And Many More #511

Hi,

airmax style outfit fashion blog nike

Mon premier job d’été, je l’ai eu j’avais à peine 16 ans. Je vendais des souvenirs dans un petit magasin de plage. J’étais assez fière de gagner mon propre salaire, la somme me paraissait tellement énorme à l’époque. Bon elle l’est toujours, sauf qu’à cela on doit soustraire le loyer, la nourriture car on ne vit plus 7/7 chez Maman.

Je suis fière quand ma mère me demande : Tu n’as pas de linges sales à me donner ? Eh bien non, je me débrouille comme une grande ;P (Oui à 22 ans, il était temps). Pour moi, avoir ces petits jobs a toujours été un moyen de gagner une certaine indépendance et fierté de pouvoir m’offrir ce qu’il me plaisait, ou mettre de côté pour un beau voyage.

C’est sur que la plupart de ces jobs n’ont pas tous été passionnant : caissière, rayonniste, surveillante de rayon (oui ça existe encore)… Néanmoins, on apprend toujours énormément de ces expériences. Certes, on écrit souvent nos lettres de motivation pour ces boulots provisoires avec beaucoup d’hypocrisie. J’avais toujours mes petites phrases clés : cette expérience enrichissante m’aidera à l’orientation de mes études = je ne veux pas finir ma vie dans ce travail.

Sans parler de la partie financière : j’accepterai même de bosser à la poissonnerie pour cela. Sans rigoler, J’AI postulé en poissonnerie, et je ne consomme pas particulièrement de poisson, j’en ai horreur même ! Je n’ai pas BESOIN de travailler pendant mes études, mes parents me soutiennent financièrement, mais c’est important de pouvoir moi aussi participer à cet effort financier, d’autant plus si cela peut ajouter du beurre aux épinards (on ne va pas jusqu’à la crème fraîche).

Je suis jeune, je voyage, je ne mange pas des pâtes tous les jours mais c’est bien parce que je bosse les étés et durant l’année. Je ne me plains pas au contraire je suis plutôt fière car cela m’apprend beaucoup sur le monde du travail et sur mes propres capacités…. Puis je cotise déjà pour la retraite (ça c’est ce que me répète ma mère à chaque fois que j’ai un coup de mou…non ça ne remotive pas)

À 22 ans je suis contente d’avoir un CV à base de véritables expériences qui ne soient pas celles de Baby-sitting des cousins. Je ne dénigre pas, c’est top d’avoir déjà ce genre d’opportunités, mais ça n’a rien à moins voir avec supporter 3 mois à la caisse d’un supermarché à encaisser l’argent mais surtout l’impolitesse, l’agressivité et la vulgarité des gens. Au passage c’est CE job qui m’a donné mon idée de mémoire.

Bien sur, ce ne sont pas ces expériences qui vont me faire décrocher le job de mes rêves, mais au moins, rien que la recherche (fastidieuse et longue) d’un job d’été et les jobs en eux-mêmes mettent un peu de plomb dans la tête : on connait déjà la réalité du monde du travail, l’organisation et le management. Car c’est bien beau les études et les travaux de groupe, ça reste encore loin de la réalité et du pratique.

Alors si j’avais un conseil à donner, c’est horrible de sacrifier son temps libre, son été mais mine de rien c’est très enrichissant et, même si l’on enjolivait les choses dans nos lettres de motivations, beaucoup de ces arguements se révèlent vrai à la fin du CDD: oui l’expérience était enrichissante.

Et vous, petit boulot ? job d’été ? qu’avez-vous appris de ces expériences ?

airmax style outfit fashion blog nikeairmax style outfit fashion blog nikeairmax style outfit fashion blog nike
T-shirt – H&M (similaire ici)
Gilet – American Vintage (similaire ici ou là)
Jeans – Mango (similaire ici ou là)
Collier – Sheinside
Bracelet – Nike
Airmax – Nike (similaire ici ou là)
Parka – Kookai (similaire ici )
Echarpe – Forever21 (similaire ici ou là)
airmax style outfit fashion blog nikeairmax style outfit fashion blog nike

C’est drôle car le collier que je porte, quand je l’ai commandé, j’avais quelques doutes. Je ne pensais vraiment pas autant le porter et surtout pouvoir le mettre durant des saisons un peu plus fraîches que l’été. Pourtant je trouve qu’il va quasiment avec tout et qu’il EST le rayon de soleil d’une tenue un peu terne.

