dit : Heureusement que ça ne s’est pas fini en fracture de fatigue !! Au 3eme étage sans ascenseur
    Bref le genre humain me déçois chaque jour un peu plus
    Bon courage pour ta reprise moi je dois encore attendre une semaine complète, j’ai hâte
    Bon courage à toi et bon rétablissement

  • Repondre Anne 14 mai 2017 à 20 h 50 min

    Une pensée pour ceux qui sont toujours en fauteuil sans espoir d’en sortir un jour… quelle misère, le coup de la 3è personne!
    J’ai une question naïve et sans arrière pensée, cette blessure est-elle due à un entraînement trop poussé ou les modifications liées à ton alimentation peuvent-elles y être pour quelque chose aussi? (pas de polémique, vraiment!)

    • Repondre Aurore 15 mai 2017 à 0 h 23 min

      Bonjour,
      Très franchement, je pense pas que le changement d’alimentation (très progressif) d’Anne y soit pour quelque chose. La fracture de FATIGUE est comme son nom l’indique dû à la fatigue. J’aimais bien regarder les weekly vlog de Anne, et avant son marathon, elle a enchaîné déplacement sur déplacement tout en continuant un entraînement éprouvant. Je ne sais même pas comment elle a fait, mais je pense qu’il ne faut pas chercher plus loin ! Bonne journée !

      • Repondre Anne 15 mai 2017 à 8 h 45 min

        Merci Aurore 😉

    • Repondre Anne 15 mai 2017 à 8 h 49 min

      Fatigue, stress et gros problème hormonal 😉
      L’alimentation n’est pas lié. J’ai expliqué dans mon autre article sur la blessure les causes identifiées 😉

  • Repondre Lina145 14 mai 2017 à 20 h 57 min

    Bonjour Anne,

    Très bel article qui me montre que ça n’arrive pas qu’aux amateurs dans mon genre^^

    Pour ma part fracture de fatigue fin juillet de l’os naviculaire prise en charge seulement mi septembre… et suivit d’une rechute après six semaines de béquilles. Ma kine vient tout juste de m’autoriser à marcher sans béquilles et encore au bout d’une journée je sens la douleur arrivée.

    Je me retrouve dans ce que tu as écrit et ça me réconforte de me dire que je ne suis pas la seule à avoir eu des petits moments de moins bien.

    Repose toi bien et bonne reprise.

    Au plaisir de te lire.

  • Repondre Celine 14 mai 2017 à 21 h 50 min

    Comme je te comprends. J ai rompu mon ligament au ski. J ai ete coincée pendant 4 mois j ai enfin repris mon travail mais le sport pas completement. C est long trop long trop trop long. Je me suis sentie diminuée. J ai eu beaucoup de mal à accepter. Et je te confirme les gens peuvent être d une méchanceté incroyable…

  • Repondre Manon 14 mai 2017 à 22 h 00 min

    Super post ! Choquée, mais à la fois également et malheureusement pas forcément surprise des réactions négatives… Les gens n’ont vraiment aucune gêne, aucun respect… Mais c’est une prise de conscience pour toi qui va t’emmener vers l’avant et te faire progresser j’en suis sûre ! Il faut voir le positif dans chaque situation. Moi-même je suis interdite de course et de sport à chocs pour cause de périostite bilatérale, ma première. Alors oui, ce n’est pas une fracture de fatigue et je n’ai pas de béquille, mais c’est aussi un challenge finalement ! Et ca veut aussi dire que je ne pourrais plus courir à Bordeaux avant mon déménagement… 🙁 Bref, bon rétablissement ! Je te soutiens mentalement 🙂

  • Repondre Kotkaa 14 mai 2017 à 22 h 29 min

    Bel article pour nous parler de cette période difficile qui touche à sa fin j’espère 🙂 tu inspires, tu réussis, pas étonnant que tu attises les jalousies. Mais pour ça aussi tu t’en sortiras plus forte !
    Incroyable la méchanceté et l’égoïsme des gens, même face aux handicaps, heureusement tu n’y seras confrontée très longtemps mais cest le quotidien de beaucoup trop malheureusement !

