Running: Courir sans S’ennuyer #203

23 août 2015 - Sports - 25 commentaires

Hi,

ennuirunningsolution

Le running, c’est ennuyeux ! Mais comment tu fais pour courir autant et ne jamais te lasser ? ne jamais t’ennuyer ? Moi, je ne peux pas courir seul(e) sinon je m’ennuie !

Ce n’est pas de moi, mais j’entends très souvent ces petites observations. Il est vrai que le running, de prime abord, n’est pas une activité très passionnante et variée comme d’autres sports peuvent l’être.  Le running est même une activité plutôt simple et directe : il faut courir d’un point A à un point B, qu’importe votre rythme, votre foulée, votre tenue, votre temps, vos kilomètres, il faut aller et revenir. C’est pour ça que j’aime ce sport et c’est aussi pour ça que, lorsque je me suis mise au sport, le running m’a autant plu.

Jamais je ne me suis sentie lasse ou encore ennuyée durant une sortie running. C’est vrai que parfois lorsque je préparais mon premier marathon >> les sorties de plus de 2h30 m’effrayaient un peu. Je me disais toujours : je vais m’ennuyer, je vais m’écoeurer de la course à force d’autant courir. Sauf que non, j’ai toujours l’esprit bien occupé… ou encore totalement vide.

Néanmoins, je peux comprendre que lorsque les jambes travaillent, que le souffle suit, que le coeur s’agite sans problème, la tête, il faut bien l’occuper. Au final, la course à pied, surtout lors d’une séance « normale » : pas de fractionnés, chemin habituelle, distance habituelle, ne demande pas franchement de haute concentration et d’attention à 100%. Hormis pour les racines et les feux rouges, aucun besoin d’être autant alerte !

Résultat, oui, on peut s’ennuyer, trouver le temps longs, compter les kilomètres et au final ne prendre aucun plaisir à courir

ennuirunningsolution3

Ma solution : vers la dissociation et la déconnexion :

Ennui = lassitude. Il faut trouver les causes de cette lassitude et surtout apprendre qu’au-delà de courir, il faut aussi dissocier son effort physique de sa conscience. C’est une autre aptitude qui est plus difficile à intégrer à sa pratique de la course à pied. Elle est pourtant essentielle, surtout lorsque vous allez vous attaquer à des sorties plus longues durant lesquelles, vos distractions habituelles ne fonctionneront plus et que la difficulté physique et l’ennui emporteront votre motivation.

Personnellement, j’appelle ça ma « déconnexion ». Mon corps court, j’adore ça, mais il faut bien occuper mon esprit qui, même s’il adore ça aussi, n’aime pas ça autant que mes jambes. Je me déconnecte. C’est des sensations … uniques délicates à décrire, mais la course se fait seule, on se dissocie de son effort pour mieux occuper son esprit à autre chose, on se concentre sur autre chose que sa course. C’est pour ça que lorsque j’étais en révisions/partiels, j’adorais courir, je me défoulais tout en récitant mes cours appris…ou en pensant à tout autre chose pour décompresser AU CHOIX 😉

Attention, je parle de déconnexion, mais d’autres coureurs peuvent aussi appeler ça une concentration extrême dans le sens où vous arrivez à courir, à garder votre rythme, à suivre votre itinéraire … tout en pensant totalement à autre chose ! C’est fou, mais nous en sommes tous capable. Bien entendu, Il faut juste vous faire confiance, et lâchez prise. Je ne crois pas que c’est une aptitude à souhaiter absolument avoir lorsque l’on débute, je pense qu’elle vient toute seule à soi lorsque l’on court de plus en plus. Dès que votre corps sait à présent courir dans le sens : tenir un rythme etc, il suffit de le laisser faire. Je ne ralentis jamais lorsque je me concentre sur autre chose que mettre un pied devant l’autre.

Bien entendu, on reste conscient !! Je ne trébuche pas, je m’arrête au feu, mais je suis comme sur mon nuage quand même. J’atteins ce petit état souvent passer les 4 premiers kilomètres et j’en sors dans les derniers kilomètres (tout dépend de la sortie, si elle est longue, les 3-4 derniers kilomètres, si elle est courte, le dernier kilomètre).

