Faire du Sport parce que nous aimons notre Corps et non parce que nous le détestons #199

22 juillet 2015 - Sports - 99 commentaires

Hi

aimer son corps sport running femme

« I exercice because I love my body, not because I hate it »

Ça sonne mieux en anglais hihi 😉 Je profite de la langueur de l’été et le côté un peu ralenti du sport avec les vacances ou à cause de la chaleur assommante pour aborder un sujet qui me tient particulièrement à coeur (je suis curieuse aussi de connaitre vos avis). J’en souris ponctuellement lors des sessions d’entrainements collectifs mais au fond, c’est vraiment devenu ma philosophie du sport.

Je l’expose en long, en large et en travers dans mon petit guide pour débuter le running >>> mais j’avais envie de vous en reparler aujourd’hui car pour moi, le rapport au sport doit être sain et construit sur de bonnes bases pour générer du plaisir. Or, je suis de plus en plus mal à l’aise par la récupération qu’est faite du sport par les magazines et autres médias. Après je comprends ET respecte toutes les raisons pour lesquelles vous pratiquez mais je crois qu’il est essentiel de garder à l’esprit ces notions d’épanouissement de soi et de bonheur que le sport est capable de générer chez nous.

aimer son corps sport running femme

Or, le sport est souvent « utilisé » à mauvais escient. Ce côté négatif, je le perçois un peu comme un fouet, une torture pour un objectif qui n’est pas le plaisir de la pratique, mais au contraire la beauté du corps sculpté par le sport. Il est vrai que c’est un avantage du sport : perte de calories, brule graisse, gain en tonicité, raffermissant.. C’est cool mais, je vais le dire de manière très crue :

À quoi ça vous sert un cul bombé ? des cuisses fermes ? un ventre plat ?

Ah oui, c’est sympa, c’est beau, surtout l’été, mais l’hiver ? Est-ce que vous croyez vraiment que je suis plus heureuse depuis que j’ai un ventre plat ? Je suis plus heureuse depuis que je fais du sport pour le sport, pas pour les avantages du sport. Un ventre plat ne génère pas du bonheur !

Je ne supporte plus les coachs qui, durant la moitié de leurs cours, me rappellent que mon corps « doit être prêt pour cet été »… « prêt pour le maillot de bain »… que ce workout est « mieux » pour brûler les graisses, pour faire « sauter la cellulite ». Et si j’avais envie d’avoir un corps musclé toute l’année ? et si je n’avais pas envie de faire sauter la cellulite mais juste de me dépenser comme une folle pour évacuer mon stress ET progresser ?

Vous allez me dire, c’est facile pour moi, je suis mince et musclée. Néanmoins, j’étais mince « avant » de débuter la course à pied (n’hésitez pas à relire mon premier post sportif à ce sujet). Je n’ai jamais commencé le sport dans l’optique de me flageller et de me faire « un corps parfait ». Faire du sport était un challenge en soi pour moi. Mon corps est devenu mon meilleur ami pour relever ces challenges sportifs. J’aime mon corps tel qu’il est car il m’impressionne, car il me fait réaliser à quel point je suis capable de tant de choses, de bien plus que je ne pouvais l’imaginer. Il est beau avec ses défauts, ses qualités car il me permet d’atteindre tellement d’objectifs. Je le chouchoute, c’est un trésor, on en a qu’un dans la vie !

Pourquoi le détester ? Pourquoi le faire souffrir pour un objectif aussi futile et éphémère comparé à des expériences sportives bien plus riches et enrichissantes ?!

aimer son corps sport running femme

Ce sont des phrases, des mots que je vous répète souvent, mais qui se noient dans cette nouvelle lubie d’esthétisme que l’on voit de plus en plus affichée partout. Out le « mince », in le corps musclé et dessiné. Oui d’un côté c’est top si de plus en plus de personnes se mettent au sport, c’est bien pour leur santé physique mais qu’en est-il moralement ?

