Carnet de Bord: Raid Amazones, Californie 2016 (upd 6)

14 novembre 2016 - Sports, Voyages - 17 commentaires

Hi,

img_5753

Je suis super contente d’entamer mon carnet de bord pour partager avec vous l’aventure du raid Amazones 2016 en Californie !! Pour rappel, chaque année ZBO organise un raid nature itinérant  à travers le monde (Mayotte, Bali, Kenya…) et 100% féminin. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, même s’il y a pas mal d’épreuves sportives, le niveau reste accessible. Le raid mélange sport ET découverte du pays (chose que… j’adore), tout étant solidaire ET écologique. Bref, un concept que je connaissais de loin et dont je suis heureuse de faire partir pour la 15ième édition (du 12 au 20 novembre)

Cette année, j’ai été invitée par l’office du tourisme de Californie pour rejoindre leur team avec deux autres passionnées: Maïder et Manon. Comme je vous le disais jeudi dernier, c’est une expérience unique dans une région des USA qui j’aime tout particulièrement. L’objectif est de prendre du plaisir, savourer les paysages que nous allons découvrir et surtout d’arriver entières  à la fin du raid car pour Manon, ça sera son premier challenge sportif hihi. (et pas des moindres).

Avec Maïder, on sera là pour la booster et relever ensemble ce défi sportif sur plusieurs jours ET comme vous allez le voir sur le programme très varié et complet lol.

Au programme du Raid:

Samedi/Dimanche: arrivée
Lundi : Trek 11km à PIPES CANYON ROAD PIONEERTOWN
Mardi: VTT 30km à ANZA BORREGO DESERT
Mercredi: Canoë 16km, SALTON SEA HARBOR WARNER
Jeudi: Chasse aux Trésors à Los Angeles
Vendredi: Triathlon 27 km (VTT, canoë, course d’orientation) à Moreno Valley Lake PERRIS
Samedi:Course à pied 13 km

Comme vous le voyez, on va en prendre plein les yeux, plein les jambes en une semaine !!!! Pensez à me suivre sur Instagram  et sur Snapchat, pseudo: AnneDubndidu

img_5584

Jour 1, 12/11 : 

Samedi 12 novembre rendez-vous plutôt… très tôt à l’aéroport CDG au comptoir de Air Tahiti Nui. ça me fait tout bizarre d’y retourner car pour mon année à Los Angeles, j’avais choisi cette compagnie (petit prix et vol direct pour Los Angeles). Qu’est-ce que le temps passe vite ! Je me souviens entrain de pleurnicher à CDG car Matthieu prenait un autre vol pour New Orleans. De plus, je partais pour 1 an loin de ma famille, ce n’était pas la joie.

Bon, là samedi, c’était avec un grand sourire que j’ai retrouvé la team Visit California pour l’enregistrement et le début de cette aventure. On récupère également la première partie de notre « race pack » : t-shirts, pull, kway, casquette… et il en manque encore que nous recevrons le lendemain sur place.

C’est un peu une ambiance colonie de vacances qui règne dans le hall de l’aéroport. Nous sommes plusieurs dizaines de femmes du Raid Amazones à prendre ce vol avec nos sacs « Raid Amazones » rouges, nos pulls et nos grands sourires.

On embarque rapidement dans l’avion, ambiance Tahiti (car le vol va jusqu’à Tahiti, Los Angeles n’est qu’un stop, j’ai dû me tromper :P) les 12h de vol sont forcément un peu long mais vite oubliées par l’accueil royal que nous a réservé l’office du Tourisme. On était VIP à l’aéroport de Los Angeles, puisque nous passons la douane en même pas 10min, et nous récupérons aussi vite nos bagages sans trop se tromper. Ehehe oui, pas évident de reconnaître le sien parmi les centaines de sacs rouges !

Malheureusement, nous restons à peine à L.A., on attrape notre bus direction Palm Springs qui est au coeur en fait, en terme de distance de tous les lieux des épreuves. D’un côté je suis un peu frustrée de passer en coup de vent à Los Angeles, de l’autre, je suis hyper heureuse d’aller découvrir Palm Springs et sa région que je ne connais pas du tout, hormis Joshua Tree Park. C’est l’occasion, malgré mon addiction à la Californie de continuer à repousser un peu mes limites.