  • Repondre Mathilda 14 mai 2017 à 22 h 33 min

    Bonjour Anne,
    Je crois que je n’ai jamais laissé de commentaire, mais je suis très touchée de lire ton article, en effet, côtoyant des personnes avec un handicap au quotidien j’ai pû moi-même remarquer ce manque d’adaptations et ces incivilités plutôt fréquentes malheureusement. J’espère que comme toi, d’autres personnes auront des prises de consciences et agiront à leur niveau en faveur des personnes atteintes de handicap. J’espère aussi que tu te rétabliras très vite de ta blessure ! J’aime beaucoup te suivre sur les réseaux, tu es une source de motivation et de bonne humeur

    • Repondre Anne 15 mai 2017 à 8 h 48 min

      Merci beaucoup Mathilda <3

  • Repondre Guillaume 14 mai 2017 à 23 h 10 min

    Merci pour cet article et je te souhaite un prompt rétablissement.
    Pour être également éducateur sportif et te voyant sur snapchat tous les jours envoyer « du bois » sportivement, je me suis rendu compte que même des sportifs très hauts niveau très encadrés médicalement n’encaissent pas autant. Ça ne me regarde pas mais j’ai cette sensation très extérieure que les jours « off » n’etaient courants….
    Prends vraiment soin de toi car tu es une excellente guide pour les coureurs débutants’et confirmés.
    Je continuerais de regretter que tu ne t adresses qu aux filles mais je me suis fais une raison…;)

    Bises

    • Repondre Anne 15 mai 2017 à 8 h 47 min

      Je te remercie Guillaume mais si j’ai toujours respecté mes jours offs 😉

      • Repondre Guillaume 15 mai 2017 à 11 h 44 min

        Dans ce cas je m’excuse pour cette interrogation et t’adresses mes meilleurs voeux de bon rétablissement.
        Courage

        a bientôt

  • Repondre Sandbb84 14 mai 2017 à 23 h 13 min

    Hello, je te lis depuis bientôt 4 ans, mais ne laisse pas de commentaire (une erreur ? Peur de ne rien dire d’intéressant ?) mais aujourd’hui juste un petit mot pour te souhaiter de reprofiter à nouveau de ton fémur solidifié et d’une plus grande force encore de caractère !
    Je suis atterrée de lire ce que tu dis sur ces « bien fait pour elle » … des jaloux … des aigris … des mauvais … la joie de vivre et de profiter de tout ne devrait pas susciter de mauvaises ondes mais il y a pas mal de personnes malveillantes sur les réseaux sociaux et dans la vie en général …
    En tous ça, je te souhaite de pouvoir à nouveau reprofiter de la « bipédie »

  • Repondre Avran ilena 14 mai 2017 à 23 h 20 min

    Tu es géniale et n’écoutes surtout pas les gens qui se réjouissent de ta blessure, ce n’est que des jaloux et des égoïstes ! Je suis de tout cœur avec toi Et suis certaine que tu vas en ressortir plus forte ❤️