Moralement si le « fit », le corps musclé mais mince devient un nouveau diktat, on retombe dans l’auto-flagellation. Certes sans régime, mais en s’imposant des séances de sport n’ayant qu’un but : ce corps en papier glacé.

Votre corps n’est pas un but, mais un moyen, un rouage dans la mécanique de votre épanouissement. Ah oui c’est super d’avoir des abdos saillants, mais allez-vous vraiment être plus heureuse avec ? Moi ce qui me rend heureuse c’est de voir que « grâce à mes abdominaux », je me fatigue moins rapidement durant mes sorties running longues, mes foulées restent régulières, ne rasent pas le sol en fin de course. Résultat, je peux pratiquer ce qui me plaît, la course à pied, plus longtemps en me fatigant moins, en traumatisant moins mes articulations.

Si je fais des exercices de renforcement, c’est pour un but : pratiquer le running de manière plus optimale. Heureusement, je prends du plaisir durant ces workouts car je varie les exercices, le type d’entrainement. Je transpire à grosses goutes, je donne tout, je ris, je m’amuse et j’adore ça. Je suis même très fière de moi quand je suis vraiment pleine de transpiration, toute « sale » car je me dis que j’ai super bien bossé aujourd’hui et que je me suis éclatée !

aimer son corps sport running femme

Non je n’ai pas fait exprès d’assortir mon vernis avec mon brassière 😉

J’aimerais tellement que les personnes qui chaussent leurs baskets ou poussent la porte d’une salle de sport, n’y aillent pas parce qu’elles aussi elles veulent des abdos en béton. Je le répète, bien sur c’est top d’avoir un corps sculpté, mais le sport ce n’est pas ça, ce n’est pas un « top body challenge » sans queue ni tête si ce n’est « un corps ». On vaut mieux qu’un bout de viande tout de même.

J’aimerais tellement qu’un coach dise « ton corps est beau, aujourd’hui on va progresser ensemble, on va s’amuser ensemble, on va se dépasser ! »… J’aimerais qu’on me demande mes objectifs de course, pas mes objectifs de « corps » !

Il est temps de voir le sport de manière positive et de s’éloigner de ces nouveaux diktats. Il faut réellement regarder et surtout aborder le sport non  comme une flagellation pour maigrir,  pour brûler des calories mais comme un moment de plaisir, un moment égoïste à vous, un moment de dépassement de soi, de confiance en soi, de bonheur et de fierté.

Le sport peut générer de nombreux bienfaits :

– épanouissement
– confiance en soi
– joie
– bonheur
– détente
– plaisir
– fierté
– amitié / rencontre
– entrepreneuriat

Après bientôt 4 ans de pratique, je me rends compte que le sport rayonne positivement sur toutes les facettes de ma vie : personnelle, professionnelle… même sur mon caractère !

Essayez de pratiquer un sport en y cherchant cela, oubliez ce que vous n’aimez pas, oubliez vos complexes et voyez au contraire tout ce que votre corps est déjà capable de faire et de vous apporter grâce au sport. Voyez le positif de ce que vous arrivez déjà à atteindre ! Nous avons TOUTES quelque chose que nous n’aimons pas chez nous, mais ET ALORS ? Regardez tout ce que vous pouvez atteindre grâce au sport. Le sport peut vraiment être un moyen de percevoir votre corps de manière positive, de voir que ce corps avec ses défauts et ses qualités peut vous mener très loin, supporter tous vos efforts, vos progrès. Aimez-le, il vous le rendra bien, dans les moments difficiles, à la salle de sport, durant un partiel, au travail, au running, à la natation, qu’importe le contexte.

aimer son corps sport running femme

Je porte: short 2 en 1, brassière Nike et baskets Zoom Structure (soldée)

N’oubliez pas : I exercice because I love my body, not because I hate it.

Apprenez à aimer votre corps, peu importe votre corpulence, votre taille, vous aborderez le sport plus positivement, qu’importe votre objectif. Ainsi,  le sport deviendra vraiment une activité pouvant générer autre chose que de l’angoisse, du stress, du dégout. Vous y trouverez de la vitalité, la forme, de l’énergie pour le reste de votre quotidien, de la joie… bref le sport pour le sport c’est bien mieux et ça vous fait davantage de bien que vous ne l’imaginez !