Après 1h50 de route, on arrive en fin. Le décalage horaire se fait sentir. On attrape vite nos clefs avant d’être briefé par les anciennes (= celles qui l’ont fait plus de 10 fois)  qui nous expliquent les difficultés mais également le partage et l’entre-aide entre équipes. Après le diner à la belle étoile, on tombe déjà de fatigue 😛

img_5650

Jour 2 13/11: 

Forcément, coucher tôt + décalage horaire de 9h => réveil très tôt le dimanche matin. ça tombe bien, nous sommes dans le désert, la température va vite grimper. J’attrape mes baskets pour un run au frais et surtout « artistique » grâce au plan urbain de Palm Springs.

Honnêtement, le soleil se levait à peine, il faisait encore très bon sur toute la première partie de course puis les 5-6 derniers kilomètres ont été un peu plus longs, la chaleur me rattrapait sans parler du soleil brûlant. Malgré les grands cours de Golf (tellement improbable au beau milieu du désert), il n’y avait quasiment pas un mètre carré d’ombre. Je finis quand même mon run en rêvant d’un plongeon dans la piscine, il est à peine 8h.

Aujourd’hui, dimanche, il n’y a pas d’épreuves (d’où le run matinal, sinon je serais restée bien au chaud sous la couette, enfin au frais…) mais nous devons nous occuper de toutes les formations administratives ET pratiques du raid: contrôle médical, vérification du dossier… récupérer les derniers infos et composantes de notre pack comme nos dossards (autant pour chaque jour, imaginez !!!), bracelet, puce, accessoires vélo…

On peut profiter de ce temps magnifique pour s’acclimater un peu. À midi, il fait déjà plus de 30 degrés, ça promet pour les épreuves GLOOBS. Le staff nous avertit d’ailleurs gentiment sur ce paramètre à prendre en compte durant les épreuves et notamment sur l’hydratation.
Tout au long de la journée,les briefs s’enchainent et nous mettent dans l’atmosphère particulière du Raid. Bon on essaie d’être hyper attentives mais, ça demeure plutôt difficile avec une vue pareil autour de notre « bivouac »… sans parler de la piscine LOL

img_5776

img_5772

En tout cas à la fin de la journée, notre team est prête et archi motivée. J’ai enfin pu pratiquer le changement de pneu grâce aux ateliers VTT, même si la sortie de 30km m’effraie, je sais au moins (ENFIN) changer une roue. On a pu rencontrer plusieurs équipes et sympathiques, j’adore l’énergie et la passion que l’on retrouve par toutes les femmes présentes.

Lundi (14/11), premier jour des épreuves:

Le départ des bus vers Pipes Canyon, le premier lieu d’accueil de l’épreuve (un trek de 11km environ), est prévu à 7h. Cet horaire est finalement plutôt tardif par rapport à d’autres épreuves de la semaine lol. Grâce au décalage horaire, nous étions au lit si tôt que nous n’avons pas eu de difficultés à immerger vers 5h30-6h.

Avant de descendre petit-déjeuner, on se dépêche de terminer nos petits bardas : camel bag, ravitaillement, lunettes, crème solaire, eau… Finalement la check list n’est pas si longue mais l’organisation nous a tellement stressée sur la chaleur, que nous essayons de prendre toutes nos précautions, surtout au sujet de l’eau. À 7h tapante, on rentre dans le car direction notre première épreuve. Nous sommes tous les trois un peu excitées à l’idée de partager à cet évènement unique tout en relevant autant de challenges en Californie.

La route est d’environ 45min, on a le temps de faire nos derniers contrôles, d’admirer le paysage de la région avant de débarquer à Pipes Canyon pour le trek. Ne connaissant pas du tout la région, j’ai adoré découvrir ces champs d’éoliennes à perte de vue 😉

On arrive enfin vers 8h. Le soleil est déjà haut dans le ciel, il fait chaud, mais pas encore trop. La chaleur devrait être supportable, d’autant plus avec toute l’hydratation que nous avions prévue. On rejoint rapidement la ligne départ et surtout le mini ravitaillement déjà organisé. Le départ est en fonction du numéro de 0 à 100… tout simplement. 5 équipes par minute peuvent prendre le départ. On attend jusqu’à notre tour, sans craquer sur les ravitaillements, avant notre départ. C’est cool d’avoir mis en place ce système de vague, on ne se gêne pas entre team.