Je reconnais ma solution à l’ennui tient un peu d’un gourou… de l’obscure et c’est délicat pour moi de le décrire mais je fonctionne comme ça aussi 🙂 !

ennuirunningsolution2

Néanmoins, voici quelques autres solutions face à l’ennui 😉 que j’utilise moi-même lorsque je ne suis pas sur mon nuage ou que je ne parviens pas y aller !

Courir en musique

J’adore courir en musique. Je change et actualise ma playlist très souvent car c’est bien souvent ces chansons qui occupent mon esprit les premiers kilomètres et me motivent à y aller. Ces musiques me permettent aussi de me déconnecter de mon corps et me concentrer sur autre chose que les jambes lourdes, les genoux un peu rouillés, la hanche qui a du mal à se dévérouiller ce matin. Même si c’est important d’avoir conscience de tout cela, lorsque je cours longtemps, écouter ma musique m’apaise, me motive, amène des pensées me permettant de me déconnecter un peu… Bref, c’est LA parfaite distraction surtout pour les sorties courtes sur des chemins que je connais un peu trop bien.

N’hésitez d’ailleurs pas à vous abonner à ma playlist spotify 😉 >>

Courir sans rappel de kilomètre :

Lorsque je prévois une sortie très longue (+ de 15km), je désactive sur mon smartphone l’annonce vocale des kilomètres qui souvent me démotive ( Vous venez de courir 3km…mon dieu il me reste 14km !!, pas hyper motivant). Cela me permet de mieux me concentrer sur mes pensées et d’oublier finalement le nombre de kilomètre ou de temps qu’ils me restent. La notion de temps qui passe est un peu angoissante ET démotivante lorsque l’on court. C’est pourquoi, j’évite vraiment ces petits rappels à la réalité. Autant sur des distances plus courtes, c’est motivant, autant lorsque l’on court longtemps, ça peut être désespérant ! De plus, je n’aime pas trop cette voix qui vient m’embêter au milieu de mes réflexions pour me rappeler que je ne cours pas assez vite ou pas encore assez loin. C’est comme si elle me sortait violemment d’un songe. Pas super agréable.

Courir en groupe:

J’aime courir en groupe de temps en temps car c’est vrai que discuter entre copines, ça occupe particulièrement durant les longs kilomètres. J’étais franchement hyper contente de partager une moitié de mes sorties running de prépa marathon avec ma copine Claire. Je courais 1h toute seule puis 1h avec elle et résultat, les 25km je ne les voyais pas passer ! « oh tiens 25 pour moi, 15km pour toi c’est top on y est ! » C’est le meilleur remède pour l’ennui, sauf que… courir en groupe pour chaque sortie est souvent impossible et surtout courir en groupe ne permet parfois pas de progresser ou de « s’entrainer » comme on devrait. C’est une solution, mais il faut quand même savoir tromper l’ennui aussi pour le reste de vos séances 😉

 

Faire le point sur sa journée:

J’aime courir le soir ou le matin en réfléchissant. Oui. Mon cerveau est souvent en ébullition lorsque je cours : les idées fusent, les « oh mince je viens de me souvenir que je devais faire ça!! », oh tiens il faudrait que je fasse ça. Même si je viens de me réveiller, j’aime D’ailleurs lorsque je cours le matin en fonction de ma motivation, j’écoute soit ma musique (si je ne suis pas motivée du tout !!) soit je pars sans écouteurs et je prends plaisir à écouter la ville, la nature se réveiller, à m’écouter moi, mon corps (quand je suis très motivée !) ou mes envies. 