Et vous, pourquoi faites-vous du sport 😉 ?

à très vite

PS: J’espère vraiment n’avoir blessé ni offusqué personne avec cet article,  c’est « ma » vision du sport et je comprends qu’elle ne puisse être partagée par tout le monde, je respecte forcément les pratiques et avis divergents. Je sais bien qu’on ne vit pas dans un monde parfait, mais j’espère sincèrement qu’avec cet article avoir fait germé une vision différente de la pratique du sport, plus sain moralement 😉

PS2: Hasard du calendrier, n’hésitez pas à lire cet article de Slate qui cite une étude confirmant ma petite philosophie sportive

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

99 commentaires

  • Repondre iamladyrider 22 juillet 2015 à 22 h 21 min

    Tu as bien raison !
    Personnellement, je fais du sport dans le but d’être en bonne condition physique pour pratiquer au mieux ma passion (l’équitation). Faire du sport pour moi, c’est chouchouter mon corps, comme on pourrait faire un gommage ou s’enduire de crème. Ca me fait plaisir de voir que je suis désormais capable de faire des pompes sur les pieds, de faire 2 minutes de burpees sans flancher et de faire du yoga sans me sentir raide comme un piquet.
    Le sport me permet de dépasser mes limites et de me fixer des objectifs stimulants. J’aimerais avoir une silhouette tonique ? Oui, mais ma silhouette tonique à MOI, celle qui va avec MON corps, et qui me permettra de vivre MA passion, pas celle qu’on voit dans les magazines.

  • Repondre Latitude Rose 22 juillet 2015 à 22 h 22 min

    Hé bien on peut dire que ton article suscite des réactions ! C’est étonnant, j’étais justement en pleine écriture de mon prochain vêt après midi, le sujet n’est pas tout à fait le même mais nos idées se rejoignent en ce que concerne les coachings les toip body machin truc, oui ok on va être top canon pour l’été mais âpres on a le droit de se gaver de raclette pour pouvoir mien recommencer l’année suivante surtout que ce n’est pas gratuit tout ça… Un bon boule pour l’été en vidant votre porte monnaie haha!!! Bref je me mets de plus en plus au sport pour différentes raisons, je n’arrive pas à me sentir bien dans mon corps comme il est aujourd’hui mais je cherche également et plus que tout à avoir une hygiène de vie correct et à prendre du plaisir en transpirant c’est tellement bon ( un peu comme les tatouages, ça fait mal mais on est tellement content du résultats). Et j’adore me surpasser et aller à chaque fois un peu plus loin!
    Merci pour ce message que tu souhaite faire passer.

  • Repondre vnessa 22 juillet 2015 à 23 h 20 min

    Tres bel article Anne !!!

    Cet article me parle d’autant plus que je suis ronde et passionnée par la pratique du sport. Ah oui, le sport me détend, me permet de me dépasser en renforcant la confiance que j’ai en moi. Mais, je ne fais pas le sport dans l’optique de maigrir. Pas de régime, d’objectif de perte de poids, d’abdos saillants. Juste le plaisir de me faire du bien, le plaisir de me dire que je fais quelque chose pour moi…
    J’ai créé à cet effet un blog et le tout dernier article intitulé du « xl s’il vous plait » parle un peu de cela. Et aussi de la vision de la femme ronde dans le milieu du sport.Egalement De la vision que j’ai des régimes.
    Voila, Anne je te dis juste de continuer à inspirer. Tu as un tres bel état d’esprit.
    Vnessa

  • Repondre Paul Matwinch 23 juillet 2015 à 0 h 59 min

    Bonsoir Anne,

    Merci d’avoir ouvert ce débat 🙂

    Personnellement je suis venu à la course à pied uniquement pour perdre du poids . Je cherchai une activité cardio facile d’accès et peu chère, le running était tout désigné…

    Cependant au tout début, je me « forçais » à aller courir, ne prenant pas de plaisir et n’ayant aucun intérêt particulier pour ce sport .