Le début nous met directement l’ambiance : beaucoup… beaucoup de sable. Si Maïder et moi trouvons rapidement un bon rythme en course, Manon a un peu plus de mal à s’accrocher à nous. Ainsi, on alterne longue course et marche pour conserver notre rythme, ne pas perdre Manon tout en prenant notre temps pour capture de belles photos du paysage.

ET QUEL PAYSAGE ! Sur 11km de trail on a en pris plein les yeux 😉

Alors forcément, c’était hyper aride et sec comme lieu. L’itinéraire m’a rappelé particulièrement les randonnées que j’avais pu faire à Death Valley (pas si loin que ça au passage). Le début était en plein en soleil au coeur du canyon, entouré des falaises mais donc surtout en plein soleil. Ce n’était pas évident, surtout pour Manon qui était un peu moins sportive que Maïder et moi. Nous l’attendons quelques fois mais ce n’est pas grave, l’enjeu n’est pas dans la performance, mais dans le plaisir et la découverte des lieux. C’est pourquoi on prend vraiment notre temps pour découvrir le parc via ce parcours sans la stresser, sans nous presser.

Je le précise car j’ai reçu beaucoup de questions du type « mes objectifs pour ce challenge, mes temps ». On oublie le chrono cette semaine, et on ‘kiffe » les paysages 😉 C’est exactement ce que nous avons fait.

Comme à Death Valley, d’un coup surgit une végétation plutôt épaisse MAIS très fraiche. On alterne pas mal entre petites bosses, grosses descentes dans le lit de rivières asséchées depuis des lustres. On croise quelques cactus (mort ou vivant) Au bout de 5-6 km et plusieurs grimpettes d’environ 300m chacune, nous arrivons au sommet du Canyon et découvrons la vue plongeante sur la vallée. C’était juste magnifique. On réalise à quel point nous sommes entourés d’un désert total. Ce n’est pas un désert uniquement de dunes, mais clairement la région n’est pas très hospitalière de prime abord. Les 3derniers km vers l’arrivée, se déroulent parfaitement, on trottine toutes mêmes vers l’organisation, heureuses de finir mais finalement pas épuisées ni réduite à des pruneaux séchés. L’organisation a veillé tout au long du parcours à ce que nous buvions bien ET si nous allions toutes bien malgré ces conditions.

Pour une première épreuve, c’était juste parfait : pas trop dur mais tout de même, et surtout le canyon où nous avons évolué était magnifique. Attention, il faisait très chaud, nous avons effectivement beaucoup bu mais pas de là à vider nos camel bag de 2 L chacune comme prévu par l’organisation (qui nous a bien effrayées). Avec une bonne protection (peau, visage, casquette), vous  y arriverez sans soucis.

Il est clair que si vous venez randonner dans le coin de Palm Springs : l’eau, les lunettes de soleil, les chapeaux, la crème solaire sont indispensables 🙂

Mardi, 15/11 deuxième jour des épreuves:

Et quelle course !! Le VTT est l’épreuve « reine »/légendaire du Raid Amazones ou la plus casse gueule pour le dire plus honnêtement.  Celle-ci avait au lieu beau milieu de Anza Borrego Desert. Bon, après notre micro formation de VTT dimanche, nous n’étions pas vraiment au top pour la course. Pour cause, aucune de nous s’est entrainé, encore moins à faire de vélo dans le sable. Comme vous le savez, je suis plutôt une cycliste de route MAIS, je n’ai pas peur de me lancer des défis.

Alors…après un réveil bien piquant à 4h du matin, on embarque dans les bus direction le fameux désert. On assiste à un super lever de soleil depuis la route, mais j’avoue, je me suis allègrement rendormie avant d’arriver au parc. Le décalage horaire nous aide vraiment à nous coucher tôt ET à nous lever tôt, mais les heures de sommeil demeurent peu nombreuses au total.