Rêver en courant 

Mais qu’est-ce qu’elle raconte ?  Je ne sais pas vous, mais lorsque j’ai dû mal à m’endormir, je me raconte une histoire : un mélange de série, de roman que je lis. Je m’invente une histoire que je me raconte. Un vrai petit scénario rien qu’à moi. Et bien parfois, lorsque je cours… et bien je me fais le même film. Parfois je me dis même que mon histoire est tellement passionnante que je devrais l’écrire en revenant. Sauf que comme un rêve, lorsque je rentre, je me re connecte à la réalité, je me douche… et le rêve s’est évanoui ! Même si je l’oublie, il m’a quand même occupé pendant toute ma sortie.

Varier les parcours, les distances, les séances :

Lorsque l’on débute la course à pied, c’est rassurant de prendre de petites habitudes running : le parcours, les distances. Et c’est vrai, c’est bien utile, surtout pour progresser. Mais au bout d’un certain temps lorsque l’on ne débute plus, il faut apprendre aussi à VARIER autant le parcours de votre course que les distances OU le contenu de vos séances. Out le parc à 1km à de chez vous, IN la forêt à 2km, tant mieux si vous faites 7km au lieu de 5km, tant pis s’il y a une montée, (au contraire même). Faites vous confiance ! Osez la nouveauté. Fouinez sur Internet ou Google Maps pour vous préparer de nouveaux itinéraires. Découvrir de nouveaux parcours… est plutôt excitant non 😉 ?

Démotivation ?

Parfois, on s’ennuie surtout parce que l’on ne parvient pas ou plus à donner un sens à sa pratique. Et pour le coup, cela n’a rien à voir avec l’ennui mais plutôt avec une petite perte de motivation. Le fameux « pourquoi je cours ? » va venir hanter vos pas. Donner une raison, un objectif à sa course permet de donner du sens à votre pratique. C’est pourquoi vous ne courez plus uniquement pour courir, mais aussi pour ce fameux objectif qui peut être : courir 10km en 1h, participer à sa première course, courir 15km… ainsi de suite !

À ce titre, n’hésitez pas à relire cet article qui vous remotivera 😉 >> 

ennuirunningsolution4

Je Porte: t-shirt, brassière,  leggings et baskets Puma, collection automne 2015

Honnêtement, je ne me suis jamais ennuyée lors d’une séance de course, longue ou courte, du moins pas autant pour que ça puisse me gêner. C’est pourquoi, peut-être, que mes solutions ne répondront pas à 100% à l’ennui d’une séance, mais j’espère que ces petits remèdes vous aideront à trouver votre propre alternative pour y remédier 😉

En tout les cas, l’ennui apporte souvent la démotivation et le manque d’envie de courir ! C’est pourquoi et comme dans un couple, il ne faut pas laisser cette situation s’installer au risque de vraiment se dégouter de la course à pied. On prend vite par les cornes ce petit soucis d’ennui pour reprendre du plaisir lorsque vous partez courir !

Et vous, que faites-vous pour ne pas vous ennuyer en courant ?

à très vite !

PS: Sur Sarenza, bénéficiez de -10% dès 60euros ou -20% dès 90euros d’achat avec le code promo BACKTOWORK 

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 commentaires

  • Repondre Mathi 23 août 2015 à 10 h 54 min

    Très chouette ta dernière tenue <3 ! Pour ma part j'ai beaucoup beaucoup de mal à faire des sorties longues à plat sans m'ennuyer si j'y vais toute seule ! Après c'est peut être car j'habite dans une région ou souvent il y a des dénivelés et quand je n'en veux pas je tourne un peu en rond ! Donc je préfère y aller avec mon homme même si on ne papote pas énormément car il avance vite ! Sinon dès que je suis en montagne le temps passe tellement vite j'adore courir la bas !
    Bonne journée Anne !