  • Repondre Jade 14 mai 2017 à 23 h 35 min

    Salut Anne,

    Article vraiment interessant comme d’habitude. C’est fou de constater l’impolitesse des gens qui ne s’adresse meme pas a toi directement quand tu es en fauteuil. Je n’ose imaginer la galere des gens qui y reste plus longtemps 🙁
    Par contre je m’interroge, pourquoi n’avoir jamais rien poster la dessus avant ? Pas une trace de bequille ?
    J’admire beaucoup ce que tu fais, je voyage beaucoup et cours beaucoup moi aussi. Mais j’ai quand meme souvent des coups de mou suite aux decallages horaires, les trajets interminables (meme si ca vaut toujours le coup!) Je comprends que les bloggueuses choisissent ce qu’elles postent et que tu ne nous montres pas tes cernes apres un voyage au vietnam ahah. Et on se doute que cane doit pas etre tout les jours roses avec ton rythme effrene ! Mais porter des bequilles pendant 8 semaines c’est LONG, pas une petite blessure 😮 Surtout que c’est en lien direct avec ce pourquoi on te suit aussi.
    En fait je crois que je trouve ca dommage que te suivre s’apparente donc plus a regarder un mur de motivation mettant en vedette une personne sans faille dans des super photos. Parce que dans le fond on a deja ca ailleur..
    Mais en meme temps qui suis-je pour demander une integrite dans des posts instagram ^^ C’est juste qu’en voyant ton article j’ai eu un choc, j’ai l’impression qu’on m’a menti pendant tout ce temps. Mon cote naif surement..

    [ Et je suis certaines que les personnes qui se disent que c’est bien fait sont celles qui ne font absolument aucun sport culpabilise de ne pas avoir ta motivation. Car tout sportif sait que les blessures peuvent toujours arriver, et souvent sans prevenir. Ca n’arrive pas qu’aux debutants, on a tendance a l’oublier ! ]

    En tout cas, je te souhaite de te retablir tres bientot et de recouvrer ton autonomie rapidement pour que tu puisses continuer a faire ce que tu aimes !
    Continue a petiller 😀
    Jade

    • Repondre Anne 15 mai 2017 à 8 h 46 min

      Non je n’ai pas totalement oblitéré cet aspect là lol car dans mes posts depuis le mois de mars je disais bien que j’étais blessée, je donnais des nouvelles de ma blessure j’ai juste refusé de faire des photos en béquilles 😉

  • Repondre Lea P 15 mai 2017 à 0 h 34 min

    Je sors de 4 semaines de béquilles suite à une opération des ligaments croisés et j’ai réalisé la même chose que toi. Paris n’est pas du tout adapté et c’est malheureux de devoir en passer par là pour le comprendre. Pour ma part, je n’ai pas eu de mauvaises expériences dans les transports mais plutôt des personnes bienveillantes. En revanche c’est dans les supermarchés que cela a été le plus compliqué, même pour les files prioritaires, les gens ne laissent pas passer et râlent quand vous le demandez. En gros pour eux, si on est capable de faire des courses, on peut également attendre. Bref, je suis resté pas mal chez moi pendant cette période. Bon courage et bon rétablissement.

  • Repondre Paula 15 mai 2017 à 0 h 42 min

    Merci pour cet article Anne!
    Jusque là je me suis sentie seule dans mon malheur, il m’est arrivé la même chose fracture de fatigue du col de fémur en mi décembre, j’ai fait 3 mois d’arrêt maladie avec un max de repos – très difficile pour moi car normalement très sportive jusqu’à 6 entraînement par semaine (course, boxe, boot camp, salle de sport…mon bonheur…) Je peux marcher normalement maintenant mais toujours une petite douleur des fois donc interdiction de reprendre la course et tout entraînement avec impact.
    Comme toi j’ai pris du temps pour moi, pour réfléchir et méditer, faire autre chose.
    En tout cas bon courage pour ton rétablissement et tiens nous au courant !
    Bisous!

  • Repondre Valelie 15 mai 2017 à 8 h 58 min

    Tu es « humaine », la blessure fait partie du sport et.. Tu reviendras plus forte que jamais apres ce repos forcé, on attendra ton retour sportif le temps qu’il faudra..