Les bus nous déposent juste à l’entrée du parc où l’on retrouve une belle agitation avec toutes les équipes du Raid. Premier objectif? retrouver notre trio de VTT… Deuxième objectif? allez vite faire changer le pneu arrière du vélo de Manon qui est déjà crevé avant même le départ (si ce n’est pas un signe ça lol). On perd pas mal de temps et arrivons quasiment dernier au départ (à1-2km du camps de base)… pour prendre le départ. Pas de soucis, on avait prévu de prendre notre temps et savourer les paysages LOL.

Si nous prenons le départ si tôt, c’est bien pour éviter au maximum la chaleur. Le soleil monte très rapidement ET très haut dans le ciel. Les températures elles-aussi grimpent vite et haut. Au départ, il fait donc vraiment bon. On s’élance, on constate le terrain très « sablonneux »  et après seulement 3km, les dérapages sur le sable se transforment littéralement en « coucou je pousse le VTT car c’est impossible de pédaler sur le sable de la plage ». La piste est totalement absente, alors, mouliner dans le sable, pas de soucis, ça se fait, on l’a fait mais on s’enfonçait tellement par endroit que ça devenait inutile et … inutilement fatiguant. Limite ‘pédaler’ dans la semoule était plus efficace pour avancer que là-bas dans le désert. Il valait mieux pousser le VTT, nous nous sommes toutes retrouvées dans cette situation hyper frustante et mal gérée par l’organisation. Peut-être que pour les premières, la piste était une bonne piste, mais pour nous, ce fût une cata une bonne partie de la première moitié du parcours.

Honnêtement, j’ai adoré faire du VTT, les sensations étaient géniales, on glissait même parfois grâce au sable… ça faisait un peu comme du ski mais par 40 degrés lol.  Trêve de plaisanterie sur la chaleur car oui c’était en plein désert sans aucune ombre, sauf durant les quelques kilomètres au coeur du Canyon. Hormis ce passage, nous étions en plein soleil durant les 30km de course et ça tapait dur.

Il fallait que nous nous hydrations régulièrement, sans oublier de nous mouiller, de remettre de la crème solaire pour ne pas littéralement brûler. La chaleur ne m’a gênée réellement que durant les derniers kilomètres, on atteignait les 39 degrés. Auparavant, nous avions nos camel bags et 3 ravitaillements en eau fraîche. De plus, avec le vélo en mouvement, on sentait bien moins la chaleur (sauf pour les pauses photos)

Le parcours était relativement plat, la difficulté venait autant du sable que du lieu, mais les paysages étaient magnifiques. Je ne me lassais pas d’admirer le désert. La meilleure partie était selon moi dans le canyon au coeur du désert. Jamais je n’aurais pu m’imaginer là, à faire du VTT

Et pour le coup, même si l’équipe était agacée par le terrain (on en pouvait plus sable  à la fin lol), c’était une expérience unique et splendide. On aurait presque oublié la seconde crevaison de la journée sur le vélo de Maïder, les chutes comiques, les cris et les pertes de patience.

Si si je vous assure c’était 100% plaisir ces kilomètres.

On était super heureuses d’arriver, forcément. je n’ai jamais été aussi contente de préférer le vélo de route. Non je plaisante, honnêtement, je connaissais mal le VTT, ça m’a permis de me faire ma propre idée, certes dans des conditions peu évidentes, mais clairement, ça me plairait d’en refaire. En attendant, je vois le vélo de route sous un nouveau jour !! Et dire que ça continue demain loool 😉

Mercredi, 16/11, 3ième jour: 

Ce matin c’était quasiment grasse matinée comparé à hier puisque le départ en bus de notre hôtel n’était qu’à… 7h ! Résultat, nous nous levons quasiment en même temps que le soleil vers 6h. On est archi motivées pour ce troisième jour, on se dit qu’après le VTT dans le désert, le canoë, ça va être RIEN. Bah on s’est mis le doigt dans l’oeil (ou la pagaie lol)

Heureusement, Manon et Maïder avaient déjà fait un bootcamp pour pratiquer le canoë. Cet été, j’en avais fait avec Christelle également. Ce que je peux en dire, c’est que la force pour pagayer est bien inutile si le canoë ne va pas droit. LA TECHNIQUE était la clé. Bon vous vous en doutez, avec zéro préparation, on était surtout prêtes à bien se marrer, à faire quelques crises de nerf durant ces 16km et admirer un peu le paysage lol.