Un peu comme celle-ci qui date légèrement. Enfin avec le revirement de températures, elle n’est pas si vieille mais parait un peu en décalage. Mais comme on me l’a soufflé, avec Avril qui arrive bientôt : en avril, ne te découvre pas d’un fil. Donc si ça se trouve elle va vous inspirer dans 1 semaine ou 2. Pas grand chose de nouveau, hormis le petit t-shirt H&M en lin, premier achat en phase avec le printemps… Mais comme si je n’avais pas assez de t-shirts gris… non j’en ai jamais assez, il y a toujours une teinte de gris que je n’ai pas lol

Que pensez-vous de ces petits accessoires qui changent tout :) ?

à très vite

PS: En ce moment, bénéficiez de -25% sur les robes chez Asos et -15% avec le code promo NUITASOS ce soir uniquement ;)

11 aiment ce post
SHAREShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

73 réflexions au sujet de « And Many More #511 »

  1. Geneviève

    Je suis vraiment fan de la photo de toi de face, la tête un peu penchée, super pose!
    Pour les jobs je suis d’accord avec toi. Bon ce n’est pas ça qui va faire LA différence entre 2 candidats pour un job mais ça élargit bien les idées. Parfois je râle un peu parce que je dois être au bureau avant 9h et puis je me souviens de mon job au Carrefour où je commençais à 6h…..

    Répondre
  2. Lucie

    Tu m’as complétement motivé à aller chercher un job d’été maintenant je vais faire mes recherches tout ça tout ça . Je sais pas du touuuuuuuut comment m’y prendre mais bon qui ne tente n’a rien fast food ect je suppose qu’à 16 ans y a pas énormement de possibilité non plus

    Répondre
  3. Julie G.

    Haaa les jobs d’été !
    J’ai jamais eu beaucoup de chance pour en trouvé, j’ai fait du baby-sitting, la récolte des fruits.
    Mais ce qui m’a vraiment aidé c’est d’avoir fait le ménage en maison de retraite mais surtout d’avoir fait aide soignante en maison de retraite ! La ça m’a ouvert les yeux sur mon futur métier d’infirmière ! Et pour ma part c’est un gros plus dans mon CV ^^.

    J’aime beaucoup ta tenue !

    Répondre
  4. Faby

    J’aime beaucoup cette tenue, et les photos sont très belles, surement du au ciel un peu capricieux derrière toi, qui donne une certaine lumière que j’aime beaucoup (et les cheveux au vent). Je suis fan de ton collier jaune, qui apporte un peu de peps sur une tenue noir, très jolie par ailleurs. (et toujours cette écharpe ;))
    Ah les jobs d’été, ce sont pas toujours les meilleurs boulots qu’on ait eu mais oui on apprend pas mal sur nous, sur les autres, sur le travail d’équipe et comme tu dis, on a le coté pratique de tout ce qu’on nous dit sur la vie professionnelle meme si c’est juste pour deux/trois mois. J’ai depuis abandonné les jobs d’ete pour les stages ;)
    Des bisous jolie Anne !

    Répondre
  5. Camille

    La joie des tafs d’étudiants…j’ai fait femme de ménage l’été de mon bac dans un hôpital pendant 2 mois. Un autre été j’ai travaillé au rayon boucherie de l’Intermarché local (t’aurais été ma voisine en poisonnerie :p) j’ai fait également des inventaires de nuit, caissière chez Quick, serveuse à la gare Saint Lazare…mais comme toi j’étais fière de pouvoir me payer mes sorties, mes vacances ou encore mon premier ordinateur portable lorsque j’étais étudiante :)
    Bises