  • Repondre Gaelle 15 mai 2017 à 10 h 38 min

    J’admire ton courage Anne, à etre battante et ne rien lâcher.. Cela n’a vraiment pas du etre évident pour toi et je pense que cela l’ai encore un peu.. tu as une force en toi qui tend à etre « envieux » pour certains mais dont tu peux être fière. Je te souhaite du courage pour cette fin de convalescence et beaucoup de plaisir pour cette « reprise » sportive./ active de la marche et course à pieds pour bientôt L’handicap en France est vraiment dur.. comme tu l’as dit un geste d’humanité serait le bienvenue mais surtout l’accès aux transports aux personnes handicapés devrait être complètement revu..

  • Repondre Sophie 15 mai 2017 à 10 h 53 min

    Bonjour Anne,

    c’est « drôle » mais j’ai eu à une exception près un ressenti très différent du tien. Suite à ma fracture du pied, j’ai du marcher avec des béquilles pendant deux mois, tout en commencant un nouvel emploi sans ascenceur et Avec l’interdiction de conduire. J’ai été vraiment touchée par la sollicitude des gens, qui s’arrêtaient pour me parler, me tenaient la porte quand je passais, me proposaient de me ramener chez moi etc. Ca m’a aussi permis de faire du ménage dans mes fréquentations, après que ma voisine, collègue et « amie » aie refusé de me déposer au travail un matin, car elle perdrait ainsi cinq minutes et ne pourrait partir en Weekend que cinq minutes plus tard.

    Bref, tout ca pour dire que je connais ta galère et que je suis enchantée pour toi de voir que tu vas de mieux en mieux. Courage pour la Suite 🙂

  • Repondre Camille 15 mai 2017 à 11 h 01 min

    C’est un magnifique témoignage que tu nous fais ! ça n’a pas dû être facile pour toi d’écrire tout cela. J’ai vécu une chose similaire lorsque j’étais au lycée, j’ai fini en fauteuil roulant pendant 2 mois et j’ai vu et vécu ce que tu raconte sur les gens dans la rue/lieu public/ « amis »…
    Pour moi tu es un bel exemple de courage et de femme forte ! Je te souhaite un bon rétablissement !!

  • Repondre Mélanie 15 mai 2017 à 11 h 51 min

    Bonjour Anne 🙂
    Je suis très heureuse de te lire aujourd’hui !
    Je suis d’autant plus choquée de l’incivilité de certaine personnes que j’en ai moi même subit les frais puisque je suis en béquilles depuis 2 semaines…
    Tout comme toi, mon handicap et vraiment temporaire, mais avec tout ça je me suis rendue compte à quel point l’accessibilité de certains lieux pouvait être délicate…
    Il existe deux catégories de personnes et le contraste est fort. Il y a ceux qui nous ignorent et pire qui peuvent nous agresser, mais il y a aussi ceux qui nous proposent de l’aide spontanément, qui nous accompagnent avec un parapluie sur quelques mètre les jours de pluie, qui proposent de porter nos sac de courses, qui nous tiennent les portes… etc
    Je sors donc grandis de cette expérience et j’espère sincèrement que toi aussi (visiblement oui^^) et décidons ensemble de (re)devenir la deuxième catégorie d’humain 🙂
    En espérant de relire bientôt !
    Mélanie
    @melanie.vrt