Après 1h de route, nous arrivons à Salton Sea, un énorme lac d’eau salée au paysage assez…apocalyptique.  Heureusement (pour une fois loool), le soleil se cache un peu derrière quelques nuages. On est soulagées car on ne s’imaginait pas passer à nouveau une voire deux heures en plein soleil, sur l’eau et dans le canoë.

On récupère tout notre bardas : canoë, pagaie, gilet de sauvetage avant de se diriger vers la plage pour le départ en musique. Bon on met rapidement à l’eau notre canoë et première difficulté, se rendre sur la ligne de départ (en omettant l’odeur étrange qui règne sur l’eau lol). On reste zen, on va arriver à ALLER DROIT loool. Départ donné, on essaie, on galère. On va galérer facilement pendant les 2 premiers kilomètres (donc en zigzagant on a dû en faire 3 ou 4 lol). C’est désespérant. On râle, on rit mais on commence enfin à trouver le truc et à aller DROIT.

Heureusement, Ryan, le sauveteur en jetski, est apparu et a commencé à papoter avec nous, tout en nous donnant quelques conseils. Et là bim bam, boom, la team spirit, je ne sais pas l’expliquer, mais on a enfin compris le truc, il y avait plus qu’à…!

Bon il y a plus qu’à, il restait bien 10km. On devait former un triangle (départ et arrivée au même endroit) sur Salton Sea. On a vraiment fait ce qu’on a pu sans faire de crise de nerf ni se disputer et ça, c’est déjà top lol. Le soleil a même pointé le bout de son nez à la fin. On passe la lignée d’arrivée en portant notre canoë. Et une épreuve de plus faite YEAAAAH.

Petite note sur Salton Sea: 

Alors effectivement, le décor peut impressionner, le lac le plus grand de Californie, les montagnes, le reflet du ciel bleu, c’était beau, vraiment, c’était un cadre magnifique depuis notre canoë mais, ce n’était pas réellement le meilleur endroit de la région pour cette course. En effet, j’ai été assez surprise que l’organisation choisisse ce lac pour organiser l’épreuve de canoë tout simplement parce que c’est un lac dit sinistré par la pollution environnante. En effet depuis, plusieurs dizaines d’années, l’eau est totalement polluée par les pesticides des cultures agricoles alentours et le taux de salinité ne cesse d’augmenter tuant littéralement toutes la faunes et la flore qui s’étaient développé. Plutôt toxique en somme et nous avons pagayé là-dedans toute une matinée. A posteriori, ça ne me rassure pas particulièrement.

J’ai adoré le paysage mais l’eau noire, odorante, c’était totalement… apocalyptique. Bien sûr ça vaut le coup de venir voir le décor mais voilà, je préfère vous le dire. Demain, ça sera un jour plutôt de repos puisque nous partons pour une course d’orientation dans Los Angeles 😉

Jeudi 17 novembre, épreuve 4 :

Aujourd’hui, nous nous sommes levés très tôt pour partir à Los Angeles… départ en bus à 4h40, ça pique sévère. Nous partons si tôt pour éviter les bouchons du matin. Raté, on tombe en plein dedans et arrivons avec 30min de retard à Hollywood où nous déjeunons dans le célèbre Hotel Roosevelt !! Malheureusement pour moi et quelques autres.. rien d’adapter au sans lactose 🙁 MAIS rien ne pourra cacher cette journée à Los Angeles.

J’ai tellement hâte d’entamer l’itinéraire de la chasse et redécouvrir Los Angeles, déjà 4 ans loin de cette ville de coeur. Elle a dû pas mal changer. Première nouveauté ? une nouvelle ligne de tramway rien que ça lol, mais le boulevard d’Hollywood est toujours là légendaire… avec, bien sûr la vue sur le signe Hollywood, les étoiles, le Chinese Theatre. La chasse a lieu entre Hollywood, Downtown LA, Santa Monica et Venice Beach, soient les spots les plus touristiques de Los Angeles.

(bisous à la team Connecticut) Nous devions répondre à plusieurs quizz portant autant sur le cinéma, que Los Angeles en elle-même tout en trouvant des indices dans les lieux durant l’itinéraire que nous devions suivre entre chaque étape. Un bon moyen de porter un autre regard sur Los Angeles. Lorsque j’y vivais, j’ai très vite abandonné les transports en commun pour la voiture. Le réseau était ultra… inefficient. Bon, c’est toujours le cas, mais ils ont fait des efforts.