    Répondre
  6. Anne

    Pour ma part, je n’ai jamais travaillé l’été durant mes études. En revanche, j’ai durant cinq années consécutives gardé 2 enfants 12h par semaine. Salaire plus que correct, cotisation pour la retraite et l’été de libre. Mais je dois aussi dire que si j’ai fait cela, c’est parce que je n’ai jamais reçu de réponse lorsque je postulais dans les supermarchés, les restaurants ou autres. Pas assez d’expérience, pas de place, reprise des anciens, bref rien ne convenait jamais ! Du coup je me pose la question : est-ce plus facile de trouver du travail dans le sud où le tourisme est plus actif ? (J’ai grandi en Normandie !)
    Sinon, malgré tout, le baby-sitting malgré ce que l’on peut croire, est vraiment enrichissant. N’oublions pas que garder les enfants des autres restent un véritable emploi comme n’importe quel job. Outre d’encadrer les enfants dans leurs devoirs, il faut savoir écouter, être un minimum pédagogue, attentionnée, imaginative et j’en passe ! J’en garde un très bon souvenir !! :)
    Ahhh qu’est-ce que je l’aime ce collier !! Je ne me lasse pas de le voir !! :)
    Des bisous !

    Anne

    Répondre
  7. Azilis

    Je suis bien d’accord ! Et j’irai même jusqu’à dire que ce sont des expériences valorisantes sur un CV. Ça peut faire la différence parfois, et ça démontre aussi le dynamisme et la force de caractère, qualités plutôt recherchées aujourd’hui. Bref c’est vrai que ce n’est pas toujours drôle mais on regrette rarement.

    Très jolie tenue :)

    Répondre
  8. claire

    Les photos sont superbes !
    J’ai travaillé dans une compagnie bancaire au service juridique l’été dernier, ça m’a fait prendre conscience de tellement de petits détails sur la vie en entreprise, cet été j’ai postulé ailleurs et je me retrouve parfaitement dans ce besoin d’indépendance et cette fierté que tu décris.
    Haha la cotisation pour la retraite on me l’a souvent répété du temps où j’étais hôtesse évènementiel et que je revenais épuisée de ma journée debout sur 12cm de talons.

    Répondre
  9. Mathilde

    Je n’ai jamais fait de job d’été, mais par contre pendant l’année je donnais des cours à des élèves de collège et lycée en maths et physique/chimie. J’avais de la chance de pouvoir faire ce type de job car c’est vraiment intéressant (pour le coup j’ai vraiment trouvé une plus-value à faire ça ! ) c’est souvent agréable car la plupart des élèves sont sympas et ont envie de progresser et en plus c’est bien payer !

    L’inconvénient c’est que ça faisait quand même pas mal de temps de trajet à rajouter à l’heure de cours car les élèves ne sont pas forcément juste à côté de chez toi. Pour une heure de cours donnée, il y avait parfois 1 heure de trajet (en comptant trajet aller et trajet retour).

    Répondre
  10. Marie

    Idem, jobs d’été à partir de mes 16 ans, uniquement de l’administratif (et du coup, je déteste ça)… Mais des expériences super enrichissantes, apprendre à vivre avec des collègues… et puis, cela m’a permis de payer tous mes droits d’inscription à l’université (qui sont 2 à 3 fois plus élevés qu’en France), ce qui me rend très fière. J’ai payé mes études.

    PS : Très chouette look ! Et qu’est-ce que la lumière est chouette ! Même s’il fait gris, ça donne vraiment bien. Bon, et la mer est un peu démontée, non ?

    Répondre
  11. Justine Hubsi

    Les jobs d’été…mon premier et dernier était factrice !!!! J’en ai vraiment bavé : levée à 4h le matin, trier le courrier, partir en tournée, finir en début d’après-midi…j’en ai fais des nuits blanches avec les amis et enchaîné le travail après…Ça me passionnait vraiment pas, je trouvais ça trop solitaire (et bien trop matinal aussi ok je l’avoue !). Bon je n’étais pas dans le meilleur quartier, j’étais dans un quartier sensible, mais j’ai appris que pour certaines personnes la visite du facteur était leur seule et unique visite de la journée, que pour certains, en début de mois, j’étais considérée comme la providence en leur apportant les chèques d’allocations…bref, j’ai appris à être confrontée à la misère sociale et avoir un regard moins dur envers les autres. C’était la seule fois où j’ai travaillé l’été, après j’ai été surveillante dans un collège pendant 5 ans et j’étais payée les vacances scolaires.