    Puis le temps passant et les kilos disparaisant j’ai apprécié le running , pris du plaisir à m’entraîner, eu envie de m’inscrire sur des courses jusqu’à devenir Addict.

    Du coup, j’ai emprunté les 2 aspects évoqués dans ton article : j’ai commencé le sport parce que je n’aimais pas mon corps mais j’ai poursuivis par « amour » de mon nouveau sport.

    A bientôt .

    Paul

  • Repondre Clairette 23 juillet 2015 à 8 h 17 min

    Merci pour cet article Anne, je te rejoins tout à fait sur les messages que tu essaies de faire passer.
    Néanmoins comme certaines filles je pense que socialement il est difficile d’aborder les choses autrement que comme elles sont présentées aujourd’hui. Les femmes ont cette pression social d’avoir un joli corps mince sans cellulite et voilà à travers quel prisme elles abordent le sport ; mais le plaisir vient après, en le découvrant, en commençant à se fixer des objectifs, en pratiquant et en se rendant compte qu’en fait oui ça peut être fun et source de bien être. C’est très important de le dire mais encore plus de le vivre je crois. Alors au fond, peu importe par quel biais on l’aborde, le tout est d’y arriver. On doit aussi se poser la question : sait-on vraiment ce que c’est d’être extrêmement complexé, d’être obèse, d’être humilié chaque jour, d’être jugé injustement à cause de son corps ? Vouloir perdre du poids à ce moment là n’est pas vraiment « futile » comme tu le dis un peu maladroitement. C’est une question de santé bien sûr, mais aussi d’apprécier un peu plus ce que le miroir nous renvoie et ce serait hypocrite de ne pas le reconnaitre. Dans ces situations il est très difficile d’aborder qq chose qui va autant nous faire souffrir, nous faire sortir de notre zone de confort, avec du plaisir. Mais si c’est bien abordé il peut venir après et c’est ça qui compte !
    Aujourd’hui mes standards de jolis corps sont les corps fit, où les muscles sont saillants et athlétiques, je n’aime plus du tout les corps minces sans formes tout mous, et cela me fait du bien. Pour moi ces corps sont la représentation d’un dur labeur, d’efforts qui paient, de tonicité, de bonne santé, d’objectifs atteints, mais soyons honnêtes, c’est très esthétique aussi. Je suis sûre que tu en es un peu fière de ces abdos, allez come on 😉 Et c’est plus que légitime !
    C’est tout à fait mon expérience, je découvre enfin le sport plaisir, celui qui te vide la tête, qui change tes humeurs, qui crée de la complicité alors qu’à la base c’était juste pour soigner mes complexes, et c’est vrai que c’est bon ! Mais si on m’avait parlé de ça, j’aurais continuer à aller faire des longueurs dans la piscine, j’y prenais du plaisir après tout, je ne me serais pas poussé autant dans mes retranchements, je n’aurais pas appris à mieux m’alimenter, je ne me serais pas remise en question etc… C’est un problème très complexe. J’apprécie vraiment que tu présentes ce côté des choses, il faut bcp plus communiquer sur ces aspects, mais toujours avec beaucoup de bienveillance car le chemin est long et escarpé pour tout le monde 🙂

  • Repondre Elo 23 juillet 2015 à 15 h 20 min

    Salut Anne,
    Comme beaucoup je ne cacherai pas que via la pratique du sport je cherche à tonifier mon corps mais c est aussi « mon anti-depresseur à moi ». Après une journée de boulot éprouvante j aime avoir ce sas décompression qui me permet de me vider la tête, d être plus attentive à mon corps et plus disponible pour mon conjoint ensuite.
    L une de mes plus grandes angoisses c est quand mon médecin me dit  » il va falloir arrêter le sport quelque temps »
    Je suis psy et il n est pas rare que je conseille à mes patients de faire du sport car je suis convaincue que ça peut les aider.