Après notre tour sur Hollywood, on prend le métro pour 30min vers Downtown L.A., je n’étais pas une grande fan de ce quartier à l’époque mais cette fois, notre tour nous emmène dans des lieux très actuels et bien plus sympa « qu’à mon époque lol ».

Gros coup de coeur donc pour tout Historical Downtown et surtout Grand Central Market où nous nous sommes arrêtées manger un bon sandwich fallafel. Nous en avons profité aussi pour faire un tour plus street art. Alors même si on est loin de celui de Miami, l’environnement est hyper agréable. Je suis agréablement surprise de l’évolution, j’adore ça… et je regrette de ne pas avoir eu le temps pour davantage explorer le district.

En effet, il fallait vite continuer direction Santa Monica en inaugurant la nouvelle ligne de tramway. J’ai adoré la prendre car lorsque je vivais à L.A, cette ligne manquait vraiment. Elle est très agréable, totalement en extérieur et elle permet de voir la ville sous un angle différent… si on est patient car c’est quand même 1h de trajet et quelques 5-10min de marche avant d’atteindre le fameux Pier de Santa Monica….et l’océan. Rien n’a changé par-contre de côté-là et heureusement, tout est toujours aussi fun.

Pour la chasse, on doit rejoindre Venice Beach à pied, soit quand même 3km. En fait, en marchant sur la promenade, on ne les voit pas passer, on profite de la plage et de l’océan. Puis, nous retrouvons enfin Venice Beach et son ambiance encore plus particulière que le reste de la ville : skatepark, tattoo, marihuana, muscle beach. Exceptionnelle lol. On boucle la chasse aux trésors par un peu de gainage et quelques questions bonus !

Bon malgré les transports un peu chaotiques vers Los Angeles (3h à l’aller…5h au retour LOL), c’était quand même une super journée. Je réalise à quel point la ville et son atmosphère m’ont manquée 🙁 Pourquoi suis-je un jour partie lol ? En tous les cas, nous avons pu admirer le coucher de soleil avant de repartir à Palm Springs. Demain TRIATHLON

Vendredi 18 novembre, 5 épreuve:

Après notre petite pause sportive à Los Angeles, aujourd’hui, il était temps de reprendre le Raid des Amazones là où on l’avait laissé (dans le lac). Le programme était plutôt chargé, puisque l’épreuve consistait en un gros triathlon nature:  1. Run and Bike, 2. Canoë, 3. Course d’Orientation.

Dès 7h30, direction la Moreno Valley pour la course. On est hyper motivées malgré le vent assez violent qui s’est levé. Je dirais même qu’il fait un peu frais contrairement aux étapes présentes (comme celle du VTT en plein désert lol). Sur place, on décide que Manon gardera le vélo durant tout le Run and Bike (10km), pendant que Maïder et moi faisons la partie course.

Le départ est donné vers 9h, le vent souffle pas mal mais ne gâche en rien le paysage magnifique dans lequel nous courons. Tout est si grande et démesuré, c’est vraiment le rêve de courir là. On se sent tout petit et un peu perdu dans l’immensité de l’Ouest. Nous avons à peine vu passer les 10km 😉 >> 

Après la première partie, nous rendons notre VTT, nous continuons à courir direction la plage et le lac Perris pour la deuxième partie de la course (ma favorite ahaha vous vous en doutez): le CANOË. Bon en vrai nous nous sommes quand même améliorées depuis mercredi, nous étions donc un peu moins inquiétante. Bon, ce n’était pas aussi simple que mercredi tout simplement à cause du vent et du courant. Il fallait effectuer un grand tour dans le lac avant d’accoster sur une petite île, en plein centre pour la course d’orientation.

La partie canoë a été, forcément, moins facile que la course à pied. On s’était bien divisés les tâches, mais, comme je vous le disais sans la technique, ça ne veut pas passer. J’admire toutes les autres participantes qui y parvenaient les doigts dans le nez (enfin pas dans le nez mais la pagaie FACILE). Malgré le vent, les vagues (j’étais trempée puisque je ramais au premier rang), nous mettons pied à terre, prêtes à conquérir la micro île du Lake Perris.