    Je trouve ça très important de travailler l’été (ou l’année d’ailleurs quand cela est possible de concilier travail/étude), on est tellement fier d’avoir notre indépendance même si les parents ne sont pas loin au cas où ;)

    Répondre
  12. Marie

    Aaaaaah, les jobs d’été…. J’en ai connu quelques uns, mais le pire fut celui où je bossais au black (oui, je sais, c’est mal), à la frontière espagnole et autant dire que j’étais exploitée… Je gagnais 30 euros par jour, travaillais 6/7 et de 9h30 à 18h avec seulement 1h de pause dans la journée…. Et quand mes patrons avaient fait une bonne journée, ils avaient la générosité *ironie* de me donner 10 euros en plus………… Mais le pire dans ce boulot, c’était les clients français (petit magasin de souvenirs tenus par des espagnols) qui me traitaient comme une véritable sous-m**** dont une particulièrement méchante qui m’a même fait pleurer…. Elle était obèse, moi jeune (18 ans) et toute menue, j’ai eu le malheur de lui donner une taille trop petite de pantalon, elle a dû mal le prendre car sûrement pleine de complexes, et m’a dis de ces méchancetés…… 10 ans après, je m’en souviens encore…. Une petite dame est venue me rassurer et le mari, gêné par le comportement de sa femme est venu s’excuser un peu plus tard. J’ai pardonné à cette dame, je ne pense pas quelle était méchante, juste qu’elle devait souffrir. Mais à cette époque, j’avais si peu confiance en moi et j’étais si mal dans ma peau que ça m’a bousillé…. Mais comme tu dis, on apprend de ces expériences et je ne le regrette pas. Ça m’a permis de prendre du recul, de ne pas prendre les choses personnellement, etc. Comme le boulot en lui-même d’ailleurs, j’étais exploitée, mais à côté de ça, ça m’a appris la débrouillardise, etc.
    Ouf, désolé pour le pâté, mais j’avais cette anecdote sur le cœur depuis longtemps…

    Répondre
  13. carambar

    Idem, j’ai fait des jobs d’été dès mes 18 ans pas réellement par besoin car j’ai eu la chance d’être soutenue financièrement par parents pendant mes études (et encore maintenant quand j’ai besoin d’avancer une grosse somme par exemple, mes parents sont un peu ma banque en fait, c’est peut-être aussi pour ça que je n’ai toujours pas l’impression d’être adulte) donc cet argent me servait sur l’année pour mes loisirs, vacances etc. J’ai été caissière, opératrices sur des plateaux téléphoniques pour des services clients et deux fois j’ai eu la chance d’obtenir un job d’été plus sympa et lié à ma formation en étant assistante de communication pour des services de com interne d’entreprises. Le pire restera sans conteste le travail de caissière à 18 ans, les gens étaient agressifs, me dénigraient ouvertement (je me rappelle encore mon premier jour d’une femme qui voyant que je n’arrivais pas à faire toutes les manipulations correctement m’a dit en regardant les autres clients « on comprend pourquoi vous n’êtes que caissière »), je n’avais pas le droit de parler avec mes collègues quand il n’y avait personne aux caisses dans le magasin (c’était un supermarché de province donc autant dire qu’entre 15h et 17h en juillet août il n’y avait strictement personne!), bref ils ont été les deux mois les plus longs de ma vie et quand on vient d’avoir son bac ça motive vraiment pour poursuivre les études…

    Répondre
  14. Anne-Cha

    J’ai commencé à travailler l’été de mes 18 ans, un job étudiant d’un mois chez Sofinco (petit piston soit dit en passant). Premier pas dans le monde du travail. Bon l’avantage c’est que j’étais avec mon frère (un peu plus rassurant) Et bien j’ai adoré ! J’en garde de bon souvenirs, on était plusieurs « stagiaires d’été », on a commencé par les tâches basiques : rangement, classement, mais après de plus en plus de responsabilités. Avec les employés ça s’est super bien passé. Finalement j’ai rempilé les 3 étés suivants (sans mon frère qui a finalement pris un job étudiant à l’année). Ca m’a permis de me payer mes premières vacances entre amis, mon permis et d’autres vacances. Ensuite j’ai arrêté car avec mes études je pouvais travailler en tant qu’aide-soignante, donc c’est ce que je fais depuis 2 ans. Je travaille les week-ends (pas tous quand même) et pendant les vacances ! Enfin dans deux semaines si tout va bien je commencerai ma vraie profession d’infirmière (yn)

    Ces expériences professionnelles m’ont apprit le sens des responsabilités, savoir m’intégrer au sein des équipes etc. Et puis comme tu dis les premiers salaires c’est une fierté ! Pouvoir t’acheter ce dont tu as besoin sans demander à tes parents, vraiment génial !