  • Repondre Elise 23 août 2015 à 11 h 00 min

    Coucou Anne, c’est vrai que « courir c’est ennuyeux » je l’ai entendu mille fois … mais je ne l’ai ressenti que pendant mes toutes premières séances, quand je débutais totalement. J’avais réglé le problème avec de la musique. Maintenant je ne m’ennuie plus jamais, entre la musique et l’esprit qui se déconnecte. Par contre comme toi ça me prend à peu près 4km pour me déconnecter, je préférais que ce soit plus rapide mais ça ne marche pas ^^
    J’essaie aussi de changer de parcours dans la semaine mais ce n’est pas évident, on n’a pas toujours beaucoup de possibilités à ce niveau là.
    En tout cas tous les conseils que tu donnes sont efficaces !
    Bonne journée 🙂

  • Repondre SAndrine 23 août 2015 à 11 h 33 min

    Il faut vraiment que j’achète ton livre (j’avais essayé pendant la promo mais ça ne fonctionnait pas). Tu es vraiment de bon conseil, et j’ai vraiment envie de m’y (re)mettre, mais j’ai beaucoup de mal avec la chaleur, même le soir (le matin impossible).
    Personnellement je préfère courir sur du plat (du genre des couloirs d’athlétisme), un parcours toujours identique ne me gêne (enfin gênait pas quand je courrais) car je peux justement penser à autre chose sans me prendre la tête sur le parcours.
    Courir à plusieurs c’est bien pour la sécurité mais j’aime que l’on coure à peu près à la même vitesse, sinon je ne vois pas l’intérêt….

  • Repondre Noush 23 août 2015 à 11 h 56 min

    Je m’ennuie très rarement. Comme toi je laisse mon esprit vagabonder, je rêve, je reste concentrée sur la musique… Quand je sens que je risque de me lassée hop je change de parcours. C’est ce que j’aime en vacances, partir un peu à l’aventure, ne pas savoir si on prend à gauche ou à droite, partir pour faire 10km mais en faire 12 parce qu’on s’est perdue… Comment s’ennuyer ????! 😀

  • Repondre Amandine 23 août 2015 à 14 h 00 min

    Ahhhhhh, je pense qu’il s’agit de la phrase que j’ai le plus entendu autour de moi : « Moi je pourrais pas courir autant que toi, ça m’ennuie de courir » / « Tu ne t’ennuie jamais ? ». Eh bien, comme toi, je crois que je ne me suis jamais ennuyée… J’aime tellement ça, ça permet de se défouler, de se déconnecter. Car oui, moi aussi je me déconnecte ou j’écoute la nature. Ce matin, en allant courir à 7h du matin, personne dans la rue, j’avais le smile, j’étais heureuse de bénéficier des rayons du soleil seul (et surtout après 1 mois d’arrêt suite à ma blessure). Du coup, ça me booste encore plus et je cours encore plus vite, sans m’en rendre compte.

    Sinon, quand je pars pour une sortie longue, comme toi, je déconnecte la voix de mon coach sur le Smartphone, sinon impossible de tenir sans me dire : « Nan mais t’es sérieuuuuuuuuuuux ? » 😀

    Encore une superbe article Anne, merci ! 🙂

  • Repondre Croukinette 23 août 2015 à 19 h 47 min

    Je crois que c’est ce que l’on appelle la « FLOW » course ce que tu décris, il me semblait avoir lu ça dans un happinez ^_^
    Personnellement, je ne m’ennuie jamais quand je cours, je me « déconnecte » comme toi !

  • Repondre Fringinto 23 août 2015 à 20 h 39 min

    J’ai fais ma première sortie à 10km la semaine dernière, j’avais préparé mon parcours sur Google Maps justement, arrivé au bout j’étais seulement à 7km, j’avais encore de l’énergie je suis repartie pour atteindre cette barre des 10km qui me faisait peur ! Si on m’avait dit que je ferai les 10km un jour j’aurais été la première à en rire ! Je ne m’ennuie pas puisque comme toi j’ai la musique, je fais le point sur les choses à faire, et je rêve !! Je n’avais pas couru seule depuis mon retour en France et finalement je suis beaucoup plus efficace seule ! En tout cas merci pour tes conseils comme toujours 😉

  • Repondre Marie 24 août 2015 à 7 h 37 min

    Ah j’approuve totalement ! Et c’est la même chose pour la natation 😉 J’aime faire de la pleine conscience et j’essaie aussi d’en faire quand je nage. Les sensations, ne pas toujours avoir l’esprit plein à craquer. Et puis profiter pour rêver. Au milieu de la piscine, pas de téléphone portable, de notifications, je nage et puis basta. (Chouette billet !)