C’est parti pour une petite course d’orientation sur l’île. La boussole était soi-disant obligatoire, finalement nous n’en avons pas eu besoin, la carte (et les autres participantes présentes sur l’île LOL) était bien assez claire pour nous mener aux 6 balises différentes réparties sur l’île. Le vent se calme enfin d’ailleurs, nous permettant d’apprécier plus le paysage et l’île. On court, on court pour poinçonner notre carte et finalement retourner à nos canoës pour la dernière ligne droite de l’épreuve >> retour à la terre ferme en canoë, ENCORE.

On saute à nouveau dans nos canoës, on lutte contre le courant pour prendre de la vitesse ET surtout arriver vite sur la plage afin de passer la ligne d’arrivée où les autres participantes attendent en faisant une super ola. On est hyper heureuse de passer la ligne grâce à leur encouragement. Honnêtement, je crois que c’est l’une de mes étapes favorites par l’enchainement de tous les sports ET le paysage: vaste, sauvage… D’ailleurs le Lake Perris a été sélectionné pour accueillir les épreuves de Canoë si jamais Los Angeles accueillait les JO de 2024 ;).

Dernier jour, samedi 19 novembre, trail et tir à l’arc !

C’est déjà notre dernière épreuve, notre dernière journée. Je n’ai pas vu passer la semaine et ce qui est certain c’est que je repartirai avec deux nouvelles amies : Maïder et Manon. Je ne me suis jamais autant amusée en participant à une course. Pour le dernier jour, nous partions en bus à 6h30 du matin, direction Joshua Tree Park, le légendaire. Je connaissais déjà ce parc national que j’avais visité en 2012 (souvenez-vous >>) et je me réjouissais de le retrouver. J’avais gardé tellement de bons souvenirs de ma visite. Là c’était l’occasion d’y courir en prime.

Bon, le parcours choisi par l’organisation débute hors du parc mais nous mène dans le coeur de celui-ci là où, forcément, on peut admirer les Joshua Trees. Bon par contre, impossible de faire de la course à pied, ça sera plutôt un trail à la queue-leu-leu sur certaines parties. Le paysage est vraiment magnifique, d’autant plus avec le soleil qui monte doucement mais sûrement dans le ciel. Il ne fait plus aussi chaud qu’en début de semaine, ce qui est plutôt agréable je dois dire.

Sur le parcours, il y avait un peu de dénivelé, rien de bien méchant. La vue en haut de ces collines méritait les efforts. De plus, c’était super beaux de voir toutes les participantes serpentées en montant. Ensuite, nous gagnons l’intérieur du parc. Les Joshu Trees se multiplient et prennent des formes de plus en plus étranges.

Ce parc est toujours aussi magique, il reste fidèle à mon souvenir. Avec les filles on savoure nos derniers moments sportifs ensemble. J’ai vraiment passé une super semaine à leur côté, j’ai tellement rigolé. Comme je l’expliquais plus haut, nous étions là pour le plaisir (totalement hors compétition) et on en a profité à fond. ça fait du bien d’aborder par cet angle les épreuves. On a bien déliré, ce qui a sauvé parfois quelques situations difficiles (le VTT, les levers tôt le matin…). On est fières de finir ensemble.

On a eu la chance d’arriver en première au dernier ravitaillement, je n’ai pas pu m’empêcher de le prendre en photo tellement il était beau et bon. Je rêverai d’avoir à chaque course ces beauuuux ananas, pas vous ;P ?

Après notre retour de la course et un petit repas, direction l’épreuve de tir à l’arc. Bon, autant vous dire que les résultats n’étaient pas fameux puisque nous n’étions pas vraiment entrainées.  Manon a failli assassiné un canard. hihih Nous avons fait ce que nous avons pu. En tous les cas, cela m’a rappelé de très bons souvenirs de colonies de vacances. Cette épreuve cloture donc le Raid. Pour rappel, chaque épreuve permet de cumuler des points, moins de points = vous gagner le Raid 😉

Et voilà, samedi soir nous avons eu la chance d’assister à un petit repas de gala pour la remise des médailles. J’espère que ce carnet de bord vous aura plu. Je vous prépare un petit article bilan plus posé et moins descriptifs des activités pour vous donner mon avis sur le Raid Amazones

à très vite  et bonne semaine !