  • Repondre Mme Bavarde 15 mai 2017 à 12 h 13 min

    Je me suis fracturée la cheville quand j’avais 14 ans, en plein été… Je ne vivais pas en plein Paris et j’étais encore chez mes parents mais je me retrouve dans pas mal de ressentis et de lignes de cet article. C’était frustrant de ne rien pouvoir faire, de rester à l’appartement en plein mois d’août, d’entendre certains me dire que j’avais de la chance de ne rien faire de mes journées (pardon ??). Puis j’ai fait ma rentrée des classes en béquilles… j’avais une grave fracture de la malléole avec une vis et l’interdiction formelle de prendre les escaliers parce que mon pied ne devait pas être secoué. Mais l’ascenseur du collège était un vieux tas de ferraille qui menaçait de s’arrêter entre deux étages… Donc on m’a gentiment fait comprendre qu’il faudrait me débrouiller autrement. J’ai donc dû prendre les escaliers en béquilles (pas le choix, sinon je n’aurais pas pu aller en salle de cours…). Non seulement c’était difficile physiquement, ça me faisait un mal de chien, mais en plus, certains élèves n’en avaient rien à faire et me poussaient ! J’ai failli tomber plusieurs fois. Un vrai calvaire.
    Ensuite, je n’avais plus de béquilles car plus de plâtre, mais toujours cette vis et l’ordre d’être très prudente (je ne devais pas me prendre un seul coup au pied sinon je risquais 1) une douleur atrocement atroce (sisi… quand j’y pense j’ai encore mal) 2) que ma cheville ne guérisse pas… Je faisais donc attention mais, quand j’ai dû prendre le train ou l’avion, des gens me marchaient dessus… affreux.

    En bref, je te souhaite encore du courage pour ce qui semble être la dernière ligne droite pour toi, ainsi qu’un très bon rétablissement. Les gens qui ne se soucient pas de ton handicap ne sont que de sombres idiots 🙁
    Bisous, Emilie

  • Repondre Sophie F. 15 mai 2017 à 13 h 47 min

    Post bien instructif sur les regards portés sur les handicapés. On croit qu’un film comme « Intouchables » ou une série comme « Vestiaires » ont fait évoluer les mentalités, mais ce n’est que marginal. La personne en fauteuil roulant dont on parle en sa présence à la troisième personne, comment est-ce encore possible ??? Je suis atterrée !… Sans oublier les handicapés soi-disant privilégiés par la priorité qui leur serait accordée un peu partout… en oubliant au passage les innombrables obstacles à leur libre circulation ! Pfff… En revanche, je suis amusée par le nageur macho et présomptueux, agacé de voir débarquer dans SA ligne d’eau : 1) une fille ; 2) avec des béquilles… mais s’apercevant rapidement qu’il ne peut pas la suivre, du moins sur la distance – ta récente performance de 3000 m en 1h05 à la seule force des bras n’est vraiment pas à la portée de tout le monde, moi la première, pourtant relativement bonne nageuse !

  • Repondre Claire 15 mai 2017 à 13 h 54 min

    J’ai récemment eu le droit moi aussi de goûter au plaisir des béquilles.
    J’ai ressenti à peu près la même​ chose vis à vis des gens.
    Après j’ai aussi découvert que beaucoup de gens sont adorables et ça embelli la journée.
    Malheureusement j’ai aussi des gens rigoler de me voir galérer, et grâce à eux j’ai pris les escaliers dans le métro …
    Parceque leur comportement me donnait envie de leur prouver que je suis aussi valide qu’eux et même plus dynamique que toutes ces personnes qui prennent l’ascenseur !
    Je ne pouvais pas aller à la piscine avec le plâtre alors je faisais des kilomètres en béquilles histoire de faire du sport ! Les journées où je faisais 7km étaient une fierté.
    Je n’ai pas fini la convalescence mais je garde le sourire.
    Bonne reprise, e bravo d’avoir tenu ces 8semaines 😉

  • Repondre Emma 15 mai 2017 à 14 h 08 min

    Ton post m’a beaucoup touché. Merci Anne d’être aussi sincère et entière avec les personnes qui te suivent. Je ne te connais que par ton blog mais je t’apprécie car tu es nature et je trouve ça top de nos jours. Quand j’ai lu ton post j’ai été en colère contre toutes ses personnes mal intentionnées envers toi et qui ne respectent pas les autres. Beaucoup de choses reste à faire pour améliorer la qualité de vie des personnes handicapées. Je te souhaite le meilleur pour la suite. Bon rétablissement.