  • Repondre Laura 23 juillet 2015 à 22 h 12 min

    Comment ne pas écrire un roman à propos de tout ça?
    Bon, beaucoup de choses ont été dites au-dessus…
    A propos de la 1ère motivation pour les filles « sédentaires » (bien souvent perte de poids/amincissement/raffermissement), qui heureusement se transforme souvent en plaisir de l’activité physique. A propos du diktat, qu’on voit même dans des magazines spécialisés (pour ne pas le nommer, je suis parfois atterrée de ce que je vois dans Vital). A propos de cette volonté d’être « parfaite pour l’été » (Parfaite c’est quoi? Aux yeux de qui? ), et de l’argent que ça engendre. A propos de ces photos avant/après sur Instagram, de ces photos de nombrils, et de tout ce qui va avec.
    Bref, en 2 mots, je ne rajouterai qu’une chose : je trouve dommage que l’activité physique ne soit pas plus généralisée. Pour les enfants par exemple, pour les personnes malades, pour les personnes en surpoids… Le sport est une affaire de bien-être, pas une affaire d’abdos apparents ou de fesses rebondies.
    Mille mercis pour cet article, très juste – j’ai parfois l’impression que le diktat du « fit » qui remplace le diktat du « mince » n’en est qu’une dérive. On ne peut pas parler d’anorexie, ni de bigorexie, mais le contrôle extrême de son corps est forcément nocif, à plus ou moins long terme!

  • Repondre Maddie 23 juillet 2015 à 23 h 10 min

    Je suis une ancienne coureuse. Après des blessures répétées à un genou, j’ai totalement arrêté la course à pied. Depuis, je me suis beaucoup investi dans le fitness, en plus de la natation et du vélo que je pratiquais déjà avant. Le renforcement musculaire que j’effectue en fitness n’a donc pas pour but d’améliorer mes performances en course, ni même en natation et en vélo, mais il me permet de me sentir bien en me dépensant et, soyons honnêtes, il me permet aussi (j’insiste sur le « aussi ») de me sculpter un joli corps. Même si je ne me reconnais pas du tout dans le mouvement « fitspo », trop nombriliste et trop… « sexuel », je revendique le fitness pour améliorer mon apparence physique, comme un beau (mais léger) maquillage et une belle coupe de cheveux peuvent y contribuer.

    Tout ça pour te dire que je pense que tu minimises un peu trop l’aspect physique du fitness, d’autant plus que cette discipline t’a sculptée une très jolie silhouette en relativement peu de temps. Dans ma salle de sport, tu fais des jalouses ! (Moi-même un peu, quand je vois tes abdos…) Avoue quand même que tu en tires une certaine fierté le matin devant ta glace ! Ceci dit, si tu te destines à une carrière de coach sportive, c’est un atout indéniable, car comme le dit une amie coach au physique irréprochable, « Le corps d’un coach, c’est sa carte de visite. »

  • Repondre Hélène 25 juillet 2015 à 12 h 09 min

    Coucou, merci pour cet article très motivant. J’ai commencé la course à pied il y un peu moins de 2 ans, j’aurais bien aimé avoir fait autant de progrès que toi ! Mon souci c’est que dès qu’il fait chaud, je n’y arrive plus.
    Mais il y a de bon coté quand même, c’est vrai que ça m’a donné confiance en moi. Le tout petit short que j’ai acheté pour allé courir au printemps, avant, même pas j’aurai fait un pas dehors de chez moi avec ça sur les fesses !!!