    Répondre
  15. Mathilde A

    Hello Anne ! Ah les boulots d’été ! Comme toi j’ai aussi commencé dès mes 16 ans. Un été j’ai travaillé dans la buanderie d’une maison de retraite, une chaleur à crever, mais mon premier salaire à la clé c’était magnifique !! Ensuite j’ai aussi travaillé dans une coopérative de fruits et légumes, où je triais des abricots, plantée debout pendant 10h tous les jours dans cet horrible hangar ahaha ! Et maintenant je travaille dans un restaurant sur une aire d’autoroute, toutes les vacances scolaires et les weekends. C’est un self service alors il faut des caissières … Eh bien moi aussi je supporte régulièrement l’impolitesse et la vulgarité des gens ! Je lisais dans les commentaires plus haut qu’une cliente avait fait pleurer une fille. Moi aussi j’ai souvent pleuré au début tellement les gens peuvent être méchants. Maintenant je préfère leur rire au nez …
    En tous cas comme tu dis, ces jobs sont vraiment enrichissants, et c’est important d’avoir cette indépendance financière ! J’ai 21 ans et je suis fière de pouvoir me payer des vacances, des petits plaisirs, mes factures (ça par contre c’est pas terrible !) etc !
    Bonne soirée jolie Anne !

    Répondre
    1. Anne Auteur de l’article

      Ah ma mère aussi avait la buanderie, elle m’avait décommandé d’y bosser mais bon si je ne trouvais pas j’aurais postulé. Tu as eu du courage !! ce n’est jamais évident

      Répondre
  16. skylla moon

    bon sujet les jobs d’été. Je suis contente d’en avoir fait quelques uns avant de travailler pour de « vrai ». Je trouve cela motivant pour la rentrée ; « Non, je ne veux pas faire caissière, ni faire les vendanges ou autres boulots saisonniers… donc, je me recentre sur mes études. » Ces expériences sont enrichissantes, on fait des rencontres, on se fait parfois des amis… Je regrette que l’on ne puisse pas démarrer plus tôt les petits jobs d’été, parce que cela donne un sens des réalités, finalement.
    Je n’ai pas « adoré » tous mes petits boulots mais ils m’ont tous appris quelque chose, souvent de positif, d’ailleurs. Je suis très heureuse dans mon boulot maintenant et je l’apprécie d’autant plus que j’ai un poil connu ces petits boulots.
    J’adore ton collier.
    Mon aussi, je suis une adepte du nuancier gris.
    Ne prends pas le temps de me répondre, tu as assez à faire.

    Répondre
  17. Clara

    J’ai été barmaid pendant mes études. Ca m’a permis comme toi de gagner en indépendance et de m’offrir les robes Sandro dont j’avais envie… Et surtout d’apprendre à s’adapter aux autres, de rencontrer des personnes de tout horizon, et ce que c’est de travailler dur… Tes cheveux sont superbes sur ces photos. bon week end. xxx

    Répondre
  18. Louise Pimpante

    J’ai travaillé comme assistante d’éducation en collège puis en lycée (à mi temps) pendant toute la durée de mes études (donc payée pendant les vacances scolaires :)). Ça m’a permis d’apprendre à travailler en équipe, de m’imposer davantage, d’être plus autonome … et plein d’autres choses sur le plan humain.

    Jolie tenue comme toujours et c’est vrai qu’à chaque fois ce collier est toujours bien assorti avec l’ensemble de ton look!
    Je suis une grande fan d’accessoires et surtout de bijoux, comme je porte essentiellement des jeans, des baskets et des hauts la plupart du temps assez sobres (en coton, en laine ou en lin) un chouette bijou donne une petite touche en plus.