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires

  • Repondre Stella 14 novembre 2016 à 18 h 33 min

    Waw quel programme ! J’ai hâte d’en découvrir plus, j’aime beaucoup ce format carnet de bord !

    • Repondre Anne 30 novembre 2016 à 19 h 03 min

      Merci Stella et j’espère que le carnet t’a plu 😉 !

  • Repondre Fanny 14 novembre 2016 à 21 h 46 min

    Quel programme, ça doit être génial ! Profite bien 🙂

    • Repondre Anne 30 novembre 2016 à 19 h 23 min

      Merci Fanny 🙂 ! C’était un GROS programme loool

  • Repondre Hehody 15 novembre 2016 à 6 h 04 min

    Quel super programme!!! Je ne connaissais pas le concept du Raid des Amazones. C’est vraiment génial!! Et niveau sportif ça a l’air accessible. Hâte de découvrir la suite à JT!!Profite bien de la Californie

  • Repondre Solveig 15 novembre 2016 à 11 h 29 min

    Wow la première journée est top les photos sont superbes ! Hate de voir la suite de ce RAID !!

  • Repondre Clarisse 15 novembre 2016 à 12 h 02 min

    Trop bien… j’adorerai aussi faire ce raid… J’avais eu une Pub par mail aux inscriptions…. mais quand j’ai vu les Prix… et qu’il fallait des équipes de 3 (bon à partir de l’année prochaine il sera apparement possible de le faire à 2…)… mais comment trouver 1 ou 2 personnes qui veulent bien te suivre dans cette super aventure !!! en tout cas c’est trop bien !!!! Amusez vous bien… profitez-en… et j’attends la Suite Avec impatience…

  • Repondre Charlotte 15 novembre 2016 à 12 h 29 min

    Et bien ça a l’air bien intense et sportif, tout ce que j’aime (magnifiques paysages). Mais quand tu regardes sur leur site, c’est franchement pas donné…
    Profites en bien 😉
    On attend la suite !

    • Repondre Anne 16 novembre 2016 à 5 h 50 min

      Coucou Charlotte,
      En fait 95% des équipes ont 100% des frais sponsorisés par des entreprises mais c’est à elles de trouver des sponsor pour y participer
      J’expliquerai dans un autre post ce fonctionnement car oui, sinon c’est hors de prix. 😉

  • Repondre Decroix 15 novembre 2016 à 19 h 22 min

    Et hop Anne : une nouvelle aventure ! Amuse toi et profite !
    Marathon du beaujolais samedi … j’en serai avec un seul objectif : finir !
    A très bientôt et au plaisir de te lire
    Anne

    • Repondre Anne 16 novembre 2016 à 14 h 23 min

      Bon marathon 😉 !!

  • Repondre Lucie 15 novembre 2016 à 19 h 57 min

    3 095€ le raid ??

  • Repondre Laurence 15 novembre 2016 à 23 h 38 min

    Waouh magnifique panorama ! Le sport te mène vraiment partout c est génial

  • Repondre Aude 18 novembre 2016 à 21 h 26 min

    Merci Anne de nous faire partager chaque jour tes expériences, c’est un vrai plaisir de te lire.
    Ca donne envie bien sûr ! hihi

    Bon courage pour tes prochaines épreuves 🙂

  • Repondre Eva 19 novembre 2016 à 14 h 24 min

    Hello Anne
    Bonne chance pour la dernière épreuve, ta favorite certainement …
    Merci pour le clin d’œil à la team connecticut !!!
    ET continue tes articles au top
    Les ACE DU RAID te suivent au complet désormais
    bizzzzz Eva

  • Repondre Audrey 22 novembre 2016 à 17 h 37 min

    Quelle aventure!
    En tout cas, très sympa le ravitaillement final! Ca change de la traditionnelle (et unique) banane!

  • Repondre Falquerho Edwige 28 mars 2017 à 14 h 53 min

    Merci pour ce super descriptif qui me motive encore plus !!!… je viens de découvrir le raid amazone et j’espère pouvoir le faire vite. Pour cette année je pense que ce sera un peu juste … le sponsoring me paraît tellement compliqué !!!
    Je dois le préparer pour être au top l’an prochain…
    Bon raid pour le Cambodge
    Edwige