  • Repondre sarah 26 juillet 2015 à 14 h 38 min

    je viens de commander ton guide de poche oh que je l’attends avec impatience ….. trés bonne continuation a toi , tu es un rayon de soleil

  • Repondre Marie 26 juillet 2015 à 19 h 24 min

    J’adore cette campagne anglaise ‘This Girl Can’, très inspirante, surtout pour la nageuse que je suis… Cela fait 3 ans que je nage régulièrement, hallucinant pour la non-sportive que j’étais. J’ai acheté un podomètre pour me challenger au quotidien. J’aime mon corps parce qu’il me permet de faire de la rando, nager autant que j’en ai besoin, bouger, vivre. La tendance ‘healthy’ m’emm… un peu, je suis née dans une famille écolo militante alors côté bouffe, j’ai l’impression qu’on réinvente la roue… Quant au sport, tant mieux si c’est une source de motivation… J’ai personnellement besoin de m’éloigner de la performance en sport, pour me concentrer sur ce que je fais, un peu comme la pleine conscience, quand je nage, je nage, du mieux que je peux à ce moment-là, avec bienveillance, je me défie, je ne me bats pas avec mon corps ou contre les autres, je savoure de nager. C’est pour ça que mon podomètre n’est pas connecté (c’est un bête bidule à 20 euros qui ne garde en mémoire que les 7 derniers jours), ce sont mes objectifs et ceux de personne d’autre. Il y a mille manières d’approcher le sport 😉

  • Repondre Cyrielle 26 juillet 2015 à 21 h 04 min

    J’ai enfin pris le temps de lire cet article ! Très intéressant et très positif, merci.
    Si je peux me permettre de partager mon « expérience » et mon évolution concernant ma vision du sport. J’ai commercer le sport il y a 6 mois parce que je détestais mon corps, justement. Je le voulais ce « top body challenge » !!! Je me suis fais violence physiquement, j’en ai pleuré, pleuré, pleuré : la rage au ventre, plaine de haine envers ce corps que je détestais.
    Puis, je me suis remise au running. À reculons au début, je dois bien le dire. Puis j’ai été surprise de ce que j’étais capable d’accomplir, de ma progression rapide, et, oh miracle, j’ai pris du plaisir, attendant avec impatience ma prochaine cession de course. Le 2 mai dernier je courais pour la première fois un 10km (officiel) : 1h12 au chrono, mais quelle fierté de passer le ligne d’arrivée ! 2, 3, parfois 4 sessions par semaine. Des hauts, des bas, des échecs, des défis, mais surtout : du plaisir ! SI bien que jeudi dernier je suis partie pour une sortie « longue » : et pour la première fois de ma vie je courais 20km, en 2h05. Oh bonheur, oh joie : ce corps que j’ai passé la plus grande partie de ma vie à haïr, ce corps me permet de grandes choses (à mon échelle!) à me rendre FIÈRE!
    Alors oui, j’ai toujours de la cellulite, du ventre, et je trouve tout cela très disgracieux, mais cela ne m’empêche pas de courir, de m’entraîner, de m’éclater et de – encore et toujours – prendre du PLAISIR !
    Mon corps se transforme, sessions de course après sessions de training, mais je ne voie plus cela comme un but, mais une conséquence positive de la pratique de la sportive.

  • Repondre Charlotte 26 juillet 2015 à 21 h 07 min

    Hello Anne,
    J’aime beaucoup cette façon de voir le sport que tu as, et je m’efforce de la mettre en pratique, même si ce n’est pas toujours facile de rester focalisée sur le plaisir avec toute cette pression de tout côtés! Le cul parfait, le ventre plat, top body, low body, no cellulite… Difficile de trouver son propre rythme et ses envies dans tout ça.
    Alors bravo de faire entendre autre chose 🙂
    Charlotte

  • Repondre deldes 28 juillet 2015 à 9 h 20 min

    merci pour cet article…merci de rappeler que le sport c’est un atout bien-être (et santé — à ne pas oublier). Je suis complètement d’accord avec le contenu… Notre corps doit être notre meilleur ami pas une chose qu’on maîtrise et qu’on sculpte dans la douleur.