  • Repondre Stéphanie - Il Etait Une Fois... Cocotte 24 août 2015 à 8 h 30 min

    Super article!
    Je cours souvent le matin par motivation, je ne me vois pas courir le soir après avoir fait ma journée.
    Lorsque je cours je passe souvent dans « mon monde » vers les 3km. Je reflechis à plein de choses, j’énumère ce que je dois faire pendant la journée, ma liste de course, ,etc..
    Avant j’écoutais de la musique mais je cours souvent dans les bois (ça fait peur!) et mon telephone ne tient plus autant la charge donc j’arrive vite à cours de batterie…
    J’ai remarqué que cela fait plusieurs sorties que j’effectue sur des terrains que je ne connais pas et je cours beaucoup plus de kms. Et surtout je ne vois pas les kms passés car je « visite » 🙂
    Par contre j’aimerais complèter la course par d’autres sports comme la natation ou le yoga mais je n’y arrive pas, je ne sais pas vraiment par où commencer…

    Bisou

    • Repondre Elise 24 août 2015 à 8 h 50 min

      Hello Stéphanie, je me permets de te donner mon petit avis : pour le yoga je te conseille tout simplement de t’inscrire à un cours hebdomadaire, parce que c’est assez technique et je pense qu’il ne faut pas commencer toute seule. Ou en tout cas, tu apprécieras mieux avec un vrai cours. Après une fois que tu seras inscrite tu te sentiras obligée d’y aller et c’est bon, tu fais du yoga 🙂

  • Repondre Cayasse 24 août 2015 à 9 h 15 min

    Je suis tout à fait d’accord avec toi!
    Même si pour le moment je ne fais pas encore de long running, j’aime justement le fait de penser à tout et a rien!
    Moi aussi je m’imagine des histoires ( ca me rassure je ne suis pas la seule!)
    Par contre toujours avec de la musique sinon j’ai l’impression que je n’y arriverais pas!
    Bonne journée

  • Repondre Hollyvia 24 août 2015 à 10 h 02 min

    « Rêver en courant » – hahaha me voilà rassurée, je ne suis pas la seule folle à me raconter des histoires dans ma tête quand je cours (et quand je n’arrive pas à m’endormir aussi d’ailleurs) ! Les KM passent beaucoup plus vite dans ces cas-là, c’est un peu comme dans un rêve tu as raison car pareil que toi, une fois que je suis rentrée c’est le retour à la réalité et j’oublie tout 😀 Merci de partager tes moments de folie passagère, je me sens beaucoup moins seule 😀

  • Repondre Mademoiselle Farfalle 24 août 2015 à 12 h 03 min

    La plupart du temps je cours avec une copine donc ça fait passer le temps. Sinon je cours en musique et je me déconnecte de l’extérieur.
    Et j’ai bien envie de tester une story running pour voir!

  • Repondre olympiabydiane 24 août 2015 à 12 h 11 min

    Coucou Anne ! Super intéressant comme article, je me retrouve totalement dabs cet etat d’esprit que tu decris, pour ma part je ne me suis jamais ennuyee en courant, je ne cours jamais avec de la musique car c’est le seul moment ou je peux laisser mes pensees vagabonder librement alors j’en profite !

  • Repondre deltreylicious 24 août 2015 à 12 h 35 min

    J’écoute toujours de la musique, lorsque je cours !
    Deltreylicious

  • Repondre larunneusegrignoteuse 24 août 2015 à 12 h 37 min

    Je peux m’ennuyer au boulot. Je peux m’ennuyer en soirée. Je peux m’ennuyer en lisant un livre bof. Je peux m’ennuyer en surfant sur le net. Mais m’ennuyer en courant, jamais. L’esprit est aussi actif que le corps. Dans l’ici et le maintenant. Dans le passé. Dans le future. La nature a horreur du vide…mon esprit en course aussi. L’ennui oui. Mais pas en courant. Jamais.