  • Repondre Gaëlle 15 mai 2017 à 19 h 54 min

    Oh comme je te comprend. J’ai été en béquille pendant 4 à 6 semaines après une opération du genou. Et oui dans le bus les gens ne me laissaient pas de place assise car même si j’étais en béquilles bah j’étais jeune…. Idem pendant cette période j’ai du passer des entretient d’embauche pour des alternances… Bizarrement je n’ai trouvé aucune entreprises qui voulait bien de moi car j’étais handicapé… Même en leur expliquant que c’etait provisoire et que d’ici quelques semaines tout serais terminé…
    En tout cas bon rétablissement et ne regarde que le positif le reste n’a pas d’importance et les gens qui font des commentaires négatif ou méchant sont juste bête et/ ou jaloux et ne se rendent pas compte de ce que s’est vraiment et du mal qu’ils font

  • Repondre Kristeen_fitrun 15 mai 2017 à 20 h 25 min

    Très beau témoignage, et comme tu le dis, c’est quand on vit le handicapque l’on se rend compte de l’incivilité des gens, et du manque de structure ou de transports adapté aux handicapé
    Bravo pour ton blog et never give up 😉

  • Repondre Élodie 15 mai 2017 à 20 h 36 min

    Bravo à toi d’avoir dû affronter tout ca même si bien sûr on a pas trop le choix étant blesser et cela pour une longue période donc évidemment tu en ressors grandit et bien plus mais en tout cas ton témoignage est top car cela servira.
    Plein de courage pour la suite même si en bonne progression. Bises à toi.

  • Repondre Amandine 15 mai 2017 à 21 h 20 min

    COURAGE je te souhaite un bon rétablissement soit forte tu m’a ému ton parcours en béquille à du être très éprouvant

  • Repondre Mathilde VILLE 15 mai 2017 à 22 h 04 min

    Vive les érgotherapeutes !!!!

    Toutes expériences même mauvaise sont bonnes à prendre ! Comme tu dis ça t’as permis d’adopter et de comprendre le point de vue de personnes plus fragiles !!!

    Bonne fin de rétablissement Anne !

  • Repondre Elisa 16 mai 2017 à 9 h 06 min

    8 semaines, ça a du en effet être sacrément long, mais tu t’en es bien sorti ! Courage pour la suite !

  • Repondre Montn 16 mai 2017 à 10 h 00 min

    Tu as bien fait de ne pas l’exposer sur les réseaux, ça t’ a préservé, et c’est le genre de chose qu’on ne veut pas partager. Je reviens moi aussi doucement de blessure, d’une presque-aussi fracture de fatigue au péroné, qui a presque nécessité des béquilles tant j’avais mal en marchant pendant deux semaines. Les blessures aux os, moi non plus je ne connaissais pas. La reprise va être longue, en espérant qu’elle soit positive. Bon courage Anne !!

  • Repondre Judith 16 mai 2017 à 20 h 28 min

    Ça me paraît vraiment inadmissible de pouvoir traiter une personne en béquilles ou en fauteuil roulant de cette manière, c’est vrai que la France a de réels progrès à faire à ce niveau ! Il n’y a aucune honte à être blessé, il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se blessent pas ! Tu es l’une des personnes que j’admire le plus sur les réseaux que ce soit au niveau sportif comme au niveau mental, ta motivation et ta persévérance sont impressionnantes, j’aimerai pouvoir en faire autant mais la motivation n’est pas toujours la ^^

  • Repondre Sophie 17 mai 2017 à 17 h 22 min

    Merci Anne pour ce témoignage. Je suis comme toi, je n’ai jamais eu de membres cassé ou fracturé et je ne sais pas ce que c’est au quotidien. Mais je trouve que les gens pourraient être plus compréhensifs : j’habite à Paris et je ne compte plus le nombre de fois où une personne a soufflé quand une personne handicapée/âgée/enceinte lui a demandé sa place. Sérieusement ? Bref nous avons encore beaucoup de chemin à faire même si les choses évoluent petit à petit (mais bien lentement)

  • 1 2