  • Repondre elisa 28 juillet 2015 à 15 h 37 min

    Je me retrouve dans les commentaires : je fais du sport pour avoir une activité physique et me sentir « bien », ayant un métier assez sédentaire, mais ça fait toujours plaisir de voir qu’on a un peu minci grâce à cela. Je suis une fille donc je suis coquette, si je peux enfin mettre la robe de mes rêves, pourquoi pas ? J’ai des connaissances qui ont subi des remarques désobligeantes sur leur physique (obésité par exemple) surtout à l’adolescence et je comprend qu’on ait envie de se battre pour maigrir, en utilisant le sport notamment. Il faut un juste milieu pour tout mais nous les femmes, en France, si on ne fait pas 55 kilos on est vite cataloguée comme « grosse ». Sur instragram je suis le compte d’une célébrité australienne prof de fitness et je trouve qu’elle poste beaucoup de photos de son nombril au lieu de par exemple des videos de techniques. Je trouve cela dommage.

  • Repondre Nini 28 juillet 2015 à 19 h 54 min

    Ah, quelle bouffée d’oxygène au milieu des articles qui me vantent l’aspect d’un corps galbé ! Merci bien, voilà qui me remonte le moral. 🙂

  • Repondre Sophie F. 28 juillet 2015 à 22 h 10 min

    Entendue hier matin (lundi) sur Europe 1, une chronique intéressante de Christophe Barbier sur les « nouvelles » valeurs du sport amateur. Début un peu caricatural (un ultra-trail, sinon rien), mais bonne analyse par la suite, puis fin réjouissante sur la vision pitoyable qu’ont les hommes politiques de l’activité physique :

    http://www.europe1.fr/emissions/l-humeur-du-jour/la-course-a-pied-un-effet-de-mode-1371324

  • Repondre run_17000 30 juillet 2015 à 9 h 19 min

    coucou Anne,

    Je me posais la question si le semi de Marvejols mende s’était bien passé? Car je n’ai vu aucune photo sur Insta concernant cet évènement…
    Je suis sûre que tu as assuré 😉
    Bonne journée et bonne continuation!

  • Repondre Adeline 22 24 novembre 2015 à 17 h 49 min

    Bonjour, je Viens juste de tomber sur ton article qui est très intéressant.
    C’est vrai que la réaction de mon entourage par rapport à la course à pied à été direct  » ah mais c’est que tu veux être gaulée  » et en y réfléchissant, je me suis dis que c’était pour le plaisir de me dépasser, de voir les limites de mon corps. Et quand je vois que certaines personnes font du sport juste pour l’été, moi j’y vois du long terme. Déjà pour ma santé de mon ptit coeur, pour avoir de l’endurance, mais surtout canaliser le trop plein d’énergie que je peux avoir!!
    Merci encore pour cet article très intéressant et qui pour moi est d’un bon point de vue pour faire du sport.

  • Repondre La-clandestine 26 avril 2016 à 19 h 44 min

    Merci du fond du coeur pour cet article Anne.

  • Repondre Amandine 26 avril 2016 à 22 h 18 min

    Bonsoir Anne,

    Tu as raison de dire qu on doit aimer son corps… Pour ma part, j aimerais beaucoup me refaire en chaussant mes basketss. Malheureusement, c est mon corps qui refuse de repartir… Alors j attends. Mais parfois j aurais envie de foncer, ce qui risque d être contre « productif ».

  • Repondre Belleenshort 16 août 2016 à 12 h 45 min

    Bonjour Anne, très bel article je trouve, surtout quand on voit quand dans le monde du running, bcp ont des dérives extrêmes et juste la peau sur les os. C’est un problème grave dont on entend il me semble trop peu parler…

  • Repondre Cécile 16 août 2016 à 12 h 52 min

    Bel article, Anne.
    La course à pied est pour moi, un « défouloir », une façon d’évacuer le négatif, un moment à moi (ça fait aussi du bien quand on est maman, ou pas d’ailleurs !).
    Le corps parfait n’est pas une fin en soi ! Le sport engendre l’envie de manger équilibré, de prendre soin de son corps afin d’atteindre les objectifs fixés !

  • Repondre cécile debus 16 août 2016 à 13 h 36 min

    Hey je ne savais pas que tu avais écrit un autre livre que « La amgie du running » !! Tout ça à ton âge ! Impressionnant ! Comment as-tu fait pour trouver un éditeur ? Ca a été facile ? Parce que je connais des gens qui n’y arrivent pas alors qu’ils sont journalistes… Bref je suis curieuse désolée ! Cécile D.