    Bonne journée Anne. Bises :)

    Répondre
  19. Mégane

    Ahah je me reconnais bien dans ce que tu dis là ! J’ai commencé aussi à 16 ans, premier petit boulot et depuis j’ai pas arrêté tous les étés et maintenant j’ai un emploi à mi temps dans un supermarché et c’est exactement ce que tu décris ! Non seulement c’est long et ennuyeux mais en plus il faut faire face aux gens pas toujours très polis ou aimables… Cela dit, même si pour ma part je vis toujours chez ma maman, ce job me permet de m’assumer et de la soulager dans les dépenses de la vie, de partir en voyage et de m’offrir ce dont j’ai envie et ça c’est une réelle fierté !
    J’adore tes chaussures sinon ! ^^
    Bises

    Répondre
  20. Cassandra

    J’ai commencé à travailler l’été après le bac : 3 ans en restauration ! Et bien j’ai appris que c’est un métier difficile (mal aux jambes, les horaires de fou, les clients chiants, les pas sympas…) bref que l’école c’est super !!! ^^
    J’ai aussi fait quelques stages et j’en tire une expérience beaucoup plus enrichissante ^^
    Des bisous !!

    Répondre
  21. Ophélie

    C’est complètement vrai que ce collier illumine ta tenue !
    Quand tu as présenté ton sujet de mémoire, je l’ai trouvé très intéressant car il fait référence aussi à une de mes expériences professionnelles de job étudiant.
    Une très grosse boîte qui emploie que des étudiants en caisse. Les gens étaient (pour certains bien sur) ignobles ! C’est affreux de voir à quel point le respect, l’intelligence sociale et la civilité manquent pour certaines personnes.
    Mais j’ai appris beaucoup de moi et de la société à travers ce boulot, qui, s’il a été très dur, m’a grandement apporté dans ma construction personnelle.

    Répondre
    1. Anne Auteur de l’article

      C’est clair qu’on apprend beaucoup dans ces jobs surtout sur l’état de notre société malheureusement :S

      Répondre
  22. Cécile

    C’est vrai que ce collier est très joli, il donne du peps à la tenue!
    Pour les jobs, je suis d’accord avec toi. Ces petits boulot feront la différence le jour où tu postuleras pour une fonction importante. Ils montrent que tu sais te débrouiller et que tu es indépendante.

    à bientôt!

    Répondre
  23. Isabelle de Guinzan

    Ah les petits boulots ! je suis d’accord avec toi, c’est toujours enrichissant, d’une manière ou d’une autre ! Je crois que le must pour moi ça été quand je suis allée travailler à Londres. J’ai fait plusieurs jobs, mais dans tous les cas c’était deux fois plus durs et enrichissant justement de faire tout ça dans une langue étrangère ! Sinon tu es trop belle sur la troisième photo, il fallait bien que je te le dise :)

    Répondre
  24. Marie

    J’adore ta tenue, en particulier le collier, super original, il apporte un vrai plus.
    Ah, les jobs d’été ! J’en cherche un désespérément pour l’été de mes 16 ans, j’habite dans le Sud et pourtant ce n’est pas si évident.. Les gens sont souvent pris à partir de 18 ans malheureusement mais avec un peu de « chance », je devrais m’occuper du ramassage ou du calibrage des abricots. J’ai vraiment hâte de gagner mon propre argent en particulier pour me payer mes voyages et les dépenses shopping qui s’en suivent ahah

    Répondre
  25. Lottie

    Moi je suis étudiante en master et j’ai deux boulots pendant l’année et je travaille les trois mois de l’été, mais moi j’aimerais avoir la chance de le faire pour « l’expérience enrichissante » mais mes parents ne peuvent pas me donner un centime donc j’ai pas le choix. Je préfèrerais largement pouvoir me consacrer uniquement à mes études pendant l’année et à mes vacances pendant l’été…

    Répondre
  26. Clémence G.

    Je suis fan de ton collier il est vraiment super joli, il habille une tenue en deux secondes!
    Et tu as raison les jobs d’été c’est important et ça nous fait grandir aussi!
    Bise
    Clémence

    Répondre
  27. Alice

    J’adore ce look !!!
    Premier commentaire sur ton blog que je suis depuis un moment, mais ayant moi aussi pas mal bougé à l’étranger pour mes études/stages et connu des situations similaires aux tiennes je me retrouve pas mal dans tes posts !! Sache que ton blog est une jolie source d’inspiration !
    Bisou :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>