  • Repondre Kaouthar 24 août 2015 à 18 h 24 min

    Moi j’écoute des podcasts ! C’est l’occasion ou jamais de se divertir/s’instruire et si au cours de la balade je rêvasse, c’est generalement pas trop grave puisque ce ne sont « que » des émissions radio..
    Les podcasts de Ruquier (les grosses têtes) sont top pour ça je trouve !

  • Repondre Adèle 24 août 2015 à 19 h 29 min

    Je rajouterais : ne pas faire un parcours sur une ligne droite aller/retour, meilleur moyen de trouver le temps infini (sauf si c’est pour faire du fractionné ou de la vitesse auquel cas ça va).
    Impossible pour moi de faire plus de 8K sur une ligne droite ou presque (type bords de seine), j’ai l’impression de ne pas avancer et je me focalise sur tous les trucs qui ne vont pas : « Oh tiens ma foulée est moche » « mon short me gratte » « j’ai un peu mal aux pieds » ! Pas du tout relaxant !

  • Repondre iamladyrider 25 août 2015 à 10 h 50 min

    Super ton article ! Personnellement, je suis souvent en train de rêver en courant

  • Repondre Audrey 25 août 2015 à 20 h 18 min

    Très intéressant ton article. Personnellement, je cours à chaque fois en musique. Il m’arrive aussi de courir avec mon chéri, mais c’est rare (on a pas les mêmes horaires..). Il faudrait aussi que je change de parcours, je fais à chaque fois le même, ce qui veut dire même paysage, même distance..
    Bisous

  • Repondre Elsa 28 août 2015 à 12 h 38 min

    Coucou ! Ton article est vraiment très intéressant, je me reconnais dans quelques conseils que tu donnes !

    Sinon, je trouve que de temps en temps, courir sans chrono est particulièrement remotivant. Quand on a un chrono, on se dit qu’on DOIT faire tel temps et du coup je trouve que courir devient parfois une contrainte.
    Et hier, je me suis étonnée : Après une petite blessure de deux semaines, et un arrêt presque total de deux mois, je pensais être pas du tout en forme. J’ai décidé de courir sans montre sur mon parcours habituel et j’ai eu l’impression de courir vraiment vite par rapport à d’habitude. Bon évidemment, comme je n’avais pas de chrono, je sais pas quel temps j’ai fait héhé. Mais peu importe, j’ai vraiment retrouvé le plaisir de courir aux sensations et ça m’a remotivé :))

    Donc pour moi, quand je commence à ressentir de la lassitude, et à entendre dans ma tête le fameux « pourquoi je cours ? », le meilleur moyen de retrouver l’envie est de faire une sortie pas forcément longue mais surtout SANS CHRONO, vous pouvez pas imaginer comme ça fait du bien !

  • Repondre Horus 7 septembre 2015 à 22 h 49 min

    Merci pour l’article.
    Ma petite soluté contre l’ennui:
    Une centaine de marches d’escalier avec son record personnel à battre. C’est abominablement bon ^^

  • Repondre Charlotte Branger 11 septembre 2015 à 10 h 44 min

    Bonjour Anne,
    Je cours sans musique et j’aime bien, je trouve qu’ se sent + connecté avec la nature (les bois, la mer …).
    Et puis j’ai essayé avec musique mais je trouve que les écouteurs ne tiennent pas bien et glissent.
    Quelqu’un aurait un truc à me donner pour les faire tenir ?
    Merci, biz !
    Charlotte

  • Repondre PTAK 13 janvier 2016 à 0 h 40 min

    Coucou Anne.
    Je note toutes ces petites astuces. Moi quand je cours, j’écoute des émissions de radio en podcast. Parfois mon esprit s’évade mais du coup quand je perds la motivation, je me re-concentre sur l’émission et je ne m’ennuie plus !
    Bises

  • Repondre Aurélie 10 février 2017 à 12 h 53 min

    Bonjour Anne,

    Quel casque utilises tu pour écouter ta musique?

    Il existe un article sur le blog qui traite de ce sujet?

    Merci.