  • Repondre Carry Flow Yoga 16 août 2016 à 13 h 53 min

    Merci de rappeler cela Anne! Je partage l’idée que le sport permet de s’épanouir et de mieux connaître son corps et soi-même! On essaie, on progresse, on stagne, on se dépasse, et tout çà est un formidable voyage vers soi-même 🙂

  • Repondre Clarisse 16 août 2016 à 15 h 40 min

    Oh Anne, si tu savais à quel point j’ai apprécié lire cet article.. Je pense que c’est mon préféré. Je partage exactement la même vision du sport que toi, et je trouve que c’est le meilleur regard que l’on puisse avoir !!! Merci, merci d’être toi..❤️

    • Repondre Anne 16 août 2016 à 16 h 41 min

      Oh merci Clarisse, ça me super plaisir <3 !!

  • Repondre laury Magnoloux 16 août 2016 à 20 h 34 min

    Bonjour Anne
    Tout d’abord merci pour ce que tu fais tous les jours sur ta page. C’est vraiment motivant. J’ai lu ton livre et j’ai adoré.
    Pour ce qui est de ta philosophie de vie je pense que chacun cherche un objectif dans le sport : être mieux dans sa peau, se dépasser, relever des défis. Mais souvent on a l’impression de ne jamais être « assez » quelque chose. Dans ce monde on est vite influencé.
    Pour ma part je fais de la musculation en salle depuis 1 an et je cours depuis 4 ans et les deux sports m’apportent chacun quelque chose de différent. Au départ je voyais la musculation comme un nouveau moyen d’être parfaite mais maintenant plus le temps passe et plus j’apprécie de me voir évoluer. Devenir plus forte physiquement et mentalement.
    Un peu comme le running me l’a apporté ces dernières années.
    En tout cas je pense que le principale c’est d’être en paix avec soi même toute sa vie, car elle est courte et il faut profiter de chaque instant.
    Pleins de bisous

    • Repondre Anne 17 août 2016 à 20 h 01 min

      Je suis bien d’accord, finalement c’est d’être en paix avec soi 😉 !!
      merci beaucoup !

  • Repondre La Femme Colibri 16 août 2016 à 20 h 42 min

    Je suis à 100% d’accord avec toi… moi j’en ai pris conscience avec ma grossesse. Avant de devenir maman, j’étais tout le temps complexée par mon corps. Résultat je jouait au yoyo avec des phases de sport intensif et régime et des arrêts assez brutaux… la motivation en yoyo aussi. Je suis tombée enceinte et je suis restée sans voix face à l’évolution de mon corps à travers la grossesse et tout ce qu’il a permis : mettre au monde un bébé et l’allaiter. Je reprends le sport en douceur selon mon énergie (il y a encore des périodes où les nuits sont courtes)… mais pour le plaisir de bouger… j’ai compris ça. Mon corps n’est pas parfait (surtout après un bébé)… mais je prendrais le temps qu’il faut et je me sens bien tel que je suis…

    En tout cas je te remercie pour ton livre LA MAGIE DU RUNNING qui m’a beaucoup appris 🙂 et ton blog qui me motive pas mal… bonne continuation…

    • Repondre Anne 17 août 2016 à 20 h 01 min

      Oh merci beaucoup et surtout il faut prendre son temps, trouver son rythme dans le sport, d’autant plus lorsque l’on devient Maman !

  • Repondre Charlie 16 août 2016 à 20 h 58 min

    Cet article est vraiment essentiel !
    Je le savais mais il fallait qu’on me le dise encore. Mes efforts sont récompensés chaque fois que je chausse mes baskets, car à chaque fois même si mon corps me fait mal en fin de course, je suis tellement fière ! Et il me fait de moins en moins mal, et me permet d’aller de plus en plus loin !
    Merci Anne ! 🙂

  • 1 2